Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre XV. La course aux armements : perceptions et sécurité

Texte intégral

1Les Etats, tout comme les personnes, ne se jugent pas mutuellement d’après leur vraie nature, mais d’après la représentation qu’ils se font les uns des autres. Leur approche est donc éminemment subjective et leurs perceptions entrent fréquemment en conflit avec la réalité. Cependant ces perceptions jouent un rôle important. Peut-être même sont-elles l’explication essentielle des comportements étatiques et des relations internationales.

L’empire du bien et l’empire du mal

2Les opinions et attitudes personnelles sont le résultat d’une expérience historique — positive ou négative — d’une situation géographique donnée, de certains sentiments et comportements, sympathies ou antipathies. La plupart du temps, elles comportent un élément de préjugé ou d’ignorance, parfois les deux. Nous avons généralement tendance à juger notre voisin non pas d’après ses normes, mais d’après les nôtres, en faisant rarement l’effort d’essayer de le comprendre sous l’angle selon lequel il croit pouvoir exiger d’être compris. Notre connaissance de sa culture, de son histoire, et même de sa personnalité, reste très limitée.

3Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les généralisations abondent dès lors que les nations entreprennent de porter des jugements les unes à l’égard des autres. Sur le plan interne, ces généralisations facilitent la tâche des hommes politiques en aidant, si nécessaire, à mobiliser l’opinion contre un rival ou un ennemi potentiel. Les citations ci-dessus, extraites des discours de MM. Reagan et Andropov, n’en sont que deux des exemples les plus récents. Mais ils ne sont ni les premiers, ni les derniers du genre. Ils témoignent d’une propension inhérente à la nature humaine à diviser le monde entre le bien d’un côté et le mal de l’autre. Cette distinction est ancrée dans l’esprit de chaque individu dès le moment où, encore enfant, il entend les contes de fée lui décrire le combat éternel entre ces deux forces antagoniques. Dans l’histoire de l’après-guerre, l’illustration la plus éclatante de cette contradiction fut fournie par la guerre froide. La théorie stalinienne des deux camps irréconciliables, l’un communiste-progressiste, l’autre capitaliste-réactionnaire, ne laissait aucune place à la « neutralité ». L’attitude de nombreux pays, qui souhaitaient rester hors de la querelle des deux géants, lui était inacceptable. Mais ces pays ne jouissaient pas non plus des bonnes grâces du Secrétaire d’Etat américain John Foster Dulles qui, mû par son zèle anticommuniste, appelait l’humanité à rejoindre les rangs du « monde libre » afin d’obtenir la victoire sur le « monde des esclaves ».

4Pour garantir la cohésion politique entre leurs alliés et s’assurer un soutien inconditionnel de la part de leurs peuples, chacun rivalisait d’ardeur pour imputer tout le mal de la terre à son adversaire, l’accusant d’être responsable de la course aux armements, de l’insécurité et de la division du monde. L’essence des relations internationales était alors réduite à la formule biblique « Celui qui n’est pas pour moi est contre moi ». La rigidité de cette attitude laissait peu de place au compromis et excluait toute appréhension nuancée des motivations, inquiétudes et objectifs de l’adversaire. Elle empêchait de reconnaître que le monde, tout comme l’homme lui-même, est infiniment complexe et que la distribution du bien et du mal est une question de degré plutôt que de choix mutuellement exclusifs. Même si l’on reconnaît que des critiques fondamentales pouvaient être soulevées contre le système politique soviétique en général et les méthodes staliniennes en particulier, un examen plus attentif des origines et de l’évolution de la guerre froide révèle de graves erreurs d’appréciation et de jugement de la part de l’Occident. Par la suite, les deux adversaires se trouvèrent pris dans une escalade de gestes conflictuels, dont le seul résultat fut de renforcer leurs préjugés mutuels et de rendre plus acerbe une querelle devenant chaque jour plus dangereuse à l’ombre des armes nucléaires.

5Apparemment, il est facile de reconnaître que le monde est complexe et qu’il ne peut être divisé nettement entre le bien et le mal. Mais la réalité est moins simple. La pensée manichéenne ne forme pas seulement l’étoffe des contes de fée, mais celle des relations intergouvernementales, aujourd’hui comme hier. Le développement des communications et des échanges n’a pas fondamentalement modifié la situation. Au contraire, il semble parfois servir à renforcer les préjugés existants. En politique tout comme dans la vie privée, la présence occasionnelle d’un « ennemi » est une nécessité. L’histoire nous a appris que, dès lors qu’on le souhaite, cet ennemi peut s’incarner, ce qui prouve une fois de plus combien l’homme est prêt à créditer son adversaire de mauvaises plutôt que de bonnes intentions. Ne vaut-il pas mieux en effet se préparer au pire plutôt qu’entretenir de faux espoirs ?

6L’insécurité provient d’un manque de confiance mutuelle. Mais la confiance ne peut être que le fruit d’une meilleure connaissance et d’une meilleure compréhension de « l’adversaire », de ses motivations et de ses objectifs. Or, l’acquisition d’une telle connaissance et compréhension exige un effort beaucoup plus important qu’une simple attitude de dénigrement qui se satisferait de dénoncer l’incapacité de l’autre à faire la paix et son refus du compromis. L’hostilité a rarement besoin d’explications. Au contraire, elle est acceptée comme une donnée. Elle suggère l’existence d’une menace sérieuse à la sécurité, appelant une réponse de même nature. Inversement, quand l’adversaire est vu dans toute sa transparence, c’est-à-dire avec toute sa complexité et son ambiguïté, l’action à son égard exige une plus grande sophistication et l’élaboration de nuances beaucoup plus fines, ce qui nécessite davantage d’explications. A court terme, le retournement est certainement difficile, mais à long terme, l’effort peut porter ses fruits, car il permet de se rendre compte que d’autres Etats ont leurs propres visions et objectifs qui, à leurs yeux, sont tout aussi valables que les nôtres. Il aide l’opinion à comprendre pourquoi la politique étrangère est un domaine dans lequel le compromis est la règle et le succès total une rare exception. Il modère les attentes à l’égard d’éventuelles négociations, tout en préparant à une certaine indulgence en cas d’échec. En période de conflit, l’entreprise n’est pas aisée, mais en temps de paix, elle est à la fois désirable et réalisable. Elle peut aussi permettre d’éviter ou atténuer l’intransigeance mutuelle en cas de crise.

Le besoin de transparence

7Tout ceci est plus facile à dire qu’à faire. Mieux comprendre une autre nation ne sollicite pas seulement notre propre initiative, mais aussi une certaine transparence du pays auquel nous avons à faire face. Cette transparence est la plus grande dans les démocraties basées sur des sociétés ouvertes, dotées d’un gouvernement responsable devant un parlement librement élu et jouissant d’une presse libre. Elle est en partie absente dans les nombreux pays où ces conditions ne sont que très imparfaitement remplies. Elle manque entièrement dans les Etats où un groupe ou un parti détient le monopole du pouvoir et de la vérité.

8Nous possédons malheureusement très peu d’informations sur les raisons d’agir de l’Union Soviétique et sur la manière dont les décisions sont prises par sa direction politique (le « Politburo »). Elle n’est pas le seul pays à montrer un penchant exagéré pour le secret : dans de nombreux autres Etats, de la Chine au Vietnam en passant par la République Démocratique Allemande et l’Iran, on note sous une forme ou une autre une absence similaire de transparence. Mais l’URSS est le lieu où l’opacité prend sa plus grande signification et où ses conséquences sont les plus graves. Il serait en effet très utile d’être mieux informé sur les programmes militaires soviétiques, le montant et la ventilation de ses dépenses d’armement et les critères de sa politique de limitation des armements. Dans tous ces domaines (et dans bien d’autres encore), on a dû recourir jusqu’à présent à des spéculations. Mais celles-ci ne peuvent que nourrir les appréhensions et les erreurs d’interprétation et renforcer les craintes à l’égard de la « menace soviétique » au lieu de les apaiser. Si les dirigeants du Kremlin sentent que leurs intentions donnent lieu à des malentendus, ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes, car ils ont très rarement daigné expliquer au grand jour la logique de leurs politiques extérieure et de défense. Ils se contentent généralement d’énoncer un ensemble de généralités en laissant au monde extérieur le soin de les commenter.

9Ainsi, la situation aurait été beaucoup plus simple si nous avions pu connaître les raisons profondes du rejet soviétique du Plan Marshall en 1947 ou de la réaction négative de Moscou à l’égard de la « double-décision » de l’OTAN en 1979. Comme on l’a écrit plus haut (cf. chap. V), cette décision signalait au Kremlin que les Etats-Unis déploieraient des missiles à portée intermédiaire en Europe seulement si les négociations visant à une abolition partielle ou totale de ces armes échouaient. Tout mène à penser que la direction politique avait rejeté l’offre dès sa formulation ; mais elle n’a jamais fait connaître publiquement les raisons de son geste. Au lieu de la considérer comme une occasion unique d’empêcher l’introduction d’armes nouvelles et extrêmement puissantes en Europe, elle n’y vit qu’une sorte de chantage, un stratagème occidental destiné à lui retirer ses cartes en ne lui laissant d’autre choix que la renonciation aux armes qu’elle avait déjà déployées (les SS-20), en l’échange de la renonciation adverse à d’autres armes (les Pershing II et les missiles de croisière) dont le déploiement était encore incertain. Ce genre de marchandage lui était inacceptable, car il limitait sa marge de manoeuvre en la plaçant dans l’inconfortable situation de devoir décliner une proposition. La décision tomba en décembre 1983, lorsque l’URSS se retira des négociations INF.

10Il est possible — bien qu’incertain — que l’Ouest eût agi différemment si l’Union Soviétique avait exprimé plus clairement les motifs de son refus. A l’évidence, le Kremlin avait perçu ce moment critique des relations Est-Ouest d’une tout autre manière que le camp occidental ; mais il ne l’a jamais fait savoir explicitement. Etant donné les divergences d’intérêts et de perspectives, les deux points de vue avaient probablement leur part de validité. Mais ils étaient diamétralement opposés. Il en résulta une violente dispute, accompagnée d’un lot de récriminations qui laissèrent des deux côtés l’impression d’avoir été lésés et d’être victimes d’une injustice. En réalité, leur victime commune fut la réduction des armements en Europe.

11Bien sûr, ceci n’explique pas totalement l’échec des négociations INF, ni n’excuse entièrement la conduite soviétique. Mais cet exemple met en lumière le rôle essentiel des perceptions en démontrant que certains Etats, par la nature même de leur système politique, permettent difficilement à d’autres d’interpréter leur attitude de la manière dont ils le souhaiteraient. Il est certain que la compréhension mutuelle peut être nettement améliorée lor sque chaque pays accepte de donner davantage d’explications sur les raisons de son comportement.

12Jusqu’où est-il nécessaire d’aller dans cette direction ? C’est une chose que de faire part de ses propres motivations et intentions ; c’en est une autre que de révéler ses faiblesses et ses difficultés. En démocratie, cette tâche incombe généralement à l’opinion publique et aux mass media. Mais il n’existe aucun contrôle permanent de ce genre dans les pays qui, pour des raisons de choix politiques, ne peuvent le tolérer. Le prix d’une étroite surveillance de la liberté d’expression ne peut être que la méfiance, car, sous ces conditions, la population tend à imputer au gouvernement les pires intentions.

13A cet égard, un régime qui interdit la libre circulation des informations est généralement lui-même son pire ennemi, car il crée le risque que ses actes ne reçoivent une interprétation beaucoup moins favorable qu’ils ne le méritent en réalité. En politique, on suspecte plus facilement l’adversaire de mauvaises intentions qu’on ne le crédite de louables desseins. Un doute instinctif pèse sur ceux qui refusent de se justifier ou de fournir des informations au sujet de leurs actes, l’unique résultat étant le renforcement du sentiment d’insécurité. Lorsqu’en outre, un pays est en situation de rivalité ou d’hostilité avec ses voisins, il n’en trouvera que davantage d’excuses pour s’armer.

Les pièges de la rhétorique

14Il faut encore prendre en compte un troisième élément, étroitement lié au précédent : l’omniprésence de la rhétorique officielle. Cette rhétorique est d’abord supposée satisfaire l’électorat sur le soutien ou la loyauté duquel repose la stabilité d’un régime. Mais elle est aussi destinée à être consommée par le monde extérieur, que l’on espère impressionner par l’étalage de ses propres succès. En matière de défense et de sécurité, elle se concentre généralement sur la menace posée par l’ennemi et, en conséquence, sur la nécessité d’accroître les dépenses militaires. Elle exalte les vertus du régime, sa supériorité morale et politique, sans se soucier de l’effroi qu’elle peut jeter sur le reste du monde.

15Elle appartient à un rituel et doit être comprise comme telle. Néanmoins, tout homme d’Etat doit garder constamment à l’esprit la question suivante : quelle part de la propagande du rival faut-il prendre au sérieux et quelle part peut-on se permettre de négliger en toute impunité ? La prudence poussera à se fier davantage aux apparences qu’on ne devrait le faire en toute objectivité. En d’autres termes, on aura tendance à imputer au voisin ou au rival davantage d’atouts et de pouvoir qu’il n’en détient en réalité. A la fin des années 1950, Krouchtchev se vantait de ce que son pays, grâce à de nouveaux missiles d’une extrême précision, était capable de « tuer une mouche dans le ciel ». Le lancement du premier satellite artificiel, le Sputnik, fut exploité par les media soviétiques au point de soulever une clameur d’indignation aux Etats-Unis de la part de ceux qui prétendaient que l’Amérique était en passe de perdre la compétition technologique. S’ensuivit un gigantesque effort pour « rattrapper » et dépasser l’URSS, avec pour résultat une supériorité massive et à long terme des Etats-Unis en armements stratégiques.

16Washington non plus n’est pas innocent d’une rhétorique qui s’adressa autant aux électeurs américains qu’à l’Union Soviétique. Le slogan du « missile gap » aida Kennedy à gagner l’élection présidentielle de 1960 et accéléra le programme américain de construction des missiles stratégiques. La formule s’avéra tout aussi tendancieuse que celle de la « fenêtre de vulnérabilité » (désignant la vulnérabilité des missiles stratégiques américains basés à terre devant la supériorité croissante de leurs équivalents soviétiques) véhiculée par le gouvernement Reagan. Toutes deux servirent de prétexte à une poursuite de l’armement et suscitèrent des inquiétudes considérables à l’étranger, en particulier à Moscou.

17La rhétorique, en donnant à tout objet de débat des dimensions disproportionnées, peut devenir contre-productive. Elle crée des malentendus ou simplement des sous-entendus qui peuvent causer à la fois à l’intérieur et à l’étranger plus de préoccupation que la question n’en mérite. Elle peut inciter un rival à des réactions démesurées, nourrir des sentiments d’anxiété et d’agressivité, déformer les perceptions mutuelles et détruire toute opportunité de dialogue.

18Le thème de la perception de l’autre, de sa place et de son rôle, est peut-être l’aspect le moins bien compris et le moins bien analysé des relations internationales. Les erreurs d’appréciation des comportements de l’adversaire demeurent très certainement l’une des causes essentielles de la méfiance et de l’insécurité et, de fait, l’un des catalyseurs de la course aux armements. Qui veut étudier sérieusement ce problème ne peut pas ne pas accorder au phénomène de la perception l’attention qu’il requiert.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search