Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre VIII. Le commerce des armes

Texte intégral

Si nous ne vendons pas d’armes, quelqu’un d’autre le fera à notre place
Un homme politique américain, soviétique, français ou anglais

Une croissance phénoménale

1Les dépenses d’armement et la taille des forces armées augmentent plus rapidement dans les pays en voie de développement que dans le monde industriel. Pendant la décennie 1973-1982, les armées des pays du Sud se sont accrues de 2 538 000 hommes (la Chine étant comprise), alors que les effectifs de celles du Nord, avec une addition de 300 000 soldats, sont restées pratiquement constants (voir Tableau 8. 1). Aujourd’hui, un soldat sur deux appartient à une armée d’un pays en voie de développement. Ces soldats, bien sûr, ont besoin d’armes, parfois assez élémentaires, mais, de plus en plus, très sophistiquées. Tout porte à croire qu’il s’agit là d’une tendance durable (voir Tableau 8. 2).

Tableau 8. 1 Comparaison des effectifs militaires

Tableau 8. 1 Comparaison des effectifs militaires

Sources : IISS, Military Balance, London, éditions 1975-76 et 1984-85.

Tableau 8. 2. Pays en voie de développement déployant des équipements militaires modernes, par région, 1965-1983

Tableau 8. 2. Pays en voie de développement déployant des équipements militaires modernes, par région, 1965-1983

1) Inclut l’Afrique du Nord et les Etats du Golfe.
2) Inclut les bâtiments de plus de 1500 tonnes.
Sources: IISS, Military Balance, London, 1983-84, IISS, Strategic Survey, London, 1976.

2La plupart de ces armes sont acquises à l’étranger, chez un ou plusieurs fournisseurs du monde industrialisé. Certaines sont produites sous licence. Jusqu’à présent, très peu ont été mises au point et fabriquées par les pays en voie de développement eux-mêmes. Le commerce des armes, qu’il s’agisse de matériel neuf ou d’occasion (par le biais de ventes, assistance militaire ou même opérations clandestines), demeure le véhicule principal de la « militarisation » du Tiers-Monde (voir Tableau 8. 3).

Tableau 8. 3. Ventes d’armes au Tiers-Monde 1976-1983

Tableau 8. 3. Ventes d’armes au Tiers-Monde 1976-1983

Source: US News and World Report, 28 May 1984, p. 59.

3Ce type de transfert n’est pas un phénomène nouveau. Il débuta dès l’instant où l’on s’aperçut qu’il était possible d’aider des « amis » dans le besoin ou de réaliser des profits ou, éventuellement, dans la situation idéale, de faire les deux en même temps. Sa dimension géographique, cependant, est le fruit d’un développement plus récent. Il faut remarquer aussi qu’à l’exclusion des armes nucléaires — jusqu’à présent — n’importe quelle arme ou presque, même la plus perfectionnée, peut être acquise sur le « marché ».

4Les statistiques, même incomplètes et imprécises, le confirment. Pour reprendre les conclusions accablantes d’un rapport de l’Institut International de Recherches sur la Paix de Stockholm (SIPRI) :

  • 1 World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1981, London, Taylor and Francis, 1981, p. XX.

« Pendant la dernière décennie (les années 1970), le commerce international des armes conventionnelles s’est développé à un rythme phénoménal. De nouveaux fournisseurs et de nouveaux clients sont entrés sur le marché, les armes échangées sont devenues plus sophistiquées et plus coûteuses et les chances de contrôler leur transfert ont décru. En réalité, l’ensemble du commerce des armes a échappé à toute surveillance pendant cette période. »1

5Si cette affirmation peut sembler par trop radicale, elle n’en exige pas moins qu’on lui accorde un examen sérieux, sous le double aspect de l’élargissement du commerce des armes et de l’extrême difficulté de le maîtriser. Quatre facteurs principaux doivent être portés à l’attention de ceux qui souhaitent comprendre ce phénomène à la fois complexe et préoccupant et, de là, souvent si mal interprété.

6En premier lieu, le transfert des armements prend place aujourd’hui à une échelle mondiale. Plus de soixante pays vendent des armes chaque année. Très peu nombreux sont les Etats qui ne participent pas d’une manière ou d’une autre à cet échange, en tant qu’acheteurs ou vendeurs, ou les deux. On peut mentionner ici quelques pays très pauvres d’Afrique Noire, l’Albanie, le Népal, la Bolivie et Panama. Ces Etats et quelques autres entretiennent peut-être des forces armées symboliques, mais ils n’ont effectué aucun achat d’armes important depuis de nombreuses années. Cependant, ce sont des exceptions qui risquent de devenir de plus en plus rares. Tous les autres pays ont, d’une manière ou d’une autre, rejoint le « marché ».

7On peut distinguer fondamentalement trois catégories de fournisseurs d’armement :

  1. Les pays qui fabriquent et exportent des armes pour des raisons politiques et/ou économiques. Sont membres de ce groupe la plupart des pays industrialisés et un nombre croissant d’Etats du Tiers-Monde.

  2. Les pays qui réexportent d’anciennes armes acquises à l’étranger.

  3. Les « négociants » privés, prêts à fournir une grande variété d’armes et de munitions à quiconque souhaite s’en procurer.

8Du côté des récepteurs également, plusieurs types de motivations peuvent inciter un pays à acquérir des armes :

  1. Il se trouve dans une phase de construction ou de modernisation de ses forces armées.

  2. Il veut compenser des pertes dues à la guerre ou au manque d’entretien.

  3. Il éprouve un sentiment d’insécurité causé soit par des troubles internes, soit par un conflit à l’extérieur.

  4. Il désire se procurer des armes pour des raisons de prestige et de statut.

  • 2 SIPRI Yearbook 1983, p. 269.
  • 3 US Arms Control and Disarmament Agency, World Military Expenditures and Arms Transfers 1971-1980, W (...)
  • 4 Un moyen plus fiable d’évaluer les ventes d’armes est de se baser sur le nombre de systèmes d’armes (...)

9Le résultat en est une croissance continue des ventes de tous types de matériels, sans compter un marché noir important et en expansion. Etant donné le secret qui entoure un grand nombre de contrats, les statistiques concernant le commerce des armes sont très variables. Selon une estimation, il atteignait plus de 13 milliards de dollars en 1982 et plus de 74 milliards sur la période 1978-1982.2 D’autres évaluations donnent des montants plus élevés; ainsi, pour l’année 1980, les chiffres varient-ils entre 14,3 milliards de dollars (d’après la source ci-dessus) et 23,7 milliards de dollars (selon une autre source)3 Les écarts sont dus essentiellement à des différences dans les méthodes de comptabilisation (les estimations les plus élevées, par exemple, incluent généralement les pièces de rechange, l’assistance militaire, etc.) ou de conversion des monnaies4.

10Mais la plupart des sources recensent une expansion formidable du commerce des armes dans les années 1970. Le marché connut cependant des fluctuations importantes, comme par exemple l’annulation par l’Iran de presque tous les contrats passés par le régime du Shah après la chute de celui-ci. Depuis le début des années 1980, on observe un ralentissement général du taux de croissance des échanges, à l’exception de quelques pays (en particulier au Moyen-Orient). Les pays producteurs de pétrole qui avaient dans un premier temps échappé à ce retournement de tendance sont peu à peu affectés, du fait de la baisse du prix du brut et de la chute du dollar.

11En second lieu, on a vu apparaître non seulement de nouveaux acheteurs, mais de nouveaux vendeurs. Il y a seulement vingt ans, le marché était contrôlé à 98  % par une poignée de nations parmi les plus industrialisées. Aujourd’hui, plusieurs douzaines de pays, dont certains du Tiers-Monde, offrent des armes à qui souhaite en acheter (voir Tableau 8. 4). Malgré tout, les Etats-Unis et l’Union Soviétique assurent chacun approximativement un tiers des exportations mondiales d’armement (la part des Etats-Unis est d’environ 36  %, celle de l’Union Soviétique de 34 %). L’URSS est le plus important fournisseur du Tiers-Monde, avec 37 % des ventes, alors que la participation des Etats-Unis est de 32 % (toujours sur la période 1978-82). Les deux pays écoulent la majorité de leurs exportations d’armes vers des pays en voie de développement (56 % pour les Etats-Unis, 69 % pour l’Union Soviétique), mais les Etats-Unis ont environ trois fois plus de clients que l’Union Soviétique.

12La nouveauté la plus marquante peut-être est qu’un nombre de pays en voie de développement ont rejoint le « club » des fournisseurs. La plupart des armes qu’ils fabriquent sont exportées vers d’autres pays en voie de développement. Le Brésil est sans doute le pays qui illustre le mieux ce phénomène, mais il trouve en Israël un rival à peine moins actif. Puis viennent l’Argentine, l’Inde, la Corée du Sud et l’Afrique du Sud, pour ne nommer que les cas les plus patents. Tous ces Etats ont, comme nous le verrons plus tard, développé une industrie d’armement domestique.

De l’aide à la recherche du profit

13La qualité des armes transférées est en amélioration constante. Mais leur perfectionnement technique et l’accroissement de leur efficacité ont généralement pour corollaire une augmentation de leur coût. Dans une certaine mesure, celui-ci est aussi déterminé par la rude compétition que se mènent les fournisseurs, souvent prêts à abaisser le prix de leurs produits les plus récents afin d’éliminer leurs concurrents. Dans les années 1960 et 1970, les pays en voie de développement ou nouvellement indépendants recevaient des armes sans débourser un centime ou dans des conditions d’achat très favorables. Ces transferts faisaient partie d’un programme d’assistance plus vaste destiné à aider l’Etat receveur à construire son propre système de défense. Par son geste de bonne volonté initial, le vendeur espérait acquérir — et conserver — quelque ascendant sur le « consommateur ».

  • 5 La pression économique et industrielle pour le maintien d’une industrie nationale d’armement est so (...)

14La plupart du temps, le commerce des armes fut considéré comme partie intégrante de la rivalité entre l’Est et l’Ouest. Ce fut le cas du Programme d’aide militaire américain, du soutien militaire apporté par la France aux membres de l’ex-Communauté française et des fournitures d’armes soviétiques à des pays comme l’Egypte (à l’origine par l’intermédiaire de la Tchécoslovaquie) et l’Indonésie. De tels « actes de bienfaisance » — si bienfaisance il y avait — furent progressivement remplacés par des calculs plus mercantiles. On vendit des armes pour se procurer des devises (particulièrement appréciées par l’Union Soviétique), pour payer des notes pétrolières toujours plus élevées, ou tout simplement dans le but plus traditionnel de conserver une certaine dose d’influence. Pour des fournisseurs plus modestes (allant de la France à l’Autriche), les armes devinrent une source de revenu essentielle, contribuant à maintenir à flot une industrie d’armement nationale en situation économique difficile.5

Tableau 8. 4. Principaux exportateurs, par types d’armes, 1972-1981

Tableau 8. 4. Principaux exportateurs, par types d’armes, 1972-1981

Source: US Department of State, Conventional Arms Transfers in the Third World, 1972-1981, Special Report No. 102, August 1982.

15La « commercialisation » des transferts d’armes ne peut que rendre les pays receveurs plus exigeants quant à la qualité et aux spécifications du matériel qu’ils souhaitent acquérir. De moins en moins d’Etats se satisfont des armes d’occasion ou de troisième choix qui représentaient la majorité des échanges il y a seulement quinze ans. Aujourd’hui, la plupart des clients exigent qu’on leur livre le dernier modèle sorti de la chaîne d’assemblage. Le Shah d’Iran avait commandé aux Etats-Unis des navires dont la marine américaine ne disposait pas elle-même à l’époque. Au cours de leurs guerres respectives contre la Grande-Bretagne et l’Iran, l’Argentine et l’Iraq utilisèrent des missiles Exocet de fabrication française, qui sont classés parmi les armes les plus sophistiquées de leur catégorie. Les armes modernes, d’où qu’elles proviennent, sont devenues autant un symbole de prestige qu’un instrument de défense et de sécurité. Comme la plupart du temps dans ce domaine, la question de la disponibilité des fonds nécessaires à leur achat est reléguée au second plan lorsque sont invoquées des raisons d’honneur et de sécurité nationale.

16La diversification des transferts, autant en ce qui concerne la variété des armes échangées que le nombre des acheteurs et des vendeurs, rend tout contrôle très difficile, voire impossible. Même sans compter les transactions privées ou secrètes, ces transferts ont atteint une telle proportion qu’il faudrait une combinaison exceptionnelle de coopération internationale, de retenue individuelle et de confiance réciproque de la part de toutes les parties en cause pour commencer à instituer certaines mesures partielles de régulation et de surveillance. Aucune discussion n’est en cours à ce sujet à l’heure actuelle.

17L’augmentation du prix du matériel militaire et son perfectionnement croissant modéreront peut-être l’avidité de plus d’un pays en voie de développement souhaitant se procurer systématiquement le « dernier cri ». Le montant de la dette et la baisse des revenus de la plupart d’entre eux offrent un contraste frappant avec l’explosion des coûts de l’armement moderne, ce qui pourrait bien diminuer son rythme d’acquisition dans de larges parties du Tiers-Monde.

18Il faut en conclusion se demander si le commerce des armes n’est pas un nouvel élément aussi inévitable qu’irréversible de la compétition armée qui se déroule au niveau international. Sans doute doit-on répondre à cette interrogation par l’affirmative. L’essence et les conséquences du phénomène sont clairement cernées par un sénateur américain : « Le commerce des armes est devenu une nouvelle monnaie de change internationale, une entreprise profitable, qui ne cesse de prospérer. Avec des arguments tels que :

  • 6 Senator Proxmire, « Arms sales up, security down », (Congressional Record, Senate, 3 April 1980, S (...)

« le commerce a un effet positif sur notre balance des paiements », « si nous ne vendons pas d’armes quelqu’un d’autre le fera et cela nous coûtera des emplois », « nous ne faisons que répondre à un besoin défensif », les marchands d’armes et leurs porte-parole gouvernementaux transforment le monde en un gigantesque camp militaire. Même s’il est vrai que certaines armes ont un but démonstratif, que d’autres sont destinées à la dissuasion et que d’autres encore servent à satisfaire des orgueils nationaux, la seule conclusion responsable à long terme est que la plupart d’entre elles seront utilisées pour faire la guerre. Elles sont achetées pour être effectivement employées. Vu le nombre et la sophistication qui les caractérisent sur le marché actuel, leur usage ne peut qu’entraîner des ravages accrus et une plus grande efficacité de la capacité à tuer. Notre avidité à court terme produira des désastres à long terme. Le monde est peuplé de trop de concepts irrationnels et de leaders irascibles pour que des conflagrations locales en chaîne restent inévitables. »6

19Ce réquisitoire sévère ne s’adresse pas seulement aux Etats-Unis, mais au monde dans sa totalité. Jusqu’à présent, aucun pays n’a pris le sujet à cœur. Peut-être la mise en garde est-elle excessive et les remèdes proposés trop radicaux ? Mais on peut craindre que les pressions et les stimulants qui incitent à vendre et à acquérir des armes ne soient trop puissants et le système international trop faible pour parer à la catastrophe que prophétisent les Cassandre. La cruauté et les destructions causées par les guerres dans les pays en voie de développement sont là pour prouver que le bilan des vies perdues à cause des transferts d’armement s’alourdit de jour en jour.

La croissance de la production indigène d’armement

20Il y a un lien étroit entre le commerce des armes et la croissance des industries d’armement nationales dans les pays en voie de développement. L’achat d’armes en provenance des pays industrialisés est coûteux. Il prive l’acheteur de devises précieuses qui pourraient être utilisées pour satisfaire des besoins civils plus urgents. Seul un très petit nombre de pays peut se permettre de procéder à des achats en quantité de matériel militaire sans avoir à s’inquiéter des conséquences sur les autres secteurs de son économie.

21Le commerce des armes risque également de créer une certaine forme de dépendance à l’égard du fournisseur, dépendance que tout Etat souhaite réduire à un minimum. Lorsque ce fournisseur est les Etats-Unis ou l’Union Soviétique, toute acquisition importante auprès de lui peut être interprétée comme l’expression d’une coopération politique, si ce n’est d’une subordination. De moins en moins de pays en voie de développement considèrent cette situation comme conforme à la politique de non-alignement dont ils se réclament. On a donc vu apparaître un phénomène nouveau, qui ne cesse de prendre de l’ampleur: nombre d’entre eux cherchent à se doter d’une industrie d’armement autonome ou à développer celle dont ils disposent.

22Il y a seulement deux décennies, quasiment aucun Etat d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique Latine n’avait la capacité de fabriquer lui-même des armes lourdes (voir Tableau 8. 5). Les exceptions existaient, mais elles restaient peu nombreuses. L’Inde était la plus importante, le cas de l’Afrique du Sud mis à part, puisque beaucoup ne la considèrent pas comme faisant partie du « Tiers-Monde ». L’immense majorité des pays en voie de développement, anciennement ou nouvellement indépendants, recevaient leurs armes du monde industrialisé de l’Ouest et, à partir du milieu des années 1950, occasionnellement de l’Union Soviétique. La Chine, elle-même pays en voie de développement, n’a jamais joué un rôle important dans le commerce des armes (bien qu’elle exporte certaines armes vers des pays tels que l’Egypte, le Pakistan et la Corée du Nord); le Japon non plus d’ailleurs.

Tableau 8. 5. Nombre de pays du Tiers-Monde produisant des armes modernes

Tableau 8. 5. Nombre de pays du Tiers-Monde produisant des armes modernes

Source: Andrew L. Ross, Arms Production in Developing Countries: The Continuing Proliferation of Conventional Weapons, Santa Monica, Rand Note, 1981, pp. 11-15.

23La situation est en train de changer. Les années 1970 en particulier ont été témoin d’une augmentation considérable du nombre de projets de production d’armement dans les pays en voie de développement, dont certains sont en compétition avec ceux des producteurs d’armes traditionnels du Nord industrialisé. Dès la fin des années 1960, vingt-sept pays du Tiers-Monde fabriquaient déjà une partie des équipements nécessaires à leurs forces armées, même s’il ne s’agissait parfois que de fusils ou autres armes portatives et de munitions; onze de ces pays avaient mis sur pied des industries aéronautiques; six d’entre eux produisaient des missiles et six construisaient des véhicules blindés, alors que neuf s’étaient dotés d’industries navales. Cependant, une grande partie de cette production était effectuée sous licence.

24Cette évolution reflète à la fois une amélioration de la situation économique et l’acquisition de capacités techniques plus avancées. Elle signale le début d’un changement à long terme du modèle actuel des échanges et du commerce des armes, marqué par un accroissement régulier, bien qu’encore lent, de la participation de certains pays en voie de développement au marché. On estime que la valeur des armes et équipements militaires produits dans le Tiers-Monde (à l’exclusion de la Chine) est passé de moins de 1 000 millions de dollars en 1970 à plus de 5 000 millions en 1979, soit une augmentation de plus de 500 %. Vingt-six pays produisent actuellement au moins un des grands systèmes d’armes, ce qui constitue un accroissement de 25 % dans cette catégorie depuis la fin des années 1960.

Un tableau complexe

25Ces chiffres sont impressionnants, mais ils doivent être replacés dans la perspective de la production mondiale totale d’armements. Si les dépenses mondiales d’armement s’élevaient à environ 600 000 millions (ou 600 milliards) de dollars en 1982, la production d’armes totale dans les pays du Tiers-Monde ne représente qu’à peine 1 % de ce chiffre. Elle reste donc très limitée quant à sa portée, au nombre de pays qui y participent et au degré de perfectionnement des armes produites.

26En réalité, beaucoup de ces armes sont fabriquées sous licence grâce à la technologie étrangère. Le fossé technologique continue d’exister entre le Tiers-Monde et les pays industrialisés (voir Tableau 8. 6). La capacité de production mondiale des armes, y compris la recherche et la mise au point, demeure aux mains d’un nombre relativement limité d’Etats très industrialisés. La position dominante de l’Ouest et de l’Union Soviétique dans ce domaine ne sera probablement pas remise en cause dans les années à venir.

27De plus, les potentiels de production des pays en voie de développement sont très variables, et ceci autant en ce qui concerne la sophistication des armes produites que le degré d’indépendance de leur processus de fabrication. Un pays peut être tout à fait capable de produire des armes portatives simples (des fusils par exemple), mais loin d’avoir la compétence nécessaire pour fabriquer un char, ou des avions ultra-modernes. Un deuxième pays peut être totalement dépendant en matière d’importations d’armes, et un troisième totalement autonome en termes de recherche, de mise au point et de production. En fait, la plupart des Etats se trouvent quelque part entre les deux extrêmes de la dépendance absolue et de l’indépendance totale.

  • 7 Cf. Steven E. Miller, Arms and the Third World: Indigenous Weapons Production, PSIS Occasional Pape (...)

28Tout essai de catégorisation demeure inévitablement quelque peu arbitraire7 Globalement, il est possible d’identifier cinq catégories principales de producteurs d’armes dans le Tiers-Monde :

    1. Les Etats capables de produire des armes légères et des munitions;

    2. Les Etats dont la production industrielle a une valeur militaire potentielle; ce sont ceux qui possèdent une base industrielle assez solide pour produire additionnellement des équipements pouvant avoir un usage militaire;

    3. Les Etats disposant de la capacité de produire certains des principaux systèmes d’armes comme les chars ou les avions;

    4. Les Etats capables de produire toute la gamme des principaux systèmes d’armes;

    5. Les Etats pouvant dans une certaine limite — pour l’instant — concevoir, mettre au point et produire les principaux systèmes d’armes.

29A ce niveau, un certain nombre de distinctions supplémentaires doivent être introduites. Lorsqu’un pays ne produit que des armes légères, cela ne nous éclaire pas beaucoup sur les capacités d’expansion de son industrie. Son potentiel peut être nul, comme c’est le cas du Népal par exemple, ou tout à fait considérable, comme dans le cas du Japon. Pour des raisons particulières, ce dernier a imposé des limites à ses dépenses d’armement, ainsi que, pendant de longues années, au développement de son industrie de défense. Mais il possède aujourd’hui le savoir-faire technique et le potentiel industriel nécessaires pour fabriquer s’il le désire à peu près n’importe quel système d’armes, de lui-même ou sous licence. Certains signes laissent supposer qu’il est en voie d’accroître et de moderniser sa production militaire. Peut-être reste-t-il un exemple extrême dans le contexte actuel. Cependant, il fournit un indice de ce que l’on pourra observer d’ici quelques années — quoi que probablement sur une échelle moins importante — dans d’autres pays. La Corée du Sud et Taïwan, par exemple, ont les moyens d’une future expansion; le Brésil également, sous une forme différente.

Tableau 8. 6. Age moyen des types d’armements produits sous licence par les pays les moins développés en 1980, par catégorie

Tableau 8. 6. Age moyen des types d’armements produits sous licence par les pays les moins développés en 1980, par catégorie

Source: Stephanie G. Neuman, « International Stratification and Third World Military Industries », International Organization, 55/1, Winter 1984, pp 167-97.
Note: Ce tableau ne fournit qu’une approximation de l’âge des technologies militaires produites sous licence dans les pays du Tiers-Monde. 1. La date originelle retenue pour la recherche-développement (R + D) est généralement celle de la réussite de mise en opération du premier prototype. Quand cette information n’est pas disponible, on utilise la date de livraison de l’appareil aux services compétents du pays innovateur. L’écart technologique risque donc d’être sous-estimé en moyenne. 2. Seules les armes dont on sait qu’elles étaient produites en 1980 sont prises en considération. 3. Les armements dont la recherche et la conception par un fournisseur étranger sont destinées seulement à la production en pays en voie de développement ne sont pas inclus car la date de naissance de la technologie correspondante est inconnue. 4. Aucune tentative n’a été faite pour ventiler les systèmes d’armes selon la complexité des produits, par exemple, la catégorie « bâtiments de surface » inclut aussi bien les vedettes de surveillance côtière que les frégates et les destroyers. Là encore, les dates moyennes sous-évaluent probablement le fossé technologique entre pays industrialisés et pays en voie d’industrialisation.

Des petits producteurs d’armes aux grandes entreprises d’armement

  • 8 Anthony Sampson, The Arms Bazaar, New York, The Viking Press, 1977, p. 24.

30Du fait que la production d’armes portatives et de munitions est économiquement et techniquement la tâche la moins exigeante, un grand nombre de pays du Tiers-Monde (environ quarante) appartiennent déjà à la première catégorie de la classification proposée ci-dessus. Bien que regrou- pant des cas très divers, c’est un groupe dont l’importance ne devrait pas être sous-estimée. A ce propos, Anthony Sampson, expert en matière de commerce des armes, écrivait: « Ce sont les armes légères qui furent les instruments de la plupart des guerres qui ont éclaté depuis la seconde guerre mondiale... et ce sont elles qui sont responsables des plus grandes pertes en vies humaines ».8 L’Afghanistan n’a fait qu’apporter la confirmation la plus récente — et peut-être la plus convaincante — de cette affirmation. Les armes légères sont indispensables à toute activité terroriste. Elles jouent un rôle essentiel dans la plupart des guérillas, révolutions et insurrections. Dans de nombreux conflits du Tiers-Monde, elles ont été au moins aussi décisives que les chars et l’aviation supersonique, peut-être même davantage. On peut donc s’attendre à ce qu’augmente le nombre d’Etats qui les produisent. Si le gonflement de cette catégorie n’est guère spectaculaire, c’est dû en grande partie au fait que ces armes sont faciles à cacher et à transporter. Les pays qui ne veulent pas les fabriquer eux-mêmes peuvent facilement se les procurer par un autre biais.

31La possibilité de construire des engins tels que les camions ou les véhicules blindés de transport de troupes est un corollaire naturel du processus d’industrialisation. Au fur et à mesure de leur développement économique, de nombreux pays du Tiers-Monde seront capables de passer dans la seconde catégorie. Mais l’évolution sera vraisemblablement très lente, non seulement parce que l’industrialisation exige par elle-même de nombreuses années, voire plusieurs décennies, mais parce que l’idée d’encourager une industrie d’armement qui fait partie d’un tel processus ne suscite pas nécessairement un grand intérêt.

  • 9 International Institute for Strategic Studies, Strategic Survey 1976, London, 1977, p. 20.

32Des Etats comme la Corée du Sud, Taïwan et le Brésil ont prouvé qu’il était possible pour des pays en voie de développement de se doter de secteurs industriels de grande envergure, capables de produire un équipement de haute valeur militaire. Ainsi l’industrie navale sud-coréenne a-t-elle emporté certains contrats en concurrence avec des industriels américains. Le cas du Brésil sera discuté ultérieurement. L’exemple de ces pays démontre que la production d’équipements militaires peut être le sous-produit d’une modernisation de secteurs industriels qui ne sont pas uniquement, ni même essentiellement, de nature militaire. Selon l’Institut International d’Etudes Stratégiques (Londres), 23 pays étaient capables de produire certains des principaux systèmes d’armes en 1975, soit une douzaine de plus que ceux qui détenaient cette capacité seulement dix ans auparavant. Depuis lors, cette catégorie s’est encore élargie, quoique l’échelle de production de ces armes reste encore relativement modeste dans la plupart des cas.9

33En outre, le troisième groupe rassemble des pays ayant des capacités de production très différentes, qui s’étendent des petits bâtiments de surface à l’aviation moderne. A l’une des extrémités, on trouve des Etats comme le Guyana ou la Birmanie, qui ne disposent que d’une possibilité marginale d’étendre la gamme de leurs produits au-delà des armes portatives. A l’autre extrémité se placent des pays comme l’Argentine, la Corée du Sud ou Taïwan, qui construisent plusieurs des grands systèmes d’armes, dont l’industrie d’armement est en expansion et qui détiennent le potentiel économique et technique nécessaire au développement de celle-ci dans un délai relativement court. Pour ces pays, l’état actuel des capacités de production n’est qu’une étape de l’évolution vers une industrie d’armement complète. La mesure dans laquelle ils poursuivront sur leur lancée dépend de leur ambition politique et de la vigueur de leur désir d’indépendance à l’égard des fournisseurs traditionnels, ainsi que de leur situation économique et de l’espoir qu’ils peuvent avoir de se faire une place sur le marché international des armes.

34Les performances de certains d’entre eux sont déjà impressionnantes. L’Argentine construit des chars français, des frégates britanniques et des hélicoptères américains. La Corée du Sud fabrique des véhicules blindés de transport de troupes italiens, des hélicoptères et patrouilleurs américains. Taïwan produit, entre autres, des missiles israéliens et des avions de chasse américains. Ce groupe d’Etats a donc franchi une nouvelle étape au-delà de la production d’équipements de valeur militaire. Le stade suivant est habituellement soit la production sous licence, le fournisseur acquérant généralement une participation dans l’entreprise de production, soit la coproduction, à laquelle participent de plus en plus non seulement des pays industrialisés, mais aussi des pays du Tiers-Monde. Dans les deux cas, on assiste à une multinationalisation des industries d’armement pour des motifs politico-stratégiques ou, le plus souvent, économiques, afin de partager les coûts croissants de la technologie militaire.

35L’intérêt de cette troisième catégorie est qu’elle inclut les candidats potentiels au quatrième degré, qui est aussi le plus élevé dans notre classification des producteurs d’armement. Ils forment un groupe relativement limité auquel appartiennent — en plus de l’Argentine, Taïwan et la Corée du Sud déjà évoqués — le Pakistan, l’Indonésie, éventuellement l’Egypte et, dans des conditions « normales », l’Iran.

Les producteurs d’armes à part entière

36Il y a quinze ans, la Chine était le seul pays du Tiers-Monde à pouvoir produire toute la gamme des principaux systèmes d’armes (y compris les armes nucléaires). Aujourd’hui il est possible d’inclure dans la catégorie des producteurs d’armes sophistiquées quatre pays supplémentaires: l’Inde, Israël, l’Afrique du Sud (en admettant qu’on puisse la ranger parmi les « pays en voie de développement ») et le Brésil.

37Ces pays sont aussi ceux que l’on suspecte d’être prêts à acquérir un potentiel nucléaire ou de le posséder déjà. Rien d’étonnant à cela. Quoi qu’il en soit, la capacité de produire tous les grands systèmes d’armes (c’est-à-dire l’aviation supersonique, les chars, les missiles et les bâtiments de surface de fort tonnage) présuppose à la fois une volonté politique et un considérable investissement économique et financier. Les Etats membres de cette catégorie sont très différents les uns des autres et leurs raisons de chercher à se doter d’une telle capacité, ainsi que leurs moyens d’y pourvoir, sont également très divers. Israël et l’Afrique du Sud passent pour être des pays « assiégés » ou isolés, ayant à faire face à de sérieux problèmes de sécurité interne et externe (ou du moins, telle est leur propre perception). Le PNB relativement modeste d’Israël est peut-être l’une des raisons qui l’ont poussé à accroître ses exportations d’armes — ce qu’il fit avec beaucoup de succès. On estime aujourd’hui que ses ventes d’armes annuelles représentent un total de 800 à 1200 millions de dollars.

38L’Inde a une longue tradition de production d’armement, mais ses exportations sont toujours restées limitées et elle ne semble pas vouloir changer de politique dans un proche avenir. Elle entretient une industrie d’armement indépendante surtout pour des raisons de prestige et de compétition régionale — essentiellement avec la Chine et le Pakistan — et parce qu’elle a l’intention de demeurer la puissance dominante en Asie du Sud.

39Le Brésil a développé depuis quelques années une remarquable industrie d’armement. Le pays compte actuellement environ 350 entreprises (employant 100 000 ouvriers et autres personnels) qui fabriquent divers types de matériel de guerre. Deux douzaines d’entreprises, publiques, privées ou à capitaux mixtes, constituent le noyau de l’industrie d’armement brésilienne au sens strict. Les plus connues sont les deux entreprises sous contrôle d’Etat, Industria de Material Bélico (IMBEL) et Empresa Brasileira Aeronautica SA (EMBRAER), et la firme privée Bernardini. En outre, on observe une tendance très nette à la coproduction avec des entreprises étrangères (occidentales) : Helibras (avec une participation française) est probablement la plus connue dans cette catégorie.

40Un certain nombre de ces entreprises ont réussi à s’implanter sur le marché des exportations, notamment avec des produits comme l’avion d’entraînement à réaction Xavante ou le véhicule blindé Cascavel. Le Brésil est aujourd’hui, avec Israël et la Corée du Sud, l’un des principaux exportateurs d’armes du Tiers-Monde. Il a réussi de fortes percées en Afrique et au Moyen-Orient, où il a développé un genre de « relation spéciale » avec l’Iraq (un de ses principaux fournisseurs de pétrole).

41Quel rôle joueront ces pays en tant que producteurs d’armes autonomes et exportateurs à l’avenir? Il est difficile de faire des pronostics, car la réponse dépend d’un certain nombre de facteurs contingents. Il ne fait aucun doute que les gouvernements de plusieurs pays producteurs d’armes du Tiers-Monde se sont résolument engagés à accroître leur potentiel. Mais certains d’entre eux — tel Israël — ont une base économique trop faible pour dépasser une certaine dimension. D’autres — comme la Chine — sont gênés par le manque de personnel hautement qualifié ou sont limités par une situation économique qui ne permet pas d’investissements importants dans l’industrie militaire. L’Inde et le Brésil peuvent allouer des ressources considérables au développement de leurs industries d’armement respectives, mais tous deux souffrent de difficultés économiques diverses, y compris le besoin d’importer pratiquement tout le pétrole qu’ils consomment. Il faut garder à l’esprit ces contraintes lorsque l’on tente d’évaluer la proportion dans laquelle les producteurs — et exportateurs — d’armes du Tiers-Monde sont en mesure et désireux d’étendre leurs capacités.

La création de consortiums

42Dans un cas de figure, les pays du Tiers-Monde pourraient devenir des producteurs d’armes importants: c’est l’hypothèse où ils constitueraient un consortium international leur permettant de mettre en commun leurs ressources et de créer conjointement le potentiel qu’aucun d’eux ne possède séparément.

43La tentative la plus remarquée dans ce sens jusqu’à présent fut l’Organisation Arabe pour l’Industrialisation (AOI), fondée en 1975 par les gouvernements de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte, de Qatar et des Emirats Arabes Unis, chacun contribuant pour 250 millions de dollars au fond commun initial d’un milliard de dollars. Selon un observateur, le but était de « créer une base industrielle pour la production d’armements dans le monde arabe en combinant les revenus pétroliers des Etats du Golfe, l’expérience égyptienne et la technologie occidentale ». L’AOI s’embarqua dans un ambitieux programme d’armes, allant des avions de chasse, hélicoptères et jeeps aux radars et moyens de transmission. Mais l’annonce par l’Arabie Saoudite dans l’été 1979 qu’elle retirait son soutien parce que l’Egypte avait signé les accords de Camp David, porta le coup de grâce à cette initiative prometteuse. Le choc fut fatal: l’AOI fut mise en veilleuse et n’a pas été réactivée jusqu’à aujourd’hui.

  • 1 Nom du « pacte de Bagdad » après de départ de l'Iraq en 1959. Le CENTO comprenait la Turquie, la Gr (...)

44D’autres groupes de pays du Tiers-Monde semblent cependant jouer avec la même idée de mise en commun de leurs ressources dans le domaine de l’armement. Ainsi, plusieurs pays islamiques, sous l’égide du Pakistan, ont constitué l’Institut Islamique de Technologie Militaire. Son but est d’analyser le rôle d’un éventuel « arsenal islamique » qui pourrait être mis à la disposition de tous les pays musulmans. Jusqu’à présent, on manque d’informations sur le devenir de ce projet. La coopération en matière d’armements a également été évoquée dans le cadre de l’Organisation du Traité du Moyen-Orient (CENTO)1 maintenant défunt, du Pacte Andin et, plus récemment, de l’ANSEA. Un autre exemple assez particulier dans ce domaine est la coopération qui s’est développée sur certains projets entre trois « exclus » de la communauté internationale: Israël, l’Afrique du Sud et la République de Corée.

45L’expérience européenne de coopération militaire laisse à penser que les chances de succès de projets similaires dans le Tiers-Monde sont plutôt minces. Davantage encore que les pays d’Europe occidentale, les Etats de cette partie du monde ont des exigences de sécurité et des besoins stratégiques très différents, et leurs perspectives politiques aussi bien que leurs priorités économiques sont largement divergentes, quand elles ne sont pas incompatibles. Même dans des circonstances très favorables, il faudra certainement de nombreuses années pour qu’un consortium international de ce genre puisse devenir opérationnel dans le Tiers-Monde.

46L’apparition et la croissance d’industries militaires nationales dans les pays en voie de développement est un élément nouveau du problème général de l’armement dans le monde. Ses conséquences sur la sécurité internationale, la vente et la dissémination des armes conventionnelles sont déjà très sérieuses et susciteront probablement une compétition plus acharnée à l’avenir en matière de commerce des armes. En même temps, la signature d’un accord général de limitation ou de maîtrise des armements risque de devenir plus difficile. Plus les « acteurs » seront nombreux, plus ils auront à lutter pour entretenir leur industrie militaire et se faire une place sur le marché international, et plus ils refuseront de se soumettre à toute mesure de contrôle et de régulation.

47Il serait présomptueux de vouloir prédire les implications de cette nouvelle dimension du processus d’armement mondial sur la stabilité internationale et la maîtrise des armements. Une certitude demeure cependant: les armes seront toujours plus nombreuses et toujours plus de pays pourront en disposer. Il est douteux que notre planète en devienne plus sûre. Mais peut-être les pays en voie de développement prendront-ils davantage conscience de leur responsabilité dans la course aux armements, une responsabilité qu’ils n’ont guère accepté de reconnaître jusqu’à aujourd’hui.

Notes

1 World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1981, London, Taylor and Francis, 1981, p. XX.

2 SIPRI Yearbook 1983, p. 269.

3 US Arms Control and Disarmament Agency, World Military Expenditures and Arms Transfers 1971-1980, Washington D. C., March 1983.

4 Un moyen plus fiable d’évaluer les ventes d’armes est de se baser sur le nombre de systèmes d’armes conventionnelles détenus par les pays du Tiers-Monde. Cependant, cette méthode a également des inconvénients parce qu’elle ne prend pas en compte les installations militaires, l’entraînement et les services. Globalement, on peut dire que les Etats-Unis et l’Europe de l’Ouest offrent davantage de ces services que l’URSS et ses alliés.

5 La pression économique et industrielle pour le maintien d’une industrie nationale d’armement est souvent très forte, parfois irrésistible: la production d’armes fournit des emplois, garantit un minimum d’indépendance dans un domaine vital de la sécurité nationale et stimule l’innovation technologique. Ainsi, dans un débat à la Chambre des Lords britannique, l’industrie militaire et le gouvernement furent-ils adjurés de prendre des mesures pour accroître les exportations d’armements : « Si nous négligeons notre propre industrie (d’armement) » déclarait l’orateur, « nous redeviendrons un pays agricole désindustrialisé... Un gouvernement extrémiste sera porté au pouvoir ; le sous-emploi atteindra un niveau critique et nous ne pourrons plus jouer un rôle prépondérant au sein du monde libre ». (House of Lords Official Report, Defense Equipment : Policy on Overseas Sales, Hansard, 408/117,23 April 1980, col. 796, cité par World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1981, p. 193).

6 Senator Proxmire, « Arms sales up, security down », (Congressional Record, Senate, 3 April 1980, S 3518, cité par SIPRI Yearbook 1981, p. 199).

7 Cf. Steven E. Miller, Arms and the Third World: Indigenous Weapons Production, PSIS Occasional Paper No. 3, December 1980.

8 Anthony Sampson, The Arms Bazaar, New York, The Viking Press, 1977, p. 24.

9 International Institute for Strategic Studies, Strategic Survey 1976, London, 1977, p. 20.

Notes de fin

1 Nom du « pacte de Bagdad » après de départ de l'Iraq en 1959. Le CENTO comprenait la Turquie, la Grande-Bretagne, l'Iran et le Pakistan. Les Etats-Unis étaient membres associés.

Table des illustrations

Titre Tableau 8. 1 Comparaison des effectifs militaires
Légende Sources : IISS, Military Balance, London, éditions 1975-76 et 1984-85.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 8. 2. Pays en voie de développement déployant des équipements militaires modernes, par région, 1965-1983
Légende 1) Inclut l’Afrique du Nord et les Etats du Golfe.2) Inclut les bâtiments de plus de 1500 tonnes.Sources: IISS, Military Balance, London, 1983-84, IISS, Strategic Survey, London, 1976.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 8. 3. Ventes d’armes au Tiers-Monde 1976-1983
Légende Source: US News and World Report, 28 May 1984, p. 59.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 8. 4. Principaux exportateurs, par types d’armes, 1972-1981
Légende Source: US Department of State, Conventional Arms Transfers in the Third World, 1972-1981, Special Report No. 102, August 1982.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4493/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 8. 5. Nombre de pays du Tiers-Monde produisant des armes modernes
Légende Source: Andrew L. Ross, Arms Production in Developing Countries: The Continuing Proliferation of Conventional Weapons, Santa Monica, Rand Note, 1981, pp. 11-15.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4493/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 8. 6. Age moyen des types d’armements produits sous licence par les pays les moins développés en 1980, par catégorie
Légende Source: Stephanie G. Neuman, « International Stratification and Third World Military Industries », International Organization, 55/1, Winter 1984, pp 167-97.Note: Ce tableau ne fournit qu’une approximation de l’âge des technologies militaires produites sous licence dans les pays du Tiers-Monde. 1. La date originelle retenue pour la recherche-développement (R + D) est généralement celle de la réussite de mise en opération du premier prototype. Quand cette information n’est pas disponible, on utilise la date de livraison de l’appareil aux services compétents du pays innovateur. L’écart technologique risque donc d’être sous-estimé en moyenne. 2. Seules les armes dont on sait qu’elles étaient produites en 1980 sont prises en considération. 3. Les armements dont la recherche et la conception par un fournisseur étranger sont destinées seulement à la production en pays en voie de développement ne sont pas inclus car la date de naissance de la technologie correspondante est inconnue. 4. Aucune tentative n’a été faite pour ventiler les systèmes d’armes selon la complexité des produits, par exemple, la catégorie « bâtiments de surface » inclut aussi bien les vedettes de surveillance côtière que les frégates et les destroyers. Là encore, les dates moyennes sous-évaluent probablement le fossé technologique entre pays industrialisés et pays en voie d’industrialisation.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4493/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search