Version classiqueVersion mobile

La naissance du territoire de l’Irak

 | 
Hassan Thuillard

1. Entre l’Empire ottoman et la Perse, de la zone-frontière vers la ligne frontière

Texte intégral

Entre les Persans & les Rūm, nous fûmes rudement éprouvés.

  • 1 Bayn al-ajam wa al-rūm balwā ibtalaynā. Tiré de Wardi, Ali, Lamaḥāt ijtimāiyya min tārīkh al-irā (...)

Adage irakien1

  • 2 Par commodité et sauf indication contraire, nous utiliserons généralement le terme « Irak » pour dé (...)
  • 3 Selon S. H. Longrigg, “Iraq […] was neither a land of Turks, nor attractive to them. In the earlier (...)

1Depuis le xvie siècle jusqu’à son établissement en état-nation au début des années 1920, le territoire de l’Irak moderne est situé entre la puissance des Ottomans, redoutable mais distante, et celle des empereurs d’Iran, généralement moins imposante mais voisine2. Chaque fois qu’une faiblesse de l’adversaire en fournit l’occasion, les frontières sont remises en cause par la guerre. Mais les occupations qui s’ensuivent ne se muent que rarement en contrôle très direct. Occupés ailleurs, les empereurs finissent par déléguer en tout ou partie l’autorité acquise par les armes. La réticence des administrateurs ottomans à être envoyés à une telle distance et sous un tel climat l’explique aussi en partie3. L’Irak reste donc une zone-frontière politique entre la Perse et l’Empire ottoman. Mais la rivalité des deux maisons impériales se double d’une dimension religieuse, étant donné la présence en Irak des plus hauts lieux saints du chiisme et la chiitisation par le haut de la société iranienne sous les princes safavides, qui se font les porte-drapeaux du chiisme duodécimain face aux Ottomans, champions du sunnisme.

1.1. L’Irak, territoire de compétition militaire et symbolique entre deux empires islamiques

  • 4 Istanbul-Bagdad : 1610 km ; Istanbul-Saint-Moritz : 1650 km.
  • 5 Distances à vol d’oiseau : Bagdad-Istanbul = 1610 km ; Bagdad-Tabriz = 550 km ; Bagdad-Ispahan = 68 (...)
  • 6 Nakash, Yitzhak. The Shiʿis of Iraq, Princeton N.J, Princeton University Press, 1994, p. 23.
  • 7 80 000 selon Lorimer (1915), rapporté par Nakash, Yitzhak. « [Persian] Diaspora in Iraq », Encyclop (...)

2A vol d’oiseau, Bagdad est distante d’Istanbul d’environ 1 600 km. Basra quant à elle est sise à une distance de Constantinople de plus de 2000 km4. Les capitales iraniennes successives sont plus proches : toujours à vol d’oiseau, Bagdad et Tabriz sont distantes de ~500 km « seulement », tandis qu’Ispahan et Téhéran sont distantes de Bagdad de ~680 km5. Bien que faisant formellement partie de l’Empire ottoman, le territoire de l’Irak actuel à cette époque est, en partie du moins, une zone frontière de facto. Aucune des deux puissances ne le contrôle fermement, mais aucune n’y est sans influence. Le Sultan y règne, mais n’y gouverne que partiellement ; le Shah n’y règne pas, mais ses sujets et lui-même y exercent une influence certaine. Les villes saintes de Najaf et Karbala, au tournant du xixe siècle, vivent presque à part. Selon Yitzhak Nakash, l’influence iranienne y est sans doute plus importante que l’influence ottomane à l’aube de la Grande Guerre, quand Karbala compte encore selon lui près de trois quarts de Persans6. Les Iraniens sont également nombreux, influents et souvent affluents dans les autres villes d’Irak, dont Bagdad. Des consuls persans sont installés dans la plupart des agglomérations de quelque importance. Selon les estimations, très divergentes, les Iraniens auraient été entre 80 000 et 200 000 à résider en Irak au début de l’occupation britannique, sans compter les pèlerins, sur une population d’environ 2,5 millions (entre 3 et 8 %)7.

3Du xvie au xxe siècle, avec des intermèdes de domination persane, les Ottomans réussissent à garder l’Irak plutôt dans leur sphère politique que dans celle de l’Iran parce que leur force de frappe, rarement déployée mais efficace, est généralement plus importante que celle de la Perse. Mais cette dernière étant plus proche, et les expéditions ottomanes chères, elle y possède toujours une influence directe et importante avec laquelle les lointains Ottomans, souvent occupés en Roumélie, doivent compter.

  • 8 Selon Y. Nakash, la ville de Najaf n’aurait plus compté que trente maisons habitées au xvisiècle. (...)
  • 9 Beaucoup de corps étaient transportés d’Iran pour être inhumés dans les villes saintes.
  • 10 Djalili, Mohammad-Reza, « L’Iran dans ses frontières et au-delà », in Senarclens, Pierre de (dir.), (...)

4Par ailleurs, le caractère de zone-frontière religieuse de l’Irak ne fait qu’augmenter à la suite de plusieurs développements historiques. Face aux invasions afghanes de l’Iran en 1722, une grande partie des ulémas iraniens se réfugie dans les villes saintes d’Irak, contribuant au déplacement du centre de gravité académique du chiisme duodécimain de Qom et Machhad à Najaf et Karbala. Le développement de ces villes saintes est facilité par l’éclipse relative du pouvoir ottoman par les gouverneurs Mamelouks en Irak (1747-1831) et par la construction de grands canaux détournant le cours de l’Euphrate pour leur redonner vie8. Les pèlerinages et l’industrie funéraire y augmentent en conséquence9. Au niveau démographique, il faut aussi signaler que la majorité chiite de Irak est assez récente, puisqu’elle résulterait en grande partie de la conversion de vagues d’immigration bédouine en provenance de la péninsule arabique, à la fin du xviiie siècle et au xixe siècle. Signalons pour finir une modification dans les institutions mêmes du chiisme duodécimain, qui prennent une forme plus hiérarchisée au cours des xixe et xxe siècles10. Tous ces éléments contribuent à renforcer le caractère de zone-frontière religieuse de l’Irak. Jusqu’à la chute de l’Empire ottoman, les plaintes relatives au traitement de pèlerins iraniens et la non-reconnaissance du chiisme comme un courant légitime de l’islam (madhhab), ou même comme une religion acceptée (millet) par le Sultan-Calife restent notamment des pommes de discorde.

1.2. Vers la cristallisation d’un rapport de force

  • 11 Spector Simon, Reeva et Tejirian, Eleanor H., « The Creation of Iraq: The Frontier as State », in T (...)

For more than three hundred years, the Ottomans and Persians battled over the eastern frontier, continuing where the Byzantines and Persians had left off. The north had always been a particular point of conflict and confrontation, between Rome and Parthia […], then between Christian Byzantium and Persia, and finally between the Sunni Ottoman Empire and the Shii Persian Empire11.”

  • 12 Par exemple, il est intéressant de noter que les attaques simultanées de Saddam Hussein en 1980 son (...)
  • 13 Schofield, Richard N., « Laying it down in stone: delimiting and demarcating Iraq’s boundaries by m (...)

5L’Irak et l’Iran ont reçu, comme frontière nationale conjointe, une frontière impériale. Contentieuse en tant que limite impériale, elle le reste en tant que frontière nationale et il est frappant de constater que les hostilités frontalières se produisent souvent, dans l’histoire récente, sur et/ou pour les mêmes zones géographiques que durant les siècles précédents12. En fait, l’affinement puis la « nationalisation » de cette frontière, longue de 1 500 km, entrainent même des problèmes additionnels dans la mesure où ils donnent lieu dans les faits à la conquête, ou à la reconquête, de zones de facto autonomes durant des siècles, et à un contrôle plus sourcilleux des mouvements transfrontaliers13. La découverte de nouveaux gisements pétroliers, et l’importance croissante de cette source d’énergie depuis le début du xxe siècle et surtout depuis la Grande Guerre, accentuent également le potentiel belligène de cette frontière, qui se trouve coïncider avec ce que d’aucuns appellent le corridor du pétrole, une vaste bande de territoire s’étendant de la Caspienne à la Péninsule arabique en passant par le golfe Persique, concentrant les plus grandes réserves d’or noir au monde.

  • 14 Dans ses mémoires, le secrétaire de la délégation britannique de la commission de délimitation de l (...)
  • 15 Matthee, Rudi. « The Safavid-Ottoman Frontier: Iraq-i ‘Arab as Seen by the Safavids ». Internationa (...)

6La frontière entre l’Empire ottoman et la Perse a une longue histoire, dont les origines prédatent le commencement du Grand jeu de plusieurs siècles. Le conflit pluriséculaire entre la Perse et l’Empire ottoman commence au xvie siècle avec le renforcement concomitant des deux empires. Le premier est sur le point d’atteindre son apogée, et le second connaît une impressionnante remontée en puissance sous l’impulsion des premiers Safavides14. Réagissant à l’expansion fulgurante de Shāh Ismāīl vers l’ouest et à sa conquête de l’Irak en 1507-1509, les Ottomans, jusque-là davantage tournés vers l’Occident, entreprennent de combattre ce nouveau et puissant rival. Ils font à leur tour la conquête de l’Irak et de vastes portions de l’Iran actuel y compris Tabriz. Cependant, les guerres continuent de plus belle, si bien que la plupart du territoire de l’Irak actuel ne demeure jamais longtemps en paix ni sous une souveraineté unique et incontestée. Les limites approximatives des influences safavides et ottomanes fluctuent sans cesse de part et d’autre du Zagros. Entre 1508 et 1638, Bagdad elle-même change trois fois de mains, pour n’être intégrée finalement à l’Empire ottoman qu’en 163815.

  • 16 Djalili, Mohammad-Reza, « L’Iran dans ses frontières et au-delà », op. cit., p. 245.
  • 17 « Treaty of Peace and Frontiers: the Ottoman Empire and Persia, 17 May 1639 », in Hurewitz, Jacob C (...)

7En 1639, un traité de paix et de frontières est signé entre les deux puissances à Zuhāb (Qar-i Shirīn). Il est le premier de ce type conclu au Moyen-Orient16. Celui-ci diffère des accords de paix antérieurs en ce qu’il n’est pas conçu en termes humiliants pour la puissance vaincue, en l’occurrence la Perse, et surtout en ce qu’il proclame l’intention que le traité instaure des frontières et une paix définitives entre les deux puissances musulmanes (« jusqu’au jour du jugement »), citant à l’appui de cette paix islamique de nombreux adīth17. Le traité de Zuhāb servira de référence à tous les traités subséquents.

  • 18 Ibid.
  • 19 Sans compter les considérations stratégiques, Bagdad étant le carrefour de grandes routes commercia (...)
  • 20 Atabāt : hauts sanctuaires et lieux de pèlerinage chiites. Selon la tradition, le premier imam, ‘A (...)
  • 21 Tikriti, Nabil al. « Was there an Iraq before there was an Iraq? », International Journal of Contem (...)
  • 22 Matthee, « The Safavid-Ottoman Frontier: Iraq-i ‘Arab as Seen by the Safavids », op. cit., p. 163.

8Cependant, malgré l’harmonie islamique suggérée par sa formulation, cette convention ne fait que confirmer par écrit les pertes territoriales issues de la défaite persane. Le traité de Zuhāb se présente en effet sous la forme d’une lettre rédigée par le Grand Vizir Mustafa Pacha et soumise à l’approbation de la Perse vaincue18. Il ne clôt pas la rivalité territoriale des deux cours musulmanes, qui semblent irréconciliables. Les Safavides, et après eux les Qadjars, ne renoncent jamais définitivement à l’Irak, qui revêt une importance symbolique double, religieuse et historique19. Premièrement, pour un régime se réclamant de l’islam chiite, les ponctions et l’insécurité potentiellement encourues par les pèlerins sur le chemin des villes saintes d’Irak et sur celui de La Mecque ont naturellement quelque chose d’insupportable, notamment lorsque ces souverains eux-mêmes doivent se rendre en territoire ottoman pour s’acquitter de cet acte de piété. La tentation d’inclure Bagdad et les ‘atabāt au domaine impérial iranien ou du moins la prétention de le faire est importante pour l’honneur et la légitimité de la dynastie20. Deuxièmement, l’Irak fait aussi partie, dans l’esprit des Shahs safavides, du domaine symbolique de l’īrān zamīn (terre d’Iran), un concept désignant les terres ayant fait partie de l’Iran à un moment de leur histoire et les régions peuplées de locuteurs de « langues iraniennes ». En l’occurrence, Bagdad, dont le nom proviendrait par ailleurs de la langue persane, correspond presque à la situation géographique de l’ancienne capitale sassanide, Ctésiphon21. Pour Rudi Matthee, l’irrédentisme impérial serait même plus important que le facteur religieux dans l’esprit des Safavides : “[…] despite the strong religiously inspired ideological grounds […] the Safavid desire to control Baghdad and central Mesopotamia was motivated above all by irredentist territorial claims 22.”

9D’une perspective ottomane, l’Irak revêt aussi une importance symbolique. Le prestige passé de la capitale des califes abbassides a de quoi la faire convoiter par un souverain se réclamant de la direction temporelle et spirituelle de tous les Musulmans. Mais pour Constantinople, l’importance de l’Irak est peut-être surtout stratégique et commerciale, dans la mesure où ses fleuves offrent une route naturelle menant de l’Anatolie au golfe Persique et à l’océan indien. A mesure que l’Empire ottoman perd ses fertiles dominions balkaniques, l’Irak revêt aussi une importance croissante pour ses potentialités agricoles.

10De nombreuses guerres et incidents éclateront encore autour de la frontière avant que celle-ci ne soit délimitée et démarquée précisément à la veille de la première guerre mondiale.

  • 23 La définition d’une ligne-frontière dans la zone-frontière rencontre d’ailleurs une grande résistan (...)

11Par ailleurs, les limites définies par le traité de Zuhāb, comme par ceux qui suivront, ne représentent que l’issue transitoire d’un épisode de confrontation militaire éphémère, et non pas la configuration effective des souverainetés en temps de paix, ante ou post bellum. Une fois les armées parties, la situation reprend généralement son cours habituel, les souverainetés des capitales impériales ne demeurant souvent que très faibles ou purement nominales. Elles prennent la plupart du temps la forme d’une suzeraineté distante sur les chefs locaux, et non pas celle d’un contrôle territorial. Du reste, le mode de vie transhumant d’une bonne partie des populations de cette zone-frontière, tant du côté persan que du côté ottoman/irakien, rend illusoire la définition d’une frontière trop précise. Les souverainetés respectives évoluent sans cesse avec les migrations et les fortunes militaires des puissances locales23.

  • 24 La portion concernant l’Irak actuel est longue d’environ 1500 km.
  • 25 Voir les traités en question dans Hurewitz. Diplomacy in the Near and Middle East, vol. 1. p. 21 ss

12De fait, l’arrangement territorial de Zuhāb est très vague si l’on prend en compte que la frontière en question mesure environ 2 000 km24. Après une introduction fort longue, les clauses frontalières sont traitées en quelques alinéas seulement sous la forme d’une énumération de localités et de régions relevant de la Perse ou de l’Empire ottoman. Néanmoins, le traité de Zuhāb est un précédent dans la mesure où il formera la base formelle de tous les traités subséquents jusqu’au xixe siècle. À la fin de chaque guerre suivante, les traités de paix et de frontières se présentent comme un retour à cet arrangement approximatif. Le premier traité d’Erzeroum (1823) se réfère au traité de Kurdān (1746), qui lui-même se définit comme une remise en vigueur du traité de Zuhāb25.

13Malgré la constante fluctuation des zones d’influence respectives et des fortunes militaires, ces traités attestent d’une certaine stagnation de la limite moyenne entre les deux puissances dans la région, le Zagros semblant s’imposer, bon gré mal gré, comme une limite difficile à franchir durablement, dans un sens comme dans l’autre.

14Cependant, cette limite demeure une zone-frontière plutôt qu’une ligne-frontière. Or, avec le développement d’un intérêt occidental croissant pour la région au xixe siècle et les débuts du Grand jeu, ce « flou artistique » commence à être regardé comme indésirable par la Grande-Bretagne et la Russie, qui entreprennent d’intervenir dans la définition d’une frontière claire entre les deux grandes puissances régionales.

1.3. L’entremise anglo-russe et ses circonstances : l’affinement de la frontière et la laborieuse congélation d’un rapport de force douteux (1843-1914)

“It was almost two hundred years [after the conclusion of the Zohab treaty] that England and Russia first became involved in the Turco-Persian frontier dispute. […] In 1842 frontier frays on a large scale brought the two countries to the brink of war. […] Russia, having doubtless in mind the tranquillity of her newly acquired provinces of Armenia and Georgia, wished if possible to avert a war ; nor could Great-Britain, with her millions of Indian subjects and her trade interests in the Gulf, afford to look quietly on while the two Mussulman neighbours went to each other’s throats.”

  • 26 Hubbard, From the Gulf to Ararat, op. cit., p. 4-6.

Mémoires de G. E. Hubbard,
secrétaire de la délégation britannique de la Commission
de délimitation de la frontière turco-persane de 1913
26.

  • 27 Traité russo-persan de Golestân, 1813 ; traité russo-persan de Turkmanchai, 1828 ; traité russo-ott (...)

15En 1842, alors qu’une guerre de large envergure menace d’éclater entre les deux empires autour de leur frontière contestée, l’Angleterre et la Russie offrent leur médiation et obtiennent que la voie diplomatique soit privilégiée. Outre les dangers représentés pour son commerce et sa position stratégique, la Grande-Bretagne craint qu’une guerre entre les deux puissances régionales n’aboutisse à leur affaiblissement mutuel, qui les rendrait encore plus vulnérables à une Russie expansionniste qui vient d’acquérir une bonne partie du Caucase27. Du côté russe, le but principal de la médiation semble être la stabilité desdites provinces caucasiennes. Mais il y a matière à penser que pour Saint-Pétersbourg comme pour Londres, le désir d’une frontière définitive et plus précise procède également d’un souci de clarté institutionnelle. Au temps des concessions et des capitulations, il est important de connaître la limite géographique précise de chaque souveraineté pour connaître celle des privilèges obtenus auprès de tel ou tel souverain.

16Mais comment fixer une frontière quand la confusion et la discorde règnent ? Selon le corpus de traités de frontières précédents ? Difficile, étant donné leur laconisme et l’immense marge d’interprétation corollaire. Par ailleurs, certains des documents originaux, comme ceux du traité de Zuhāb dont les revendications des deux parties se réclament, semblaient avoir été égarés, comme en atteste ce document datant du 1er septembre 1844 :

  • 28 « Observations sur le mémorandum de Sir Stratford Canning, concernant les bases d’une solution arbi (...)

Aucune des deux puissances musulmanes ne possède de documents authentiques en faveur de ses réclamations, aucune d’elle n’a pu retrouver dans ses archives l’instrument du traité conclu en 1639 entre Schah Séfi et Mourad IV sur lequel reposent les conventions subséquentes de 1746 et 1822, et cependant toutes les deux invoquent à la fois le même traité à l’appui de leurs prétentions territoriales mais d’une manière toute contradictoire et dans un sens diamétralement opposé28

  • 29 Ibid.

17Le même document nous apprend que le gouvernement persan, ayant égaré le traité, en est réduit à se baser sur une version reproduite dans un ouvrage de géographie du xviiie siècle, dont la Porte conteste l’authenticité, et sur un atlas de 1808. Les Ottomans quant à eux se basent sur une version qu’ils disent tirer de leurs archives, sans jamais produire le document original. Leur version est également mise en doute par la Perse. En soutien à leurs prétentions territoriales, ils invoquent un dictionnaire et un livre d’histoire29.

18À défaut, peut-on se baser sur des critères linguistiques ou religieux pour clarifier la frontière en certains endroits ? Dans une telle région, cette méthode n’est d’une utilité que très faible. Les régions les plus souvent contestées (celle du Chatt al-Arab, de Sulaymāniyya et du district de Zuhāb) sont sans doute aussi celles où les langues parlées, étant les mêmes de part et d’autre de la frontière, ont le moins de potentiel en tant que facteurs de distinction. Dans la région de Sulaymāniyya, les Kurdes sont majoritaires d’un côté comme de l’autre. Dans le district de Zuhāb, il en est de même des Kurdes, des Lors et des Arabes. Pour ce qui est du Chatt al-Arab, ses deux rives sont peuplées d’une majorité d’arabophones, si bien qu’avant que Reza Shah ne restaure son ancien nom en 1923, on désignait généralement la province iranienne du Khuzestan sous le nom d’Arabestan.

19Peut-on se référer à la possession antérieure ? Certes non, car toutes les régions en question ont été possédées par l’une et l’autre des puissances à un moment de leur histoire, ainsi que le fait remarquer un plénipotentiaire ottoman au cours des négociations d’Erzeroum en 1843, contestant l’argumentation persane sur la province de Zuhāb (Qaṣr-i Shirīn) et de Sulaymāniyya :

  • 30 « Recherche historique du Plénipotentiaire ottoman, adressée au Plénipotentiaire de Perse, présenté (...)

Je ne conteste point qu’avant le temps du Sultan Suleïman, ces contrées-là aient appartenu à la Perse. Mais si la possession dans des temps reculés peut être considérée comme droit, alors la Turquie peut revendiquer Tabriz, qu’elle a conquis, et où elle a eu une série de gouverneurs30

20La géographie est-elle meilleure guide ? Sans doute est-elle le plus utile des repères possibles évoqués jusque-là. La chaine du Zagros a fait office de frontière naturelle entre de nombreux empires. Mais définir « le Zagros » comme frontière ne rendrait pas la limite plus précise, et ne résoudrait pas la question de la Mésopotamie méridionale et de la plaine de l’Arabestan/Khuzestan, une région quasiment dénuée de repères naturels hormis, dans son midi, le Chatt al-Arab, dont les rives et le cours sont hautement contestés.

  • 31 Uti possidetis, ita possideatis : « comme vous possédiez, vous continuerez de posséder ».

21Reste le principe du statu quo en tant que base de définition de la frontière, ou, en termes juridiques, le principe de l’uti possidetis de facto31. Face à la déficience du corpus de traités et à la divergence des interprétations, c’est cette méthode que les puissances médiatrices finiront par recommander, puis par faire adopter par les parties concernées pour la détermination des zones impossibles à délimiter de manière consensuelle :

  • 32 « Recherche historique du Plénipotentiaire ottoman […] », op. cit., note n32.

En présence de tant de complications et des difficultés graves qui entourent la question turco-persane, dans l’impossibilité d’établir un jugement sur la validité des prétentions mutuelles, je persiste à croire – et mon humble opinion est partagée par mon collègue d’Angleterre – qu’il ne reste qu’un seul et unique moyen d’arriver à une solution prompte du litige en question, savoir : de faire adopter par les deux parties le statu quo territorial pour base de tout accommodement. […] [Ainsi,] il ne s’agirait [plus] ni de consulter le texte altéré de traités égarés, ni les convenances ou les prétentions réciproques, mais simplement de constater et de désigner la ligne qui séparera désormais les possessions turques et persanes32

22À lire cette proposition, tout paraît simple. Mais comment identifier précisément le dit statu quo, là où les allégeances sont souvent faibles, fluctuantes et entremêlées ? Pire encore, comment faire admettre le résultat de cette investigation à l’Empire ottoman et à la Perse, sans que des pouvoirs arbitraux ne soient accordés aux médiateurs anglo-russes ?

  • 33 A phenomenon of procrastination unparalleled even in the chronicles of Oriental diplomacy. Hubbard, (...)

23La tâche s’avère difficile et même, en définitive, impossible. Gilbert Hubbard, membre de la commission de délimitation en 1913, exprime en ces termes la situation : la définition de la frontière turco-persane est « un phénomène de procrastination sans équivalent même dans les annales de la diplomatie orientale33. »

24Les documents britanniques témoignent de la difficulté de mettre d’accord les parties, mais aussi d’identifier un statu quo. La faiblesse des preuves produites attestent de souverainetés souvent intangibles. Par exemple, dans certains cas la « preuve » avancée se réduit au titre d’un notable :

  • 34 « Protocol of the Fifth Conference [of Erzerum], 14 November 1843 », in The Iran-Iraq Border, 1840- (...)

Dans la conférence précédente, désirant prouver que Souleïmanieh appartient à votre Gouvernement, vous avez avancé qu’Abdurrahman Pacha, Abdullah Pacha et Souleïmanieh Pacha avaient été institués par la Perse à la gestion de cette province. Cela n’est pas exact […] La seule désignation de pacha suffirait pour le prouver ; car, c’est un titre ottoman, comme celui de « Lord » est anglais34.

  • 35 Schofield, Richard N., « Laying it down in stone: delimiting and demarcating Iraq’s boundaries by m (...)

25Dans la région du Chatt al-Arab aussi, la limite des souverainetés est loin d’être plus facile à prouver, étant donné la grande autonomie des chefs locaux, qui ont même leur propre diplomatie35.

  • 36 Sulaymāniyya : prétentions persanes abandonnées sur la ville et la province. Province de Zuhāb : di (...)
  • 37 Voir le second traité d’Erzeroum (1847).

26Les négociations d’Erzeroum s’avéreront donc beaucoup plus difficiles que prévues. Au bout de quatre longues années, elles aboutissent à un traité de deux pages, réglant dans les grandes lignes les questions les plus contentieuses36, et instaurant une commission conjointe de délimitation37.

27Dans la pratique cependant, la commission à grand-peine à identifier les souverainetés, à les associer à un territoire, et à mettre les parties d’accord sur le terrain. Avec quelques interruptions dues à la guerre de Crimée et à la grande Crise balkanique de 1878, le processus se poursuit sans grand succès jusqu’en 1913, lorsque les médiateurs réussissent à faire admettre leur statut d’arbitres. En dix mois, ils parviennent alors à délimiter sur le terrain une frontière linéaire, qui sert encore, à quelques modifications près, de limite entre l’Iran et l’Irak.

28À propos de cette frontière qu’il a contribué à délimiter, Hubbard écrira :

  • 38 Hubbard, From the Gulf to Ararat, op. cit., p. 19.

There is one noticeable characteristic of the Turco-Persian frontier which is due partially to the piecemeal and deliberate way in which it has been created. It supplies instances of practically every principle of delimitation known to the science. A frontier may be geographical, racial, linguistic, religious or even purely artificial. That in question is all of these38.

  • 39 Selon l’accord anglo-russe de 1907, le nord est reconnu zone d’influence russe, le sud zone d’influ (...)

29Le processus d’affinement de la frontière traditionnelle s’est donc avéré impossible à établir ni sur le principe du statu quo, ni sur celui du consentement mutuel. Profitant de l’affaiblissement de la Perse subséquent à la Révolution constitutionnelle, la Porte occupe à nouveau de larges portions de son territoire septentrional, construit un fort à Fao, sur la rive du Chatt al-Arab, et prélève des taxes sur les navires à destination de la Perse. Or, ces développements deviennent d’autant plus inacceptables pour l’Angleterre et la Russie qu’en 1907, l’Iran est devenu une zone d’influence conjointe de ces deux puissances39. À cette considération s’ajoute, pour l’Angleterre, la concession pétrolière nouvellement obtenue en Iran par le sujet britannique William D’Arcy, qui commence à porter ses fruits. Avec le passage du charbon au pétrole de la Royal Navy, puis l’achat d’une majorité des parts de l’Anglo-Persian Oil Company par l’Amirauté, la Grande-Bretagne désire instamment éviter que l’Empire ottoman n’étende son territoire au détriment de la Perse dans la région pétrolifère de l’Arabestan/Khuzestan, sur la rive gauche du Chatt al-Arab, cette voie d’eau servant d’autre part de débouché maritime à la production de l’Anglo-Persian Oil Company.

  • 40 « Foreign Office to Sir G Lowther, British Ambassador, Constantinople, 2 March 1912 », in The Iran- (...)

30Par ailleurs, l’Angleterre essaye d’éviter que l’Empire ottoman n’élargisse son accès au golfe Persique, de peur que sa côte ne serve de terminal au chemin de fer Berlin-Bagdad. Suite à l’échec d’un cycle bilatéral de négociations initié en 1911, les puissances occidentales décident d’intervenir. La crainte britannique est que l’Empire ottoman, globalement mieux documenté que la Perse, ne soumette le cas à la nouvelle Cour de La Haye, qui risquerait d’entériner une modification territoriale aux dépens de l’Iran, et par extension, aux dépens de l’Angleterre40.

1.4. Vers une proto-nationalisation des territoires impériaux

31L’un des effets parallèles du processus de définition et d’affinement de la frontière est le changement de sa nature, découlant de sa perception par les puissances frontalières. Un changement que nous qualifions de proto-nationalisation du territoire.

  • 41 Kashani-Sabet, Firoozeh, « Fragile Frontiers: The Diminishing Domains of Qajar Iran ». Internationa (...)
  • 42 Le Dār al-funūn est une école polytechnique fondée à Téhéran en 1851 sousir al-Dīn Shāh.

32Au xixe siècle, à mesure que les domaines de la Perse et de l’Empire ottoman s’amenuisent sous la pression des impérialismes européens et des nationalismes centrifuges, leurs territoires restants commencent à revêtir davantage d’importance. Les frontières nationales de l’Iran actuel découlent des pertes territoriales qu’il connaît tout au long du xixe siècle. A la même époque, les domaines rouméliens et africains de l’Empire ottoman fondent comme neige au soleil. Il s’ensuit un gain (ou un regain) d’intérêt pour les territoires restants, que les puissances entreprennent de se réapproprier en donnant une consistance nouvelle à leur souveraineté. Dans ce contexte, les frontières prennent un nouveau sens. Firoozeh Kashani-Sabet identifie, dans l’Iran qadjar du xixe siècle, le développement d’une soif étatique de connaissances précises et statistiques sur le territoire de l’Iran et ses zones frontalières, qui se manifestent par l’envoi de plus en plus fréquent d’enquêteurs dans les régions reculées de l’Empire41. L’auteur reconnaît aussi la naissance d’un engouement pour la géographie et la cartographie, notamment discernable par le développement considérable de ces disciplines au Dār al-funūn de Téhéran42. Ces éléments dénotent ce que nous pourrions appeler une conquête mentale du territoire et une intériorisation proto-nationaliste de la carte de l’Iran et de ses limites, qui a son équivalent dans l’Empire ottoman.

33Dans le cas de la frontière turco-persane, le fait que sa définition et son affinement se fassent selon l’uti possidetis de facto encourage les puissances à renforcer leur présence dans les territoires limitrophes :

  • 43 Kashani-Sabet, Firoozeh, Frontier Fictions: Shaping the Iranian Nation, 1804-1946, Princeton, Princ (...)

Realising that lack of supervision in the periphery invited foreign intervention, which in turn resulted in loss of territory, the [Iranian] state made a concerted effort to learn about the borderlands and eventually to police them43.

34En Iran, ce processus, entamé au xixe siècle, prendra toute son ampleur sous Reza Shah, après une période de chaos centrifuge relatif subséquente à la Révolution constitutionnelle et à la Grande Guerre.

  • 44 La destitution des Mamelouks procède sans doute de la peur d’un renouvellement de la situation égyp (...)
  • 45 Hubbard décrit en ces termes le comportement du commissaire ottoman, Dervish Pacha, entre 1848 et 1 (...)

35Dans l’Irak ottoman, cette conquête/reconquête se produit tout au long du xixe siècle, depuis la destitution des princes mamelouks en 1831 et l’établissement d’un contrôle un peu plus direct de l’Irak par la Porte44. En fait, l’épisode de la définition de la frontière turco-persane, qui dure sept décennies, est aussi l’occasion pour les Ottomans de prospecter leurs domaines frontaliers et de « confirmer » leur souveraineté sur les domaines contestés. Les commissaires délimitateurs, dans leur correspondance, se plaignent fréquemment du comportement de la délégation ottomane, qui agit très indépendamment en menant ses propres « enquêtes », accompagnée d’unités armées45.

36La volonté de rendre les souverainetés plus tangibles et publiques (ou d’en faire apparaitre de nouvelles) induit, au xixe siècle, une inspection et une obstruction douanières plus sourcilleuses et un contrôle resserré des zones frontalières. Cette tendance à l’exclusivisme territorialiste a elle-même pour conséquence d’augmenter l’importance de posséder ces territoires, dont chaque parcelle peut devenir sujette à d’amères contestations.

37Bien que la frontière soit mieux définie au xxe qu’au xviie siècle, son potentiel belligène ne s’en trouve pas nécessairement réduit. Par ailleurs, celle-ci acquière de nouvelles dimensions problématiques, notamment géopolitiques, dès lors qu’elle devient la frontière d’un état-nation irakien, et non plus celle de l’Empire ottoman.

38Contrairement à ce dernier, qui avait ses ouvertures sur la Méditerranée, l’Irak moderne se retrouve presque enclavé. Il ne dispose, comme accès souverain à la mer, que du Chatt al-Arab.

39Comme nous le verrons dans le chapitre suivant, les prémisses de ce problème sont anciennes, tout comme la frontière persane. En effet, cet enclavement est initié par une évolution de la politique britannique dans le golfe Persique, qui n’est pas sans relation avec l’esprit et les efforts de reconquista ottomane que nous venons de traiter.

40Ces développements mènent la Grande-Bretagne à établir, en 1899, un protectorat sur l’émirat ottoman du Koweït, qui sera maintenu pour les raisons que nous verrons après la formation de l’Irak moderne.

Notes

1 Bayn al-ajam wa al-rūm balwā ibtalaynā. Tiré de Wardi, Ali, Lamaḥāt ijtimāiyya min tārīkh al-irāq al-ḥadīth, 1913-1990 [Aspects sociaux de l’histoire de l’Irak moderne], Bagdad, Intishārāt al-sharīf al-raḍiyy, 1992, vol. 1, p. 12. Traduction personnelle. Selon Wardi, le terme « Rūm » désignait, pour les Irakiens, non seulement les Byzantins, mais aussi les Ottomans, pour la raison que ces derniers étaient aussi basés à Constantinople, d’où ils étaient venus conquérir l’Irak.

2 Par commodité et sauf indication contraire, nous utiliserons généralement le terme « Irak » pour désigner le territoire actuel de l’État homonyme, même avant son existence dans sa forme actuelle.

3 Selon S. H. Longrigg, “Iraq […] was neither a land of Turks, nor attractive to them. In the earlier centuries it attracted few Turkish settlers […] in the latter it must rest content with the second rate of Turkish officialdom, since no one would gladly serve so far from home.” Longrigg, Stephen Hemsley, Four centuries of modern Iraq, Oxford, Clarendon Press, 1925, p. 323.

4 Istanbul-Bagdad : 1610 km ; Istanbul-Saint-Moritz : 1650 km.

5 Distances à vol d’oiseau : Bagdad-Istanbul = 1610 km ; Bagdad-Tabriz = 550 km ; Bagdad-Ispahan = 680 km ; Bagdad-Téhéran = 690 km.

6 Nakash, Yitzhak. The Shiʿis of Iraq, Princeton N.J, Princeton University Press, 1994, p. 23.

7 80 000 selon Lorimer (1915), rapporté par Nakash, Yitzhak. « [Persian] Diaspora in Iraq », Encyclopaedia Iranica Online (15 décembre 1995), http://www.iranicaonline.org ; 200 000 selon un rapport britannique de 1928 : « Confidential Memorandum [on] Relations Between Persia and Iraq, June 4 1928 », in Schofield, Richard (éd.), The Iran-Iraq Border, 1840-1958, Slough, Archives Editions, 1989, vol. 6, p. 841.

8 Selon Y. Nakash, la ville de Najaf n’aurait plus compté que trente maisons habitées au xvisiècle. Nakash, The Shiʿis of Iraq, op. cit., p. 15.

9 Beaucoup de corps étaient transportés d’Iran pour être inhumés dans les villes saintes.

10 Djalili, Mohammad-Reza, « L’Iran dans ses frontières et au-delà », in Senarclens, Pierre de (dir.), Les Frontières dans tous leurs états : les relations internationales au défi de la mondialisation, Bruxelles, Bruylant, 2009.

11 Spector Simon, Reeva et Tejirian, Eleanor H., « The Creation of Iraq: The Frontier as State », in The Creation of Iraq, 1914-1921, New York, Columbia University Press, 2004, p. 4.

12 Par exemple, il est intéressant de noter que les attaques simultanées de Saddam Hussein en 1980 sont lancées dans les régions du Khuzestan, de Qaṣr-i Shirīn (ancienne « province de Zuhāb »), et de Sulaymāniyya, trois régions contestées depuis des siècles entre l’Empire ottoman et la Perse, et trois routes d’invasions séculaires.

13 Schofield, Richard N., « Laying it down in stone: delimiting and demarcating Iraq’s boundaries by mixed international commission », Journal of Historical Geography, vol. 34, no 3 (juillet 2008), p. 414.

14 Dans ses mémoires, le secrétaire de la délégation britannique de la commission de délimitation de la frontière turco-persane de 1913 décrit cet épisode en ces termes : “[Persia’s] Risorgimento happened to correspond with the amazing wave of success which carried the Ottoman armies as far afield as Egypt and Tunis, and, eventually, to the very gates of Vienna”. Hubbard, Gilbert Ernest, From the Gulf to Ararat: an expedition through Mesopotamia and Kurdistan, Asian Education Services, 2003 (1916), p. 3.

15 Matthee, Rudi. « The Safavid-Ottoman Frontier: Iraq-i ‘Arab as Seen by the Safavids ». International Journal of Turkish Studies, no 9/1-2 (2003), p. 157.

16 Djalili, Mohammad-Reza, « L’Iran dans ses frontières et au-delà », op. cit., p. 245.

17 « Treaty of Peace and Frontiers: the Ottoman Empire and Persia, 17 May 1639 », in Hurewitz, Jacob Coleman, Diplomacy in the Near and Middle East: A Documentary Record, vol. 1: 1535-1914, New York, Octagon books, 1972, p. 21-23.

18 Ibid.

19 Sans compter les considérations stratégiques, Bagdad étant le carrefour de grandes routes commerciales importantes, ainsi que de routes fréquemment empruntées pour envahir l’Iran.

20 Atabāt : hauts sanctuaires et lieux de pèlerinage chiites. Selon la tradition, le premier imam, ‘Alī Ibn Abī Ṭālib repose à Najaf, tandis que Karbala abrite le tombeau du second imam martyr Ḥusayn, son fils. Kazimayn quant à elle contient les tombes des septième et neuvième imams Mūsā al-Kāẓim et Muhammad al-Taqiyy, Samarra les dixième et onzième imams ‘Alī al-Naqiyy et Ḥasan al-‘Askariyy.

21 Tikriti, Nabil al. « Was there an Iraq before there was an Iraq? », International Journal of Contemporary Iraqi Studies, vol. 3, no 2 (2009), p. 136.

22 Matthee, « The Safavid-Ottoman Frontier: Iraq-i ‘Arab as Seen by the Safavids », op. cit., p. 163.

23 La définition d’une ligne-frontière dans la zone-frontière rencontre d’ailleurs une grande résistance des populations locales. Lorsque la frontière sera finalement clairement démarquée sur le terrain en 1913, le Capitaine A.T. Wilson, membre de la délégation britannique et futur haut-commissaire pour l’Irak dira : “Arabs and Lurs took a pleasure in destroying [the boundary pillars] almost as soon as erected, and even boasted in advance of their intention of doing so as soon as the Commission left. […] Everywhere along the frontier pillars were pulled down a few days after the Commission had left; the more solidly constructed they were the more energy displayed in their demolition. It is very doubtful whether one pillar in twenty is still standing.” « Captain AT Wilson to Sir Edward Gray, 31 October 1914, Report on the Proceedings of the Turco-Persian Frontier Commission from July […] », in The Iran-Iraq Border, 1840-1958, vol. 6, Slough, Archives Ed, 1989, p. 25.

24 La portion concernant l’Irak actuel est longue d’environ 1500 km.

25 Voir les traités en question dans Hurewitz. Diplomacy in the Near and Middle East, vol. 1. p. 21 ss.

26 Hubbard, From the Gulf to Ararat, op. cit., p. 4-6.

27 Traité russo-persan de Golestân, 1813 ; traité russo-persan de Turkmanchai, 1828 ; traité russo-ottoman d’Andrinople, 1829.

28 « Observations sur le mémorandum de Sir Stratford Canning, concernant les bases d’une solution arbitrale du Litige turco-persan », in Schofield, Richard (éd), The Iran-Iraq Border, 1840-1958, vol. 1, Slough, Archives Ed, 1989, p. 391.

29 Ibid.

30 « Recherche historique du Plénipotentiaire ottoman, adressée au Plénipotentiaire de Perse, présentée à la Conférence d’Erzeroum le 8 novembre 1843 », in Schofield, Richard (éd.), The Iran-Iraq Border, op. cit., vol. 1. p. 138.

31 Uti possidetis, ita possideatis : « comme vous possédiez, vous continuerez de posséder ».

32 « Recherche historique du Plénipotentiaire ottoman […] », op. cit., note n32.

33 A phenomenon of procrastination unparalleled even in the chronicles of Oriental diplomacy. Hubbard, From the Gulf to Ararat, op. cit., p. 2.

34 « Protocol of the Fifth Conference [of Erzerum], 14 November 1843 », in The Iran-Iraq Border, 1840-1958, vol 1, op. cit., p. 145.

35 Schofield, Richard N., « Laying it down in stone: delimiting and demarcating Iraq’s boundaries by mixed international commission », Journal of Historical Geography, vol. 34, no 3 (juillet 2008), p. 411.

36 Sulaymāniyya : prétentions persanes abandonnées sur la ville et la province. Province de Zuhāb : divisée en région montagneuse persane et région plate ottomane. Chatt al-Arab : fleuve reconnu ottoman mais navigable librement, rive gauche reconnue persane.

37 Voir le second traité d’Erzeroum (1847).

38 Hubbard, From the Gulf to Ararat, op. cit., p. 19.

39 Selon l’accord anglo-russe de 1907, le nord est reconnu zone d’influence russe, le sud zone d’influence britannique.

40 « Foreign Office to Sir G Lowther, British Ambassador, Constantinople, 2 March 1912 », in The Iran-Iraq Border, 1840-1958, op. cit., vol. V, p. 3-4. […] an attempt should be made […] to induce the Turkish Government to agree to the settlement of the frontier by reference to a mixed commission at Constantinople. […] British interests in the Mohammerah region might be affected by an adverse arbitral award […] it would be […] desirable for the dispute to be settled without reference to the Hague Tribunal.”

41 Kashani-Sabet, Firoozeh, « Fragile Frontiers: The Diminishing Domains of Qajar Iran ». International Journal of Middle East Studies, vol. 29, no 2 (Mai 1997), p. 221 ss. http://www.jstor.org/stable/164017.

42 Le Dār al-funūn est une école polytechnique fondée à Téhéran en 1851 sousir al-Dīn Shāh.

43 Kashani-Sabet, Firoozeh, Frontier Fictions: Shaping the Iranian Nation, 1804-1946, Princeton, Princeton University Press, 1999, p. 63.

44 La destitution des Mamelouks procède sans doute de la peur d’un renouvellement de la situation égyptienne, où Muhammad Ali acquière une indépendance de fait et une puissance menaçante.

45 Hubbard décrit en ces termes le comportement du commissaire ottoman, Dervish Pacha, entre 1848 et 1852 : [The commission’s] work was delayed by the obstructiveness of both the principals, and in particular by the erratic Dervish Pasha – an over-zealous patriot, who thought to serve his country’s cause by breaking away periodically on « tours of investigation », in the course of which he would erect a line of boundary pillars to suit his own views”. Hubbard. From the Gulf to Ararat, op. cit., p. 9.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search