Versión clásicaVersión móvil

Modernisation agricole, développement économique et changement social

 | 
Jean-Luc Maurer

Deuxième partie. Terrain : quatre villages du cœur du Kejawèn

Chapitre I. Tirtonirmolo : le sawah des portes de la ville de Yogyakarta

Texto completo

  • 1 Le village de Tirtonirmolo et la ville de Yogyakarta partagent d’ailleurs une frontière commune sur (...)

1Tirtonirmolo forme, conjointement avec trois autres villages, le sous-district de Kasihan, l’un des 18 que compte le district de Bantul. Le premier coup d’œil jeté sur une carte de la province révèle immédiatement sa nature suburbaine. C’est, en effet, le tout premier village sur lequel on tombe en sortant de l’agglomération yogyanaise par la route de Bantul, principal axe de communication asphalté menant, plein sud, vers la côte océane distante d’une trentaine de kilomètres1. On s’attend donc logiquement à une transition graduelle allant decrescendo de l’agitation urbaine à la « sérénité » rurale. En fait, il n’en est rien.

  • 2 Connus sous le nom becak, ils font partie intégrante du paysage urbain javanais.
  • 3 Appelés grobag, ils sont indissociables du paysage rural du Kejawèn.
  • 4 Il arrive encore parfois que ces oplet soient de vieilles station-wagon américaines des années 50, (...)
  • 5 Diminutif par lequel les gens se réfèrent en général à Yogyakarta.

2Pour atteindre Tirtonirmolo, il suffit de suivre la direction de Bantul, petite bourgade chef-lieu du district du même nom, située à environ dix kilomètres du centre ville, et, à la pancarte indiquant PG Madukismo, la grande et unique raffinerie sucrière de la région, de bifurquer à angle droit vers l’ouest. Jusqu’à ce carrefour atteint en à peine dix minutes de motocyclette, le bitume fondant sous la chaleur reste encombré à perte de vue par une multitude humaine bigarrée où dominent les bicyclettes et les triporteurs2, zigzaguant entre les chars à bœufs désespérément lents3, et à travers laquelle automobiles, taxis collectifs4 et bus de toutes tailles, bondés et souvent vétustes, essayent vaille que vaille de se frayer un chemin à grands coups klaxon, alors que les bas-côtés de la route demeurent en permanence lourds d’une foule compacte allant et venant tout le long d’une rangée ininterrompue de bâtiments administratifs, de maisons particulières, de boutiques chinoises et d’étals javanais. Bref, c’est bien encore Yogya5, son grouillement continu, ses bruits et ses odeurs, sa fureur tranquille. Puis, à cinquante mètres en avant, on aperçoit émergeant de la cohue le poteau indicateur en question. Tournant à droite sur une route secondaire étonnement calme, on franchit aussitôt le petit pont de pierre enjambant la rivière Winongo, sur les berges de laquelle des femmes lavent énergiquement leur linge tout en papotant.

  • 6 Les jardins entourent et abritent, en effet, l’habitat rural à Java. De ce fait, toute vue aérienne (...)
  • 7 Ces champs en eau peuvent être soit inondés, soit irrigués. Ce sont en fait les rizières humides, l (...)

3De l’autre côté, on a l’impression très forte de pénétrer dans un monde différent. Absolument rien de graduel dans ce passage, la transition est brutale, nette comme une coupure, presque suspecte tant elle est évidente. Après avoir traversé la tranchée ombragée et rafraîchissante d’une ceinture pekarangan, opulents jardins à trois étages de végétation dissimulant discrètement l’habitat villageois aux yeux des passants6, on débouche soudain sur l’espace ouvert et plat des sawah, magnifiques champs en eau, alignant à perte de vue les carrés jaunes et verts du damier cultural de paddy et de canne qui les recouvre7, au milieu duquel, presque incongrue, trône la masse énorme et grisâtre de l’usine de sucre dont la haute cheminée domine le panorama. C’est bien là l’image que l’on se faisait d’une campagne javanaise paisible et laborieuse, semblable à ces paysages immobiles et silencieux reproduits à l’infini sur les toiles batik bon marché vendues dans les magasins touristiques de Malioboro, la principale artère commerçante de la ville. Le pont sur la Winongo que l’on distingue encore en se retournant prend tout à coup les allures d’une espèce de sas permettant de s’extraire du milieu urbain pour s’immerger dans le milieu rural.

4Alors que nous reprenons, une fois la surprise passée, notre route à la recherche du bureau de l’administration villageoise, l’angoisse relative qui nous avait jusque là étreint à la perspective de ce premier contact concret avec le monde rural indonésien fait progressivement place à un curieux sentiment d’assurance retrouvée. Finalement, tout cela semble correspondre assez étroitement au dualisme identifié par le vieux Boeke ou à la dichotomie classique entre ruralité et urbanité qu’affectionnent tous les sociologues contemporains se rattachant de près ou de loin à son école de pensée. Le fait qu’une partie non-négligeable de notre outillage théorique s’avère d’emblée opératoire signifie que l’on est moins démuni que prévu pour entreprendre l’analyse de la réalité sociale hermétique et complexe entrevue dans les livres. Nous ne tarderons guère à découvrir les fâcheuses limites de toutes ces belles théories simplificatrices, mais en attendant, c’est armé d’un optimisme à toute épreuve que l’on pousse les battants de la porte style « saloon » du long bâtiment blanc qui abrite l’administration locale et que l’on demande dans un indonésien approximatif au premier des fonctionnaires sur lequel on bute de bien vouloir nous indiquer lequel de ses collègues est le chef du village.

Milieu naturel et potentiel agricole

  • 8 A ce sujet voir Selosoemardjan, Social changes in Jogykarla, op. cit., pp. 87-99.
  • 9 Kelurahan en indonésien ou kalurahan en javanais.
  • 10 Pedukuhan, également abrégé dukuh.
  • 11 Excepté pour quelques buttes de champs secs ou tegalan qui se trouvent entre Padokan et Mrisi, à l’ (...)
  • 12 Selon la « Detailed reconnaissance soil map of Yogykarta Province » établie par le Lembaga Peneliti (...)
  • 13 Composé de tirta (eau) et nirmâlâ (pure, sacrée, parfaite). Toutes les explications étymologiques d (...)
  • 14 Dans tout village indonésien, les canaux d’irrigation sont, en général, classés en trois catégories (...)
  • 15 Il est certain que depuis la période coloniale, le système d’irrigation a toujours tendu à être mei (...)
  • 16 Il est toutefois en général reconnu par les paysans de Tirtonirmolo que le sud du village jouit de (...)

5Dans ses frontières actuelles, le village de Tirtonirmolo a été fondé, ainsi que tous ceux de la province de Yogyakarta, à l’occasion de la réforme administrative de 19468. Il résulte en l’occurrence de l’amalgame de trois anciens villages : Bekelan, Mrisi et Padokan. Au même titre qu’eux, mais à un degré supérieur, il n’est donc qu’un village administratif9, la communauté villageoise à proprement parler ne se retrouvant une nouvelle fois véritablement qu’au niveau du hameau10. En 1972, Tirtonirmolo comptait 12 hameaux dont 4, Mrisi, Jogonan Lor, Padokan Lor et Dongkelan Kauman furent sélectionnés pour y mener le travail d’enqûete approfondi. Partout dans le village, les conditions topographiques, pédologiques et hydrauliques sont particulièrement favorables au développement d’une agriculture hautement productive, l’un des deux critères majeurs qui ont présidé à son choix. D’une superficie totale sensiblement supérieure à 464 ha, il est en effet situé dans une zone quasi uniformément plane11, légèrement inclinée dans le sens nord-sud, dont les sols sont en majeure partie composés de cendres volcaniques fertiles12. De plus, étant littéralement enserré entre deux rivières, la Bedog, affluent de la Progo, qui constitue sa frontière occidentale et la Winongo, affluent de l’Opak, qui délimite presque toute la longueur de sa frontière orientale, il bénéficie de très bonnes conditions d’irrigation. En javanais, Tirtonirmolo signifie d’ailleurs « eau pure »13. En 1972, 224 des quelques 239 ha de sawah du village, soit près de 94 %, jouissaient d’une irrigation pérenne grâce à plus de 34 kilomètres de canaux par gravité dépendant de 6 petits barrages de captage construits sur les deux rivières sus-mentionnées. Tout ce réseau, en excellent état, semblait être régulièrement entretenu et réparé14, phénomène auquel la raffinerie sucrière de Madukismo n’est pas totalement étrangère15. Pour en terminer avec ces problèmes hydrauliques, mentionnons qu’à une seule exception près, aucun conflit majeur relatif à l’irrigation ne fut soulevé pendant toute la durée de notre enquête à Tirtonirmolo16. En ce qui concerne les voies de communication, problème souvent crucial pour le développement rural, le village est là aussi relativement privilégié. Outre le fait qu’il n’est guère à plus de 5 kilomètres du centre ville auquel il est relié par une route asphaltée rejoignant celle de Bantul, il est traversé d’est en ouest par un axe en pierres concassées relativement carrossable qui permet de franchir la Bedog et de retomber plus au nord sur la grande artère menant à Wates, Kebumen et Cilacap. Finalement, il est entièrement quadrillé par un réseau très dense de petits chemins en terre battue praticables par tous les temps avec un deux roues, motorisé ou non (une carte détaillée de Tirtonirmolo est glissée dans la jaquette en fin d’ouvrage).

  • 17 A vrai dire, exactement 464.005 hectares. Bien que chaque mètre carré ait réellement une importance (...)
  • 18 Le résidu est occupé par les routes et chemins (6.6 ha), les cimetières (kuburan) et mosquées (mesj (...)

6Que Tirtonirmolo ait un potentiel agricole plus que supérieur à la moyenne ressort clairement des chiffres : en 1972, sur une superficie totale de 464 ha17, le sawah en occupe très exactement 239.5 soit 51.6 %, le tegal 8.2 soit 1.8 % seulement et le pekarangan 174.1 soit 37.5 %. Même en tenant compe du fait qu’une proportion non-négligeable du pekarangan est occupé par les habitations, on réalise aisément le niveau extrême de mise en valeur d’un terroir dont 90.9 % de la superficie est directement productive à un degré ou à un autre. Les 42.2 ha représentant les 9.1 % restant sont des terres non-directement productives dont la majeure partie est occupée par l’usine de sucre qui couvre 28 ha à elle seule18. En étudiant attentivement ces premières statistiques récoltées au bureau du village et surtout en parcourant les chemins en terre battue bordant les sawah rectilignes ou serpentant à l’ombre des pekarangan pour en vérifier de visu l’exactitude, on se convainc très vite qu’il n’y a plus un seul mètre carré de terre disponible à Tirtonirmolo. Chaque recoin susceptible d’être cultivé et de produire à déjà été utilisé, même les diguettes étroites séparant les sawah où sont souvent alignées les longues tiges vert-clair des manioc !

  • 19 Clifford Geertz, Agricultural involution, op. cit..
  • 20 La carte du village n’ayant jamais été faite depuis sa fondation, en 1946, nous avons demandé à un (...)
  • 21 Dont la construction commencée en 1956 par les Allemands de l’Est ne fut achevée qu’en 1958, un an (...)

7Cette situation est d’ailleurs loin d’être récente comme l’a démontré Geerlz dans son ouvrage majeur19. D’où l’intérêt extrême pour le socio-économiste rural de mettre la main sur toute donnée chiffrée lui permettant de se faire une idée sur l’évolution historique du processus d’occupation des terres du village qu’il étudie. Nous eûmes la chance, en cherchant aux archives du bureau cadastral de la province les documents grâce auxquels nous pûmes reconstituer la carte détaillée du village20, de dénicher de telles statistiques datant de 1931. A quarante années d’intervalle, la comparaison s’avère pleine d’enseignements puisqu’entre 1931 et 1972 les surfaces de sawah et de tegal ont respectivement diminué de 16 et 5 ha, alors que celle de pekarangan augmentait quand à elle de 1.7 ha. Ce double phénomène s’explique d’une part, par le fait que l’ancienne usine sucrière qui existait exactement au même emplacement du temps des Hollandais, avant d’être détruite pendant la révolution, n’occupait que 10 ha, presque trois fois moins que l’actuel Madukismo21, et d’autre part, par le fait que la croissance de la population villageoise a entraîné une extension parallèle de la surface habitée et construite.

Espace exigu, multitude humaine

  • 22 Qui sont respectivement de 1.1 % et de 1.3 % par an, entre 1961 et 1971. Une étude récente dans laq (...)
  • 23 Il est d’ailleurs intéressant de noter que 2 des familles qui se sont installées à Tirtonirmolo en (...)
  • 24 Il a déjà, en effet, été prouvé par des sociaux-démographes, ayant travaillé sur ces questions en I (...)
  • 25 Très exactement 28.8 % à Mrisi, 29.7 % à Padokan Lor et 29.6 % à Dongkelan Kauman.
  • 26 Voir à ce sujet : Peter McDonald and Alip Sontosudarmo, Response to population pressure, op. cit., (...)
  • 27 Ibid, p. 54 et 26-32.
  • 28 La pression démographique atteint un tel degré d’acuité que l’homme est en concurrence directe avec (...)

8Entre les mois de décembre 1971 et 1972, la population totale du village est passée de 11 655 à 11 967 personnes, soit une taux de croissance annuel brut de 2.67 % qui s’avère être énorme comparé à la moyenne régionale ou même à celle du district de Bantul22. Deux hypothèses, distinctes, mais complémentaires, peuvent être avancées pour tenter d’expliquer ce phénomène surprenant. L’une comme l’autre sont étroitement liées à nature suburbaine de Tirtonirmolo et à la présence sur son territoire de la raffinerie sucrière. La première est qu’en raison des possibilités d’emplois offertes aussi bien en ville qu’à l’usine Madukismo, le nombre des personnes venant se fixer chaque année dans le village est supérieur au nombre de celles le quittant. Elle est d’ailleurs en partie confirmée par les chiffres portant sur la période d’observation susmentionnée pendant laquelle sept nouvelles familles se sont installées à Tirtonirmolo, alors que trois seulement s’en allaient ailleurs23. La seconde est que ces conditions générales de vie relativement meilleures ont une incidence positive sur les taux de natalité et de mortalité infantile, le premier étant sensiblement plus élevé et le second légèrement plus bas que les moyennes régionales24. Bien qu’aucune enquête démographique systématique n’ait été faite qui permettrait de tirer des conclusions définitives et sérieuses allant dans ce sens, ce qui n’était d’ailleurs nullement le but de cette étude, certaines des données statistiques récoltées dans les quatre hameaux ayant fait l’objet d’une investigation plus approfondie apportent des éléments de preuve. Ainsi, entre 28 et 30 % des femmes de 20 à 29 ans avaient déjà eu plus de 3 enfants25, ce qui semble bien supérieur à ce que certains socio-démographes ont trouvé dans d’autres villages de la région26. Par ailleurs, à Padokan Lor et Dongkelan Kauman, les deux seuls hameaux où il a été possible d’obtenir des informations un tant soit peu complètes sur les naissances et les décès d’enfants, on a trouvé des taux bruts de natalité de respectivement 64 et 67‰ pour l’année 1972, alors que 6 enfants sur 65 décédaient avant d’atteindre l’âge de 1 an dans le premier, contre 6 sur 70 dans le second. Une nouvelle fois, ces chiffres sont suffisamment différents des moyennes habituelles que l’on trouve dans la province de Yogyakarta27 pour nous permettre de comprendre plus ou moins pourquoi le taux de croissance annuel de la population est si élevé dans ce village. Quoiqu’il en soit, l’effet majeur de cette particularité démographique sur la problématique du développement rural est que Tirtonirmolo, avec 2 579 habitants par kilomètre carré, atteignait déjà fin 72 une densité de population qui, à première vue, dépasse l’entendement28.

  • 29 Si l’on s’en tient à la définition donnée par le Petit Robert, arable signifie cultivable et, par c (...)
  • 30 Ce chiffre s’obtient en déduisant de la superficie totale du village égale à 464 hectares, les 42.2 (...)

9La première fois où l’on découvre, abasourdi, ce chiffre énorme, on s’empresse, pensant s’être trompé, de le recalculer une seconde fois. L’on doit pourtant bien se rendre à l’évidence de son exactitude. Alors, au fil des jours, on cherche à comprendre comment tant de monde peut survivre sur un espace aussi restreint. Cela devient bientôt le sujet de préoccupation majeur de la recherche, car plus on avance et plus on a l’impression que c’est, arithmétiquement parlant, impossible. Il y a tout d’abord le fait que la densité simple, calculée en divisant la population totale par la superficie totale du village, ne restitue pas dans toute son ampleur le problème de la pression de l’homme sur la terre. Il faudrait, pour cela, ne prendre en considération que la surface agricole directement productive, c’est à dire les terres arables29, sawah, tegal et pekarangan, mais en prenant soin de déduire de ce dernier l’espace occupé par les habitations et autres constructions. Si l’on se livre à un tel exercice, la superficie agricole productive de Tirtonirmolo n’est plus que légèrement supérieure à 399 ha30et la densité de population grimpe au chiffre plus « réaliste » de 2 998 habitants par kilomètre carré de terre arable.

  • 31 Il y a de fait une corrélation très étroite entre la survivance de cette pratique et l’intensité du (...)
  • 32 Ces terres sont connues sous le nom de bengkok ou lungguh. Les officiels élus qui se les voient att (...)
  • 33 Ces terres sont connues sous le nom de pengarem-arem. Le droit d’usage de la personne qui s’en voit (...)
  • 34 Ces terres connues sous le nom de kas desa sont la propriété du village en tant qu’entité administr (...)
  • 35 On ne retrouve ces trois catégories au grand complet que dans les villages du Kejawèn, comme cela a (...)
  • 36 Le sawah public se répartit de la manière suivante : 36.42 ha de lungguh, 7.88 ha de kas desa et 6. (...)

10Par ailleurs, il faut également ne pas perdre de vue le fait qu’une partie importante des terres les plus productives du village, le sawah en tout premier lieu, n’est pas la propriété privée des paysans mais, véritable domaine public villageois, est réservée à un usage officiel réglementé. Cette pratique est le résidu d’un long processus historique allant de l’indianisation31 à la politique coloniale de non-intervention dans la sphère villageoise et jusqu’à celle du gouvernement actuel en matière d’administration territoriale et régionale. En général, ces terres publiques sont divisées en trois catégories : la première, et la plus importante, est utilisée comme mode de rémunération des fonctionnaires élus de l’administration villageoise pendant la durée de leur mandat32, la seconde sert à procurer un revenu, sorte de pension de retraite, à ces mêmes officiels une fois qu’ils ne sont plus en exercice33, alors que la troisième est destinée à assurer une certaine autonomie financière au village3435. A Tirtonirmolo, ces terres publiques, si elles ne couvrent guère plus d’un hectare de pekarangan et un peu moins d’un demi hectare de tegal, occupent par contre 50.9 ha de sawah, soit 21.3 %, plus d’un cinquième de la surface totale dont dispose le village36. Si l’on veut donner une idée précise de l’importance de ce phénomène dans un village sur peuplé aux ressources limitées, il suffit de calculer la densité démographique sur la seule base des terres arabes privées : elle atteint alors le chiffre astronomique de 3 451 habitants par km2 en décembre 1972 ! A ce niveau de jonglerie arithmétique, on réalise qu’il est nécessaire, sous peine de se condamner à une incompréhension croissante, de reprendre contact avec la réalité économique et sociale en se penchant sur le problème, on ne peut plus concret, de la distribution effective de la propriété foncière villageoise.

Seuils et catégories de propriété foncière

  • 37 Soit en moyenne 4.8 personnes par famille.

11En décembre 1972, les 11 967 habitants de Tirtonirmolo étaient répartis en 2 497 familles37, dont 1 744, soit 69.9 %, avaient accès à la propriété foncière, le village ne comptant donc que légèrement plus de 30 % de foyers sans-terre seulement. En fait, cette moyenne ne reflète pas les variations importantes existant entre les hameaux telles qu’elles apparaissent clairement dans le tableau. I.1 où ont été regroupées les données collectées à ce sujet dans les quatre d’entre eux ayant fait l’objet d’une étude plus approfondie.

12C’est ainsi que Jogonalan et, dans une moindre mesure, Padokan ont des proportions de familles sans-terre anormalement élevées. Il ne fait pratiquement aucun doute au regard de leur situation de contiguité avec la raffinerie sucrière qu’ils ont été les deux hameaux les plus sérieusement affectés par son extension en 1956. On voit donc quel type d’incidences sociales l’affectation nouvelle de quelques hectares de terre peut avoir dans un environnement rural aussi densément peuplé. Toute intéressante qu’elle puisse être, la classification dichotomique simpliste établissant la distinction entre les familles propriétaires et les familles sans-terre ne nous permet pas d’aller très avant dans la compréhension de la société villageoise. On devine intuitivement un tissu social d’une facture autrement plus complexe. La catégorie des familles propriétaires, pour ne prendre qu’elle à ce niveau de l’analyse, est évidemment loin d’être aussi homogène que cela apparaît dans le tableau I.1.

  • 38 Le tegal joue un rôle insignifiant à Tirtonirmolo, mais dans d’autres villages il sera nécessaire d (...)

13Sur les 1 744 familles propriétaires, seules 1 150, soit 65.9 %, ont accès au sawah, les autres ne se partageant que du pekarangan38, et le nombre de celles ayant accès aux deux à la fois n’excède pas 924, soit 52.9 %. Le tableau 1.2 donne une idée précise de ce phénomène et confirme les différences sensibles existant d’un hameau à l’autre. Par contre, il ne permet pas de répondre à la question qui, au fil des journées, devint peu à peu la seule pertinente : quel est le pourcentage de ces familles propriétaires disposant d’une superficie de terre suffisamment étendue pour pouvoir « s’en tirer » sans trop de difficultés majeures ? La question est loin d’être facile. Elle suppose que l’on puisse à la fois déterminer le seuil de propriété minimum en deçà duquel cela devient difficile, voire possible, et établir une équation permettant de comparer des catégories de terre n’ayant pas la même productivité. On entre alors dans le domaine du controversable et du controversé, celui où les définitions ont une importance cruciale.

  • 39 Nous classons dans la catégorie de ceux qui doivent louer partiellement ou entièrement leur force d (...)
  • 40 Le calcul de ces seuils de pauvreté, qui est très à la mode dans certains milieux développementiste (...)
  • 41 A Tirtonirmolo, les rendements rizicoles tournent comme nous le verrons plus loin autour de 5 tonne (...)

14Il y a eu beaucoup trop de malentendus concernant ce problème pour que l’on ne soit pas très explicite à propos du concept de seuil de propriété minimum rentable. Il doit tout d’abord être considéré comme un outil d’analyse imparfait, partiel et partial, qui permet d’appréhender la réalité sociale sous un angle spécifique, mais dont l’usage est limité, aussi bien dans l’espace que dans le temps. Il ne restitue donc qu’une partie de cette réalité sociale, car si l’accès à la propriété foncière est vraisemblablement l’indicateur socio-économique le plus important pour l’analyse de la société paysanne indonésienne, il est loin d’être le seul, vu le degré de diversification qu’ont atteint certaines économies villageoises. En tenant compte de ces divers éléments de relativisation, le seuil de propriété foncière que nous avons déterminé se définit comme suit : la surface minimum de terre au-delà de laquelle une famille paysanne moyenne de cinq personnes peut subvenir à tous ses besoins essentiels (alimentation, santé, éducation, confort, loisirs et sociabilité) pendant toute l’année et dégager un surplus, si faible soit-il, lui permettant de réinvestir d’une manière productive dans son exploitation sans qu’aucun de ses membres n’ait à recourir à des activités annexes. Cela ne signifie pas que les familles paysannes au-dessous de ce seuil de propriété ne peuvent pas subvenir à une grande partie de leurs besoins essentiels, mais que, pour ce faire, elles doivent précisément avoir recours à ces activités d’appoint qui consistent, la plupart du temps, en une location de force de travail en dehors de l’exploitation familiale39. C’est donc bien moins un seuil de propriété déterminant une quelconque « ligne de pauvreté » absolue ou relative40 que caractérisant un certain état d’indépendance socio-économique et surtout de sécurité psychologique. Selon cette définition, une famille située au-dessus du seuil doit par conséquent aussi bien pouvoir faire face à une récolte gâchée qu’à la maladie prolongée de l’un de ses membres, sans pour autant être amenée à mettre le doigt dans le cycle infernal de l’endettement. Après avoir longuement étudié la situation à Tirtonirmolo - et étant entendu que le fait de définir ce seuil par rapport à la catégorie de terre la plus répandue et la plus productive du village allait de soi - nous l’avons fixé à 0.5 ha de sawah41.

  • 42 Nous nous référons, en tout premier lieu, à David H. Penny and Masri Singarimbun, Population and Po (...)
  • 43 Il faut pour cela choisir dans un seul hameau un échantillon de familles possédant des pekarangan d (...)
  • 44 Outre Penny et Singarimbun, op. cit., qui se sont également intéressés au pekarangan, on doit la co (...)
  • 45 Cela correspond à une équation 0.5 S = 1.0 P. Penny et Singarimbun, op. cit., utilisent une équatio (...)
  • 46 Nous aurions néanmoins, quant à nous, tendance à continuer de penser que dans l’esprit d’un paysan (...)
  • 47 Par exemple, une famille moyenne qui a 0.3 ha de sawah et 0.4 ha de pekarangan arrive, par combinai (...)

15Paradoxalement, cela peut sembler être à la fois trop et trop peu, puisque les seuls auteurs qui, à notre connaissance, ont travaillé de manière récente dans le même district, avec une problématique semblable, ont déterminé des seuils de propriété minimum qui sont respectivement la moitié et le double du nôtre42. C’est pourtant, tout bien pesé, le notre qui nous semble le moins faux. Reste alors à déterminer l’équation qui nous permettra de tenir également compte de la propriété du pekarangan en pouvant le ramener à un commun dénominateur en terme d’équivalent sawah. Rien n’est probablement plus compliqué, dans un village javanais, que de calculer la productivité du pekarangan en termes monétaires et nous n’avons d’ailleurs pas été en mesure de le faire systématiquement43. Fort heureusement, d’autres chercheurs se sont penchés récemment sur cet aspect déterminant de l’économie villageoise javanaise jusque-là par trop sous-estimé et sous-étudié44. Le résultat de leur minutieux travail permet de calculer qu’à Tirtonirmolo la productivité de pekarangan représente environ la moitié de celle du sawah45. En clair, cela signifie qu’une famille moyenne qui n’a pas accès au sawah, mais est propriétaire d’un hectare de pekarangan atteint quand même le seuil d’indépendance socio-économique et de sécurité psychologique mentionné plus haut46. Naturellement, ce seuil peut également être atteint par combinaison des deux catégories de terre, ce qui est en général le cas pour les familles qui le dépassent47.

  • 48 En fait, pour les besoins de la catégorisation statistique, entre 2 500 et 4 999.9 mètres carrés.
  • 49 Pour les mêmes raisons que précédemment, entre 5 000 et 9 999.9 mètres carrés.
  • 50 C’est à partir de cette catégorie de paysans moyens que les familles villageoises commencent à pouv (...)
  • 51 Dans ces familles de paysans aisés, les maisons sont plus spacieuses et surtout mieux aménagées. De (...)
  • 52 Dès qu’ils le peuvent, les Javanais transforment leurs petites économies en or, auquel ils accorden (...)

16C’est seulement une fois ce seuil « agro-algébrique » fixé qu’il devient possible de délimiter les classes de propriété foncière et de dresser un premier bilan partiel et provisoire de la stratification sociale du village. On peut en distinguer essentiellement quatre à Tirtonirmolo. La première est composée de l’ensemble des familles propriétaire qui ont moins de 0.25 ha de terre en termes d’équivalent sawah. Elles constituent la petite paysannerie sub-marginale, ce qui signifie que, même en louant leur force de travail comme métayers partiels ou ouvriers agricoles et en s’activant dans du micro-commerce de détail afin de subvenir à leurs besoins les plus essentiels, ne serait-ce qu’alimentaires, elles ont en général beaucoup de mal à éviter de tomber dans le piège souvent irréversible de l’endettement et donc à ne pas hypothéquer leur minuscule propriété, puis la vendre, pour finalement grossir à terme la masse des sans-terre. La seconde comprend toutes les familles propriétaires qui ont entre 0.25 et 0.50 ha de terre en termes d’équilavent sawah48. C’est la petite paysannerie marginale qui, la plupart du temps, arrive tant bien que mal et grâce à une multitude d’activités annexes, à couvrir une bonne partie de ses besoins essentiels, mais qui se trouve presque toujours dans l’impossibilité de pouvoir dégager un surplus lui permettant de réinvestir productivement dans son exploitation et d’échapper progressivement aux tracas de l’insécurité quotidienne. La troisième regroupe les familles propriétaires qui ont encore la chance d’avoir entre 0.50 et 1.00 ha de terre en termes d’équivalent sawah49. C’est là que se trouve la paysannerie moyenne auto-suffisante dans le véritable sens du terme qui n’éprouve pas, sauf accident, de difficultés majeures à satisfaire ses besoins essentiels, et même parfois un peu plus superflus50, et peut dégager de manière assez régulière un surplus, en général réinvesti dans l’exploitation agricole elle-même, ou très souvent aussi dans l’éducation supérieure des enfants. Finalement, la quatrième et dernière catégorie n’englobe que les familles propriétaires ayant plus d’un hectare de terre en termes d’équivalent sawah. Bien que cela puisse surprendre le lecteur qui n’est pas familiarisé avec le contexte socio-agraire javanais, on a déjà à faire à la paysannerie aisée, voire riche, qui peut se permettre un certain luxe selon les standards villageois51, mais aussi agrandir son exploitation, thésauriser52 et prêter aux familles plus défavorisées à un taux d’intérêt substantiel. Encore une fois, cette typologie rigide ne constitue qu’un outil d’analyse destiné à pouvoir se faire une idée plus claire de la situation sociale villageoise, mais à ne manier qu’avec prudence, relativité et circonspection. Néanmoins, si on l’applique au cas de Tirtonirmolo et que l’on réduit les parcelles de pekarangan en termes d’équivalent sawah selon l’équation définie plus haut (0.5 S = 1.0 P), on découvre, avec une certaine stupéfaction, que seulement 8.5 % des familles propriétaires du village sont situées au-dessus du seuil d’indépendance socio-économique et de sécurité psychologique.

  • 53 163 (316-153) de la première catégorie à la seconde, 98 (132-34) de la seconde à la troisième et 8 (...)
  • 54 En fait, 63% des propriétaires de pekarangan ont des parcelles dont la superficie est inférieure à (...)
  • 55 D’après les statistiques officielles, fournies par le bureau du village, il n’y avait à Tirtonirmol (...)

17Le tableau appelle plusieurs commentaires. Tout d’abord, on voit que le nombre de familles propriétaires de sawah, qui passent dans une catégorie foncière supérieure par appoint de pekarangan, n’est pas très élevé53. Cela est simplement dû au fait que la plupart des parcelles de pekarangan sont tellement minuscules, étant donné la densité de population du village, qu’elles ne peuvent en aucune façon jouer un rôle économique très déterminant54. Par ailleurs, on réalise aisément, vu l’importance numérique très faible des catégories de paysans riches (+ 1 ha) et moyens (0.5-1 ha) et la taille somme toute assez limitée de leurs exploitations55, que le phénomène de polarisation sociale est, relativement parlant, peu marqué à Tirtonirmolo. De fait, dans ce village où le pourcentage de familles sans terre n’est déjà que de 30.1 %, les 8.5 % des propriétaires qui sont au-dessus du seuil de 0.5 ha ne détiennent qu’environ 32 % de la superficie privée totale de pekarangan et de sawah, les 91.5 % qui sont au-dessous se partageant les 68.9 % restant. Il reste tout de même très surprenant de constater que la vaste majorité des familles situées au-dessous de ce seuil ne font même plus partie de la catégorie des petits paysans marginaux (0.25-0.50 ha), mais ont déjà intégré celle des petits paysans sub-marginaux (-0.25 ha). Les différentes tendances et les facteurs corrélatifs qui existent entre-elles se retrouvent au niveau des quatre hameaux étudiés plus en profondeur. Toutefois, le tableau 1.4 ci-contre confirme la situation sociale sensiblement plus favorable de Mrisi et dans une moindre mesure de Dongkelan Kauman par rapport à Padokan Lor et surtout à Jogonalan Lor.

18Si l’on se rapporte aux définitions des quatre catégories foncières telles qu’elles ont été données plus haut, cela signifie, pour le village pris dans son ensemble, que sur 10 familles de paysans propriétaires, 9 doivent obligatoirement recourir à des activités annexes pour tenter de joindre les deux bouts et 7 n’y arriveront probablement pas, même en faisant cela. Qu’en est-il vraiment et, si tel est le cas, qu’advient-il alors des familles sans-terre qui, a priori tout du moins, semblent être dans une situation encore moins enviable, pour autant que cela soit possible.

Occupation principale et activités annexes

19Dans la sphère villageoise javanaise, les problèmes d’emploi sont d’une extrême complexité. Les définitions classificatrices s’avèrent très rapidement être de grossières simplifications de la réalité. Il n’est, par exemple, pas possible de tracer une ligne bien tranchée entre la paysannerie moyenne autosuffisante, qui n’aurait aucune activité annexe à côté du travail sur l’exploitation familiale, et la petite paysannerie marginale, qui en aurait une multitude. En fait, c’est même bien souvent plutôt le contraire qui se produit, les familles les plus aisées ayant tendance à diversifier leurs activités économiques du simple fait qu’elles disposent du capital de base nécessaire à l’investissement initial, alors que les plus pauvres n’ont souvent pas d’autre alternative que de louer leur force de travail. Par ailleurs, il n’est pas rare que, pour de nombreuses familles de paysans marginaux et sub-marginaux peinant sur des exploitations agricoles microscopiques, les activités annexes aient tendance à devenir plus importantes en termes de revenu monétaire que l’occupation principale et à se substituer à cette dernière en fin de compte. II arrive même que cela soit le cas pour des familles de paysans moyens, voire riches. Vu la diversité des situations, le plus simple consiste à passer en revue toutes les activités professionnelles, autres que celle de paysan propriétaire exploitant, habituellement exercées dans le village et à déterminer dans quelles conditions elles deviennent principales ou demeurent annexes.

  • 56 Les plus importants des fonctionnaires villageois (pamong desa) sont par ordre décroissant le chef (...)
  • 57 A côté du lurah, le carik a 2.74 ha, le ulu-ulu 3.07 ha, le kamituwa 2.63 ha, le jagabaya 2.44 ha e (...)
  • 58 L’une des plaisanteries les plus répandues dans le monde rural javanais est de dire qu’il vaut mieu (...)
  • 59 C’est tout du moins ce qui devait être le cas et il semble que cela l’a été jusqu’en 1965. A la sui (...)
  • 60 Etant donné les avantages matériels et même non-matériels liés à la position de fonctionnaires vill (...)
  • 61 Sur les 7 fonctionnaires villageois interviewés très en détail lors de notre travail d’enquête à Ti (...)

20Commençons par la plus prestigieuse de toutes qui consiste à faire partie du corps des fonctionnaires de l’administration villageoise et qui, du fait que ces élus locaux sont rémunérés pour leurs services en se voyant octroyer un droit d’usage sur une parcelle de terre publique pendant tout le temps de leur mandat, s’avère également être l’une des plus lucratives. A Tirtonirmolo, il y a en tout et pour tout 29 officiels villageois56 qui jouissent de l’usufruit de sawah public dont la superficie varie entre 3.5 ha pour le chef du village et 0.65 ha pour le moins bien loti des chefs de hameaux57. Ainsi, tous sans exception font au minimum partie de la paysannerie moyenne et certains d’entre eux, le chef du village en tout premier lieu, sont même bien plus riches que le plus riche des paysans propriétaires. Cela prouve que dans les villages du Kejawèn, il est paradoxalement parfois plus intéressant d’être un simple possesseur de terre qu’un petit propriétaire foncier58. Comme ce sont normalement les personnalités influentes, jouissant d’un minimum de popularité auprès de la population villageoise, qui sont élus à ces fonctions59 et qu’il y a, en général, une corrélation relativement étroite entre prestige socio-politique et pouvoir économique dans le monde rural indonésien60, les fonctionnaires villageois sont très souvent déjà propriétaires d’une parcelle privée sawah, même si la plupart du temps elle est d’une taille beaucoup plus restreinte que celle du domaine public qui leur est allouée61.

  • 62 Ces horaires sont les suivants : du lundi au jeudi inclus de 7 h à 14 h non-stop, le vendredi de 7 (...)
  • 63 En règle générale ces fonctionnaires-paysans travaillent eux-mêmes environ 1 ha de sawah soit avec (...)
  • 64 Certains n’y mettent pas les pieds pour la bonne et simple raison que n’étant pas fils de paysans, (...)
  • 65 Selon les statistiques officielles du bureau de village qui sont assez fiables dans ce domaine, il (...)

21Même s’ils étaient simples paysans propriétaires exploitant auparavant, c’est leur travail de fonctionnaire qui devient l’occupation principale une fois qu’ils ont été élus, pour la bonne et simple raison qu’ils sont théoriquement astreints aux horaires de bureau de l’administration publique62. Certains d’entre eux continuent d’ailleurs, par intérêt ou par goût, à s’occuper personnellement d’au-moins une partie de leur sawah pendant les heures libres63, leur ex-occupation principale devenant ainsi activité annexe, mais la plupart, pour diverses raisons, n’y mettent pas les pieds64. Ils préfèrent louer leur terre à l’année soit à la raffinerie sucrière, soit à un ou plusieurs métayers pour s’adonner essentiellement à d’autres activités annexes, par exemple, de type commercial. Leurs revenus sont alors moindres, mais leurs soucis aussi. D’un autre côté, ils offrent ainsi la possibilité à quelques ouvriers agricoles ou paysans sub-marginaux de pouvoir mieux joindre les deux bouts. C’est là un luxe que les autres catégories de fonctionnaires travaillant pour l’administration publique ou pour des entreprises mixtes et privées ne sont pas en mesure de s’offrir vu que, contrairement aux cadres villageois, ils sont tout simplement salariés et que leurs salaires mensuels excédaient très rarement 10 000 rupiah (Rp) en 1972/7365. S’ils ont la chance d’être propriétaires d’une parcelle de sawah, si petite soit-elle, ils la mettent donc en valeur eux-mêmes, en tant qu’activité annexe, en dehors des heures de travail consacrées à leur occupation principale. Sinon, ils essayent eux aussi d’en louer une et de la travailler comme métayers.

  • 66 Les noms employés pour désigner les métayers varient beaucoup d’une région à l’autre en Indonésie. (...)
  • 67 Il arrive en effet de temps en temps qu’un métayer travaille la terre appartenant à l’un des membre (...)
  • 68 Nous avons cependant connu quelques rares cas à Tirtonirmolo où le métayer avait la chance de trava (...)
  • 69 Il faut néanmoins reconnaître qu’en règle générale les propriétaires respectent ces contrats oraux (...)

22Le seul problème en ce qui concerne le métayage dans un village comme Tirtonirmolo, est qu’il y a une multitude de candidats amateurs de terres à louer pour un nombre infime de parcelles disponibles. Pour ces raisons, il n’y avait en tout et pour tout que 67 métayers66, à temps partiel ou complet, en 1972/73 à Tirtonirmolo. Etant donné les conditions d’un marché où la demande de sawah excède de beaucoup l’offre, on peut les considérer comme de véritables privilégiés. D’ailleurs il n’y a pas de marché dans le sens où on l’entend habituellement et la plupart de ces métayers ont dégoté la parcelle qu’ils travaillent par relation personnelle avec son propriétaire, qu’elle soit d’ordre familial, amical ou semi-féodal (patron-client)67. Les conditions de location n’en sont pas moins dures pour autant puisqu’en règle générale tous les frais d’investissement sont à charge du métayer qui donne au propriétaire la moitié de la récolte68. De plus, l’affaire entre les deux partenaires se faisant sur la base d’un accord verbal tacite et non pas d’un contrat officiel, écrit et enregistré, le locataire n’a aucune des garanties juridiques qui lui permettraient d’atteindre un seuil minimum de sécurité psychologique69. Il est encore moins question de parler d’indépendance socio-économique vu que pour atteindre le seuil que nous avons défini un métayer devrait travailler au bas mot 1 ha de sawah et que, sauf cas exceptionnel, la superficie des parcelles louées varie entre 500 et 1 000 m2 ! Dans de telles conditions, si le métayage peut, à la limite, constituer une activité annexe pour quelques paysans marginaux et sub-marginaux, ainsi qu’à une poignée de fonctionnaires salariés sans terre, on voit mal comment il peut devenir l’occupation principale de familles qui n’ont ni terre, ni salaire. Par conséquent, aussi bien pour la multitude de ceux qui ont toujours besoin de trouver une activité annexe, que pour la masse de ceux qui n’ont pas encore d’occupation principale, il ne reste de toute évidence qu’une seule alternative majeure : louer leur force de travail. Or, là aussi, les places sont chères.

  • 70 A Java, l’ouvrier agricole est en général connu sous le nom de buruh-tani, ce qui signifie littéral (...)
  • 71 On considère en général que jusqu’à une superficie de 0.5 ha de sawah, une famille moyenne de paysa (...)
  • 72 Afin d’éviter les grosses chaleurs, les horaires de travail dans le sawah sont, en règle générale, (...)
  • 73 Il était rare qu’une repiqueuse salariée soit payée plus de 50 Rp par jour et nous avons même de no (...)

23Travailler, d’une manière régulière, comme ouvrier agricole70 dans le village n’est possible que s’il y a un nombre suffisamment important de paysans propriétaires exploitants ayant une parcelle de sawah assez grande pour devoir faire appel à de la main-d’œuvre extérieure au moment des gros travaux71. Etant donné que l’immense majorité d’entre eux sont des petits paysans marginaux et surtout sub-marginaux qui n’arrivent même pas à vivre de leur terre et sont par conséquent en quête permanente de revenus additionnels, la demande ne risque pas d’épuiser l’offre de main-d’œuvre. Par ailleurs, l’utilisation de plus en plus répandue des nouvelles variétés de paddy a, comme nous le verrons plus loin, des conséquences extrêmement fâcheuses sur l’emploi, en particulier celui des femmes. Tout cela ne contribue évidemment pas à stimuler la hausse des salaires journaliers qui pour six à huit bonnes heures de labeur dans le sawah72 variaient entre 50 et 100 Rp, selon la nature du travail accompli, en 1972/7373. En fait, avoir l’aubaine de pouvoir compter sur quelques jours de travail assuré chaque mois dans les sawah d’autrui devient également un privilège social qui ne peut résulter que de l’entretien d’un réseau de relations de type semi-féodal avec plusieurs propriétaires fonciers, dont on devient le prolétaire attitré. En deux mots : beaucoup de candidats, très peu d’élus.

  • 74 Les ouvriers permanents de Madukismo sont appelés karyawan pour les différencier des ouvriers non-p (...)
  • 75 Ces travailleurs journaliers (buruh harian) n’étaient payés que 50 Rp par jour sans repas.
  • 76 Les artisans sont appelés tukang, un terme qui marque bien qu’ils sont plus que de simples ouvriers (...)
  • 77 Les tous petits commerçants, que l’on appelle dagang kecil en indonésien ou plus fréquemment bakul (...)
  • 78 A Java et en Indonésie, en général, ce sont surtout les femmes qui sont en charge des petites activ (...)
  • 79 Cigarettes au clou de girofle très populaires dans toute l’Indonésie malgré leur prix relativement (...)
  • 80 Début 73, le prix d’achat d’un canard de race dite « mandarine » (itik ou bebek) s’élevait à 400 Rp (...)
  • 81 Ils font en particulier des marionnettes pour le populaire théâtre d’ombres javanais (wayang kulit)
  • 82 Pouvoir s’acheter une vieille machine à coudre et s’installer couturier (tukang jait) du hameau est (...)
  • 83 En règle générale, elles cuisinent les populaires petites galettes faites à base de soya (tempe ou (...)
  • 84 Elles peuvent parfaitement se rendre à pied au marché voisin, distant de plusieurs kilomètres, pour (...)
  • 85 Cela n’est que fort récemment que certains jeunes socio-démographes et socio-anthropologues se sont (...)
  • 86 Il est extrêmement rare qu’un triporteur (becak) soit la propriété de celui que l’on voit s’échiner (...)

24Heureusement que d’un autre côté il y a la raffinerie sucrière, dont une grande partie du personnel d’ouvriers permanents74 se recrute dans les hameaux avoisinants et qui embauche de surcroît régulièrement des travailleurs journaliers75, surtout au moment des récoltes de canne. Ceci dit, elle ne peut naturellement pas fournir du travail à tous ceux qui en cherchent. Alors que font-ils ? Les plus doués et les plus débrouillards s’imposent comme artisans menuisiers-charpentiers76, un travail plus spécialisé qui rapportait 150 Rp par jour en 1972/73 ; ou alors ils montent un petit kiosque-boutique77 que tient leur femme78 où l’on peut acheter les cigarettes kretek une par une79 et le sel par paquets de dix grammes ; ou bien encore, ils mettent sur pied un petit élevage de canards, animal providence qui avale toutes les saletés qui traînent dans le sawah et produit des œufs très appréciés sur le marché80. Les autres font des paniers ou des nattes en bambou, travaillent le cuir81 et enduisent les batik de cire, à domicile, pour le compte d’entreprises de la ville, toutes activités rapportant rarement plus de 50 Rp par jour ou alors ils accomplissent mille petites travaux dans le hameau, la femme cousant82, cuisinant83, vendant84 et les enfants gardant les trois moutons du voisin, les canards, les petits frères et sœurs ou pêchant dans la rivière85. Finalement, s’il y a vraiment pas moyen de gagner trois sous dans le village, on va en ville à pied et l’on travaille à casser des cailloux sur la route, ou, si l’on est assez costaud, à trimbaler les touristes et les citadins dans les triporteurs, sur lesquels on s’use la santé pour un bénéfice net excédant très peu souvent 100 Rp par jour ou par nuit86. On fait un peu de tout cela à la fois, un jour ouvrier, le lendemain vendeur, le troisième artisan, combinant ainsi à l’infini des gains microscopiques et enfilant inlassablement le chapelet des jours de l’année sans jamais savoir comment l’on nourrira sa famille en se levant chaque matin à l’aube. Il n’est bien sûr plus question d’occupation principale et d’activités annexes : toutes sont principales et toutes sont annexes à tour de rôle, au gré des circonstances.

  • 87 Pour ce faire, nous avons passé en revue pendant des heures la liste complète des familles vivant d (...)

25Un admirable petit peuple, animé d’une hargne tranquille et émouvante, a mis au point et amélioré en permanence une stratégie de survie faite de trouvailles géniales et de détails imperceptibles. On comprend dès lors qu’essayer de répartir la population de cette fourmilière dans des catégories d’activités bien déterminées ne soit pas un exercice de tout repos. Il est pourtant indispensable si l’on veut acquérir une idée globale de la situation, des tendances, des lignes forces et des potentialités. Vu qu’il n’existe aucune statistique de ce type dans les archives du village, nous avons essayé de combler au moins partiellement le vide en recensant dans chacun des quatre hameaux étudiés en détail l’occupation principale de tous les chefs de famille87.

  • 88 En ce qui concerne la catégorie des ouvriers, sont regroupés sous l’appellation « ouvrier village » (...)

Le tableau I.5. regroupe les résultats de cette enquête88.

Le tableau I.5. regroupe les résultats de cette enquête88.
  • 89 Le pourcentage des chefs de famille déclarant être principalement paysans-exploitants par rapport a (...)
  • 90 Le tableau I.5 et les corrélations qu’il a avec les précédents apporte une nouvelle fois la preuve (...)
  • 91 Dongkelan fait partie de la zone nord du village, celle qui est relativement moins fertile et moins (...)
  • 92 Il suffit que ces activités soient très marginalement plus productives pour que le travail du sawah (...)
  • 93 Très exactement 28.3% des fonctionnaires (36 sur 127) et 21.3% des paysans (29 sur 136) contre seul (...)
  • 94 De fait, il n’y a que 88 des 828 chefs de famille actifs du village soit 10.6% qui ont une activité (...)

26Le plus surprenant est de relever le faible nombre de chefs de famille propriétaires exploitants. Il faut d’ailleurs, pour qu’il soit pleinement significatif, le comparer dans chaque hameau à celui des propriétaires fonciers ayant accès au sawah89. On comprend alors pourquoi il y a une telle différence entre Mrisi et Jogonalan par exemple90. Cependant la corrélation la plus essentielle semble être liée à la superficie du sawah puisque c’est également à Mrisi qu’il y a le moins de paysans sub-marginaux et le plus de paysans situés au-dessus du seuil d’indépendance socio-économique et de sécurité psychologique. En d’autres termes, cela signifie qu’il y a un nombre important de tout petits propriétaires qui, vu la taille microscopique de leur sawah, estiment plus rentable d’exercer une autre occupation principale que celle d’exploitant agricole. A Jogonalan et Padokan, les deux hameaux les plus perturbés par la construction de Madukismo, beaucoup trouvent un emploi comme petit fonctionnaire salarié ou ouvrier permanent de la raffinerie sucrière, alors qu’à Dongkelan, hameau particulier à plus d’un titre comme nous le verrons plus loin, c’est le travail du bois et surtout du batik qui prédomine91. Ceux de ces petits propriétaires qui en ont le temps mettent en valeur eux-mêmes leurs micro-sawah en tant qu’activité annexe, mais le plus souvent les horaires de travail auxquels ils sont astreints pour assurer le revenu quotidien maximum à leur famille les en empêche. Ce seront alors leurs femmes, leurs enfants, un de leurs frères, cousins ou oncles, qui s’en chargeront, au besoin en faisant appel périodiquement à de la main-d’œuvre salarié pour les gros travaux, mais toujours dans la mesure où ils n’ont pas accès à un type d’activité plus productive. Comme c’est souvent le cas92, il ne leur reste plus qu’à louer leur sawah à des voisins qui n’ont rien de plus rentable à faire et qui sont prêts à le travailler comme métayers. Cependant, la plupart du temps, ils préfèrent encore le louer directement à la raffinerie sucrière qui leur garantit une rente monétaire fixée à l’avance sans qu’ils aient à encourir un risque quelconque. Certaines de ces tendances ressortent clairement du tableau. I.6 qui fait le point de la situation en ce qui concerne les activités annexes de tous les chefs de famille actifs des quatre hameaux étudiés en détail. On y voit, en effet, que le pourcentage des fonctionnaires ou même des paysans en ayant une est autrement plus important que celui des ouvriers93. Ces derniers sont donc doublement désavantagés puisque, étant déjà obligés de louer leur force de travail pour subvenir aux besoins essentiels de leur famille, ils sont par-dessus le marché dans l’impossibilité de dégager le temps libre nécessaire à l’exercice d’une activité d’appoint. Par ailleurs, du fait qu’ils constituent l’immense majorité, le pourcentage moyen des chefs de famille exerçant effectivement une activité annexe se retrouve être fort bas à Tirtonirmolo94.

  • 95 Sans revenir sur la question du batik ou des becak, on peut noter que la proximité du marché urbain (...)

27Malgré leur caractère partiel, ces deux tableaux donnent une idée relativement précise de la situation de l’emploi en 1973 à Tirtonirmolo, puisqu’ils portent sur plus d’un tiers des chefs de famille du village. Ils montrent avant toute autre chose que dans une société paysanne parcellaire aussi achevée, il y a bien peu de place pour les métayers ou les ouvriers agricoles et que les sans-terre et les paysans sub-marginaux n’obtiennent des emplois que grâce à la forte diversification de l’économie villageoise liée d’un côté aux activités de la raffinerie sucrière et de l’autre à la proximité de la ville95. Ils permettent également de commencer à se faire une idée sur le degré de raffinement des stratégies de survie élaborées par les familles villageoises les plus pauvres, qui consistent à toujours répartir le maximum du temps de travail disponible sur les activités les plus productives. Toutefois, ils sont totalement insuffisants si l’on veut essayer de pénétrer plus avant dans la logique interne de cette mécanique sociale, vu qu’ils ne concernent que l’activité des chefs de famille. Il est indispensable pour cela de ne pas hésiter à se lancer dans la micro-économie d’un échantillon de familles représentant à la fois les principales catégories sociales existant à Tirtonirmolo et les combinaisons d’occupations principales et d’activités annexes qui y sont les plus fréquentes. Or, il est impossible de pouvoir le faire sans aborder auparavant certains aspects économiques, sociaux et politiques plus globaux de la vie du village.

Notas

1 Le village de Tirtonirmolo et la ville de Yogyakarta partagent d’ailleurs une frontière commune sur quelques centaines de mètres.

2 Connus sous le nom becak, ils font partie intégrante du paysage urbain javanais.

3 Appelés grobag, ils sont indissociables du paysage rural du Kejawèn.

4 Il arrive encore parfois que ces oplet soient de vieilles station-wagon américaines des années 50, qui brinquebalent de toute part et avancent « en crabe » sur les routes du fait de leur châssis faussé. Toutefois, depuis quelques années, ce sont principalement les mini et micro-bus japonais qui sont utilisés comme taxis collectifs dans toute l’Indonésie.

5 Diminutif par lequel les gens se réfèrent en général à Yogyakarta.

6 Les jardins entourent et abritent, en effet, l’habitat rural à Java. De ce fait, toute vue aérienne, photographie ou carte détaillée, donne une première idée assez précise de la pression démographique ambiante et du rapport homme/terre. Nous reviendrons ultérieurement en détails sur cet élément essentiel et par trop sous-estimé de l’écosystème javanais. Vu la fréquence avec laquelle nous nous y référerons, tout au long de cette étude, nous utiliserons désormais exceptionnellement le mot indonésien de pekarangan dans le texte.

7 Ces champs en eau peuvent être soit inondés, soit irrigués. Ce sont en fait les rizières humides, les wet ricefields des anglais, dans lesquelles il est possible de pratiquer d’autres cultures comme la canne, l’arachide, le soya ou le maïs. Comme pour les jardins, nous utiliserons désormais dans le texte le mot indonésien de sawah en ce qui les concerne.

8 A ce sujet voir Selosoemardjan, Social changes in Jogykarla, op. cit., pp. 87-99.

9 Kelurahan en indonésien ou kalurahan en javanais.

10 Pedukuhan, également abrégé dukuh.

11 Excepté pour quelques buttes de champs secs ou tegalan qui se trouvent entre Padokan et Mrisi, à l’ouest de la raffinerie.

12 Selon la « Detailed reconnaissance soil map of Yogykarta Province » établie par le Lembaga Penelitian Tanah de Bogor en 1971, les sols de Tirtonirmolo seraient en fait essentiellement des régosols gris et gris-bruns.

13 Composé de tirta (eau) et nirmâlâ (pure, sacrée, parfaite). Toutes les explications étymologiques de toponymes javanais, qui sont données au fil des chapitres de cette étude, sont basées sur le remarquable ouvrage de Elinor C. Horne, Javanese-English Dictionary, New Haven and London, Yale University Press, 1974, 728 pages.

14 Dans tout village indonésien, les canaux d’irrigation sont, en général, classés en trois catégories majeures. Les canaux primaires et secondaires constituent les principaux vecteurs de captage et de distribution. Ils sont habituellement cimentés sur une partie importante de leur longueur et ont une largeur variant entre 5 et 8 mètres. Ouvrages techniques coûteux, leur construction et leur entretien est du ressort de l’administration régionale qui, du village à la province, est reliée au Ministère compétent, en l’occurrence celui des Travaux Publics. Par contre les canaux tertiaires destinés à la distribution « fine » sont construits et entretenus par les paysans travaillant les sawah qu’ils alimentent selon un principe d’entraide mutuelle (gotong royong). Ils sont la plupart du temps en terre battue et leur largeur n’excède pas 2 mètres. Les canaux quaternaires sont les petites rigoles d’alimentation et d’évacuation que chaque propriétaire de sawah creuse lui-même. Sur les 34 095 mètres de canaux en service à Tirtonirmolo, il y a 2 365 m de canaux primaires, 4 815 m de canaux secondaires et 26 915 m de canaux tertiaires.

15 Il est certain que depuis la période coloniale, le système d’irrigation a toujours tendu à être meilleur dans les régions de Java où les compagnies sucrières étaient installées et possédaient, réquisitionnaient ou même louaient régulièrement les sawah. Voir à ce sujet l’excellent article exhaustif de Anne Booth, « Irrigation in Indonesia - Part 1 », Bulletin of Indonesian Economic Studies, Vol XIII, N° 1, March 1977, p. 45. Par ailleurs, la présence de la raffinerie sur le territoire étant une source de revenus importante pour Tirtonirmolo, elle lui permet sans aucun doute de mieux avoir les moyens financiers d’entretenir un réseau d’irrigation que n’importe quel autre village du district.

16 Il est toutefois en général reconnu par les paysans de Tirtonirmolo que le sud du village jouit de conditions hydrauliques et pédologiques sensiblement meilleures que le nord, les rendements agricoles y étant par conséquent légèrement plus élevés. Cela explique certaines des différences existant entre des hameaux comme Mrisi et Dongkelan, ainsi que nous le verrons plus loin. Par ailleurs, si l’irrigation est globalement très satisfaisante, les problèmes sont plus nombreux et délicats au niveau du drainage, facteur qui n’est pas sans avoir une incidence assez grande sur les différences de productivité d’un sawah à l’autre.

17 A vrai dire, exactement 464.005 hectares. Bien que chaque mètre carré ait réellement une importance fondamentale dans les villages surpeuplés de Java, nous avons arrondi tous les chiffres de superficie à la décimale la plus proche après la virgule dans l’ensemble de cette étude afin de ne pas alourdir un texte déjà suffisamment dense et truffé de statistiques.

18 Le résidu est occupé par les routes et chemins (6.6 ha), les cimetières (kuburan) et mosquées (mesjid) (4.6 ha), et les Terres du Sultanat (Sultanen Gronden) (3.0 ha).

19 Clifford Geertz, Agricultural involution, op. cit..

20 La carte du village n’ayant jamais été faite depuis sa fondation, en 1946, nous avons demandé à un assistant de la Faculté de Géographie de l’Université Gadjah Mada de bien vouloir la reconstituer en « re-collant » bout à bout sur sa planche à dessiner celles de Bekelan, Mrisi et Padokan, les trois anciens villages amalgamés pour former Tirtonirmolo lors de la réforme administrative. Cela nous a d’ailleurs permit d’en offrir une copie au bureau du village qui n’en possédait pas encore dans ses archives.

21 Dont la construction commencée en 1956 par les Allemands de l’Est ne fut achevée qu’en 1958, un an après les délais prévus. Cela n’est pour Madukismo que le début d’une série d’avatars sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir ultérieurement. Sur la carte du village, on voit nettement l’extension de la surface occupée par l’usine.

22 Qui sont respectivement de 1.1 % et de 1.3 % par an, entre 1961 et 1971. Une étude récente dans laquelle ont été relevés les taux de croissance de la population des villages situés sur les principaux axes routiers rayonnant autour de Yogya confirme d’ailleurs ce phénomène puisque, pendant la même décennie 61/71, celui de Tirtonirmolo se révèle être de 1.6 %, chiffre toujours nettement plus élevé que ceux de la province ou du district et probablement plus proche de la réalité que les 2.67 % indiqués dans le texte qui suit, calculés sur une période de temps trop brève pour être significative. Voir à ce sujet Peter F. McDonald & Alip Sontosudarmo, Response to population pressure : The case of the Special Region of Yogyakarta, Yogyakarta, Gadjah Mada University Press, The Population Institute, 1976, 103 p.

23 Il est d’ailleurs intéressant de noter que 2 des familles qui se sont installées à Tirtonirmolo en 1972 vivent dans le hameau de Padokan Kidul où se trouve précisément le campus résidentiel de la raffinerie. Cette dernière employait en 1973 un staff de 68 cadres supérieurs, logés pour la plupart sur place par ses soins, et de 808 employés subalternes et ouvriers.

24 Il a déjà, en effet, été prouvé par des sociaux-démographes, ayant travaillé sur ces questions en Indonésie, qu’il y avait une corrélation positive entre niveau de vie et fertilité. Voir à ce sujet Valerie J. Hull, The positive relation between economic class and family size in Java, Yogyakarta, Gadjah Mada University, The Population Institute, 1976, 115 p.

25 Très exactement 28.8 % à Mrisi, 29.7 % à Padokan Lor et 29.6 % à Dongkelan Kauman.

26 Voir à ce sujet : Peter McDonald and Alip Sontosudarmo, Response to population pressure, op. cit., p. 41.

27 Ibid, p. 54 et 26-32.

28 La pression démographique atteint un tel degré d’acuité que l’homme est en concurrence directe avec le cheptel animal pour l’occupation du sol, comme nous aurons l’occasion de le voir en détails plus loin.

29 Si l’on s’en tient à la définition donnée par le Petit Robert, arable signifie cultivable et, par conséquent, non-arable, incultivable. Etant donné la variété des catégories de terres que l’on trouve dans les huit villages étudiés, il a été nécessaire, pour notre propos, d’aller un pas plus loin en distinguant les terres naturellement non-arables (pentes escarpées, arides ou rocailleuses, connues sous le nom de oro-oro, sols sablonneux formant une partie des terres adjacentes aux rivières, dans les méandres que forment celles-ci, appelés wedikengser, superficies couvertes par les cours d’eau ou les mares et étendues de forêts n’ayant pas été plantées dans un but d’exploitation systématique, mais parce que les sols sous-jacents sont simplement impropres à toute autre forme de croissance végétative), les terres techniquement non arables (surface dévolue aux habitations dans le pekarangan de chaque village, terres couvertes par les bâtiments communaux, les écoles et les usines ou par les routes, les chemins villageois et les terrains de sport) et les terres socialement, juridiquement ou même culturellement non arables (surfaces occupées par les mosquées, les églises, les temples et les cimetières ou terres propriété du sultanat appelées Sultanen Gronden).

30 Ce chiffre s’obtient en déduisant de la superficie totale du village égale à 464 hectares, les 42.23 hectares de terres non directement productives déjà mentionnées et occupées par la raffinerie (28 ha), les cimetières ou kuburan (4.36 ha), les routes, chemins et autres (6.61 ha), les mosquées ou mesjid (0.24 ha) et les Sultanen Gronden (3.01 ha) ainsi qu’une surface de 22.65 hectares de pekarangan représentant le terrain occupé par les 2 265 maisons que comptait le village en 1972, à raison d’une moyenne de 100 m2 par habitation.

31 Il y a de fait une corrélation très étroite entre la survivance de cette pratique et l’intensité du phénomène d’indianisation. C’est ainsi qu’à Java, on la retrouve sous sa forme la plus achevée dans le Kejawèn, siège des grands royaumes agraires pré-islamiques, alors qu’elle n’est déjà plus que partielle sur le Pasisir et dans le Oost Hoek et qu’elle disparait dans la partie la plus occidentale du pays Sunda. Elle est également entièrement inconnue à Sumatra. Voilà qui non seulement confirme partiellement la pertinence de l’analyse « geertzienne » mais prouve une nouvelle fois la nécessité absolue d’aborder les problèmes de développement contemporain dans une optique historique et culturelle.

32 Ces terres sont connues sous le nom de bengkok ou lungguh. Les officiels élus qui se les voient attribuer en ont un droit d’usage limité dans le temps, mais elles sont bien évidemment inaliénables et intransmissibles.

33 Ces terres sont connues sous le nom de pengarem-arem. Le droit d’usage de la personne qui s’en voit attribuer une part s’éteint à sa mort. Elles reviennent alors dans le patrimoine commun du village et sont allouées à une autre personne ayant servi la communauté villageoise.

34 Ces terres connues sous le nom de kas desa sont la propriété du village en tant qu’entité administrative autonome et sont gérés par les élus locaux. Les revenus provenant de leur exploitation sont utilisés à des fins collectives (achat de matériel pour le bureau du village ou de matériel agricole utile à toute la communauté, etc.).

35 On ne retrouve ces trois catégories au grand complet que dans les villages du Kejawèn, comme cela a été indiqué plus haut. Dans les autres, où la pratique subsiste mais sous une forme incomplète, c’est en règle générale le lungguh seulement qui a été conservé ou même institué pour des raisons sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir.

36 Le sawah public se répartit de la manière suivante : 36.42 ha de lungguh, 7.88 ha de kas desa et 6.60 ha de pengarem-arem. Il est intéressant de noter qu’en 1931 l’addition des terres publiques des trois anciens villages qui ont été réunis pour former Tirtonirmolo couvrait 63.28 ha de sawah et 4.17 ha de tegal. Le sawah se décomposait en 42.74 ha de lungguh, 10.31 ha de pengarem-arem et 10.23 ha de kas desa. Il est fort probable qu’une partie du domaine communal a été vendu pour le compte du village lors de la construction de Madukismo en 1956, ce qui expliquerait cette diminution assez importante. C’est également selon toute vraisemblance ce qui s’est passé pour les Sultanen Gronden dont la superficie est passé de 7.6 à 3 ha entre 1931 et 1972. Peut-être, est-ce la pression démographique croissante qui a fait que dans le même laps de temps la superficie occupée par les cimetières (kuburari) soit passée de 5.17 à 4.36 hectares. On peut très bien comprendre que lorsqu’il n’y a pas de place pour les vivants, les morts puissent se serrer un peu pour la leur faire !

37 Soit en moyenne 4.8 personnes par famille.

38 Le tegal joue un rôle insignifiant à Tirtonirmolo, mais dans d’autres villages il sera nécessaire d’en tenir également compte.

39 Nous classons dans la catégorie de ceux qui doivent louer partiellement ou entièrement leur force de travail pour permettre à leur famille de subsister aussi bien les villageois travaillant comme métayers (tani-buruh) ou ouvriers agricoles (buruh-tani) et autres (buruh) que ceux employés et salariés par l’administration publique (pegawai negeri) ou par des entreprises privées (pegawai swasta). Seuls échappent en fait à cette catégorie ceux qui travaillent pour leur propre compte comme les petits vendeurs (bakul) ou les petits artisans indépendants (tukang). Les fonctionnaires villageois (pamong desa) font, quant à eux, partie d’une catégorie à part sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir en détails plus loin.

40 Le calcul de ces seuils de pauvreté, qui est très à la mode dans certains milieux développementistes n’a qu’un intérêt scientifique des plus discutables pour ce qui est de l’étude des sociétés rurales non-occidentales. C’est par contre un exercice qui peut s’avérer utile en ce qui concerne la sensibilisation de l’opinion publique occidentale sur les questions d’aide au développement et de solidarité internationale.

41 A Tirtonirmolo, les rendements rizicoles tournent comme nous le verrons plus loin autour de 5 tonnes de paddy (padi kering giling) à l’hectare, ce qui, si l’on emploie la conversion officielle du Ministère de l’Agriculture (100 : 52), donne 2 600 kilos de riz décortiqué (beras). Du fait que les conditions d’irrigation permettent de faire au moins deux récoltes de riz chaque année, une famille paysanne propriétaire d’un demi-hectare de sawah produira donc 2 600 kilos de riz décortiqué par an. En 1973, le kilo de riz de qualité n° 2 a atteint le prix moyen de 76 rupiah sur le marché de Yogyakarta. Cela donne donc à notre paysan un revenu annuel brut de 197 600 rupiah, soit légèrement plus de 477 dollars américains au taux de change pratiqué en 1973 (1 US $ = 414 Rp). Il ne commercialise évidemment pas tout son riz. A raison d’une ration moyenne de 350 grammes par jour et par personne, la famille auto-consomme environ 650 kilos par an, auquel il faut ajouter 100 kilos pour les semences, ainsi que pour les fêtes (slametan), invitations, cadeaux et autres obligations socio-culturelles. Il lui reste donc un surplus commercialisable de 1 850 kilos de riz soit environ 140 000 Rp. Pour simplifier les choses, nous assumons que cette famille n’a pas recours à une main-d’œuvre extérieure salariée pour exploiter son sawah. Par contre, elle doit débourser environ 20 000 Rp par an pour l’achat des engrais et des pesticides qui lui permettent d’obtenir un tel rendement. Il lui reste en fin de compte 120 000 Rp par an, soit 10 000 Rp par mois, l’équivalent de moins de 25 dollars US. Une famille de cinq personnes dépense approximativement la moitié de cette somme chaque mois pour couvrir les frais d’éducation des enfants, payer les taxes et contributions locales et acheter les biens de première nécessité qu’elle ne produit pas (savon, tissu, huile, sel, sucre, etc.). Les 5 000 Rp restantes sont la garantie de l’indépendance socio-économique et de la sécurité psycholoque de la famille. S’il n’y a pas d’événement contraire majeur, du type mauvaise récolte ou maladie, ils sont épargnés et à terme utilisés pour améliorer l’habitat ou pour acheter des biens plus luxueux et coûteux, comme une lampe à pétrole, une radio ou une bicyclette, les trois signes extérieurs de richesse habituels d’une famille de paysans moyens.

42 Nous nous référons, en tout premier lieu, à David H. Penny and Masri Singarimbun, Population and Poverty in rural Java : some economic arithmetic from Sriharjo, Ithaca, New York, Cornell University, Department of Agricultural Economics, Cornell International Agricultural Development, Mimeograph 41, May 1972,115 p. Tous deux fixent à 1 200 kilos par an la quantité de riz nécessaire pour qu’une famille de 5 personnes puisse subvenir à ses besoins essentiels, alimentaires et autres. Cela correspond dans leur esprit à la notion populaire de « cukupan » qui signifie littéralement « avoir suffisamment, mais tout juste ». Ils définissent donc plutôt un seuil de subsistance minimum qui est beaucoup plus restrictif que celui que nous utilisons dans ce travail. Or, d’une manière assez surprenante, ils estiment que la limite de propriété foncière garantissant un état de « cukupan » est de un hectare de sawah le double de la nôtre. Cela s’explique du fait qu’ils basent leurs calculs sur des conditions d’irrigation ne permettant pas une double récolte annuelle et sur des rendements bien trop bas. Comme le note, à juste titre, Alan Strout, dans un article de revue concernant leur ouvrage (BIES, Vol. X, N° 2, July 1974, pp. 125-135), dans les conditions d’irrigation et de technologie agricole qui sont celles de Sriharjo aujourd’hui, 0.26 ha de sawah sont suffisant pour atteindre le « cukupan » tel qu’ils l’ont défini. C’est donc deux fois moins que ce que nous proposons mais, une nouvelle fois, cela correspond à une définition beaucoup plus restrictive.

43 Il faut pour cela choisir dans un seul hameau un échantillon de familles possédant des pekarangan de surface variable et comptabiliser pendant toute une année les fruits, légumes et tubercules vendus ou autoconsommés. C’est là le sujet d’une recherche en soi. Globalement, on peut indiquer que le recensement de tous les arbres du village a donné, en 1972 : 10 076 cocotiers (pohon kelapa), 1 649 jaquiers (nangka), 1 653 mlindjo, 300 orangers (pohon jeruk), 195 sawo, 171 blimbing, 155 manguiers (pohon mangga), 73 arbres à pain (sukun), 25 rambutan, 19 durian — le fruit le plus apprécié, le plus cher et le plus nauséabond de toute l’Insulinde — et d’innombrables goyaviers (Jambu). On voit donc, par exemple, que chaque famille propriétaire de pekarangan possède en moyenne 6 cocotiers.

44 Outre Penny et Singarimbun, op. cit., qui se sont également intéressés au pekarangan, on doit la contribution la plus intéressante dans ce domaine à : Ann Stoler, « Garden use and household economy in rural Java », Bulletin of Indonesian Economic Studies, Vol. XIV, N° 2, July 1978, pp, 85-101.

45 Cela correspond à une équation 0.5 S = 1.0 P. Penny et Singarimbun, op. cit., utilisent une équation 1.0 S = 1.0 P mais d’une part, ils sous-estiment la productivité du sawah (S) comme cela a été indiqué plus haut et d’autre part, nous tendons à penser que la productivité du pekarangan (P) est sensiblement plus élevée à Sriharjo, où les villageois ont l’habitude de produire du sucre de cocotier (gula kelapa), qu’à Tirtonirmolo, où ce n’est pas le cas. Ann Stoler, op. cit., estime que dans le village du district voisin de Kulon Progo où elle a mené sa recherche, la productivité du pekarangan varie, en termes monétaires, entre 112 000 et 367 400 Rp par hectare chaque année. A Tirtonirmolo, nous avons fixé cette productivité annuelle à la source moyenne de 200 000 Rp par hectare. Il faut noter que l’on ne parle ici que de productivité en termes monétaires, car si l’on prend en considération le temps de travail investi, il est certain que le pekarangan a une productivité de loin supérieure au sawah.

46 Nous aurions néanmoins, quant à nous, tendance à continuer de penser que dans l’esprit d’un paysan javanais, la propriété d’un hectare de sawah est, pour des raisons d’ordre socio-culturel, autrement plus valorisée que celle d’un hectare de pekarangan.

47 Par exemple, une famille moyenne qui a 0.3 ha de sawah et 0.4 ha de pekarangan arrive, par combinaison des deux selon l’équation 0.5 S = 1.0 P, juste au seuil d’indépendance socio-économique et de sécurité psychologique, soit une propriété foncière équivalente à 0.5 ha de sawah.

48 En fait, pour les besoins de la catégorisation statistique, entre 2 500 et 4 999.9 mètres carrés.

49 Pour les mêmes raisons que précédemment, entre 5 000 et 9 999.9 mètres carrés.

50 C’est à partir de cette catégorie de paysans moyens que les familles villageoises commencent à pouvoir se permettre des maisons entièrement en dur (murs en briques, toit en tuiles et sol en ciment). Par ailleurs, elles possèdent également en général une radio, une ou deux bicyclettes, ainsi que plusieurs lampes à pétroles.

51 Dans ces familles de paysans aisés, les maisons sont plus spacieuses et surtout mieux aménagées. De plus, c’est dans cette catégorie que l’on trouve aussi la majorité des propriétaires des petites motos japonaises, si populaires en Indonésie et dans tous les autres pays d’Asie du Sud Est.

52 Dès qu’ils le peuvent, les Javanais transforment leurs petites économies en or, auquel ils accordent, à juste titre d’ailleurs, une plus grande confiance. On peut acheter la plus infime quantité de métal jaune dans les innombrables boutiques spécialisées (toko mas) que compte toute petite ville de district.

53 163 (316-153) de la première catégorie à la seconde, 98 (132-34) de la seconde à la troisième et 8 (16-8) de la troisième à la quatrième.

54 En fait, 63% des propriétaires de pekarangan ont des parcelles dont la superficie est inférieure à 1 000 m2. Cela est juste suffisant pour construire la maison et planter quelques arbres fruitiers dont la production n’est en général pas commercialisée.

55 D’après les statistiques officielles, fournies par le bureau du village, il n’y avait à Tirtonirmolo aucun propriétaire de sawah possédant plus de deux hectares par exemple. Il semble pourtant que ce soit le cas, puisque nous sommes tombés dans le hameau Padokan Lor sur un propriétaire qui avait un peu plus de 3 ha de sawah. Nous sommes cependant à peu près certain que personne ne dépasse cette limite dans tout le village.

56 Les plus importants des fonctionnaires villageois (pamong desa) sont par ordre décroissant le chef de village (lurah), le secrétaire de village (kepala bagian umum ou carik), le responsable des questions agricoles et hydrauliques (kepala bagian kemakmuran ou ulu-ulu), le responsable des questions sociales (kepala bagian sosial ou kamituwa), le responsable des questions de sécurité (kepala bagian keamanan ou jagabaya) et le responsable des questions religieuses (kepala bagian agama ou kaum). Le carik et le ulu-ulu ont chacun quatre assistants (pembantu) pour les seconder, alors que les trois autres responsables n’en ont qu’un seul chacun. Par ailleurs, il y a 12 chefs de hameaux (kepala dukuh). Il n’y a pas un organigramme standard d’administration que l’on retrouverait dans tous les villages javanais. Si le lurah est, en règle générale, toujours entouré des 5 principaux responsables susmentionnés, le nombre des chefs de hameaux et des assistants secondaires varie par contre assez fortement d’un village à l’autre en fonction de sa superficie et de sa population en ce qui concerne les premiers et de ses ressources naturelles et surtout financières pour ce qui est des seconds.

57 A côté du lurah, le carik a 2.74 ha, le ulu-ulu 3.07 ha, le kamituwa 2.63 ha, le jagabaya 2.44 ha et le kaum 2.22 ha. Chacun des 11 pembantu secondaires a pour sa part entre 0.65 et 0.98 ha, alors que le mieux loti des kepala dukuh a 1.12 ha. Avant la réforme administrative de 1946 les tâches étaient réparties d’une manière beaucoup moins fonctionnelle entre les élus locaux des 3 villages qui furent regroupés pour former Tirtonirmolo, à savoir Bekalan, Mrisi et Padokan. Il est également intéressant de noter que les trois ex-chefs de village avaient respectivement 3.43 ha, 3.93 ha et 4.08 ha, alors que tous leurs collaborateurs les plus directs (carik, ulu2, etc..) n’avaient pas plus de 1.5 ha en moyenne. On voit donc qu’un peu plus d’égalitarisme a aussi été introduit dans le corps des fonctionnaires villageois à cette occasion.

58 L’une des plaisanteries les plus répandues dans le monde rural javanais est de dire qu’il vaut mieux être lurah d’un village fertile et prospère que ministre ou même président, vu le niveau très bas des salaires de la fonction publique. Cette plaisanterie ne fait évidemment référence qu’aux revenus officiels !

59 C’est tout du moins ce qui devait être le cas et il semble que cela l’a été jusqu’en 1965. A la suite des évènements sanglants liés à ce qu’il est convenu d’appeler « le Coup du 30 Septembre » (G 30 S), un bon nombre de lurah communistes, militants ou simples sympathisants ont été éliminés et remplacés par des militaires et policiers à la retraite, originaires du village ou non, qui ont plutôt été imposés par les chefs de district qu’élus à cause de leur popularité. A Tirtonirmolo, ça n’est pas le cas puisque le lurah a été élu en 1946 lors de la réforme administrative.

60 Etant donné les avantages matériels et même non-matériels liés à la position de fonctionnaires villageois, les postes vacants sont très convoités et donnent lieu à des mini-campagnes électorales que seules des familles relativement aisées peuvent supporter vu les dépenses importantes de toutes sortes qu’elles impliquent. Dans ce domaine, les rares exceptions confirment la règle à notre avis.

61 Sur les 7 fonctionnaires villageois interviewés très en détail lors de notre travail d’enquête à Tirtonirmolo, dont le lurah, le ulu-ulu, le kaum et quatre kepala dukuh, un seul n’avait pas de sawah privé, tous les autres ayant des parcelles dont la superficie variait entre 1 500 et 6 285 m2. Par contre ils avaient tous les sept entre 400 et 5 600 m2 de pekarangan.

62 Ces horaires sont les suivants : du lundi au jeudi inclus de 7 h à 14 h non-stop, le vendredi de 7 h à 11 h pour permettre à ceux qui le désirent de se rendre à la mosquée et le samedi de 7 h à 12 h, en règle générale le dimanche étant jour férié. Les horaires sont plus impératifs pour les fonctionnaires travaillant au bureau du village que pour les chefs de hameaux qui s’acquittent de leur travail à domicile et ne se déplacent que lorsqu’ils sont envoyés à des réunions ou quand il y a des problèmes particuliers à régler. Tout le système reste néanmoins animé d’une élasticité dont le degré varie assez sensiblement d’un village à l’autre, mais si l’on veut être certain de rencontrer la personne que l’on cherche, il vaut mieux ne pas venir au bureau avant 9 h ou après 12 h.

63 En règle générale ces fonctionnaires-paysans travaillent eux-mêmes environ 1 ha de sawah soit avec l’aide des membres de leurs familles, soit en payant occasionnellement quelques ouvriers agricoles. S’ils sont propriétaires de plus d’un hectare, ils louent le surplus à des métayers ou à l’usine sucrière. Selon leur fonction dans l’administration villageoise, il arrive même qu’ils empiètent fortement sur les horaires de bureau et accordent plus de temps à la mise en valeur de leur exploitation agricole qu’à leurs tâches officielles. Ils ont alors plutôt un profil de paysan-fonctionnaire. Habituellement, seuls les chefs de hameaux, et à la limite quelques assistants secondaires, dont la position n’est ni très importante, ni très convoitée, peuvent se permettre d’inverser ainsi l’ordre de leurs activités principales et annexes.

64 Certains n’y mettent pas les pieds pour la bonne et simple raison que n’étant pas fils de paysans, n’ayant pas de terres privées ou n’ayant jamais travaillé au sawah, ils ne les ont jamais mis auparavant et ne peuvent décemment pas s’initier à l’art complexe et minutieux de la riziculture irriguée du jour au lendemain. Cela pose toute la question de l’opportunité d’avoir des élus locaux ne connaissant rien aux problèmes agricoles dans un monde essentiellement paysan. Nous aurons l’occasion d’y revenir. D’autres, une fois qu’ils ont été élus et ont gravi un échelon important dans la hiérarchie sociale du village décident, pour des questions de prestige et de standing, de n’y plus mettre les pieds alors qu’ils y avaient jusqu’à présent passé le plus clair de leur temps.

65 Selon les statistiques officielles du bureau de village qui sont assez fiables dans ce domaine, il y avait très exactement 149 personnes classées dans la catégorie des fonctionnaires salariés en 72/73 à Tirtonirmolo, dont 104 appartenant à l’administration publique et 45 au secteur privé. Les premiers travaillent soit pour un service régional relié à un ministère technique, comme celui de l’Education (instituteurs du primaire), de la Santé (infirmiers) ou des Finances (employés de banque), soit à un échelon de l’administration territoriale supérieur au village (sub-district, district, province). La grande majorité des seconds travaillent pour la raffinerie sucrière de Madukismo. Leurs horaires de travail sont d’ailleurs beaucoup plus stricts que ceux des salariés de la fonction publique et ils ont de ce fait plus de difficultés à organiser leurs activités annexes. Dans un pays comme l’Indonésie où certaines personnes s’arrangent pour cumuler jusqu’à quatre occupations professionnelles journalières et où le temps représente véritablement de l’argent, le fait d’être fonctionnaire de l’Etat (pegawai negeri), et donc de toucher un salaire mensuel régulier tout en ayant beaucoup de temps libre, est un privilège inappréciable.

66 Les noms employés pour désigner les métayers varient beaucoup d’une région à l’autre en Indonésie. Dans les environs de Yogyakarta on se réfère généralement à eux comme étant des paysans-ouvriers (tani buruh), ou ce qui est plus exact des paysans partageant la récolte en deux parties (tani pemaroh ou tani bagi hasil).

67 Il arrive en effet de temps en temps qu’un métayer travaille la terre appartenant à l’un des membres de sa propre famille, en général une veuve trop âgée pour s’en occuper elle-même. C’est cependant la relation patron-client qui prédomine et vu la rareté des terres à louer, elle est même transmissible de père en fils dans la plupart des cas.

68 Nous avons cependant connu quelques rares cas à Tirtonirmolo où le métayer avait la chance de travailler le sawah d’un propriétaire contre une quantité forfaitaire de riz décortiqué fixée d’un commun accord avec lui et livrable après chaque récolte. C’était à chaque fois des arrangements à l’intérieur d’une même famille. Ce type d’accord est évidemment beaucoup plus intéressant pour le métayer, plutôt devenu sorte de fermier rente-fixe, car tout investissement additionnel de capital ou de travail dans le sawah est entièrement à son bénéfice.

69 Il faut néanmoins reconnaître qu’en règle générale les propriétaires respectent ces contrats oraux et qu’un métayer est assuré de pouvoir travailler la terre qu’il loue pendant de longues années. Sont-ce là des vestiges de relations communautaires si chères aux anthropologues sous quelques cieux que cela soit, ou plutôt l’expression de relations semi-féodales normales entre un patron et sa clientèle protégée ? Nous aurions tendance à privilégier la seconde explication. Quoiqu’il en soit les conflits relatifs à ce genre de questions semblent être assez rares à Tirtonirmolo. Il faut également dire que le nombre de contrats de métayage n’est pas très élevé.

70 A Java, l’ouvrier agricole est en général connu sous le nom de buruh-tani, ce qui signifie littéralement ouvrier-paysan, terme à ne pas confondre avec celui fort proche de paysan-ouvrier (tani-buruh) qui est souvent utilisé dans la région de Yogyakarta pour se référer à un métayer.

71 On considère en général que jusqu’à une superficie de 0.5 ha de sawah, une famille moyenne de paysans propriétaires exploitants n’a pas besoin de faire appel à de la main-d’œuvre extérieure pour autant que tous ses membres soient en âge de travailler et qu’ils consacrent la majeure partie de leur temps à s’occuper de l’exploitation agricole familiale. A vrai dire, des facteurs agro-techniques et socio-culturels font que la réalité est beaucoup plus complexe. Ainsi, même si les gros travaux de préparation de la rizière, tâche essentiellement masculine, peuvent être effectués par le père et l’un de ses fils par exemple, ils devront bien, s’ils ne sont pas propriétaires d’un animal de trait (buffle ou vache) et qu’ils en ont besoin d’un pour labourer leur sawah, le louer à quelqu’un d’autre. Par ailleurs, même si la mère et ses filles dirigent l’opération pénible du repiquage, tâche traditionnellement dévolue aux femmes, elles auront probablement recours, pour aller le plus vite possible, à la main-d’œuvre supplémentaire de voisins sur une base d’entraide mutuelle (gotong royong) et même au besoin en les payant. Nous aurons l’occasion de revenir en détail sur ces questions de main-d’œuvre agricole et sur les conséquences que la modernisation des techniques de production ont sur elles.

72 Afin d’éviter les grosses chaleurs, les horaires de travail dans le sawah sont, en règle générale, de 6-7 h à 11-12 h le matin et de 15-16 h à 17-18 le soir.

73 Il était rare qu’une repiqueuse salariée soit payée plus de 50 Rp par jour et nous avons même de nombreux exemples où elles ne recevaient que la moitié de cela. Par contre un très bon sarcleur-bineur (tani tjangkul) pouvait être payé jusqu’à 100 Rp. Il faut dire, chose importante, que tous les salaires d’ouvriers agricoles journaliers, qu’ils soient femmes ou hommes, s’entendent, en général, avec en plus, deux, voire trois, petits repas frugaux.

74 Les ouvriers permanents de Madukismo sont appelés karyawan pour les différencier des ouvriers non-permanents simplement dénommés buruh. Leur salaire mensuel excédait rarement 5 000 Rp. début 1973.

75 Ces travailleurs journaliers (buruh harian) n’étaient payés que 50 Rp par jour sans repas.

76 Les artisans sont appelés tukang, un terme qui marque bien qu’ils sont plus que de simples ouvriers (buruh) même si leur travail est sensiblement le même. Il y a toujours 2 ou 3 menuisiers-charpentiers (tukang kayu) dans chaque hameau. Ils font tous les petits travaux de réparation (maison, meubles, etc..) de la communauté et ont en général un volume d’activité assez stable. Il y avait par ailleurs 8 petites entreprises privées fabriquant des meubles en bois à Tirtonirmolo, en 1973. Elles employaient en tout guère plus d’une vingtaine de personnes.

77 Les tous petits commerçants, que l’on appelle dagang kecil en indonésien ou plus fréquemment bakul en javanais, ont la plupart du temps pour tout kiosque 2 ou 3 paniers de produits divers posés à même le sol au coin d’un sentier villageois ou au petit marché local. Leur bénéfice net s’élève rarement à plus de 50 Rp par jour.

78 A Java et en Indonésie, en général, ce sont surtout les femmes qui sont en charge des petites activités de commercialisation auxquelles peut se livrer la famille, que ce soit la vente du surplus des pekarangan ou l’achat des biens de première nécessité. Une plaisanterie javanaise dit que c’est la femme qui est le ministre de l’intérieur (Menteri Dalam Negeri). En fait, ce sont en général les hommes qui traitent les grosses opérations commes la vente de la récolte rizicole sur pied ou autre.

79 Cigarettes au clou de girofle très populaires dans toute l’Indonésie malgré leur prix relativement élevé. En 1973 un paquet de 10 coûtait entre 50 et 100 Rp selon la marque et la qualité.

80 Début 73, le prix d’achat d’un canard de race dite « mandarine » (itik ou bebek) s’élevait à 400 Rp. Il produisait 1 œuf par jour, 1 mois sur 2, soit 180 œufs par an vendus à environ 30 Rp pièce, soit un bénéfice net annuel supérieur à 5 000 Rp par canard.

81 Ils font en particulier des marionnettes pour le populaire théâtre d’ombres javanais (wayang kulit).

82 Pouvoir s’acheter une vieille machine à coudre et s’installer couturier (tukang jait) du hameau est une aubaine que beaucoup de familles voudraient bien voir se réaliser.

83 En règle générale, elles cuisinent les populaires petites galettes faites à base de soya (tempe ou tahu). Cela permettait de faire un bénéfice net d’environ 25 Rp par jour en avril 1973. Sinon elles fabriquent les délicieux beignets de manioc et de crevettes (kerupuk). Il y avait d’ailleurs une petite entreprise de kerupuk à Tirtonirmolo en 1973. Elle employait 3 personnes.

84 Elles peuvent parfaitement se rendre à pied au marché voisin, distant de plusieurs kilomètres, pour ne vendre en tout et pour tout que 5 œufs, 15 bananes, 2 papayes et 1 noix de coco. Il faut dire qu’elles en profitent pour acheter à meilleur prix, quelques biens de première nécessité qui coûtent une ou deux Rp de plus dans le village. A ce niveau de détail chaque centime compte et est, au demeurant, dûment compté.

85 Cela n’est que fort récemment que certains jeunes socio-démographes et socio-anthropologues se sont penchés attentivement sur le rôle éminemment important que jouent les enfants dans l’économie familiale javanaise. Leurs études sont non seulement d’une actualité brûlante mais, qui plus est, soulèvent des questions absolument fondamentales dans un pays où l’on essaye de promouvoir un planning familial rigoureux. Sur ce sujet, voir avant tout Benjamin White, « The economic importance of children in a Javanese village », in Moni Nag (Ed), Population and social organization, The Hague, Mouton, 1975, pp. 127-146.

86 Il est extrêmement rare qu’un triporteur (becak) soit la propriété de celui que l’on voit s’échiner sur sa selle, vu que son prix variait entre 100 000 et 200 000 Rp, selon son état et sa qualité, en 1973. Il appartient en fait à l’une des grandes entreprises privées de la ville, toutes possédant plusieurs centaines de ces engins que les touristes trouvent si « typiques », qui le lui loue par tranche de 12 heures pour un prix forfaitaire. A Yogya, le montant de ce forfait s’élevait, début 73, à 150 Rp pour le jour et 100 Rp pour la nuit. Au locataire de se débrouiller pour gagner plus et faire un bénéfice net qui vaille la peine. Vu la concurrence, ça n’est pas chose facile. Le Président Sukarno considérait que c’était là, la forme la plus insupportable de ce qu’il appelait lui-même : « L’exploitation de l’homme par l’homme » (sic). Alors qu’ils constituent indubitablement le sous-prolétariat indonésien, on se réfère à eux non pas comme étant des ouvriers (buruh), mais doux euphémisme, des artisans (tukang). Pramoedya Ananta Toer, l’un des plus grands écrivains indonésiens contemporains, faisait cette réflexion terrible en ce qui concerne les soi-disants artisans-triporteurs (tukang becak) : « Aujourd’hui, nous avons des triporteurs qui sont une combinaison du cheval et du chauffeur et épargnent le coût du foin. A Jakarta, les hommes acceptent d’être des chevaux pour de l’argent ». (N.B. Notre propre traduction à partir du texte anglais). Voir : Pramoedya Ananta Toer, « Letter to a friend from the country », in Harry Aveling (Ed), Front Surabaya to Armageddon, Indonesian short stories, Singapore, Heinemann Educational Books, 1976, p. 69.

87 Pour ce faire, nous avons passé en revue pendant des heures la liste complète des familles vivant dans chaque hameau (pedukuhan) en demandant au chef de hameau (kepala dukuh), qui nous assistait tout au long de l’opération, de bien vouloir préciser l’occupation principale et les activités annexes de chacun des chefs de famille (kepala keluarga). Le risque d’erreur existe, mais il est relativement limité vu que le chef de hameau connaît intimement les quelques 200 familles dont il a la responsabilité administrative.

88 En ce qui concerne la catégorie des ouvriers, sont regroupés sous l’appellation « ouvrier village » (buruh desa) tous ceux qui n’ont pas besoin d’en sortir pour gagner leur vie, même si le travail qu’ils font vient à eux en provenance de la ville, comme les ouvriers du batik (buruh batik). Par opposition sont regroupés sous l’appelation « ouvrier-ville » (buruh kota) tous ceux qui doivent s’y rendre pour gagner leur vie comme les artisans-triporteurs (tukang becak). Par ailleurs, la majorité des chefs de famille classés dans la catégorie « retraités et sans-emplois » sont des personnes âgées ne travaillant plus activement.

89 Le pourcentage des chefs de famille déclarant être principalement paysans-exploitants par rapport au nombre de propriétaires fonciers ayant accès au sawah est respectivement de 47.9 à Mrisi, 41.8 à Padokan, 22.8 à Jogonalan et 19.8 à Dongkelan.

90 Le tableau I.5 et les corrélations qu’il a avec les précédents apporte une nouvelle fois la preuve que Mrisi est le hameau ayant la structure sociale la moins déséquilibrée, relativement parlant. C’est aussi la confirmation que le village administratif (kelurahan) n’est qu’une unité fédérative sans grande cohésion à l’intérieur de laquelle, chaque hameau (pedukuhan), véritable communauté villageoise avec ses éléments de solidarité mais aussi de conflit, a une trajectoire socio-historique propre différente de celle des autres.

91 Dongkelan fait partie de la zone nord du village, celle qui est relativement moins fertile et moins bien irriguée. Par ailleurs, c’est le hameau le plus proche de la ville à laquelle il est en fait contigu. Ces deux éléments expliquent vraisemblablement que de nombreux propriétaires de petits sawah travaillent principalement comme ouvriers dans le village (buruh desa). C’est, en particulier, le cas pour toutes les femmes travaillant le batik à domicile, activité très répandue à Dongkelan. Il ne faut pas oublier qu’un grand nombre de chefs de famille sont des femmes veuves ou divorcées. Fin 1972, il y en avait très exactement 462 sur 2 497, soit presque l/5e pour tout le village de Tirtonirmolo.

92 Il suffit que ces activités soient très marginalement plus productives pour que le travail du sawah soit relégué à un rang secondaire, voire délaissé. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que dans chaque famille, il y a un volume d’activités non-productives à accomplir (éducation des enfants, cuisine, ménage, etc..) qui incombe, la plupart du temps, à la mère et aux filles et qui empiète sur le temps disponible pour les activités productives.

93 Très exactement 28.3% des fonctionnaires (36 sur 127) et 21.3% des paysans (29 sur 136) contre seulement 4.7% des ouvriers (21 sur 444).

94 De fait, il n’y a que 88 des 828 chefs de famille actifs du village soit 10.6% qui ont une activité secondaire. Ce pourcentage varie énormément d’un hameau à l’autre : il est de 11.5% à Mrisi (25 sur 217), 16.3% à Padokan (33 sur 202), 7.9% à Jogonalan (14 sur 201) et 6.7% à Dongkelan (14 sur 208).

95 Sans revenir sur la question du batik ou des becak, on peut noter que la proximité du marché urbain stimule aussi fortement tout un petit secteur informel d’activités de production alimentaire (œufs, fruits, légumes, galettes, gâteaux, etc…) et artisanale (paniers, poteries, etc…).

Índice de ilustraciones

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4462/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4462/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4462/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4462/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 308k
Título Le tableau I.5. regroupe les résultats de cette enquête88.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4462/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 516k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4462/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 242k
Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search