Version classiqueVersion mobile

Modernisation agricole, développement économique et changement social

 | 
Jean-Luc Maurer

Conclusion

Texte intégral

Modernisation agricole, développement économique et changement social

  • 1 Nous insistons bien sur le fait que cela a toujours été le cas, dans toutes les sociétés humaines. (...)

1La permanence que l’on peut déceler dans la nature profonde de certains problèmes liés à la modernisation agricole provient à notre sens du fait que cette dernière est principalement basée sur l’introduction de nouveaux facteurs techniques de production. Or, toute technique étant un savoir et ce savoir étant lui-même source de pouvoir, elle ne peut en aucune manière être neutre socialement parlant. Cette non-neutralité sociale de la technique constitue même la toute première de ses principales caractéristiques intrinsèques. Etant génératrice de pouvoir pour celui qui la maîtrise, elle tend presque naturellement à créer la différenciation sociale. Introduite dans un milieu social déjà différencié, comme ils le sont pratiquement tous depuis la nuit des temps, elle a toujours eu automatiquement tendance à renforcer le phénomène existant dans le sens d’une plus grande polarisation1. En l’occurrence, c’est bien ce qui explique, au moins partiellement, pourquoi l’introduction de nouveaux facteurs techniques de production agricole dans un milieu rural différencié, où rien n’a vraiment été prévu pour contrecarrer les effets pervers découlant de leur non-neutralité sociale, bénéficie en tout premier lieu et principalement aux paysans moyens et riches qui ont les moyens financiers et fonciers de les acquérir et d’innover. Le pouvoir qu’ils détiennent déjà au sein de la communauté villageoise s’en trouve bien évidemment renforcé.

  • 2 Par un heureux hasard d’édition, l’année 1983 a vu la parution quasi simultanée de trois des ouvrag (...)
  • 3 Cette assertion péremptoire mérite peut-être explication. Dans l’article susmentionné, A. Leroi-Gou (...)

2Ceci dit, le pouvoir lié à la maîtrise d’une technique n’est, ni absolu, ni éternel, car il repose essentiellement sur la non-diffusion du savoir qu’elle implique à un plus grand nombre. Dès que la maîtrise de cette technique se répand, le pouvoir qui lui est lié se dissout progressivement et disparaît même complètement au moment où elle entre dans le domaine public. La durée de ce processus de dissolution peut cependant grandement varier dans le temps et dans l’espace du fait de toutes sortes de raisons économiques, sociales, culturelles, politiques ou autres sur lesquelles nous n’entrerons pas en matière outre mesure. Il nous semble en effet que la seule d’entre elles à être véritablement déterminante et à mériter d’être mentionnée dans le cadre du propos général qui est actuellement le nôtre est beaucoup plus fondamentale, puisqu’il s’agit — ni plus, ni moins — de la seconde des principales caractéristiques intrinsèques de la technique, à savoir le fait d’être naturellement « dépassante » comme le dit à merveille André Leroi-Gourhan2. Cela signifie tout simplement qu’aucune technique n’est jamais parfaitement maîtrisée d’emblée par l’homme, dont elle dépasse le cerveau3, et qui doit progressivement apprendre à mieux la connaître, à l’utiliser plus judicieusement et surtout à contrôler les effets secondaires négatifs imprévus qui ne manqueront jamais d’en découler. Autrement dit, le pouvoir ne s’arrête pas à la maîtrise d’une technique, mais également à celle de ses effets secondaires négatifs. Inversement, la dissolution de ce pouvoir passe par la diffusion de ce savoir global, ce qui en repousse irrémédiablement l’échéance. Toutefois, même si le processus en question prend du temps, les techniques se perfectionnent à la longue, et ce perfectionnement va habituellement de pair avec leur diffusion et par conséquent avec la dissolution progressive du pouvoir qui leur est lié. En l’espèce, c’est bien ce qui explique, au moins partiellement, pourquoi l’introduction de nouveaux facteurs techniques de production agricole dans un milieu rural différencié, où rien n’a pourtant vraiment été prévu pour contrecarrer les effets pervers découlant de leur non-neutralité sociale, bénéficie tout de même, au bout d’un laps de temps plus ou moins long, aux petits paysans et aux autres catégories villageoises les plus défavorisées qui n’ont pas les moyens financiers et fonciers de les acquérir plus tôt et d’innover plus rapidement.

  • 4 Nos études villageoises ont, nous l’espérons, assez bien montré combien le développement de l’agric (...)
  • 5 Voir en particulier le récent ouvrage de synthèse de Gilbert Etienne, Développement rural en Asie, (...)

3Toute modernisation agricole du type de celles que nous avons analysé dans cette étude, pour autant qu’elle s’inscrive dans un processus global complexe sur la définition duquel nous ne reviendrons pas ici4, entraîne donc nécessairement le développement économique du milieu rural concerné. Il y a toutefois un décalage parfois important entre le moment où les plus riches en profitent et celui où les plus pauvres bénéficient de certaines de ses retombées. C’est précisément selon nous dans ce décalage qu’il faut chercher l’origine des processus de changement social allant dans le sens d’une différenciation accrue qui ont été observés dans pratiquement presque tous les pays du Tiers-Monde ayant opté pour une telle stratégie de modernisation agricole. En fait, les choses se passent un peu comme avec ces longs ressorts à boudin très souples que l’on trouve parfois sur le bureau de certains hommes d’affaires friands d’objets-design fonctionnels leur permettant de calmer leur anxiété : on pose l’anneau de tête d’un côté, et tous les autres suivent progressivement un par un, jusqu’à ce que celui de queue ait recollé à l’ensemble. De même dans le cadre de la modernisation agricole a-t-on l’impression de voir les catégories du haut de l’échelle sociale villageoise rapidement franchir le pas, suivies, beaucoup plus lentement et une à une, par toutes les autres, jusqu’à celle qui est en queue de peloton. Malheureusement, à l’instar des anneaux du ressort qui tendent à se distendre à force d’être manipulés, la distance séparant les catégories sociales villageoises a tendance à se creuser sous l’effet de la modernisation agricole. La situation sociale n’est en effet jamais la même après qu’avant. S’il est totalement faux de dire que les riches se sont enrichis et les pauvres appauvris, vision simpliste des choses très répandue mais démentie par les faits et dénoncée à juste titre par Gilbert Etienne et d’autres5, il est par contre certain que les disparités de revenu et de niveau de vie sont beaucoup plus fortes qu’avant. Cela se comprend aisément du fait que les plus riches profitent non seulement beaucoup plus tôt, mais également dans une bien plus grande mesure des bienfaits de la modernisation agricole. Le décalage n’est donc pas seulement temporel mais aussi matériel. Certes le fait que les plus pauvres soient légèrement moins pauvres qu’avant est essentiel, surtout pour les intéressés. Peut-on considérer pour autant que la différenciation sociale, comme l’étirement du ressort, est inéluctable et correspond à une sorte de mouvement spiroïdal naturel du développement ? Ce serait peut-être tout d’abord oublier un peu rapidement qu’à force de tirer dessus, les ressorts finissent toujours par casser. Nous avons de toute façons pour notre part beaucoup de mal à souscrire à une conception aussi fataliste du développement. On en arrive alors inéluctablement à la question du « que-faire » ?

  • 6 Sur certains aspects que nous mentionnons ici, lire à tout prix le pamphlet iconoclaste mais saluta (...)
  • 7 Ce colloque, organisé à Paris les 5 et 6 mai 1983 par la Fondation Hugot du Collège de France sur l (...)
  • 8 Voir son classique Ecrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, Science de l’Histoire, 1969, 314 pages (...)
  • 9 Le Monde du 4 mai 1976, p. 1.

4Même si nous en avions une, nous nous garderions bien de conclure en fournissant la recette miracle d’une modernisation agricole idéale, garantissant à la fois un développement économique véritable et un changement social allant dans le sens d’une diminution absolue des inégalités. Ce n’est d’ailleurs nullement le but d’une telle étude à prétention scientifique qui doit, autant que faire se peut, essayer d’éviter de tomber dans le normatif. Disons donc seulement que nous restons convaincu de l’existence de maintes possibilités inexploitées qui permettraient d’élaborer de meilleures politiques de modernisation agricole maximisant les gains économiques et minimisant les coûts sociaux. Le rôle des chercheurs en sciences sociales travaillant dans ce domaine est précisément de contribuer à l’amélioration de la connaissance et de la compréhension des phénomènes économiques et sociaux complexes que déclenchent les processus de modernisation agricole en cours, afin de mieux orienter à l’avenir l’action dans le sens souhaité. Encore faut-il qu’ils ne tombent pas, comme c’est malheureusement trop souvent le cas, par un louable souci tiers-mondiste de plus grande justice sociale, dans une simplification schématique de la réalité, toujours plus propice à l’action politique, intellectuellement beaucoup plus sécurisante et tellement plus gratifiante auprès des médias du monde occidental6. Certes, l’exercice est délicat, et il n’est pas toujours facile, au nom de la sacro-sainte et quelque peu mythique objectivité scientifique, de conserver une neutralité d’entomologiste dans l’analyse de phénomènes affectant parfois cruellement la vie quotidienne de nombreuses familles villageoises face à la détresse desquelles le chercheur se sent souvent bien inutile, voir coupable de non-assistance à personne en danger. Malgré cela, la valeur du « fait bien observé » reste irremplaçable, et il pourra peut-être s’en convaincre en méditant dans les moments de doute sur la phrase pleine de sagesse par laquelle Pierre Gourou clôturait les travaux d’un récent colloque organisé par le Collège de France sur les rapports entre les techniques agricoles et la population : « Le complexe explique le complexe, le complexe explique le simple, le simple n’explique jamais le complexe »7. Enfin, il serait certainement salutaire que les chercheurs occidentaux travaillant sur les problèmes éminemment contemporains du développement apprenant de leurs collègues historiens à remettre les faits du présent dans la perspective du « temps long » cher à Fernand Braudel8, et n’hésitent pas à leur emprunter par la même occasion des scrupules méthodologiques qui apparaissent presque comme surannés dans le « jet-set » scientifique où ils évoluent, mais constituent pourtant le seul garde-fou efficace contre une interprétation fantaisiste et abusive de la situation actuelle des sociétés asiatiques ou africaines. Un tel exercice de véritable interdisciplinarité nous semble d’autant plus urgent et capital que, si comme l’a dit une fois fort justement l’ancien ministre de l’instruction en Haïti B. Ardouin, « L’avenir des peuples dépend souvent de la manière dont on présente leur passé »9, il s’avère de plus en plus fortement influencé, en cette fin de siècle d’information satellisée, par celle dont on analyse leur présent.

Notes

1 Nous insistons bien sur le fait que cela a toujours été le cas, dans toutes les sociétés humaines. 11 suffit pour s’en convaincre de réfléchir par exemple à l’étroite association existant dans toute l’histoire asiatique entre la « révolution hydraulique » et l’apparition de l’Etat. Un exemple particulièrement intéressant d’analyse du rapport existant entre techniques hydrauliques et pouvoir étatique nous est donné par Bernard-Philippe Groslier, « Agriculture et religion dans l’empire angkorien », in Agriculture et sociétés en Asie du Sud-Est, La Haye et Paris, Mouton EPHE, Etudes Rurales N° 53-56, Janvier-Décembre 1974, pp. 95-117.

2 Par un heureux hasard d’édition, l’année 1983 a vu la parution quasi simultanée de trois des ouvrages du fondateur en France de l’ethnologique préhistorique. Cela lui a valu d’être sous les feux de l’actualité livresque et scientifique, plusieurs hebdomadaires et journaux lui consacrant un article ou une interview. L’une de ces dernières, parue dans L’Express du 25 mars 1983 sous le titre « L’outil a précédé le cerveau », est particulièrement remarquable de clarté. C’est là qu’entre autres choses Leroi-Gourhan déclare : « L’homme ne serait pas l’homme si la technique ne lui avait pas échappé dès l’origine ! Les techniques sont naturellement “dépassantes”. Il n’y a pas, bien évidemment, de continuité entre biologique et technologique, mais, au contraire, une divergence de plus en plus accélérée. Si notre vie technique avait dû attendre l’évolution du cerveau, il nous faudrait peut-être encore deux cent mille ans pour inventer l’agriculture. En cinquante millénaires, l’intelligence a exploré des domaines techniques de plus en plus vastes ; l’électronique franchit même aujourd’hui les limites de la mémoire intellectuelle, mais notre cerveau n’a évolué que de manière imperceptible. Nos gestes ne sont ni plus sûrs, ni plus précis, ni plus héréditaires qu’à nos origines. En fait, nous n’avons pas changé depuis les derniers chasseurs de mammouths ! » Parmi tous les ouvrages de ce magnifique chercheur on se reportera en priorité au classique Milieu et techniques, Paris, Albin Michel, Sciences d’Aujourd’hui, 1973, 475 pages et en particulier au chapitre VIII intitulé « Les problèmes d’origine et de diffusion », pp. 303-401, qui est un chef-d’œuvre.

3 Cette assertion péremptoire mérite peut-être explication. Dans l’article susmentionné, A. Leroi-Gourhan nous dit en effet aussi : « La fabrication d’outils est étroitement liée à la libération de la main, c’est-à-dire à l’acquisition de la station droite et d’une face courte. Car, une fois l’homme debout, son crâne a pu se remanier. Cela a entraîné un élargissement de la partie moyenne du cerveau, qui correspond justement à la motricité manuelle et faciale. Le développement du cerveau fut en fait tributaire de la marche. On peut alors dire que la technique vient d’avantage de la station verticale que de la capacité crânienne. L’outil a précédé le cerveau. C’est peut être l’une des plus grandes surprises de ces dernières années ».

4 Nos études villageoises ont, nous l’espérons, assez bien montré combien le développement de l’agriculture se faisait à Java en étroite symbiose avec celui des autres secteurs de l’économie rurale. Pour une approche globale de ce type exprimée de manière claire et succinte voir Gilbert Etienne, The overall process of rural development : economic growth and social progress (with special reference to Asia), Washington, IBRD, Economic Development Institute, April 1974, 17 pages.

5 Voir en particulier le récent ouvrage de synthèse de Gilbert Etienne, Développement rural en Asie, Les hommes, le grain et l’outil, Paris, PUF, IEDES, Collection Tiers-Monde, 1982, 269 pages, et en particulier la deuxième partie, pp. 221-257, qui contient certaines critiques féroces à l’égard de ce que l’auteur appelle un « nouveau dogmatisme ».

6 Sur certains aspects que nous mentionnons ici, lire à tout prix le pamphlet iconoclaste mais salutaire de Pascal Bruckner, Le sanglot de l’homme blanc, Tiers-Monde, culpabilité, haine de soi, Paris, Editions du Seuil, L’Histoire Immédiate, 1983, 309 pages.

7 Ce colloque, organisé à Paris les 5 et 6 mai 1983 par la Fondation Hugot du Collège de France sur le thème « Techniques agricoles et population : du passé au présent », a permis à certains des meilleurs spécialistes francophones des mondes ruraux européen, asiatique, africain et américain de confronter leurs expériences et leurs analyses. Un ouvrage réunissant les communications présentées intitulé Des labours de Cluny à la révolution verte a été préparé sous la direction de Pierre Gourou et Gilbert Etienne et sera publié en automne 85 aux PUF.

8 Voir son classique Ecrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, Science de l’Histoire, 1969, 314 pages et plus particulièrement les chapitres intitulés « La longue durée », (pp. 41-83) et « Le passé explique le présent » (pp. 225-314).

9 Le Monde du 4 mai 1976, p. 1.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search