Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre XII. Vers une course aux armements dans l’espace

Texte intégral

1La conquête de l’espace a donné à la pensée de l’homme, autant qu’à sa capacité d’action, une dimension totalement nouvelle. Après s’être assuré la maîtrise de la terre et d’une grande partie des océans, il commença sérieusement, au tournant de ce siècle, à réaliser son rêve millénaire d’y ajouter la domination des airs. Malheureusement, ce nouvel exploit de l’intelligence humaine ne fut pas mis seulement au service de la paix. Pour la première fois, la possibilité d’une guerre totale devint réelle.

L’attrait de l’espace

2A partir de la Première Guerre mondiale, l’invention de l’aviation permit le bombardement, non seulement des forces armées de l’ennemi, mais également de sa population civile. La séparation traditionnelle entre le « front » et « l’arrière » fit place au flou, avant de disparaître entièrement. Depuis lors, plus personne ne peut avoir la certitude d’échapper aux horreurs de la destruction et de la mort infligées par la guerre. Avec le second conflit mondial et ses prolongements, l’humanité fit un pas de plus en direction de l’espace, si bien que la troisième dimension du combat s’élargit peu à peu à l’infini.

  • 1 Ainsi, en 1986, neuf ans après son lancement, la sonde américaine Voyager 2 pourrait contourner la (...)

3Le 4 octobre 1957, le premier satellite (de fabrication soviétique) entra en orbite. Trois ans et demi plus tard, le 12 avril 1961, un cosmonaute soviétique, Yuri Gagarin, était le premier homme de l’histoire à voyager dans l’espace. Le 21 juillet 1969, deux astronautes américains, Neil A. Armstrong et Edwin E. Aldrin, posaient le pied sur la lune. Ces expéditions marquent jusqu’à aujourd’hui les limites du voyage de l’homme dans l’espace. Mais la technologie est allée bien au-delà. Elle envoie des astronefs à des millions d’années-lumières de notre planète.1 D’immenses efforts sont accomplis pour placer des laboratoires entiers en orbite ou pour mettre en service un système de transport régulier dans l’espace (la « navette spatiale » américaine par exemple).

4L’aventure humaine vers l’infini ne s’arrêtera probablement pas là. Quand Armstrong et Aldrin « alunirent », ils jurèrent qu’ils « venaient pour la paix de toute l’humanité ». Cette déclaration n’était sans doute qu’un reflet de l’optimisme général qu’inspirait alors la conquête de l’espace. On pensait qu’une entreprise aussi passionnante ne pouvait et ne devait que servir la paix en encourageant la coopération et la compréhension internationales. On espérait même qu’elle serait capable de susciter un sentiment de solidarité parmi les habitants de la planète. Après tout, ils affrontaient ensemble un univers peuplé des mêmes mystères et des mêmes promesses. La foi en les capacités de l’homme et de la science moderne est très probablement restée intacte pendant les années 1950 et 1960. Rappelons-nous seulement le respect timoré avec lequelle les nations du monde entier écoutaient les « bip-bip » du sputnik accomplissant ses révolutions dans l’obscurité au-dessus de leur tête.

5Depuis les débuts de l’« ère spatiale », la technologie a progressé à pas de géant. L’espace est devenu une donnée de la vie quotidienne. En plus des deux superpuissances, trois autres pays — la Chine, l’Inde et le Japon — et une organisation internationale — l’Agence Spatiale Européenne (ESA) — ont placé des satellites en orbite. D’autres suivront très certainement. L’espace est aujourd’hui le terrain habituel de mise en oeuvre de projets en tous genres et les conséquences bénéfiques de son exploitation sont supposées démontrées. Il est utilisé par des satellites intégrés à un réseau mondial de communication, qui servent également à l’observation et à la prévision météorologiques, au guidage des navires et des aéronefs et à la détection à distance des ressources terrestres.

6Vu la multiplicité des usages possibles de l’espace, il n’est pas surprenant que le nombre d’Etats (ou de groupes d’Etats) qui participent à des programmes spatiaux se soit accru ces dix dernières années. A côté des pays déjà évoqués, beaucoup d’autres auront bientôt leur propre satellite en orbite autour de la planète (lancé pour leur compte par des pays technologiquement plus avancés).

Vers une militarisation de l’espace

7De nombreux satellites à vocation civile sont très proches des systèmes spatiaux à destination militaire. Pour certaines missions, comme la navigation, le secteur civil utilise des satellites militaires. Néanmoins, jusqu’à une date récente, il était possible de distinguer clairement les deux types d’activités. Par exemple, les programmes américains à engins habités des années 1960 et 1970 servaient presque exclusivement des buts scientifiques. C’était vrai aussi, quoi qu’à un moindre degré, des programmes soviétiques jusqu’au milieu de la décennie 1970 (on est beaucoup moins bien renseigné à ce sujet et on est donc réduit, dans une certaine mesure, à se baser sur des spéculations).

  • 2 World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1981, London, Taylor & Francis 1981 p. 121.

8Le décor a commencé à changer au cours des années 1970. La ligne de séparation entre les usages civils et militaires de l’espace devint de plus en plus floue et les efforts portèrent incontestablement sur ce second domaine. Environ 75 % des satellites lancés pendant cette période (la majorité des lancements ayant eu lieu au cours de la seconde moitié de la décennie) répondaient à des objectifs militaires. Au total, ce sont plus de 1. 700 satellites militaires qui furent envoyés sur orbite par les Etats-Unis, l'Union Soviétique, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et l'Alliance Atlantique. 2

9La navette spatiale américaine et le programme soviétique Salyut sont tous deux chargés de missions à la fois civiles et militaires. A ce sujet, on constate que des opérations militaires toujours plus nombreuses sont déjà dépendantes de l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique et qu'elles seront amenées à le devenir encore davantage. Les satellites sont aujourd'hui partie intégrante des plans de défense des deux superpuissances et le même phénomène pourrait intervenir, quoi qu'à une échelle plus modeste, pour d'autres pays. La France, la Chine et l'Inde ont toutes trois des projets de mise en orbite de satellites de reconnaissance pour le milieu des années 1980. Cependant, l'accident tragique de la navette « Challenger » en janvier 1986, auquel il faut ajouter l'explosion d'un lanceur de satellites Titan 34.D en avril et d'une fusée Delta en mai 1986, a porté un sérieux coup de frein au programme spatial américain. En outre, les coûts croissants de l'industrie de l'espace inciteront probablement au réexamen de leurs projets par de nombreux pays.

10Néanmoins, le ciel menace d'être surpeuplé, à la fois à cause de sa « commercialisation » pour des besoins civils divers et à cause de sa militarisation que l'on voit, non sans inquiétude, progresser de jour en jour. De nouveau, ce sont les deux superpuissances qui mènent la danse.

11Les craintes exprimées par certains sont en train de devenir réalité.

12Derrière l'émerveillement qu'avait suscité l'exploration de l'espace et les espoirs qu'on avait placés dans ses immenses potentialités s'est profilée une certitude dérangeante : l'espace et la technologie destinée à sa conquête sont promis à bien d'autres avenirs qu'une exploitation uniquement pacifique. Tous deux se sont progressivement, mais inexorablement, transformés en une nouvelle arène de la rivalité américano-soviétique. Ils ne pouvaient donc demeurer hors des plans des appareils militaires, de sorte que la force motrice (et le financement) des usages pacifiques de l'espace devait provenir du domaine militaire plutôt que civil.

13Il est utile de se souvenir que le lancement de satellites ne fut rendu possible que grâce au développement de fusées et de propulseurs puissants, dont la fonction essentielle était — et demeure — de véhiculer des têtes nucléaires sur de longues distances jusqu'au territoire de l'ennemi. Des considérations militaires plus que tout autres fournirent la justification (et les fonds) nécessaire à la mise en œuvre de programmes spatiaux aux coûts prohibitifs et capables de performances techniques inconnues jusqu'alors. Sans doute, cette motivation reste-t-elle essentielle aujourd'hui, alors que la compétition américano-soviétique continue de couvrir de son ombre toutes les activités liées à l'exploitation de l'espace.

  • 3 Cf. SIPRI, Outer Space-Battlefield of the Future ?, London, 1978 ; Bhupendra Jasani, « The Militar (...)

14L'utilisation militaire de l'espace extra-atmosphérique peut être divisée en cinq catégories  :3

  1. La reconnaissance  : les satellites de reconnaissance photographique et électronique sont utilisés pour la vérification des accords de limitation des armements et la surveillance d'activités militaires telles que la concentration des forces terrestres ou le déploiement de certaines armes (comme les rampes de lancement de missiles), ainsi que pour la conduite des conflits en cours.
  2. La navigation  : les satellites de navigation sont employés pour fournir aux missiles balistiques en cours de vol une information sur la position des cibles et les risques d'attaque par l'aviation ennemie, et, depuis une date récente, pour des tâches de guidage et d'orientation des forces basées à terre. Le système américain NAVSTAR, constitué de 18 satellites, sera capable de servir d'instrument de navigation à l'ensemble des forces navales, aériennes et terrestres, sur toute la surface du globe.
  3. Météorologie et géodésie : les prévisions météorologiques et la cartographie électronique de la surface terrestre ont de nombreuses applications civiles, mais elles peuvent également servir à des fins militaires. Le missile de croisière, par exemple, navigue à l'aide d'informations cartographiques précédemment enregistrées, qui permettent de le guider jusqu'à sa cible avec une remarquable précision.
  4. Les communications  : la communication par satellites permet aux états-majors d'être simultanément en contact avec des terminaux situés à des milliers de kilomètres les uns des autres. Elle est donc un instrument indispensable, à l'époque des armes ultra-rapides et des engagements militaires à l'échelle planétaire.
  5. Les systèmes antisatellites  : ces systèmes ont pour objectifs de détruire les satellites de l'adversaire, d'usage civil ou militaire. Ils peuvent être basés au sol, sur des aéronefs ou dans l'espace.

15La mission des satellites la plus sujette à discussion est la destruction (« killing ») d'autres satellites. Alors que les satellites « classiques » peuvent être utilisés à la fois pour des missions pacifiques et militaires, les satellites « tueurs » ne remplissent qu'une seule fonction, qui est militaire et destructrice.

Une course à venir

16Comme fondement ou comme prétexte à leur développement, on invoque le fait que les deux superpuissances sont devenues de plus en plus dépendantes de l'utilisation de l'espace pour le commandement, le contrôle et les communications militaires (le « C3 »). Ainsi, 70 à 80 % de l'ensemble du C3 américain à longue distance est aujourd'hui transmis par satellites. Cette dépendance ne devrait pas être une cause d'inquiétude en temps de paix, mais elle offre une très grande vulnérabilité aux attaques ennemies en cas de guerre. Le pays qui réussira le premier à détruire les satellites de son adversaire s'assurera une supériorité incontestable. De là le désir de développer des satellites « tueurs » capables d'éviter un coup fatal par une attaque préemptive.

17Dans les années récentes, les Etats-Unis et l'Union Soviétique ont tous deux conduit des recherches sur la destruction des satellites et mis au point diverses méthodes pour y parvenir. Au début des années 1960, ils avaient passé un Traité d'interdiction partielle des essais nucléaires prohibant — entre autres — l'expérimentation dans l'espace extra-atmosphérique. En outre, la Résolution 1884 (1963) des Nations Unies appelait à une interdiction du déploiement des armes nucléaires dans l’espace extra-atmosphérique. Cependant, les Etats-Unis commencèrent à faire des essais sur un système antisatellite (ASAT) actif en 1964, par mesure de précaution contre un possible déploiement de « bombes orbitales » par l’Union Soviétique.

18Entre 1964 et 1968, ils effectuèrent huit essais ASAT à partir d’une version révisée du missile antimissile balistique Nike-Zeus, et seize autres à partir d’un missile Thor modifié, les deux types de missiles étant porteurs de têtes nucléaires. L’entreprise fut abandonnée lorsque l’on s’aperçut que les explosions à faible altitude menaçaient d’endommager les satellites américains et soviétiques placés en orbite. Les Etats-Unis annulèrent un autre programme ASAT en 1971, après que l’Union Soviétique ait mis fin à ses propres expérimentations qui avaient commencé en 1968.

  • 4 Cf. Stephen M. Meyer, « Soviet Military Programmes and the New High Ground », Survival, XXV/5, Sep (...)

19En 1976, la reprise des essais ASAT par l’URSS surprit les observateurs, qui l’interprétèrent comme la preuve qu’elle portait un intérêt à long terme au développement d’armes antisatellites. D’après les statistiques disponibles, elle a envoyé beaucoup plus d’engins dans l’espace que ne l’ont fait les Etats-Unis : en 1982, ces derniers placèrent moins de deux douzaines de satellites en orbite, contre un total de 119 pour l’Union Soviétique. Dans les années 1970, plus de 60% des satellites soviétiques étaient chargés de missions militaires. Plus récemment, cette proportion approchait les 75%, alors que 10 % fournissaient des services à la fois civils et militaires.4 L’URSS a en particulier commencé à faire des essais sur des satellites capables de détecter et poursuivre d’autres satellites et de les détruire en explosant à proximité.

  • 5 Ibid., p. 224.

20Ces activités ne pouvaient pas manquer de soulever des inquiétudes quant aux intentions et capacités soviétiques dans le domaine ASAT. Cependant, aussi impressionnants que soient les chiffres, ils ne révèlent pas grand-chose du potentiel se trouvant à la disposition du Kremlin. Tout d’abord, l’URSS a besoin d’un nombre supérieur de satellites de reconnaissance parce que ses appareils sont moins performants que leurs équivalents américains. Deuxièmement, les essais qu’elle a conduits sur les systèmes ASAT n’ont pas mené à de très bons résultats ou ont eu lieu en orbite relativement basse. A l’heure actuelle, il semblerait que le programme soviétique d’interception ASAT soit classé assez loin dans l’ordre des priorités5 ou soit simplement en retard sur une technologie spatiale américaine beaucoup plus avancée.

21Nonobstant de telles caractéristiques, le programme soviétique ASAT suffit à persuader le gouvernement américain qu’il était nécessaire de développer une capacité de représailles en mesure de contrecarrer une menace soviétique potentielle dans l’espace. Vers la fin de son mandat, le Président Carter rompit les négociations en cours sur la possibilité d’une interdiction des systèmes ASAT (la justification officielle de son geste fut l’intervention soviétique en Afghanistan) et ordonna la reprise du programme ASAT américain. Après son investiture, le Président Reagan donna à l’ensemble du projet une orientation et un dynamisme nouveaux. Peu à peu se dessina un recentrage très net vers un système de défense stratégique basé dans l’espace, qui appelait au développement de nouvelles technologies plutôt qu’à l’amélioration des techniques traditionnelles. A l’évidence, ce programme sera financièrement très lourd. Le budget initial de la recherche jusqu’à l’année fiscale 1989 s’élève à 26 milliards de dollars, mais les coûts d’un éventuel déploiement atteindront probablement plusieurs fois cette somme.

  • 6 Caspar Weinberger, Annual Report to the Congress, Fiscal Year 1984, Washington D. C., 1983, p. 227

22Dans son rapport annuel au Congrès pour l’année fiscale 1984, le Secrétaire américain à la Défense, Caspar Weinberger, annonçait que des travaux étaient en cours pour se doter d’une capacité antisatellite (à l’aide d’un véhicule miniature lancé à partir d’un avion de combat F-15 en direction des satellites ennemis). Au sujet du système de défense contre les missiles balistiques (BMD), il déclarait que la technologie devait être développée jusqu’à un degré « permettant (aux Etats-Unis) de mettre rapidement en service un système BMD perfectionné et très performant au cas où le besoin s’en ferait ressentir ».6

23Eu égard à l’état général de sa technologie en comparaison avec les moyens américains et l’effort accéléré des Etats-Unis dans la période récente, on peut s’attendre à ce que l’URSS soit bientôt dépassée dans le domaine des ASAT. Ceci se vérifie en particulier pour les armes nouvelles comme les lasers à haute énergie et les systèmes à faisceaux de particules neutres ou chargées. Bien que ces dispositifs en soient encore à un stade initial de mise au point, on les considère comme porteurs d’avenir en matière de « guerre » ou de « défense » spatiale. Dans un discours prononcé le 23 mars 1983, le Président Reagan proposait que les Etats-Unis « entament un programme visant, par des mesures défensives, à contrecarrer la terrible menace des missiles soviétiques ». Il poursuivait « Je prescris des études intensives et complètes pour définir un programme à long terme de recherche et de développement, afin de commencer la réalisation de notre objectif ultime, l’élimination de la menace que constituent les missiles stratégiques.  » Aujourd’hui, ce programme est connu sous le nom d’« Initiative de Défense Stratégique » (IDS). Par cette déclaration, le Président des Etats-Unis n’exposait pas seulement sa vision d’un système révolutionnaire destiné à la défense antimissiles ; il ouvrait aussi le champ à une utilisation — ou à une utilisation systématique — de l’espace pour les besoins de la « défense stratégique » au sens large, y compris, très probablement, la défense antisatellites. Une large gamme de technologies dites « à énergie dirigée », telles que les rayons lasers, serait incluse dans ce projet. Il ne s’agit donc pas seulement d’une proposition — encore très vague — pour redonner vie au vieux rêve d’une défense sans faille contre les missiles stratégiques, mais d’un défi lancé au programme spatial soviétique ou, plus exactement, à l’intention imputée à Moscou de chercher à acquérir la supériorité militaire dans l’espace.

  • 7 Colin S. Gray, « Space is not a Sanctuary », Survival, XXV/5, September/October 1983, p. 197.

24Selon l’un des partisans du système antisatellites, « à partir du moment où les Etats-Unis ont décidé d’exploiter l’espace à des fins militaires... il est certain que l’URSS essaiera de mettre en danger les appareils américains placés en orbite ».7 L’importance militaire du programme spatial américain est telle qu’il est impensable que l’URSS renonce à prendre des contre-mesures. En résumé, le décor est donc prêt pour une nouvelle course aux armements qui n’est pas du genre à être promise à une fin imminente : en effet, aucune des parties n’est prête à renoncer à ses satellites depuis qu’ils ont acquis un rôle central dans les opérations militaires. Au contraire, chacune déploiera tous ses efforts pour les améliorer et, par mesure de précaution, pour mettre au point des armes qui, si nécessaire, seront capables de détruire les systèmes correspondants de l’adversaire.

L’insuffisance des garde-fous

25Le cadre est en place pour une compétition et, éventuellement, une guerre dans l’espace. Est-ce inévitable ? Comme on l’a mentionné, il y a eu certaines tentatives dans le passé pour éviter que l’espace extra-atmosphérique ne soit abusivement utilisé à des fins militaires potentiellement désastreuses. Le Président Carter renoua avec cette tradition en 1978, en prenant l’initiative de nouvelles négociations avec l’Union Soviétique sur l’interdiction des armes antisatellites. Les premières conversations exploratoires eurent lieu à Helsinki en juin de la même année. Elles furent suivies d’une seconde série de discussions à Berne en janvier et février 1979 et d’une troisième — qui fut aussi la dernière — à Vienne entre avril et juin 1979. Une quatrième rencontre ne devait pas voir le jour : comme beaucoup d’autres entreprises, elle fut victime de la détérioration accélérée des relations américano-soviétiques qui suivit l’intervention en Afghanistan à la fin de 1979, puis la déclaration de l’embargo sur les livraisons de céréales à l’URSS par le Président Carter.

26Mais derrière ces actes publics se dissimulaient des calculs plus subtils : l’objectif des Etats-Unis était de « rattraper » l’URSS en matière d’essais sur les systèmes antisatellites, afin d’éviter de se trouver réduits en position d’infériorité ; l’Union Soviétique avait l’intention d’utiliser la négociation pour mettre fin au programme américain d’exploitation de la navette spatiale, considérée comme un support possible pour les armes antisatellites. Prenant conscience de l’imminence du danger d’être dépassée, elle proposa un moratoire qui aurait « gelé » le développement des ASAT de chaque côté. Mais du fait qu’aucune assurance n’était donnée quant à l’existence de mesures de vérification efficaces, le gouvernement américain n’eut aucune peine à rejeter l’offre. Depuis lors, ni Washington, ni Moscou n’a avancé de propositions concrètes pour une nouvelle négociation.

27A l’heure actuelle, aucune barrière juridique n’est susceptible d’empêcher les superpuissances ou tout autre pays d’utiliser l’espace à des fins militaires. Il est vrai que les premières ont signé non moins de huit traités ou accords posant certaines limites à la militarisation de l’espace extra-atmosphérique. Parmi eux, on peut citer :

  • Le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires de 1963, précédemment mentionné ; il interdit les explosions nucléaires dans l’espace extra-atmosphérique.
  • Le Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967, interdisant la mise en orbite de tout objet porteur d’armes nucléaires ou de tout autre type d’armes de destruction massive.
  • Le Traité sur les systèmes antimissiles balistiques (ABM) de 1972 (SALT I), interdisant la mise au point, l’expérimentation et le déploiement de systèmes ABM dans l’espace et l’interférence avec les « moyens techniques nationaux de vérification », y compris les satellites.
  • Le second Traité sur la limitation des armes stratégiques offensives (SALT II), par lequel les Etats-Unis et l’Union Soviétique réaffirment l’engagement contenu dans SALT I de ne pas « interférer » avec leurs moyens de vérification réciproques.

28De ces accords relèvent donc deux types d’interdictions fondamentales. Elles touchent, d’une part le stationnement d’armes de destruction massive dans l’espace extra-atmosphérique, d’autre part « l’interférence » avec les moyens nationaux de surveillance et de vérification d’autres pays. Certes, ces mesures sont utiles et importantes en soi, mais elles sont loin de suffire à ériger une barrière infranchissable contre la militarisation de l’espace et encore moins contre son exploitation en cas de guerre.

  • 8 Ibid. p. 202.
  • 9 Dr. Zeiberg, US Deputy Under-Secretary of Defence, US Congress Senate Committee on Armed Services, (...)

29On peut difficilement compter, par exemple, les armes à énergie dirigée (comme les rayons lasers) parmi les armes de destruction massive : « D’après les registres diplomatiques, on a de bonnes raisons de croire que les Soviétiques partagent l’opinion des Américains » selon lesquelles elles ne le sont pas.8 En réalité, on est en droit d’affirmer que plusieurs des accords mentionnés ont partiellement légalisé les activités militaires dans l’espace. Quand les textes ne se prononcent pas, on leur reproche d’avoir laissé des vides autorisant justement le genre d’activités que sont en train de mener les superpuissances (et que mèneront très probablement d’autres pays d’ici quelques années). Comme le faisait remarquer un fonctionnaire américain de haut rang, « à l’heure actuelle, aucun accord n’est en vigueur sur la mise au point des systèmes ASAT, et leur utilisation n’est interdite que contre un nombre très limité de satellites ».9 Les portes menant à une nouvelle « course aux armements » dans l’espace sont donc loin d’être verrouillées. Elles restent au contraire presque béantes et, jusqu’à ce qu’une négociation vienne les fermer ou en rétrécir l’entrée, on peut craindre que l’espace ne se transforme en un nouveau terrain de la compétition armée américano-soviétique.

30Mais les dés ne sont peut-être pas encore jetés. Est-il possible qu’il ne soit pas trop tard pour éviter une future « militarisation de l’espace » ? De nombreuses technologies spatiales n’en sont encore qu’à leurs premiers balbutiements et on pourrait peut-être mettre un terme à leur développement. Cependant, décider d’un tel arrêt est aussi difficile que de vérifier les accords portant sur l’utilisation de l’espace. Aucune de ces entreprises ne pourra réussir tant que les Etats-Unis et l’Union Soviétique et, de fait, le monde entier, ne seront pas prêts à s’y atteler résolument. Au vu des enseignements que nous a légués l’expérience, ce serait un réel miracle si les nations parvenaient à surmonter la méfiance et les rivalités qui entravent leur quête d’une plus grande sécurité jusque dans le domaine infini de l’espace.

Notes

1 Ainsi, en 1986, neuf ans après son lancement, la sonde américaine Voyager 2 pourrait contourner la planète Uranus avant d’échapper au système solaire et d’entrer dans l’espace intersidéral.

2 World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1981, London, Taylor & Francis 1981 p. 121.

3 Cf. SIPRI, Outer Space-Battlefield of the Future ?, London, 1978 ; Bhupendra Jasani, « The Military Use of Outer Space », in SIPRI Yearbook 1983, pp. 427-47.

4 Cf. Stephen M. Meyer, « Soviet Military Programmes and the New High Ground », Survival, XXV/5, September/October 1983, p. 204.

5 Ibid., p. 224.

6 Caspar Weinberger, Annual Report to the Congress, Fiscal Year 1984, Washington D. C., 1983, p. 227.

7 Colin S. Gray, « Space is not a Sanctuary », Survival, XXV/5, September/October 1983, p. 197.

8 Ibid. p. 202.

9 Dr. Zeiberg, US Deputy Under-Secretary of Defence, US Congress Senate Committee on Armed Services, Hearings, 96th Congress, 1st Session, March/April 1979, cité par Paul Stares, « Arms Control in Outer Space : On Trying to Close the Stable Door before the Horse Bolts », Arms Control, I/3, December 1983, p. 335.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search