Version classiqueVersion mobile

Modernisation agricole, développement économique et changement social

 | 
Jean-Luc Maurer

Deuxième partie. Terrain : quatre villages du cœur du Kejawèn

Sommaire

Texte intégral

1Trois grandes leçons semblent devoir être tirées de l’analyse comparative de ces quatre villages du cœur du Kejawèn.

2La première — certainement la plus évidente à la lecture des pages qui précèdent — est que le succès du programme de modernisation agricole mis sur pied par le gouvernement indonésien reste très étroitement lié aux conditions caractérisant les structures agraires locales et dépend donc directement du degré de polarisation sociale atteint par rapport au facteur terre ainsi que du degré de parcellisation de cette dernière. En d’autres termes, comme nous l’avions initialement perçu, le programme BIMAS reçoit un accueil comparativement plus favorable dans les villages où l’on trouve le plus grand nombre de propriétaires fonciers appartenant à la paysannerie moyenne ou riche et, par voie de conséquence quasi-inéluctable dans un milieu humain aussi densément peuplé, la plus forte proportion de familles sans-terres que dans ceux où l’accès à la terre est plus égalitaire mais où domine la petite paysannerie marginale ou sub-marginale. Certes, la distinction est nettement plus marquée et, partant, singulièrement plus facile à analyser, entre des villages comme Tirtonirmolo et Tim-bulhardjo, tous deux situés dans une très bonne zone irriguée où le sawah est largement prépondérant, qu’entre des villages comme Wukirsari et Argodadi, dans lesquels ce dernier est très secondaire par rapport au tegal ou au pekarangan et où le milieu naturel est loin d’être aussi favorable à la riziculture intensive, mais cela ne remet pas fondamentalement en question la validité de notre observation générale. Les conséquences de celle-ci sont aussi logiques qu’inquiétantes : bénéficiant principalement aux catégories les plus favorisées de la société paysanne javanaise, la stratégie de modernisation agricole pour laquelle a délibérément opté l’Ordre Nouveau dès la fin des années soixante ne peut manquer d’entraîner à terme un net renforcement des inégalités au sein du monde rural. Toutefois, devant le niveau de productivité rizicole moyen déjà atteint dès le début des années septante dans les villages bénéficiant de bonnes conditions naturelles, même dans ceux où le programme BIMAS strictu senso est un échec patent comme c’est le cas à Tirtonirmolo, on ne peut nier la diffusion rapide et massive, par le biais du programme INMAS, des nouvelles techniques de production au sein de la petite paysannerie marginale et sub-marginale, phénomène important qui peut éventuellement atténuer, voire partiellement contrebalancer, les effets sociaux négatifs susmentionnés.

3La deuxième — complément et éclaircissement des propos tenus dans la première — est que les structures agraires des villages du Kejawèn, en particulier les degrés de polarisation sociale atteint par rapport au facteur terre et de parcellisation de cette dernière, résultent largement du processus de développement qui a marqué leur histoire, du cadre naturel dans lequel il s’est inscrit et surtout du niveau de diversification des activités économiques auquel il a abouti. L’accès à la propriété foncière s’avère en effet plus large et égalitaire dans les villages où les structures économiques sont le plus diversifiées et où le marché du travail est le plus ouvert et varié car c’est la juxtaposition d’une occupation agricole principale et d’une ou plusieurs activités non-agricoles annexes qui a permis à un plus grand nombre de petits paysans marginaux et sub-marginaux de sauvegarder leur micro-parcelle en s’assurant des sources de revenus parfois infimes mais complémentaires et salutaires dans l’administration, l’industrie, l’artisanat ou le commerce. Une nouvelle fois, le phénomène est nettement plus accentué et le contraste beaucoup plus frappant dans les villages bénéficiant de bonnes conditions naturelles de développement agricole que dans les autres. C’est ainsi que les structures agraires micro-parcellaires étonnamment égalitaires de Tirtonirmolo sont essentiellement dues à la nature suburbaine du village et à l’implantation de la raffinerie sucrière de Madukismo sur son territoire, deux facteurs de diversification économique éminemment créateurs d’emploi. Inversement, l’économie infiniment moins diversifiée de Timbulhardjo explique non seulement en grande partie les structures agraires fortement inégalitaires du village, mais sans doute également le caractère nettement plus semi-féodal d’une société paysanne se singularisant par un marché de l’emploi demeuré quasi-essentiellement agricole mais offrant d’assez nombreuses opportunités de travail aux multiples villageois sans-terre qui continuent à entretenir des relations de type patron-client avec les propriétaires fonciers afin de garantir la sécurité de leur emploi de métayer ou de journalier. Au bout du compte, on est confronté à une situation intéressante et d’apparence quelque peu paradoxale selon laquelle le programme gouvernemental officiel de modernisation agricole marche mieux dans celui des deux villages qui est le plus traditionnel et féodal et dont l’économie, quasi entièrement articulée autour de la monoculture rizicole, est la moins diversifiée. Bien qu’étant beaucoup moins tranchées, les choses vont également dans le même sens à Wukirsari et Argodadi, mais, plutôt que la proximité urbaine ou le début d’industrialisation, ce sont surtout les possibilités de mise en valeur de toutes les potentialités qu’offrent des milieux naturels plus ingrats, mais aussi plus variés, qui déterminent au premier chef la diversification des activités économiques. Ici, briques, tuiles, bois de chauffage des contreforts du plateau de Gunung Kidul et travail du cuir, là, exploitation des ressources de la rivière Progo et des jardins qui la bordent, l’isolement relatif des deux villages faisant que le commerce de détail y joue partout un rôle déterminant. De tout ceci émerge une constatation fondamentale : il est strictement impossible de pouvoir comprendre les conditions et les conséquences de la modernisation agricole dans les villages du Kejawèn sans également se pencher très attentivement sur le secteur non-agricole de l’économie rurale.

4La troisième — élargissement et aboutissement logique des deux précédentes — est que le processus de développement qui affecte ces quatre villages d’un seul et même district du cœur de Kejawèn se caractérise par une étonnante diversité au niveau de la forme mais une profonde unité au niveau du fond. La diversité résulte de conditions géographiques et historiques de développement différentes qui font que chaque village, voire chaque hameau, a sa propre spécificité économique, sociale, politique et culturelle et que chaque communauté villageoise a élaboré une stratégie de survie originale et dissemblable de celle de sa voisine immédiate. Comment ne pas être surpris et même un peu dérouté devant les énormes différences qui caractérisent les écosystèmes et les potentialités agricoles de villages voisins comme Tirtonirmolo et Argodadi ou Timbulhardjo et Wukirsari, les structures agraires et les relations socio-économiques de deux villages bénéficiant des mêmes conditions naturelles et aussi proche l’un de l’autre que Tirtonirmolo et Timbulhardjo ou les sensibilités politico-religieuses et les philosophies de développement de deux hameaux d’un même village comme Mrisi et Dongkelan Kauman ? Or, une fois la surprise passée, il est indispensable de tenir compte de cette fascinante diversité au niveau de l’analyse, sous peine de se condamner à ne pas comprendre grand chose des problèmes de modernisation agricole du pays. La tâche serait certainement hors de la portée d’un chercheur solitaire si la diversité en question n’était pas traversée et, en quelque sorte, ordonnée par une fondamentale unité. Cette dernière provient du fait que toute la société paysanne du Kejawèn est animée du même mouvement profond de changement économique et social, et que partout, on est confronté à un dynamisme, à une créativité et à une débrouillardise identiques sachant tirer profit de toutes les potentialités de développement existantes et transformer avec génie les désavantages en avantages, le déséquilibre structurel en avantage conjoncturel. Bref, on est déjà fort loin des à priori de la théorie « geertzienne » qui encombrait notre cerveau et conditionnait notre vision avant d’avoir entamé le terrain. Même si involution il y a eu, elle n’est plus à l’ordre du jour, car c’est bien à un processus d’évolution que l’on est désormais confronté dans le Kejawèn.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search