Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre II. L’armement dans le monde : un tableau accablant

Texte intégral

1L’accumulation démesurée des armes et l’échec des tentatives pour en maîtriser le processus entretiennent la crainte d’une catastrophe imminente. Il est difficile de savoir si cette crainte est justifiée. Cependant, une certitude demeure : à moins qu’intervienne un arrêt ou un renversement de la tendance décrite au chapitre précédent, il y aura toujours plus d’armes dans le monde, aux mains d’un nombre croissant de pays et avec un pouvoir de destruction supérieur à celui qui existe actuellement.

L’engrenage

2Dans un contexte de détérioration de la situation internationale, de fragmentation des structures et institutions existantes, de leur incapacité de plus en plus flagrante à fournir un cadre au maintien de l’ordre et à la stabilité et, donc, dans un environnement où grandit le sentiment d’insécurité, on ne peut espérer autre chose qu’une poursuite de la « course aux armements ». La puissance militaire qui nous entoure est plus grande que jamais et les occasions de l’utiliser semblent plus nombreuses. D’anciennes sources de conflit — comme les querelles de frontière ou l’oppression des minorités ethniques ou religieuses — se réaniment ; de nouveaux motifs de rivalité — comme le combat pour l’accès aux matières premières essentielles ou pour une distribution plus équitable de l’influence économique et politique dans le monde — se profilent à l’horizon. Ces conflits renforcent l’insécurité et l’instabilité. Lorsqu’ils s’expriment par les armes, ils ne peuvent appeller qu’à une multiplication des armes. Ils stimulent la production militaire et encouragent son transfert international.

3Il est assez tragique de constater que les horreurs d’un conflit armé incitent presque toujours à l’acquisition des armements plutôt qu’elles n’en détournent. Les conflits récents — toutes les guerres israélo-arabes, la guerre de l’Ogaden entre la Somalie et l’Ethiopie, la guerre Iran-Irak, l’intervention américaine à Grenade, les combats du Liban et le conflit anglo-argentin à propos des Iles Malouines — en sont la preuve. Ils font la double démonstration du manque de confiance accordée à la diplomatie et aux négociations, et de la foi excessive en l’utilité de la force armée.

4Mais d’autres raisons incitent à croire que l’empressement à se doter de moyens militaires ne sera pas de sitôt remis en cause. La diffusion de la technologie nucléaire qui doit servir à assurer les besoins énergétiques de demain porte en son sein le risque d’une prolifération des armes nucléaires. La tentation d’acquérir ces armes deviendra plus pressante si la poursuite de la détérioration de l’ordre international réussit à convaincre les Etats qu’elles sont seules capables de garantir leur sécurité extérieure. Par ailleurs, les ventes d’armes sont devenues une affaire très lucrative. Outre leur utilisation comme instrument politique, elles stimulent les économies nationales et contribuent à garantir l’approvisionnement en matières premières essentielles. De plus, l’acquisition d’armes modernes est souvent associée à des transferts de technologie, très appréciés par de nombreux pays en voie de développement.

5On a de multiples raisons de penser que la terre de demain portera des armes plus nombreuses et plus létales que celle d’aujourd’hui. Elles seront disséminées bien au-delà des traditionnels foyers de confrontation militaire, qui sont essentiellement les pays industrialisés. On peut à juste titre regretter que de vastes régions du Tiers-Monde soient entraînées dans le processus de militarisation. L’attrait des armes reste vif et nous serions en peine de prouver qu’elles ont perdu leur raison d’être dans un monde déchiré par les conflits. La plupart des gouvernements sont encore prêts à débourser des sommes énormes pour s’en procurer, même aux dépens du développement économique, du bien-être social et de l’éducation. Priorité est accordée à la recherche d’une sécurité plus grande et mieux garantie : soldats et armements semblent encore offrir le meilleur, sinon l’unique moyen d’y satisfaire.

Les dépenses d’armement, quelques chiffres

6Le résultat est bien connu : les données chiffrées du commerce mondial des armes parlent d’elles-mêmes. Bien sûr, elles peuvent être manipulées pour une multitude de raisons, nobles ou moins nobles. En même temps, il est difficile d’obtenir des chiffres précis : nous savons très peu de choses des dépenses d’armement des Etats communistes et à peine davantage de celles de nombreux autres pays. Or, dans un domaine aussi sensible, la prudence dans l’utilisation des données est non seulement souhaitable ; elle est d’abord une question d’honnêteté intellectuelle.

7Ceci dit, certains chiffres, même approximatifs, sont utilisables. Ils donnent une idée de l’importance des armements et forces armées dans le monde d’aujourd’hui. Ils indiquent aussi la direction vers laquelle s’achemine la planète si aucun changement fondamental n’intervient. Selon diverses estimations, environ 50 millions de personnes dans le monde participent directement ou indirectement à une activité militaire. Ce chiffre inclut :

  1. environ 25 millions de personnes dans les forces armées régulières ;
  2. quelque 10 millions dans les forces paramilitaires ;
  3. approximativement 4 millions de civils régulièrement employés dans les appareils de défense ;
  4. un nombre estimé à environ 500 000 de scientifiques et ingénieurs travaillant dans la recherche et le développement dans des buts militaires ;
  5. un minimum de 5 millions de personnes directement employées dans la production d’armements et autres équipements militaires spécialisés.

8Nous savons également qu’un pourcentage considérable (entre 3 et 11 pour cent) des matières premières, y compris le pétrole, est utilisé dans des buts militaires, qu’environ 120 milliards de dollars sont dépensés pour la recherche et le développement (R & D) militaires, c’est-à-dire environ un quart de toutes les dépenses de R & D, et que le commerce mondial des armes représente un montant annuel de 20 à 26 milliards de dollars.

9En 1984 le total mondial des dépenses d’armement approchait les 1000 milliards de dollars de l’époque (voir Tableau 2. 1), ce qui équivaut à environ 6 % du produit mondial brut. Rien n’indique que les dépenses d’armement soient en ralentissement et, a fortiori, en diminution. Au contraire, il faut tabler sur une augmentation annuelle de 2 à 6 %, ce dernier chiffre étant plus proche du taux de croissance actuel. Le monde industrialisé porte la responsabilité d’environ 75 % des dépenses totales d’armement : les pays de l’Alliance Atlantique y participent à raison de 43 %, dont 24 % pour les Etats-Unis, alors que 26 % sont imputables au Pacte de Varsovie, dont 24 % à l’Union Soviétique. Les autres pays industrialisés (essentiellement le Japon, l’Australie et les pays d’Europe non alignés ou neutres) entrent en ligne de compte à raison de 6 %. La part de la Chine est de 9 %, alors que celle de tous les autres pays en voie de développement ne représente au total qu’une modeste proportion de 16 %.

10Un examen attentif des données révèle un certain nombre de faits, pour partie inquiétants et pour partie rassurants. Inquiétants tout d’abord parce que les deux superpuissances dépensent à elles seules environ la moitié du total mondial des sommes destinées aux armements et ne laissent entrevoir aucun ralentissement de leur effort de défense ; inquiétants aussi parce qu’un certain nombre de pays en voie de développement — avec des exceptions notables cependant — ont accru leurs dépenses d’armement de manière substantielle, souvent bien au-delà de leurs besoins de sécurité et de leurs capacités économiques. Certains ont même acquis la capacité technique de produire un jour des armes nucléaires s’ils le jugent désirable. D’un autre côté, les montants des dépenses mondiales d’armement peuvent donner lieu à une interprétation plus rassurante. Dans la majorité des Etats, de l’Europe au Japon, en passant par l’Afrique et l’Amérique Latine, elles n’ont que très peu augmenté au cours de ces dernières années. Nombre d’entre eux, en particulier en Afrique Noire et en Amérique Latine, ont un budget militaire minimal ou inexistant. Certains affectent seulement un infime pourcentage de leur PNB à la défense (comme le Brésil avec 0,5 pour cent et le Mexique avec 0,6 pour cent en 1981). D’autres ont même réduit cette part. L’exemple le plus probant à cet égard est le Nigeria, le plus vaste des pays africains, dont les dépenses militaires ont décru en chiffres absolus aussi bien qu’en pourcentage du PNB, malgré un accroissement important de celui-ci (de 7,1 pour cent du PNB en 1975 à 2,1 pour cent en 1983).

Tableau 2. 1 Dépenses militaires mondiales (en millions de dollars US, au taux de change 1980)

Tableau 2. 1 Dépenses militaires mondiales (en millions de dollars US, au taux de change 1980)

1) Valeur supposée avec une marge élevée d’incertitude due aux différences dans les méthodes d’évaluation.
2) Source : Central Intelligence Agency, Press Release : Soviet Defense Spending, 22 February 1985, Data Correction.
3) Réduction des dépenses globales due au passage de l’Espagne dans le groupe de l’OTAN pour les données de 1983.
Sources : Pour 1973, World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1973, London, Taylor and Francis, 1973 ; pour 1983, ITSS, Military Balance 1985/86, London, 1985.

11La tendance générale à la militarisation connaît des exceptions dignes d’être relevées. L’expérience montre cependant que les dépenses affectées à la défense augmentent de manière vertigineuse dès le moment qu’un pays se trouve menacé ou impliqué dans un conflit. Il est regrettable de constate !·par exemple que les dépenses militaires d’une nation aussi pauvre que l’Ethiopie ont quadruplé entre 1975 et 1981, en conséquence de la guerre contre la Somalie et du combat intérieur contre les mouvements de libération. Le même constat peut être fait pour l’Iran et l’Irak depuis le début de leur conflit (bien qu’aucune donnée précise ne soit disponible). Il se vérifiait également dans le cas de l’Argentine avant son retour à la démocratie en 1983 ; ses dépenses militaires firent un bond de 1 à 10 milliards de dollars de 1975 à 1981, avec un accroissement supplémentaire dû au conflit des Malouines/Falklands en 1982.

  • 1 Voir par exemple « Struggle for Disarmament », Strategic Analysis, 6/1-2, April-May 1982.

12Ces observations viennent confirmer un fait trop aisément négligé par ceux qui se lamentent sur les implications désastreuses de la « course aux armements » : les armes sont, en général, la conséquence plutôt que la cause des conflits. Elles mettent aussi en évidence une dangereuse évolution que l’on a vue se dessiner depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en l’occurrence, le transfert du théâtre de guerre du Nord vers le Sud. L’amertume des observateurs du Tiers-Monde est donc compréhensible. Alors que 75 pour cent des dépenses mondiales d’armement sont imputables au monde industrialisé, il n’a connu lui-même qu’un nombre de conflits très limité durant les 37 années écoulées. En fait, parmi les 130 guerres menées dans le monde pendant cette période, sept seulement ont éclaté dans les pays industrialisés ; toutes les autres se sont déroulées — ou se déroulent — dans le Tiers-Monde.1 Il serait trop facile de prétendre que ce décalage est dû à la seule existence des armes nucléaires dans le Nord et à leur effet dissuasif. Mais il est certainement vrai que ces armes et les conséquences suicidaires de leur usage éventuel ont incité les pays du Nord à éviter la guerre. Beaucoup sont d’avis qu’elles ont préservé la paix parce que leur emploi équivaudrait à une destruction totale.

13Telle est la « face de Janus » des armes nucléaires. Il est impossible de savoir à quoi ressemblerait le monde d’aujourd’hui en leur absence. Elles sont une menace terrible et omniprésente pour la survie de l’humanité, mais précisément grâce à cette menace, elles peuvent avoir contribué à éliminer la guerre comme dernier recours de la politique, au moins pour ceux qui vivent sous leur couvert. On peut qualifier de démoniaque ce moyen d’empêcher les Etats de recourir à la guerre. Pourtant, à son actif, il faut admettre qu’il a fonctionné — du moins jusqu’à présent.

La fascination devant la bombe

14Un élément plus fondamental que les nécessités militaires et l’engrenage technologique pousse les Etats à acquérir et conserver l’arme nucléaire. Quelque part, enfouie dans la conscience de ceux qui la possèdent et de ceux qu’elle fascine, se loge la croyance selon laquelle, au-delà de la prévention de la guerre, elle est dotée de « pouvoirs » dont ne jouit aucune arme « traditionnelle ». Quelque chose de cette fascination fut saisi par un observateur politique, Walter Lippmann, peu après la Seconde Guerre mondiale. En 1946 il faisait remarquer que, pour la plupart de ses compatriotes américains, l’avènement de la bombe et des fusées nucléaires apparaissait comme :

  • 2 Cité par Lawrence Freedman, The Evolution of Nuclear Strategy, London, Macmillan, 1981, p. 48.

« l’accomplissement parfait de tous les désirs qui peuvent se projeter sur la réflexion en matière militaire. Enfin une guerre qui ne requiert aucun effort national, aucune conscription, aucun entraînement, aucune discipline, mais seulement de l’argent et du savoir-faire technique, dont nous disposons en abondance  ! Enfin la panacée qui nous permet d’être la plus grande puissance militaire au monde sans investissement de temps, d’énergie, de sueur, de sang et de larmes, ni même — en comparaison avec le coût d’une imposante armée — sans grand investissement financier ! »2

15Les Américains n’étaient pas les seuls à être profondément impressionnés par l’apparition de cette arme puissante. Staline entreprit des efforts immenses pour rattrapper les Etats-Unis. Depuis lors, les deux superpuissances n’ont cessé de considérer l’arme nucléaire tout à la fois comme un symbole de leur statut politique, un bouclier contre l’agression militaire, et un instrument diplomatique. La Grande-Bretagne, la France et la Chine lui attribuent une valeur similaire et un nombre considérable d’autres Etats voient dans sa possession, en plus d’une garantie de sécurité, une cause de distinction pour son détenteur.

16Cependant la fascination est en train de s’estomper. Les arsenaux qu’ont accumulés les deux superpuissances depuis les premiers jours de leur compétition nucléaire défient toute logique stratégique, politique et économique. Leur pouvoir destructeur est hors de proportion avec le rôle qu’ils sont supposés remplir, c’est-à-dire assurer la dissuasion mutuelle. Des deux côtés on se rend compte peu à peu que les gigantesques stocks d’armes nucléaires, plutôt que d’apporter une plus grande sécurité, ont eu l’effet inverse. Aujourd’hui les superpuissances sont des monstres nucléaires qui n’ont pas pu, malgré leurs énormes appareils militaires, empêcher le déclin de leur influence, ni résoudre les problèmes multiples qui les assaillent autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elles se sont empêtrées dans l’immensité de leur pouvoir, mais le courage, ou la perspicacité, leur manque pour ré-examiner conjointement son utilisation et l’adapter selon des canons qui ont un sens politique et stratégique.

17Les interrogations ne portent donc pas seulement sur la taille des arsenaux nucléaires, mais aussi sur leur utilité et leur destination future. Ces questions sont ouvertement discutées dans de nombreux pays, y compris les Etats-Unis. Ce n’est malheureusement pas le cas en Union Soviétique. Ce débat opportun à propos du rôle et des dangers de l’arme nucléaire nous rappelle qu’elles ne peuvent ni ne doivent être la réponse ultime à la quête de l’humanité pour la sécurité et pour la paix. Nous n’avons pas non plus la certitude que la barrière nucléaire érigée contre la guerre résistera indéfiniment. Il nous faut affronter l’effrayante perspective de l’utilisation possible des armes nucléaires, dont le risque est ravivé par deux développements récents.

18Le premier a trait à l’accroissement incessant du nombre des armes nucléaires. Il n’existe apparemment aucun niveau de saturation au-dessus duquel les puissances nucléaires, grandes et petites, décideraient d’arrêter leur production. D’où la crainte qu’une accumulation gratuite ne conduise tôt ou tard à la guerre. Cette peur est-elle irrationnelle ? Par nature, les sentiments humains sont rarement rationnels. Même ceux qui croient au rôle dissuasif des armes nucléaires admettent qu’elles sont trop nombreuses. Si, une fois de plus, il est difficile d’obtenir des chiffres précis, de simples approximations sont suffisamment consternantes.

19Les cinq puissances nucléaires — les Etats-Unis, l’Union Soviétique, la Chine, la France et la Grande-Bretagne — possédaient en 1985 largement plus de 50 000 armes nucléaires de types divers (voir Tableau 2. 2). Les forces stratégiques américaines portent environ 10 100 têtes nucléaires dont la puissance explosive totale équivaut à quelque 3600 mégatonnes. Les forces stratégiques soviétiques sont équipées de 9900 têtes nucléaires qui, parce qu’elles sont en général plus grosses que leurs homologues américaines, ont une puissance explosive supérieure à celle de ces dernières : elle équivaut à environ 5800 mégatonnes (chiffres pour l’année 1985, d’après le Military Balance 1985-1986). Aucun des deux pays ne paraît se satisfaire de ce qu’il possède. Tous deux sont engagés dans de vastes programmes de développement de leurs armes nucléaires, devenus comme prisonniers de leur quête de sécurité éternellement inassouvie. D’ici la fin de la décennie ils auront ajouté quelques milliers d’armes nucléaires à leurs arsenaux actuels, à moins qu’ils ne parviennent à s’entendre sur des réductions substantielles dans l’intervalle. La France et la Chine également modernisent et accroissent constamment leurs arsenaux nucléaires. La Grande-Bretagne a décidé de remplacer ses missiles Polaris vieillissants (installés sur des sous-marins) par les missiles Trident II beaucoup plus puissants, que déploient également les Etats-Unis.

Tableau 2. 2 Les arsenaux nucléaires dans le monde, 1945-1982.

Tableau 2. 2 Les arsenaux nucléaires dans le monde, 1945-1982.

Source : « Military Record of CBR/Atomic Happenings », Aviation Studies, January 1982 ; Natations Unies Etude d’ensemble des armes nucléaires. Un Document A/35 392, New York, 1980.
Note : A cause du manque d’informations concernant la production de nouveaux modèles de têtes nucléaires, le recyclage des têtes existantes et le retrait des modèles les plus anciens, des incertitudes demeurent dans ces estimations. La modernisation des forces nucléaires tactiques et stratégiques des Etats-Unis, de l’Union Soviétique, de la France et de la Grande-Bretagne pourrait entraîner la production d’environ 45 000 à 60 000 nouvelles têtes nucléaires d’ici la fin du siècle. La recente décision américaine de ne pas poursuivre de négociations avec l’URSS sur un traité d’interdiction générale des essais nucléaires, ajoutée à la déclaration selon laquelle l’arsenal nucléaire américain serait à un niveau excessivement bas, indique qu’un important programme de modernisation est en route aux Etats-Unis.

20Personne ne peut prévoir comment cette accumulation continuelle des armements affectera la stabilité et la sécurité internationales. Les optimistes n’en sont pas trop préoccupés. Ils font remarquer, non sans justifications, que l’accumulation des armements en tant que telle n’a pas déclenché les guerres : ce sont plutôt les conflits qui en portent la responsabilité. Tout en faisant des concessions sur ce point, les pessimistes affirment que, si la guerre intervenait pour une raison ou pour une autre, elle n’en serait que plus catastrophique. De plus, on ne peut exclure l’éventualité toujours présente d’une guerre par accident, résultat d’un malentendu ou d’une rupture de communication. L’hypothèse selon laquelle l’existence des armes nucléaires aurait éliminé une fois pour toutes la guerre entre ses détenteurs paraît pour le moins dangereusement optimiste. Dans ces circonstances, il est surprenant qu’aucun mouvement d’opinion général en faveur de la réduction des armements ne se soit manifesté pendant une très longue période. Cette énigme n’a reçu aucune explication satisfaisante. Peut-être est-elle liée à l’incapacité humaine de se représenter dans toute son horreur le pouvoir de destruction des armes modernes ? L’enfer de Dresde en février 1945, dans lequel plusieurs centaines de milliers de personnes furent tuées par des bombes « conventionnelles » et les holocaustes nucléaires de Hiroshima et Nagasaki sont des modèles inadéquats et peut-être même trompeurs qui ne nous permettent pas de saisir ce dont sont capables les armes d’aujourd’hui, soient-elles conventionnelles ou nucléaires. Pour la majorité d’entre nous, leurs effets sont trop abstraits et trop horribles pour que nous comprenions ce qu’elles signifient en réalité. Peut-être est-ce la raison pour laquelle l’humanité est restée quasiment impassible pendant de si longues années.

21Mais ce ne sont pas seulement l’augmentation quantitative des armes et l’accroissement simultané de leur pouvoir destructeur qui inquiètent aujourd’hui. On commence à se demander si leur perfectionnement technique constant n’est pas en train de miner les fondations du barrage qu’est supposé ériger leur potentiel de destruction contre l’éventualité d’une guerre nucléaire. Rien ne serait plus dangereux. Malgré tout, cette hypothèse ne peut être exclue.

22La révolution technologique actuelle, principalement dans le domaine électronique, a eu pour conséquence une amélioration tout aussi révolutionnaire de la qualité des armements. Les missiles équipés de têtes nucléaires atteignent un degré de fiabilité et de précision considéré comme inaccessible il y a seulement quelques années. Grâce à la combinaison de ces deux qualités, les ogives peuvent frapper et détruire des objectifs plus petits sur des distances de plus en plus grandes et avec une probabilité croissante de succès. Ce que l’on désigne par le terme significatif de « frappe chirurgicale » passe dans le domaine du possible : comme le neurologue dirige son scalpel vers le centre nerveux du patient, un missile peut être ajusté avec la plus grande précision en direction des centres politiques et économiques vitaux de l’ennemi sans causer de dommages au reste de son « corps ».

23En pratique cela signifie, au moins au sens technique, que la guerre nucléaire peut être limitée. Elle n’aurait pas la forme du « big bang » que tout le monde craint et veut prévenir, mais se manifesterait par le chuintement étouffé d’armes de petite taille, extrêmement précises, qui garantissent une destruction ponctuelle sans dévastation générale. En même temps, l’avantage reviendrait à qui frappe le premier : s’il existe une probabilité suffisante qu’une précision mortelle éliminerait la capacité de l’ennemi à frapper en retour, la tentation de la première frappe pourrait devenir irrésistible dans un moment de crise grave. Ainsi, par la petite porte du « progrès » technologique, la guerre pourrait redevenir non seulement une option politique, mais aussi une possibilité militaire.

24Il n’est donc pas surprenant que, stimulée par de tels succès technologiques, l’idée de mener, et même de gagner une guerre nucléaire soit développée ouvertement dans la littérature américaine et, on peut le supposer, secrètement étudiée en Union Soviétique. L’ironie la plus pernicieuse des armes nucléaires serait que personne n’accepte d’abandonner les « mastodontes » parce qu’elles sont indispensables au maintien de la dissuasion nucléaire et qu’en même temps, tout le monde opte en faveur des « miniatures » parce qu’elles offrent une chance de gagner la guerre au cas où la dissuasion échouerait. Il faut garder à l’esprit ce paradoxe lorsque l’on aborde la question de la faisabilité, de l’intérêt et tout d’abord de la possibilité du désarmement nucléaire.

La maîtrise des armements : beaucoup d’incertitudes

25Le tableau mondial de l’armement en général, et des armes nucléaires en particulier, n’est guère encourageant. C’est pour une fois un monde d’abondance où les privations sont rares et où les signes d’une diminution prochaine ne brillent pas par leur profusion. En même temps, c’est un monde où retentissent de plus en plus fort les appels à la réduction des arsenaux, à l’arrêt de la production et de la diffusion des armes, voire à un désarmement radical.

26A première vue, ceci paraît compréhensible. L’accumulation des armes et leur perfectionnement croissant sont effrayants. Les chiffres que l’on évoque — nous en avons cité quelques-uns — jettent l’épouvante. Les horreurs de la guerre nucléaire font partie du discours quotidien et, jour après jour, des témoignages télévisés mettent en image les terribles effets des armes « conventionnelles » utilisées dans les innombrables guerres qui infestent la planète. Des milliers d’appels font pression sur les gouvernements pour demander l’arrêt de la course aux armements et la mise en route d’un désarmement effectif.

27Jusqu’à présent sans grand résultat. En réalité, il y a eu et il y a encore des efforts, le plus souvent tièdes et laborieux, pour aboutir à des accords sur l’interdiction ou la réduction de certaines armes. De nombreuses négociations ont échoué. Celles qui furent couronnées de succès produisirent des résultats marginaux dans leur portée et sans conséquences dans leurs effets. Elles ne firent guère plus que proscrire les armes dont la possession, en tout état de cause, n’intéressait personne. Le développement et l’acquisition d’armes plus puissantes par un nombre grandissant de pays put donc se poursuivre à un rythme de croisière, sans aucune entrave.

28Cependant, l’atmosphère a changé. L’utilité d’un entassement d’armes toujours plus coûteuses et dotées d’un pouvoir destructeur de plus en plus grand soulève de nouveaux doutes. On réalise peu à peu, assurément dans de nombreux pays occidentaux, mais ailleurs aussi certainement, que les armes, ou plus précisément leur multiplication ne couvrent pas nécessairement les frais d’une plus grande sécurité. Ce n’est pas la pénurie mais plutôt l’abondance des armements qui incite à douter de leur valeur et du besoin d’en ajouter toujours davantage aux vastes stocks déjà existants. En conséquence, aucun pays ne semble se sentir plus sûr aujourd’hui qu’il y a dix ou même trente ans. Cependant, beaucoup agissent encore comme si des armes en plus grand nombre et d'une plus grande puissance étaient la meilleure ou la seule solution à leurs problèmes de sécurité, trouvant consolation dans l'idée que tous les autres ou presque font de même. Tôt ou tard il leur faudra découvrir qu'en fin de compte, personne n'a vraiment marqué de points ni ne se sent en plus grande sécurité aujourd'hui.

29En même temps, nous sommes devenus plus sceptiques quant aux potentialités du désarmement et de la « maîtrise des armements ». Après chaque guerre mondiale, l'humanité entretint de grands espoirs de réduire substantiellement les arsenaux et forces armées. Pendant l'entre-deux guerres, puis vers la fin des années 1950, des plans ambitieux de désarmement général et complet (DGC) furent mis à l'ordre du jour respectivement des débats de la Société des Nations et des Nations Unies. Ces projets furent l'objet de discussions intenses au sein d'assemblées innombrables et réunissant toujours plus de participants, pour être en fin de compte tranquillement voués à l'oubli. Aujourd'hui ils sont ensevelis sous des piles de déclarations d'intentions plus ou moins sincères.

  • 3 Robert E. Osgood, Préface à Richard Burt (ed.), Arms Control and Defence Postures in the 1980’s. B (...)

30Au début des années 1960 émergea l'idée de la « maîtrise des armements  » qui provenait d'abord des Etats-Unis. Selon le concept développé à l'époque, la « maîtrise des armements », contrairement au désarmement, n'avait pas pour but de supprimer, ni même de réduire les arsenaux existants. Son premier objectif était de freiner et régir la course à la puissance militaire en la rendant, grâce à des accords mutuels, plus stable, plus prévisible, moins provocatrice, plus sûre pour la santé de l'homme (une des raisons principales de l'interdiction des essais nucléaires dans l'atmosphère) et moins onéreuse. En outre, une maîtrise des armements efficace aurait pu rendre l'usage éventuel des armes plus humain, moins destructeur et plus susceptible de rester sous contrôle politique. 3

31La maîtrise des armements est donc moins ambitieuse dans ses objectifs et plus flexible dans sa méthode que le désarmement. Elle n'a pas pour but d'extirper les racines profondes du processus d'armement, ni de freiner ses mécanismes d'entraînement. Sa mise en œuvre ne peut porter un réel préjudice à ceux qui y participent — en premier lieu les superpuissances – ni modifier le postulat de base selon lequel les armements demeurent l'instrument essentiel de la sécurité et de l'exercice d'une influence sur d'autres Etats. Il est important de se souvenir que l'Union Soviétique n'a jamais entièrement partagé l'interprétation américaine de la maîtrise des armements. Même si elle avait exprimé son accord sur l'intérêt de mettre des bornes à une course aux armements illimitée et coûteuse, et de réduire certains des stocks existants, elle n'a jamais considéré la maîtrise des armements comme une alternative à l'armement (comme ce fut souvent le cas aux Etats-Unis et en Europe). Elle la concevait comme l'un des divers moyens d'améliorer sa position stratégique et, par voie de conséquence, d'accroître sa sécurité. Il y a donc à l'origine un malentendu entre l'Est et l'Ouest au sujet de la fonction de la maîtrise des armements et de ses objectifs possibles ou souhaitables.

32Assez curieusement d'ailleurs, la « maîtrise des armements » en vint à être identifiée à la détente. Elle est souvent considérée soit comme l'accoucheuse de la détente, soit comme son produit essentiel. Or l'expérience montre qu'elle ne peut, dans la meilleure hypothèse, que fournir la base commune d'un dialogue entre l'Est et l'Ouest et entre les deux superpuissances. Elle peut aussi contribuer à une certaine amélioration de la compréhension des points de vue et des intérêts de la partie adverse. Dans le pire des cas, elle suscite de vains espoirs en laissant croire à l’existence d’une réelle communauté d’intérêts entre les participants et en suggérant que celle-ci pourrait donner naissance à de multiples formes de coopération. Aujourd’hui il faut reconnaître que la maîtrise des armements n’a conduit à accroître ni la sécurité, ni la confiance mutuelle. Le désir de dépasser la guerre froide et de freiner la course aux armements lui ont imposé des tâches qu’elle n’était pas en mesure d’assumer.

33Que la maîtrise des armements soit objet de scepticisme et de perplexité est donc à peine surprenant. Mais, d’un autre côté, des sentiments analogues s’expriment à l’égard de la course aux armements. Il semble que nous soyons placés au confluent des deux courants. Ceux qu’ont découragés les résultats ambigus de la maîtrise des armements devraient reconnaître qu’ils en ont trop attendu, ou n’ont pas réussi à s’adapter à la nouveauté des circonstances. En fait, elle peut jouer un rôle utile si elle reste partie intégrante de la politique de sécurité extérieure et n’est pas grevée de missions qu’elle est incapable de remplir.

34Ceux qui demandent aujourd’hui le désarmement général et l’abolition des armes nucléaires paraissent considérer que les mesures qu’ils réclament seraient tout à fait réalisables si seulement les gouvernements avaient le courage de les prendre. Ils ne se rendent pas compte des difficultés énormes qui pavent le chemin de ces mêmes gouvernements, y compris les plus courageux. En réalité, ils n’ont pas poussé jusqu’au bout leur réflexion sur la totalité et la complexité des implications d’un abandon total et universel des arsenaux militaires. Ici encore, un peu de réalisme est nécessaire.

Notes

1 Voir par exemple « Struggle for Disarmament », Strategic Analysis, 6/1-2, April-May 1982.

2 Cité par Lawrence Freedman, The Evolution of Nuclear Strategy, London, Macmillan, 1981, p. 48.

3 Robert E. Osgood, Préface à Richard Burt (ed.), Arms Control and Defence Postures in the 1980’s. Boulder Col. and London, Westview/Croom Helm, pp. IX-X.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. 1 Dépenses militaires mondiales (en millions de dollars US, au taux de change 1980)
Légende 1) Valeur supposée avec une marge élevée d’incertitude due aux différences dans les méthodes d’évaluation.2) Source : Central Intelligence Agency, Press Release : Soviet Defense Spending, 22 February 1985, Data Correction.3) Réduction des dépenses globales due au passage de l’Espagne dans le groupe de l’OTAN pour les données de 1983.Sources : Pour 1973, World Armament and Disarmament, SIPRI Yearbook 1973, London, Taylor and Francis, 1973 ; pour 1983, ITSS, Military Balance 1985/86, London, 1985.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Tableau 2. 2 Les arsenaux nucléaires dans le monde, 1945-1982.
Légende Source : « Military Record of CBR/Atomic Happenings », Aviation Studies, January 1982 ; Natations Unies Etude d’ensemble des armes nucléaires. Un Document A/35 392, New York, 1980.Note : A cause du manque d’informations concernant la production de nouveaux modèles de têtes nucléaires, le recyclage des têtes existantes et le retrait des modèles les plus anciens, des incertitudes demeurent dans ces estimations. La modernisation des forces nucléaires tactiques et stratégiques des Etats-Unis, de l’Union Soviétique, de la France et de la Grande-Bretagne pourrait entraîner la production d’environ 45 000 à 60 000 nouvelles têtes nucléaires d’ici la fin du siècle. La recente décision américaine de ne pas poursuivre de négociations avec l’URSS sur un traité d’interdiction générale des essais nucléaires, ajoutée à la déclaration selon laquelle l’arsenal nucléaire américain serait à un niveau excessivement bas, indique qu’un important programme de modernisation est en route aux Etats-Unis.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search