Version classiqueVersion mobile

Les défis de la paix

 | 
Curt Gasteyger

Chapitre premier. Le monde de demain

Texte intégral

Nous ne devrions pas être paralysés par la peur mais stimulés à relever le défi
Dean Acheson,
Private Thoughts on Public Affairs, épilogue

Le signe sur le mur

1Nous vivons dans un monde dangereux. Tout porte à croire que le risque ira en s’accentuant. Certains croient déjà lire le signe sur le mur. Des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour nous mettre en demeure de changer de direction si nous ne voulons pas aboutir un jour à une catastrophe sans précédent. Personne ne peut savoir si ces sombres prédictions se concrétiseront. Mais devant la convergence d’une multiplicité d’événements troublants — de l’explosion de la navette spatiale américaine « Challenger » à la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en passant par le boom démographique et la prolifération des conflits — ce serait faire preuve d’un bien grand optimisme que de rejeter en bloc toutes ces prévisions.

2Le fait est que nous avons assisté ces dernières années à une détérioration générale de la situation internationale. L’écart en termes de richesse et de progrès technique entre le monde industrialisé et la plupart des pays en voie de développement a eu tendance à s’accroître. En même temps, les taux de croissance de tous les pays industrialisés de l’Ouest et de l’Est ont très sérieusement diminué ; la récession économique et monétaire occidentale se prolonge, invitant au protectionnisme et à la réaffirmation d’intérêts purement nationaux. Des signes d’une reprise économique modeste, en particulier aux Etats-Unis, commencent à se dessiner, mais il est impossible de dire avec certitude s’ils indiquent le début d’un essor durable ou sont seulement la manifestation d’un phénomène passager. Les économies des pays communistes ont également atteint un seuil critique. Afin d’accroître leur productivité, elles ont un besoin urgent de réformes, de nouvelles technologies et d’investissements massifs, ensemble de facteurs dont aucun n’est immédiatement disponible.

3D’un autre côté nous avons été témoins d’un processus de diversification dans ce qu’on appelle le « Τiers-Monde ». Certains pays — trop peu nombreux — qui bénéficiaient soit de larges revenus de l’exploitation pétrolière, soit d’un système politico-économique particulièrement orienté vers l’industrialisation et un haut niveau de productivité, ont fait l’expérience d’un développement économique remarquable.

4Mais la majorité des pays en voie de développement sont presque aussi pauvres qu’il y a dix ans. Leur avenir est hypothéqué par l’instabilité interne et l’inadéquation des infrastructures, par une croissance débridée de la population et des villes, par le chômage, l’agitation incessante de minorités eth- niques ou religieuses, le poids de la dette extérieure et, fréquemment, par l’hostilité de l’environnement international. Toutes ces perturbations ne peuvent que créer des tensions à l’intérieur et souvent aussi avec le monde extérieur. Elles font obstacle à un développement économique soutenu et détournent des ressources rares vers des dépenses non productives, dont l’armement.

5L’amélioration récente des relations entre le monde industrialisé et les pays en voie de développement est une piètre consolation. Si la politique des « fronts » a disparu de part et d’autre — en supposant qu’elle ait jamais existé —, si les négociations ont largement remplacé la confrontation et si l’on constate un progrès dans certains domaines, la substance du problème — la distribution inégale de la richesse et du pouvoir — reste la même. Elle demeurera très longtemps encore la source des frictions et des conflits.

6D’autre part, les relations Est-Ouest se sont détériorées. La « détente », qui facilita à une époque la communication et la coopération entre les démocraties occidentales et les états socialistes, est en crise. A l’évidence, on en avait trop attendu des deux côtés : on espérait une réduction substantielle des armements à la suite du premier accord américano-soviétique sur la limitation des armements stratégiques (SALT 1) en 1972, et une coopération économique mutuellement bénéfique, avec en sus une nette amélioration de la sécurité européenne après la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) et la signature solennelle de son Acte Final à Helsinki en août 1975. Peut-être l’Ouest croyait-il aussi à une libéralisation progressive de l’Europe de l’Est ?

7Aucun de ces espoirs ne fut exaucé. Les négociations sur la maîtrise des armements aboutirent rapidement à une impasse et elles y demeurèrent. La sécurité européenne fut hypothéquée par l’ombre sans cesse grandissante des nouveaux missiles soviétiques dirigés contre l’Europe de l’Ouest — et au-delà —, par les plans de l’Alliance Atlantique pour la modernisation de son armement nucléaire sur le continent, par une crise toujours plus profonde et apparemment insoluble en Pologne, et, enfin et surtout, par l’intervention soviétique en Afghanistan. Le rêve européen d’une amélioration lente mais continue d’une situation politique profondément marquée par les blessures de la seconde guerre mondiale et l’hostilité de la guerre froide s’évanouit brusquement. La désillusion politique fut aggravée par la récession économique et le chômage croissant à l’Ouest, par le fléchissement de l’économie et les incertitudes politiques à l’Est.

A contre-courant de l’histoire

8L’âpreté d’une compétition économique de plus en plus aigüe et le sentiment croissant d’insécurité ont plus crûment que jamais mis en relief le manque de leadership politique. Ils ont révélé au grand jour les faiblesses et les carences des structures politiques et économiques de nombreux pays et de la plupart des organisations internationales. Toutes ces structures avaient été conçues et érigées à une époque où la croissance et la prospérité étaient supposées être, sinon déjà une réalité, du moins un résultat facilement accessible. Elles étaient et restent mal préparées à affronter une époque difficile, marquée par une crise imminente et des dangers multiples.

9Nous nous trouvons en face d'un étrange paradoxe, aussi inquiétant que caractéristique de la confusion qui règne dans nos esprits : la prétention de vivre dans un monde en « interdépendance » croissante, dans lequel chaque pays est plus ou moins directement lié aux autres, est chaque jour contredite par les actions de ces mêmes pays. A l'évidence, les égoïsmes nationaux sont encore bien vivants ! Alors qu'en théorie chacun admet que la réponse à la plupart des problèmes mondiaux ne peut être trouvée que par le biais de la coopération internationale, la pratique s'oriente en sens inverse : on se tourne vers soi-même plutôt que vers l'extérieur. On essaie de traiter unilatéralement les questions qui ont une dimension internationale dès que l'on estime qu'elles exigent une action immédiate, sans attendre les résultats souvent incertains des négociations multilatérales. Les décisions nationales improvisées l'emportent sur les solutions internationales ou régionales à long terme, que ce soit dans le domaine des échanges commerciaux, de l'inflation, du chômage, de la protection de l'environnement ou de la résolution des conflits.

10Une telle attitude semble incohérente à une époque où l'on se targue tant d'« interdépendance ». Elle se pose ostensiblement à contre-courant du flot de l'histoire et, de fait, contredit l'aspiration de l'humanité à la survie commune. Même si nous sentons instinctivement que ce retour au nationalisme et au « chacun pour soi » est un défi à l'expérience et va à l'encontre des exigences de l'avenir, le poids de l'habitude nous pousse malgré tout à y recourir. Dans la mesure où un tel comportement nuit à la coopération internationale, il contribue à alimenter un sentiment d'insécurité qui devient le lot quotidien d'une part croissante de l'humanité. Contrairement à toutes les proclamations, notre monde va en se fragmentant au lieu de s'unifier. Les raisons en sont multiples. En premier lieu, la domination jadis incontestée des Etats-Unis sur une large partie du globe a très fortement décliné. Cette domination, avec toutes ses carences et ses inaptitudes, avait permis l'instauration d'une sorte de Pax Americana concourant à maintenir un certain degré d'ordre et de stabilité dans un monde en mutation rapide. L'acceptation du leadership américain était volontaire, même si non dénuée de réserves. Ceci permettait une certaine cohésion au sein des institutions internationales et fournissait un certain cadre de coopération. De son côté, l'Union Soviétique imposait une discipline rigide à ses alliés dans un empire qui s'étendait de l'Europe centrale au 38e parallèle en Corée. La règle ne connaissait que très peu d'exceptions et excluait les conflits.

11Les Etats-Unis et l'Union Soviétique ont tous deux perdu beaucoup d'influence sur leurs alliés et amis respectifs, quoique de manière différente. La Yougoslavie d'abord, la Chine ensuite, ont contesté le statut de guide infaillible vers la réalisation du communisme que s'était arrogé l'Union Soviétique. Aujourd'hui, elle ne constitue plus le modèle économique et culturel de référence pour les sociétés d'Europe de l'Est et les pays en voie de développement. L'Europe occidentale et le Japon sont devenus économiquement plus puissants et politiquement plus conscients de leur identité à l'égard des Etats-Unis. Ils sont actuellement leurs rivaux autant que leurs partenaires, même s'ils dépendent encore de la protection nucléaire américaine. Enfin, au fur et à mesure que s'accroissent le poids économique et financier, ainsi que les capacités militaires de nombreux pays en voie de développement, les deux superpuissances doivent prendre plus au sérieux leur désir de demeurer non-alignés.

12En second lieu, la réduction de la présence politico-stratégique américaine après la guerre du Vietnam a entraîné dans son sillage la dissolution ou la rupture de fait de plusieurs accords et pactes de sécurité. Dans de vastes régions du Tiers-Monde, elle laissa la porte ouverte aux rivalités entre les Etats locaux et à l’expansion soviétique, qui atteignit des zones dont l’URSS avait été quasi absente jusqu’à la fin des années 1960. De nombreux indices — tels qu’une multiplication des traités bilatéraux d’amitié et de coopération avec des pays du Tiers-Monde — portent à croire que l’URSS a l’intention de persévérer dans cette direction, ce qui pourrait conduire à de brusques réactions de la part des Etats-Unis ou des pays en voie de développement eux-mêmes. Mais ceci ne fera que renforcer la tendance à la diversification de la communauté internationale. Ainsi la réapparition de blocs rigides étroitement contrôlés par l’une ou l’autre des superpuissances paraît-elle peu probable dans un proche avenir.

13Troisièmement, la diversité des points de vue et des intérêts entre les 170 Etats du monde se reflète dans l’hétérogénéité croissante au sein des organisations internationales. Le mouvement des « non-alignés » a éclaté en de nombreuses factions. Il semble retrouver son unité seulement dans les cas où il fait front contre l’Occident pour exiger une augmentation de l’aide et une distribution plus équitable des richesses. Cependant, quand il s’agit de se prononcer sur des sujets particuliers, les déclarations dépassent rarement le niveau des généralités qui n’engagent leurs auteurs qu’en théorie.

14La Ligue Arabe subit des tensions sérieuses à la suite des accords de Camp David et de la multiplication des conflits entre certains de ses membres. Elle a éclaté en divers groupes de composition changeante dont les attitudes varient au gré des événements. L’Organisation des Etats Américains (OEA) souffre d’un antagonisme de plus en plus aigu entre son membre le plus puissant, les Etats-Unis, et de nombreux pays latino-américains, alors même que les conflits entre ces derniers et en leur sein ne font pas mine de s’apaiser. Elle manque de la cohésion et de l’influence nécessaires pour pouvoir contribuer efficacement à accroître la stabilité et à promouvoir un processus de changement pacifique dans une région aussi agitée que l’Amérique Centrale. L’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) quant à elle, a réalisé quelques modestes progrès dans son champ d’action. Elle a exigé de la part de tous les Etats membres le respect d’une règle de comportement qui ne tolère aucune exception : l’abstention de toute modification des frontières nationales. Elle a pris cette décision sachant bien que toute tentative dans ce sens, en particulier toute tentative réussie, déclencherait aussitôt une avalanche de revendications visant au changement pacifique ou violent de frontières qui restent avant tout artificielles et arbitraires. Tenir le couvercle fermé sur une telle boîte de Pandorre n’est pas le moindre des succès. Cette performance a fait beaucoup pour le maintien de la paix et la stabilité entre la plupart des pays africains.

15Mais l’OUA n’a pas été capable d’empêcher des conflits comme ceux qui sévissent entre l’Ethiopie et la Somalie (créant un dangereux précédent par la remise en cause des frontières nationales), entre la Tanzanie et l’Ouganda, le Maroc et la Mauritanie. Elle est restée impotente devant l’intervention libyenne au Tchad. Son efficacité, comme celle des organisations-soeurs des autres continents, est entravée par la diversité de ses membres et la limitation de son pouvoir exécutif.

16Dans le monde industrialisé du Nord, on observe une nette réaffirmation d’intérêts nationaux étroits qui se traduit par l’hétérogénéité croissante d’organisations ayant fait preuve jusque là d’une grande cohésion. L’Union Soviétique a de plus en plus de difficultés à maintenir l’unité parmi ses alliés de l’Europe de l’Est, au niveau où elle a existé pendant presque trois décennies. Ceci se vérifie aussi bien au sein du Conseil d’Assistance Economique Mutuelle (CAEM ou « Comecon ») qu’au sein de l’Organisation du Pacte de Varsovie, où la supériorité militaire soviétique demeure incontestée.

17L’Alliance Atlantique fait l’expérience de graves tensions entre les Etats-Unis et l’Europe Occidentale. Ces tensions portent sur des questions aussi essentielles que la doctrine stratégique, les politiques économiques et monétaires, et le comportement à adopter à l’égard de l’Union Soviétique, à la fois sur le continent et dans le Tiers-Monde. Bien sûr, certains désaccords sont passagers : ils se font et se défont naturellement comme dans toute libre association d’individus et d’Etats. Mais leur multiplication et la profondeur de plusieurs d’entre eux reflètent un changement plus fondamental des relations européo-américaines. Deux phénomènes majeurs en sont la cause : premièrement une « émancipation » des alliés européens vis-à-vis du leadership américain et, par suite, des points de vue souvent divergents sur leurs politiques et leurs rôles respectifs dans les affaires internationales. Même s’ils admettent la position dominante des Etats-Unis dans le monde occidental, avec le statut et les responsabilités spécifiques qui en découlent, les Européens se sentent plus libres de la remettre en cause quand elle vient à interférer avec leurs propres intérêts. La liste des différends s’allonge au fur et à mesure que s’aiguise la compétition économique et technologique et qu’évoluent les perceptions politiques. La complexité des enjeux ne prête pas facilement au compromis, et encore moins à l’action commune. L’étoffe de l’Alliance, qui a résisté jusqu’à présent à des dissensions répétées, semble soudain trop fragile pour lui permettre de supporter et de résoudre des conflits plus sérieux.

18La Communauté Européenne est peut-être le lieu où les tendances centrifuges se font le plus durement ressentir. Sa stagnation est due pour une large part au laborieux processus d’élaboration des décisions en son sein, qui revient le plus souvent au choix du plus petit dénominateur commun. Si l’on se réfère à ses objectifs, à son cadre constitutionnel, à la confian ce commune qu’accordent ses membres à la démocratie parlementaire, la Communauté apparaissait comme la plus prometteuse de toutes les organisations internationales de l’après-guerre. Mais sa force motrice — l’idée d’associer étroitement des pays aux options semblables en vue d’assurer la prospérité et la paix en Europe — est de plus en plus paralysée par la résurrection des égoïsmes nationaux et le développement d’une « eurocratie » tentaculaire. Un mécanisme qui fonctionnait tout juste à une époque où l’économie était en plein essor et les prévisions à la hausse révèle ses faiblesses et ses imperfections dans une période plus difficile de récession et de déficits budgétaires. Il n’est donc pas surprenant que la Communauté ait perdu une grande partie de son dynamisme originel. Elle aurait dû conduire l’Europe de l’Ouest à une plus grande unité politique, ce qui lui aurait permis de résister dans les moments difficiles et de mener des politiques étrangère et de sécurité plus cohérentes. La simple addition de nouveaux membres (l’Espagne et le Portugal ont rejoint la Communauté le 1er janvier 1986) ne suffira pas à résoudre les problèmes. Au contraire, elle risque de diluer encore davantage la cohésion interne de l’organisation et de réduire son poids politique envers l’extérieur à un moment où elle doit faire face simultanément à l’évolution technologique des Etats-Unis et au défi économique japonais — entre autres défis à surmonter.

19Ainsi, en ce milieu des années 1980, nous nous trouvons face à une pléthore d’organisations internationales, dont aucune sans doute n’a su répondre aux attentes qui avaient présidé à sa création. Aucune ou presque n’est capable d’assumer les tâches et les responsabilités dont la prise en charge devient une nécessité criante dans un monde en ébullition constante. Elles ne constituent qu’une barrière bien fragile aux forces montantes du protectionnisme et des égoïsmes nationaux. Même là où un consensus existe, il reste vulnérable aux provocations dans la mesure où la plupart de ces organisations n’ont pas le pouvoir de pénaliser le coupable. A l’évidence, peu nombreux demeurent les principes communs respectés par tous et capables de régir les comportements internationaux de manière à empêcher les conflits ou à leur trouver rapidement une issue lorsqu’ils éclatent.

Un monde indiscipliné

20Nous vivons dans un monde extrêmement indiscipliné. A partir du moment où toutes les sociétés, en particulier les sociétés occidentales, deviennent plus permissives, la communauté internationale le devient aussi. Dans le fond, les raisons en sont les mêmes : une émancipation à outrance qui aboutit au rejet de toute mesure susceptible d’entraver l’indépendance personnelle ou nationale et, à plus forte raison, de toute subordination à une autorité supérieure chargée d’élaborer des règles de conduite. La revendication justifiée d’une plus grande égalité est fréquemment l’objet de malentendus. L’égalité que les individus et les Etats sont en droit d’exiger est malheureusement souvent confondue avec l’égalitarisme. Trop souvent la richesse inspire l’hostilité, alors que le pouvoir est dissocié de la responsabilité.

21Si le monde d’aujourd’hui paraît aussi mal préparé à maîtriser la multitude des problèmes qui se posent à lui, on peut honnêtement se demander si celui de demain fera mieux. On peut l’espérer. Mais rares sont les signes qui incitent à l’optimisme. Nous vivons dans un environnement fait de mouvement et de mutations. Un réseau de communications instantanées couvrant la terre entière nous rend témoins de ce qui se passe sur la surface du globe par-delà les frontières de culture, de langue, de temps et de distance. La compassion que nous éprouvons ici pour les victimes d’une catastrophe est bien vite supplantée par d’autres événements encore plus bouleversants ailleurs. A force d’observer d’innombrables drames sur la scène du monde, notre sensation d’omniprésence est constamment évincée par notre sentiment d’impotence. Tout en accomplissant des exploits de plus en plus formidables dans tous les domaines de la science, nous restons, en tant qu’êtres humains, sans recours devant les effets accumulés de ces exploits sur notre vie personnelle et sur le monde dans son ensemble.

22Les changements sont tels que nos sociétés actuelles ont peu de ressemblance avec celles d’il y a cinquante ans. Le passé est en train de perdre rapidement sa capacité de guide du présent et de pédagogue pour l’avenir. Notre sens de la perspective est raccourci sous le double effet d’une large ignorance de l’histoire et de la préoccupation exagérée que suscitent en nous les événements au jour le jour. En définitive, nous perdons le sens de l’orientation, ce qui nous force à improviser et nous met mal à l’aise en face du futur.

23L’avenir n’est plus aussi prometteur aujourd’hui qu’il l’était il y a seulement dix ans ; à beaucoup, il apparaît excessivement sombre et menaçant. Les habitants des pays en voie de développement doutent de leur capacité d’atteindre des conditions de vie sensiblement meilleures avant d’être submergés par la vague des problèmes caractéristiques de notre époque. Ceux des pays socialistes remettent plus que jamais en question la capacité de leur système économique et politique actuel à satisfaire des aspirations si longtemps différées. Les ressortissants des pays industrialisés de l’Ouest commencent à s’interroger sur les bienfaits d’un progrès technologique illimité et de la satisfaction d’un besoin de consommation effréné qui risque de devenir leur maître plutôt que leur serviteur. A l’arrière-plan du tableau se profile la crainte générale d’une catastrophe imminente dont les proportions demeurent cependant inconnues. Peut-être ne sommes-nous pas capables de lire le signe inscrit sur le mur, mais nous le ressentons tous plus ou moins confusément comme un avertissement et une exhortation : un avertissement à prendre plus au sérieux les nombreuses manifestations de crise et d’incertitude devant l’avenir et une exhortation à chercher des moyens plus cons-tructifs pour en traiter.

24Depuis le début des années 1980, de nombreux mouvements de protestation contre la course aux armements nucléaires en général, et l’introduction de missiles nucléaires de portée intermédiaire en Europe (d’abord les SS-20 soviétiques, puis les Pershing II américains) en particulier, se sont étendus à une grande partie du sous-continent européen. Ces mouvements témoignent d’un scepticisme et d’un mécontentement toujours plus vifs à l’encontre des politiques d’armement de l’Est et de l’Ouest. Certains des contestataires sont peut-être simplement naïfs ; d’autres refusent, consciemment ou inconsciemment, de se familiariser avec la complexité de l’armement moderne ; sans doute trouve-t-on des groupes dont l’unique but est de discréditer les gouvernements occidentaux. Même si c’est le cas, aucun gouvernement, fût-il d’un pays communiste, ne peut se permettre de continuer à ignorer l’anxiété souterraine qui s’est infiltrée dans nos sociétés devant l’accroissement des armements et l’inadéquation des mesures de contrôle. Des groupes d’opinion toujours plus nombreux considèrent que notre incapacité à venir à bout de la course aux armements conduira inéluctablement à la catastrophe. Ils analysent le phénomène comme une abdication de la volonté politique face aux pressions apparemment irrésistibles de la technologie et des intérêts économiques, comme une preuve de notre inaptitude à substituer la négociation à la confrontation, la diplomatie à la force militaire et, en fin de compte, la raison à la folie. Ils nous avertissent qu’une accumulation d’armes illimitée et leur prolifération à l’ensemble de la planète ne pourront mener qu’à une périlleuse militarisation, porteuse d’un risque permanent d’autodestruction. Ils craignent en particulier que l’épée de Damoclès nucléaire ne reste suspendue sur des parties du monde de plus en plus vastes, du fait que les armes poursuivent une croissance sans borne en nombre et en qualité. Ils insistent donc auprès des puissances nucléaires, en particulier les Etats-Unis et l’Union Soviétique, pour qu’elles mettent fin à leur course aux armements afin d’éviter que ces instruments soient un jour utilisés, précipitant l’humanité dans un holocauste nucléaire qui ne connaîtrait ni vainqueur, ni vaincu, mais seulement des victimes.

25La prévision est sordide. On doit cependant la prendre au sérieux, même si l’on est en désaccord avec ses présupposés. L’armement ne conduit pas inévitablement à la guerre, comme le pensent ses détracteurs, bien qu’il puisse exacerber les instabilités régionales et attiser les conflits existants. Dans certains cas, il est un gaspillage et un non-sens des plus absolus, mais il n’est pas nécessairement de lui-même le catalyseur des conflits. Il n’est pas le mal incarné, de même que le désarmement n’est pas le souverain bien. Comme dans la majorité des entreprises humaines, la vérité se loge dans une zone intermédiaire. C’est la tâche de l’homme, et plus particulièrement de l’homme d’Etat, de trouver le juste équilibre entre le niveau d’armement toujours indispensable dans un monde imparfait et le degré de désarmement que peut se permettre notre planète et vers lequel elle devrait tendre.

26Cet ouvrage s’efforce de tenir compte des deux impératifs. Il se garde d’exalter un monde désarmé comme la formule magique capable d’assurer la paix et la tranquillité. L’armement et le désarmement sont des questions trop complexes et trop sérieuses pour autoriser une telle simplicité. Elles excluent d’emblée les réponses faciles. Ni les déclarations offusquées, ni les appels à la raison ne sont suffisants. Ce qui est avant tout nécessaire, c’est une plus grande clarté autour des ramifications et motivations multiples de la course aux armements au niveau international, une meilleure compréhension des forces qui la sous-tendent et des obstacles qui empêchent d’y mettre fin. Par ce moyen seulement pouvons-nous espérer comprendre clairement pourquoi l’incapacité à passer des accords de désarmement radicaux n’équivaut pas nécessairement à un échec, pourquoi ce n’est pas tant le désarmement que nous recherchons que la prévention de la guerre et des conflits, et en conséquence pourquoi, en plus et au-delà du désarmement, l’humanité pourrait et devrait prendre de nombreuses autres mesures pour maintenir la paix et assurer sa propre survie. Que ces mesures se nomment « maîtrise des armements », « gestion des crises » ou « résolution des conflits » est une question secondaire. Ce qui importe, c’est tout d’abord qu’aucun Etat ne puisse se déclarer dispensé de réfléchir au problème de l’armement en termes globaux et à ses conséquences pour l’avenir de l’humanité et, ensuite, que nous réalisions qu’aucune réduction durable et importante des armements ne se produira sans transformations fondamentales des relations internationales. L’armement, son utilisation, ainsi que son contrôle sont une préoccupation commune qui devrait unir plutôt que diviser les hommes et les nations : le garder sous surveillance, le limiter là où il devient stratégiquement insensé et politiquement contre-productif ou dangereux, voilà certainement des objectifs dignes de l’attention des meilleurs esprits et d’un effort commun de l’humanité.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search