Version classiqueVersion mobile

Modernisation agricole, développement économique et changement social

 | 
Jean-Luc Maurer

Deuxième partie. Terrain : quatre villages du cœur du Kejawèn

Préambule

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet B.H.M. Vlekke, Nusantara, op. cit., pp. 35-79 ; Georges Coedès, Les états hindouis (...)
  • 2 Hasil Registrasi Penduduk 1972, Penduduk Jawa-Madura, op. cit., p. 47.
  • 3 Voir à ce sujet Mubyarto & Atje Partadiredja, « An Economic Survey of the Special Region of Jogyak (...)
  • 4 Inférieure à 50 000 ha. Voir Sensus Pertanian 1963, op. cit., p. 13.
  • 5 Le nombre très élevé des études rurales menées dans le D.I. Yogyakarta est indubitablement lié de (...)

1Une fois la décision prise d'entamer cette étude villageoise comparative sur la modernisation de l'agriculture paysanne javanaise par le Kejawèn, le choix de la région de Yogyakarta, qui en constitue le cœur historique profond, s'imposait presque de lui-même. C'est, en effet, bien au pied du majestueux complexe volcanique Merbabu-Merapi qui la domine que les premiers grands royaumes hydro-agricoles de la période indo-javanaise fleurirent dès le vii-viiie siècle, nous léguant des chefs-d'œuvre universels tels que les temples de Borobudur ou de Prambanan, témoignages immortels de leur niveau élevé de développement économique et technologique1. En fait, dès avant même avoir posé le pied sur le sol indonésien, nous savions déjà que, sitôt expédiée l'inévitable et fastidieuse corvée des démarches administratives qui ne manquerait pas de nous clouer pour quelques semaines à Jakarta, nos pas nous guideraient immédiatement à Yogyakarta pour une première étape importante et durable de la recherche. Il faut peut être préciser que, mis à part le très important élément historique susmentionné faisant de la société paysanne yogyanaise la dépositaire d'une des traditions agricoles les plus anciennes et raffinées d'Indonésie, trois autres facteurs déterminants, d'ordre démographique, agro-technique et tout bonnement pratique, avaient également présidé à cette présélection. Sur le plan démographique, nous avions en effet toujours implicitement considéré que l'étude des problèmes de modernisation agricole s'avèrerait infiniment plus révélatrice et pertinente dans les régions de Java où la pression de l'homme sur la terre était la plus élevée. Or, avec une population de plus de 2.5 millions pour une superficie de moins de 3 200 km2, le Territoire Spécial de Yogyakarta atteignait en 1972 une densité moyenne de 789 habitants au kilomètre carré le plaçant largement en tête des provinces rurales javanaises2. Sur le plan agro-technique, cette minuscule région présentait plusieurs avantages décisifs. Primo, en dépit de son exiguïté, elle était caractérisée par une très grande diversité de conditions naturelles, certains parmi les meilleurs terroirs irrigués de l'île n'étant souvent distants que de quelques kilomètres des pires zones latéritiques de l'archipel. Secundo, bien qu'elle ait toujours été chroniquement déficitaire sur le plan alimentaire3, la culture commerciale de la canne à sucre y était très développée et concurrençait fortement celle du paddy et des autres cultures vivrières secondaires pour l'occupation d'une superficie de sawah plus que limitée4. Tertio, elle constituait également le premier champ d'expérimentation de la toute nouvelle formule dite « perfectionnée » du programme BIMAS d'intensification de la production rizicole. Finalement, sur le plan pratique, cette micro-province offrait le support logistique d'un appareil administratif « à taille humaine » et l'appui académique d'une très bonne université fourmillant de ruralistes de tous poils5. On pouvait difficilement rêver d'un meilleur cadre pour inaugurer cette recherche.

CARTE 4 : Le Daerah Istimewa Yogyakarta et ses subdivisions administratives

CARTE 4 : Le Daerah Istimewa Yogyakarta et ses subdivisions administratives
  • 6 Voir à ce sujet les quelques pages lumineuses que Pierre Gourou consacre à Gunung Kidul dans Leçon (...)
  • 7 Hasil Registrasi Penduduk 1972, Penduduk Jawa-Madura, op. cit., pp. 46-47. Les densités des trois (...)

2Ainsi que cela apparaît sur la carte ci-contre, le D.I. Yogyakarta se subdivise en une municipalité urbaine (kotamadya) et quatre districts ruraux (kabupaten). Ces derniers Sleman, Bantul, Kulon Progo et Gunung Kidul, bénéficient de conditions naturelles fort différentes. D'un côté, Sleman, situé en grande partie sur les contreforts fertiles du volcan Merapi, et Bantul, largement concentré dans la petite plaine alluviale que délimitent les deux rivières Progo et Opak, sont, dans l'ensemble, très favorables au développement d'une agriculture intensive. De l'autre, Kulon Progo, dont la majeure partie du territoire se trouve dans une région accidentée de collines, est déjà beaucoup plus problématique à cet égard, alors que Gunung Kidul, qui occupe une zone de plateau montagneuse, rocailleuse, aride et désolée, y est carrément très défavorable6. La stratégie de « révolution verte » touchant principalement les meilleures zones irriguées, notre étude villageoise devait donc nécessairement se concentrer sur Sleman ou Bantul. A travers une étude approfondie des indicateurs statistiques disponibles au niveau provincial et quelques visites éclairs de contrôle sur le terrain, nous portâmes très rapidement notre choix sur le second nommé. Tout d'abord, il présentait l'incomparable avantage d'offrir l'éventail le plus complet des situations agro-écologiques existant sur le plan local, puisque, si le sawah (rizière en eau) dominait largement dans la plaine centrale de Bantul, c'est le tegal (champ sec) qui était fortement prépondérant du côté des contreforts du plateau de Gunung Kidul et le pekarangan (jardin) qui primait plutôt sur les berges de la rivière Progo. Par ailleurs, avec une population de près de 580 000 personnes pour une superficie d'environ 426 km2, il atteignait, en 1972, une densité moyenne de 1 355 habitants par kilomètre carré le plaçant non seulement en tête des quatre districts ruraux de Yogyakarta mais, par la même occasion, au second rang national, derrière Klaten à Java Central7. Finalement, la culture de la canne à sucre y était quasi entièrement circonscrite et la seule et unique raffinerie de la province y avait son siège. Last but not least, le fait de travailler sur un seul district facilitait très nettement la recherche, tant au niveau des formalités administratives qu'à celui des distances journalières à parcourir.

CARTE 5 : Le Kabupaten Bantul et ses subdivisions administratives

CARTE 5 : Le Kabupaten Bantul et ses subdivisions administratives
  • 8 Il y en avait 74 dans tout le DI Yogyakarta. Voir Statistik Indonesia 1974/75, op. cit., p. 18.
  • 9 Il y en avait en tout 393 dans les quatre kabupaten ruraux du territoire. Voir Hasil Registrasi Pe (...)

3Comme le montre la carte ci-contre, le district de Bantul était subdivisé en 18 sous-districts (kecamatan) en 19728. Il s'agissait dès lors pour nous d'identifier, parmi les 75 villages administratifs (kelurahan) les composant, ceux où l'enquête serait la plus instructive9. Or, en étudiant attentivement tous les indicateurs statistiques glanés au bureau central du district, nous avions rapidement découvert avec beaucoup d'intérêt que le programme BIMAS semblait rencontrer un accueil très variable d'un sous-district à l'autre, et surtout, que cela n'avait apparemment pas grand chose à voir avec les conditions naturelles régnantes puisqu'il pouvait aussi bien s'avérer être un échec partiel dans de très bonnes zones de sawah irrigué qu'un succès relatif dans des périmètres agricoles beaucoup moins favorisés où dominait le tegal ou le pekarangan. C'était là une trouvaille majeure à élucider au plus vite. Comme nous avions par ailleurs l'intention d'analyser les problèmes de modernisation agricole dans chacun des trois différents systèmes agro-économiques susmentionnés, nous optâmes finalement pour une double méthode d'enquête. En tout, nous sélectionnerions quatre villages dans le district de Bantul. Les deux premiers seraient comparables en tout point au niveau de leurs très bonnes conditions naturelles de développement rizicole et le sawah y serait largement dominant, mais le programme BIMAS se solderait provisoirement par un échec flagrant dans l'un et par un indiscutable succès dans l'autre. Les deux derniers seraient à peu près comparables au niveau de leurs conditions naturelles ingrates de développement rizicole, le tegal étant dominant dans l'un et le pekarangan dans l'autre, mais le programme BIMAS y rencontrerait malgré tout un accueil sensiblement différent. Grâce à cette approche mixte, empruntant à la géographie comme à l'économie, nous espérions bien évidemment pouvoir identifier toute la gamme des divers obstacles auxquels la modernisation agricole se heurtait dans le Kejawèn. Toutefois, suite à nos enquêtes statistiques préliminaires, nous étions déjà en mesure de formuler l'hypothèse de travail majeure selon laquelle l'étendue du succès du programme BIMAS dans un village était avant tout directement proportionnelle au nombre de villageois ayant les moyens économiques d'y adhérer, et dépendait donc, au premier chef, des conditions d'accès à la terre et de répartition de la propriété foncière. Après avoir longuement comparé les statistiques disponibles et passablement sillonné les routes du district, nous sélectionnâmes finalement quatre sous-districts : les kecamatan de Kasihan, Sewon, Imogiri Jk et Sedayu. La petite grille qui suit caractérise chacun d'entre eux par rapport à nos deux critères de sélection.

4Dernière étape du processus, nous choisîmes en fin de compte, sur la base des indicateurs statistiques détaillés fournis par le bureau de chaque sous-district, le plus représentatif des villages administratifs le composant. Ce furent respectivement Tirtonirmolo, Timbulhardjo, Wukirsari et Argodadi.

Notes

1 Voir à ce sujet B.H.M. Vlekke, Nusantara, op. cit., pp. 35-79 ; Georges Coedès, Les états hindouisés d'Indochine et d'Indonésie, Paris, E. de Boccard, 1964, 494 pages et Jacques Dumarçay, Borobudur, Kuala Lumpur, Oxford University Press, 1978, 72 pages.

2 Hasil Registrasi Penduduk 1972, Penduduk Jawa-Madura, op. cit., p. 47.

3 Voir à ce sujet Mubyarto & Atje Partadiredja, « An Economic Survey of the Special Region of Jogyakarta », BIES, N° 11, October 1968, pp. 29-47, ainsi que Mubyarto, « Economic developments in the D.I. Jogyakarta », BIES, Vol VI, N° 3, November 1970, pp. 14-32.

4 Inférieure à 50 000 ha. Voir Sensus Pertanian 1963, op. cit., p. 13.

5 Le nombre très élevé des études rurales menées dans le D.I. Yogyakarta est indubitablement lié de très étroite manière à ces raisons pratiques, en particulier la présence de l'Université Gadjah Mada sur le territoire. Notre préparation au terrain yogyanais était également facilitée par l'existence d'une très belle étude socio-politique de Selosoemardjan, Social changes in Jogyakarta, Ithaca, New York, Cornell University Press, 1962, 440 pages.

6 Voir à ce sujet les quelques pages lumineuses que Pierre Gourou consacre à Gunung Kidul dans Leçons de géographie tropicale, Paris, Mouton, 1971, pp. 108-113.

7 Hasil Registrasi Penduduk 1972, Penduduk Jawa-Madura, op. cit., pp. 46-47. Les densités des trois autres kabupaten du DI Yogyakarta étaient de respectivement 1 119 hab/km2 pour Sleman, 644 hab/km2 pour Kulon Progo et 387 hab/km2 pour Gunung Kidul.

8 Il y en avait 74 dans tout le DI Yogyakarta. Voir Statistik Indonesia 1974/75, op. cit., p. 18.

9 Il y en avait en tout 393 dans les quatre kabupaten ruraux du territoire. Voir Hasil Registrasi Penduduk 1972, op. cit., p. 47.

Table des illustrations

Titre CARTE 4 : Le Daerah Istimewa Yogyakarta et ses subdivisions administratives
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4461/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre CARTE 5 : Le Kabupaten Bantul et ses subdivisions administratives
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4461/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4461/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search