Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre VII. Les armements dans le tiers-monde

Texte intégral

La guerre à la dérive vers le Sud

1La guerre est à la dérive vers le Sud. Au moment où était tiré le dernier coup de feu d’une seconde guerre mondiale qui avait produit son lot d’horreurs, le monde entrait dans une ère nouvelle. En termes politiques, c’était la fin d’un ordre international européo-centré. Au sens moral, la nouvelle époque saluait la détermination de l’humanité à ne jamais autoriser la répétition d’une guerre aussi destructrice. Si l’on put avoir des doutes quant au sérieux d’une telle décision, son bien-fondé s’imposa spectaculairement lorsque deux boules de feu atomique dévastèrent Hiroshima et Nagasaki.

  • 1 Cf. Istvan Kende, « Local War 1945-1976 », in L. Eide and M. Thee (eds), Problems of Contemporary (...)

2De fait, aucune guerre mondiale n’a eu lieu depuis lors. Quelles qu’en soient les raisons — et la menace de l’holocauste nucléaire les surpasse probablement toutes — ce n’est pas un piètre résultat pour une planète qui compte aujourd’hui 170 Etats souverains et 4,8 milliards d’individus. Cependant, il ne faudrait pas pécher par excès d’optimisme. Si aucune guerre générale n’a éclaté, de nombreuses guerres de moindre envergure, régionales, locales et intérieures, l’ont en quelque sorte remplacée (voir Fig. 7. 1). D’après les statistiques on en compte de 150 à 200, selon le critère de définition retenu. S’il fallait une preuve que les guerres continuent d’exister, ces chiffres la fournissent amplement. Nous sommes encore loin de vivre dans un monde pacifique : les guerres et conflits armés abondent, et si les habitants du monde industrialisé, du Japon au Canada, de l’Australie à la Norvège, n’en ont pas une conscience pleine et entière, c’est parce qu’ils en ont été largement épargnés. L’oeil du cyclone s’est déplacé vers le Sud, en direction du monde en voie de développement ou « Tiers-Monde ». Ainsi, des 130 guerres qui ont été menées entre 1945 et 1976, 125 ont été localisées dans le Tiers-Monde et plus de 100 ont été des guerres intérieures, contre les régimes en place, tribales, religieuses ou séparatistes.1

3Depuis 1979, des conflits importants et des guerres ont eu lieu entre la Chine et le Vietnam, dans la Corne de l’Afrique (en particulier entre l’Ethiopie et la Somalie), entre l’Iran et l’Iraq et entre la Grande-Bretagne et l’Argentine (au sujet des Iles Falkland/Malouines) ; des guerres civiles ou intérieures ont éclaté ou se sont poursuivies en Ethiopie, au Cambodge, en Irlande, en Amérique Centrale, en Ouganda, en Angola, au Zimbabwe, au Sahara, au Mozambique, au Liban et au Yémen ; on a assisté à des interventions extérieures comme celles de l’Union Soviétique en Afghanistan, d’Israël au Liban, de la Tanzanie en Ouganda et de la Libye au Tchad.

Fig. 7. 1. Sources : Programme d’études stratégiques et de sécurité internationale, Genève.

4La liste n’en finit pas de s’allonger, ce qui ne peut manquer de susciter une grande inquiétude. C’est la preuve que la guerre n’est pas encore devenue un moyen dépassé, obsolète et inutile pour atteindre des buts politiques, et qu’elle ne le sera pas du jour au lendemain. Mais si l’on continue de lui reconnaître une fonction, le coût de ses prestations devient de plus en plus prohibitif. Si l’on regarde de plus près cette longue liste de conflits armés, on s’aperçoit qu’ils deviennent toujours plus sanglants et destructeurs, ce qui, bien évidemment, est le résultat d’une distribution d’armements toujours plus perfectionnés aux quatre coins du monde, chez les riches comme chez les pauvres, au Nord comme au Sud. La « militarisation » du globe, dont nous reparlerons, a fait de grands « progrès » ces dernières années. Son rythme s’accélère en même temps que son domaine s’étend. Les garde-fous susceptibles de l’arrêter ou de la ralentir sont actuellement inexistants ou très peu nombreux. La « maîtrise des armements » et la « réduction des armements » sont des notions encore inconnues — et qui n’ont aucune application pratique — dans le Tiers-Monde. Là où existent des obstacles à la militarisation, ils proviennent d’un manque de ressources financières, d’une incapacité physique d’intégrer et de manier des systèmes d’armes techniquement très perfectionnés, et du refus de certains Etats de vendre certains types d’armements. La renonciation d’un pays du Tiers-Monde à se procurer des armes est trop rarement motivée par des réserves d’ordre éthique. Peu nombreux sont donc les cas dans lesquels une offre d’accroissement ou de modernisation des capacités militaires sera rejetée par sage décision d’auto-limitation.

  • 2 Un certain nombre des remarques qui vont suivre proviennent des observations de mon collègue et am (...)

5Quelles en sont les raisons ? Il n’appartient certainement pas au citoyen du monde industrialisé de porter un jugement moral sur l’apparente incapacité des pays en voie de développement de résister à la tentation d’acquérir des armes modernes. Les nations industrialisées sont, après tout, celles qui donnèrent le mauvais exemple et continuent de le faire par une accumulation de moyens militaires excédant de beaucoup leurs besoins. Ce qu’elles peuvent et devraient faire, c’est essayer de mieux comprendre les raisons qui poussent les pays du Tiers-Monde à se faire la guerre et à acquérir des armes.2

6C’est peut-être l’expérience traumatisante de trop de guerres horribles et de leurs conséquences sur les Etats et les sociétés qui a permis aux pays industrialisés de prendre conscience de l’importance de la paix et des limites de l’usage de la force. A mesure qu’augmentait le pouvoir destructeur des instruments de combat, ils hésitèrent de plus en plus à s’engager dans des conflits armés, car il était presque certain que le prix à payer en termes de vies humaines et de destructions matérielles dépasserait de beaucoup les gains qu’on en attendait. Au contraire, ils commencèrent à faire porter leurs efforts sur l’instauration d’une certaine stabilité dans les relations internationales, dans laquelle la paix deviendrait la règle et la guerre l’exception. Hormis peut-être l’Union Soviétique, tous en sont venus à considérer les conflits comme des situations anormales, qui doivent trouver aussi rapidement que possible des solutions. Ils sont donc prêts à faire des sacrifices importants pour maintenir la stabilité et le statu quo.

7Pour l’Union Soviétique, du moins en théorie, les conflits sont quelque chose d’inévitable et d’occasionnellement utile à la promotion du changement social et politique (voir chapitre IV). Mais, en tant que puissance nucléaire et puissance d’envergure mondiale ayant des engagements poussés à l’extérieur, elle a adopté une attitude de plus en plus prudente, voire conservatrice, dans les circonstances où les désavantages risquaient de dépasser les bénéfices potentiels.

8La tendance générale dans la plupart des pays développés est donc d’insister sur la permanence et la stabilité dans les relations internationales et de s’inquiéter du risque de désordre. Profondément marqués par l’histoire et la présence des armes nucléaires, ils cherchent à minimiser le rôle de la force armée et de la guerre elle-même. Dans les sociétés démocratiques du moins, tout usage de la force brute, qu’elle soit dirigée vers l’extérieur ou vers l’intérieur, exige justification, pour ne pas être considérée comme illégitime et saper la crédibilité du gouvernement. Ce genre de réaction érige une solide barrière contre tout usage précipité ou disproportionné de la force et davantage encore contre le risque de déclenchement d’une guerre.

Des perspectives différentes

9La situation est très différente dans de nombreuses régions du Tiers-Monde où la légitimité du recours à la force demeure encore largement reconnue. On peut y voir deux facteurs principaux. Premièrement, l’usage de la force contre une puissance coloniale — dans les guerres de libération ou les guerres révolutionnaires — a souvent été associé au droit légitime à l’indépendance nationale : les combats contre les Anglais en Afrique, les Hollandais en Indonésie, les Français au Vietnam et en Algérie et les Portugais en Angola et au Mozambique en sont les exemples les plus incontestables ; ils ne sont pas les seuls.

10La seconde explication est relative aux régimes politiques de la plupart des pays en voie de développement. Beaucoup de ces régimes sont autocratiques, voire totalitaires, et leur opinion publique est quasi inexistante ou trop peu exigeante sur les questions de guerre et d’utilisation de la force. Aucun débat public n’eut lieu quand le Vietnam occupa le Cambodge, quand la Libye intervint au Tchad, quand l’Iraq attaqua l’Iran, ou quand la Somalie entra en conflit avec son voisin éthiopien au sujet de l’Ogaden.

11Mais au-delà de ces différences fondamentales avec le Nord, il en existe d’autres, souvent moins bien comprises, mais non pas moins importantes. A l’inverse du Nord, « stabilisé » et dont les ambitions territoriales sont en grande partie assouvies, l’instabilité et l’insécurité sont le lot quotidien de presque tous les Etats du Sud. Tous les pays en voie de développement partagent à divers degrés des caractéristiques communes qui les différencient de leurs voisins du Nord : un passé colonial qui leur a laissé un sentiment de faiblesse, d’infériorité, de dépendance et la conviction d’être manipulés par un hémisphère Nord plus puissant et plus prospère ; l’impression que leur Etat-nation est encore à un niveau de développement incomplet et ses institutions faibles ou inadaptées, incapables de résister aux pressions causées par un changement social rapide, par des inégalités durables et par les tendances « subversives » des minorités ; une frustration engendrée par l’impossibilité de se développer aussi rapidement qu’ils l’avaient espéré ; enfin un ressentiment à l’égard du Nord pour avoir à vivre dans un monde à la construction duquel ils n’ont pas participé et qu’ils n’ont toujours pas le pouvoir de changer.

12Dans ces pays, l’instabilité résulte souvent des transformations rapides intervenant dans des sociétés qui n’ont pas encore eu le temps de développer le genre d’institutions capables de les maîtriser. Elle provient aussi des différences dans les niveaux de développement politique, économique et social qui créent des disparités entre régions, tribus ou groupes sociaux. Inversement, elle accentue le sentiment d’insécurité commun à toutes les sociétés qui font l’expérience de changements brusques. Ces sociétés ne jouissent pas d’un consensus sur toute une gamme de questions fondamentales telles que l’identité nationale, les bases de la participation politique, le modèle de système économique qu’elles souhaitent se donner ou le rôle de la religion dans la vie politique. De nombreux pays en voie de développement n’ont pas encore réussi à constituer une nation homogène. Ils sont politiquement ou ethni-quement fragmentés, englobent des minorités diverses, souvent réprimées, et leurs frontières sont mal définies ou contestées.

13Pour toutes ces raisons qui ont tendance à se renforcer mutuellement, la plupart des pays en voie de développement voient les vertus d’ordre et de stabilité d’un tout autre oeil que les pays occidentaux. Pour eux, au contraire, l’instabilité et le changement sont un mode de vie. Cette constatation les conduit à adopter une attitude différente à l’égard de l’usage de la force et du bien-fondé de la guerre, qu’ils considèrent comme un moyen de surmonter leur insécurité et d’impressionner leurs voisins. L’utilité de la force semble ici plus évidente ; elle exige moins de justifications à l’intérieur et rencontre moins d’opposition à l’extérieur. Si le recours y est plus automatique, c’est donc dû au moins en partie à un environnement plus permissif : dans ces pays, l’opinion publique, là où elle existe, semble l’accepter plus facilement. Au niveau international, on ne peut pas faire grand-chose pour l’empêcher. L’éventualité d’une punition pour sanctionner l’usage de la force, au moyen des armes nucléaires ou par un arsenal moins redoutable d’armes conventionnelles, n’a pas un effet dissuasif, comme c’est le cas en Europe. En bref, le recours à la force à l’intérieur comme à l’extérieur, même s’il devait déclencher une guerre, promet encore des gains assez élevés et s’accompagne d’un risque insuffisant de sanction pour ne pas être considéré comme un instrument politique valable, utile, et par là même, légitime, dans les pays en voie de développement.

La militarisation du Tiers-Monde

14Les facteurs que nous venons d’énoncer sont en réalité une longue description — quoiqu’encore très simplifiée — de l’un des phénomènes les plus marquants de l’après-guerre : la militarisation croissante du Tiers-Monde (voir schéma 7. 2). Il est à peine surprenant que les dépenses militaires de nombreux pays en voie de développement, parties de zéro ou d’un niveau très bas, connaissent un taux de croissance bien supérieur à celles des Etats industrialisés. Presque tous ces pays, en tout cas en Afrique, en Amérique Centrale et dans certaines parties de l’Asie, ne possédaient aucun potentiel militaire ou presque il y a vingt ans ou dans les années qui suivirent leur accès à l’indépendance. Le changement le plus spectaculaire se produisit dans les pays exportateurs de pétrole (hormis les cas notables du Nigéria et du Mexique), où les dépenses d’armement allèrent parfois jusqu’à doubler ou tripler d’une année sur l’autre, une croissance tout à fait disproportionnée par rapport à leurs besoins. Heureusement ces pays demeurèrent l’exception.

Les dépenses d’armement sont celles de 1983. Pour la Libye, chiffre de 1982

Fig. 7. 2. : Les armements dans le Tiers-Monde. Source: IISS, The Military balance 1972-73, 1984-85

  • 3 Morris Janowitz, Military Institutions and Coercion in the Developing Countries, Chicago, 1977.

15Néanmoins, il y a une tendance très nette à l’augmentation des dépenses d’armement dans un nombre toujours plus grand de pays en voie de développement. Ce que l’on remarque moins, en général, c’est que les coûts d’entretien des forces de police (et par là, des moyens de coercition internes) se sont accrus plus vite que les dépenses de défense classiques. Ainsi, les sommes affectées aux forces de police augmentèrent de 144 % entre 1966 et 1975 en Afrique, alors que les crédits alloués aux forces armées ne crurent que de 40 %.3 Il est clair, d’après ces chiffres, que la sécurité interne, souvent assimilée à la sécurité du pouvoir en place, fut la première préoccupation des pays Africains (et d’autres aussi probablement) dans les années de construction nationale. On observe un phénomène similaire dans un certain nombre de pays d’Amérique du Sud et Centrale, où la menace est perçue par le régime comme issue de l’intérieur avant d’être extérieure.

  • 4 (A propos de l’Amérique Latine), Wolf Grabendorff in Interstate Conflict Behaviour and Regional Po (...)

16La seconde phase du processus d’armement commence lorsque l’ordre interne semble pouvoir être maintenu sous contrôle, même si la stabilisation est encore précaire, ou quand les diversions par le biais de guerres ou d’engagements armés à l’extérieur permettent d’imposer un ordre rigide à l’intérieur. C’est ce qui s’est produit dans de nombreuses régions du Tiers-Monde, en Indochine, en Afrique ou en Amérique Centrale, où les dépenses d’armement ont augmenté en proportion du nombre des conflits. A mesure que des armes plus coûteuses et plus redoutables se banalisent et deviennent accessibles à tous, de nombreux pays éprouvent le besoin de constituer des armées professionnelles qui sont alors souvent la seule institution organisée présente sur le territoire national. Elles fournissent l’éducation et la promotion sociale, et sont en même temps l’instrument politique destiné à assurer la sécurité du régime à l’intérieur et son rayonnement à l’extérieur. La militarisation commence donc souvent dans le pays même, afin de protéger l’Etat et le régime en place ; elle s’oriente ensuite progressivement vers l’extérieur, en offrant une base pour la démonstration et l’usage de la force au dehors des frontières nationales. On a baptisé à juste titre ce processus de passage d’une « militarisation interne » à une « militarisation externe ».4

Des problèmes de sécurité particuliers

17Ce double processus de militarisation est loin d’être achevé. Au contraire, on le voit aujourd’hui se poursuivre sous des formes diverses et dans de nombreuses régions, quoique ses causes, son ampleur et ses effets diffèrent selon les cas. Les forces motrices de la militarisation sont le développement économique (qui permet d’allouer des ressources plus importantes à la défense), très souvent un profond sentiment d’insécurité et, surtout, la conviction encore inébranlée (contrairement au Nord) selon laquelle la puissance militaire se solde par des dividendes politiques et autres avantages. La possession de certaines armes est souvent une question de prestige, en particulier dans un environnement où n’existe aucune hiérarchie, ni aucun concept d’ordre régional assorti de règles de conduite précises qui rendraient le recours à la force difficile ou même impossible. Tout pays doté d’un arsenal de taille suffisante peut caresser l’espoir de peser sur l’avenir de la région et, en conséquence, être tenté de se lancer dans la compétition politique et militaire.

18Certains Etats du Tiers-Monde ont à se débattre avec des problèmes de sécurité particuliers. Parmi eux se trouvent ceux qui furent divisés à la suite de la guerre froide : la Corée, le Vietnam, la Chine et Taïwan, ceux qui étaient et restent enfermés dans d’interminables conflits, comme Israël et ses voisins arabes, et enfin ceux qui, comme l’Afrique du Sud, se trouvent isolés de leur environnement.

  • 5 Ces chiffres sont ceux de l’International Institute for Strategic Studies, The Military Balance 19 (...)

19Ce genre de situation fournit des incitations supplémentaires à l’accroissement des armements. Il explique pourquoi le Vietnam, maintenant réunifié, continue d’entretenir la cinquième armée du monde (après la Chine, l’Union Soviétique, les Etats-Unis et l’Inde), avec plus d’un million d’hommes sous les drapeaux  ; pourquoi la Corée du Nord et la Corée du Sud, avec respectivement 784 000 et 622 000 soldats, ont des forces armées plus importantes que n’importe quel pays européen  ; pourquoi Israël et la Syrie allouent entre 1/5 et 1/3 de leur PNB à la défense ; pourquoi les dépenses d’armement de l’Afrique du Sud ont doublé entre 1975 et 1981.5 Aucun de ces pays ne met en doute l’extrême utilité de son armement. Pour eux, la guerre et la confrontation armée ne sont pas une lointaine éventualité, mais une réalité presque quotidienne. La situation est identique pour les Etats qui se trouvent impliqués dans des conflits dont l’enjeu est la prépondérance régionale (comme l’Inde et le Pakistan, l’Iran et l’Iraq) ou qui ont à faire face à des mouvements de rébellion internes (comme l’Ethiopie, le Tchad ou le Salvador). Enfin, des pays toujours plus nombreux sont devenus, à cause de leur localisation géographique, des centres d’intérêt stratégique pour des puissances extérieures, en particulier les Etats-Unis et l’Union Soviétique. C’est le cas du Moyen-Orient et des pays du Golfe, de certaines régions d’Afrique et d’Asie du Sud-Est, de Cuba et, de plus en plus, de l’Amérique Centrale. Les puissants essaient de briguer les faveurs des petits en leur offrant généreusement des armes et de l’assistance militaire. A mesure que s’étend la rivalité américano-soviétique à des régions qui en étaient auparavant exemptes (telles l’Afrique ou l’Amérique Centrale), la circulation des armes et le processus de militarisation s’accélèrent à un rythme vertigineux. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

20Comme les armes sont peu à peu intégrées à la panoplie des moyens dont disposent les « establishments » militaires, elles deviennent un atout dans la course à la prépondérance régionale, et les pays en voie de développement sont tentés d’en faire usage. Le nombre d’interventions extérieures perpétrées par certains d’entre eux a sensiblement augmenté ces dernières années. Des armes reçues de fournisseurs étrangers ou produites localement, ainsi que des conseillers militaires, peuvent être facilement transportés par avion vers des Etats voisins. La Libye est l’exemple type — bien que non le seul — d’un pays en voie de développement pratiquant l’intervention extérieure. Aujourd’hui elle dispose d’un immense arsenal de blindés et d’avions qui lui ont été livrés par l’Union Soviétique. Au fur et à mesure que s’accroissent la quantité et la qualité des armes détenues par le Tiers-Monde — leur progression future étant d’ailleurs indubitable —, il faut s’attendre à ce que ce type d’intervention devienne de règle dans la vie politique des Etats du Sud.

21L’équilibre militaire est en train de se transformer rapidement dans de vastes parties du globe. La militarisation de certains pays a modifié ou renversé l’équilibre des forces entre Etats d’une même région. Sous le règne du Shah, l’Iran entretenait l’ambition de devenir le « gendarme » du Golfe en se dotant des forces armées les plus puissantes et les mieux équipées. L’énorme transfert d’armement vers les pays arabes, en partie pour faire contrepoids à la prédominance iranienne, a radicalement modifié le paysage militaire de cette zone. La Corne de l’Afrique, terre vierge du point de vue militaire jusqu’à 1960, a connu le même afflux de matériel de combat, dont la plus grande partie fut fournie par l’Union Soviétique, d’abord à la Somalie, puis à l’Ethiopie. On peut escompter des évolutions similaires dans d’autres parties du globe. Ainsi, la guerre des Malouines de l’été 1982 ou la recrudescence des combats au Tchad à partir de l’été 1983 ont-elles aiguisé l’appétit des vaincus (l’Argentine dans le premier cas) pour un armement plus important et plus perfectionné. Une fois satisfaite cette exigence, les nouvelles armes n’affectent pas seulement la position du pays récepteur, mais aussi celle de ses voisins.

22Cependant, les Etats locaux ne sont pas les seuls à rompre les équilibres régionaux. Les puissances extérieures ont aussi leur part de responsabilité. Les Etats-Unis sont militairement présents sur une grande partie du globe depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Ils ont joué un rôle déterminant dans la définition de l’équilibre militaire dans des régions d’une haute signification stratégique telles que le Proche-Orient, le Golfe, l’Asie du Sud-Est jusqu’à la fin de la guerre du Vietnam en 1975, le Pacifique Sud et Ouest. L’Union Soviétique leur a emboîté le pas. Elle est de plus en plus active dans l’Ouest du Pacifique et a établi de très importantes infrastructures navales à Da Nang et Cam Ranh Bay au Vietnam. Son intervention armée en Afghanistan a profondément modifié l’équilibre militaire en Asie du Sud-Ouest, avec des effets qui peuvent être ressentis jusqu’au coeur du golfe arabo-persique. Elle a établi une présence navale permanente en Méditerranée et dans l’Océan Indien et se trouve de plus en plus impliquée dans la zone des Caraïbes à cause du soutien qu’elle apporte à Cuba. En comparaison avec ces engagements globaux, l’action militaire de la Grande-Bretagne dans les lointaines eaux de l’Atlantique Sud (pendant la guerre des Malouines) et les obligations de la France envers un certain nombre de pays d’Afrique noire semblent bien modestes. La Grande-Bretagne et la France peuvent exercer une influence sur le résultat d’un conflit, mais elles ne sont pas assez puissantes pour modifier durablement la constellation militaire d’une zone éloignée. De son côté, la Chine demeurera pour de longues années encore une puissance régionale à laquelle manqueront la volonté et la capacité (ou les deux) de déployer ses forces à une grande distance de son territoire.

23Les diverses influences qui s’exercent sur les pays en voie de développement, les évolutions et motivations qui s’y expriment convergent donc vers un résultat principal unique : elles stimulent plutôt qu’elles ne découragent l’acquisition des armements, que celle-ci résulte d’un transfert ou d’une production locale. En d’autres termes, elles encouragent le processus de militarisation de chaque nation prise individuellement et, par contrecoup, l’extension de cette militarisation à un niveau régional et éventuellement général. C’est ici d’ailleurs que l’on rencontre un autre facteur d’explication essentiel de la « course aux armements », en l’occurrence, le commerce des armes, et avec lui, la production d’instruments de guerre par un nombre croissant de pays en voie de développement.

Notes

1 Cf. Istvan Kende, « Local War 1945-1976 », in L. Eide and M. Thee (eds), Problems of Contemporary Militarism, London, 1982.

2 Un certain nombre des remarques qui vont suivre proviennent des observations de mon collègue et ami, Dr Shahram Chubin, du Programme d’études stratégiques et de sécurité internationale de Genève.

3 Morris Janowitz, Military Institutions and Coercion in the Developing Countries, Chicago, 1977.

4 (A propos de l’Amérique Latine), Wolf Grabendorff in Interstate Conflict Behaviour and Regional Potential for Conflict in Latin America, Wilson Working Paper No. 116, Latin American Program, The Wilson Center, Washington DC, 1982.

5 Ces chiffres sont ceux de l’International Institute for Strategic Studies, The Military Balance 1982-1983, London, 1982.

Table des illustrations

Légende Fig. 7. 1. Sources : Programme d’études stratégiques et de sécurité internationale, Genève.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Les dépenses d’armement sont celles de 1983. Pour la Libye, chiffre de 1982
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4492/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 7. 2. : Les armements dans le Tiers-Monde. Source: IISS, The Military balance 1972-73, 1984-85
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4492/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search