Version classiqueVersion mobile

Modernisation agricole, développement économique et changement social

 | 
Jean-Luc Maurer

Deuxième partie. Terrain : quatre villages du cœur du Kejawèn

Chapitre VI. Argodadi : le pekarangan des berges de la rivière Progo

Texte intégral

  • 1 Argo est une simplification de harga, mot qui signifie « montagne » en javanais ancien (kawi). Le m (...)
  • 2 Rappelons que la province de Yogyakarta (Daerah Istimewa Yogyakarta) se compose de la municipalité (...)
  • 3 La rivière Progo marque la frontière entre les kabupaten de Bantul et de Kulon Progo, Sentolo étant (...)

1Le sous-district de Sedayu est divisé en quatre villages administratifs dont les noms commencent tous par le même toponyme, Argodadi est l’un d’entre eux1. Distant, comme Wukirsari, d’environ 17 km du centre-ville, il n’est pas d’un accès tellement plus facile. Sortant de Yogyakarta par la porte occidentale, on emprunte le grand axe routier méridional de Java Central qui mène tout d’abord à Wates, chef-lieu du district de Kulon Progo2, avant de continuer plus à l’ouest vers Purworejo, Kebumen et Cilacap ou Purwokerto. Au bout de 12 km avalés à grande vitesse vu le magnifique état de la route, à peu près 3 km avant de tomber sur le grand pont métallique qui enjambe la rivière Progo et se prolonge par la longue côte au sommet de laquelle se trouve l’importante bourgade de Sentolo3, on arrive à Sedayu, minuscule centre administratif du sous-district. Là, il faut s’engager vers le sud sur une petite route vaguement asphaltée qui se transforme vite en piste de terre battue. Montées et descentes se succèdent dans un paysage relativement tourmenté et inhabituellement sauvage pour la région. La trompeuse verdeur riante des pekarangan y dominant, il n’est pas aussi facile que c’était le cas à Wukirsari de se faire une première idée de visu du degré de prospérité ou de pauvreté ambiant. Le gymkhana des cahotements dure pendant 5 km et l’on en vient, sachant que la piste serpente longtemps de la sorte avant de déboucher sur la route menant de Bantul à Srandakan, à se demander si l’on n’a pas déjà dépassé le bureau du village quand, au détour d’un virage, on l’aperçoit, camouflé parmi les autres maisons, entièrement semblable à elles, anonyme, sombre et quelque peu délabré. Plus de doute possible : l’opulence n’est pas de mise ici non plus.

Conditions naturelles et densités démographiques

  • 4 De fait cet étroite bande de terre qui est constituée de régosols bruns alluvioneux est la seule zo (...)
  • 5 Du temps des hollandais, il semble que le système d’irrigation mis sur pied, par un ingénieur du no (...)
  • 6 Sawah, tegal et pekarangan couvrent donc 955.4 ha des 966.2 ha du village. Les quelques 10.8 ha res (...)
  • 7 Le pekarangan occupe, par exemple, 51 % de la superficie totale du village à Argosari et 72 % à Arg (...)
  • 8 Où il était pour mémoire de 0.87 %.
  • 9 C’est-à-dire une fois déduit de la superficie totale de 966.2 ha les 10.8 ha rentrant dans la catég (...)
  • 10 Le sawah public occupait, en 1972, 49.35 ha soit environ 18.3 % du total disponible dans le village (...)

2Trois anciens villages ont été amalgamés en 1946 pour donner naissance à Argodadi : Sungapan, Dinghihan et Sukohardjo. En 1973, le village était divisé en 14 hameaux dont 4, Selogedong, Sumberan, Demangan et Ngepek furent retenus. Dans l’ensemble, les conditions naturelles de développement agricole peuvent être qualifiées de médiocres et homogènes malgré le fait que les facteurs topographiques et pédologiques soient sensiblement moins défavorables dans toute la bande de terre qui borde la rivière Progo sur une profondeur de quelques cinq cent mètres4. Sur le plan hydraulique, le bilan n’est guère plus positif, 45 ha de sawah seulement bénéficiant d’une irrigation permanente, soit à peine plus de 15 % de la superficie totale de cette catégorie de terre, elle-même des plus limitées puisqu’elle ne couvre que 270 ha environ, moins de 28 % du territoire villageois5. Alors que le tegal joue un rôle très secondaire, ne couvrant que 22.5 ha, soit 2.3 % de la superficie totale du village, c’est le pekarangan qui s’avère contre toute attente, être très largement prépondérant puisqu’il n’occupe pas moins de 662.9 ha, c’est-à-dire près de 69 % de cette dernière6. Déjà fortement ressentie lors du premier contact visuel, cette omniprésence de pekarangan, qui résulte de la combinaison entre l’état accidenté du terrain et la faible fertilité des sols, est la caractéristique majeure de l’écosystème dominant sur les rives de la rivière Progo, les autres villages du sous-district de Sedayu étant d’ailleurs en particulier tous dans le même cas qu’Argodadi7. Le problème, c’est qu’en y regardant à deux fois, on réalise de surcroît bien vite que la luxuriance habituelle du pekarangan n’est plus aussi franche qu’au coeur de la plaine de Bantul et que, prospérant la plupart du temps sur un sol caillaseux et bosselé, il a beaucoup plus souvent l’apparence d’un maquis clairsemé et poussiéreux de faible productivité que d’un coin reconstitué de forêt tropicale aménagée au cordeau. Bref, un village dont le potentiel agricole n’est à priori guère plus brillant que celui de Wukirsari, puisqu’y domine un pekarangan médiocre et que sur le sawah, déjà fort limité, les doubles récoltes annuelles de riz restent l’exception et les rendements moyens dépassent rarement les 30 qx de paddy à l’hectare. Si l’on ajoute à cela qu’à l’instar du précédent village les voies de communication ne sont pas toujours très praticables pendant la saison des pluies, on obtient l’image d’un milieu naturel qui n’est pas sans poser d’importants problèmes aux hommes qui tentent d’y subsister. Ces difficultés objectives ne sont vraisemblablement pas étrangères au fait que la population d’Argodadi ne soit passée que de 7 786 à 7 859 habitants entre les mois de décembre 1971 et 1972, ce qui ne représente qu’un taux de croissance annuel de 0.94 %, à peine plus élevé que celui de Wukirsari8. Cependant, là aussi, cela se traduit par une densité démographique de 813 hab/km2 qui, toute banale qu’elle puisse paraître aux yeux de l’observateur blasé de la société rurale Yogyanaise « en ayant vu d’autres et des meilleures », n’en constitue pas moins une charge humaine plus que critique eu égard au faible potentiel économique du village. Cette densité fait d’ailleurs un bond à 836 hab/km2, si on la calcule uniquement par rapport à la surface arable productive9et à 894 hab/km2 si l’on exclut de cette dernière les terres communales publiques destinées aux fonctionnaires villageois10. Voyons dès lors quelle forme particulière la répartition de la propriété foncière privée peut bien prendre dans un écosystème aussi singulier.

CARTE 9 : Pekarangan (P), Sawah (S) et Tegal (T) à Argodadi

CARTE 9 : Pekarangan (P), Sawah (S) et Tegal (T) à Argodadi

Seuils fonciers et accès à la terre

  • 11 Soit une moyenne de 4.7 personnes par famille.
  • 12 Puisqu’il y avait, pour mémoire, 25.5 % de familles sans terre à Wukirsari, 30.1 % Tirtonirmolo et (...)
  • 13 On retrouve d’ailleurs, sur ce point particulier, un phénomène familier déjà identifié à Wukirsari.

3Argodadi comptait 1 659 familles fin 197211 dont pas moins de 1 493, soit très exactement 90 %, avaient accès à la propriété foncière, le pourcentage des sans-terre étant donc, avec 10 %, de loin le plus faible des 4 villages du district de Bantul sélectionnés dans le cadre de cette recherche12. Ainsi que le montre clairement le tableau VI. 1, on retrouvait, à quelques nuances près, le même chiffre étonnement bas dans chacun des quatre hameaux étudiés plus en détail avec toutefois, comme à Wukirsari, un degré de polarisation sensiblement plus marqué par rapport au facteur terre dans ceux qui, à l’instar de Selogedong ou Demangan par exemple, jouissaient, relativement parlant, des conditions naturelles de développement agricole les moins favorables13. Ceci dit, de même que dans le précédent village, ce qui compte surtout vu les caractéristiques très particulières de l’écosystème local, c’est de pouvoir se faire une idée sur l’accès à la propriété foncière par catégorie de terre. Etant donné l’importance relative de chacune d’entre-elle dans la superficie totale du village, on découvre sans réelle surprise dans le tableau VI.2 de la page précédente que d’une part, l’accès au sawah est tout de même beaucoup plus restreint que celui au pekarangan et que de l’autre, le tegal, au demeurant totalement absent des quatre hameaux de notre échantillon, joue un rôle parfaitement secondaire dans toute cette affaire.

  • 14 A savoir 1.0 S =1.0 P = 2.0 T.
  • 15 Par comparaison, à Wukirsari, village lui-même assez peu polarisé, 74.5 % des familles ont accès à (...)

4L’étape suivante dans l’analyse des structures agraires consiste à déterminer l’importance relative de chacune des 4 catégories de propriétaires fonciers. En ce qui concerne Argodadi, il suffit simplement, vu les niveaux de productivité caractérisant sawah, pekarangan et tegal, d’appliquer l’équation de conversion élaborée pour Wukirsari14. Le tableau VI.3 donne une image précise de la situation socio-agraire du village. Il en ressort toujours si l’on continue à raisonner par rapport au seul facteur terre, que cette société villageoise des bords de la rivière Progo est fort remarquablement peu polarisée puisque d’une part, 90 % des familles qui la composent ont accès à la propriété foncière et que de l’autre uniquement 14.3 % d’entre-elles se situent au-dessus du seuil des 1.0 ha, ne contrôlant en tout et pour tout qu’approximativement 25 % de la superficie totale de pekarangan, sawah et tegal, les 85.7 % qui sont au-dessous se partageant les 75 % restant15. Bien que ce phénomène, fort homogène, concerne l’ensemble du village d’Argodadi, il est à noter que le degré de polarisation, ainsi que cela a déjà été succinctement mentionné plus haut, est légèrement plus accentué dans des hameaux moins bien lotis tels Selogedong ou Demangan, comme on peut le constater dans le tableau VI.4. Par delà toutes ces nuances, certes fort révélatrices de la diversité ambiante des communautés rurales javanaises, mais parfois quelque peu sibyllines, un fait majeur s’impose une nouvelle fois crûment : l’énorme prépondérance de la paysannerie marginale et sub-marginale. Il ne reste alors plus qu’à tenter derechef la remontée en solitaire des multiples sources imperceptibles et fugaces qui permettent à tout un petit peuple farouche et ingénieux de demeurer tant bien que mal à flot, la tête à peine hors de l’eau.

Gamme des diverses occupations professionnelles

  • 16 Outre le chef (lurah) et le secrétaire de village (carik), il y avait comme d’habitude 4 responsabl (...)
  • 17 Il est à noter que la taille du sawah lungguh attribué au lurah a nettement diminué lors de la réfo (...)
  • 18 Cela se comprend fort bien puisque les pamong desa sont élus à vie. La plupart des fonctionnaires v (...)

5Partons une nouvelle fois du haut de l’échelle en commençant avec le corps des fonctionnaires villageois, encore moins étoffé que celui de Wukirsari puisqu’il ne comptait que 25 membres en 197316. Les parcelles de terre publique qui leur sont allouées étant par contre nettement plus étendues que dans le précédent village, on peut considérer que tous ces élus locaux appartiennent au minimum à la catégorie des paysans moyens, ce d’autant que la plupart ont également accès à la propriété privée. C’est en particulier le cas des 14 chefs de hameaux dont le moins bien loti, celui de Ngepek, dispose tout de même d’un sawah public d’environ 7 000 m2 à côté d’une rizière de 2 000 m2 qu’il possède en propre et de son pekarangan privé de plus de 2 500 m2. Le chef du village et ses plus proches collaborateurs font quant à eux indubitablement partie de la paysannerie aisée avec leur parcelle de sawah public variant entre 2 et 3 ha, même quand elle est située comme c’est habituellement le cas dans une zone mal irriguée ne portant qu’une seule récolte annuelle17. Bref, sans être aussi lucratifs que les postes de fonctionnaires des villages du coeur fertile de la plaine de Bantul, ceux des rives du fleuve Progo le sont indubitablement plus que ceux des contreforts du plateau de Gunung Kidul. Le fait que le chef du village ait pu depuis 1946, année de son élection, se porter acquéreur de 2 000 m2 de sawah et de 5 000 m2 de pekarangan en constitue une preuve tangible. Ces postes sont donc comme de coutume fort convoités mais, peu nombreux et rarement repourvus18, ils n’offrent bien évidemment de débouchés qu’à une poignée d’heureux élus, dans le double sens du terme. Ce qui est peut être plus surprenant est qu’il en aille de même en ce qui concerne les autres types d’emploi dans la fonction publique, puisque l’on ne dénombrait en tout et pour tout que 34 fonctionnaires salariés de l’administration, en 1973, dans tout le village, la grande majorité travaillant dans le domaine de l’éducation primaire. Cette faiblesse marquée du secteur tertiaire constitue probablement l’indicateur le plus révélateur de l’isolement et du sous-équipement d’Argodadi.

  • 19 La récolte du sucre de cocotier (gula kelapa) est un travail pénible, dangereux et peu rentable dan (...)

6Que les activités agricoles soient très largement prépondérantes et que ce soient les exploitations familiales autosuffisantes en main-d’oeuvre qui dominent ce secteur économique n’a rien de surprenant vu la nature fort égalitaire de structures foncières du village. Il ne faut donc pas s’attendre à ce que les possibilités d’emploi pour les métayers et les ouvriers agricoles y soient très étendues. Toutefois, la proportion de ces derniers est nettement plus élevée qu’à Wukirsari, village pourtant sensiblement plus polarisé. C’est uniquement le pekarangan en tant qu’élément dominant de l’écosystème de cette région onduleuse des bords du fleuve qui explique ce phénomène à priori contradictoire. La production de sucre de cocotier19 est en effet assez répandue à Argodadi, puisqu’on ne recensait pas moins de 571 petites exploitations familiales de ce type en 1972, et un nombre non négligeable de paysans sans terre, travaillant parfois comme ouvriers salariés mais surtout comme métayers, survivent en récoltant et fabriquant cette denrée alimentaire très populaire, sur le pekarangan des autres. Nombre de familles de paysans marginaux et sub-marginaux dont l’occupation principale demeure la culture en sawah, mais qui sont dans l’obligation d’exercer une ou plusieurs activités secondaires pour joindre les deux bouts, mettent d’ailleurs également leur propre pekarangan en valeur de cette manière-là. A côté de cela, la pêche joue un rôle non négligeable pendant la bonne saison, surtout dans les hameaux situés au bord de la rivière comme Demangan.

  • 20 Il y avait 21 petites fabriques de tuiles (genténg) à Argodadi en 1972.
  • 21 D’après une statistique villageoise, 690 personnes, principalement des femmes, seraient employées, (...)
  • 22 On compte en tout et pour tout dans tout le village 11 petites boutiques-éventaires (warung) où il (...)
  • 23 Rappelons qu’à Wukirsari 223 des 667 chefs de famille vivant dans les 4 hameaux étudiés en détail a (...)

7Pour ce qui est des activités non directement liées au secteur primaire, qu’elles soient principales ou secondaires, on peut noter qu’à l’instar de ce qui nous avait frappé à Wukirsari, elles varient beaucoup d’un hameau à l’autre, donnant même naissance à de véritables spécialisations sub-villageoises. C’est ainsi que la fabrication des tuiles est très développée à Selogedong et Sumberan20, alors qu’une bonne partie de la population tresse des paniers et des nattes en bambou à Ngepek et que l’on tisse des petites serviettes en coton à Sungapan ou à Sukohardjo21. Toutes les tendances majeures concernant la situation globale de l’emploi à Argodadi sont assez nettement corroborées par les chiffres alignés dans le tableau VI.5 de la page suivante, qui montre de surcroît que les différences structurelles maintes fois mentionnées existant entre les hameaux se reflètent également à ce niveau de l’analyse. Il est intéressant de noter, nouvelle preuve flagrante du relatif isolement du village, combien le rôle du petit commerce de détail reste marginal en tant qu’occupation principale à Argodadi22. On voit par contre dans le tableau VI.6 qu’il joue un rôle majeur en tant qu’activité annexe, venant juste bon second derrière le label fourre-tout intitulé « ouvriers ». En fait, si l’on considère le problème dans son ensemble, on se voit confirmer d’éclatante manière, après les premiers indices glanés à Wukirsari23, combien les activités annexes et secondaires peuvent être déterminantes dans les villages jouissant d’aussi mauvaises conditions de développement agricoles qu’Argodadi. Voyons d’ailleurs le plus près à quoi ces dernières ressemblent réellement.

Tour d’horizon de l’agriculture et de ses problèmes.

  • 24 II s’agit du système dit « Van der Vijk » dont il a été question plus haut.
  • 25 En indonésien aussi bien qu’en javanais, sumber veut d’ailleurs précisément dire source, alors que (...)
  • 26 Une bonne partie des sawah anciennement irrigués par l’intermédiaire du système Van der Vijk, en pa (...)
  • 27 Certains parmi les moins gâtés en sont même réduits à pratiquer, chose assez peu répandue dans le d (...)
  • 28 La surface arable théorique d’Argodadi est de 292.5 ha et se compose de 270 ha de sawah et de 22.5 (...)
  • 29 Cela représente des taux annuels d’intensité de culture de 124.1 % en 1969, 137.4 % en 1970, 135.4  (...)
  • 30 Il n’est pas impossible que la canne ait été cultivée avant la seconde guerre mondiale à Argodadi, (...)

8La double récolte annuelle de riz est tout à fait exceptionnelle à Argodadi où elle reste l’apanage des quelques rares privilégiés qui ont la chance de posséder un sawah situé juste à côté de ce qui reste de l’ancienne infrastructure d’irrigation hollandaise24, voire même d’une source naturelle comme c’est le cas à Sumberan25. La grande majorité des paysans qui mettent en valeur leur sawah ou celui d’un autre doivent donc se contenter de faire une seule culture annuelle de riz en saison des pluies, se rabattant, en règle générale, et quand les conditions pédologiques et athmosphériques le permettent, sur une culture vivrière secondaire comme le soja, l’arachide ou le maïs en saison sèche. Et encore avons-nous à faire là aux moins mal loti d’entre-eux, car un nombre non-négligeable dispose d’un sawah de si médiocre qualité qu’il est totalement exclu de pouvoir y pratiquer la riziculture à quelque moment de l’année que ce soit. En fait, les conditions d’exploitation de ces sawah misérables s’apparentent d’assez près à celles du tegal, catégorie de terre dans laquelle ils devraient logiquement être reclassés26. Au meilleur des cas on y enchaîne donc simplement deux maigres récoltes de palawija et au pire, situation malheureusement encore trop fréquente, une seule et unique, le sawah restant en friche comme le plus vulgaire des tegal 6 à 8 mois par an, à moins que l’on se résolve, en désespoir de cause, à occuper le terrain avec une plante de plus longue maturation comme le manioc27. En raison de tout cela, le taux moyen d’intensité de culture calculé sur la période 1969-1972 atteint tout juste 127 % à Argodadi, soit à peine plus d’une récolte un quart par rapport à la surface arable théorique du village28. Comme à Wukirsari, on observe toutefois des différences très notables d’une année à l’autre, elles-mêmes dues aux variations climatiques. C’est ainsi qu’en 1969, année globalement la plus sèche de notre échantillon quadriennal d’observation, la surface totale récoltée n’est que de 363 ha contre respectivement 402 et 396 ha en 1970 et 1971, années nettement plus humides, pour re-dégringoler à 328 ha, son niveau le plus bas, en 1972, année où la saison sèche à de l’avis général été particulièrement dévastatrice29. Paradoxalement, le paddy, essentiellement cultivé en saison des pluies, n’est absolument pas touché par ces variations climatiques qui affectent uniquement les cultures de saison sèche. Entre 1969 et 1972, il occupe donc, avec 203 et 207 ha chaque année, entre 51 et 62 % de la surface totale récoltée, la part des palawija tombant de 49 % en 1970 à 38 % seulement en 1972, alors que la canne à sucre, jusque là totalement absente des champs du village, se préparait à y faire son apparition au moment où nous y menions notre enquête en 197330. Examinons séparément chacune de ces trois grandes catégories de culture.

  • 31 Tout le reste de la surface récoltée en paddy est principalement constitué par du Gembira et par qu (...)
  • 32 Est-il nécessaire de rappeler que l’emploi des nouvelles variétés de riz est impérativement subordo (...)
  • 33 Il s’agit presque exclusivement d’urée, mais il est intéressant de noter que les quantités appliqué (...)
  • 34 On peut noter, chose impensable à Tirtonirmolo ou Timbulhardjo, la présence ici et là, dans le pays (...)
  • 35 Dont 64.6 ha entrant dans la variante ordinaire du programme (BIMAS Blasa) contre seulement 7.6 ha (...)
  • 36 Dont chose intéressante, 114.25 ha entrant dans la variante nouvelle (BIMAS BAru) contre seulement (...)
  • 37 Qui s’élève à 270 ha.
  • 38 Qui varie entre 203 et 207 ha.
  • 39 Qui sont au nombre de 1 012.
  • 40 Qui ne sont que 213.
  • 41 La superficie moyenne maximum par emprunteur ayant été atteinte lors de la campagne de crédit de la (...)
  • 42 Puisque le pekarangan y domine, alors que c’était le sawah à Tirtonirmolo et Timbulhardjo et le teg (...)
  • 43 La somme globale déboursée ne représente que moins de 40 % de l’objectif choisi qui avait, optimist (...)

9Dès que l’on se penche d’un peu plus près sur le problème du paddy, on s’aperçoit que si la surface cultivée et récoltée reste étonnement stable tout au long de la période de 4 ans qui nous intéresse, il en va de même, chose nettement moins positive, pour la productivité à l’hectare. Ceci est d’autant plus préoccupant que les rendements sont encore fort bas ne dépassant que dans de très rares exceptions le seuil de 30 qx/ha, tombant souvent en dessous de 15 qx/ha et se situant en moyenne aux alentours de 20-25 qx/ha. Pourtant, une bonne partie des paysans riziculteurs d’Argodadi utilise déjà des nouvelles variétés puisqu’en 1972, plus de 80 ha, soit près de 40 % de la surface de paddy récoltée, avaient été ensemencés en IR 8, dix fois plus qu’en 196931. Il ressort d’ailleurs assez clairement des interviews réalisées dans les hameaux sélectionnés, en particulier à Ngepek et Sumberan, que tous ceux qui continuaient à s’en abstenir ne pouvaient simplement pas faire autrement vu les conditions d’irrigation de sawah dans lesquels cela eut été parfaitement absurde32. De plus, mis à part quelques très rares exceptions d’autant plus surprenantes, l’immense majorité de ces riziculteurs suit assez fidèlement les cinq principes de culture prônés par les autorités agricoles et applique entre autre régulièrement, quel que soit le type de semence utilisé, des engrais chimiques en quantité plus que suffisante variant la plupart du temps entre 150 et 250 kg/ha33. Bref, on voit que cela n’est pas faute de se donner du mal et de tenter l’impossible que les rendements rizicoles stagnent à un aussi bas niveau dans le village puisqu’en fait, presque tous les paysans peuvent au minimum être considérés comme d’actifs participants au programme INMAS34. D’ailleurs le programme BIMAS rencontre également de son côté un assez franc succès puisque, lancé relativement tardivement lors de la saison des pluies 1970/71, il couvre d’emblée plus de 72.2 ha35, surface qui passe en l’espace de deux ans à 123.5 ha lors de la campagne de crédit 72/7336, ce qui représente tout de même plus de 45 % de la surface totale de sawah théoriquement disponible à Argodadi37 et environ 60 % du nombre d’hectares récoltés en paddy chaque année38. On voit par contre qu’il ne regroupe à cette date que 264 emprunteurs, soit tout juste 26 % des propriétaires de sawah du village39, mais que ce chiffre correspond d’autre part d’assez près au nombre total des propriétaires fonciers situés au-dessus du seuil d’indépendance économique et de sécurité psychologique40. Que la superficie moyenne par emprunteur soit de 4 678 m2 lors de la campagne de crédit en question41 n’est aucunement la preuve que la petite paysannerie marginale participe plus activement au programme BIMAS que cela n’est le cas dans les trois villages précédemment analysés. Les interviews réalisées dans les hameaux montrent en effet que la plupart de ces emprunteurs possèdent à côté de leur sawah une vaste parcelle de pekarangan les-faisant largement passer dans la catégorie des paysans moyens et riches. Quand on se penche sur l’origine des emprunteurs par hameau lors de la campagne de crédit 1972/73, on s’aperçoit au demeurant, nouvelle preuve à conviction importante, que leur nombre est fort proche dans chacun d’entre eux de celui des propriétaires fonciers situés au-dessus du fameux seuil. C’est ainsi qu’en ce qui concerne notre échantillon d’enquête, Selogedong arrive largement en tête avec 17 emprunteurs, suivi par Demangan avec 10, Sumberan avec 8 et Ngepek avec 5 seulement. On retombe donc de nouveau à Argodadi, village pourtant caractérisé par un écosystème assez nettement différent des trois précédemment analysés42, sur la même corrélation familière maintes fois identifiée et disséquée selon laquelle l’accueil réservé par une société villageoise quelconque à la politique de modernisation agricole mise sur pied par le gouvernement est directement proportionnel au nombre de paysans qui ont les moyens de l’accueillir. Ceci dit, il est intéressant de souligner que le niveau économique moyen des emprunteurs semble être encore plus bas à Argodadi qu’à Wukirsari puisque la somme d’argent globale déboursée par la banque lors de la campagne de crédit 1972/73 ne s’élève qu’à 679 000 Rp, soit à peine 2 572 Rp par participant, et que plus de la moitié de ce montant est octroyé « en cash »43. Nous aurons l’occasion de revenir en détail plus loin sur le très bas niveau de vie caractérisant le village dans son ensemble.

  • 44 Comparer avec les rendements des mêmes cultures qui sont nettement plus élevés dans les trois autre (...)
  • 45 Les quantités d’engrais chimiques utilisées pour la culture des palawija dépassent rarement 10 à 20 (...)
  • 46 Il est intéressant de noter que l’on ne trouvait par contre en tout et pour tout que 35 buffles dan (...)
  • 47 On comptait 1 vache pour 10 personnes, 1 chèvre pour 11 et 1 mouton pour 18 à Argodadi en 1972, con (...)
  • 48 Il y avait 8 500 poules dans tout le village en 1972, soit plus d’une par habitant. On ne comptait (...)
  • 49 Il joue par exemple un rôle encore plus prépondérant dans certains des hameaux de colline les plus (...)
  • 50 On trouve très souvent des bosquets de bambou dans les coins les plus accidentés des pekarangan. Il (...)

10Du côté des cultures vivrières secondaires (palawija), les choses sont heureusement plus simples à exposer. Nous avons déjà vu plus haut combien elles pouvaient dépendre de manière draconienne des conditions atmosphériques plus ou moins favorables marquant chaque saison sèche, puisque leur surface récoltée, tombant de 195 à 125 ha, a diminué de plus de 35 % entre 1970 et 1972. Il suffit d’ajouter à ce bilan globalement négatif que le maïs joue régulièrement les premiers rôles en occupant plus de la moitié de la surface annuelle récoltée, l’autre moitié étant, en règle générale, divisée à parts égales entre le soja et le manioc. Les rendements sont quant à eux fort médiocres sur toute la ligne, variant entre 7 et 8 qx/ha pour le maïs, 6 à 7 pour le soya et 4 à 5 t/ha pour le manioc44. Pourtant les paysans d’Argodadi apportent, ainsi que tous ceux qui vivent dans des zones mal irriguées d’où la riziculture continue est bannie, un soin certain à ces cultures vivrières secondaires particulièrement vitales pour eux. Ils y appliquent par exemple systématiquement de petites quantités d’engrais chimiques et surtout force fumier animal45. Comme à Wukirsari, cela est uniquement rendu possible par la présence, dans un village où les hommes disposent encore d’un peu de place et de temps libre pour le bétail, d’assez forts cheptels bovin, caprin et ovin. On ne comptait, en effet, pas moins de 791 vaches46, 687 chèvres et 426 moutons à Argodadi en 1972, soit sensiblement plus par habitant que dans le précédent village analysé pourtant lui-même déjà assez remarquable de ce point de vue47. L’élevage constitue d’ailleurs, à côté de la pêche en rivière, une source de revenu secondaire non négligeable dans un environnement aussi difficile48. Afin que ce tour d’horizon des problèmes agricoles soit complet, il convient enfin de souligner une nouvelle fois combien la production des pekarangan, bien qu’elle soit difficilement quantifiable à l’échelle de tout un village administratif de cette taille49, joue un rôle déterminant dans la stratégie de survie de nombreuses familles paysannes, tout particulièrement le bambou50 et le sucre de cocotier.

  • 51 Le fameux système « Van der Vijk ».
  • 52 C’est ce qui s’est par exemple passé à Wukirsari.
  • 53 Rappelons qu’il était de 200 000 Rp/ha à Tirtonirmolo et Timbulhardjo et de 80 000 Rp/ha puis de 12 (...)
  • 54 A savoir Demangan, Bakal Dk, Ngepek, Sukohardjo, Cawan, Dingkihan et Dumpoh.
  • 55 Qui était fixé pour mémoire à 60 ha seulement. Il est vrai qu’une bonne partie de cette superficie (...)
  • 56 Prix du sucre trop bas qui ne rend pas intéressante la location d’un sawah à la raffinerie dès l’in (...)
  • 57 La pompe était en train d’être installée au moment où nous faisions nos enquêtes dans les hameaux d (...)

11Passons à la canne, troisième et dernière de nos trois grandes catégories de culture. En fait, bien qu’il soit impossible d’apercevoir l’ombre de la moindre canne à l’horizon quand nous sillonions les chemins poussiéreux d’Argodadi en août 1973, nous apprîmes bien vite qu’elle préparait une entrée fracassante dans le village pour la prochaine saison des pluies puisqu’il était prévu qu’elle occuperait 92 ha en 1973/74, soit près de 35 % du sawah disponible. Les raisons d’une aussi impressionnante et subite percée sont liées au problème crucial de l’irrigation et méritent d’être contées par le détail. Depuis de nombreuses années, certains parmi les plus dynamiques des fonctionnaires locaux, le chef du sous-district de Sedayu à leur tête, avaient entrepris de contacter les autorités du district et de la province afin d’attirer leur attention sur l’urgence qu’il y avait à remettre sur pied une infrastructure hydraulique comparable à celle que les Hollandais avaient laissé avant de partir51, hors de portée des capacités financières et techniques propres d’un village comme Argodadi. Ces contacts débouchèrent finalement, en 1971, sur la mission d’étude d’un expert des Pays-Bas qui, excluant l’idée de barrages ou de puits tubés, trop coûteux et techniquement complexes sinon impossibles, se borna à recommander l’installation d’un système de pompage de l’eau dans la rivière, en tout point similaire à celui que ses compatriotes avaient construit dans la première moitié du siècle. Malheureusement, les instances administratives qui avaient commandé cette étude et étaient susceptibles de financer la construction d’un tel ouvrage retombèrent dans leur léthargie sans plus donner signe de vie, malgré d’incessantes démarches. Ayant entendu dire que la raffinerie sucrière de Madukismo, toujours prête à étendre son périmètre d’exploitation dans le district de Bantul, avait déjà accepté de financer certains travaux d’infrastructure hydraulique dans des villages voisins moyennant la fourniture par ces derniers d’un quota annuel de sawah pendant un laps de temps donné et à un loyer préférentiel52, le chef du sous-district de Sedayu décida de se tourner vers elle. Le marché fut en fin de compte conclu début 1973 dans les termes suivants : Madukismo financerait l’installation de la station de pompage et la réhabilitation du réseau d’irrigation ainsi que leur entretien, le tout estimé à un montant global d’environ 15 millions de Rp, alors qu’Argodadi louerait en contrepartie pendant 10 années consécutives un minimum de 60 ha de sawah par an à la raffinerie au prix agrée de 65 000 Rp/ha chaque 14 mois. Ce loyer fort bas n’est évidemment pas comparable à ceux pratiqués par Madukismo dans les trois villages précédemment analysés53. Néanmoins le marché n’était, globalement parlant, pas si défavorable pour Argodadi car d’une part, il était stipulé dans l’accord que toutes les installations réalisées lui reviendraient de droit en propriété publique au bout de ces dix ans de contrat et de l’autre, la raffinerie s’engageait de surcroît a participer financièrement a la réparation de la route et des chemins desservant le périmètre irrigué par la pompe. Comme il était prévu que cette dernière, d’une capacité de 900 lt/s, couvrirait environ 180 ha de sawah répartis dans 8 des 14 hameaux du village54, les paysans avaient de plus l’assurance de pouvoir pratiquer une double culture annuelle de paddy sur les 120 ha qui n’étaient pas contractuellement réservés à la canne. Ceci était au demeurant nommément prévu noir sur blanc dans le protocole d’accord qui comprenait toutefois une clause selon laquelle l’eau pompée dans la rivière Progo, 24 heures sur 24 pendant la saison sèche serait distribuée gratuitement dans les sawah portant des cultures vivrières mais de nuit uniquement, la canne se voyant bien sûr octroyer la priorité de jour. Bref, en août 1973, on avait vraiment l’impression d’avoir à faire à un exemple particulièrement intéressant d’une collaboration économique méritoire et fructueuse, en un mot presque modèle, entre deux partenaires ayant pourtant des intérêts traditionnellement antagonistes dans le district. De fait, les choses semblaient même aller si bien entre les paysans et la raffinerie que cette dernière n’avait apparemment eu aucune difficulté à louer 92 ha de sawah pour sa première campagne sucrière, soit 30 % de plus que le quota fixé55. On pouvait sans aucun doute déjà se demander si cette lune de miel durerait pendant 10 ans car, sous les perspectives alléchantes ouvertes par cet accord, se profilaient déjà tous les éléments majeurs du conflit classique opposant, aujourd’hui comme hier, la canne au paddy dans les campagnes du Kejawèn56. Il faut cependant bien avouer que cette interrogation était quelque peu prématurée vu qu’à cette époque, la canne n’étant toujours pas plantée et la pompe ne fonctionnant pas encore, les perspectives alléchantes susmentionnées restaient elles-mêmes une musique d’avenir, Argodadi continuant, comme par le passé, à faire face à des problèmes de pauvreté au moins aussi accentués qu’à Wukirsari en attendant leur éventuelle réalisation57.

Pauvreté économique et tendances socio-politiques

  • 58 Qui n’est, rappelons-le, que de 0.94 %.
  • 59 Inutile de s’appesantir en détail sur le drame que la stérilité représente pour une famille javanai (...)
  • 60 L’isolement du village, et le conservatisme qui en résulte sur lequel nous revenons plus bas, n’est (...)
  • 61 Le record en la matière étant battu par un petit paysan sub-marginal de Ngepek qui avait perdu 7 de (...)
  • 62 C’est ainsi que les 3 fils d’un petit paysan sub-marginal de Sumberan avaient quitté le village, le (...)
  • 63 De fait, le chemin non asphalté d’environ 15 km qui s’embranche à Sedayu sur l’axe transrégional pr (...)
  • 64 En 1972, il y avait 1 568 maisons à Argodadi, dont 173 en dur, 439 en semi-dur et 956 entièrement e (...)
  • 65 Où il n’y en avait qu’à peine plus d’une pour trois familles.
  • 66 Alors qu’il y avait tout de même par exemple 147 postes à transistors et 20 motocyclettes à Wukirsa (...)

12Il ne faut pas bien longtemps pour glaner une imposante collection d’indicateurs de pauvreté à Argodadi. Comme dans le précédent village analysé, le plus significatif d’entre eux demeure le faible taux de croissance démographique58, lui-même résultat d’une combinaison subtile entre des cas de stérilité anormalement nombreux, une fécondité qui est loin d’être galopante, une mortalité assez élevée, en particulier chez les enfants, et un exode rural supérieur à la norme touchant surtout les jeunes. C’est ainsi que lors de nos pérégrinations, nous avons été surpris de rencontrer plusieurs jeunes couples désespérés de ne pas encore avoir d’enfant après 4 ou 5 années de mariage59, alors qu’environ la moitié des femmes âgées de 30 à 40 ans n’avaient pas plus de 3 enfants dans les 4 hameaux étudiés en détail, un phénomène relativement surprenant que n’explique en tous cas pas la prévention des naissances car, à l’exception peut-être de Demangan et Selogedong, le programme de planning familial reste très marginal à Argodadi60. Par contre la mortalité infantile fait des ravages, surtout chez les plus pauvres, et il n’est pas rare d’apprendre de la bouche d’un paysan sans-terre que la moitié de ses enfants nés sont morts en bas-âge61. De plus, nombreux sont les chefs de famille âgés de plus de 40 ans qui vous expliquent qu’un ou plusieurs de leurs enfants sont partis tenter leur chance à Yogya ou Jakarta quand ils n’ont pas carrément décidé de « transmigrer » à Sumatra ou Sulawesi ainsi que nous en avons relevé quelques cas à Sumberan en particulier62. Le niveau nutritionnel très aléatoire qui caractérise la plupart des familles prolétaires du village, chez qui l’on mange plus souvent du manioc que du riz et où le goût de la viande et des œufs est pratiquement inconnu, a évidemment beaucoup à voir avec la plupart des facteurs qui expliquent ce faible taux de croissance démographique. D’ailleurs, les signes de malnutrition comme le rachitisme sont très courants à Argodadi où, sur le plan santé, la situation n’est globalement pas très brillante, les maladies des yeux étant en particulier très répandues chez les enfants. Bref, une pauvreté marquée sur toute la ligne, pauvreté qui est à notre avis fortement accentuée par l’isolement et le sous-équipement du village puisqu’en cas d’urgence, ou ne serait-ce que pour le moindre des achats sortant du plus banal des ordinaires quotidiens, il faut au minimum se rendre à Sentolo, bourgade distante de 7 à 12 km selon le hameau où l’on vit, quand cela n’est pas à Bantul, chef-lieu du district, qui semble encore plus éloigné vu l’état de la route63. Cette pauvreté transpire d’ailleurs au niveau des nouveaux indicateurs de prestige social utilisés dans l’analyse des situations des trois précédents villages. C’est ainsi qu’en 1972, 61 % des maisons d’Argodadi étaient encore intégralement construites en matériau végétal, contre 28 % en semi-dur et seulement 11 % entièrement en dur64. Il est vrai que d’un autre côté on trouve tout de même 860 bicyclettes dans le village, soit environ une pour 2 familles, c’est-à-dire sensiblement plus qu’à Wukirsari65, mais le nombre des radios s’élève quant à lui en tout et pour tout à 46 et celui des motos à... une seule et unique machine66. Pour tout dire, il n’est pas absolument impossible que cela reflète au moins autant un moindre degré d’aliénation de la population villageoise par rapport à un nouveau mode de consommation ostentatoire d’origine essentiellement urbaine qu’un niveau de pauvreté supérieur mais, dans un cas comme dans l’autre, cela renforce singulièrement la thèse sur l’importance déterminante de l’isolement du village qui n’apparaît plus seulement comme étant physique (géographique) mais aussi, et peut être surtout, comme non-physique (culturel). Voyons précisément quelles incidences ce double isolement peut bien avoir sur la vie socio-religieuse et socio-politique d’Argodadi.

  • 67 Il y a très exactement 140 catholiques et 48 protestants sur les 7 859 habitants du village.
  • 68 Rappelons que abangan signifie musulman nominal et que santri est son contraire, ces deux termes ét (...)
  • 69 L’une d’entre-elles appelée « Eko-Budaya » semble en particulier être très populaire.
  • 70 Le pouvoir, étant d’essence divine, sanctionne par définition les justes qui étaient destinés à l’e (...)
  • 71 Le PARKINDO acronyme de PARtai Kristen INDOnesia ou Parti Protestant indonésien et le Portai Kathol (...)
  • 72 Le résultat des élections de 1971 était très exactement le suivant à Argodadi : GOLKAR 2 551 voix, (...)
  • 73 Qui ne se sont bien évidemment pas limitées aux seuls quatre villages analysés dans cette étude, ne (...)
  • 74 C’est d’ailleurs l’un des propres frères de Suharto qui était chef de village à Argomulyo, en 1973. (...)
  • 75 A l’exception du MASJUMI, parti politique représentant alors la tendance modernisatrice de l’islam, (...)
  • 76 Ce qui leur a d’ailleurs coûté fort cher, puisque deux d’entre eux, dont le responsable des questio (...)
  • 77 Nous avons eu la chance de tomber par hasard au cours d’une promenade au bord de la rivière sur un (...)

13Comme à Wukirsari, la très vaste majorité de la population déclare officiellement adhérer à l’islam à Argodadi puisque, mis à part les musulmans, on y recense seulement 2.4°/o de chrétiens67. Cependant, contrairement à ce qui était le cas dans le précédent village, pratiquement divisé à parts égales entre musulmans rigoureux et nominaux, la situation socio-religieuse est infiniment plus homogène. On peut en effet considérer qu’au moins 4/5 des musulmans d’Argodadi pratiquent dans les faits un islam javanisé de type abangan, le rigorisme santri68, lui-même écartelé entre les deux tendances conservatrice et modernisatrice, restant très minoritaire en fin de compte. Il est certain que l’isolement géographique et culturel du village n’est pas totalement étranger à ce phénomène. D’ailleurs, si l’on se souvient bien, le courant abagan de Wukirsari était essentiellement localisé dans les hameaux les plus isolés de l’intérieur, alors que ceux du bord de route étaient pratiquement tous fortement santri. Cette domination de l’islam nominal se traduit à Argodadi, comme partout ailleurs, par l’importance très grande qui est attachée au respect de toutes les croyances et pratiques javano-mystiques mais, vu le double isolement du village, ces dernières débouchent elles-mêmes, point particulièrement positif et intéressant, sur une vie culturelle autonome remarquablement riche et active, le nombre des groupes et associations de musique, de danse et de théâtre divers étant de loin plus élevé qu’à Tirto-nirmolo, Timbulhardjo ou Wukirsari par exemple69. Par contre, sur le plan socio-politique, cela aurait plutôt tendance à s’exprimer sous la forme d’un conservatisme apathique de nettement moins bon aloi qui repose lui-même sur le traditionnel principe paternaliste javanais selon lequel ceux qui ont le pouvoir, étant par définition dans le vrai, toute forme de contestation de leur légitimité est totalement incongrue70. Le résultat des élections générales de 1971 confirment largement cette attitude conventionnelle du village puisque le Parti gouvernemental officiel GOLKAR est littéralement plébiscité avec 85.5 % des suffrages contre seulement 10°7o au Parti NU représentant la tendance conservatrice de l’islam et 4 % à son frère rival moderniste PARMUSI, les deux formations politiques chrétiennes71 se partagent les miettes restantes72. A vrai dire, un tel soutien « franc et massif » au parti présidentiel nous a quelque peu surpris de prime abord, d’autant plus qu’il était ouvertement affiché au mur du bureau de village et même revendiqué fièrement par plusieurs des personnes interviewées, toutes choses auxquelles nous n’avions, ô grand jamais, été confronté auparavant au cours de nos innombrables pérégrinations aux quatre coins du district de Bantul73. Nous apprîmes bientôt que certaines raisons, que l’on pourrait à la limite taxer d’objectives, expliquaient en grande partie ce phénomène peu commun puisque le président Suharto est natif de Kemusu, hameau du village voisin d’Argomulyo, et que l’une de ses soeurs, vivant désormais la plupart du temps à Jakarta, possède toujours une très belle maison à Argodadi même, très exactement à Selogedong où vit encore de manière permanente son fils aîné, neveu du chef de l’Etat, qui a obtenu depuis quelques années un poste de fonctionnaire dans le service de lutte anti-malaria du Ministère de la Santé et nous a fourni par ailleurs toutes ces informations assez inattendues, il faut bien le dire74. Ceci dit, si la fierté de voir accéder l’un de ses enfants, ou presque, aux honneurs suprêmes permet de comprendre l’appui anormalement élevé du village au GOLKAR, elle n’en explique pas les raisons de fond car avant 1965, Argodadi, comme beaucoup d’autres communautés villageoises abangan ayant suivi le même itinéraire, était un bastion du Parti nationaliste de Sukarno. On retombe donc sur le schéma explicatif invoquant les éléments traditionnels de loyauté envers les dirigeants tel qu’il a été exposé plus haut. La seule différence entre les deux présidences, c’est que le plus grand pluralisme de l’Ordre Ancien permettait tout de même à la plupart des forces politiques indonésiennes de pouvoir s’exprimer réellement au niveau des villages75. Il semble en particulier que le Parti communiste en ait largement tiré profit à cette époque, puisqu’il avait même réussi à ce que 4 des membres de sa section locale soient élus à des postes de responsabilité dans l’administration du village d’Argodadi, où selon les dires de certains ils furent fort actifs76. Depuis lors, les voix critiques se sont tues et le village, comme anesthésié, semble tant bien que mal s’accommoder de sa pauvreté et de ses inégalités. Pourtant avec une ouïe fine, un minimum de flair et un soupçon de chance, il arrive encore que l’on déniche l’homme d’exception qui ose s’exprimer sans ambages sur ce qu’il pense du marasme local et surtout de la coupable indigence dont font preuve les actuels bureaucrates villageois pour tenter d’y faire face, se prélassant dans une insouciante opulence alors que certains de leurs administrés croupissent dans une misère noire77. Voyons précisément d’un peu plus près à quoi ressemble vraiment l’éventail des niveaux de vie dans le village.

Echantillon tiercé de stratégies locales de survie

  • 78 Dont 12 dans chacun des 4 hameaux sélectionnés et 1 en dehors de notre échantillon.
  • 79 Poste auquel il a succédé à ... son propre père, ce qui éclaire d’un jour nouveau le caractère semi (...)
  • 80 Rappelons que Sukohardjo est l’un des trois villages qui furent amalgamés en 1946 pour former Argod (...)
  • 81 Nous n’avons pas pu apprendre quel était le montant du loyer qu’il empochait mais la pratique est d (...)
  • 82 Connus à Java sous le nom de sukun, ces fruits, qui constituent l’un des éléments essentiels de l’a (...)
  • 83 Dans la région de Yogyakarta comme partout ailleurs dans le pays on trouve plusieurs dizaines d’esp (...)
  • 84 Arbre dont les fruits, les feuilles et les fleurs sont consommés comme légumes à Java.
  • 85 Il est vrai qu’il est à la tête d’une famille assez nombreuse et qu’en tant que chef du village il (...)
  • 86 Très exactement 3.1585 ha.
  • 87 Il est de loin le mieux loti des trois frères, sans même parler des trois sœurs qui selon le droit (...)
  • 88 En tout il possède donc un peu plus de 3.3 ha de sawah. A noter que le prix d’un sawah de qualité m (...)
  • 89 De fait, il loue environ 2.3 ha de sawah à 7 métayers qui travaillent en permanence ses terres.
  • 90 A noter qu’à Argodadi la plupart des travaux de repiquage et de récolte se font encore selon le vie (...)
  • 91 Deux motivations essentielles le poussaient à faire cela : d’une part, en tant que chef du village, (...)
  • 92 Ils utilisent tous du IR 5 depuis 1970 semble-t-il.
  • 93 Ils respectent scrupuleusement le barème mis sur pied par les responsables du programme BIMAS en ap (...)
  • 94 En l’occurrence principalement du maïs qui donne un rendement moyen de 7 qx/ha.
  • 95 En fait ce principe de partage différentiel est assez répandu à Java.
  • 96 Les métayers travaillant 2.3 ha de sawah sur lesquels ils font 1 récolte annuelle de paddy à 40 qx/ (...)
  • 97 Il produit lui-même 2 080 de riz et 700 kg de maïs sur l’hectare de sawah dont il supervise directe (...)
  • 98 Pour le repiquage de l’hectare de sawah qu’il exploite directement il emploie 120 femmes pendant 4 (...)
  • 99 Il utilise 200 kg d’urée et 100 kg de TSP pour sa récolte de paddy et 100 kg supplémentaire d’urée (...)
  • 100 Il paye environ 10 500 Rp d’IPEDA par an.
  • 101 Soit son revenu annuel brut, une fois déduit l’autoconsommation, d’environ 290 000 Rp moins 53 000 (...)
  • 102 Selon les calculs du Prof. Sumitro tels qu’ils ont déjà été indiqués précédemment le revenu annuel (...)
  • 103 Le fait que le village borde la grande rivière Progo a une influence sur le prix du poisson d’eau d (...)
  • 104 Il avait très exactement 20 poules et 5 canards.

14Sur les 49 chefs de famille interviewés à Argodadi78, bornons nous cette fois à n’en retenir que trois, sorte de tiercé choisi de manière à ce que nous puissions succinctement balayer toute l’amplitude du spectre social existant. Commençons tous simplement par le « maître de céans », Pak Selo, chef de village dont la santé défaillante explique peut être en partie le manque de dynamisme et l’absentéisme marqué. La cinquantaine passée, il a été élu à ce poste dès 1946, sans être apparenté à quelque formation politique que ce soit, mais après avoir gravi tous les échelons hiérarchiques de l’administration villageoise puisque, sous les Hollandais, il était déjà responsable des questions de sécurité de Sukohardjo 79 depuis 1936, et qu’il fonctionna par la suite comme secrétaire du même village80 pendant toute la durée de l’occupation japonaise. Sa femme lui a donné 8 enfants qui ont tous survécu et sont âgés de 20 à 2 ans, les aînés étant sur le point de terminer leur scolarité secondaire. Après la naissance du petit dernier, ils ont décidé d’un commun accord que la coupe était pleine et qu’il était sans doute temps d’utiliser des moyens contraceptifs, en l’occurrence préservatifs puis pilules. Ayant loué son ancienne maison, assez modeste au demeurant, au village qui l’utilise comme bureau81, il vit depuis quelques années avec toute sa famille, composée de 12 personnes, à Selogedong, dans une seconde résidence bien plus confortable entièrement en dur. Elle est entourée d’un vaste pekarangan de 5 000 m2 dans lequel on peut compter 2 arbres à pain82, 15 cocotiers, 10 bananiers, 10 jaquiers, 10 manguiers83 et 10 mlindjo84 dont, nous dit-il, chose tout de même surprenante, rien n’est vendu, la production servant uniquement à couvrir les besoins familiaux85. En ce qui concerne le sawah, Pak Selo dispose en tant que chef du village d’un peu plus de 3 ha faisant partie du domaine public d’Argo-dadi86. C’est précisement parce qu’il bénéficie de l’usufruit de telles terres depuis sa nomination, encore adolescent presque, au poste de responsable des questions de sécurité du village occupé auparavant par son propre père, que ce dernier n’a pas jugé équitable de l’inclure au même titre que ses deux autres frères dans le partage du patrimoine familial, lui léguant seulement un quart de ses 2 ha de pekarangan et rien de ses 2 000 m2 de sawah87. Par contre, ses revenus relativement élevés lui ont permis de pouvoir acheter et posséder en propre 2 200 m2 de bon sawah supplémentaire88. Pour ce qui est de la mise en valeur de ces terres, il dit avoir toujours travaillé personnellement environ 1 ha de sawah avec l’aide de ses fils aînés, louant tout le reste à plusieurs métayers faisant partie de sa clientèle89. En fait, il s’avère plutôt qu’il s’occupe de cet hectare uniquement à titre de superviseur, voire même d’inspecteur des travaux finis, faisant appel à de la main-d’œuvre extérieure salariée pour tous les travaux agricoles, du repiquage à la récolte en passant par les labours90. De plus, chose nouvelle, il prévoit dorénavant de louer 5 000 m2 par an à Madukismo dans le cadre du contrat passé entre le village et la raffinerie91. Bien que son sawah soit loin de faire partie des terres les plus exécrables du hameau, puisque pour le paddy lui et ses métayers arrivent en utilisant des nouvelles variétés92 et des engrais chimiques93 à atteindre un rendement plus qu’honorable d’environ 40 qx/ha, il est tout de même impossible pour des raisons d’irrigation déficiente d’y pratiquer, sauf cas très exceptionnel, une double récolte annuelle de riz, les cultures vivrières secondaires comme le maïs et le soja étant donc de mise pendant la saison sèche94. Ceci est particulièrement important pour le calcul du revenu annuel net que Pak Selo tire de ses terres puisque le partage de la récolte entre le propriétaire et le métayer se fait, à Argodadi, sur une base paritaire en ce qui concerne le paddy, mais selon le principe du tiers/deux tiers pour ce qui est des palawija95. Après avoir déduit la part des métayers96 et celle de l’autoconsommation alimentaire familiale97, le coût de la main-d’œuvre agricole extérieure98, le prix des engrais et des pesticides99 ainsi que le montant de la taxe foncière100, on en arrive à la conclusion que notre chef de village empoche un bénéfice net d’environ 240 000 Rp chaque année101. Bien qu’elle n’ait absolument aucun autre revenu secondaire, cette famille fait donc indiscutablement partie de la catégorie des villageois aisés102. D’ailleurs, outre les conditions d’habitat très confortables qui ont déjà été mentionnées plus haut et le fait que la famille peut tout de même s’offrir le luxe de manger du poisson trois fois par semaine avec son riz103, on tombe bien vite sur d’autres signes extérieurs de richesse qui ne peuvent tromper dans un milieu socio-économique aussi peu opulent qu’Argodadi, Pak Selo possédant non seulement une vache bengala et pas mal de volaille 104 mais également 3 bicyclettes et une radio. Par contre, à l’opposé de la vaste majorité des collègues occupant la même position administrative que lui dans des zones agricoles plus prospères, il ne s’est pas encore offert de motocyclette, objet symbolique de prestige pourtant devenu quasi obligatoire dans la panoplie de tout fonctionnaire villageois moderne qui se respecte. Le relatif isolement d’Argodadi, ainsi que le conservatisme beaucoup plus accentué d’une population rurale faisant preuve en moyenne d’un degré d’aliénation bien moindre par rapport aux signes les plus clinquants de la modernisation urbaine d’inspiration occidentalo-nippone, expliquent peut-être en partie celle lacune. Cependant, connaissant le personnage, nous serions plutôt tenté de penser que dans le cas particulier il s’agit plutôt d’une simple question de moyens financiers, le fait qu’il ait récemment emprunté 100 000 Rp à la banque pour de pures dépenses de consommation le confirme. Il s’avère donc clairement que les chefs de village des rives du fleuve Progo comme lui, tout notables aisés qu’ils puissent être au sein de leur propre communauté, sont, à l’instar de leurs homologues des contreforts du pateau de Gunung Kidul, considérablement moins privilégiés que ceux du cœur de la plaine de Bantul. On peut d’ailleurs donner une forme d’expression beaucoup plus concrète à cet exercice de relativisation sur les niveaux de vie comparatifs des élus locaux en rappelant simplement qu’à Argodadi le revenu annuel net du chef du village demeurait malgré tout près de deux fois et demi inférieur à celui de son collègue de Tirtonirmolo qui approchait les 600 000 Rp. Cela n’empêche pas que Pak Selo nage encore dans une somptueuse opulence par rapport aux paysans marginaux et sub-marginaux qui constituent l’immense majorité de ses administrés.

  • 105 En fait, à la mort du père, la terre a comme il se doit été répartie équitablement entre lui et son (...)
  • 106 Il utilise du Gembira, espèce locale la plus répandue à Argodadi.
  • 107 Il n’utilise que 12.5 kg d’urée pour son paddy, ce qui vu la surface de son sawah ne représente qu’ (...)
  • 108 En 1972, il nous dit avoir aussi épandu plus d’une demie-tonne de fumier dans son sawah.
  • 109 A raison de 200 gr par jour et par personne, la famille Karya a besoin de 511 kg de riz par an, arr (...)
  • 110 Les engrais chimiques lui reviennent à peu près à 350 Rp par an.
  • 111 Une fois payé ses engrais, l’exploitation de son sawah ne lui laisse en effet plus qu’un surplus an (...)
  • 112 Cette toile à sac est connue à Java sous le nom de bagor.
  • 113 Ces pièces de théâtre sont connues sous le nom de ketoprak. La définition qu’en donne Elinor Clark (...)
  • 114 Cette foire a lieu pendant la semaine qui précède le jour anniversaire de la naissance et de la mor (...)

15Allons, par exemple, à Demangan pour rencontrer Pak Karya, paysan propriétaire marginal d’environ 45 ans qui vit, avec les six autres membres de sa famille, dans une petite masure des plus modestes dont le sol est encore en terre battue et les murs fait de simples treillis de bambou tressé peints en blanc. Il n’a jamais mis les pieds à l’école et ne sait pas très bien son âge, pas plus que celui de ses cinq enfants qui s’échelonnent entre 13 et 25 ans et dont aucun n’a été au-delà du cycle d’études primaires. Ceci dit, Pak Karya possède tout de même en propre 4 900 m2 de pekarangan et 4 800 m2 de sawah hérités de son père, paysan avant lui105, ce qui à priori n’est pas totalement négligeable. De fait il arrive à tirer un revenu assez substantiel du premier, car il y a planté 20 cocotiers, 50 bananiers et 10 mlindjo dont il vend 75 % de la production ainsi qu’environ 150 bambous dont on peut tirer 40 à 50 Rp pièce quand ils ont atteint, au bout de trois ans, leur taille adulte qui se situe aux alentours de 10 mètres. Les choses sont par contre nettement plus aléatoires pour le second, situé qu’il est dans une zone de piètre fertilité dont les conditions d’irrigation sont tout bonnement exécrables. Il n’est en effet pas possible d’y pratiquer la riziculture sur plus de 2 000 m2, et encore s’agit-il à d’une seule et unique récolte annuelle, les 2 800 m2 restant étant tout juste bon à porter une culture mixte de soja et de maïs chaque année. En ce qui concerne le paddy, il est de plus exclu, étant donné la sévérité des facteurs naturels limitatifs susmentionnés, de pouvoir utiliser des nouvelles variétés106 et des engrais chimiques en quantité importante107, avec pour résultat que la productivité de la terre demeure particulièrement lamentable puisqu’il ne tire en tout et pour tout que 3 qx par récolte de son sawah, soit un rendement de 15 qx/ha seulement. Du côté des palawija les choses sont, par comparaison, sensiblement moins catastrophiques puisqu’il produit 225 kg de soja et 200 kg de maïs chaque année ce qui correspond à des rendements de 8 qx et 7 qx/ha respectivement. Cette performance relative est en grande partie due au fait qu’étant propriétaire de 2 vaches et de 2 chèvres, il a la possibilité d’épandre régulièrement et à moindre frais du fumier dans ses champs108. C’est d’ailleurs cela qui lui permet de s’en tirer tant bien que mal, la vente de son soja et de son maïs lui donnant les moyens d’acheter l’appoint de riz nécessaire à la consommation familiale puisque sa production personnelle de paddy n’en couvre même pas le tiers109. Cependant, au bout du compte, les choses sont finalement très serrés, et ce malgré le fait que ses coûts d’exploitation soient fort bas puisqu’avec ses cinq enfants et ses deux vaches il est entièrement autonome sur le plan de la main-d’œuvre humaine et animale et qu’il n’utilise pratiquement pas les nouveaux facteurs techniques de production110. En effet, le revenu annuel net qu’il tire de ses terres s’élève tout juste à 20 000 Rp qui proviennent intégralement de la vente des produits du pekarangan, le sawah couvrant simplement l’autoconsommation familiale111. Ajoutons à cela les 5 à 10 000 Rp que sa femme verse chaque année dans le budget ménager à raison de 30 à 50 Rp par jour en tissant de la toile à sac en matière végétale faite à partir de l’écorce traitée du so, arbre de la même espèce que le mlindjo112, ce qui procure à la famille un revenu annuel net variant entre 25 et 30 000 Rp, soit environ 10 fois moins que le chef du village dont la situation a été présentée précédemment. On voit donc que Pak Karya vit, au fil du rasoir, une existence monotone faite de travail acharné sur une terre ingrate et d’insécurité permanente face au lendemain, ses seuls loisirs étant d’écouter jusque fort tard dans la nuit, sur le petit transistor qu’il a tout de même réussi à s’offrir après des années d’effort, les interminables pièces de théâtre populaire javanais retransmise chaque soir par la radiodiffusion locale113 et de se rendre en famille, une fois par an, à Yogyakarta lors de la grande foire traditionnellement du Sekaten114. Cela n’a d’ailleurs rien de très exceptionnel car la plupart des paysans propriétaires d’Argo-dadi sont tous logés à la même enseigne et leur sort est encore somme toute très enviable par rapport aux quelques pauvres bougres totalement démunis de terre qui sont fort heureusement relativement peu nombreux dans le village.

  • 115 Ce type d’attitude obscurantiste est fort heureusement de moins en moins répandue dans les villages (...)
  • 116 Admettons que nous touchons avec le père de Pak Rejo, profession chercheur de fourmis (tukang cari (...)
  • 117 Du fait de l’isolement du village, de sa pauvreté accentuée et du rôle qu’y jouent encore les relat (...)
  • 118 Ces petites soucoupes sont appelées cowek. Il va les vendre en ville une fois par mois.
  • 119 La famille ne consomme en effet qu’un kilo de riz par jour, ce qui représente une ration journalièr (...)

16Laissons nos pas nous guider jusqu’à Sumberan pour rencontrer l’un d’entre eux, Pak Rejo, homme sec et usé approchant la quarantaine mais paraissant facilement dix ans de plus. Des 6 enfants auxquels sa femme a donné le jour, 3 sont morts en bas âge, les survivants respectivement âgés de 12, 9 et 6 ans ayant tous cessés, faute de moyens financiers, de fréquenter l’école primaire et contribuant désormais par leurs petits travaux à améliorer le maigre revenu familial. Leur père n’y voit d’ailleurs aucun inconvénient, étant lui-même totalement illettré. Bien qu’il reconnaisse volontiers qu’une nouvelle naissance serait synonyme de catastrophe vu leur situation plus que précaire, il ne veut pas entendre parler de prévention par quelque moyen que ce soit, les hommes n’ayant pas à intervenir pour contrecarrer les volontés divines115. La famille, qui se compose en tout de 7 membres, vit entassée dans une sombre petite bicoque miséreuse, démunie du simple minimum, faite de quatre murs en treillis de bambou posés à même le sol. Elle est bien entourée d’un minuscule pekarangan de 600 m2 où l’on trouve 3 cocotiers et 15 bananiers, mais il appartient encore aux parents de Ibu Rejo. De sawah, même de la pire qualité, il n’en est bien évidemment pas question, Pak Rejo étant le fils d’un misérable paysan sans terre, ne lui ayant rien légué du tout, qui s’était « spécialisé » comme chercheur-collecteur de fourmis revendues ensuite sous forme de nourriture pour les oiseaux domestiques chanteurs et roucouleurs qu’affectionnent tant les Javanais116. Notre interlocuteur perpétue d’ailleurs à l’occasion la tradition familiale quand il ne dégote pas d’activité journalière plus lucrative. La majeure partie du temps, il travaille cependant 6 heures par jour comme simple ouvrier agricole pour un salaire dérisoire de 50 Rp117. A côté de cela, sa femme et lui fabriquent des petites soucoupes en terre cuite que les gens utilisent comme récipient pour mélanger et présenter les différentes sauces, plus ou moins épicées, qui accompagnent tout repas javanais118, à raison de 10 par jour vendues 10 Rp pièce. Finalement ses deux fils aînés s’emploient comme ramasseurs d’herbe pour le compte de voisins possédant du bétail qui les paient 25 Rp par jour chacun. Quand ils trouvent du travail tous les quatre, ce qui ne se produit pas tous les jours loin s’en faut, ils ramènent en tout et pour tout 200 Rp à la maison, ce qui suffit tout juste pour acheter le kilo de mauvais riz mélangé à du manioc qui leur sert de pitance et les quelques ingrédients indispensables à la malnutrition familiale119. Sinon ils achètent à crédit à la petite échoppe du coin, y accumulant des dettes impossibles à rembourser qui s’élèvent déjà à passé 10 000 Rp, une fortune. On touche une nouvelle fois là au tréfonds le plus sombre de la plus noire des misères sans espoir.

Remarques finales : confirmations et comparaisons

17En allant, sur le point de quitter définitivement Argodadi, flâner une dernière fois le long des berges ombragées de la rivière scintillante dont les eaux commencent à se faire fort basses en cette saison et qui peine lourdement pour se frayer un passage entre les vastes bancs de sable gris bouillant que son reflux a livré aux rayons implacables du soleil de plomb d’août, on souhaite que la nacelle des deux pêcheurs solitaires que l’on voit traverser à gué dans le lointain brumeux se remplisse d’une manne aussi fructueuse que celle qui gonfle notre dossier de notes au terme de cette quatrième enquête villageoise. Ainsi qu’on espérait pouvoir le vérifier on a bien la confirmation que les corrélations socio-économiques majeures identifiées dans chacun des trois précédents villages analysés, que ce soit entre le degré de parcellisation de la propriété foncière et l’accueil réservé au programme gouvernemental de modernisation agricole ou entre le degré de ruralité et la nature des stratégies de survie élaborées par les communautés villageoises et leurs membres, transcendent effectivement les différences existant entre les divers écosystèmes locaux dont on a, après la domination du sawah à Tirtonirmolo et à Timbulhardjo, puis du tegal à Wukirsari, enfin couvert l’éventail complet avec celle du pekarangan à Argodadi. De fait, ici comme ailleurs, le nombre de villageois participant au programme BIMAS est très voisin de celui des propriétaires fonciers moyens et riches se situant au-dessus du seuil d’indépendance économique et de sécurité psychologique. D’un autre côté, l’isolement économique, social et culturel assez marqué du village, ainsi que la nature de l’écosystème qui le caractérise, expliquent probablement en grande partie sa très faible polarisation par rapport au facteur terre et sont indubitablement à l’origine d’un type de stratégies de survie nettement plus traditionnelles et rustiques mais également beaucoup moins spécialisées et dépendantes que cela n’était globalement le cas dans nos trois précédents exemples, même à Wukirsari qui jouissait pourtant de conditions naturelles de développement tout aussi peu favorables. Arrivés au terme de notre long voyage dans ces quatre villages du cœur du Kejawèn, peut-être n’est-il pas inutile, vu la complexité et la diversité des phénomènes auxquels nous avons été confrontés page après page, de mettre un peu d’ordre dans nos idées en récapitulant sous forme synthétique les grandes leçons à tirer de leur analyse comparative.

Notes

1 Argo est une simplification de harga, mot qui signifie « montagne » en javanais ancien (kawi). Le mot dadi veut de son côté dire « devenir ». Argodadi est donc un endroit devenu montagne.

2 Rappelons que la province de Yogyakarta (Daerah Istimewa Yogyakarta) se compose de la municipalité (kotamadya) du même nom et de 4 districts (kapupaten) ruraux Sleman, Bantul, Gunung Kidul et Kulon Progo.

3 La rivière Progo marque la frontière entre les kabupaten de Bantul et de Kulon Progo, Sentolo étant déjà par conséquent inclus dans le second.

4 De fait cet étroite bande de terre qui est constituée de régosols bruns alluvioneux est la seule zone plane du village, terrasses et collines recouvrant des sols de type grumosol gris et lithosol occupant tout le reste du territoire. Voir « Detailed Reconnaissance Map. » op. cit..

5 Du temps des hollandais, il semble que le système d’irrigation mis sur pied, par un ingénieur du nom de Van der Vijk, couvrait de manière permanente l’intégralité des 270 ha de sawah existant dans le village. Largement détruit pendant la révolution, il n’a jamais été reconstruit depuis et ne dessert plus que 45 ha seulement. Il est intéressant de noter que la population locale, plutôt que de répondre en termes techniques neutres quand on lui pose des questions concernant les problèmes d’irrigation, se réfère inévitablement encore aujourd’hui au « Van der Vijk », le nom de ce personnage étant ainsi passé à la postérité villageoise, chose dont il serait vraisemblable le premier surpris.

6 Sawah, tegal et pekarangan couvrent donc 955.4 ha des 966.2 ha du village. Les quelques 10.8 ha restant sont occupés par 5.8 ha de terres appartenant au Sultan (Sultanen Gronden), 1.0 ha de pentes très escarpées (oro-oro), 1.0 ha de bancs de sables (wedikengser), 2.6 ha de cimetières (kuburan) et 0.4 ha classés dans divers. L’étude de l’évolution de l’occupation des terres, entre 1930 et 1972, ne montre, contrairement aux trois autres villages étudiés précédemment, strictement aucun changement. Cela se comprend aisément vu que, pour des raisons d’irrigation et de topographie, il était impossible d’augmenter la surface de sawah et que la pression démographique croissante ne risquait pas d’entraîner une extension quelconque du pekarangan qui occupait déjà 69 % de la superficie totale du village à cette époque là.

7 Le pekarangan occupe, par exemple, 51 % de la superficie totale du village à Argosari et 72 % à Argoredjo. Dans le sous-district voisin de Padjangan, situé juste au sud de celui de Sedayu, les choses sont encore plus nettes puisqu’il n’y a pratiquement pas de sawah et que le pekarangan occupe 77 % de la superficie totale du village à Sandangsari et même 81 % à Triwidadi.

8 Où il était pour mémoire de 0.87 %.

9 C’est-à-dire une fois déduit de la superficie totale de 966.2 ha les 10.8 ha rentrant dans la catégorie « divers » (pro2, wedikengser, Sultanen Gronden, Kuburan, etc) ainsi que les 15.7 ha de pekarangan occupés par les constructions à raison de 100 m2 par maison.

10 Le sawah public occupait, en 1972, 49.35 ha soit environ 18.3 % du total disponible dans le village, beaucoup moins qu’à Wukirsari par exemple. Il se divisait comme suit : 31.15 ha de lungguh, 11.62 ha de kas desa et 6.58 ha de pengarem-arem. Le tegal public couvrait quant à lui 11.61 ha, soit plus de 51.5 % de la superficie existante dont 10.23 ha de kas desa et 1.37 ha de pengarem-arem. Au total, les terres communales publiques couvraient donc 60.96 ha en 1972 à Argodadi ce qui donne bien, une fois déduit de la surface arable productive du village qui s’élève à 936.7 ha, une densité de population de 897 hab/km2. En 1930, elles occupaient exactement la même superficie dans les 3 villages qui furent regroupés par la suite pour former Argodadi, soit 60.96 ha dont 49.35 ha de sawah et 11.61 ha de tegal. Les seuls changements qui ont pris place se sont effectués à l’intérieur même de la catégorie des terres communales publiques au détriment du lungguh qui occupait alors 38.9 ha de sawah et 0.59 ha de tegal et en faveur du kas desa qui ne couvrait que 4.72 ha de sawah et 4.2 ha de tegal, le pengarem-arem se situant quant à lui à mi-chemin, gagnant très légèrement du côté du sawah, puisqu’il n’occupait alors que 5.74 ha, mais perdant assez sensiblement du côté du tegal, puisqu’il couvrait alors 6.82 ha. Comme dans les trois autres villages, précédemment analysés, le principe de ces transferts internes était de garantir une plus grande autonomie financière à la nouvelle entité administrative. Malgré cela, les revenus d’Argodadi sont encore moins élevés que ceux de Wukirsari déjà fort bas, ce qui s’explique parfaitement vu la médiocrité des terres du village.

11 Soit une moyenne de 4.7 personnes par famille.

12 Puisqu’il y avait, pour mémoire, 25.5 % de familles sans terre à Wukirsari, 30.1 % Tirtonirmolo et 62.1 % à Timbulhardjo.

13 On retrouve d’ailleurs, sur ce point particulier, un phénomène familier déjà identifié à Wukirsari.

14 A savoir 1.0 S =1.0 P = 2.0 T.

15 Par comparaison, à Wukirsari, village lui-même assez peu polarisé, 74.5 % des familles ont accès à la propriété foncière et seules 12 % d’entre elles se situent au-dessus du seuil des 1.0 ha, ne contrôlant qu’environ 35 % de la superficie totale de pekarangan, sawah et tegal, les 88 % qui sont en-dessous se partageant les 65 % restant.

16 Outre le chef (lurah) et le secrétaire de village (carik), il y avait comme d’habitude 4 responsables de départements sectoriels (kepala bagian kemakmuran, sosial, agama et keamanan), secondés par 5 assistants (pembantu), ainsi que 14 chefs de hameaux (kepala dukuh). A noter qu’à Wukirsari le corps de fonctionnaires villageois s’élevait à 30 personnes, 5 de plus qu’à Argodadi.

17 Il est à noter que la taille du sawah lungguh attribué au lurah a nettement diminué lors de la réforme administrative de 1946 puisqu’elle atteignait respectivement 4.2 ha et 5.4 ha à Sukohardjo et Ding-hihan, 2 des 3 villages regroupés pour former Argodadi.

18 Cela se comprend fort bien puisque les pamong desa sont élus à vie. La plupart des fonctionnaires villageois d’Argodadi ont été élus entre 1946 et 1951 et étaient encore à leur poste en 1973. De fait, mis à part les élections ponctuelles qui ont été organisées de temps à autre pour pourvoir un poste laissé vacant par un fonctionnaire décédé de mort naturelle, le seul changement important est intervenu en 1967, quand il a fallu remplacer les 4 membres du corps des pamong desa qui, responsables de la section locale du Parti communiste indonésien (PKI) avaient « disparu » dans la tourmente des événements qui ont suivi le coup de 1965 et sur le cas desquels nous reviendrons plus en détail ultérieurement.

19 La récolte du sucre de cocotier (gula kelapa) est un travail pénible, dangereux et peu rentable dans lequel se lancent uniquement les plus pauvres. Il faut en effet grimper en haut de l’arbre 2 fois par jour pendant toute l’année pour inciser le cœur d’où s’écoule la sève, la fabrication du sucre lui-même n’étant pas non plus un travail des plus agréables. Un grimpeur-inciseur très habile et travailleur peut venir à bout d’environ 30 arbres au maximum en une journée de labeur, s’assurant ainsi un revenu variant seulement entre 60 et 80 Rp. On comprend aisément dans ces conditions que ceux qui peuvent trouver un moyen de s’en tirer autrement préfèrent directement consommer ou vendre les fruits de leurs cocotiers que de risquer leur vie dans une opération dont la plus-value est aussi dérisoire. Il n’est peut-être pas inutile de rappeler qu’un cocotier qui est saigné en vue de la production sucrière ne donne bien évidemment plus de fruits.

20 Il y avait 21 petites fabriques de tuiles (genténg) à Argodadi en 1972.

21 D’après une statistique villageoise, 690 personnes, principalement des femmes, seraient employées, au moins à temps partiel, dans ce secteur d’activités de tressage et tissage.

22 On compte en tout et pour tout dans tout le village 11 petites boutiques-éventaires (warung) où il est possible d’acheter 2 ou 3 bricoles de première nécessité et de se restaurer succinctement. A côté de cela on trouve aussi 23 petits fabricants de galettes de soja (tempe et tahu), 6 tailleurs, 3 coiffeurs et 1 réparateur de bicyclette et 1 menuisier.

23 Rappelons qu’à Wukirsari 223 des 667 chefs de famille vivant dans les 4 hameaux étudiés en détail avaient une activité annexe déclarée.

24 II s’agit du système dit « Van der Vijk » dont il a été question plus haut.

25 En indonésien aussi bien qu’en javanais, sumber veut d’ailleurs précisément dire source, alors que sumberan indiquerait plutôt l’état d’un terrain marécageux et détrempé dans le Kejawèn.

26 Une bonne partie des sawah anciennement irrigués par l’intermédiaire du système Van der Vijk, en particulier à Ngepek sont devenus de facto des tegal quand ce dernier a été détruit. Ils continuent néanmoins à être classés dans la catégorie sawah, leurs propriétaires étant donc surtaxés par rapport à la productivité réèlle de la terre.

27 Certains parmi les moins gâtés en sont même réduits à pratiquer, chose assez peu répandue dans le district de Bantul, une culture mixte (tumpang sari) permanente, intercalant, en général, du soja (kede-lai) entre des rangées de maïs (jagung) et de manioc (ketela pohon). Il est intéressant de noter que le mot tumpang sari, qui indique que deux différents types de cultures sont pratiquées en même temps sur le même champ, est aussi utilisé pour désigner le toit à deux plans d’inclinaison des maisons traditionnelles javanaises. Voir Elinor Clark Horne, Javanese-English Dictionary, op. cit. pp. 670-671.

28 La surface arable théorique d’Argodadi est de 292.5 ha et se compose de 270 ha de sawah et de 22.5 ha de tegal, le pekarangan ne rentrant bien évidemment pas en ligne de compte dans ce calcul. Pour mémoire le même taux était de 214 % à Tirtonirmolo, de 189 % à Timbulhardjo et de 58 % à Wukirsari.

29 Cela représente des taux annuels d’intensité de culture de 124.1 % en 1969, 137.4 % en 1970, 135.4 % en 1971, et 112.1 % en 1972.

30 Il n’est pas impossible que la canne ait été cultivée avant la seconde guerre mondiale à Argodadi, à l’époque où le système Van der Vijk irriguait en permanence plus de 250 ha de sawah dans tout le village et où il avait 17 raffineries sucrières dans la seule petite province de Yogyakarta. Nous n’avons pas pu avoir confirmation de ce fait. Quoiqu’il en soit, il n’y a jamais eu de canne dans les champs du village depuis la fin de l’occupation japonaise semble-t-il et c’est bien l’amélioration de l’infrastructure d’irrigation qui est à l’origine du retour en force qui est mentionné plus haut et dont les circonstances spécifiques sont relatées en détail plus bas.

31 Tout le reste de la surface récoltée en paddy est principalement constitué par du Gembira et par quelques autres variétés locales diverses (djawi) qui, ensemble, n’occupent donc plus que 123 ha en 1972 contre 197 ha en 1969.

32 Est-il nécessaire de rappeler que l’emploi des nouvelles variétés de riz est impérativement subordonnée à l’existence préalable de conditions d’irrigation optimum permettant un contrôle très précis de la nappe d’eau dans le sawah. Nous avons d’ailleurs déjà vu plus haut que les rendements étaient souvent bien meilleurs en saison sèche que pendant les pluies de mousson avec de telles variétés.

33 Il s’agit presque exclusivement d’urée, mais il est intéressant de noter que les quantités appliquées dans certains sawah des plus médiocres ne sont pas très éloignées des normes recommandées par le gouvernement dans les meilleures zones irriguées. On tombe tout de même de temps en temps sur un vieux paysan qui n’utilise pas d’engrais chimiques et ne veut pas en entendre parler. Vu l’augmentation de productivité très marginale que l’emploi d’engrais chimiques entraîne souvent dans de telles mauvaises rizières, on peut se demander si ces vieux sages ne sont pas dans le vrai aussi bien à court terme qu’à long terme. Se pose alors tout le problème de l’utilisation mimétique des engrais chimiques comme preuve de modernité, un phénomène qui n’est peut-être pas aussi insignifiant que cela dans certains villages javanais.

34 On peut noter, chose impensable à Tirtonirmolo ou Timbulhardjo, la présence ici et là, dans le paysage, de sawah particulièrement peu soignés, mal désherbés et repiqués en ligne de manière très aléatoire. A ce propos, il nous a été dit par un des vieux paysans interrogés, mais sans que cela soit confirmé par une autre personne, que le repiquage en ligne a été introduit seulement à partir de 1942, par l’intermédiaire des japonais à Argodadi. Cette déclaration nous laisse encore quelque peu songeur jusqu’à ce jour.

35 Dont 64.6 ha entrant dans la variante ordinaire du programme (BIMAS Blasa) contre seulement 7.6 ha dans la variante nouvelle (BIMAS BAru). A noter que le nombre de participants s’élevait à 126, chacun possédant donc en moyenne 5 733 m2 de sawah, et qu’ils avaient emprunté une somme globale de 311 665 Rp, soit 2 473.5 Rp par tête, dont près de 60 % en cash. En août 1973, seuls 4 d’entre eux n’avaient pas encore remboursé leur emprunt, ce qui représente un taux de recouvrement très élevé proche de 99 %.

36 Dont chose intéressante, 114.25 ha entrant dans la variante nouvelle (BIMAS BAru) contre seulement 9.25 ha dans la variante ordinaire (BIMAS Blasa), ce qui représente un inversement total de tendance par rapport à 1970/71. La campagne de crédit de la saison des pluies 72/73 marque un tournant important pour le programme d’intensification de la production rizicole à Argodadi qui décolle enfin du seuil des 70 ha autour duquel il avait continué à plafonner lors de la mousson de l’année précédente. A ce propos, il faut souligner que le programme reste très marginal en saison sèche, n’ayant couvert que 24.6 ha en 1972 contre 19.1 ha en 1971, ce qui n’est pas surprenant vu les très mauvaises conditions ambiantes d’irrigation faisant que seuls une quarantaine de propriétaires privilégiés dans tout le village sont en mesure de pouvoir cultiver du paddy dans leur sawah à cette époque de l’année.

37 Qui s’élève à 270 ha.

38 Qui varie entre 203 et 207 ha.

39 Qui sont au nombre de 1 012.

40 Qui ne sont que 213.

41 La superficie moyenne maximum par emprunteur ayant été atteinte lors de la campagne de crédit de la saison sèche 1972 avec 6 142 m2.

42 Puisque le pekarangan y domine, alors que c’était le sawah à Tirtonirmolo et Timbulhardjo et le tegal à Wukirsari.

43 La somme globale déboursée ne représente que moins de 40 % de l’objectif choisi qui avait, optimistement, été fixé à 1 725 000 Rp. Cette somme se répartit en 326 648 Rp pour les facteurs techniques de production et 352 352 Rp sous forme de cash, soit une moyenne de respectivement 1 237 Rp et 1 335 Rp par emprunteur. A noter que la somme moyenne couvrant le prix des facteurs techniques de production ne représente que 46.5 kg d’engrais à 26.6 Rp/kg, soit tout juste 1 qt/ha, moins de la moitié de ce qui est recommandé par les autorités gouvernementales. Pour mémoire, la somme moyenne par emprunteur était à la même époque de 3 015 Rp à Wukirsari, les 3/4 sous forme d’engrais. On peut finalement signaler que 129 des 264 emprunteurs avaient déjà remboursé 335 000 Rp en août 1973, ce qui représente tout de même un taux de recouvrement non négligeable de près de 50 % moins de six mois après la fermeture de la ligne de crédit en question.

44 Comparer avec les rendements des mêmes cultures qui sont nettement plus élevés dans les trois autres villages analysés précédemment, même à Wukirsari. Encore ne s’agit-il pas là des rendements réalisés en culture mixte qui sont encore beaucoup plus bas, tournant autour de 1.5 t/ha pour le manioc, 4 qx/ha pour le maïs et moins de 3 qx/ha pour le soja.

45 Les quantités d’engrais chimiques utilisées pour la culture des palawija dépassent rarement 10 à 20 kg/ha. Par contre certains paysans apportent jusqu’à 500 kg/ha de fumier animal et végétal dans leur champ.

46 Il est intéressant de noter que l’on ne trouvait par contre en tout et pour tout que 35 buffles dans le village, le manque d’eau expliquant bien évidemment ce phénomène.

47 On comptait 1 vache pour 10 personnes, 1 chèvre pour 11 et 1 mouton pour 18 à Argodadi en 1972, contre 1 vache pour 11 personnes, 1 chèvre pour 13 et 1 mouton pour 25 à Wukirsari à la même époque.

48 Il y avait 8 500 poules dans tout le village en 1972, soit plus d’une par habitant. On ne comptait par contre que 210 canards, aussi peu à l’aise que les buffles dans ce milieu privé d’eau. La pêche en rivière ramène quant à elle à peu près 150 Rp par jour aux plus chanceux.

49 Il joue par exemple un rôle encore plus prépondérant dans certains des hameaux de colline les plus retirés comme Kadibesa et Brongkol.

50 On trouve très souvent des bosquets de bambou dans les coins les plus accidentés des pekarangan. Il y a en général une trentaine de bambous par bosquet, chacun atteignant une dizaine de mètres en l’espace de 3 ans et pouvant alors être vendu au prix de 40 à 50 Rp.

51 Le fameux système « Van der Vijk ».

52 C’est ce qui s’est par exemple passé à Wukirsari.

53 Rappelons qu’il était de 200 000 Rp/ha à Tirtonirmolo et Timbulhardjo et de 80 000 Rp/ha puis de 120 000 Rp/ha à Wukirsari pour le même laps de temps.

54 A savoir Demangan, Bakal Dk, Ngepek, Sukohardjo, Cawan, Dingkihan et Dumpoh.

55 Qui était fixé pour mémoire à 60 ha seulement. Il est vrai qu’une bonne partie de cette superficie est constituée par les terres communales dont les fonctionnaires villageois ont l’usufruit. Cependant l’élément déterminant d’un tel engouement est sans nul doute lié au fait que la raffinerie paye la location des terres cash et à l’avance, ce qui permet à beaucoup de petits paysans, soit de rembourser des dettes pressantes, soit d’acheter du riz au moment délicat de la soudure.

56 Prix du sucre trop bas qui ne rend pas intéressante la location d’un sawah à la raffinerie dès l’instant où l’on peut y pratiquer une double récolte annuelle de riz et problèmes psychologiques liés à l’impossibilité de travailler sa terre pendant plus d’une année.

57 La pompe était en train d’être installée au moment où nous faisions nos enquêtes dans les hameaux d’Argodadi, et il était prévu qu’elle serait opérationnelle en l’espace de deux mois.

58 Qui n’est, rappelons-le, que de 0.94 %.

59 Inutile de s’appesantir en détail sur le drame que la stérilité représente pour une famille javanaise dans un milieu culturel où l’enfant est véritablement roi jusqu’à l’âge de 5 ou 6 ans.

60 L’isolement du village, et le conservatisme qui en résulte sur lequel nous revenons plus bas, n’est certainement pas étranger à ce phénomène. Quoiqu’il en soit nombreux étaient les chefs de famille inter viewés qui n’avaient encore jamais entendu parler en 1972 des méthodes contraceptives modernes. Sur les 12 familles constituant notre échantillon d’enquête dans chacun des 4 hameaux étudiés en détail, seulement une utilisait des moyens contraceptifs, en l’occurrence la pilule, à Sumberan et Ngepek, contre 4 à Demangan et 5 à Selogedong. Le pourcentage de femmes âgées de 30 à 40 ans qui avaient 3 enfants ou moins se situaient à 32.5 % à Sumberan, 45.1 % à Selogedong, 51.1 % à Demangan et 60.8 % à Ngepek.

61 Le record en la matière étant battu par un petit paysan sub-marginal de Ngepek qui avait perdu 7 des 9 enfants auxquels sa femme avait donné le jour.

62 C’est ainsi que les 3 fils d’un petit paysan sub-marginal de Sumberan avaient quitté le village, le premier s’étant installé dans l’île de Bangka à Sumatra Sud (Sumatera Selatan), le second à Makassar (Udjungpandang) capitale de Célèbes Sud (Sulawesi Selatan) et le dernier, plus banalement, à Jakarta.

63 De fait, le chemin non asphalté d’environ 15 km qui s’embranche à Sedayu sur l’axe transrégional principal Yogya-Wates longe la rivière Progo et débouche sur la route secondaire Imogiri-Srandakan était encore parfois difficilement praticable pendant la saison des pluies en 1972.

64 En 1972, il y avait 1 568 maisons à Argodadi, dont 173 en dur, 439 en semi-dur et 956 entièrement en matériau végétal, bois, bambou, terre battue et tuiles.

65 Où il n’y en avait qu’à peine plus d’une pour trois familles.

66 Alors qu’il y avait tout de même par exemple 147 postes à transistors et 20 motocyclettes à Wukirsari.

67 Il y a très exactement 140 catholiques et 48 protestants sur les 7 859 habitants du village.

68 Rappelons que abangan signifie musulman nominal et que santri est son contraire, ces deux termes étant devenus classiques en matière de sociologie religieuse indonésienne.

69 L’une d’entre-elles appelée « Eko-Budaya » semble en particulier être très populaire.

70 Le pouvoir, étant d’essence divine, sanctionne par définition les justes qui étaient destinés à l’exercer. Cette double attitude de déférence, du peuple à l’égard de ses chefs et de condescendance de ces derniers envers lui, peut se résumer en un mot le « bapakisme » qui vient de bapak signifiant père, concept désormais familier à tous les spécialistes de sociologie politique indonésienne.

71 Le PARKINDO acronyme de PARtai Kristen INDOnesia ou Parti Protestant indonésien et le Portai Katholik ou Parti catholique.

72 Le résultat des élections de 1971 était très exactement le suivant à Argodadi : GOLKAR 2 551 voix, NU 300, PARMUSI 120, PARKINDO 11 et Partai Katholik 2.

73 Qui ne se sont bien évidemment pas limitées aux seuls quatre villages analysés dans cette étude, ne serait-ce que parce qu’il a bien fallu chaque fois en visiter plusieurs avant d’en sélectionner un.

74 C’est d’ailleurs l’un des propres frères de Suharto qui était chef de village à Argomulyo, en 1973. Paradoxalement, c’est peut-être la preuve que le népotisme n’était pas systématique et outrancier dans la famille présidentielle, car il aurait alors plutôt occupé un poste honorifique quelconque à Jakarta en se prélassant dans les beaux quartiers de Menteng. Il est possible que cela ait quelque chose à voir avec l’attachement profond du chef de l’état pour ses racines rurales, lui qui ne manque jamais une occasion de les rappeler et a même choisi comme titre à sa biographie officielle rédigée par O.G. Roeder, correspondant permanent de la Neue Zurcher Zeitung de Zurich en Indonésie, « Anak Desa », ce qui signifie simplement « Enfant du village », une appelation contrôlée qui est indubitablement plus proche de la réalité et surtout moins cynique et ridicule que celle qui a été trouvée pour la traduction anglaise du même ouvrage par son génial auteur : « The Smiling General » !

75 A l’exception du MASJUMI, parti politique représentant alors la tendance modernisatrice de l’islam, qui avait été interdit par Sukarno dès 1958 pour des raisons qui ont déjà été exposées plus haut.

76 Ce qui leur a d’ailleurs coûté fort cher, puisque deux d’entre eux, dont le responsable des questions sociales du village (kepala bagian sosial ou kamituwa), semblent avoir été tués du côté de Bantul, fin 1965, alors que les deux autres, dont le responsable des questions agricoles (kepala bagian kemakuma-ran ou ulu ulu), ont été déportés dans la tristement célèbre île concentrationnaire du Buru, dans les Moluques, et n’avaient pas encore fait leur réapparition à Argodadi en 1973.

77 Nous avons eu la chance de tomber par hasard au cours d’une promenade au bord de la rivière sur un tel oiseau rare. Il s’est plaint amèrement en des termes plus que sévères de l’incapacité, dû manque de conscience professionnelle et même d’honnêteté de la plupart des bureaucrates villageois installés depuis trop longtemps dans leur coupable insouciance. Il a eu des mots particulièrement durs pour le chef du village qui selon lui n’a rien fait pour ses administrés depuis 27 ans qu’il a été élu et n’aurait même pas eu l’idée de s’adresser directement à Madukismo pour régler le problème de la pompe si le chef du sous-district n’avait pas pris les choses en mains personnellement. Même verdict pour le responsable des questions agricoles dont la seule activité notable depuis qu’il a remplacé, en 1967, son prédécesseur, homme intègre et travailleur, a été... de se marier. Selon lui, ce qu’il y a de plus grave est que tout ceci puisse continuer impunément, les villageois n’ayant aucune possibilité de recours dans l’état actuel des choses.

78 Dont 12 dans chacun des 4 hameaux sélectionnés et 1 en dehors de notre échantillon.

79 Poste auquel il a succédé à ... son propre père, ce qui éclaire d’un jour nouveau le caractère semi-héréditaire de certaines fonctions administratives dans les villages javanais.

80 Rappelons que Sukohardjo est l’un des trois villages qui furent amalgamés en 1946 pour former Argodadi. Notons aussi que Pak Selo semble ne pas avoir été confronté à des problèmes de conscience insolubles pour réussir l’exploit de conserver ses fonctions administratives sous trois régimes différents en l’espace de 10 ans, le colonialisme hollandais, l’impérialisme japonais et le nationalisme indonésien.

81 Nous n’avons pas pu apprendre quel était le montant du loyer qu’il empochait mais la pratique est déjà, en elle-même, assez singulière venant de la part d’un élu local.

82 Connus à Java sous le nom de sukun, ces fruits, qui constituent l’un des éléments essentiels de l’alimentation dans de nombreuses îles mélanésiennes et polynésiennes, sont assez peu appréciés par la population locale qui ne les consomme qu’en cas de force majeure.

83 Dans la région de Yogyakarta comme partout ailleurs dans le pays on trouve plusieurs dizaines d’espèces de mangues (mangga en indonésien et pelem en javanais), mais aucune n’a la réputation d’être très bonne. De fait aucun des fruits produit sur la côte sud de Java n’est particulièrement savoureux, pas plus les mangues que les autres, et tout javanais qui se respecte saura vous dire que les meilleures proviennent soit de Probolinggo (Java Est), soit d’Indramayu (Java Ouest), deux villes de la côte nord de l’île.

84 Arbre dont les fruits, les feuilles et les fleurs sont consommés comme légumes à Java.

85 Il est vrai qu’il est à la tête d’une famille assez nombreuse et qu’en tant que chef du village il se doit plus que tout autre villageois d’en laisser profiter ceux de ses voisins qui n’en ont pas.

86 Très exactement 3.1585 ha.

87 Il est de loin le mieux loti des trois frères, sans même parler des trois sœurs qui selon le droit coutumier (adat) javanais n’ont pas reçu la moindre parcelle de terre, mais simplement des meubles et autres objets domestiques, puisqu’il a en quelque sorte hérité de la fonction administrative paternelle, ce qui vaut bien 1 000 m2 de sawah. Nous avons déjà eu l’occasion de voir à Tirtonirmolo ou Wukirsari, par exemple, où plusieurs des élus locaux étaient fils et petit-fils de fonctionnaires villageois, que ce type de pseudo-népotisme par lequel se créent de véritables traditions familiales à occuper des positions administratives, était assez répandu à Java. Il est cependant assez rare, et pour tout dire quelque peu suspect, qu’un fils succède à son père exactement au même poste que ce dernier avait occupé de son vivant.

88 En tout il possède donc un peu plus de 3.3 ha de sawah. A noter que le prix d’un sawah de qualité moyenne tournait aux alentours de 100 Rp/m2 en 1973 à Argodadi. Il était donc sensiblement moins cher qu’à Wukirsari et incomparablement meilleur marché qu’à Tirtonirmolo ou Timbulhardjo.

89 De fait, il loue environ 2.3 ha de sawah à 7 métayers qui travaillent en permanence ses terres.

90 A noter qu’à Argodadi la plupart des travaux de repiquage et de récolte se font encore selon le vieux système communautaire d’entraide mutuelle (gotong royong). Lors du repiquage, il suffit juste d’offrir à chacune des ouvrières agricoles participant au travail un repas qui revient environ à 25 Rp par tête. Au moment de la récolte, c’est le traditionnel bawon qui est appliqué, son taux variant entre 1/8e et 1/12e de la récolte dans ce village. Le corollaire évident de cet état de fait est le suivant : jusqu’en 1973 les entrepreneurs en récolte (tengkulak) n’avaient pour ainsi dire pas encore fait leur apparition dans le village. Tout ceci est bien évidemment dû à l’isolement du village, à son médiocre potentiel agricole et au fait que les nouvelles variétés rizicoles y jouaient encore un rôle secondaire vu les désastreuses conditions d’irrigation.

91 Deux motivations essentielles le poussaient à faire cela : d’une part, en tant que chef du village, contribuer de manière substantielle à atteindre le quota de 60 ha promis à la raffinerie, de l’autre en tant que simple paysan-propriétaire, empocher le prix de location que cette dernière avait décidé de payer cash à l’avance.

92 Ils utilisent tous du IR 5 depuis 1970 semble-t-il.

93 Ils respectent scrupuleusement le barème mis sur pied par les responsables du programme BIMAS en appliquant 200 kg d’urée et 100 kg de supertriphosphate à l’hectare.

94 En l’occurrence principalement du maïs qui donne un rendement moyen de 7 qx/ha.

95 En fait ce principe de partage différentiel est assez répandu à Java.

96 Les métayers travaillant 2.3 ha de sawah sur lesquels ils font 1 récolte annuelle de paddy à 40 qx/ha et 1 récolte annuelle de maïs à 7 qx/ha. Ils produisent donc très exactement 4 784 kg de riz et 1 610 kg de maïs chaque année. Comme ils gardent la moitié du riz et les deux tiers du maïs, il ne reste plus à Pak Selo que 2 392 kg de riz et 536 kg de maïs.

97 Il produit lui-même 2 080 de riz et 700 kg de maïs sur l’hectare de sawah dont il supervise directement l’exploitation. Il dispose donc en tout chaque année en additionnant ce qu’il reçoit de ses métayers et ce qu’il produit personnellement de 4 472 kg de riz et de 1 235 kg de maïs. La famille de 12 personnes consomme, à raison de 250 gr par jour par tête, 1 095 kg de riz par an auxquels on peut ajouter une marge de 100 kg pour les cadeaux et les offrandes, soit en tout environ 1 200 kg. Il reste donc à Pak Selo un surplus annuel non-consommé de 3 272 kg de riz et de 1 236 kg de maïs soit, au prix moyen de 76 Rp/kg pour le premier et de 34 Rp/kg pour le second, un revenu annuel brut une fois déduit l’autoconsommation de très exactement 290 696 Rp.

98 Pour le repiquage de l’hectare de sawah qu’il exploite directement il emploie 120 femmes pendant 4 heures et leur donne le choix entre un salaire de 25 Rp et un repas qui lui revient au même prix, soit en tout 3 000 Rp. Possédant une vache bengala en propre il n’emploie que 4 ouvriers agricoles pendant 12 jours chacun chaque année, les payant 50 Rp/jour et leur donnant de surcroît un repas qui lui revient à 25 Rp par tête soit en tout 3 600 Rp. Finalement, pour la récolte, il emploie les mêmes 120 femmes que pour le repiquage, leur laissant un bawon de l/10e soit environ 200 kg de riz décortiqué ou 15 200 Rp. Il dépense donc en tout environ 22 000 Rp de main-d’œuvre (3 000 Rp de repiquage, 3 600 Rp de travail de la terre et 15 200 Rp de récolte) pour sa récolte de paddy. Il faut ajouter à cela les dépenses de main-d’œuvre qu’il doit supporter avant d’engranger sa récolte de maïs et qu’il estime lui-même à plus ou moins 8 000 Rp. La main-d’œuvre qui lui est nécessaire pour faire une double récolte annuelle lui revient donc en tout à 30 000 Rp.

99 Il utilise 200 kg d’urée et 100 kg de TSP pour sa récolte de paddy et 100 kg supplémentaire d’urée pour sa récolte de maïs soit en tout 400 kg d’engrais chimique par an à 26.6 Rp/kg c’est-à-dire 10 640 Rp. Ajoutons à cela 1 800 Rp pour les 2 litres d’endrin et les 2 kg d’agrocyt qu’il épand sur son sawah de 1 ha et nous arrivons à un coût total annuel de 12 500 Rp pour les facteurs techniques de production.

100 Il paye environ 10 500 Rp d’IPEDA par an.

101 Soit son revenu annuel brut, une fois déduit l’autoconsommation, d’environ 290 000 Rp moins 53 000 Rp de coûts de production (30 000 Rp de main-d’œuvre, 12 500 Rp de facteurs techniques de production et 10 500 Rp de taxe foncière), ce qui donne très exactement 237 000 Rp.

102 Selon les calculs du Prof. Sumitro tels qu’ils ont déjà été indiqués précédemment le revenu annuel net de la famille Selo était plus de 4.5 fois supérieur au produit national brut par habitant cette année-là (1973) en Indonésie. Cela représentait un revenu mensuel net de 20 000 Rp, ce qui est loin d’être négligeable dans un village javanais.

103 Le fait que le village borde la grande rivière Progo a une influence sur le prix du poisson d’eau douce qui n’était que de 80 à 100 Rp/kg en août 1973. Malgré cela très peu de familles étaient en mesure d’en consommer trois fois par semaine.

104 Il avait très exactement 20 poules et 5 canards.

105 En fait, à la mort du père, la terre a comme il se doit été répartie équitablement entre lui et son frère, mais ce dernier préférant de l’argent a voulu la vendre et c’est Pak Karya qui s’est débrouillé pour réunir la somme et s’en porter acquéreur.

106 Il utilise du Gembira, espèce locale la plus répandue à Argodadi.

107 Il n’utilise que 12.5 kg d’urée pour son paddy, ce qui vu la surface de son sawah ne représente qu’à peine 60 kilos à l’hectare.

108 En 1972, il nous dit avoir aussi épandu plus d’une demie-tonne de fumier dans son sawah.

109 A raison de 200 gr par jour et par personne, la famille Karya a besoin de 511 kg de riz par an, arrondissons à 550 kg. Or, Pak Karya ne produit que 3 qx de paddy soit, si l’on applique l’équation de conversion habituelle 100 : 52, seulement 150 kg de riz, trois fois et demi moins que ce dont il a besoin. Pour acheter les quelques 394 kg qui lui manquent, il vend son maïs et son soya à Sentolo, tirant 6 800 Rp du premier (200 kg x 34 Rp/kg) et 24 750 Rp du second (225 kg x 110 Rp/kg). La vente de ses palawija lui rapporte donc en tout 31 550 Rp, ce qui lui permet bien d’acheter les 394 kg de riz dont sa famille a besoin (394 kgx76 Rp/kg = 29 944 Rp), mais ne lui laisse un surplus monétaire après consommation que de tout juste 1 600 Rp, ce qui à l’évidence n’est pas beaucoup.

110 Les engrais chimiques lui reviennent à peu près à 350 Rp par an.

111 Une fois payé ses engrais, l’exploitation de son sawah ne lui laisse en effet plus qu’un surplus annuel de 1 275 Rp qui ne lui permet même pas de s’acquitter de ses taxes foncières qui tournent autour de 3 000 Rp.

112 Cette toile à sac est connue à Java sous le nom de bagor.

113 Ces pièces de théâtre sont connues sous le nom de ketoprak. La définition qu’en donne Elinor Clark Horne dans son Javanese-English Dictionary, op. cit., p. 284 est la suivante: « A type of modem popular play depicting stories mainly from Javanese history plays, with improvised spoken dialogue in modern Javanese, realistic (rather than stylized) acting, and a clown who comments on current public topics ».

114 Cette foire a lieu pendant la semaine qui précède le jour anniversaire de la naissance et de la mort du Prophète (Maulud) sur la pelouse nord (alun alun lor) du Palais du Sultan (Kraton), juste en face de la Grande Mosquée (Mesjid Agung). A cette occasion les deux gamelan sacrés Sekaten sont transportés du Palais du Sultan à la Grande Mosquée et y sont joués le matin et le soir. Cette cérémonie symbolise l’attachement de la cour princière de Yogyakarta à l’Islam.

115 Ce type d’attitude obscurantiste est fort heureusement de moins en moins répandue dans les villages javanais. L’isolation d’Argodadi n’est certainement pas étrangère au fait que certains villageois parmi les plus pauvres pensent encore selon ces catégories.

116 Admettons que nous touchons avec le père de Pak Rejo, profession chercheur de fourmis (tukang cari semut), au comble de l’ingéniosité javanaise en matière de stratégies de survie !

117 Du fait de l’isolement du village, de sa pauvreté accentuée et du rôle qu’y jouent encore les relations traditionnelles de travail, les salaires agricoles sont en règle générale beaucoup plus bas que dans les 3 villages précédemment étudiés. C’est ainsi qu’une femme travaillant dans les champs pour le compte de la raffinerie sucrière ou qu’un enfant ramassant de l’herbe pour le bétail ne sont payés que 25 Rp par jour, alors que le salaire journalier d’un ouvrier agricole non-spécialisé du sexe masculin varie entre 40 et 50 Rp et que celui d’un artisan menuisier par exemple dépassé rarement les 75 Rp.

118 Ces petites soucoupes sont appelées cowek. Il va les vendre en ville une fois par mois.

119 La famille ne consomme en effet qu’un kilo de riz par jour, ce qui représente une ration journalière individuelle inférieure à 150 gr.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search