Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre III. Le désarmement et la maîtrise des armements : un bilan

Texte intégral

1Chaque fois qu’il acquérait un nouveau type d’armement — depuis la fronde de David jusqu’à la bombe atomique — l’homme a dû s’inquiéter de son impact sur ses semblables. Il n’est donc pas surprenant que la mise en service d’armes qui, aux yeux des contemporains, semblaient révolutionnaires, ait été fréquemment suivie de tentatives d’interdiction ou de limitation de leur emploi. Ainsi le second Concile du Latran de 1139 condamna-t-il l’utilisation de l’arbalète contre « les chrétiens et les catholiques ». La convention de Genève de 1925 pour sa part, suite au choc de la Première Guerre mondiale, voulut interdire l’usage des gaz toxiques. Sous l’impact des holocaustes nucléaires de Hiroshima et Nagasaki, les efforts se multiplièrent pour « bannir la bombe ». L’échec était probablement inévitable dans la majorité des cas. De fait, le développement d’armes nouvelles put parfois être différé, mais il fut rarement abandonné.

Le contrôle de la « bombe » : un échec

2Nulle part l’échec n’est aussi patent que dans le cas de la bombe nucléaire. Plutôt que d’unir les efforts en vue de son contrôle et de son interdiction, cet instrument de destruction massive devint rapidement une source de division et de méfiance profondes. Aujourd’hui encore, la communauté internationale n’en est pas venue à bout, ni du point de vue politique et stratégique, ni sur le plan moral et psychologique. Pour le meilleur ou pour le pire, la bombe fut intégrée à l’arsenal militaire de ses détenteurs et considérée comme un atout stratégique de premier ordre. Elle fut jalousement gardée comme le « domaine réservé » de quelques puissances privilégiées — les Etats-Unis, l’Union Soviétique, la Grande-Bretagne, la France et la Chine — et assidûment refusée à tout autre.

3Dans ces circonstances, il est donc à peine surprenant que l’idée d’abandonner purement et simplement la « bombe » ait été vouée très tôt à l’oubli. Dès le jour de sa naissance, il ne fut plus question d’y renoncer. Au contraire, le premier souci des politiciens comme des stratèges fut de trouver les moyens de maximiser son potentiel politique et militaire. Il n’est donc pas étonnant que l’histoire du « désarmement nucléaire » soit réduite à des tentatives sans enthousiasme pour ériger quelques garde-fous — de préférence pour d’autres — contre l’accumulation illimitée des armes atomiques, leur emploi accidentel et leur diffusion vers de nouveaux pays. Aucune de ces mesures ne modifia profondément le cours du processus d’armement nucléaire ni ne ralentit efficacement son rythme de développement.

4Mais le bilan n’est guère plus positif en ce qui concerne les autres types d’armes. Au contraire. Obsédée par le phénomène nouveau des armes nucléaires, l’humanité a omis, négligé ou sous-estimé l’importance des instruments « conventionnels ». La technologie ne resta pas au point mort dans ce domaine, que ce soit en matière de chars, d’aviation, de fusils ou de canons légers, d’armes chimiques et biologiques, de radars, de moyens de communication, de satellites, de sous-marins, de munitions guidées ou de rayons laser. Malgré leur qualification du terme bénin de « conventionnelles », les armes d’aujourd’hui ont peu de ressemblance avec celles de la seconde guerre mondiale.

5Il est étrange et inquiétant que l’humanité, comme pétrifiée par l’apparition et l’évolution des armes nucléaires, ait porté aussi peu d’attention aux développements foudroyants qui ont eu lieu dans le domaine non nucléaire. Aujourd’hui il est permis de penser que, si la révolution technologique poursuit son cours, un conflit non-nucléaire en Europe pourrait bien atteindre un degré de destructivité proche de celui qu’entraînerait l’emploi des armes nucléaires. Une des différences majeures, cependant, tient à l’effet de radiation des armes nucléaires qui peut laisser à l’homme, aux animaux et aux végétaux un héritage de cancer ou d’anomalies génétiques capables de tuer ou paralyser des vies pendant des décennies. Une autre caractéristique également très controversée a trait aux conséquences climatiques d’une guerre nucléaire. Même si les prévisions diffèrent inévitablement, il semblerait qu’un échange nucléaire de grande ampleur puisse effectivement conduire à la formation de nuages de poussière couvrant de très vastes superficies, empêchant ainsi la pénétration de la lumière dans l’atmosphère et causant une baisse spectaculaire des températures dont le résultat serait un « hiver nucléaire » fatal à toute vie sur terre.

  • 1 Cf. Neville Brown, « The Changing Face of Non-Nuclear War », Survival, XXIV/5, September/October 1 (...)
  • 2 Department of the Army, FM-100-5 Operations, Washington D. C., 1976, Ch. 2, par. 2, cité par Brown (...)

6Les armes conventionnelles de leur côté doivent leur capacité de destruction croissante à une augmentation extraordinaire de leur puissance de feu.1 Celle-ci est due à la même révolution de l’électronique qui transforme radicalement l’efficacité des armes nucléaires. Un exemple suffira à ce propos : en 1945 un char américain devait d’abord s’arrêter, puis tirer une douzaine de coups de canon pour avoir 50% de chances de toucher un char ennemi situé à 2000 mètres de distance. Quarante ans plus tard, une simple salve tirée à partir d’un char en mouvement garantit une probabilité de succès supérieure à 50 %.2 On n’a guère de chances de se tromper en affirmant que ce quotient s’améliorera encore d’ici quelques années.

7Malgré l’ampleur de ces transformations, les tentatives de contrôle restent jusqu’à aujourd’hui peu nombreuses et incohérentes. Le monde s’éloigne de plus en plus de l’idéal de « désarmement général et complet » (DGC) qui stimula si puissamment les imaginations à la suite de deux guerres terriblement destructrices. L’Union Soviétique proposa le DGC en 1927 et plaida énergiquement en sa faveur à la Conférence Mondiale du Désarmement de 1932. Quand elle réactiva ce plan en 1959, le monde occidental présenta une contre-proposition. Par la suite, l’histoire du DGC se transforma très vite en un exercice de propagande, si bien que l’idée perdit une grande partie de son attrait et de sa crédibilité. Dans les deux cas, il apparut clairement que le DGC était un objectif beaucoup trop révolutionnaire pour pouvoir être atteint sans une modification profonde du système international.

8La catastrophe de la seconde guerre mondiale ne changea rien à la situation. Bien qu’elle eût considérablement stimulé l’aspiration de l’humanité à un monde sans armes, elle ne remit pas en question le système des Etats en tant que tel. En conséquence, le fossé entre les attentes et les réalisations ne pouvait que s’accroître à mesure que le temps passait et que les arsenaux recommençaient à s’accumuler. A posteriori, il semble que le désarmement ait été trop facilement accepté comme un objectif souhaitable et réalisable. On n’a pas accordé — et on n’accorde toujours pas — une réflexion suffisante aux types de changements politiques et institutionnels nécessaires pour que le désarmement ait une quelconque chance de succès. Il est au goût du jour de condamner la course aux armements, en particulier lorsqu’elle est le fait d’autrui. Mais le nombre des condamnations est en proportion inverse des solutions qui seraient à la fois réalisables et acceptables pour les 170 Etats de la planète. Aussi longtemps qu’ils ne seront pas prêts à affronter les changements et les sacrifices qu’implique un réel désarmement, celui-ci restera une idée abstraite ou un idéal. En attendant, l’humanité pourra espérer aboutir dans le meilleur des cas à des réductions partielles. Un échec qui devra être compensé par ce qu’on appelle généralement la « maîtrise des armememts » et qui vise un ensemble de mesures destinées à empêcher la guerre et restreindre l’usage de la force.

Du désarmement à la « maîtrise des armements »

9Même si l’invocation du DGC n’a jamais été abandonnée, les vingt années écoulées ont été caractérisées par des mesures plus modestes désignées sous le vocable de « maîtrise des armements ». Rien ne porte à croire que la situation se modifiera dans un proche avenir. Ainsi la liste des organismes débatant des propositions de désarmement sous les formes les plus variées est-elle aussi trompeuse qu’impressionnante. Cependant, même si le bilan de la maîtrise des armements est modeste et si les résultats effectifs demeurent l’exception, il ne faut pas dénigrer les accords existants.

10L’énumération du tableau 3.1 donne l’impression d’un élargissement progressif des négociations, tant au niveau des pays impliqués que des propositions avancées. Mais la longueur de la liste est sans grand rapport avec sa substance. Seules quelques-unes des propositions parmi le grand nombre présenté purent finalement se cristalliser en accords. En outre, la plupart de ceux-ci concernent l’amélioration du contrôle des armes nucléaires (ou des armes de destruction massive) et intéressent au premier chef les deux superpuissances, les Etats-Unis et l’Union Soviétique. Très peu d’accords visent en fait les armes non nucléaires ou « conventionnelles ».

11Dans cette dernière catégorie, il vaut tout de même la peine de s’arrêter sur la « Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction » (voir chapitre XI). Cet accord a un contenu radical dans la mesure où il implique la destruction totale de tous les stocks existants d’armes bactériologiques (biologiques) et à toxines et l’interdiction d’en produire de nouvelles. Malheureusement cet objectif ambitieux n’est pas doublé d’un système également sévère de vérification, ni de la menace de sanctions crédibles en cas de violation ; il n’envisage aucun contrôle de la destruction des stocks ou de leur conversion à des fins pacifiques. De plus aucune autorité particulière n’a été instituée pour traiter des accusations de violation. Au contraire, c’est au Conseil de Sécurité des Nations Unies, organisme hautement politisé, et en conséquence très largement impotent, que les plaintes doivent être soumises. Le respect de la convention sur les armes bactériologiques ou à toxines et son application effective sont donc essentiellement une affaire de bonne foi. Les insuffisances du système de vérification prêtent à l’exploitation politique et sont susceptibles de devenir une source de suspicion mutuelle plutôt que de confiance.

Tableau 3. 1 Accords de limitation des armements (avril 1986).

Tableau 3. 1 Accords de limitation des armements (avril 1986).

12Le monde en son état actuel ne peut pas encore faire l’économie de moyens de vérification. Il demeure un terrain de méfiance et de rivalités nombreuses, soumis au pouvoir souverain des Etats. Tant que cette situation ne sera pas modifiée, tout gouvernement devra insister sur l’existence d’une vérification adéquate et de garanties en cas de violation avant de s’engager sur un accord de nature à affecter sa sécurité. Mais qui peut être à l’origine de telles vérifications et garanties, sinon les Etats eux-mêmes ? La communauté internationale reste lamentablement sous-développée lorsqu’il s’agit de mettre sur pied des institutions efficaces, capables de proposer un système de vérification universellement accepté et, si nécessaire, un système de sanctions également respecté par tous. Aucun mécanisme de ce type n’existe aujourd’hui et il est peu probable qu’il apparaisse dans les années à venir.

13Ceux qui souhaitent honnêtement de sérieuses mesures de limitation des armements et de désarmement déploreront cet état de fait mais, hormis l’hypothèse d’une révolution fondamentale de la politique internationale, ils devront s’y conformer. Certes, on prétendra que l’exemple de la Convention sur les armes bactériologiques n’est pas vraiment représentatif à cause de l’utilité militaire limitée de ces agents. Mais c’est précisément pour cette raison que cette convention est éclairante : elle prouve que, même dans un secteur marginal du désarmement, les Etats n’ont pas été capables de compléter une proposition bénéficiant d’un accueil général très favorable par les mesures coercitives qui l’auraient rendue réellement efficace. On peut aisément inférer de cet exemple la difficulté d’aboutir à un accord sur la limitation d’armements d’une plus grande valeur militaire. L’échec qu’ont subi jusqu’à aujourd’hui les tentatives d’interdiction des armes chimiques n’en est qu’une illustration. Plus le nombre des Etats intéressés croît et plus les intérêts stratégiques en jeu sont importants, plus grande sera la difficulté d’un accord.

  • 3 Ceci pourrait changer au fur et à mesure qu’un plus grand nombre d’Etats découvrent la valeur stra (...)

14C’est pourquoi, jusqu’à aujourd’hui, seules quelques-unes des innombrables négociations ont apporté des résultats tangibles ; la plupart concernaient un trop grand nombre d’Etats ou touchaient à des intérêts stratégiques particulièrement sensibles. Dans l’un et l’autre cas, le fondement sur lequel aurait pu reposer une convention sans vérification ou presque n’était plus suffisant. Ainsi des accords comme le Traité sur l’Antarctique de 1961 (par lequel il fut décidé que l’Antarctique devait être réservé à un usage pacifique) ou le Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967 (régissant les activités des Etats dans l’exploration et l’utilisation de l’espace) furent-ils possibles seulement parce qu’un petit nombre de pays étaient réellement intéressés ou avaient les moyens d’explorer ces domaines.3

15Au passif, parmi les accords ayant conduit à des résultats mitigés, le Traité de non-prolifération nucléaire de 1970 (interdisant le transfert et l’acquisition d’armes nucléaires), objet de très dures controverses, est peut-être l’exemple le plus probant. Certes, il a été ratifié par un très grand nombre d’Etats (124 en 1986). Mais ce résultat ne fut atteint que sous les pressions renouvelées des superpuissances et après beaucoup d’hésitations de la part des pays non nucléaires. Qui plus est, les pays les plus susceptibles d’acquérir des armes nucléaires (tels que l’Inde, Israel, l’Afrique du Sud, le Brésil ou l’Argentine) ne l’ont pas signé. Leur refus annihila un ou plutôt l’élément central du traité, c’est-à-dire son universalité.

16D’autres types d’accords purent être passés principalement parce qu’ils furent négociés par un petit nombre de pays, le plus souvent les superpuissances. Ils concernent presque exclusivement les armes de destruction massive, en clair, les armes nucléaires. Il ne fait aucun doute que des accords comme le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires de 1963 (auquel sont parties la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l’URSS, mais non la France, ni la Chine) et le premier accord soviéto-américain sur la limitation des armements stratégiques de 1972 (SALT I) avaient pour but d’établir des règles de contrôle et si possible, de limitation de la course aux armements nucléaires. Ils correspondaient effectivement aux intérêts des puissances nucléaires elles-mêmes. Mais comme n’entraient en jeu que deux concurrents, le processus de négociation était moins complexe.

17Même si l’on admet que les Etats-Unis et l’Union Soviétique constituent une classe à part et n’ont pas de « pairs » avec qui négocier sur un pied d’égalité, il est facile de se rendre compte que la simple addition de puissances comme la France ou la Chine compliquerait considérablement le jeu. Chaque participant vient avec ses intérêts stratégiques propres et éventuellement une conception différente de ce que devrait être l’issue de la négociation. En conséquence, la base constitutive d’un intérêt commun et d’une confiance mutuelle tend à devenir trop étroite pour fonder un accord à la fois substantiel et suffisamment solide pour résister aux tensions politiques et au manque de confiance entre ses signataires.

Les raisons de l’échec

18Les raisons du bilan insatisfaisant des négociations passées sur le désarmement sont donc multiples. Elles sont relatives à la complexité de la matière négociée, à la diversité des intérêts enjeu et au nombre des Etats concernés. Il semble cependant que l’on puisse proposer trois explications principales.

19Premièrement, le concept de « maîtrise des armements », en l’absence d’autre alternative concrète à l’objectif lointain de désarmement, est trop étroit et trop ambigu pour porter la lourde charge d’améliorer simultanément la sécurité nationale et l’état des relations internationales d’une part, de contrôler la course aux armements et promouvoir la « détente » entre l’Est et l’Ouest d’autre part. L’Union Soviétique espérait par le biais de la maîtrise des armements atteindre et maintenir une élusive « parité stratégique » avec les Etats-Unis ; ces derniers attendaient qu’elle ralentît le processus d’armement soviétique et réduisît le poids et les dangers d’un accroissement sans borne des arsenaux. En conséquence la maîtrise des armements fut grevée de missions et d’attentes qu’elle ne pouvait satisfaire.

20Deuxièmement, le climat politique international s’est considérablement détérioré dans les années 1970. Ceci est dû à une série d’événements, pour la plupart indépendants de la course aux armements américano-soviétique : guerre du Moyen-Orient en 1973, guerre du Vietnam et ses contrecoups, crise intérieure aux Etats-Unis à la suite de l’affaire du « Watergate », agissements soviétiques en Afrique, crise iranienne et, finalement, intervention soviétique en Afghanistan et imposition de la loi martiale en Pologne. En dépit de cette conjoncture, les Etats-Unis et l’Union Soviétique reprirent les négociations sur la limitation des armements au début 1980. Elles furent rompues à la fin 1983 pour n’être reprises qu’en avril 1985, prouvant une fois de plus que la portée et la solidité des mesures de contrôle demeurent étroitement dépendantes du contexte politique global dans lequel elles sont négociées et mises en oeuvre. Elles requièrent un environnement qui, même s’il n’est pas exempt de tensions, offre au moins un terrain fertile à des concessions réciproques et certaines convergences d’intérêts sur des sujets particuliers.

21Τroisièmement, et là se trouve peut-être le facteur le plus déterminant, la maîtrise des armements ne remet pas en question la distribution actuelle du pouvoir militaire sur la planète ni, de fait, l’ordre mondial existant. L’idée de base qui la sous-tend est précisément l’acceptation de l’ordre international tel qu’il est. Elle tente de le stabiliser de manière à réduire les potentialités d’usage de la force et, dans une hypothèse favorable, à permettre une réduction des armements.

22L’objectif est à la fois modeste et ambitieux. Il est ambitieux parce qu’il suppose que le concept de « maîtrise des armements » peut être appliqué pratiquement à tous les Etats, alors que jusqu’à aujourd’hui, il est resté plus ou moins l’apanage des superpuissances. Or nous avons démontré que les difficultés de négociation augmentent en proportion du nombre des parties engagées. Mais la maîtrise des armements est une entreprise modeste en comparaison des résultats attendus du désarmement, à savoir, la réduction ou même l’élimination des gigantesques stocks d’armes dispersés à travers le monde, qui supposerait un changement fondamental du système international lui-même. Contrairement au désarmement général qui semble possible seulement à la suite d’une telle évolution, la maîtrise des armements n’en fait pas une condition nécessaire.

  • 4 Cf. Gert Krell, « The Problems and Achievements of Arms Control », Arms Control, 2/3, December 198 (...)

23Il faut garder à l’esprit cette différence élémentaire entre le désarmement général et éventuellement complet d’une part, et la maîtrise des armements d’autre part, si l’on veut éviter les déceptions dans le premier cas et les frustrations dans le second. Ceux qui optent pour la maîtrise des armements devront apprendre à vivre dans un monde armé sans utiliser les armes ; ceux qui plaident en faveur du désarmement général et complet devront être prêts à s’organiser collectivement et à une échelle globale de manière à ce qu’aucun groupe ou Etat ne veuille ou ne puisse s’en procurer.4

24Ainsi l’obstacle fondamental au désarmement ne peut-il être entièrement imputé au refus qu’opposent les Etats à des réductions importantes de leurs capacités militaires. Leur réticence à renoncer aux armes dans un monde où la sécurité fait défaut n’est certes pas sans conséquences. Cependant, un facteur d’importance au moins égale entre en ligne de compte : il s’agit de leur résistance opiniâtre à porter atteinte à ce qu’ils considèrent comme intouchable, c’est-à-dire leur sacro-sainte souveraineté. Bien que de plus en plus dépassé dans une ère d’interdépendance croissante, l’Etat-nation demeure le pilier de la communauté internationale. Il reste le premier et le dernier recours de l’action de toutes les organisations internationales et l’arbitre final de presque toutes les querelles dans lesquelles ses propres intérêts sont en jeu.

25Des mesures peuvent être prises — et nous espérons qu’elles le seront — pour mettre un frein à l’usage de la force, réduire les stocks d’armes existants et interdire le développement de nouveaux types d’armements. Mais elles sont vouées à rester partielles et limitées, tant en termes de pays que de types d’armes concernés, au moins aussi longtemps que la majorité des Etats refuseront d’abondonner une partie de leur souveraineté en faveur de nouveaux modèles de coopération et de sécurité internationale. Même si cet objectif demeure hautement désirable, il serait irréaliste de croire sa concrétisation à portée de la main.

Les difficultés du désarmement

26Il existe effectivement une multiplicité de raisons valables pour lesquelles les Etats montrent tant de réticence à se démunir de tout ou partie de leurs arsenaux. Les motivations diffèrent peu d’un pays à l’autre, bien qu’elles puissent prendre des formes diverses et être plus ou moins crédibles.

27En premier lieu, l’armement a depuis longtemps cessé d’être le privilège ambigu d’une poignée de nations industrialisées. Aujourd’hui c’est un phénomène mondial. Bien évidemment, des différences demeurent, et sont parfois très larges. Ainsi, les Etats-Unis et l’Union Soviétique constituent-elles une catégorie à part. En effet, elles ne sont pas les seules à être affectées par leurs propres armements : le monde entier est concerné. Cependant, les stigmatiser comme les principales ou même les uniques coupables serait une simplification abusive et desservirait la cause de la maîtrise des armements et du désarmement au lieu de l’encourager. Celle-ci, si elle est prise au sérieux, dépasse de beaucoup la — lourde — responsabilité particulière des deux superpuissances. Le procédé qui consiste à les accuser d’accroître exagérément leurs armements, tout en augmentant ses propres capacités militaires, est devenu un peu trop facile et manque aujourd’hui totalement de crédibilité.

28La cible principale des critiques est évidemment les armes nucléaires, qu’un petit nombre d’Etats possèdent en grande quantité alors que la plupart en sont démunis. On ne justifie ni on n’approuve les armes nucléaires en répétant qu’elles n’ont pas été utilisées depuis Hiroshima et Nagasaki. Depuis cette date, toutes les guerres ont été conduites avec des armes « conventionnelles » (c’est-à-dire non nucléaires). Mais certaines d’entre elles ont atteint une capacité de destruction difficile à imaginer pour le non-spécialiste. Elles peuvent assumer d’une manière à peine moins cruelle la fonction essentielle de toute arme, à savoir, tuer et détruire. Sous cet angle au moins, elles ne sont pas préférables à leurs homologues nucléaires. Cependant, l’effet radioactif pratiquement incontrôlable et inconnu de ces dernières fait qu’elles ne seront jamais totalement assimilables aux moyens conventionnels, aussi perfectionnés soient-ils.

29Ceci prouve que le processus d’armement ne peut être jugé différemment selon sa qualité ou l’identité de ses auteurs. Sans doute l’armement nucléaire est-il une source d’inquiétude fondamentale, mais il ne doit pas être la seule. Si l’armement est malheureusement devenu un problème global, il en est de même de son contrôle et de sa réduction. Aucun pays n’a d’excuses valables pour s’exonérer de réexaminer son attitude sous ces deux angles.

30La seconde des raisons pour lesquelles le désarmement n’est pas chose facile tient au fait élémentaire — bien que trop souvent négligé — que l’accroissement des armements est le produit d’une combinaison extrêmement complexe de facteurs et de forces. Il est partie intégrante de l’édifice économique et social des Etats et des sociétés. Il est l’expression des peurs et du sentiment d’insécurité des nations, autant que le résultat d’une tragique expérience humaine prouvant que les relations interpersonnelles tout comme les relations inter-étatiques sont régies en dernier recours par la force — ce qui signifie, dans la plupart des cas, par la force armée. Tant que cette situation n’évoluera pas, l’armement restera un élément important, voire la composante centrale des relations internationales. Etant donné l’inadaptation ou l’insuffisance des sanctions morales ou légales, l’utilisation de la force sera toujours une tentation latente pour les forts, et un dernier recours pour les faibles.

31En dernier lieu, chaque pays accroît ses capacités militaires quasiment sans prêter attention à la manière dont le monde extérieur (et surtout son adversaire potentiel) peut évaluer son comportement. Tout Etat est convaincu qu'il n'agit que pour protéger son intérêt légitime et sa sécurité. En règle générale, il ne prend pas en considération l'impact de son geste sur ses voisins. Ce qu'un pays conçoit comme un niveau d'armement minimum est souvent perçu par son adversaire comme outrepassant le degré de tolérance qu'autorise son propre besoin de sécurité. En d'autres termes, l'augmentation des armements de l'un est reçue par l'autre comme une menace devant laquelle il ne peut rester sans réponse. Dans la plupart des cas, la réaction est de même nature que l'action initiale  : le pays qui se sent en danger renforce son propre arsenal.

32Les raisons pour lesquelles le désarmement est si difficile à réaliser et auxquelles on peut imputer l'échec de très nombreuses tentatives dans ce sens sont donc multiples. Nous ne prétendons pas les connaître toutes. Mais au-delà des grandes lignes que nous venons de tracer, certaines explications plus spécifiques méritent notre attention. Ceci tout d'abord parce qu'elles démontrent que, contrairement à ce que semblent croire tant de ses avocats les plus fervents, le désarmement n'est pas bloqué seulement par la mauvaise volonté ou l'hypocrisie des gouvernements et des politiciens, et ensuite parce qu'un diagnostic des causes pourra nous aider dans notre recherche d'une thérapeutique appropriée.

Dix obstacles au désarmement

33Il est possible d'énumérer dix raisons principales pour expliquer les piètres résultats des efforts de désarmement. Même si certaines jouent un rôle déterminant, toutes sont interdépendantes et c'est leur conjugaison qui empêche d'aboutir à des mesures de réduction significatives.

Premièrement, l'engrenage technologique

34Le progrès technologique ne peut être séparé de l'existence humaine et du visage que l'homme veut donner à son environnement. En d'autres termes, la technologie se situe au cœur même de l'activité et des centres d'intérêts de l'être humain, de sa curiosité et de son ingéniosité, de sa recherche de connaissances, de richesse et de confort et, en fin de compte, de pouvoir. Tenter de l'arrêter ou d'y mettre un frein serait contre nature et donc virtuellement impossible.

35A plusieurs reprises dans l'histoire, l'homme a cru avoir atteint le sommet des capacités créatrices de son intelligence. Craignant la colère de Dieu, il a parfois essayé d'interdire les inventions qui semblaient les plus diaboliques. Mais chaque fois, la technologie prit le dessus et poursuivit son cours, accomplissant ses plus grands progrès en période de guerre alors évolution restait plus lente en période de paix, du moins jusqu'au début de l'ère industrielle. Son rythme s'accéléra au xixe siècle et davantage encore à l'approche des deux guerres mondiales. Contre toute expérience, sa progression ne ralentit pas après la catastrophe de 1939-45.

36Au contraire, les armes atomiques, à la fois cause et partie intégrante de la guerre froide, devinrent une des forces motrices de la course aux armements plutôt qu’elles ne l’enrayèrent. L’axe de la compétition était au départ la rivalité entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique et leurs alliés respectifs, mais elle prit bientôt des dimensions mondiales. L’espoir d’aboutir à un arrêt temporaire ou simplement à un plafond au-delà duquel le perfectionnement des armes existantes et l’invention de nouveaux modèles serait inutile ou impossible fut périodiquement déçu. Il n’existait aucune barrière ou seuil dont les scientifiques auraient pu dire « C’est tout ce que nous pouvons faire, aucun progrès technologique n’est possible au-delà de ce point ». Le progrès technologique demeurait une possibilité bien réelle, et il le restera probablement longtemps, que la construction de nouvelles générations d’armes plus performantes ait un sens politique et stratégique ou non. Ce que l’on peut faire de mieux dans ces circonstances, c’est essayer de réorienter l’intelligence et l’énergie humaines vers des applications plus pacifiques et plus productives de la technologie.

Deuxièmement, les pressions internes

37Cette réorientation technologique serait plus facile à réaliser si ce n’était l’existence d’intérêts spécifiques qui s’y opposent radicalement. De nombreuses branches de l’industrie ont directement ou indirectement part à la recherche, à la mise au point et à la fabrication de systèmes d’armements ; d’autres sont liées par divers biais à l’industrie de défense qui a de multiples ramifications dans le secteur civil. On estime à quelque 100 millions le nombre de personnes employées dans des industries travaillant pour la défense — un facteur économique de poids qu’aucun gouvernement, quelles que soient ses convictions politiques, ne peut se permettre d’ignorer. Nombre de pays considèrent qu’il est essentiel pour leur sécurité de maintenir la recherche militaire nationale à un niveau suffisant et de conserver une certaine capacité domestique de production d’armes — du simple fusil à l’avion le plus perfectionné. Certains y voient une garantie d’indépendance ; pour d’autres, il s’agit d’affirmer leur « rang ».

38Pour un grand nombre de gouvernements, les ventes d’armes au Tiers-Monde sont devenues une source de revenus très appréciée. Ils l’utilisent souvent comme un moyen de soutenir financièrement des branches en difficultés de leurs industries d’armement. Les pays les plus puissants utilisent également le commerce des armes comme moyen d’exercer une influence politique. Ainsi, en offrant ou en refusant de fournir des armes et de l’assistance militaire, les Etats-Unis et l’Union Soviétique cherchent à « récompenser » ou à « punir » certains de leurs clients. Le commerce des armes est donc devenu un élément important de la politique internationale. Il le restera tant que les Etats considéreront la force armée comme une composante essentielle du maintien de leur sécurité et comme moyen de dernier recours pour la résolution de leurs conflits.

39Au sein de chaque Etat, l’influence de l’industrie d’armement est généralement bien plus grande que ne le laisseraient supposer sa taille et son poids économique. Plus ou moins associées avec des groupes aussi puissants que les forces armées, ces industries exercent une pression politique que nul homme d’Etat doué d’un minimum de prudence ne peut se permettre d’ignorer, et encore moins de contrarier. Ceci est vrai en particulier dans les pays dont le régime politique repose largement, si ce n’est exclusivement, sur le soutien des militaires. Ce cas de figure étant malheureusement très fréquent, il faut s’attendre à ce que des pressions de toutes origines se fassent sentir en faveur de l’expansion de la production domestique et des exportations d’armements, plutôt qu’en faveur de leur limitation ou de leur abandon.

Troisièmement, un besoin excessif de sécurité

40Les services chargés de la sécurité extérieure ne s’estiment satisfaits que s’ils pensent être capables de faire face à toute menace sans exception aucune. La « maximalisation » de la sécurité est donc l’objectif, ou l’ambition prioritaire, de nombreux gouvernements et de leurs « establishments » militaires.

41Mais rendons-nous à l’évidence : la sécurité n’est pas une donnée objective. Elle dépend d’un jugement personnel et subjectif qui est le résultat d’une évaluation comparée des forces et capacités de défense nationales et de celles de l’ennemi potentiel. L’expérience montre que la plupart des gouvernements tendent à sous-estimer les premières et à surestimer les secondes. Les militaires en particulier, connaissant toutes les faiblesses et carences de leurs propres moyens, sont enclins à considérer l’ennemi comme plus puissant et mieux équipé et, de plus, à lui imputer des intentions agressives. D’où leur tendance à vouloir garantir la sécurité du pays au-delà des besoins réels : ils plaident en faveur du maintien d’une marge de manoeuvre sur la base d’une analyse plus que conservatrice de l’équilibre des forces en présence. Il va de soi que la supériorité est toujours préférable, c’est pourquoi les militaires ne se satisfont pas en règle générale d’une simple « parité » mais exigent davantage que ce qui serait objectivement nécessaire.

42Il peut arriver que leurs demandes soient ramenées à des proportions plus raisonnables, du fait de considérations économiques ou de contraintes politiques. Mais le processus de négociation interne entre groupes d’intérêts est souvent laborieux et se traduit généralement par une croissance plutôt que par une diminution des armements.

Quatrièmement, les perceptions

43La tendance à rechercher des garanties excédant les besoins réels est due en grande partie — bien que non exclusivement — à une évaluation pessimiste de l’équilibre des forces. L’expérience historique y contribue largement. Cependant les perceptions qu’entretiennent les nations les unes à l’égard des autres et le comportement qui en résulte ont des racines beaucoup plus profondes, qui plongent au coeur même des relations internationales en général et de la course aux armements en particulier.

44Les individus se jugent mutuellement à l’aune de leurs propres normes et de leur vécu personnel : nous voyons les problèmes de notre voisin non pas à travers son regard, mais à travers le regard que nous pensons être le sien. L’acquisition d’armements par un pays A est généralement considérée par un autre pays, B, comme une menace, plutôt que comme une mesure d’auto- défense. Β est incapable de comprendre que A puisse se sentir menacé par ce qu’il est en train d’entreprendre, son propre armement ayant à ses yeux un caractère purement défensif. En définitive, A et Β s’affrontent, tous deux convaincus d’être dans leur bon droit et de n’agir que par souci d’autodéfense. En même temps, chacun est persuadé que son adversaire est dans l’erreur et que son comportement est guidé par une animosité particulière.

45Un tel regard porté sur les autres et sur le monde est à la fois égocentrique et dangereux : égocentrique parce qu’il se base sur l’hypothèse selon laquelle il ne devrait exister qu’une seule vision du monde — c’est-à-dire la nôtre — et, en conséquence, une seule ligne de conduite ; dangereux parce qu’il tend à interpréter toute option concurrente comme erronée, voire hostile, impliquant qu’elle doit être corrigée ou combattue. De là à diviser le monde entre les « bons » (ceux qui partagent notre opinion) et les « mauvais » ou, si l’on est généreux, les « égarés » (ceux qui soutiennent des points de vue opposés), il n’y a qu’un pas. Cette vision simpliste et manichéenne d’un monde partagé entre la lumière et les ténèbres, entre le bien et le mal, est à la source de tous les antagonismes et de toutes les hostilités, de toutes les incompréhensions et guerres, y compris de la guerre froide.

46Il est bien évident que le monde ne peut pas être coulé de manière simpliste dans un moule en noir et blanc. Que notre sympathie aille au système communiste ou au système de la libre-entreprise, nous savons que tous deux sont loin de représenter toute la gamme des modes de vie, des convictions et des régimes politiques et sociaux existant sur la planète. Mais les grandes puissances se sentent obligées de justifier leur leadership en proclamant qu’elles combattent pour la bonne cause, espérant ainsi mobiliser à leur avantage un soutien aussi large que possible. Qu’elles le fassent par conviction ou pour d’autres raisons moins honorables importe peu, dans la mesure où ce qui en résulte dans tous les cas est un antagonisme profond entre deux visions du monde. Selon cette logique, un seul « camp » peut avoir raison, alors que l’autre a nécessairement tort. Le premier s’arroge un droit illimité de s’armer pour assurer sa défense (et celle de ses alliés), alors que tout accroissement de potentiel de la part de son adversaire est interprété comme le signe d’une intention agressive. Des perceptions aussi radicalement contraires ne peuvent pas ne pas être une source permanente de méfiance et de tension. Elles entretiennent une atmosphère d’insécurité qui est à l’origine de la course aux armements et sape les fondements ténus de la compréhension mutuelle. Peut-être est-ce inévitable du fait des carences et des erreurs de la nature humaine ? Nul n’en est exempt, pas même les superpuissances et leurs dirigeants. Malgré tout, il est tragique de constater qu’aucune des deux parties ne s’efforce de les atténuer afin d’améliorer l’état de leurs relations. Ce serait doublement tragique si le prix à payer pour cet échec était une guerre suicidaire de part et d’autre.

Cinquièmement, des concepts de sécurité différents

47Chaque pays a sa propre conception de la sécurité, dont les racines plongent dans son histoire, sa localisation géographique, son degré de cohésion interne et sa perception du monde. Cette conception diffère généralement de celle qu’un observateur étranger considérerait comme adaptée ou raisonnable car, dans la plupart des cas, un pays définit ses impératifs de sécurité en termes beaucoup plus larges qu’on ne le ferait en venant de l’extérieur. La Suisse par exemple ne paraît pas a priori avoir de raison majeure de se sentir menacée ; pourtant une grande majorité de ses habitants pourraient citer une longue liste d’événements les conduisant à adopter une définition extensive de leur politique de sécurité extérieure.

48De nouveau on se trouve confronté au phénomène des différences de perceptions. Mais les perceptions ne sont qu’une des multiples raisons expliquant la divergence des notions de sécurité. Tout Etat peut alléguer d’une longue liste de motifs — valables ou non — qui l’incitent à croire, à tort ou à raison, que sa sécurité est en danger et donc, qu’il doit s’armer. Cependant, il faut reconnaître que certains pays sont plus vulnérables que d’autres : le traumatisme séculaire de la Pologne est une conséquence de sa situation géographique de zone-tampon entre deux puissances rivales, l’Allemagne et la Russie ; Israel se sent isolé au beau milieu du monde arabe, et les pays arabes se sentent menacés par la supériorité militaire d’Israël. Des pays comme la Finlande, l’Afghanistan, le Vietnam, le Népal ou Cuba, pour n’en citer que quelques-uns, doivent vivre en permanence dans l’ombre d’un voisin infiniment plus puissant.

49Aucune comparaison entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique, encore moins une explication de leur compétition armée, ne peut faire abstraction des différences de leurs expériences historiques et des concepts de sécurité qui en ont été dérivés. Pendant plus de 150 ans les Etats-Unis n’ont subi aucune agression directe de leur territoire, ce qui n’est pas le cas de l’Union Soviétique. Inversement, c’est cette dernière qui, à la suite de la seconde guerre mondiale, annexa des centaines de milliers de kilomètres carrés de territoires appartenant à d’autres pays et imposa des régimes communistes à plusieurs Etats d’Europe de l’Est, en violation évidente des accords signés avec ses alliés occidentaux. En poursuivant une politique expansionniste, Moscou prit consciemment le risque que ses actes soient interprétés à l’extérieur comme une étape supplémentaire vers l’avènement du « communisme mondial » qu’elle proclame comme son objectif.

50Les empires, quelle que soit leur dénomination, ont tendance à grandir, et leurs besoins de sécurité croissent en conséquence. Etant devenus une puissance mondiale à la fin de la guerre, les Etats-Unis commencèrent à définir leurs intérêts stratégiques en termes mondiaux. L’URSS, en poussant ses engagements au-delà de sa sphère d’influence traditionnelle sur le continent, continue de faire de même. Ces deux pays ont déplacé si loin les bornes de leurs intérêts politiques et militaires que les guérilleros vietnamiens — dans le cas des Etats-Unis — et la résistance afghane — dans le cas de l’Union Soviétique — se sont transformés pour eux en menace concrète.

51Prisonnières d’une rivalité aux dimensions quasi planétaires, les deux superpuissances devaient découvrir des motifs d’inquiétude toujours plus nombreux en matière de sécurité extérieure. La tentation de montrer leur « muscle » militaire se fait donc de plus en plus pressante à mesure qu’augmentent les signes d’instabilité, d’insécurité et de tension à travers le monde. Toutes deux préfèrent retenir l’hypothèse selon laquelle, à plus ou moins longue échéance, elles seront entraînées dans des crises et devront faire la preuve de leur disponibilité à livrer bataille.

52La sécurité est une notion indéfinissable, susceptible d’innombrables interprétations. Elle offre une couverture par laquelle tout genre de politique et toute mesure de renforcement des armements peut trouver prétexte et explication. En même temps, elle est assez vague à la fois pour stimuler l’intérêt au désarmement et lui dénier toute justification.

Sixièmement, la recherche de l’équilibre

53L’armement est également le principal moyen d’établir ou de rétablir un équilibre des forces acceptable avec un adversaire potentiel. En s’armant, on agit ou on réagit en vue de remédier à une situation qui apparaît insatisfaisante ou dangereuse. L’équilibre des forces est l’objectif minimal que tendent à se fixer les pays (ou alliances) en situation de rivalité.

54Tel est le cas entre l’Alliance Atlantique et le Pacte de Varsovie, entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique, mais aussi entre l’Inde et le Pakistan, entre les deux Corée, entre l’Iran et l’Irak et, d’une manière un peu différente, entre Israël et ses voisins arabes. Dans la plupart des cas, l’équilibre est considéré comme une condition préliminaire à l’accroissement de la stabilité et de la sécurité. Il peut également être un préalable à une réduction mutuelle des armements.

55En tant que tel, un « équilibre des forces », c’est-à-dire un niveau d’armement plus ou moins comparable de part et d’autre, n’est pas sans mérite. Cependant, tout comme la sécurité, c’est un concept élusif qui échappe à toute tentative de définition. En premier lieu, aucune formule mathématique ne permet de reconnaître avec une certitude satisfaisante la présence d’un tel « équilibre ». Son existence dépend du regard que porte l’observateur sur la situation. C’est une question de jugement subjectif. Si les parties concernées sont convaincues qu’elles ont atteint un niveau de sécurité raisonnable, elles n’éprouveront pas le besoin de s’armer davantage. Si tel n’est pas le cas, leur sentiment d’insécurité ne sera pas évacué par une argumentation tendant à prouver l’existence d’une parité numérique, d’une « équivalence essentielle » ou d’une « suffisance », aussi convaincante que fût la démonstration. Elles tenteront plutôt de rééquilibrer une situation qu’elles perçoivent comme dangereusement défavorable à leur égard.

56En second lieu, la signification de « l’équilibre » en termes stratégiques est sujette à diverses interprétations. Le concept a-t-il une connotation purement militaire, signifiant la comparaison pure et simple des forces armées ? Ou englobe-t-il des composantes non militaires telles que la puissance économique, les ressources en matières premières, le progrès technologique, la taille et la population du pays, son potentiel industriel et ses performances techniques, sa cohésion politique ? La seconde définition, qui est la plus large, est probablement la plus exacte. Cependant, l’humanité reste obsédée par l’évaluation comptable des formes armées, des matériels militaires, de la puissance de feu, etc., comme si elle était le seul critère de jugement du pouvoir et de l’influence d’un Etat. Sans doute, ces facteurs gardent-ils une grande importance et la probabilité que leur rôle régresse est-elle minime dans un monde où l’utilité de la force armée est attestée par un nombre illimité de conflits. Mais on peut regretter que la compétition entre l’Est et l’Ouest et leurs systèmes socio-politiques respectifs ait été réduite dès les origines à un rapport de force militaire. La diplomatie des Etats-Unis à l’égard de l’Union Soviétique au sortir de la guerre fut guidée de manière prédominante par leur supériorité nucléaire. Elle minimisa ou négligea les facteurs non militaires qui auraient dû être au centre du débat Est-Ouest : la justice, l’efficacité économique, les libertés politiques, l’innovation technologique, la stabilité interne des Etats, les droits de l’homme... Dès les premiers instants la discussion tendit à se placer sur le terrain stratégique et se réduisit à la question de la supériorité militaire en général et du nombre de missiles et d’ogives nucléaires en particulier.

57Bien sûr, la comparaison est importante à maints égards, autant en ce qui concerne la crédibilité des politiques de dissuasion et de défense qu’en vue d’une réduction éventuelle des armements. Mais elle est trop étroite pour refléter toute l’ampleur de la rivalité Est-Ouest et de ses composantes stratégiques. Le concept soviétique de « corrélation des forces » serait ici plus approprié. Il désigne non seulement les éléments militaires mais aussi les nombreux facteurs non militaires qui font la « puissance » d’un pays. Malheureusement l’URSS plus que quiconque a tendance à mettre l’accent sur le facteur militaire. On ne peut en effet que trouver regrettable le fait qu’elle n’ait pas réussi à devenir une puissance au sens du terme qui dépasse cette seule dimension, ce qui lui aurait permis de concentrer moins exclusivement ses énergies sur ses performances en matière de défense.

58Ainsi on aboutit une nouvelle fois à une situation dans laquelle les Etats considèrent que le moyen le plus sûr de démontrer leur force et d’imposer leur volonté est d’opter en faveur des armes plutôt que de facteurs non militaires dont la définition demeure incertaine. Si l’on continue dans cette logique, le plateau de la balance restera incliné du côté des armements.

Septièmement, des expériences de limitation unilatérale décevantes

59La modération, qu’elle soit volontaire ou forcée sous la pression des nécessités politiques ou économiques, a rarement été honorée ou imitée. Dans un climat de rivalité aiguë ou de méfiance mutuelle, un pays tend à interpréter comme une ruse ou un signe de faiblesse toute décision de son adversaire de renoncer à la fabrication d’une arme ou de réduire unilatéralement ses capacités militaires. La tentation de se protéger dans le premier cas, ou d’exploiter la situation dans le second semble alors quasi irrésistible. La rhétorique de Khrouchtchev fut sans aucun doute un obstacle majeur à la concrétisation de son désir de limiter la production de missiles stratégiques soviétiques. Mais, fait significatif, les Etats-Unis n’accordèrent aucune foi à ses déclarations. A l’inverse, lorsque le président Carter renonça à construire la bombe à neutrons et le nouveau bombardier Β 1, non seulement sa décision ne fut pas payée de retour par les Soviétiques, mais ils l’exploitèrent sans retenue.

Huitièmement, la violation ou le contournement des accords de désarmement

60Les accords de désarmement ont été régulièrement violés ou contournés, chaque fois que cela semblait politiquement attractif ou légalement possible. Le Japon tourna l’accord naval de Washington de 1922 en construisant, au lieu de croiseurs légers, des bâtiments lourds qui pourraient par la suite être équipés de canons de plus gros calibre. L’Administration Reagan a porté des accusations très sérieuses contre la violation par l’Union Soviétique de divers accords de limitation des armements, en particulier SALT I et SALT II. D’où l’insistance américaine sur la nécessité d’une procédure de vérification presque parfaite dans le cas de futurs accords.

61Bien que l’inadéquation des mesures de vérification ouvre effffective-ment la porte à des « tricheries », les soupçons alléguant de telles violations sont généralement émis lorsque le climat politique entre les parties se détériore.

Neuvièmement, des visions du monde différentes

62En dernière analyse, notre attitude à l’égard de la force armée est déterminée par notre vision du monde et du rôle qu’y joue ou peut y jouer la puissance militaire. Les optimistes continuent de répéter qu’il est possible de contrôler et limiter l’usage des armes. Ils affirment que, en lien avec les progrès de la société, les armes seront de moins en moins nécessaires, jusqu’à devenir superflues. Aujourd’hui, ils peuvent ajouter que le caractère suicidaire des armes de destruction massive et l’instinct de conservation de l’être humain ont fait de la guerre généralisée une absurdité. Dans une certaine mesure, ils ont raison : aucune bombe nucléaire n’a été utilisée depuis Hiroshima et Nagasaki. Mais ils ont tort en ce qui concerne à la fois l’armement non nucléaire et le nombre des conflits armés. Tous deux ont augmenté et bien minces paraissent les chances d’un renversement de tendance.

63Les « réalistes » de leur côté soutiennent que l’usage de la force armée a toujours été partie intégrante des relations humaines. Même si son emploi peut être canalisé et contenu dans des proportions acceptables, elle restera malgré tout l’ultime moyen de défense et de vengeance. Aussi longtemps que ceci se vérifiera — donc pour de longues années encore — elle demeurera une composante de notre environnement. Ils affirment de la même manière que les armes nucléaires ont jusqu’à aujourd’hui empêché le déclenchement d’un conflit nucléaire pour la simple raison que personne ne souhaite les utiliser. Leur abolition rendrait une fois de plus la guerre « conventionnelle » acceptable, avec toutes les conséquences que cela entraînerait. Les « réalistes » ne nient pas nécessairement la possibilité ni même l’intérêt de la maîtrise des armements, mais ils considèrent que ces efforts n’auront qu’un impact très limité. Ils se sont résignés à constater que les armements feront toujours partie de notre existence.

64Les pessimistes sont convaincus que le rôle de la puissance militaire ira en augmentant plutôt qu’en déclinant à l’avenir. Ils évoquent à l’appui de leur argumentation le monde troublé que nous avons décrit dans notre premier chapitre. Ils expriment leur scepticisme quant aux possibilités de résolution des conflits et d’établissement de la paix et doutent de la faisabilité et de la solidité à long terme de la maîtrise des armements et, davantage encore, du désarmement.

65Presque fatalement, de semblables prévisions d’un monde toujours plus hostile et tiraillé par les conflits sont appelées à devenir les facteurs de leur propre réalisation. Dans un environnement où persistent le refus et l’incapacité de contrôler et de renoncer aux armements, la logique veut que l’on se prépare à affronter le pire. Dans la plupart des cas, cela signifie faire appel à la force. Le tableau dressé par le pessimiste semble donc le moyen le plus sûr d’aboutir au genre de situation contre laquelle il veut se prémunir : une situation dans laquelle prévaut la loi du plus fort et où le recours aux armes met en danger la précaire sécurité que l’on avait acquise en s’armant.

66Mais des « visions du monde » plus particulières influent également sur l’attitude des Etats dans le domaine de l’armement. Indubitablement, les Etats-Unis et l’Union Soviétique ont des perceptions du monde très différentes. De la même manière, le regard que les pays en voie de développement portent sur le monde n’a rien de commun avec celui des pays industrialisés ; ils ont d’autres motifs d’inquiétude et perçoivent comme des dangers ou des difficultés ce que d’autres considèrent comme des chances, et inversement. Chaque pays voit l’avenir en fonction de sa propre situation. Ainsi les réactions aux événements sont-elles très hétérogènes : l’un restera indifférent quand le second s’inquiétera, alors que le troisième croira discerner un signe d’espérance. En pratique cette diversité se traduit par des décisions politiques différentes et, à partir de là, par des divergences d’opinions entre ceux qui voudraient davantage d’armements et ceux qui préféreraient en réduire l’importance. C’est cette multiplicité de points de vue qui rend si difficile l’obtention d’un accord, car elle aboutit à un très large éventail d’attitudes et d’attentes à l’égard de l’armement et du désarmement, et de la manière d’aborder concrètement le sujet.

Dixièmement, le désarmement est-il souhaitable ?

67Enfin il existe de profonds désaccords quant à la capacité du désarmement de sauver le monde de la catastrophe qui le guette. Ceux qui affirment son bien-fondé devront se soumettre à deux interrogations supplémentaires au moins : premièrement, quel type de désarmement souhaitent-ils et de la part de qui ? Deuxièmement, comment envisagent-ils le monde une fois que le désarmement aura été réalisé ?

68Les apôtres du désarmement constituent en fait un étrange assortiment. Il inclut tous ces hommes d’Etat des quatre coins du monde qui lancent des appels retentissants en sa faveur, tout en sachant bien que c’est de bonne publicité mais de mauvaise politique ; il comprend certains scientifiques et représentants d’Eglises qui y voient une obligation morale plutôt qu’une proposition réaliste ; enfin il compte un nombre croissant de citoyens ordinaires (essentiellement dans le monde occidental) qui craignent que l’accumulation incontrôlée des armes ne puisse conduire à autre chose qu’à un désastre.

69S’il est vrai que rares sont les individus qui s’opposent à l’idée du désarmement en tant que tel, beaucoup doutent qu’il soit réalisable ou même désirable dans un contexte précis. Ils ne peuvent concevoir un monde totalement désarmé, à moins et jusqu’à ce que le système international actuel, et en fait l’homme lui-même, aient fondamentalement changé. D’autres voient dans les plaidoyers en faveur du désarmement un complot de la part de mouvements politiques dont ils mettent en doute la sincérité. Ils affirment que tout pays devrait conserver des forces armées en quantité suffisante afin d’assurer sa défense à l’extérieur et sa sécurité à l’intérieur.

70Après avoir pesé le pour et le contre, on doit reconnaître que le désarmement n’est pas — ou pas encore — l’objectif unanime que certains voudraient croire : il est controversé car non immédiatement définissable ; sa réalisation effective laisserait le monde en face de problèmes peut-être différents, mais à peine moins difficiles à résoudre. Cette conclusion ne prouve pas que l’aspiration de l’humanité à une réduction des armements soit illégitime, au contraire. Cependant, elle démontre qu’un tel objectif ne sera favorisé ni par des appels formulés en termes généraux ni par une notion confuse du terme de « désarmement », des organes auxquels devrait incomber sa responsabilité, et du prix à payer en termes de sécurité, de souveraineté et de changement d’attitude des Etats les uns vis-à-vis des autres.

Un autre regard sur le désarmement

71Il doit cependant exister des moyens de ralentir la course aux armements, de réfléchir sur l’utilité et le risque des armes avant d’en mettre de nouvelles en service et de s’interroger sur le postulat apparemment irréfutable selon lequel la force armée est le moyen ultime et le plus sûr de résoudre les problèmes politiques.

72Faire le point avant de décider du développement d’importants systèmes d’armes, calmer l’appétit insatiable de ceux qui voient en l’accroissement des armements la seule réponse à leurs besoins de sécurité, réorienter la recherche vers des horizons plus fructueux de l’activité humaine, réduire les stocks d’armes là où elles ont perdu leur sens à la fois politique et militaire : autant de mesures — parmi tant d’autres — possibles et sans doute, désirables. Elles requièrent certainement des efforts plus poussés et de plus grande envergure que ceux qui ont été entrepris jusqu’à présent. Elles rendraient nécessaires de nouvelles initiatives et un sursaut d’imagination face à la complexité croissante de l’armement moderne et à son omniprésence sur la quasi totalité du globe.

73Il semble qu’une réduction significative des armements doive émaner avant tout d’une conception claire de l’avenir de l’ordre international et du rôle que doit y jouer la composante militaire. En d’autres termes, il serait naïf de croire que les Etats consentiront à des réductions substantielles de leurs capacités militaires — qui constituent la garantie principale de leur sécurité — s’ils n’en espèrent aucune compensation. Le minimum qu’ils puissent exiger est qu’aucune mesure de désarmement n’entraîne une diminution de leur sécurité. Tout ce qui dépasse ce minimum est à considérer comme un avantage qui augmentera l’attrait du désarmement.

74Compter sur les effets positifs du désarmement suppose la conviction qu’il contribuera à l’amélioration du climat international. Malheureusement, c’est rarement le cas. La séquence intervient le plus souvent sous un enchaînement différent : ce sont la stabilité et l’ordre qui rendent possible le désarmement et non l’inverse. Le désarmement n’est pas le guérisseur tout puissant des meurtrissures et des blessures ouvertes dont souffrent les Etats ; il devient possible seulement quand certaines de ces blessures ont été pansées et certaines des meurtrissures soulagées, lorsque la tension a baissé entre les adversaires et qu’ils ont pu relâcher leur vigilance. Mais le monde troublé que nous pouvons anticiper ne semble pas prendre cette direction. Au contraire, il promet de rester un terrain fertile à l’augmentation des armements et de fournir à ses partisans de multiples arguments à l’appui de leurs thèses.

75Il sera difficile de les réfuter. L’horizon politique des hommes d’Etat dans les pays démocratiques étant de quatre ans en moyenne — la durée entre deux élections —, personne ne peut leur assurer que la situation internationale à long terme sera telle qu’une réduction importante des armements serait dès aujourd’hui justifiée. En présence de perspectives aussi aléatoires, les politiciens sont unanimes pour préférer la certitude, aussi désagréable fût-elle, c’est-à-dire la poursuite des politiques d’armement dans un monde présumé instable, à l’aventure du désarmement dans un monde imprévisible, quoique potentiellement plus sûr. C’est un cercle vicieux fatidique, dans lequel l’armement gagne toujours la partie sur le désarmement. En effet, il répond aux inquiétudes concernant la sécurité à court terme, alors que le désarmement offre au mieux un chèque en blanc pour un accroissement de la sécurité à long terme.

76Et pourtant, combien d’« avenirs à court terme » l’humanité peut-elle encore s’offrir ? Combien de fois éluderons-nous la question en optant pour l’augmentation plutôt que la réduction des armements ? Autrement dit, qu’est-ce qui se passera si le désarmement, nucléaire ou conventionnel, partiel ou régional, échoue, non seulement comme objectif à long terme, mais comme alternative et contrepoids à une poursuite débridée de l’accroissement des capacités militaires ? La planète se désintégrera-t-elle ou s’envolera-t-elle en fumée si les Etats s’avèrent incapables de s’entendre sur des mesures réelles de réduction et de ralentissement de leurs politiques d’armement ?

77Sans doute faut-il répondre par la négative. Des inquiétudes injustifiées peuvent conduire à une résignation indue. Mais il se peut que nous ayons eu une chance extraordinaire jusqu’à présent. Nul ne peut affirmer sans risque de se tromper que cette chance durera éternellement. Les moralistes diront sans doute que la fortune se mérite par l’effort que nous y appliquons. Les réalistes admettront que, même si le risque d’une guerre nucléaire totale est faible, il ne peut être entièrement exclu. Tous s’accorderont vraisemblablement pour reconnaître que davantage peut et doit être fait pour réduire le danger si nous ne voulons pas solliciter exagérément notre bonne étoile. Mais des obstacles formidables encombrent la voie qui mène à des résultats même limités, sans parler d’un quelconque désarmement radical, nucléaire et conventionnel. La première chose à faire serait donc de les reconnaître dans toute l’étendue de leur complexité.

Notes

1 Cf. Neville Brown, « The Changing Face of Non-Nuclear War », Survival, XXIV/5, September/October 1982, p. 211.

2 Department of the Army, FM-100-5 Operations, Washington D. C., 1976, Ch. 2, par. 2, cité par Brown, op. cit.

3 Ceci pourrait changer au fur et à mesure qu’un plus grand nombre d’Etats découvrent la valeur stratégique et le potentiel de ressources de l’Antarctique et de l’espace extra-atmosphérique, et acquièrent les moyens de les exploiter.

4 Cf. Gert Krell, « The Problems and Achievements of Arms Control », Arms Control, 2/3, December 1981, p. 251.

Table des illustrations

Titre Tableau 3. 1 Accords de limitation des armements (avril 1986).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search