Version classiqueVersion mobile

Modernisation agricole, développement économique et changement social

 | 
Jean-Luc Maurer

Introduction

Texte intégral

De la problématique au terrain d’enquête

1Cet ouvrage est la version fortement abrégée d’une volumineuse étude, elle-même aboutissement d’une très longue recherche s’étalant sur une quinzaine d’années.

2C’est en effet vers 1968 que nous commençâmes à nous intéresser de près aux problèmes de développement économique et de modernisation sociale du « Tiers Monde ». A cette époque, la communauté internationale des théoriciens et des praticiens de tous poils penchés sur leur étude était déjà toute bruissante de la grande « querelle des anciens et des modernes » opposant les tenants de « la croissance d’abord » aux partisans de « l’équité avant tout ». Les sociétés non-occidentales étant essentiellement rurales et paysannes, c’est bien évidemment le problème de la modernisation agricole qui était habituellement au centre de la controverse. Toutefois, l’extension rapide et bruyante de la stratégie technicienne dite de « révolution verte » avait relancé cette dernière sous une forme plus antagoniste et passionnée que jamais. Le choix du thème de notre recherche était donc tout trouvé : elle serait consacrée à l’analyse des conditions et des conséquences économiques et sociales de la modernisation agricole dans les pays en voie de développement.

3Restait alors encore à identifier l’étude de cas particulière qui illustrerait le mieux une problématique aussi générale. Nous savions déjà depuis longtemps qu’elle serait asiatique. En effet, non seulement avions-nous toujours été fortement attiré par la profondeur historique et la richesse des civilisations de ce vaste continent auquel l’humanité doit tant, mais encore, la question de la modernisation agricole était-elle devenue une nécessité particulièrement urgent et vitale pour la majeure partie des pays pauvres et surpeuplés le constituant. Nous la voulions par ailleurs tropicale, après que Pierre Gourou ait su nous sensibiliser par ses écrits aux problèmes spécifiques de ces régions. Or, d’un côté, celles faisant partie de l’espace indien avaient déjà été l’objet de nombreuses études rurales de ce type alors que celles appartenant au monde chinois demeuraient très difficiles d’accès pour des raisons essentiellement politiques. En revanche, à égale distance de ces deux géants, intégralement située dans la ceinture intertropicale et fascinante par sa diversité passée et présente, la région carrefour du sud-est asiatique, tout à la fois pont entre les continents d’Asie et d’Australie et porte entre les océans Indien et Pacifique, offrait, à tout point de vue, des perspectives plus intéressantes.

4Dès lors, le choix de l’Indonésie, le plus grand archipel du monde qui — selon la phrase célèbre de Douwes Dekker — « se tortille autour de l’équateur comme une ceinture d’émeraudes », s’imposait presque de lui-même. Quatre raisons majeures le justifiaient à notre sens pleinement. Premièrement, bien qu’il ait été de fort loin le plus peuplé de la région, ait pesé d’un poids politique et stratégique très supérieur à celui de ses voisins immédiats et ait disposé d’un énorme potentiel économique, tant agricole que minier, ce grand pays restait relativement sous-étudié. Deuxièmement, la situation de développement le caractérisant était le produit d’un long processus historique original et complexe passant par une floraison pré-coloniale aussi riche que variée, une colonisation inégale mais remarquablement précoce et traumatisante dans certaines régions, un réveil nationaliste brusque et virulent suivi d’une lutte de libération âpre et dévastatrice et enfin, une indépendance difficile, pleine d’écueils, de tensions et de conflits, ayant vu le régime populiste tiers-mondiste et socialisant du flamboyant Sukarno être remplacé, dans le sang des communistes, par l’« Ordre Nouveau » militaro-technocrate et pro-occidental de l’énigmatique Suharto. Troisièmement, ce dernier s’était précisément attelé, dès son arrivée au pouvoir, à un effort de reconstruction et de développement économique sans précédent, plaçant la modernisation agricole et l’autosuffisance alimentaire au rang de ses préoccupations primordiales. Quatrièmement, la langue indonésienne, sans être aussi simple que l’affirmaient certains, présentait tout de même un degré de complexité moindre que la majorité des langues tonales à écriture non-romanisée de la péninsule indochinoise et pouvait donc être assimilée suffisamment rapidement pour se lancer dans une recherche de terrain.

CARTE 1 : L’Indonésie, pont entre l’Asie et l’Australie et porte entre l’Océan Indien et l’Océan Pacifique

CARTE 1 : L’Indonésie, pont entre l’Asie et l’Australie et porte entre l’Océan Indien et l’Océan Pacifique

5Cette dernière dura 18 mois, de novembre 1972 à Mai 1974. Elle fut suivie par une courte phase d’étude comparative d’environ deux mois en Malaisie et d’un mois en Thaïlande. En Indonésie, douze village furent analysés à fond, dont dix à Java et deux à Sumatra, alors qu’une enquête approfondie sur le secteur des plantations était également réalisée dans plusieurs provinces des deux îles et plus particulièrement à Sumatra Nord. En Malaisie, certaines enquêtes dispersées furent menées à bien sur les deux côtes de la péninsule, à Malaka, Penang et Province Wellesley, Kedah, Trengganu et Kelantan alors qu’en Thaïlande, elles furent principalement concentrées dans la région de la plaine centrale, avec une brève incursion du côté de Chiang Maï. Par la suite, de 1976 à 1982, nous eûmes la chance de pouvoir séjourner en Indonésie plusieurs semaines chaque année, à l’occasion de missions de courte durée effectuées un peu partout dans l’archipel pour le compte de l’agence suisse de coopération au développement. Cela nous a indubitablement permis de ne pas trop perdre contact avec les réalités du pays et de continuer à suivre d’assez près son expérience de modernisation agricole.

6Le présent ouvrage ne reprend pas, loin s’en faut, l’intégralité de l’énorme quantité de matériel accumulé pendant toutes ces années puisqu’il ne porte que sur quatre des dix villages javanais initialement étudiés, ceux de la région de Yogyakarta. Un tel choix s’explique par le fait que ce sont tout d’abord les villages à l’étude desquels nous avons consacré le plus de temps et où l’analyse comparative s’avère la plus pertinente, mais aussi les seuls dont nous ayons véritablement pu continuer à suivre l’évolution grâce aux brèves visites que nous ne manquâmes jamais d’y faire lors de chacune de nos fréquentes escales à Yogyakarta pendant la décennie écoulée. Ceci dit, le terrain de base sur lequel repose cette étude villageoise comparative est relativement lointain.

7C’est pour pallier à ce problème que nous avons adopté une approche classique consistant à partir du général pour y revenir au terme d’un long détour dans le particulier et avons inscrit la recherche de terrain constituant la poutre maîtresse de cette étude dans une perspective historique plus « globale » qui couvre entièrement la décennie des années 70, particulièrement cruciale et significative pour le développement indonésien. En fait, nous avons tout simplement emprunté à la technique cinématographique en décidant de procéder par rétrécissements et élargissements successifs et progressifs du champ de vision. Après un vaste « traveling panorama » sur la situation générale de l’Indonésie en 1971, on procèdera donc à un rapide mouvement plongeant de « zoom avant » qui débouchera sur un très long « gros plan » sur les problèmes de modernisation agricole et de développement rural au niveau de la sphère villageoise, puis on enclenchera le « zoom arrière » nous permettant de terminer par un nouveau « traveling panorama » sur l’état du pays en 1981, au bout de dix années de croissance soutenue.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search