Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre VI. La militarisation de l’Asie

Texte intégral

Une région troublée et en mutation

1Avec l’Europe, l’Asie est la seule partie du monde à compter de grandes puissances militaires. Mais à la différence de celle-ci, elles ne sont pas unies par une allégeance politique ou économique commune. Au contraire, elles se livrent un combat permanent pour la conquête d’une influence régionale. La plupart d’entre elles, du Pakistan à l’Inde en passant par le Vietnam, l’Indonésie et les Philippines, jusqu’à la Chine et au Japon, se considèrent mutuellement comme des adversaires plutôt que comme des partenaires. De plus, les deux superpuissances, les Etats-Unis et l’Union Soviétique, entretiennent des forces armées importantes sur cet immense continent : la première d’abord grâce à sa marine, en tant qu’alliée du Japon, de la Corée du Sud et des Philippines et par le soutien continu qu’elle fournit à Taïwan ; la seconde comme puissance asiatique en tant que telle et comme alliée du Vietnam où elle dispose de l’usage d’importantes infrastructures aériennes et navales.

2Le Pakistan entretient des relations militaires étroites avec les Etats-Unis. L’Inde a signé un Traité d’amitié et de coopération avec l’Union Soviétique. Les six Etats membres de l’ANSEA (Association des Nations du Sud-Est Asiatique) : l’Indonésie, les Philippines, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande et le Brunei se considèrent non-alignés, mais ils conservent tous des liens de types divers avec des Etats occidentaux : Singapour et la Malaisie sont membres du Commonwealth et ont signé les accords de défense des « Cinq Puissances » de 1971 avec la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. La Thaïlande a gardé des relations militaires particulières avec les Etats-Unis depuis la dissolution de l’Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est (OTASE). Les Philippines garantissent aux Etats-Unis l’utilisation de deux bases stratégiques, la gigantesque installation navale de Subic Bay et l’aéroport Clark. L’Indonésie également se tourne vers l’Occident, en particulier vers les Etats-Unis, de qui elle reçoit une grande partie de ses capitaux et de ses armes. Le Brunei a acquis son indépendance au printemps 1984 ; il reste membre du Commonwealth et a adhéré à l’ANSEA.

3On trouve en Asie la plus forte concentration de forces armées au monde : 4,2 millions d’hommes en Chine, 1,1 million en Inde, 1 million au Vietnam, 784 000 en Corée du Nord, 622 000 en Corée du Sud — pour ne citer que les principales (hormis l'URSS). Toutes ces armées sont plus importantes que celles des plus grands pays européens (République Fédérale d'Allemagne et France), mais, mis à part quelques rares exceptions, beaucoup moins bien équipées. Si l'on y ajoute les forces du Pakistan (479 000), de Taïwan (464 000), de l'Indonésie (400 000), ainsi que les contingents plus modestes du Japon (241 000) et de la Thaïlande (235 000), on arrive à un total d'environ 10 millions d'hommes, ce qui correspond à environ 40 % des forces armées totales existant dans le monde.

4Deux causes principales peuvent être avancées pour expliquer ce phénomène. La première, démographique, est somme toute assez logique. Avec 2,6 milliards d'habitants, l'Asie est le continent le plus peuplé. Il serait donc surprenant que la taille de ses armées ne reflète pas d'une certaine manière le poids de cette population. Il est très probable que l'accroissement de certaines d'entre elles — pas de toutes cependant — se poursuive parallèlement à la croissance démographique.

5La seconde raison, par contre, peut susciter une certaine inquiétude. Elle a trait aux nombreux conflits et tiraillements qui ont caractérisé la scène asiatique ces dix dernières années. L'Asie, tout comme l'Europe, est victime de la guerre froide. La Chine, la Corée et le Vietnam ont été divisés, ces deux derniers pays ayant, à cause de cette division même, fait l'expérience des guerres les plus implacables depuis la Seconde Guerre mondiale. Le Vietnam a été réunifié par la force et s'est établi comme puissance dominante sur la péninsule indochinoise en prenant le contrôle du Laos et du Cambodge par des moyens militaires. La Chine a rompu avec le bloc soviétique et considère depuis lors l'URSS comme la principale menace à sa sécurité ; elle n'a jamais renoncé à son désir de reprendre possession de Taïwan. Les deux Corée sont restées divisées et cultivent mutuellement une méfiance viscérale depuis que le Nord a envahi le Sud en juin 1950. Le signe extérieur le plus évident en est la présence de deux vastes armées qui se font face de chaque côté du 38e parallèle, la ligne de démarcation entre les deux pays.

6Mais il y a eu et il demeure encore d'autres sources de conflit et de crise en Asie. Les plus graves furent peut-être les trois guerres entre l'Inde et le Pakistan (en 1947-49,1965 et 1971) et les deux conflits armés entre l'Inde et la Chine (en 1959 et 1962). Alors que la tension entre les deux derniers s'est relâchée, on ne peut exclure une nouvelle conflagration entre l'Inde et le Pakistan. Ajoutez à cela la discorde permanente entre la Chine et le Vietnam, qui mena jusqu'à une invasion armée du second par la première en 1979 (que Beijing qualifia d'« action punitive »), les pressions exercées par le Vietnam sur la Thaïlande, la querelle toujours irrésolue entre le Japon et l'URSS au sujet des îles du nord anciennement japonaises (les Kouriles), et d'autres objets de contentieux qui demeurent entre l'Indonésie et la Malaisie, l'Indonésie et l'Australie (au sujet du Timor Oriental), ainsi qu'entre le Vietnam, la Chine et les Philippines au sujet des îles Spratley en Mer de Chine Méridionale.

7Dans les années récentes, quatre séries d'événements ont rendu les pays d'Asie plus conscients de leur vulnérabilité en matière de défense et les ont convaincus du besoin de faire un effort dans ce domaine : en premier lieu, la débâcle américaine au Vietnam et le retrait qui s'ensuivit de toutes les forces américaines basées sur le sol du continent sud-est asiatique ; ensuite, l’occupation du Laos par le Vietnam, suivie de l’invasion du Cambodge en 1978-79 ; troisièmement, l’intervention soviétique en Afghanistan en 1979, conduisant à la présence de quelque 120 000 soldats soviétiques sur le terrain ; enfin — et c’est l’élément le plus important — la croissance spectaculaire de la puissance militaire soviétique en Asie.

8Entre 1965 et le début des années 1980, les forces de l’armée de terre soviétique basées à l’Est de l’Oural, y compris le long de la frontière chinoise, sont passées de 150 000 à 435 000 hommes (ce qui représente environ un quart du contingent soviétique total). L’URSS maintient environ les deux-cinquièmes de ses ICBM et de ses sous-marins balistiques, un tiers de ses missiles SS-20 et un quart de ses bombardiers dans la partie orientale de son territoire. Le déplacement vers l’Est est évident. Il se prolonge par une remarquable expansion de la flotte soviétique du Pacifique et par une augmentation du nombre d’avions basés au Vietnam, ces deux composantes permettant une pénétration avancée dans le Pacifique Sud. Egalement évidentes sont les réactions de certains pays asiatiques (en particulier la Chine et le Japon) et des Etats-Unis à cette progression.

9Ce dont nous sommes témoins ici, sous une forme différente il est vrai, est un développement très similaire à la course aux armements à laquelle on a pu assister en Europe dès les premiers jours de la confrontation Est-Ouest. Mais l’Asie n’est pas l’Europe. Les différences dans la géographie, les mentalités, les attitudes à l’égard de la guerre et de la force armée, le niveau de développement économique et les valeurs sociales sont énormes.

10L’Asie ne constitue pas une unité géographique aussi cohérente que l’Europe. Elle s’étend à travers un immense continent, l’Union Soviétique et la Chine constituant son axe central et les autres pays sa périphérie. Au delà de ses côtes s’égrènent des milliers d’îles, parfois vastes mais le plus souvent minuscules, qui constituent le Sri Lanka, le Japon, l’Indonésie, les Philippines, Taïwan, pour ne citer que les principales. Tous ces pays sont très éloignés les uns des autres, si bien que leurs problèmes de sécurité s’énoncent différemment. L’Europe de son côté n’a pas à faire l’expérience de conflits aussi graves que ceux qui enveniment les relations entre la Chine et l’Union Soviétique, l’Inde et le Pakistan, la Corée du Nord et celle du Sud. Il n’y a pas à proprement parler de contestation territoriale importante en Europe, sauf peut-être sur son flanc méridional (de Gibraltar à Chypre). En outre, les pays asiatiques ne vivent pas — ou pas encore — dans l’ombre de la confrontation nucléaire américano-soviétique qui menace en Europe de transformer tout différend, même mineur, en cauchemar nucléaire. Enfin, ils n’ont jamais connu quelque chose de semblable à un « concert des puissances » ou à un système d’alliances tel que l’a expérimenté l’Europe depuis plusieurs siècles. Les liens de nature religieuse, culturelle ou ethnique qui existent entre eux ne sont pas assez solides pour les souder en un groupe homogène de nations interdépendantes. Les conflits divers ayant éclaté parmi eux n’ont pu que renforcer leur isolement et leur mépris mutuel.

11Les pays asiatiques sont donc loin de constituer une « communauté stratégique » partageant une même conception des dangers et un consensus minimal quant à la manière de les aborder. Une telle « communauté » existe en Europe, où la présence des superpuissances fait que tout conflit majeur affecterait inéluctablement l’ensemble du continent, avec le risque concomitant d’une catastrophe nucléaire. Ce n’est pas le cas jusqu’à présent en Asie ou dans les autres régions du Tiers-Monde, où l’engagement des grandes puissances n’est pas aussi direct et simultané. Des guerres peuvent encore y éclater, non seulement parce qu’elles ont de grandes chances de demeurer géographiquement limitées, mais parce qu’elles n’évoquent pas le spectre des représailles nucléaires.

12Il n’en reste pas moins que trois puissances nucléaires sont présentes en Asie : l’Union Soviétique, la Chine et les Etats-Unis. Les deux premières sont elles-mêmes des Etats asiatiques et la dernière entretient des forces nucléaires importantes dans la région (y compris des armes nucléaires tactiques en Corée du Sud). L’Inde a démontré sa capacité à rejoindre le « club nucléaire » si elle le souhaite. D’autres pays, comme le Pakistan ou Taïwan, pourraient un jour décider d’en devenir membres. Il est certain que le Japon possède également les connaissances technologiques nécessaires pour devenir une puissance nucléaire, mais, pour des raisons historiques, à cause de son expérience traumatisante de l’arme atomique, il ne le fera pas de sitôt.

13Cependant, la menace nucléaire projette une ombre de plus en plus étendue en Asie. Les missiles soviétiques SS-20 peuvent atteindre des objectifs aussi éloignés que Colombo, Bangkok ou Tokyo. L’arsenal nucléaire chinois continue sa progression lente mais régulière. Les Etats-Unis sont sur le point de mettre en service de nouveaux missiles de croisière basés sur avions et en mer dans la zone Pacifique.

14Τôt ou tard l’Asie aussi devra prendre des mesures auxquelles elle n’a pas sérieusement pensé jusqu’à présent, en envisageant une négociation sur la maîtrise et la réduction de ses armements en général et de ses armes nucléaires en particulier. A ce jour, ni la Chine, ni le Japon, sans parler des autres pays, n’ont accordé une réflexion approfondie à la « maîtrise des armements », au delà de déclarations très générales d’une valeur pratique quasi nulle. Ils ne l’ont pas fait non plus conjointement au sein d’un forum multilatéral. Là où on a pu observer une certaine modération en matière d’armement, comme dans le cas du Japon, ce fut en conséquence d’une mesure unilatérale ou sous la pression des nécessités économiques plutôt que de la sagesse politique.

15Plusieurs pays asiatiques, y compris la Chine et le Japon, participent aux négociations de la Commission du Désarmement à Genève. Cependant, celle-ci — de même que d’autres organes des Nations Unies — traite de sujets d’intérêt général plutôt que spécifiquement asiatique. L’Europe demeure donc, qu’on le veuille ou non, le seul continent où le processus fastidieux et infiniment complexe — mais néanmoins nécessaire — des négociations sur le désarmement se poursuit effectivement. Malgré la taille de ses arsenaux, il est douteux que l’Asie lui emboîte rapidement le pas.

Le géant chinois

16Dans le monde des puissances nucléaires et des équilibres stratégiques, la Chine fait figure d’exception. Après avoir été pendant plus de dix ans (1949-60) le principal allié de l’Union Soviétique et l’adversaire le plus résolu du « capitalisme » occidental, elle rompit avec la première et s’ouvrit prudemment sur le second. Il ne faudrait pas sous-estimer la portée d’une évolution qui, malgré ses vicissitudes, a fait de la Chine la première puissance nucléaire en Asie et dans le Tiers-Monde. Une nouvelle dimension a ainsi été introduite dans le domaine de l’armement en général et des armes nucléaires en particulier, créant un changement majeur sur la scène internationale. La Chine est devenue, sinon dans les faits, du moins dans l’esprit d’un très grand nombre, un acteur important de la politique internationale.

Tableau 6. 1 L’équilibre des forces sino-soviétiques

Tableau 6. 1 L’équilibre des forces sino-soviétiques

Sources : G. Jacobs, « Soviet Forces and the Pacific Basin », Jane, 4/2, 1983, pp. 131-41, IISS, The Military Balance, 1985-86, London,1985.

17Du point de vue soviétique, le conflit avec la Chine fut marqué par la concrétisation de la crainte majeure de tous les dirigeants russes depuis Ivan le Terrible : l’ouverture d’un second front, à 10 000 km. du front occidental traditionnel. Une grande partie de l’armement soviétique ou, plus précisément, la taille de son arsenal, peut s’expliquer par ce facteur géopolitique : pendant la dernière décennie, elle a considéré comme impératif le déploiement d’un grand nombre de divisions le long de sa frontière avec la Chine (voir Tableau 6. 1). D’après les dernières statistiques de 1985, on estime à 53 le nombre des divisions stationnées dans les zones frontalières, dont 7 sont des divisions de chars (sur un total général de 51 dans cette catégorie), 45 sont des divisions d’infanterie motorisées (sur un total de 141). En avril 1986, elles étaient appuyées par 171 missiles balistiques de portée intermédiaire (SS-20), auxquels il faut ajouter 90 missiles stationnés dans l’Oural qui peuvent prendre pour cible soit l’Europe Occidentale, soit l’Extrême-Orient. La Chine de son côté entretient un total de 814 000 hommes sous les drapeaux dans les régions militaires du Xinjiang, Lanchou, Beijing et Shenyang. La première conséquence de la querelle sino-soviétique a donc été une formidable accumulation de forces conventionnelles le long des 9 300 km. de leur frontière commune (y compris la Mongolie Extérieure où des forces soviétiques sont également stationnées). Une telle concentration n’aurait aucun sens dans des conditions « normales ».

18En second lieu, après avoir reçu une aide de l’Union Soviétique, la Chine a poussé le développement de son propre armement nucléaire davantage qu’elle ne l’aurait fait si l’alliance militaire avec Moscou avait été durable. C’est en fait la déconvenue chinoise devant les mesures de protection soviétiques qui stimula son programme national. On est tenté de dresser ici un parallèle avec la déception de la France (ou du Général de Gaulle) vis-à-vis des Etats-Unis. Dans les deux cas, les « jeunes » partenaires, la Chine et la France, avaient, peut-être par excès d’optimisme, espéré recevoir un appui de leurs alliés respectifs, l’Union Soviétique et les Etats-Unis, en cas de crise. Elles découvrirent bientôt que la possession des armes nucléaires avait rendu les superpuissances plus prudentes et moins disposées à partager leur savoir, même avec leurs « amis » les plus proches, ce qui ne fit que renforcer leur conviction qu’elles devaient, pour des raisons d’indépendance nationale, se doter en propre de moyens nucléaires. La même conclusion avait déjà été tirée par la Grande-Bretagne pendant la seconde guerre mondiale, mais, grâce à la « relation spéciale » qu’elle entretenait avec les Etats-Unis, sa décision n’aboutit pas à une rupture avec l’Alliance occidentale.

19Troisièmement, le conflit entre les deux géants communistes réduisit à néant le principal argument qu’avaient utilisé les Etats-UnisUnis pour justifier leur intervention au Vietnam : ils voulaient mettre un frein à l’expansion du modèle politique et idéologique soviétique qui, menée de concert par la Chine et l’URSS, ne pouvait que menacer leurs intérêts vitaux en Asie. Il leur avait semblé à l’époque à la fois logique et indispensable de résister, même si cela devait signifier un engagement coûteux et prolongé dans une guerre qui se déroulait à des milliers de kilomètres de leur territoire. Le résultat de cette décision fatidique ne fut pas seulement une défaite humiliante pour les Etats-Unis et leur protégé Sud-vietnamien. Le Vietnam, réunifié par la force, devint alors la puissance militaire la plus redoutable de l’Asie du Sud-Est, et apparut soudain à la Chine comme un rival, alors que celle-ci l’avait toujours considéré comme un élément de sa sphère d’influence et guère plus que l’un de ses vassaux. Il fut immédiatement évident qu’il n’était plus disposé à se contenter d’une situation aussi dissymétrique. Mais pour faire contrepoids au géant chinois, il dut rechercher le soutien de l’Union Soviétique. La guerre du Vietnam et le retrait américain qui s’ensuivit se soldèrent donc par un renforcement de la présence soviétique en Indochine, résultat somme toute assez surprenant étant donné les buts de guerre initiaux. La conséquence fut une résurrection de l’ancienne rivalité entre les deux puissances régionales, dont la première radicalisation se traduisit par l’attaque chinoise du Vietnam qui, à son tour, cimenta l’alliance formelle que ce dernier avait contractée avec l’URSS en 1978.

20Aux yeux de la Chine, le monde qui l’entoure est hostile. D’un côté c’est la longue frontière avec l’Union Soviétique, avec qui elle peut espérer au mieux un rapprochement, sans vouloir parler de réconciliation. De l’autre, le conflit reste ouvert avec le Vietnam ; les relations avec la Corée du Nord sont à peine plus courtoises ; les contacts officiels avec la Corée du Sud sont pour l’instant inexistants ; Taïwan est l’enfant prodigue qui refuse de rejoindre le sein de la mère patrie. Terminons avec le Japon, autrefois l’ennemi juré, avec qui les relations ont été réétablies en 1972 après une longue période d’hostilité et de suspicion réciproque. Pour la Chine, il est maintenant devenu davantage un partenaire économique qu’une menace militaire (les deux pays ont même signé un Traité de Paix et d’Amitié le 12 août 1978). Dans un certain sens, la même observation est valable pour les Etats-Unis, bien que Beijing continue résolument de se défier de toute « hégémonie des superpuissances ». La question de l’avenir de Taïwan — Etat indépendant ou partie intégrante de la Chine — reste également en suspens. Malgré tout, la méfiance chinoise à l’égard de Washington est moins profondément ancrée que celle qui ternit ses rapports avec Moscou. Elle est cependant suffisamment marquée pour couper court à toute suggestion américaine de « coopération stratégique » contre l’Union Soviétique. De là l’insistance chinoise sur son autonomie militaire autant qu’économique.

21La Chine a donc eu de nombreuses raisons de chercher à se pourvoir d’une défense crédible. A moins d’un retournement imprévu, elle persévérera probablement dans sa décision. Avec approximativement 4 millions d’hommes, elle possède, après l’Union Soviétique, l’armée numériquement la plus importante au monde (voir la comparaison des principales forces armées dans le monde, tableau 8. 1). Mais l’équipement de cette armée est largement dépassé. Il accuse un retard de dix à quinze ans sur celui des pays industrialisés. La modernisation des forces armées, en particulier la définition des priorités et le degré d’assistance extérieure souhaité, est donc une question essentielle dans le débat actuel sur l’avenir de la défense chinoise.

22D’après l’article 29 de la nouvelle Constitution chinoise (du 4 décembre 1982), la tâche des forces armées est « de renforcer la défense nationale, de résister à l’agression, de défendre la patrie, de protéger le peuple afin qu’il travaille en paix, de prendre part à l’édification du pays et de servir de tout le cœur le peuple ». Pour un pays de la taille et de l’importance de la Chine, c’est tout un programme ! A l’évidence, toutes ces tâches ne peuvent être accomplies simultanément.

23Tout d’abord, elles ne comprennent pas seulement les missions traditionnellement associées à la défense, mais incluent aussi une responsabilité en matière d’ordre interne et de développement du pays. C’est seulement dans la période récente que les dirigeants chinois ont essayé de réduire le rôle très politique des forces armées à l’intérieur du pays — rôle de premier plan à l’époque troublée de Mao Zedong — et de les réorienter vers la tâche principale de garantie de la sécurité extérieure. Mais à ce jour, aucune décision définitive ne semble avoir été prise en ce qui concerne la doctrine stratégique qu’elles devraient mettre à exécution. En fait,

  • 1 International Institute for Strategic Studies, The Military Balance, 1982-83, London, 1982, p. 78.

« La politique de défense chinoise a, depuis de nombreuses années, cherché à maintenir un équilibre souvent précaire entre les deux concepts de la dissuasion nucléaire et de la « guerre populaire ». La première a pour but de décourager toute intention d’attaque stratégique, la seconde de dissuader ou repousser toute invasion conventionnelle du territoire grâce à la mobilisation en masse de la population. »1

24La Chine n’a pas encore fait de choix final entre les deux options et elle n’est probablement pas près de le faire. D’une certaine manière, ce choix n’est pas nécessaire dans la mesure où elle parvient à combiner les deux approches sans trop affaiblir la crédibilité de son dispositif général de défense. Mais cela signifie qu’elle devra continuer à entretenir des forces conventionnelles considérables tout en développant son appareil de dissuasion nucléaire. Cette entreprise risque d’être coûteuse et de constituer un lourd fardeau pour un pays en voie de développement de sa taille, dont les besoins dans d’autres domaines sont par ailleurs immenses.

25Le budget militaire chinois a de fait diminué ces dix dernières années (à l’exception de la période 1977-79) ; cette tendance ne devrait pas être révisée dans un proche avenir. Ce retournement a mis un frein à des plans exagérément ambitieux de modernisation des forces armées. La relégation de la défense à la quatrième et dernière place du programme des « Quatre modernisations », après l’industrie, l’agriculture, la science et la technologie, est révélatrice de l’intention des dirigeants chinois actuels. Bien évidemment, certains militaires renâclent devant une telle parcimonie. D’une part, ils craignent que la direction politique ne sous-estime l’imminence de la menace soviétique, tout en surestimant les avantages de l’assistance occidentale, en particulier américaine ; d’autre part, ils ont conscience du fait qu’il est à peu près impossible d’approvisionner les forces conventionnelles en équipement moderne tout en poursuivant simultanément un coûteux programme d’armement nucléaire.

26En même temps, les efforts continuent pour rationaliser l’organisation des forces armées, réduire leur taille et offrir un meilleur entraînement à celles qui demeurent. Le contingent sous les drapeaux a été réduit de 4,75 millions en 1979 à environ 4,1 millions en 1983. Au printemps 1985 l’homme fort de la Chine, Deng Xiaoping, annonça une nouvelle réduction des forces armées d’un million d’hommes, ce qui porterait leur total à 3 millions d’ici la fin 1986.

  • 2 Ngok Lee, The Chinese People’s Liberation Army 1980-82 : Modernisation, Strategy and Politics, Can (...)

27De telles coupes sombres, en économisant des ressources précieuses, rendront indispensable la réorganisation des forces encore en surnombre. La mise en service d’un armement et d’un équipement modernes pourrait compenser certaines diminutions d’effectifs. L’avenir dépendra du rythme auquel les nouvelles armes pourront être incorporées à l’arsenal existant et en quelle quantité. A son tour, cette transformation sera fonction de la manière et des conditions dans lesquelles on pourra se procurer ces armes : par production domestique, par simple achat à l’étranger, ou grâce à des transferts de technologie. La Chine poursuit les trois options, quoiqu’avec des accents différents. Le déclassement de la défense dans la liste des priorités nationales et la stagnation des crédits militaires se traduisent par une diminution des ressources nécessaires à l’achat direct d’armes et équipements étrangers. Certaines acquisitions à l’extérieur ont tout de même eu lieu, en particulier auprès de la Grande-Bretagne, de la France et des Etats-Unis. La priorité semble être accordée à l’achat de technologie avancée, essentiellement destinée au processus de production d’armes. L’intention est d’élargir la base de l’industrie de défense pour accroître le niveau de la fabrication. Plus de 400 usines travaillent actuellement pour la défense en Chine, « produisant toute la gamme des matériels militaires, des armes portatives aux avions et missiles. Ces usines sont dispersées sur l’ensemble des 11 régions militaires, avec une concentration plus forte dans le nord-est du pays. »2 Mais la route est longue jusqu’à l’auto-suffisance. Les forces conventionnelles chinoises risquent donc de demeurer nombreuses mais sous-équipées, et il faudra des années pour les transformer en une armée moderne.

28Presque par miracle, le programme d’armement nucléaire chinois a survécu aux multiples convulsions et retournements des vingt dernières années. Malgré certains ralentissements, il a continué de progresser. On considère aujourd’hui (1986) que l’arsenal nucléaire chinois se compose de plusieurs centaines d’armes atomiques (à la fois à fission et à fusion) de types divers, comprenant des missiles à portée intermédiaire et intercontinentale destinés à la fois à un usage tactique et stratégique. Elle dispose d’environ 60 missiles d’une portée de 2700 km et du même nombre de missiles d’une portée de 1000 km. En 1981 la Chine a réussi le lancement d’une fusée porteuse de trois satellites ; ce succès peut indiquer qu’elle est en voie d’acquérir la capacité de construire des missiles à têtes multiples.

29De plus, elle a déployé deux catégories de missiles à portée intercontinentale de 13 000 km et de 7000 km respectivement. Enfin, elle est en train de mettre en service deux sous-marins à propulsion nucléaire (avec 12 tubes de lancement) et a effectué des essais de lancement d’un missile balistique (non armé) à partir d’un sous-marin en plongée. On fait état d’un programme de construction de quatre sous-marins supplémentaires. La Chine démontre par là sa ferme volonté de développer une force nucléaire stratégique sous-marine, et donc de suivre l’exemple des quatre autres puissances nucléaires.

  • 3 Les sources des données indiquées sont : International Institute for Strategic Studies, The Milita (...)

30Elle poursuit ses essais nucléaires, quoiqu’à un rythme très lent. Comme la France, elle n’a pas signé le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires de 1963 et a procédé à un total de 29 essais (pour la plupart dans l’atmosphère) de 1964 à 1984, en comparaison avec 745 essais pour les Etats-Unis et 554 pour l’Union Soviétique sur la période 1945-84 (voir fig. 6. 1). Enfin, en juin 1982, elle a annoncé qu’elle était en train de mettre au point une fusée à trois étages, propulsée au combustible liquide, qui serait capable de placer des satellites en orbite géostationnaire. Ces satellites pourraient remplir des missions importantes dans le domaine des communications, de la détection avancée et de la météorologie.3

Nombre d’explosions nucléaires par pays, 1945-1984

Nombre d’explosions nucléaires par pays, 1945-1984

Fig. 6.1. Nombre d’explosions nucléaires, 1945-1984. Source : World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1985, London, Taylor & Francis, 1985, p. 82.

31La Chine laisse donc planer peu de doutes sur sa détermination à devenir et à demeurer une puissance nucléaire indépendante. Jusqu’où elle poussera ses efforts d’armement, cherchant à acquérir toute la panoplie des armes nucléaires et accumulant des arsenaux similaires à ceux des Etats-Unis et de l’Union Soviétique, reste matière à spéculation. A ce jour, elle n’a pas donné de réponse définitive à cette question ; elle n’est d’ailleurs probablement pas en mesure de le faire. L’avenir dépendra de l’évolution de la sécurité internationale en général et de l’attitude des superpuissances en particulier. La taille et le rythme de développement du potentiel nucléaire chinois seront donc largement fonction de l’environnement international dans lequel il sera censé remplir les deux fonctions de dissuasion et de défense.

32On peut affirmer en toute certitude que la Chine est encore dans une phase ascendante, à la fois en tant que puissance d’envergure mondiale et en tant que puissance nucléaire. Tout comme la France, avant d’accepter de réduire son propre arsenal nucléaire, elle cherchera à faire pression sur les superpuissances pour qu’elles commencent à démanteler le leur. Naturellement, l’idée de « maîtrise des armements » est étrangère à la Chine. Etant demeurée extérieure à la politique internationale pendant un quart de siècle, elle est aussi restée en dehors du courant général des discussions sur le désarmement. Jusqu’à présent, ses propositions et déclarations sur le sujet n’ont pas dépassé le niveau des généralités. Mais, au fur et à mesure que s’accroît son propre arsenal nucléaire et que se modifie son environnement stratégique, elle pourrait bien avoir à assumer des responsabilités plus importantes dans la promotion de la paix et le maintien de l’ordre international. Elle devra alors inévitablement avancer des propositions plus concrètes et plus constructives. En deçà, sa contribution à la maîtrise internationale des armements ne restera guère que symbolique.

Le Japon : future puissance militaire ?

33Le Japon est un pays original à de nombreux égards. Avec le deuxième PNB du monde après les Etats-Unis (1163 milliards de dollars en 1983), c’est une superpuissance économique. Mais ses forces armées (243 000 hommes en 1985) ont seulement une taille égale à la moitié de celles de l’Allemagne Fédérale, donc très inférieure à celle de ses voisins asiatiques (les Corée du Nord et du Sud, Taïwan, pour ne pas mentionner, bien sûr, la Chine et l’Union Soviétique). Son budget militaire ($12,5 milliards pour l’année fiscale 1985/6) est considérable en valeur absolue, mais n’a rien d’excessif en termes relatifs (un peu moins de 1 % du PNB).

34Plusieurs types d’explications peuvent être avancés pour rendre compte de cette disparité entre un potentiel hautement efficace et performant en matière économique et un profil bas dans le domaine militaire. Contrairement à l’Allemagne, le Japon ne fut pas divisé après la défaite de 1945 (bien qu’il ait perdu des territoires, dont il continue de revendiquer une partie à l’Union Soviétique). Grâce à sa situation d’île, il n’a pas de voisins immédiats. Son environnement stratégique est très différent de celui des pays européens (voir fig. 6. 2). En outre, il est le seul pays à avoir fait l’expérience terrible et déroutante de la guerre nucléaire.

Notes : 1. Données de l’Institut International pour les Etudes Stratégiques (Londres), The Military Balance, 1984-85. Les chiffres concernant le Japon se rapportent aux forces disponibles à la fin de l’année fiscale 1984.
2. Le nombre de soldats américains stationnés dans divers pays comprend les forces de l’Armée de Terre et de la Marine.
3. L’aviation de combat en Extrême-Orient soviétique, en Chine et celle que les Etats-Unis entretiennent dans divers pays inclut l’aéronautique navale.
4. Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de divisions ou de bâtiments.
Fig. 6. 2. Déploiement des forces armées au Japon et dans la région (estimations). Source : Japanese Defense Agency, The White Paper : The Defense of Japan, 1985, traduit en anglais par le Japan Times Ltd, 1985, p. 25.

35Le traumatisme de Hiroshima et Nagasaki est encore présent à l’esprit de millions de Japonais. Associé à l’humiliation de la défaite à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a laissé une empreinte durable dans les attitudes à l’égard de l’armement en général et des armes nucléaires en particulier. Les contrecoups de cette expérience ont été consignés dans la Constitution japonaise, dont l’article 9 stipule que « le peuple japonais renonce pour toujours à la guerre comme droit souverain de la nation et à la menace ou à l’usage de la force comme moyen de régler les différends internationaux ». En conséquence, le Japon s’est engagé à ne pas entretenir de forces terrestres, navales ou aériennes. Au moment où intervint la guerre de Corée, cet engagement fut interprété comme n’interdisant pas au pays de posséder des moyens d’assurer son autodéfense.

36Les controverses à ce sujet ouvrirent la voie à la création des « Forces de Police de Réserve », qui devinrent les « Forces d’autodéfense japonaises » (SDF) en 1954. L’absence de définition claire de ce que l’on entendait par « autodéfense » fit de l’accroissement du potentiel et de l’extension de la SDF un problème politique délicat. Aucun gouvernement n’était prêt à y faire face (ni d’ailleurs à accepter une augmentation importante des dépenses d’armement) à moins d’y être forcé par des pressions extérieures.

37L’occupation américaine après 1945 et l’extension de la guerre froide, symbolisée par le conflit de Corée, poussèrent le Japon à s’allier aux Etats-Unis. Les deux pays signèrent un Traité de sécurité à San Francisco en 1951, qui fut remplacé en 1960 par le Traité de coopération et de sécurité mutuelle, encore en vigueur aujourd’hui. L’alliance avec les Etats-Unis a fourni au Japon une sorte de bouclier protecteur qui l’exempte de l’obligation d’élever ses forces armées à un niveau proportionnel à celui de son poids politique et de son pouvoir économique. A l’image des alliés européens des Etats-Unis, il considère le parapluie nucléaire américain comme indispensable à la dissuasion de la menace soviétique et éventuellement de la menace chinoise.

38En 1967, il déclara adhérer à trois « Principes non nucléaires » : la non-possession, la non-fabrication et l’interdiction de l’introduction des armes nucléaires sur son territoire. D’autre part, il a signé le Traité de non-prolifération nucléaire et, bien qu’ayant la capacité de produire des armes nucléaires, il s’en est abstenu. Des doutes planent cependant quant à sa fidélité au troisième principe ; officiellement, le gouvernement japonais a toujours refusé d’accepter l’introduction d’armes nucléaires américaines sur son territoire. La mesure dans laquelle cela fut possible, étant donné son étroite coopération militaire avec les États-Unis, est une question qui soulève de rudes controverses dans l’opinion publique japonaise. Des navires et sous-marins américains équipés d’armes nucléaires ont souvent été suspectés d’avoir mouillé dans des ports japonais.

39Cet exemple illustre la complexité de la politique de défense japonaise, qui est avant tout un exercice de haute voltige. La sensibilité de l’opinion à l’intérieur doit être sans cesse mise en balance avec les pressions américaines pour que le pays prenne en charge une plus grande partie du fardeau commun de la défense. Le Japon ne peut rester sans réagir face à la puissance militaire soviétique, ni faire la sourde oreille aux voix qui lui demandent d’accepter de plus grandes responsabilités politiques, en rapport avec son énorme potentiel économique. Ces appels entrent en conflit avec ceux, non moins légitimes, qui exigent de sa part une contribution plus active au désarmement.

  • 4 Cf. Reinhard Drifte, « Japan’s Defense Policy—An Alternative Approach to Security ? », East Asia 2 (...)

40Dans ce dernier domaine, il faut reconnaître que la participation japonaise ne fut pas négligeable. Ses trois « Principes non nucléaires », ainsi que les sévères restrictions qu’il impose à ses exportations d’armes vont beaucoup plus loin que ce qu’ont à leur actif la plupart des pays industrialisés. Le Japon participe aussi très activement aux négociations sur le désarmement, en particulier au sein de la Commission du Désarmement à Genève. Jusqu’à quel point les limitations qui affectent la taille de ses forces armées peuvent être considérées comme une mesure de modération librement choisie, est sujet à discussion. On a souvent tendance à ignorer les contraintes qui pèsent sur leur champ opérationnel à cause d’un contrôle civil approfondi, de lois très restrictives en matière de mobilisation et de l’interdiction des déploiements de force à l’étranger.4 Bien qu’elles soient dotées d’un équipement très moderne, les forces armées japonaises souffrent de nombreuses inhibitions qui les réduisent à n’être plus que l’ombre de ce qu’elles furent au temps de l’Empire Japonais.

41Mais certaines tendances pointent dans une autre direction. Les attitudes à l’égard des problèmes de défense et de sécurité sont en train de changer. Les réticences qui existaient devant le processus d’armement semblent se dissiper peu à peu. Le ministère japonais de la défense n’a pas hésité à aller de l’avant en matière de haute technologie. Quatre-vingt quinze pour cent des armes sont fabriquées au Japon, souvent sous licence. Malgré des coût élevés (dûs à la relative étroitesse du marché national), le Japon préfère produire lui-même ses armes plutôt que se les procurer chez son principal fournisseur, les Etats-Unis. Il a mis au point son propre char (le Mitsubishi classe 74), l’avion d’appui tactique F. 1 (également Mitsubishi) et plusieurs types de missiles lancés d’avion. Précisément à cause des coûts de fabrication, il pourrait être tenté d’abolir une barrière jusque là respectée, qui est l’embargo décrété en 1967 sur toutes les exportations d’armes. S’il devait entreprendre un programme important de construction militaire, il pourrait difficilement résister à la tentation, voire à la nécessité économique d’exporter des armes.

  • 5 Yukio Satoh, The Evolution of Japanese Security Policy, Adelphi Papers No. 178, London, Autumn 198 (...)
  • 6 Ibid.

42Ces nouveaux développements indiquent que le « pendule de la politique de sécurité japonaise a amorcé un mouvement dans le sens de la croissance. »5 Il est de plus en plus largement reconnu que le Japon devrait faire davantage pour sa défense, bien que le cadre exact des efforts nécessaires soit encore loin de faire l’objet d’une délimitation exacte. La ligne d’orientation dépendra probablement des trois considérations suivantes : premièrement, le Japon doit « définir lui- même une position de défense correspondant aux conditions intérieures et extérieures dans lesquelles il se trouvera dans les années 1980 et par la suite ».6 En conséquence il devra — et c’est le deuxième point — réévaluer de manière plus réaliste les limites de la puissance américaine en général et l’engagement que les Etats-Unis acceptent et sont en mesure de contracter pour assurer sa sécurité. Enfin, il devra travailler plus activement à la promotion de la stabilité régionale en Asie — non seulement au moyen d’une assistance économique et technique, mais en stimulant la coopération politique et en suscitant un débat sur la maîtrise des armements et la coopération régionale en matière de sécurité.

43Son intention de jouer un rôle plus actif dans les domaines de la sécurité et de la défense sera certainement bien accueillie par un certain nombre de pays, y compris les Etats-Unis. Mais elle pourrait aussi être une cause d’inquiétude pour ceux qui craignent qu’il ne redevienne une grande puissance militaire. Ainsi, selon un observateur qui a une longue expérience de ce pays :

  • 7 Ibid.

« Il n’est pas inconcevable que le balancier du pendule prenne de la vitesse à mesure que l’opinion publique évolue en faveur d’un accroissement de l’effort en matière de sécurité. Il n’est pas trop tôt pour commencer à réfléchir à l’endroit où il devrait s’arrêter, et au moyen de l’immobiliser à la place voulue, car il pourrait très facilement dépasser la limite. Au Japon, le consensus n’est pas facile à obtenir, mais une fois qu’il existe, les Japonais ont tendance à changer très rapidement d’attitude, par un processus de concentration qui fait que l’effort ayant servi à former le consensus tend à accélérer le mouvement après son enclenchement. Si une telle accélération incontrôlée se produisait, elle serait nuisible non seulement au Japon, mais au monde entier. »7

44Ce sage avertissement n’est pas valable uniquement pour le Japon. Mais c’est là que l’on trouve le potentiel économique, financier et technique le plus grand et le moins exploité pour des besoins militaires. Cette mise en garde démontre en même temps que dans le monde où nous vivons, le choix est rarement clair entre l’armement et le désarmement, entre la puissance économique et la modération en matière militaire, entre la sécurité et la renonciation à la défense. Comme tout autre pays, le Japon ne peut pas fermer les yeux devant les changements qui interviennent à l’intérieur de sa propre société et dans son environnement international. Tant qu’aucun de ces changements ne laisse espérer une plus grande stabilité ou une réduction des potentiels militaires, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il nage à contre-courant du flot grossissant des armements en Asie. Mais de là à devenir une grande puissance militaire, le chemin est encore long. Il faut espérer que le Japon, tout comme ses voisins plus puissants, sera assez sage pour ne pas créer un prétexte à franchir cette étape.

Notes

1 International Institute for Strategic Studies, The Military Balance, 1982-83, London, 1982, p. 78.

2 Ngok Lee, The Chinese People’s Liberation Army 1980-82 : Modernisation, Strategy and Politics, Canberra Papers on Strategy and Defence No. 2, Australian National University, 1983, p. 26.

3 Les sources des données indiquées sont : International Institute for Strategic Studies, The Military Balance ; Stockholm International Peace Research Institute, World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1983, London, Taylor & Francis, 1983 ; Research Institute for Peace and Security, Asian Security, Tokyo, Nikkei Business Publications, 1979 et années suivantes.

4 Cf. Reinhard Drifte, « Japan’s Defense Policy—An Alternative Approach to Security ? », East Asia 2, 1984, p. 136.

5 Yukio Satoh, The Evolution of Japanese Security Policy, Adelphi Papers No. 178, London, Autumn 1982, p. 38.

6 Ibid.

7 Ibid.

Table des illustrations

Titre Tableau 6. 1 L’équilibre des forces sino-soviétiques
Légende Sources : G. Jacobs, « Soviet Forces and the Pacific Basin », Jane, 4/2, 1983, pp. 131-41, IISS, The Military Balance, 1985-86, London,1985.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Nombre d’explosions nucléaires par pays, 1945-1984
Légende Fig. 6.1. Nombre d’explosions nucléaires, 1945-1984. Source : World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1985, London, Taylor & Francis, 1985, p. 82.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4491/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende Notes : 1. Données de l’Institut International pour les Etudes Stratégiques (Londres), The Military Balance, 1984-85. Les chiffres concernant le Japon se rapportent aux forces disponibles à la fin de l’année fiscale 1984.2. Le nombre de soldats américains stationnés dans divers pays comprend les forces de l’Armée de Terre et de la Marine.3. L’aviation de combat en Extrême-Orient soviétique, en Chine et celle que les Etats-Unis entretiennent dans divers pays inclut l’aéronautique navale.4. Les chiffres entre parenthèses indiquent le nombre de divisions ou de bâtiments.Fig. 6. 2. Déploiement des forces armées au Japon et dans la région (estimations). Source : Japanese Defense Agency, The White Paper : The Defense of Japan, 1985, traduit en anglais par le Japan Times Ltd, 1985, p. 25.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4491/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search