Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre V. Les Européens

Texte intégral

Otages des superpuissances

1La taille et la composition des arsenaux en Europe, à l’Est comme à l’Ouest, sont très largement — bien que non exclusivement — conditionnées par la course aux armements entre les deux superpuissances. On peut considérer les Européens comme les otages de cette course. En effet, ils n’ont pas la possibilité de décider d’une réduction importante de leurs armements sans affecter l’équilibre stratégique général et, de là, les intérêts de sécurité politique et militaire d’une, ou plus vraisemblablement, des deux superpuissances. Leur marge de manœuvre à cet égard promet de rester limitée pendant de longues années encore. A l’Est, l’Union Soviétique considère le contrôle sur ses voisins européens comme partie intégrante de son statut de puissance dominante sur le continent euro-asiatique et comme garantie indispensable de sa sécurité. Elle y voit aussi la preuve de sa capacité à tenir son rang de leader idéologique pour la mise en œuvre d’une mission historique, et peut-être une gratification pour l’accomplissement de cette tâche. De l’autre côté, pour des raisons de proximité géographique de l’Union Soviétique et d’absence d’unité politique, l’Europe Occidentale dépend de la présence américaine comme unique contrepoids à la supériorité du grand voisin communiste.

2Ces liens et dépendances, qui se créent et se renforcent mutuellement, sont tout à la fois rassurants et inquiétants. Ils sont rassurants parce qu’ils ont d’une certaine manière réussi à faire de l’Europe la région la plus stable de la planète pendant presque quarante ans, quoiqu’à un coût toujours plus élevé. Ils sont inquiétants d’une part parce qu’ils ne subsistent qu’au prix d’une accumulation continuelle d’armements toujours plus puissants sur le continent et, d’autre part, parce qu’ils maintiennent le statu quo de la dépendance de l’Europe de l’Est à l’égard des intérêts soviétiques, créant d’innombrables obstacles à tout accord de désarmement mutuellement acceptable (voir Tableaux 5. 1 et 5. 2).

3Aucun des deux camps n’a été capable de se dégager des mailles du filet. Chacun continue de rechercher la sécurité et la stabilité dans l’accroissement de sa force militaire, sans jamais modérer son aspiration à la supériorité. La quête de sécurité restant éternellement inassouvie, elle a conduit à la constitution d'arsenaux largement excédentaires par rapport aux besoins réels de part et d'autre. Ces arsenaux sont uniques dans l'histoire de l'humanité. Leur capacité de destruction dépasse l'imagination humaine autant que les besoins stratégiques. Même les « faucons » s'accordent pour concéder que l'objectif poursuivi, qu'il soit la dissuasion ou la défense, pourrait être atteint à un niveau d'armement nettement inférieur.

Tableau 5. 1 Evaluation par l’OTAN de l’équilibre conventionnel et nucléaire en Europe1)

Tableau 5. 1 Evaluation par l’OTAN de l’équilibre conventionnel et nucléaire en Europe1)

1) Exclut la France et l’Espagne.
2) Inclut les forces américaines dont l’équipement est stocké en Europe et les forces soviétiques en disponibilité immédiate.
3) Inclut les renforts américains et toutes les forces du Pacte de Varsovie à l’Ouest de l’Oural.
4) Inclut 360 bombardiers Blinder et Badger et 65 bombardiers Backfire.
5) VSTOL = Vertical short Take-off or Landing : avions à décollage court ou vertical.
Source : L’OTAN et le Pacte de Varsovie — Comparaison des forces en présence, Bruxelles, Service d’Information de l’OTAN, 1984.

Tableau 5.2 Evaluation par le Pacte de Varsovie de l'équilibre conventionnel et nucléaire en Europe

Tableau 5.2 Evaluation par le Pacte de Varsovie de l'équilibre conventionnel et nucléaire en Europe

1) Inclut la France et l'Espagne.
2) Le chiffre concernant l'OTAN comprend 8000 chars en réserve.
Source  : Qui menace la paix, 3e ed., Moscou, Editions militaires, 1984.

4Mais la stabilité et la sécurité sont aussi recherchées à travers les arrangements politiques. Dans cette optique ont été mises en œuvre toutes les ressources de la diplomatie : rencontres « au sommet », accords commerciaux, traités sur Berlin et entre la République Fédérale d'Allemagne et divers Etats du bloc socialiste, dont la République Démocratique Allemande, Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) dont l'Acte Final fut signé par 35 Etats à Helsinki le 1er août 1975, ainsi que les conférences devant assurer sa continuité à Belgrade et à Madrid. On avait l'espoir que de tels accommodements (ou « détente ») pourraient devenir progressivement le trait dominant des relations Est-Ouest et créer enfin les conditions d'une réduction des arsenaux démentiels entreposés sur le continent. Cependant, il était difficile de croire que le chemin serait facile à parcourir et davantage encore de caresser l'espoir que la détente rendrait les armes obsolètes. Le choix réel ne fut donc jamais — ni jamais ne sera — l'alternative entre l'armement et la détente. Il consistait plutôt à déterminer quel degré « d'accomodement » serait possible entre les deux camps et quel niveau d'armement assurerait la sécurité au cas où les solutions « douces » viendraient à échouer.

5Rétrospectivement, il semble que l'Union Soviétique ait été beaucoup plus prudente et même souvent timorée dans la recherche d'accomodements politiques. Selon les informations disponibles, elle a continué de renforcer et de moderniser ses capacités militaires malgré la détente — où peut-être grâce à elle. Il est difficile de connaître les motifs exacts d'une décision d'incidence aussi lourde. Probablement étaient-ils trop complexes pour que l'on puisse en juger de l'extérieur. Quoi qu'il en soit, les conséquences demeurent dans toute leur gravité. L'attitude de Moscou vient ainsi démontrer combien l'Europe, à l'Est comme à l'Ouest, reste impitoyablement dépendante des actions et des excès de réaction des superpuissances.

La recherche de l’équilibre et de la sécurité

6Toutes choses égales par ailleurs, la raison principale de l’Union Soviétique pour remplacer ses missiles à moyenne portée vieillissants (SS-4 et SS-5) par des missiles SS-20 mobiles de plus grande précision, à portée beaucoup plus longue (jusqu’à 5. 000 km.) et équipés de trois têtes nucléaires, est sans aucun doute sa volonté déterminée de maintenir sa supériorité stratégique sur la totalité du continent euro-asiatique. Cette supériorité s’apprécie par rapport à toutes les forces que les pays d’Europe de l’Ouest d’un côté, la Chine et peut-être le Japon de l’autre, pourraient vouloir et être capables de mobiliser pour lui faire contrepoids. Aux yeux des Soviétiques, elle devient indispensable dans ces deux régions vitales, lorsqu’il s’agit d’évaluer leur puissance politique dans l’équilibre stratégique global avec les Etats-Unis. Pour comprendre leur politique d’armement en Europe, il est donc indispensable de la situer dans le contexte général de la rivalité américano-soviétique. Le premier désir de Moscou est en réalité de « découpler » les Etats-Unis du continent euro-asiatique, en affaiblissant leurs liens et engagements à son égard. Pour elle, il serait infiniment plus rassurant de voir les Etats-Unis se retirer de cette partie du globe. Elle serait ainsi certaine d’acquérir une supériorité régionale à la fois vis-à-vis de l’Europe et de l’Asie de l’Est (et éventuellement du Moyen-Orient), supériorité à laquelle elle a aspiré sans relâche, du moins en Europe, depuis la fin de la seconde guerre mondiale et qui, seule, serait capable de satisfaire son insatiable besoin de sécurité.

7Les Etats-Unis ont été tentés à maintes reprises de retirer leurs forces d’une Europe de plus en plus rétive, parfois ingrate à leur égard. Cependant, ils ont maintenu une présence stratégique permanente sur le continent depuis le retour de leur forces en Europe au début des années 1950. Ils ont ainsi repris à leur compte un des fondements traditionnels de la politique britannique : ne jamais laisser une seule puissance acquérir la suprématie en Europe, que ce soit la France napoléonienne, l’Allemagne nazie ou la Russie soviétique. Par deux fois déjà, à l’occasion des première et seconde guerres mondiales, ce souci de l’équilibre des puissances a entraîné une intervention américaine sur le continent. Dans les deux cas, l’objectif était le même  : faire échec à une Allemagne qui menaçait de modifier profondément l’équilibre en sa faveur. Lorsque les troupes américaines revinrent en Europe sous le parapluie de l’Alliance Atlantique, elles étaient chargées d’une mission similaire : créer un contrepoids à une puissance aspirant à la domination stratégique du continent. Seule l’identité de cette puissance avait changé, puisqu’il s’agissait alors de l’Union Soviétique.

8Depuis lors, Soviétiques et Américains sont restés empêtrés dans le dilemme de la recherche d’une sécurité supérieure à celle de l’adversaire, tout en souhaitant maintenir un certain équilibre avec lui. Présence et puissance en Europe constituent un des axes essentiels de leur politique. Si, pour l’Union Soviétique, une position dominante sur le continent semble indispensable à sa sécurité vis-à-vis d’une Amérique globalement plus forte et économiquement plus prospère, une telle suprématie paraît inacceptable à cette dernière, qui la voit comme une menace constante à l’équilibre. Ainsi les leaders du Kremlin ont-ils très certainement été autant choqués par le retour des Américains en Europe que Washington par l’installation à Cuba en 1962 de missiles soviétiques à moyenne portée prenant les Etats-Unis pour cible.

9L’expérience montre qu’il est impossible de comprendre la course aux armements entre les superpuissances si l’on ignore le rôle que joue l’Europe dans la recherche incessante d’un « équilibre » entre l’Est et l’Ouest. On ne peut pas non plus cerner les obstacles à la limitation des armements sur le continent si l’on ne prend pas d’abord conscience du fait qu’aucun accord ne sera conclu sans due considération des intérêts plus vastes des superpuissances, légitimes ou non, tels qu’elles se les représentent ou tels qu’ils sont dans la réalité. La sécurité de l’Europe ne peut être séparée des intérêts stratégiques de chacune de ces deux puissances, pas plus d’ailleurs que ne peut l’être la réduction des armements sur le continent.

10Bien évidemment, le problème ne fait que se compliquer chaque fois que sont mises en service des armes nouvelles. La décision américaine de déployer des armes nucléaires tactiques et à moyenne portée en Europe dans les années 1950 (comme les missiles Thor et Jupiter en Turquie et au Royaume-Uni) n’a pu qu’inquiéter l’Union Soviétique. Il en fut de même pour des systèmes d’armes connus plus tard sous le nom de « systèmes avancés », essentiellement des avions d’un rayon d’action de 1 000 km, équipés de missiles nucléaires (couvrant donc une large partie de l’Europe de l’Est mais atteignant tout juste la limite du territoire soviétique). A l’inverse, les centaines de missiles nucléaires soviétiques à portée moyenne et intermédiaire, tels ceux qui furent déployés en Russie occidentale à partir du début des années 1960, firent planer une ombre menaçante sur l’Europe de l’Ouest pendant plus de vingt ans.

11Le réarmement de la République Fédérale d’Allemagne (RFA) fut une réaction à la politique de Staline en Europe de l’Est, à son rôle déterminant dans le déclenchement de la guerre de Corée et à l’emprise soviétique toujours plus ferme sur l’Allemagne de l’Est, devenue alors la République Démocratique Allemande (RDA). A leur tour, Moscou et certains pays de l’Europe de l’Est ne purent demeurer impassibles en face de la nouvelle armée allemande, qui n’était pour eux qu’une menace supplémentaire à un équilibre des forces déjà fragile entre l’Est et l’Ouest. Cet équilibre parut encore plus précaire avec l’émergence d’une capacité nucléaire d’abord britannique, puis française et enfin chinoise, aucun des trois pays ne pouvant être considéré comme « ami » par l’Union Soviétique (voir sections suivantes). Chacun de ces développements ajouta un nouvel élément à l’équilibre stratégique, le rendant plus complexe et moins prévisible. Tout gain de sécurité d’un côté était presque fatalement destiné à être interprété comme une perte de l’autre.

Un cercle vicieux

12C’est un cercle vicieux que personne n’a su briser jusqu’à aujourd’hui. Malgré de nombreuses tentatives pour contrôler la course aux armements et stimuler la coopération et la compréhension entre l’Est et l’Ouest, l’effort de renforcement et d’amélioration qualitative des arsenaux s’est poursuivi sans répit. Un camp a ajouté des armes pour compenser un avantage réel ou supposé de son rival ; de nouveaux systèmes ont été mis en service pour remplacer ou compléter les anciens. Il est rare que de telles adjonctions aient été la conséquence logique de l’apparition d’une nouvelle doctrine stratégique. Dans les cas où des armes ont été retirées, ce ne fut jamais le résultat d’un accord négocié. La course aux armements fut encouragée par l’inertie politique et le progrès technologique et nourrie par la peur constante de prendre du retard sur l’adversaire.

  • 1 Cf. Robert S. McNamara, « The Military Role of Nuclear Weapons  : Perceptions and Misperceptions » (...)

13Depuis le début de la confrontation Est-Ouest, l’Alliance Atlantique a cherché à compenser sa faiblesse en forces conventionnelles et le manque de coordination entre ses différentes branches nationales par une large panoplie d’armes atomiques tactiques. Elle a donc été amenée très tôt à accorder une place importante à la composante nucléaire. Son utilisation en cas de guerre devint partie intégrante de la stratégie de l’OTAN, d’abord dans le cadre de la doctrine de « représailles massives » (qui a connu des modifications), puis, à partir de 1967, comme élément de la doctrine toujours en vigueur de « réponse flexible ». Tout comme les Etats-Unis, l’Europe a considéré les armes nucléaires comme un moyen de défense et de dissuasion relativement bon marché et très efficace, indispensable pour contrebalancer une supériorité soviétique durable dans le domaine conventionnel. La « nucléarisation » de l’Europe promit de lui offrir la meilleure garantie de sécurité. Vers la fin de l’année 1953, commencèrent à être déployées en grand nombre des armes nucléaires tactiques (ANT) — obus, bombes, missiles de courte portée, mines nucléaires, etc. — sur le continent. Cet accroissement des capacités se poursuivit à un rythme constant jusqu’à ce que l’on atteignît un maximum d’environ 7 000 ANT de divers modèles et chargées de missions variées dans le milieu des années 1960.1

14Ce n’est que vers la fin des années 1970 que les planificateurs de l’OTAN réalisèrent qu’un arsenal d’ANT aussi important n’avait pas beaucoup de sens du point de vue stratégique et pouvait éventuellement devenir contre-productif. Une première série de 1000 de ces armes fut donc retirée sans grand tapage en 1980 ; 1400 autres le seront à partir de 1984. L’arsenal de quelque 6000 armes nucléaires occidentales actuellement déployées en Europe (à l’exclusion de celles de la France) comprend des têtes de missiles anti-aériens, des mines nucléaires (connues sous le nom de « mines atomiques de démolition »), des têtes de missiles à courte portée (comme le Pershing ΙΑ et le Lance), des bombes nucléaires (portées par des bombardiers comme le F-4E et le F-111/E/F) et des obus nucléaires. Le tableau des têtes nucléaires américaines installées en Europe en 1981 était le suivant  :

  • 2 North Atlantic Assembly’s Special Committee on Nuclear Weapons in Europe, Second Interim Report on (...)

Note 2

15En novembre 1983, l’OTAN a décidé de réduire son arsenal du champ de bataille de 1400 têtes nucléaires supplémentaires dans les cinq années à suivre, ce qui le ramènera à un total de 4600 armes. Néanmoins ce contingent reste inutilement élevé — que ce soit dans la configuration actuelle ou que ces armes soient remplacées par des versions modernes de plus grande précision. L’axe principal de la modernisation des ANT en Europe s’est reporté sur les nouvelles forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), Pershing II et missiles de croisière du côté occidental, missiles SS-20 et bombardiers « Backfire » du côté soviétique.

16Parallèlement à l’Alliance Atlantique, l’Union Soviétique commença à déployer des armes nucléaires dès le début des années 1950. A cette époque, elle faisait davantage porter son effort sur les missiles nucléaires à portée intermédiaire (déployés dans l’Ouest de la Russie) que sur les armes nucléaires tactiques. Ceci peut s’expliquer par le fait que, pendant toute la décennie 1950 et même au début des années 1960, elle ne possédait pas d’armes stratégiques d’une portée suffisante pour atteindre le territoire des Etats-UnisUnis. Elle fit donc savoir très clairement que toute attaque stratégique américaine déclencherait une contre-attaque de sa part sur les alliés des Etats-Unis en Europe occidentale, qui devinrent alors des « otages » dont le sort dépendait de la « bonne conduite » de Washington à l’égard de Moscou.

17Au cours des années 1960 et 1970, l’URSS entretint une force d’environ 600 missiles balistiques à portée moyenne et intermédiaire (les SS-4 et SS-5) dirigés vers l’Europe occidentale. Elle commença également à déployer des armes nucléaires tactiques en Europe de l’Est pendant cette période. On estime que le nombre de ces armes s’élevait à environ 4500 en 1984, y compris les modèles les plus récents comme les SS-21 et SS-23 et, tout nouvellement, les SS-22 (d’une portée de 900 km.). La tendance à l’accroissement semble se poursuivre (on avance l’hypothèse d’un maximum de 8000 têtes).

L’Ouest et les SS-20

18Ce fut cependant le déploiement des missiles SS-20 (cf. supra), supposés remplacer les missiles SS-4 et SS-5 plus vieux et moins précis (voir Fig. 5. 1), qui suscita la plus vive inquiétude à l’Ouest. La mise en service de ces armes nouvelles, beaucoup plus puissantes et performantes, ne fut pas accompagnée d’une explication satisfaisante qui aurait clarifié leur signification et l’objectif stratégique de leur installation. En été 1986 leur nombre total était de 441 dont 243 stationnés à l’Ouest de l’Oural, dirigés contre l’Europe et 171 situés dans la partie orientale de l’URSS — essentiellement à proximité du chemin de fer transsibérien —, prenant pour cibles la Chine et le Japon. Le solde était déployé dans une zone intermédiaire en Asie Centrale.

19Grâce à leur portée d’environ 5000 km., les SS-20 peuvent atteindre un cercle qui s’étend du Pôle Nord à la Chine et au Japon, en passant par l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et le sous-continent indien. Du fait que, ni les Etats-Unis, ni une autre puissance nucléaire ne possèdent actuellement une arme de caractéristiques équivalentes, l’Union Soviétique espère de cette manière asseoir sa prééminence stratégique sur l’ensemble du continent euro-asiatique, une zone qui s’inscrit entre le niveau intercontinental (américano-soviétique) et régional (européen ou d’Extrême-Orient).

  • 3 Cf. le texte du communiqué dans Revue de l’OTAN, Février 1980, pp. 25-6.

20Du moins telle est la perception occidentale du déploiement des nouveaux missiles SS-20. La réaction de l’OTAN résida dans la « double décision » prise par la réunion extraordinaire des ministres des affaires étrangères et de la défense le 12 décembre 1979.3 Elle fit l’objet d’une très large publicité et souleva les controverses les plus acharnées. Par son intermédiaire, l’OTAN annonçait son intention de moderniser ses « forces nucléaires de théâtre à longue portée » (appelées plus tard « forces nucléaires à portée intermédiaire » ou INF) en déployant en Europe des systèmes d’armes américaines basées à terre comprenant 108 lanceurs Pershing II et 464 missiles de croisière. Les premiers devaient être installés en Allemagne Fédérale (en remplacement des Pershing ΙΑ), les seconds en Grande-Bretagne, en Italie, en Belgique, aux Pays-Bas, ainsi qu’en RFA (voir Tableau 5. 3). En même temps, les représentants de l’OTAN réaffirmaient l’intérêt porté par l’Alliance à la maîtrise des armements et proposaient à l’Union Soviétique des négociations avec les Etats-Unis sur une limitation de leurs forces respectives en moyens nucléaires à portée intermédiaire.

21Suivant le modèle d’un rapport précédemment établi par l’OTAN sur les relations Est-Ouest (le « rapport Harmel »), la décision combinait les efforts de défense avec ceux de détente. En d’autres termes, l’Alliance était prête à poursuivre ces deux voies parallèles et complémentaires, afin d’éviter une course aux armements déclenchée en Europe par l’accroissement du potentiel des forces nucléaires de théâtre soviétiques (c’est-à-dire essentiellement les SS-20), mais tout en préservant la validité de la stratégie de dissuasion et de défense de l’OTAN de façon à maintenir la sécurité de ses membres. Plus tard, on annonça que le déploiement des 512 armes de théâtre à longue portée commencerait en décembre 1983 si les négociations avec l’Union Soviétique échouaient.

22Cette « double décision » sans précédent ne peut être imputée à une cause unique. Il faut remarquer qu’elle fut autant le résultat de querelles au sei n de l’Alliance que d’inquiétudes soulevées par les missiles SS-20. Le débat intra-OTAN eut deux raisons principales : premièrement, une crainte générale devant l’avenir plutôt sombre de la maîtrise des armements et, plus spécifiquement, des incertitudes sur la place de l’Europe dans les négociations américano-soviétiques en cours sur la réduction des arsenaux stratégiques (SALT II et le projet de négociation SALT III)  ; deuxièmement, une inquiétude non moins vive à l’égard de la capacité des Etats-Unis de continuer à offrir à l’Europe une garantie nucléaire crédible (résumée dans l’interrogation sur la durée et les conditions d’une « liaison » ou « couplage » de la sécurité des Etats-Unis avec celle de leurs alliés européens).

Fig. 5. 1. Accroissement du nombre des missiles SS4, SS5 et SS20. Source : Programme d’études stratégiques et de sécurité internationale, Genève.

  • 4 The 1977 Alastair Buchan Memorial Lecture, publié dans Survival XX/1, January/February 1978, pp. 2 (...)

23La première crainte trouva sa plus claire expression dans le discours du Chancelier Helmut Schmidt le 28 octobre 1977 à Londres,4 la seconde dans le volte-face du Président Carter dans l’affaire de la « bombe à neutrons » (ou arme à radiations renforcées) en 1977-78. Les deux questions étaient étroitement liées et restent au coeur des controverses américano-européennes sur la défense du sous-continent ainsi que sur la nature et l’étendue de l’engag-ment américain.

24Le Chancelier Schmidt avait pressé les Présidents Ford et Carter d’être plus vigilants face à la construction du nouvel arsenal euro-stratégique soviétique reposant sur les missiles SS-20 et le bombardier Backfire. Dans son discours de Londres, il rappella quelle anxiété lui causait la nouvelle menace qui planait sur l’Europe occidentale, du fait que ces dispositifs de lancement n’avaient pas une portée intercontinentale et n’étaient donc pas couverts par les négociations SALT. Il exprima la crainte qu’une parité en armes stratégiques entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique (comme l’envisageait l’accord SALT II imminent) « diminuerait inévitablement la sécurité des membres ouest-européens de l’Alliance face à la supériorité militaire soviétique, si l’on ne parvenait pas à éliminer les disparités entre forces armées en Europe parallèlement aux négociations SALT ». Comme ces armes de la zone « grise » n’étaient couvertes ni par les SALT ni par les négociations MBFR de Vienne, M. Schmidt suggéra qu’elles soient incluses dans une nouvelle série de négociations (SALT III).

Tableau 5. 3 OTAN-Forces nucléaires de portée intermédiaire

Tableau 5. 3 OTAN-Forces nucléaires de portée intermédiaire

1) GLCM  : Ground Launched Cruise Missile = missile de croisière basé à terre. Source : Programme d’études stratégiques et de sécurité internationale, Genève.

25Mais les SALT III ne virent jamais le jour parce que les Etats-Unis, contrairement aux recommandations européennes, refusèrent de ratifier l’accord SALT II. Le problème de la zone « grise » des armes à portée intermédiaire resta donc sans solution. Confrontée à l’augmentation du potentiel soviétique dans cette catégorie, l’Europe commença à faire pression sur les Etats-Unis pour obtenir une réponse équivalente comme preuve tangible de la fermeté de leur engagement stratégique à ses côtés. Elle semblait particulièrement impatiente de recevoir cette garantie, car elle croyait percevoir certains signes de la volonté des Etats-Unis de réduire leur présence nucléaire sur le Continent. La décision prise par le Président Carter d’annuler le projet de déploiement de la « bombe à neutrons » en Europe lui apparut comme une confirmation de ces intentions. C’est dans ce climat d’incertitude et de grande confusion, après des marchandages et tractations prolongés au-dessus de l’Atlantique, que la « double-décision » vit finalement le jour.

26Elle semblait répondre simultanément aux deux préoccupations de l’Alliance à l’époque : tout d’abord, rassurer les Européens sur la permanence de l’engagement nucléaire américain ; ensuite, offrir une base de négociation avec l’Union Soviétique sur la maîtrise des armements, quoi que dans un cadre différent de celui des SALT. Ce qui s’ensuivit, cependant, fut une âpre controverse au sein des gouvernements, des parlements et de l’opinion publique sur les avantages pour la sécurité européenne et la cohésion de l’Alliance d’une telle approche « duale », comparés à ses effets potentiellement néfastes sur des relations Est-Ouest et à l’accroissement possible du danger de guerre nucléaire.

27Paradoxalement, l’Union Soviétique ne perçut pas la décision de l’OTAN comme une offre de négociations élargies sur la limitation des armements en Europe. Au contraire, elle y vit un stratagème monté par l’Occident pour l’attirer dans des négociations où elle aurait dû fournir le plus grand nombre de concessions, étant donné qu’elle avait déjà déployé des armes à portée intermédiaire.

28Une fois de plus les perceptions prévalurent sur les réalités. Et une fois de plus, les deux parties trouvèrent plus facile de continuer à accroître leurs capacités militaires que de faire le premier pas dans le sens de leur réduction. Il n’est pas surprenant que les négociations américano-soviétiques sur les armes nucléaires à portée intermédiaire aient commencé à Genève (le 11 novembre 1981) sous des auspices moins que favorables. N’ayant pas réussi à éroder la détermination occidentale à obtenir un équilibre des forces plus favorable en Europe par un accord négocié ou, en cas d’échec, par le déploiement des armes, l’Union Soviétique rompit la négociation deux années plus tard (le 24 novembre 1983). En décembre de la même année, l’OTAN commença à déployer les premiers Pershing II en RFA, ainsi que des missiles de croisière en Grande-Bretagne et en Italie. L’Union Soviétique répliqua en accélérant le déploiement des missiles SS-21, SS-22 et SS-23 qui avait déjà commencé ou était en projet. C’est seulement au printemps 1985 que reprirent les négociations soviéto-américaines à Genève, cette fois-ci dans un cadre élargi comprenant les armes stratégiques (offensives et défensives) et les armes à portée intermédiaire (INF). Un accord n’est pas exclu dans ce dernier domaine, le but idéal restant l’élimination de toutes les INF (SS-20 et Pershing II) stationnées en Europe et au moins une réduction substantielle des SS-20 déployés dans la partie asiatique de l’URSS.

Rompre le cercle par des négociations

29Les tentatives pour briser le cercle vicieux de l’armement ont été nombreuses. Dans les années 1950, elles étaient étroitement liées à la question de la réunification de l’Allemagne : l’Ouest supposait que l’Union Soviétique était prête à donner son accord à une réunification en échange de concessions occidentales en matière de sécurité et de désarmement. Il avait tort. A mesure que l’existence de deux Etats allemands séparés apparaissait de plus en plus comme un fait accompli, le lien se détendit entre la « question allemande » et la « limitation des armements ». Aujourd’hui les deux Etats allemands sont assis à la même table de négociations, quoique de deux côtés opposés. Ils sont le noeud gordien de la sécurité européenne, en même temps que les principales aires de déploiement des forces armées en période de paix et la principale cible des armes nucléaires en cas de guerre.

30L’intérêt que porte l’Allemagne Fédérale à la maîtrise des armements n’a d’égal que son souci du maintien de sa sécurité  : il est à ses yeux essentiel que la promotion de la première ne provoque pas une diminution de la seconde. D’une manière générale, ce fut la préoccupation commune de tous les pays, y compris les superpuissances, au cours des diverses négociations sur la limitation des armements en Europe.

31Depuis les années 1950, les conférences et les « plans » se sont suivis à intervalles de plus en plus rapprochés, des premiers projets pour une sécurité européenne par le « désengagement » et pour une zone dénucléarisée en Europe centrale (comme le proposait le plan Rapacki) présentés pendant la seconde moitié de la décennie 1950, jusqu’à la Conférence sur le Désarmement en Europe (CDE) qui s’ouvrit à Stockholm le 17 janvier 1984. Les années 1970 furent marquées par la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) et son Acte Final, signé à Helsinki en août 1975, et les deux conférences devant en assurer la continuité, à Belgrade (1978) et à Madrid (de 1981 à 1983), qui furent loin d’être des succès. Elles seront suivies d’une troisième conférence du même type qui débutera à Vienne en novembre 1986. La CSCE fournit les bases de ce que l’on devait appeler les « mesures de confiance » (ou « mesures propres à renforcer la confiance »). Pour la première fois, l’Est et l’Ouest (et les pays neutres et non alignés) acceptaient, sur une base volontaire, le principe de la notification préalable de toute action militaire importante (manoeuvres de grande ampleur par exemple) et de l’invitation d’observateurs étrangers à cette occasion.

32L’année 1973 fut celle du commencement à Vienne des négociations sur « La réduction mutuelle des forces et armements et mesures connexes en Europe Centrale », ou dans la terminologie occidentale, négociations MBFR (Mutual and Balanced Force Reduction). Cette série de négociations entre l’OTAN et le Pacte de Varsovie n’a pas encore produit d’accord. Cependant, elle a permis de réduire à trois les questions fondamentales qui font encore l’objet d’un contentieux : en premier lieu, comment acquérir la certitude que la réduction des forces dans la zone considérée (comprenant les deux Etats allemands, la Pologne, la Tchécoslovaquie et les pays du Bénélux) ne modifiera pas l’équilibre global entre le Pacte de Varsovie et l’Alliance Atlantique ? Deuxièmement, qu’entend chacune des deux parties par « réductions équilibrées » et dans quelle mesure est-elle prête à y consentir ? Enfin, comment définir un système de vérification acceptable et adéquat, capable de consolider la confiance dont dépend l’efficacité de tout accord ?

33Les différences d’estimation de la taille des forces du Pacte de Varsovie dans la zone de réduction donnent lieu à des querelles interminables. Selon les évaluations occidentales, les Etats du Pacte de Varsovie sous-estiment leurs forces de 142 000 hommes, ce qu’ils refusent bien évidemment d’admettre. Cependant, les deux camps se sont mis d’accord pour fixer à 900 000 le plafond général des effectifs de chacun, avec un sous-plafond de 700 000 hommes pour les forces basées à terre. Un certain progrès se dessine également en matière de vérification. L’Union Soviétique a fait savoir pour la première fois qu’elle donnerait son accord à une inspection sur le terrain des mouvements de troupes à certains points de contrôle aux frontières, sur une base purement volontaire toutefois au départ. L’offre présentait un intérêt suffisant aux yeux des Occidentaux pour qu’elle permette de minimiser à terme l’importance des disparités numériques signalées plus haut, au cas où de telles mesures de vérification viendraient à être effectivement appliquées et seraient éventuellement élargies. Il y a donc un certain espoir que les négociations de Vienne, apparemment interminables, produisent un jour un résultat tangible. Leur succès ne dépend plus maintenant que de la volonté politique d’aboutir.

  • 5 Cf. Nicole Gnesotto, « L’ouverture de la Conférence sur le Désarmement en Europe à Stockholm », Re (...)

34Entre-temps, la Conférence sur le Désarmement en Europe s’est ouverte le 17 janvier 1984 à Stockholm. Elle est un fruit de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe et de la réunion de Madrid devant en assurer les suites, ainsi que le résultat de trois années de tractations prolongées et souvent fastidieuses entre l’Est et l’Ouest, entre les pays neutres et non alignés, au sein de l’Alliance Atlantique elle-même et, sans doute aussi, au sein du Pacte de Varsovie.5

35Un des points importants de son ordre du jour est la question des « mesures de confiance », telles qu’elles ont été instituées par l’Acte Final d’Helsinki et proposées par l’Ouest comme « mesures associées » dans le contexte des négociations MBFR. Cependant, les décisions d’Helsinki n’étaient assorties d’aucune forme de contrainte ou de vérification systématique. C’est la tâche de la CDE de décider de mesures qui, selon les stipulations, seraient « politiquement contraignantes, militairement significatives, vérifiables et applicables à l’ensemble des territoires européens ». Si ces conditions étaient remplies, les dispositions de l’Acte Final d’Helsinki auraient alors quelque chance de devenir à la fois opportunes et efficaces.

36Le but premier de la CDE n’est donc pas le désarmement en Europe, bien que celui-ci puisse éventuellement devenir son objectif à plus long terme. Il est plutôt de diminuer les risques d’attaque surprise ou d’intimidation politique en accroissant la « transparence » des actions militaires, ainsi que de minimiser le danger d’erreur d’interprétation des intentions de l’adversaire, particulièrement dans l’hypothèse d’une crise grave. Trois séries de mesures sont envisagées pour atteindre ce double objectif.

  1. Un échange d’informations sur la localisation des forces et leurs structures de commandement. Une meilleure connaissance des forces armées de l’adversaire, de leur déploiement géographique et de leur organisation accroîtra sensiblement la « transparence » et réduira le danger d’erreur de calcul. Elle pourra augmenter la confiance de chaque camp dans sa propre estimation de l’attitude de l’autre.
  2. Des mesures destinées à éviter la surprise. Elles obligeraient chaque Etat membre à notifier au préalable toutes ses activités et manoeuvres militaires de grande ampleur. Toute déviation à partir des plans communiqués servirait de signal de crise, justifiant une procédure d’enquête et éventuellement une réaction défensive de la part des Etats menacés.
  3. Des mesures d’observation et de vérification obligatoires. Leur but serait bien évidemment de faire en sorte que chaque pays respecte scrupuleusement ses obligations et que toute transgression soit détectée rapidement et sans risque d’erreur. Ceci implique des accords d’inspection sur le terrain comportant la présence de groupes d’observation permanents dans les zones vitales et aux points d’intérêt stratégique. Ces accords devraient inclure la plus grande partie de l’Europe centrale, ainsi que certaines régions adjacentes des flancs sud et nord de l’Europe.

37En théorie, ces plans paraissent convaincants et relativement faciles à mettre en oeuvre. Ils le sont moins en réalité. Les 35 Etats participant à la Conférence de Stockholm ont des points de vue très divers quant à l’utilité des « mesures de confiance » et l’envergure qu’ils souhaitent leur donner. L’Union Soviétique — ainsi que probablement ses alliés — tend à considérer ces mesures comme un artifice utilisé par les pays occidentaux pour obtenir des informations sur l’organisation militaire du Pacte de Varsovie, informations qu’ils ne pourraient acquérir par un autre biais. Dans l’optique soviétique, ce ne sont pas des mesures de renforcement de la confiance, mais quelque chose qui se rapprocherait plutôt de l’espionnage. Au lieu d’adhérer au désir de l’Ouest de voir s’engager un débat sur des étapes clairement définies, spécifiques, bien que modestes (comme l’établissement de certains postes d’observation), elle préfère se faire l’avocat de mesures beaucoup plus radicales comme un traité de non-agression ou l’établissement d’une zone dénucléarisée en Europe centrale. La gamme des propositions est donc aussi vaste que l’écart entre le pragmatisme militaire de l’Ouest et la rhétorique politique de l’Est.

38Mais il apparaît déjà que l’instauration de mesures de confiance, même très modestes, exigera des négociations prolongées. Ces mesures ne peuvent ni ne doivent se substituer à la réduction des armements. Elles peuvent au mieux la favoriser, car, si elles sont susceptibles d’apporter une certaine modération à la confrontation militaire en Europe, elles ne peuvent en aucun cas y mettre fin. Il faut donc leur accorder toute l’attention qu’elles méritent, sans en espérer l’impossible. Avant d’aboutir elles risquent d’absorber — du moins au début — autant de confiance entre les parties qu’elles n’en généreront. En d’autres termes, elles ne peuvent porter des fruits que si le climat politique général le permet.

De nouvelles interpellations

39La rupture des négociations INF en décembre 1983 a montré la fragilité du climat politique Est-Ouest. Le débat sur le déploiement d’armements nouveaux sur le Continent a profondément ébranlé une large part de l’opinion publique. L’expression la plus visible de cette émotion s’est traduite par le « mouvement pour la paix » qui prit de l’ampleur à partir de 1980 dans de nombreux pays d’Europe occidentale et, plus timidement, — à cause des nombreuses interdictions qu’il a subies — dans les pays de l’Est (en particulier au sein des Eglises en Allemagne de l’Est). A l’Ouest, ce mouvement -- qui prit la forme particulière du « mouvement pour le gel des arsenaux nucléaires » aux Etats-Unis — est resté très hétérogène dans sa composition. Il comprenait des associations féministes, écologistes, des membres des Eglises catholique et protestante et de presque tous les partis politiques (avec cependant une majorité d’adhérents venant de la gauche). Il ne faisait que refléter l’anxiété devant la « nucléarisation » de l’Europe et la protestation en face d’une évolution que l’on suspectait d’encourager la guerre nucléaire.

40Il est difficile de dire si le mouvement pacifiste n’aura été qu’un phénomène passager ou s’il est au contraire durable. La diversité de sa composition et de ses objectifs, son manque de cohésion interne et l’absence de structure organisationnelle propre à mener une activité politique à long terme expliquent en grande partie sa perte de vitesse après l’échec de sa revendication principale  : l’interdiction du déploiement des armes nucléaires américaines à portée intermédiaire en Europe. Malgré tout, en lien avec d’autres événements, il a contribué à modifier le climat politique européen. Ceci apparaît dans trois domaines au moins.

41D’une part l’opinion publique européenne est devenue beaucoup plus critique à l’égard des armes nucléaires et beaucoup moins disposée à en accepter davantage au seul motif qu’elles doivent « améliorer sa défense et sa sécurité ». A l’avenir, la plupart des gouvernements devront avancer des raisons convaincantes pour justifier de tout déploiement d’armes important, en montrant pourquoi une telle mesure est nécessaire et pourquoi il n’est pas possible de la remplacer par une action de moindre envergure ou par des négociations sur la limitation des armements.

42D’autre part, les Européens dans leur ensemble sont devenus beaucoup plus méfiants vis-à-vis des deux superpuissances et s’interrogent de plus en plus sérieusement sur le bien-fondé de leur présence nucléaire en Europe. Ils aimeraient voir chaque côté de l’Europe devenir moins dépendant des deux « géants » pour sa défense et sa survie.

43En dernier lieu, et en conséquence des considérations précédentes, on remet l’accent sur la défense conventionnelle, avec l’espoir que, modernisée et plus efficace (grâce au développement de la technologie), elle permettra d’élever le seuil nucléaire, c’est-à-dire de différer l’instant fatal auquel l’avance de l’ennemi ne pourrait plus être stoppée que par le feu nucléaire. Mais la possibilité d’améliorer la défense conventionnelle et les sommes qui devraient y être affectées font l’objet d’estimations très diverses. Le Commandement suprême des Forces alliées en Europe (SACEUR) a demandé une augmentation des dépenses annuelles d’armement qui les porterait à 4 % du PNB des pays membres, alors que les gouvernements ne se sont engagés que sur une moyenne de 3 % (que la plupart d’entre eux n’ont d’ailleurs pas atteinte jusqu’à présent). Le modèle de coopération intra-alliance qu’exigerait un renforcement de la défense conventionnelle donne lieu également à des appréciations divergentes, alors que l’on s’interroge sur ses implications pour la doctrine stratégique de l’OTAN.

44La confusion des options en présence, à laquelle s’ajoutent des appréhensions fondées devant le poids financier de la défense dans une période de dépression économique, a suscité des doutes profonds et une grande lassitude à l’égard de la course aux armements américano-soviétique et encouragé la contestation envers les stratégies qu’ils poursuivent. La publicité du débat est un élément nouveau qui soustrait les arguments traditionnels sur les doctrines de défense, la « stabilité » de la dissuasion et les intentions de l’adversaire du domaine réservé de quelques experts pour les soumettre à de multiples interrogations dans des cercles beaucoup plus larges.

45A l’image de nombreux autres mouvements de protestation, la campagne contre les armements en général et les « euromissiles » en particulier a versé dans l’extrémisme. Elle a embrassé d’un seul coup toute une série de problèmes extrêmement complexes, niant partiellement ou totalement la rationalité des armes nucléaires et demandant leur abolition pure et simple. Sa motivation essentielle, sinon exclusive, était la question éthico-philosophique de la moralité — ou plutôt de l’immoralité — des armes nucléaires. On ne peut guère s’étonner que ces armes soient davantage encore que d’autres rejetées sur la base de tels fondements.

46En un sens, le débat est identique à celui qui eut lieu lorsque les premiers scientifiques travaillant dans le domaine nucléaire commencèrent à éprouver des scrupules sur la justification éthique de la poursuite de leurs recherches. Assez paradoxalement, la discussion resta en sommeil pendant de nombreuses années  : le vaste mouvement antinucléaire de la décennie 1950 n’eut pratiquement pas de suite dans les années 1960 et 1970. Les controverses parfois envenimées que suscitèrent les armes nucléaires de moyenne portée à partir de 1980 l’ont ravivé sous une forme différente et plus insistante, et ont fait ranger parmi ses partisans de très larges franges de la société occidentale, des évêques catholiques des Etats-Unis aux mouvements écologistes en Europe de l’Ouest. Même si sa vigueur et son impact devaient diminuer dans les années à venir, il aura rappelé une fois de plus aux Européens que l’accumulation gratuite d’armes nucléaires n’est pas seulement moralement contestable, mais qu'elle ne peut être politiquement ou stratégiquement l'unique réponse à leur problème de sécurité.

Le renforcement de la défense conventionnelle

  • 6 Toute une série d’alternatives à la défense nucléaire — de la défense sociale non militaire au dés (...)

47De l'avis d'experts toujours plus nombreux, il existe une multiplicité de solutions pour réduire le danger d'une dépendance exagérée à l'égard des armes nucléaires. 6 Les propositions avancées concernent moins la réduction des arsenaux que leur changement de nature et d'emploi. La technologie moderne a considérablement augmenté l'efficacité des armes dites « conventionnelles  », c'est-à-dire non nucléaires. Un certain nombre d'analystes en ont conclu que l'Alliance Atlantique devrait renoncer à égaler la puissance de feu nucléaire soviétique en Europe et faire porter ses efforts sur la défense conventionnelle.

  • 7 British Atlantic Committee, NATO’s Defence and New Technology, February 1984 (cité par le Internat (...)

48Selon une des études effectuées, 7 la doctrine de l'OTAN doit réaffirmer sa volonté initiale d'empêcher toute guerre en Europe, cette intention ayant été diluée dans le débat sur la doctrine de « réponse flexible » qui impliquait une escalade rapide dans l'usage de la force, y compris par l'emploi en premier de l'arme nucléaire, en réponse à toute attaque soviétique. Le concept d'« escalade contrôlée, étape par étape », serait « un non sens pratique dans une situation imprévisible et largement incontrôlable » sur le champ de bataille.

49Cette étude, parmi tant d'autres, demande donc à l'OTAN de repenser sa stratégie, impératif devenu particulièrement brûlant avec l'avènement d'une technologie avancée marquée par l'apparition de nouveaux senseurs capables de déceler la présence de missiles de très petite taille et de guider des armes jusqu'à ce qu'elles atteignent leurs cibles (voir chapitre 13). La révolution technologique est appelée à changer la nature de la guerre en Europe d'ici quelques années.

  • 8 Strengthening Conventional Deterrence in Europe  : Proposals for the 1980s, Report of the European (...)

« Nous prévoyons que les nouvelles technologies permettant de paralyser les bases aériennes soviétiques et interdisant au Pacte de Varsovie de créer des goulots d'étranglement pourront être acquises et déployées en 1986. Celles qui donneront les moyens de détruire les forces de remplacement et d'exploitation (follow-on forces) du Pacte de Varsovie pourraient être effectivement disponibles en 1988.  »8

50Ces prévisions sont plutôt « optimistes ». Elles donnent cependant une idée de l'orientation que prend actuellement l'armement en Europe — et dans d'autres parties du monde.

51Une utilisation plus large et plus adaptée de la technologie moderne peut contribuer à renforcer la composante conventionnelle de la défense de l'OTAN. Elle peut aussi compenser dans une certaine mesure la diminution des effectifs à laquelle il faut s'attendre à cause de la stagnation ou de la baisse des taux de natalité dans la plupart des pays européens. Les analyses effectuées insistent sur l'impossibilité pour l'OTAN d'abandonner ses armes nucléaires qui demeurent un moyen de dernier recours et, de ce fait, sont indispensables à la dissuasion. Qu'on le veuille ou non, aucune solution susceptible de les rendre inutiles n'est en perspective.

52L’attention renouvelée qui est portée à la défense « conventionnelle » et l’engouement soudain qu’elle suscite risquent de créer de faux espoirs. Sans doute un effort maximum devrait-il s’appliquer à réduire la dépendance à l’égard des armes nucléaires. L’un des moyens d’y parvenir est effectivement le renforcement des capacités de défense non nucléaires. Mais ce n’est qu’une option parmi tant d’autres. La recherche d’une défense non nucléaire plus crédible parce que plus acceptable, ne devrait pas empêcher l’Ouest et l’Est de pousser leurs investigations dans toute voie promettant de mener à une réduction plutôt qu’à un accroissement de leurs arsenaux.

53Pour les raisons que nous avons exposées, ce n’est pas chose facile. La progression dans ce domaine plus que dans tout autre exige la participation active et l’intérêt soutenu des deux superpuissances. C’est le prix que doit payer l’Europe pour deux guerres totalement insensées et meurtrières. Cependant, cela ne signifie pas qu’elle soit impotente. Elle a la possibilité et le devoir de convaincre les superpuissances que la stabilité et la paix sur le continent servent autant leur intérêt que ceux de leurs protégés. Plus encore, elle peut maintenant argumenter que la stabilité comme la paix seront plus fermement et plus durablement défendues si sa sécurité est garantie par une diminution progressive plutôt que par une augmentation des armements stationnés sur son territoire.

Les puissances nucléaires européennes  : la Grande-Bretagne et la France

54Aux côtés de la Chine, la Grande-Bretagne et la France sont qualifiées de « petites puissances nucléaires ». En comparaison avec les gigantesques capacités des deux superpuissances, leurs arsenaux sont effectivement de petite taille. Chacune des trois nations avait ses raisons propres de décider de devenir une puissance nucléaire.

  • 9 Cf. Peter Nailor and Jonathan Alford, The Future of Britain’s Deterrent Force, Adelphi Paper No. 1 (...)

55La Grande-Bretagne était étroitement associée au programme nucléaire américain pendant la seconde guerre mondiale (le « projet Manhattan »), Son expérience nucléaire, à la fois politique et scientifique, date donc de cette période.9 A la différence de la France et de la Chine, elle était prête à accepter une coopération avec les Etats-Unis et même une dépendance à leur égard en matière nucléaire. Cette attitude se concrétisa par l’accord de Nassau de 1962, par lequel Washington s’engageait à lui fournir des missiles Polaris (toutefois sans leurs têtes nucléaires) et une assistance pour la construction des sous-marins sur lesquels ils devaient être installés.

56Elle effectua son premier essai nucléaire en 1952, soit sept ans après les Etats-Unis (1945) et trois ans après l’Union Soviétique (1949), mais huit ans avant la France (1960) et douze ans avant la Chine (1964). Ses forces stratégiques se composaient à l’origine de bombes à gravité montées sur des bombardiers à rayon d’action intermédiaire de classe V (Victor, Valiant et Vulcan). Elle abandonna, pour des raisons essentiellement financières, le projet de construire elle-même un missile à portée intermédiaire (Blue Streak), et dut accepter la décision américaine de ne pas poursuivre la production conjointe d’un nouveau missile aéroporté (le Skybolt). Depuis lors, la puissance nucléaire britannique repose sur une flotte de quatre sous-marins à propulsion nucléaire, portant chacun 16 missiles stratégiques Polaris A3 équipés de trois têtes nucléaires (qui ne sont pas indépendamment guidées cependant).

57La France a emprunté une voie tout à fait différente, plus audacieuse politiquement et technologiquement, pour construire sa force nucléaire. Mis en route en 1954 (donc sous la IVe République), le programme nucléaire français progressa lentement mais continuellement. Comme en Angleterre, il débuta par l'aviation supersonique — le Mirage IV A — chaque appareil portant une seule bombe de 60 kt. S'ensuivit un second pilier, constitué de 18 missiles sol-sol à moyenne portée (leur nombre fut réduit deux fois, d'abord de 54 à 27, puis aux deux escadrons actuels de 9 unités chacun) installés dans des silos au Plateau d'Albion en Haute-Provence. Cependant, ni les Mirages, ni les missiles n'ont une portée stratégique. Afin d'atteindre des cibles situées en Union Soviétique, les premiers doivent être ravitaillés en vol par des avions d'origine américaine (les KC 135F). Initialement, la portée des seconds ne dépassait pas 3000 km. et chaque missile portait une tête de 150 kt. Les missiles S-2 de cette catégorie ont maintenant été remplacés par les missiles sol-sol S-3 (SSBS-3) plus puissants, d'une portée de 3500 km., munis d'une tête d'une mégatonne, assortis d'aides à la pénétration et capables de changer de trajectoire en vol.

58L'armement nucléaire français n'acquit sa véritable dimension stratégique qu'avec la création de la Force Océanique Stratégique (FOST) en 1972. La FOST se compose actuellement (1986) de six sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE), dont cinq sont équipés chacun de 16 missiles (M-20) de portée intermédiaire (3000 km.) munis d'une tête nucléaire d'un mégatonne (de même que le S-3 basé à terre) et un de 16 missiles M-4 d'une portée de 4000 km.

  • 10 Cf. Yves Boyer, French National Defence Policy and the New Majority, PSIS Occasional Papers No. 4E (...)

59Depuis les années 1970, la France a également accéléré le développement de ses armes nucléaires tactiques. Elles se composent de cinq escadrons d'avions tactiques pour l'armée de l'air et de missiles Pluton (d'une portée de 120 km.) montés sur des chars AMX pour l'armée de terre. 10

  • 11 Schütze, op. cit., p. 14.

60La panoplie nucléaire française est donc plus étendue que celle de la Grande-Bretagne. La raison principale tient certainement à la décision prise par le Général de Gaulle au milieu des années 1960 de retirer la France de la branche militaire de l'Alliance Atlantique et de placer sa « force de frappe » exclusivement sous contrôle national. A l'inverse, la Grande-Bretagne accepta une intégration totale à l'OTAN et une coopération étroite avec les Etats-Unis dans le domaine nucléaire. Les quatre sous-marins nucléaires britanniques sont pris en compte dans la planification stratégique de l'OTAN, bien que la Grande-Bretagne reste maîtresse de la décision d'emploi. Elle a donné son accord au déploiement des missiles de croisière (construits aux Etats-Unis) sur son territoire dans le cadre du programme de modernisation des forces nucléaires de portée intermédiaire en Europe entrepris par l'OTAN ; la France ne l'a pas fait. Un observateur11 constatait non sans raison que l'arsenal nucléaire britannique (composé de sous-marins) est dépendant (des Etats-Unis) mais invulnérable, car lié à l'immense flotte stratégique américaine, alors que les sous-marins stratégiques français sont indépendants mais vulnérables, car deux ou même trois d'entre eux (sur six) peuvent être localisés quand ils sont en position de tir. Même si elle est simplificatrice, cette constatation aide à mieux comprendre la différence de statut qui existe entre les deux puissances nucléaires européennes, quoique leur mission essentielle reste la même  : dissuader une attaque soviétique et, si nécessaire, y répondre. C’est précisément la raison pour laquelle l’Union Soviétique aimerait voir réduire, ou au moins geler, leurs arsenaux nucléaires. Gorbatchev l’a rappelé dans ses propositions du 11 janvier 1986 pour un désarmement nucléaire.

61Le trait le plus marquant des deux potentiels nucléaires est sans doute l’ambition de leurs programmes de modernisation. En juillet 1980, la Grande-Bretagne a décidé de remplacer au cours des années 1990 sa force déjà âgée de quatre sous-marins porteurs de missiles Polaris par le même nombre de sous-marins équipés de missiles américains Trident D-5, beaucoup plus puissants. Ces missiles, d’une portée de 11 000 km., peuvent être munis de 14 têtes chacun. En théorie au moins, la force nucléaire sous-marine britannique devrait être capable, d’ici quelques années, de mettre à feu un total de 896 têtes nucléaires indépendamment guidées au lieu des 64 missiles à têtes multiples actuels, ce qui représenterait un énorme saut qualitatif et quantitatif. Pour l’instant, elle est en train de doter ses missiles Polaris de nouvelles têtes (les « Chevaline ») conçues spécialement pour pénétrer les systèmes de défense contre les missiles balistiques.

62La France est engagée dans un programme de modernisation nucléaire encore plus vaste. Il touche toutes les composantes de la « force de frappe » et son coût est estimé à quelque 130 milliards de francs sur la période 1984-88. Comme on pouvait le supposer, l’accent du programme français porte également sur sa force stratégique sous-marine. Le sixième sous-marin nucléaire (L’Inflexible) est devenu opérationnel en 1985 et la construction d’un septième bâtiment a été décidée en 1981. Il est censé remplacer le premier sous-marin, Le Redoutable, qui sera obsolète au début des années 1990. De plus, le missile M-4, d’une portée de 4000 km. et équipé de 6 têtes nucléaires (indépendamment guidées), continuera de remplacer le missile M-20 sur quatre sous-marins de la flotte actuelle d’ici à 1992. En outre, des plans prévoient d’abord le remplacement des vieux SSBS-3 (basés dans des silos) par des missiles mobiles (5-X), puis l’équipement de la moitié de la flotte vieillissante de bombardiers nucléaires Mirage IV A par de nouveaux missiles air-sol à moyenne portée (ASMP). Le reste de la flotte perdra sa mission stratégique. Enfin, le missile tactique Pluton prendra la relève du missile Hadès à partir de 1991. Les recherches sur la bombe à neutrons se poursuivent également.

63L’orientation générale du programme nucléaire français est claire : la France a la ferme intention, non seulement de demeurer une puissance nucléaire, mais d’accroître et de moderniser toutes les branches de son arsenal (air, mer, terre) adapté à toutes sortes de missions (tactiques, pré-stratégiques, stratégiques). Comme nous l’avons mentionné, ces efforts coûteux et ambitieux porteront essentiellement sur les forces stratégiques sous-marines, éventuellement au risque de négliger les forces tactiques et conventionnelles. Le programme de modernisation de la Grande-Bretagne est plus limité, mais à peine moins osé en termes financiers (l’acquisition des missiles Trident était évaluée à environ 11 milliards de livres en 1984). L’exemple de ces deux pays démontre de manière quasi irréfutable que la décision de devenir une puissance nucléaire est pratiquement irréversible. Paris et Londres considèrent l’arme atomique comme un élément essentiel de la sécurité extérieure, même si elle devait être acquise à un prix très élevé et aux dépens des forces conventionnelles.

64La question qui se pose alors est celle des implications de ces attitudes pour la sécurité internationale et dans la perspective de la course aux armements. Le débat animé qui s’est déroulé autour de l’introduction des nouvelles armes nucléaires en Europe a montré que l’inquiétude n’est pas seulement celle de quelques « désarmeurs » fanatiques. Les Européens tendent naturellement à incriminer en premier lieu et le plus durement les deux superpuissances et leurs gigantesques arsenaux nucléaires. En réponse, Moscou soulève la question des armements nucléaires français et britannique. Si la France et la Grande-Bretagne s’en tiennent à leurs programmes de modernisation, l’Union Soviétique se retrouvera en face de centaines de têtes nucléaires additionnelles au début des années 1990. Les ogives la prenant pour cible porteront alors non seulement le drapeau américain, mais aussi les drapeaux français et britannique. Une perspective qu’aucun de ses dirigeants n’envisage de gaieté de coeur. Mais l’utilisation de l’argument comme prétexte à une accélération du programme soviétique d’armement nucléaire à moyenne portée aurait des conséquences encore plus déstabilisantes du point de vue européen.

65Tôt ou tard, le développement de nouveaux concepts et cadres théoriques devra accompagner la croissance des forces nucléaires française, chinoise et britannique, et sera nécessaire pour négocier leur limitation. Jusqu’à aujourd’hui, la contribution de ces pays à la maîtrise des armements nucléaires demeure variable dans sa forme et modeste dans sa substance. La Grande-Bretagne a activement participé à l’élaboration du Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires et du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Mais, par la suite, son comportement ne fut pas très différent de celui de ses deux consoeurs. Toutes trois encouragèrent symboliquement la politique de limitation des armements, tout en poursuivant leurs propres programmes nucléaires ou, du moins, en ne faisant aucun effort pour les réduire. Pendant des années, la France est restée volontairement à l’écart de presque toutes les négociations sur la maîtrise des armements et le désarmement. Elle pratiqua la politique de la « chaise vide » au Comité des dix-huit puissances sur le désarmement à Genève (ultérieurement rebaptisé « Conférence du Désarmement ») qu’elle n’accepta de réintégrer qu’à partir de 1978. Elle refusa de participer aux négociations MBFR à Vienne qu’elle considère comme une affaire touchant exclusivement les rapports entre les blocs. Tout comme la Chine, elle ne signa ni le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires, ni le TNP. Cependant, elle prit une part active à la CSCE et à la CDE qui en est issue (voir p. 75).

66Globalement, les performances des trois « jeunes » membres du « club » nucléaire en matière de désarmement sont donc médiocres. Ils n’ont pas fait mieux que les deux superpuissances. Le prestige que sont supposées conférer les armes nucléaires ne fut pas contrebalancé par le développement d’un sens plus élevé de la responsabilité, même si les cinq puissances nucléaires sont également les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Mais, au fur et à mesure que s’accroîtront les potentiels nucléaires de la Chine, de la France et de la Grande-Bretagne, leur devoir de justifier de l’accumulation de ce gigantesque pouvoir de destruction s’imposera avec plus d’insistance. Elles devront accepter de reconnaître que sa détention n’est pas en elle-même une contribution suffisante à la sécurité internationale. Un simple renforcement de leur capacité nucléaire est en effet aussi contestable que l’attitude des superpuissances, s’il n’est pas accompagné d’efforts de contrôle et de réduction honnêtes et concrets. Certes, les arsenaux français, chinois et britanniques resteront beaucoup plus modestes que ceux des Etats-Unis ou de l’Union Soviétique. Aussi, si suggérer que toutes les puissances nucléaires devraient participer à une unique série de négociations semble une idée attrayante, c’est une option très discutable en pratique. Les négociations bilatérales sont déjà très difficiles. Y ajouter une, deux, ou les trois « petites » puissances nucléaires les rendrait moins contrôlables encore. La solution paraît plutôt résider dans un complexe de négociations séparées, adaptées aux différentes tailles et missions des cinq potentiels nucléaires, mais dont le progrès et le résultat dépendraient du succès les unes des autres. Bien sûr, l’acceptation d’une négociation concertée impliquerait pour la France, la Chine et la Grande-Bretagne qu’elles devraient compter les jours où il leur serait encore permis de poursuivre leur politique d’armement nucléaire indépendamment des deux grandes puissances et sans avoir à répondre de leurs actes.

Notes

1 Cf. Robert S. McNamara, « The Military Role of Nuclear Weapons  : Perceptions and Misperceptions », Foreign Affairs 62/1, Fall 1983, p. 66 (et références bibliographiques).

2 North Atlantic Assembly’s Special Committee on Nuclear Weapons in Europe, Second Interim Report on Nuclear Weapons in Europe, Report to the Committee on Foreign Relations, US Senate Ninety-eighth Congress, First Session, Washington 1983, p. 59.

3 Cf. le texte du communiqué dans Revue de l’OTAN, Février 1980, pp. 25-6.

4 The 1977 Alastair Buchan Memorial Lecture, publié dans Survival XX/1, January/February 1978, pp. 2-10. Dans ce discours, Schmidt exprima également son inquiétude au sujet de la détérioration de la situation économique en Occident.

5 Cf. Nicole Gnesotto, « L’ouverture de la Conférence sur le Désarmement en Europe à Stockholm », Revue de l’OTAN, 32/6, 1983, pp. 1-5.

6 Toute une série d’alternatives à la défense nucléaire — de la défense sociale non militaire au désarmement unilatéral — sont également en cours de discussion à l’Ouest où elles n’ont gagné qu’une mince frange de l’opinion jusqu’à présent. Il n’est pas question d’en débattre publiquement à l’Est.

7 British Atlantic Committee, NATO’s Defence and New Technology, February 1984 (cité par le International Herald Tribune, Paris, 14 February 1984).

8 Strengthening Conventional Deterrence in Europe  : Proposals for the 1980s, Report of the European Security Study, London and Basingstoke, Macmillan, 1983, p. 35.

9 Cf. Peter Nailor and Jonathan Alford, The Future of Britain’s Deterrent Force, Adelphi Paper No. 156, Spring 1980, and Laurence Martin, Arms and Strategy, London, Weidenfeld and Nicolson, 1973, pp. 35-43.

10 Cf. Yves Boyer, French National Defence Policy and the New Majority, PSIS Occasional Papers No. 4E, November 1981, and Walter Schütze, « Die Bedeutung der französischen Kernwaffen », Aus Politik und Zeitgeschichte, B46/83, 19 November 1983, pp. 3-16.

11 Schütze, op. cit., p. 14.

Table des illustrations

Titre Tableau 5. 1 Evaluation par l’OTAN de l’équilibre conventionnel et nucléaire en Europe1)
Légende 1) Exclut la France et l’Espagne.2) Inclut les forces américaines dont l’équipement est stocké en Europe et les forces soviétiques en disponibilité immédiate.3) Inclut les renforts américains et toutes les forces du Pacte de Varsovie à l’Ouest de l’Oural.4) Inclut 360 bombardiers Blinder et Badger et 65 bombardiers Backfire.5) VSTOL = Vertical short Take-off or Landing : avions à décollage court ou vertical.Source : L’OTAN et le Pacte de Varsovie — Comparaison des forces en présence, Bruxelles, Service d’Information de l’OTAN, 1984.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 5.2 Evaluation par le Pacte de Varsovie de l'équilibre conventionnel et nucléaire en Europe
Légende 1) Inclut la France et l'Espagne.2) Le chiffre concernant l'OTAN comprend 8000 chars en réserve.Source  : Qui menace la paix, 3e ed., Moscou, Editions militaires, 1984.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Note 2
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 5. 1. Accroissement du nombre des missiles SS4, SS5 et SS20. Source : Programme d’études stratégiques et de sécurité internationale, Genève.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4490/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 5. 3 OTAN-Forces nucléaires de portée intermédiaire
Légende 1) GLCM  : Ground Launched Cruise Missile = missile de croisière basé à terre. Source : Programme d’études stratégiques et de sécurité internationale, Genève.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4490/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search