Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre Χ. Rivalités mondiales et conflits locaux: la liaison entre le Nord et le Sud

Texte intégral

La liaison entre le Nord et le Sud

1On a souvent dit — peut-être trop souvent — que le monde était devenu un village, ce qui se passe à l’une de ses extrémités étant presque instantanément ressenti à l’autre bout. Il est indéniable que le réseau des liens tissés autour du globe devient de plus en plus dense. Le développement des télécommunications et des transports en est la manifestation la plus évidente. Mais les armes, ainsi que le pouvoir qu’ont certains pays de les déployer dans des régions de plus en plus lointaines, en sont une seconde preuve. Les deux superpuissances ont maintenant les moyens d’être présentes partout dans le monde. D’autres pays pourraient les imiter prochainement.

2Bien sûr, ce n’est pas seulement l’omniprésence des deux grandes puissances qui couvre la planète d’armes et de soldats. Le commerce mondial des armes, tel qu’on l’a décrit au chapitre VIII, en est aussi responsable. L’expansion de la production militaire, au Nord comme au Sud, et les conflits toujours plus nombreux incitent à chercher à renforcer les arsenaux, à acquérir des pièces de rechange et à se doter dans la mesure du possible de matériel toujours plus sophistiqué.

3En résumé, on ne peut que constater avec regret la présence d’un potentiel militaire plus vaste que jamais sur la surface du globe, et ceci non seulement en Europe et dans le monde industrialisé du Nord, mais dans des régions où, il y a seulement vingt ans, les armes n’avaient guère qu’une valeur symbolique. Ajoutez à cela que l’évolution va dans le sens d’une future augmentation. Toutefois, la tendance est moins nette que beaucoup ne l’avaient craint au moment où le commerce des armes atteignait des sommets encore inégalés, c’est-à-dire dans le milieu des années 1970. Actuellement, il semble qu’un ralentissement du processus de production se produise dans un grand nombre de pays, à la fois industrialisés et en voie de développement.

4Les raisons en sont assez évidentes. La diminution ou la stagnation des dépenses d’armement est le résultat direct de la récession économique d’une part, de l’accroissement de la demande pour des besoins sociaux d’autre part. Existe-t-il un point de saturation en matière d’armement, qu’aucun pays n’aurait l’envie, ni les moyens de franchir? Il est possible en effet que des nécessités politiques et économiques poussent les gouvernements à réviser les provisions de leur budget militaire et à les réduire en faveur d’exigences plus pressantes sur le plan intérieur. Il est trop tôt pour dire si une « maîtrise des armements » pourrait intervenir par le biais de la rigueur économique, et pour savoir où et comment elle pourrait se manifester. Pour le moment, on a des raisons d’espérer que les arsenaux ne poursuivront pas éternellement la croissance vertigineuse de ces dernières années. Mais, même dans ce cas, on peut émettre plusieurs réserves.

5Tout d’abord, le phénomène du déclin ou de la stagnation des dépenses d’armement n’est pas général. Les exceptions sont nombreuses et ne concernent pas que des États de moindre envergure. Deuxièmement, si les études qui prévoient une tendance à l’augmentation du nombre des conflits dans le Tiers-Monde sont exactes, il faut s’attendre à une reprise des dépenses d’armements dans les pays et régions directement affectés. Troisièmement, l’Union Soviétique étant aujourd’hui militairement présente sur l’ensemble du globe, on peut supposer que des conflits toujours plus nombreux se transformeront en terrains d’essai de la confrontation Est-Ouest et, plus spécifiquement, de la compétition américano-soviétique. On assiste actuellement à une expansion de la rivalité entre les superpuissances à des régions qui en étaient restées à peu près exemptes — l’Union Soviétique étant soit absente de la scène, soit trop faible pour traiter avec les Etats-Unis d’égal à égal.

6Ces réserves sont importantes, car elles montrent que les facteurs de stimulation de la croissance des armements restent puissants, quelles que soient les contraintes d’origine économique ou autre. Elles méritent d’être examinées de plus près. Que l’on cite ici les Etats-Unis et l’Union Soviétique ne surprendra personne. Pour des raisons ayant trait à la fois à leurs propres exigences de sécurité et à une course aux armements sans répit entre elles, le taux de croissance de leurs dépenses militaires demeure constant (c’est le cas de l’Union Soviétique depuis vingt ans) ou se signale à l’occasion par des pointes très nettes, comme c’est le cas aux Etats-Unis depuis le début des années 1980. Leur comportement reste le même en dépit des sombres prévisions qui affectent leur situation économique: état de faiblesse chronique d’un côté, dangereuse augmentation du déficit budgétaire dans l’autre.

  • 1 Cf. International Institute for Strategic Studies, The Military Balance 1983-84, London, 1983.

7Mais il existe d’autres exceptions.1 Certains pays producteurs de pétrole, comme l’Arabie Saoudite et les Etats du Golfe, sont encore capables de mener des programmes de construction militaire à long terme sans leur faire subir des coupes trop importantes, ce qui leur permet de continuer d’acquérir une large gamme d’équipements perfectionnés et des infrastructures militaires modernes.

8Mais la situation la plus préoccupante est celle des pays qui sont partie prenante à un conflit ouvert ou latent. C’est le cas de la Syrie et d’Israël ou de l’Iran et de l’Iraq. Tous ces Etats éprouvent le besoin de remplacer leurs pertes et de moderniser leurs forces armées et sont prêts à utiliser toutes les occasions pour acquérir des armes nouvelles et plus performantes. Au contraire de la Syrie et d’Israël, activement soutenus par l’Union Soviétique et les Etats-Unis respectivement, l’Iran ne peut pas espérer compter sur l’assistance de l’une ou l’autre des superpuissances. Il a essayé de se procurer des armes et des pièces de rechange chez des fournisseurs éminemment divers puisqu’ils vont d’Israël à la Corée du Nord. L’Iraq, alors qu’il reçoit des quantités d’armes substantielles de la part de l’URSS depuis la reprise des livraisons dans l’été 1983, continue à compter sur des approvisionnements importants en provenance de la France et, dans une moindre mesure, de l’Italie.

9Il faut ajouter à cette liste l’Afrique du Sud, qui se sent encerclée par les Etats d’Afrique Noire sur sa frontière Nord, la Libye du Colonel Kadhafi avec sa propension messianique à l’intervention étrangère, l’Argentine qui, après s’être remise de ses pertes dans la guerre des Malouines, tente de redonner vie à ses forces armées déconfites.

10Cette énumération n’est ni exhaustive, ni définitive. Elle sert seulement à illustrer le fait que, ni la médiocrité de la situation économique, ni des coûts prohibitifs ne suffiront à dissuader un pays de renforcer et de moderniser son appareil militaire s’il en ressent la nécessité. Ce besoin continuera d’exister aussi longtemps que dureront les conflits et les guerres. Rien dans notre analyse de la situation internationale actuelle, ni dans nos prévisions pour l’avenir, ne nous porte à croire qu’ils tariront, bien au contraire.

11Dans ce cas, ils pourraient aussi fournir un prétexte supplémentaire à l’intervention étrangère. A l’heure actuelle, rares sont les conflits qui restent sans impact sur les pays tiers. De plus en plus, il est difficile de les confiner à leur contexte originel, local ou régional. Les troubles sociaux et rebellions qui accablent de longue date l’Amérique Centrale ont cessé depuis longtemps d’être l’affaire de petits pays contrôlés ou téléguidés par les puissants Etats-Unis. Avec l’engagement de Cuba à divers degrés dans plusieurs pays de la région, il ne faut pas s’attendre à ce que son alliée, l’URSS, se contente de garder un attitude passive. La guerre de l’Ogaden entre l’Ethiopie et la Somalie d’une part, le gouvernement central d’Addis Abeba et les mouvements de libération de l’Erythrée d’autre part, a pris une dimension internationale dès lors que l’Union Soviétique et Cuba intervinrent en établissant une présence militaire massive dans la région. Le conflit israélo-arabe, avec sa douloureuse prolongation au Liban, est devenu — entre autres — un élément test de la guerre d’influence que se livrent Américains et Soviétiques. Ce qu’il n’était pas dans ses premières années. La liste s’allonge de jour en jour, de l’Indochine au Mozambique, en passant par l’Angola et la Namibie.

12L’un des exemples les plus récents et les plus remarquables d’escalade d’un conflit à l’origine mineur en une vaste confrontation entre les superpuissances fut donné par le Tchad dans l’été 1983. La guerre civile suscita l’intervention libyenne, soutenue par du matériel soviétique. Celle-ci entraîna à son tour une intervention de la France et des Etats-Unis. Ces derniers n’avaient jamais été engagés dans la région auparavant mais, là encore, ils virent derrière la Libye le rival soviétique qu’il fallait à tout prix empêcher de poursuivre sa pénétration en Afrique Noire.

13De plus en plus fréquemment, des pays situés à des milliers de kilomètres du champ de bataille sont aspirés dans de dangereux conflits dont les ramifications leur échappent. Pris dans le tourbillon d’une confrontation plus large entre des forces extérieures où les superpuissances sont souvent les acteurs déterminants, ils deviennent alors — bien involontairement — parties à des conflits qui n’ont pas grand-chose à voir avec leurs propres intérêts. Dans ce genre de situations les gagnants sont rares, mais il y a presque toujours un perdant, qui est habituellement le pays ayant la malchance de se trouver au carrefour des vents contraires de la politique internationale. Il n’est plus alors qu’un pion, une victime ou, dans le meilleur des cas, un participant à un drame beaucoup plus vaste sur le dénouement duquel il n’a que peu d’influence.

14La politique internationale et la recherche de la sécurité doivent donc, depuis le début des années 1980, tenir compte d’un phénomène nouveau, qui est le lien entre le conflit est-ouest et certains événements affectant des parties du monde qui lui étaient restées extérieures jusqu’alors. En effet, à une exception près — et non des moindres, puisqu’il s’agit de Cuba, qui jouit de l’engagement stratégique et de la présence militaire de Moscou à ses côtés pratiquement depuis la révolution castriste — ce conflit était resté limité à des régions géographiquement proches de l’Union Soviétique.

15Le tableau est en train de changer. Le développement de sa marine et de ses capacités de transport aérien, accompagnant ses nouveaux engagements politiques et économiques au Moyen-Orient, en Asie, en Afrique et, plus récemment, en Amérique Centrale, ont permis à l’URSS de rompre son confinement géographique. Elle est déterminée à devenir et à demeurer une puissance d’envergure globale, même au risque d’aggraver les frictions avec les Etats-Unis et de s’exposer davantage aux caprices et aux troubles du Tiers-Monde. C’est le prix à payer pour atteindre les sommets de la politique internationale. Jusqu’à présent, elle l’a accepté. Quant à savoir si la sécurité du monde en général s’en est trouvée confortée et si l’économie peut soutenir durablement les coûts d’un tel engagement, c’est une question différente.

Les superpuissances dans le Tiers-Monde

16L’émergence de l’Union Soviétique comme puissance militaire globale est sans doute l’un des phénomènes nouveaux les plus importants de l’après-guerre. En décidant d’étendre son emprise au-delà de sa sphère d’influence traditionnelle — le continent euro-asiatique —, elle a cherché à ajouter à sa supériorité terrestre la qualité de grande puissance navale. La carte politique et stratégique de la planète en a subi des modifications importantes et les conséquences en sont multiples, bien qu’encore largement imprévisibles. Seules quelques rares régions sont restées extérieures à la volonté déclarée de Moscou d’établir une présence — essentiellement militaire —, quand ses intentions n’ont pas déjà été transformées en actes.

17Certains diront que l’Union Soviétique ne fait que copier ce que d’autres puissances ont fait avant elle. Peu importe qu’elle agisse au nom de la promotion du « communisme mondial » ou simplement pour des intérêts nationaux égoïstes. Dans un cas comme dans l’autre, son action constitue un défi certain pour l’ordre international existant, pour ses structures politiques, son organisation sociale et économique. Elle ne s’est jamais sentie responsable de cet ordre qu’elle a toujours rejeté, car elle le voit comme une création occidentale, portée à l’origine par les puissances européennes et maintenant dominée par les Etats-Unis qui ont pris le relai.

18Dans sa forme, sinon dans sa substance, le désir soviétique de modifier l’ordre actuel est partagé par un grand nombre de pays en voie de développement. Ils peuvent ne pas avoir les mêmes conceptions, ni les mêmes moyens que Moscou de le mettre à l’épreuve; cependant, ils sympathisent avec des postulats de base identiques, à partir du moment où il s’agit de s’opposer à un groupe de pays « capitalistes », « néo-colonialistes » et surtout, très riches, dont les Etats-Unis sont l’archétype. Eux aussi réclament une nouvelle distribution du pouvoir et de la richesse, bien que leurs revendications demeurent souvent imprécises.

19L’Union Soviétique s’est présentée comme un contre-pouvoir dans un monde dominé par le géant américain (ou a été utilisée comme telle par certains pays). Une affirmation très nette de son accès au statut de puissance globale apparaît dans un ouvrage intitulé Military Force and International Relations, édité par V. M. Kulish, qui énonce ouvertement l’intention soviétique de remettre en cause le système international existant:

  • 2 Cité par Dennis M. Gormley, « The Direction and Pace of Soviet Force Projection Capabilities », Su (...)

« En vue de prévenir les conflits locaux, ainsi que dans l’hypothèse où il est nécessaire d’apporter un soutien militaire aux nations qui luttent pour leur liberté et leur indépendance contre les forces de la réaction interne et de l’intervention impérialiste, l’Union Soviétique se réserve la faculté d’entretenir des forces armées mobiles, bien entraînées et bien équipées. Dans certains cas, la simple présence soviétique dans une région où une situation conflictuelle est en train de se développer peut être suffisante à modérer les ambitions des impérialistes et de la réaction... C’est précisément ce rôle que jouent les navires de la marine soviétique en Méditerranée. »2

20L’Union Soviétique remporta ses plus grands succès à l’époque où de nombreux pays luttaient pour obtenir leur indépendance et crurent découvrir en elle leur alliée naturelle. Cette convergence d’intérêts conduisit à un engagement soviétique dans de nombreuses régions du Tiers-Monde à partir du milieu des années 1950 : en Asie du Sud-Est, en Afrique du Nord, à Cuba et en Afrique Noire. Très souvent, son intervention fut le résultat d’une exploitation des circonstances plutôt que d’un plan préétabli. Le hasard jouait un grand rôle dans ses entreprises et il s’agissait généralement d’opérations de courte durée.

21Ceci est encore partiellement vrai aujourd’hui. Le bilan des interventions extérieures soviétiques est aussi mitigé que celui du rival américain. Il est loin de n’être fait que d’une série de succès et son coût, en termes économiques et financiers comme en termes de risques politiques, est devenu de plus en plus élevé. Les deux superpuissances ont perdu une partie de leur ascendant et de leur influence, à la fois au sein de leurs propres alliances et auprès des pays non alignés. Assez ironiquement, en ce milieu des années 1980, l’Union Soviétique, directement ou par l’intermédiaire de ses alliés, se trouve pour la première fois confrontée à des guérillas dont les objectifs — la libération de leur territoire occupé par une puissance étrangère ou l’autodétermination — sont ceux-là même sur lesquels elle a fondé son soutien aux mouvements révolutionnaires « progressistes » ou communistes. Aujourd’hui elle combat ces mouvements comme « antirévolutionnaires » et subversifs en Afghanistan, en Ethiopie, en Angola ou au Kampuchea. Ainsi, les deux grandes puissances apparaissent de plus en plus comme les récepteurs du changement — en tant que victimes ou bénéficiaires — plutôt que comme ses promoteurs. Elles semblent répondre aux événements plutôt que les déclencher ou les contrôler.

22Si l’on compare la situation actuelle avec les premières années de présence soviétique dans le Tiers-Monde, on peut noter des différences à deux niveaux : d’une part, l’Union Soviétique est déterminée à rattraper, voire même à surpasser, les Etats-Unis dans l’ampleur et la durée de son engagement extérieur; d’autre part, la mesure de la compétition est devenue l’étalage et l’exploitation de la force militaire à l’état pur.

23Il serait difficile de comprendre, et davantage encore de justifier, la formidable croissance des forces navales et des moyens d’intervention stratégique soviétiques, si elle n’était l’expression de la volonté de Moscou de conforter ses engagements politiques et juridiques envers le Tiers-Monde par une présence militaire correspondante. Récemment, les Etats-Unis ont également mis l’accent sur l’aspect militaire de leur politique extérieure (voir tableau 10. 1). Au sein de leur « Force de Déploiement Rapide » (RDF), ils ont créé un groupe de combat interarmes, la « Rapid Deployment Joint Task Force », devenue le « Central Command » (« Centcom ») en 1983; elle couvre une zone qui s’étend du Pakistan à l’Egypte et au Soudan et son quartier général se trouve en Floride. La RDF peut mobiliser jusqu’à 290 000 hommes pour intervenir en situation critique dans des régions d’intérêt stratégique. De plus, à la suite des crises iranienne et afghane, les Etats-Unis ont accru leur effort de recherche d’infrastructures navales et de bases aériennes au Moyen-Orient, en Afrique de l’Est et dans l’Océan Indien. Ils ont exprimé l’intérêt qu’ils portent au développement d’un « consensus stratégique » (c’est-à-dire d’une certaine forme de coopération militaire) avec Israël et les pays arabes, ainsi qu’avec la Chine. Ils ont commencé à effectuer des manoeuvres conjointes avec des pays comme l’Egypte et le Soudan au Moyen-Orient ou le Honduras en Amérique Centrale. Une de leurs innovations essentielles est le lancement d’un programme de modernisation et d’expansion de leurs capacités de transport maritime et aérien (incluant une nouvelle classe de navires « Roll-on, roll-off » (ou « RO/RO ») facilement chargeables et déchargeables et 50 avions-cargos supplémentaires à long rayon d’action). Enfin, plusieurs programmes de pré-positionnement naval ont été mis en route (en particulier en Asie du Sud-Ouest) afin de permettre un déploiement aussi rapide que possible des forces de combat.

24L’Union Soviétique poursuit également son effort pour renforcer ses moyens d’intervention militaire dans des régions éloignées. Comme on l’a fait remarquer, les développements les plus nets ont eu lieu dans la marine. Entre 1964 et 1976, les opérations hors des eaux territoriales ont été multipliées par 12 environ, passant de moins de 4000 à presque 48 000 bâtiments/jours par an. Concrètement, cela signifie qu’en 1980, plus de 130 navires étaient en opération en haute mer. Depuis cette date, leur nombre a encore augmenté. Bientôt, un troisième, puis un quatrième porte-aéronefs (de classe Kiev, pour avions à décollage et atterrissage conventionnels (CTOL)), trois nouveaux destroyers et trois croiseurs équipés de missiles guidés, ainsi que des navires à capacité amphibie, seront ajoutés à la flotte.

  • 3 Ibid., p. 267.

25D’après un expert occidental, pour soutenir cet engagement de plus en plus poussé dans des zones non contiguës à son territoire, l’Union Soviétique a fourni de grandes quantités d’armes, des conseillers militaires nombreux, une assistance à l’entraînement et des moyens de transport maritime et aérien de grande ampleur; de plus, elle est intervenue par forces d’alliés interposées (comme les forces cubaines) et a conclu toute une série de traités bilatéraux d’amitié et de coopération au cours des vingt-cinq dernières années.3 Cette énumération n’est rien d’autre qu’un rappel des instruments dont fait usage tout Etat en quête de moyens pour affirmer sa puissance et exercer son influence sur des régions échappant à son contrôle direct. Indubitablement, l’Union Soviétique est en train de suivre l’exemple donné par d’autres grandes puissances avant elle.

Tableau 10. 1. La mobilité inter-champs de bataille des superpuissances

Tableau 10. 1. La mobilité inter-champs de bataille des superpuissances

Sources: IISS, The Military Balance 1983-84, London, 1983; John M. Collins, US-Soviet Military Balance 1960-1980, New York, McGraw-Hill, 1980; United States Department of Defense, Soviet Military Power, 4th ed., Washington DC, GOP, 1985, p. 83.

26Aujourd’hui elle s’appuie pour ses opérations amphibies sur cinq régiments (c’est-à-dire 12 000 soldats d’infanterie de marine) et sur une flotte de 165 bâtiments dont 26 peuvent être utilisés pour des opérations de grande ampleur et pour le transit en haute mer. Pour faciliter ce genre de manoeuvres, elle cherche depuis des années à obtenir l’accès et la disposition d’installations navales dans le Tiers-Monde, mais n’y a que partiellement réussi. Elle peut inscrire à son actif l’utilisation de certains ports sur les rivages de l’Océan Indien ou dans la région: Aden et Socotra au Sud Yémen, Dahlak en Ethiopie, Da Nang et Cam Ranh Bay au Vietnam.

27Le développement de ses capacités de transport aérien est à peine moins impressionnant (l’aviation de transport militaire est connue sous le sigle « VTA »), En 1985, elles ne comprenaient pas moins de quelque 600 avions à moyen et long rayon d’action et 65 000 hommes. Mais la moitié de la flotte de transport aérien est déjà ancienne (comme l’Antonov-12) ou se heurte à des difficultés techniques (l’Antonov-40, encore au stade de la mise au point, est supposé devenir opérationnel d’ici quelques années). Cependant, des avions de transport II-76 hautement performants s’ajoutent actuellement au dispo- sitif à un rythme d’une trentaine par an. La structure de cette force permet à Moscou d’agir plus spécifiquement à la périphérie du pays (que ce soit en Europe de l’Est ou en Afghanistan) ou juste au-delà (par exemple au Moyen-Orient et dans le Golfe).

  • 4 Ibid., p. 275.

28Les Etats-Unis conservent sans aucun doute un avantage substantiel sur l’URSS en termes d’effectifs, de quantité d’appareils, de capacité et de rayon d’action de leurs avions de transport. Mais ils souffrent d’un sérieux handicap géographique, étant beaucoup plus éloignés des régions « stratégiques » que sont l’Europe, le Moyen-Orient ou l’Asie du Nord-Ouest. Si une crise intervenait dans le Golfe, ils auraient à franchir environ 11 000 km., contre seulement 2500 pour l’Union Soviétique. Du fait que 85 % de la population et plus de la moitié des ressources pétrolières mondiales sont situées à une distance de moins de 5000 km. des frontières soviétiques, Moscou continuera probablement à accorder la priorité à une capacité d’intervention à l’intérieur de ce rayon limité.4

Les nouvelles « légions étrangères »

29Les deux superpuissances entretiennent, à des titres et pour des missions diverses, de larges contingents armés à l’extérieur (voir tableau 10.2). Les Etats-Unis ont un « corps expéditionnaire » d’environ 425 000 hommes, dont 288 000 en Europe, 147 500 dans le Pacifique/Extrême-Orient, 15 000 dans les Caraïbes et en Amérique Latine et 24 800 dans d’autres régions telles que l’Océan Indien, l’Egypte, l’Arabie Séoudite et le Liban (en tant que participants à une force multilatérale composée par quatre puissances en 1982 et qui a été retirée au début 1984). L’Union Soviétique de son côté maintient quelque 780 000 soldats à l’étranger, dont 568 000 en Europe de l’Est, 100 000 au moins en Afghanistan, 75 000 en Mongolie Extérieure et environ 25 000 dans une douzaine de pays d’Asie, d’Amérique Centrale, d’Afrique et du Moyen-Orient. Il y a à peine quinze ans, ses troupes étaient pratiquement absentes de ces deux dernières régions ainsi que d’Afghanistan.

  • 5 Deux de ces traités, l'un avec l'Egypte, l'autre avec la Somalie, furent abrogés à la demande de c (...)

30Les deux puissances ont cherché à donner une assise juridique à leur présence militaire à l’étranger et à l’assistance qu’elles apportent à d’autres pays. Comme l’indique le tableau 10.3, la plupart des traités entre les Etats-Unis et les pays-hôtes datent de la fin des années 1940 et des années 1950, prouvant l’existence d’une tradition d’engagement américain dans de vastes parties du monde, y compris les pays en voie de développement. La présence soviétique à l’extérieur est, comme nous l’avons indiqué, plus récente. Depuis le début des années 1970, Moscou a conclu des « traités (bilatéraux) d’amitié et de coopération » avec une douzaine d’Etats, à commencer par l’Egypte, pour terminer, à l’heure actuelle, par le Congo-Brazzaville.5

31Avec des nuances qu’il vaudrait la peine d’examiner, tous les accords passés par l’Union Soviétique prévoient des consultations et une coopération dans le domaine militaire avec les pays partenaires, reflétant le désir du Kremlin d’insérer ses relations dans un cadre légal qui les rendrait plus contraignantes et donc plus sûres politiquement. L’annulation imprévue de leurs traités respectifs par l’Egypte et la Somalie prouve cependant que ces efforts n’atteignent pas nécessairement leur but.

32D’autres que les superpuissances ont également déployé des forces armées hors de leur territoire. L’Angleterre, par exemple, a un total de 75 000 hommes stationnés à l’étranger, pour la plupart en Europe (55 000 en Allemagne Fédérale, quelques bataillons à Chypre et à Gibraltar), mais aussi aux Iles Malouines (à la suite de la guerre avec l’Argentine au printemps 1982), à Hong Kong et au Belize. Les pays communistes, à l’exception de l’Union Soviétique, sont pour la plupart des nouveaux venus à une pratique qui fut longtemps considérée comme l’apanage du colonialisme (occidental).

  • 6 Tous ces chiffres proviennent du Military Balance 1985-86. Les chiffres concernant le Vietnam sont (...)

33Le comportement de Moscou illustre d’ailleurs avec éclat le fait que les Etats communistes, pas plus que les autres, ne peuvent résister à la tentation de chercher à accroître leur influence à l’extérieur en développant leur capacité de projection de la force. Cuba en fournit un second exemple non moins frappant. En 1983, le gouvernement castriste avait déployé environ 48 000 de ses 153 000 soldats dans une dizaine de pays étrangers; en 1985 le chiffre avait diminué à 30 000 sur un total de 161 000 hommes (dont quelque 20 000 en Angola et 5000 en Ethiopie). Le Vietnam le dépasse allègrement, non en termes de dispersion géographique, mais en termes de contingents. En 1985, environ 220 000 de ses soldats étaient stationnés au Kampuchea et au Laos (180 000 et 45 000 respectivement).6 Dans un cas comme dans l’autre, les données sont fluctuantes (Cuba, par exemple, pourrait retirer ses troupes d’Angola en cas d’accord sur l’indépendance de la Namibie). Mais les chiffres sont assez élevés pour prouver que l’engagement extérieur des petits pays communistes est maintenant un fait. Sur le même tableau, on estime que la République Démocratique Allemande maintient plusieurs milliers d’hommes (forces armées et forces de police) en Angola, au Sud Yémen et en Ethiopie. Au total, les pays communistes ont largement plus d’un million de soldats en service actif à l’étranger. Bien loin sont les jours où ils pouvaient accuser d’impérialisme et de colonialisme les pays occidentaux coupables du même forfait!

34Quelles que soient les motivations et les objectifs de chacun, le fait demeure qu’environ 1,7 million d’hommes armés, chargés de missions diverses et servant sous des drapeaux de différentes couleurs, sont disséminés sur la surface du globe au nom de pays souvent situés à des milliers de kilomètres du lieu de leur stationnement. Il est difficile de dire s’ils contribuent à la sécurité internationale et, si oui, de quelle manière. Mais on ne peut nier qu’eux aussi sont partie intégrante du processus de militarisation de la planète. D’une manière ou d’une autre, la révision de leur statut et de leurs effectifs est un préalable à toute réduction des armements à l’échelle mondiale.

La tentation d’usage de la force

35L’aspiration à devenir une puissance d’envergure mondiale porte en elle le risque de collision avec d’autres puissances. L’Allemagne impériale se heurta à la ferme opposition de la Grande-Bretagne quand elle chercha à se doter d’une marine de grande ampleur au début de ce siècle. L’Union Soviétique dut faire face à des résistances similaires lorsqu’elle commença à habiter les océans, un comportement vu par l’Ouest comme une nouvelle preuve de son expansionnisme.

Tableau 10. 2. Forces terrestres et aériennes déployées hors des territoires nationaux, 1983

Tableau 10. 2. Forces terrestres et aériennes déployées hors des territoires nationaux, 1983

Sources: The Military Balance 1983-84; Soviet Military Power, 1984 ; et autres sources.

Tableau 10. 3. Accords bilatéraux de sécurité et de défense mutuelle conclus par les Etats-Unis et l’Union soviétique

Tableau 10. 3. Accords bilatéraux de sécurité et de défense mutuelle conclus par les Etats-Unis et l’Union soviétique

1) Alliances militaires = accords de défense mutuelle.
2) Les « Garanties de sécurité » comprennent toutes les garanties prévues par le « US Security Act » de 1951.
3) Dénoncé en 1977.
4) Abrogé en 1976.
5) Abrogé en 1977.
6) Venu à expiration en 1980.
7) Abrogé en 1949.

36Les engagements à l’échelle de la planète génèrent des intérêts tout aussi vastes, qui doivent être protégés en cas de menace. Comme nous l’avons souligné, on est conduit à adopter une définition toujours plus large du concept de « sécurité nationale ». La perception d’une menace, grandissant au fur et à mesure de l’expansion de leurs intérêts et engagements à l’étranger, est ce qui conduisit les Etats-Unis à considérer le Vietcong comme un danger pour leurs intérêts stratégiques et l’Union Soviétique à s’enliser dans un conflit sanglant en Afghanistan.

37Les règles qui régissent la communauté internationale sont encore peu nombreuses et trop incomplètes pour contrôler l’action des Etats, régulariser leurs rapports mutuels et permettre d’atténuer ou d’éviter les flambées de violence et les conflits armés qui surgissent périodiquement entre eux. Malgré le formidable développement du progrès technique, la densité du réseau de coopération économique et la présence d’une multitude d’institutions politiques, elle demeure à l’état primitif en termes de valeurs et de normes communes, de respect mutuel et de décence des comportements.

38Comme la puissance va souvent de pair avec la force militaire, le vainqueur est généralement le pays le mieux armé dans cette communauté rudi-mentaire. Les plus forts éprouvent ordinairement peu de scrupules à faire usage de leur supériorité pour atteindre l’objet de leur désir. Ils ne se satisfont, au mieux, que de l’égalité avec leur adversaire, ce qui ne fait que prouver à nouveau qu’en l’absence d’alternative plus satisfaisante, seul l’équilibre des forces est susceptible d’imposer aux Etats la modération et, éventuellement, le respect mutuel qui leur font si souvent défaut.

39Les armes nucléaires ont introduit un nouvel et important élément de prudence dans le comportement de ceux qui vivent sous leur ombre. Ce développement est certainement positif là où il contribue à empêcher la guerre, ce qui est sans doute le cas en Europe et dans les relations entre les deux superpuissances. Mais la raison de leur abnégation n’est pas tant une sagesse supérieure, ou encore la redécouverte d’une saine aversion pour la guerre et la violence, qu’un instinct de conservation profondément ancré. Les puissances nucléaires n’ont pas osé s’affronter par crainte d’un suicide mutuel pratiquement garanti.

40L’impact de la force armée dans le monde n’est donc pas en train de faiblir. Elle reste sous ses diverses formes l’instrument de politique étrangère (et parfois de politique intérieure) le plus visible et le plus utilisé, reflétant la conviction commune qu’elle n’est pas encore devenue obsolète dans les relations inter-étatiques. Cette conviction est quasi indépendante de la taille du pays qui la soutient. Certes, il existe des écarts quant à la qualité et la quantité des forces armées mises en oeuvre, mais il n’y a pas de différence quant au principe. Les grandes puissances ont à leur disposition des forces plus importantes que les petits Etats et peuvent probablement invoquer davantage de raisons pour en justifier l’emploi. Mais l’histoire montre que de petits pays ont souvent eu recours aux moyens militaires quand les circonstances paraissaient favorables et quand un bénéfice était en perspective.

41L’usage de la force ne conduit pas nécessairement à la guerre. Malgré les armes de destruction massive, il est donc loin d’avoir perdu de son attrait ou de son intérêt en tant qu’instrument de politique étrangère. Nous avons rappelé précédemment que les guerres et conflits armés ayant éclaté depuis 1945 s’étaient déroulés en grande majorité dans le Tiers-Monde, là même où le nombre d’interventions étrangères est lui aussi en augmentation. La menace d’usage de la force est toujours présente lorsqu’un Etat puissant cherche à obtenir ce qu’un voisin plus faible rechigne à lui concéder.

Tableau 10. 4. Instrument de pouvoir: la force sans la guerre

Tableau 10. 4. Instrument de pouvoir: la force sans la guerre

Sources: Stephen S. Kaplan, Diplomacy of Power, Washington DC, The Brookings Institution, 1981 ; Barry M. Blechmann and Stephen S. Kaplan, Force Without War, Washington DC, The Brookings Institution, 1978.

  • 7 Cf. Barry M. Blechman et Stephen S. Kaplan, Force without War, Washington D.C., The Brookings Inst (...)

42Le comportement des deux superpuissances après 1945 est l’exemple type de la manière dont la force armée peut être utilisée comme levier diplomatique plutôt que comme instrument de guerre. Deux études récentes en fournissent une abondante illustration.7 Elles rapportent que, sur la période 1946-1975, les Etats-Unis ont utilisé 214 fois la force armée comme moyen de politique étrangère et l’Union Soviétique 190 fois entre l’été 1944 et 1979 (voir tableau 10. 4). Certes, comme le font remarquer les auteurs, les incidents dans lesquels les deux pays furent impliqués « varient largement quant à la taille et la composition » des forces en jeu. Ils vont de la simple visite d’un unique bâtiment de guerre dans un port étranger à la mise en alerte des forces nucléaires stratégiques. Les auteurs de l’ouvrage traitant des Etats-Unis qualifient ces actions de « diplomatie coercitive ». Mais comme l’a montré l’intervention américaine au Vietnam et comme le prouve actuellement l’engagement soviétique en Afghanistan, il leur arrive de dépasser de beaucoup les bornes de la diplomatie au sens strict. Ainsi, selon l’étude relative à l’Union Soviétique :

  • 8 Diplomacy of Power, pp. 1-2.

«Depuis la crise des missiles de Cuba, les forces armées soviétiques ont été mises en oeuvre pour intervenir en Afghanistan, faire échec au changement politique en Tchécoslovaquie, servir de moyen de coercition envers la Chine, exercer des pressions sur des pays voisins comme la Roumanie et le Japon. Moscou a également stationné plus de 20 000 agents militaires en Egypte afin d’assurer sa défense aérienne contre Israël. Des unités de l’armée de l’air, de la marine, ainsi que des divisions aéroportées soviétiques jouèrent un grand rôle dans la guerre du Proche- Orient en 1973. Des forces navales soviétiques furent mises en action pendant la crise jordanienne de 1970 et la guerre indo-pakistanaise de 1971. Les opérations navales et aériennes soviétiques influèrent sur l’issue de la guerre civile de 1975-76 en Angola et du conflit somalo-éthiopien de 1977-78. L’aviation de combat soviétique a également participé à des guerres civiles au Yémen, au Soudan et en Iraq; des bâtiments de guerre soviétiques se trouvaient sur les lieux lors de la « guerre froide » de 1973 entre la Grande-Bretagne et l’Islande, lors de la crise chypriote de 1974, durant le conflit sino-vietnamien de 1979, ainsi qu’à l’occasion de crises internes auxquelles on a donné peu de publicité en Somalie, à la Sierra Leone et dans d’autres pays. »8

43La liste n’est pas exhaustive. Elle n’a pas non plus l’intention d’être accusa-toire dans le contexte actuel. Une seconde liste lui correspond, prouvant que les Etats-Unis ont également fait usage de leurs forces armées à de nombreuses reprises depuis la Seconde Guerre mondiale. Il en ressort que l’emploi de la force, loin d’être une dimension oubliée des relations inter-étatiques, demeure à différents niveaux et sous de multiples formes une pratique des plus courantes.

  • 9 Force without War, p. 517.

44En même temps, les deux études concluent que les opérations militaires, si tentantes soient-elles, « ne peuvent se substituer à des politiques et actions plus fondamentales — diplomatie, renforcement des relations économiques et culturelles, création de perceptions et intérêts communs ».9 La conclusion est claire : la puissance militaire peut au mieux aider à atteindre certains objectifs à court terme, en contribuant à stabiliser une situation qui menace d’échapper à tout contrôle, en dissuadant un Etat d’entreprendre une action hostile ou en provoquant la chute d’un gouvernement jugé trop oppressif. Mais ses effets sont rarement de longue durée si elle n’est pas accompagnée de mesures d’une autre nature. Les sources de conflit et de crise, de l’Afghanistan à l’Amérique Centrale, en passant par le Kampuchea et l’Ethiopie, ont presque toujours une origine sociale, économique, politique ou idéologique — et doivent être traitées en conséquence.

45Mais de nombreux gouvernements et hommes d’Etat voient encore la réalité d’un autre œil. Ils sont impatients et préfèrent l’action militaire instantanée à des négociations longues et compliquées. Ils hésitent à se fier à la seule efficacité de la persuasion sans assurer leurs arrières par des instruments de punition. Enfin, ils restent réservés à la pensée d’un ordre qui ne pourrait pas être policé par la force en cas de besoin.

46Les deux superpuissances ne sont pas les seules à considérer la force militaire comme un instrument indispensable et à céder à la tentation d’en faire usage. La « militarisation » du monde, telle qu’on l’a décrite, incite des pays toujours plus nombreux à jouer avec l’idée d’une telle possibilité. Peut-être ne détiennent-ils aujourd’hui que les moyens de faire mal; mais demain ils pourraient être en mesure d’infliger des blessures mortelles. Ils ne font que suivre en cela l’exemple de nations plus anciennes et plus puissantes, qui ont si souvent utilisé la force dans le passé et continuent sur leur lancée à l’heure actuelle. Un simple coup d’œil sur le planisphère révèle qu’aujourd’hui, dans les années 1980, une bonne douzaine de guerres civiles sont en cours, ainsi qu’un nombre à peu près équivalent de conflits armés internationaux et interventions étrangères. Dans la première catégorie on peut inclure la lutte entre factions et la guerilla au Nicaragua et au Salvador, au Sri Lanka et en Inde, l’insurrection communiste en Thaïlande et en Birmanie, les mouvements de résistance en Ethiopie, en Namibie, en Angola et au Kampuchea, le combat des Kurdes en Iran, en Iraq et en Turquie, la guerre civile au Tchad.

47On a également assisté ces dix dernières années à une interminable série d’interventions militaires à l’extérieur, de l’action massive et directe de l’Union Soviétique en Afghanistan aux menaces voilées qu’elle exerça sur la Pologne jusqu’à ce que celle-ci prît la décision d’imposer la loi martiale en décembre 1982. La Chine est intervenue au Vietnam, le Vietnam au Laos et au Kampuchea, l’Afrique du Sud en Angola et chez d’autres de ses voisins, Cuba en Angola également, ainsi qu’en Ethiopie, au Nicaragua et ailleurs, la Libye en Ouganda, au Tchad et peut-être aussi dans d’autres régions, la Grèce et la Turquie à Chypre, Israël et la Syrie au Liban, la France au Tchad, ainsi qu’au Zaïre avec la Belgique, le Maroc au Zaïre et au Sahara, la Tanzanie en Ouganda, la Somalie en Ethiopie, le Sud Yémen au Nord Yémen — pour ne citer que les exemples les plus manifestes.

48Les deux superpuissances ne sont donc pas les seules à « corroder » la paix internationale. De même, il n’est pas possible de tracer une ligne de démarcation claire entre les « bons » et les « mauvais », les « capitalistes » et les « communistes », les nations industrialisées et les pays en voie de développement. Le phénomène de l’intervention ignore ces classifications : elle a lieu lorsqu’un Etat a le sentiment, à tort ou à raison, que des intérêts importants sont en jeu. Ses motivations peuvent donc être très diverses, ainsi que le sont ses moyens et ses effets. La décision franco-belge d’envoyer des avions au Zaïre afin de rapatrier leurs nationaux en danger dans une ville assiégée est à cent lieues du détachement de chars et d’avions libyens au Tchad pour soutenir une des factions de la guerre civile.

49Le fait est que l’usage de la force reste largement répandu et promet de le demeurer longtemps encore. Quelle que soit son intention — bonne, discutable ou ostensiblement mauvaise — il est un élément objectif de la vie internationale et fournit une justification supplémentaire à l’entretien des contingents et l’accumulation des armes. Il constitue donc un obstacle de plus à toute réduction importante et générale des armements. Accuser les deux superpuissances d’abuser de leur potentiel militaire dans des guerres et interventions étrangères serait ne considérer que les deux cibles les plus visibles pour ignorer toutes les autres. De même, il devient un peu trop facile de dénoncer les intentions néo-colonialistes des démocraties occidentales. C’est oublier qu’aujourd’hui les interventions les plus nombreuses sont conduites par des pays en voie de développement ou d’orientation « progressiste ». Cette dimension nouvelle des relations internationales et de la course aux armements rend d’autant plus essentielle la compréhension du phénomène dans toute sa complexité et toutes ses ramifications.

Notes

1 Cf. International Institute for Strategic Studies, The Military Balance 1983-84, London, 1983.

2 Cité par Dennis M. Gormley, « The Direction and Pace of Soviet Force Projection Capabilities », Survival, November/December 1982, p. 267.

3 Ibid., p. 267.

4 Ibid., p. 275.

5 Deux de ces traités, l'un avec l'Egypte, l'autre avec la Somalie, furent abrogés à la demande de ces deux Etats.

6 Tous ces chiffres proviennent du Military Balance 1985-86. Les chiffres concernant le Vietnam sont fluctuants, et donc approximatifs.

7 Cf. Barry M. Blechman et Stephen S. Kaplan, Force without War, Washington D.C., The Brookings Institution, 1978 ; Stephen S. Kaplan, Diplomacy of Power, Washington D.C., The Brookings Institution, 1981.

8 Diplomacy of Power, pp. 1-2.

9 Force without War, p. 517.

Table des illustrations

Titre Tableau 10. 1. La mobilité inter-champs de bataille des superpuissances
Légende Sources: IISS, The Military Balance 1983-84, London, 1983; John M. Collins, US-Soviet Military Balance 1960-1980, New York, McGraw-Hill, 1980; United States Department of Defense, Soviet Military Power, 4th ed., Washington DC, GOP, 1985, p. 83.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 10. 2. Forces terrestres et aériennes déployées hors des territoires nationaux, 1983
Légende Sources: The Military Balance 1983-84; Soviet Military Power, 1984 ; et autres sources.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Tableau 10. 3. Accords bilatéraux de sécurité et de défense mutuelle conclus par les Etats-Unis et l’Union soviétique
Légende 1) Alliances militaires = accords de défense mutuelle.2) Les « Garanties de sécurité » comprennent toutes les garanties prévues par le « US Security Act » de 1951.3) Dénoncé en 1977.4) Abrogé en 1976.5) Abrogé en 1977.6) Venu à expiration en 1980.7) Abrogé en 1949.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre Tableau 10. 4. Instrument de pouvoir: la force sans la guerre
Légende Sources: Stephen S. Kaplan, Diplomacy of Power, Washington DC, The Brookings Institution, 1981 ; Barry M. Blechmann and Stephen S. Kaplan, Force Without War, Washington DC, The Brookings Institution, 1978.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search