Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique : l’épreuve de l’indépendance

 | 
Ben Yacine-Touré

Chapitre III. Développement économique et régimes autoritaires

Texte intégral

1. De la « nécessité » des régimes de dictature en Afrique

  • 1 Pierre Lampué, Les Constitutions des Etats africains d’expression française, Paris, Librairie génér (...)

1Depuis l’indépendance, la préoccupation dominante des dirigeants africains a été, sur le plan institutionnel, la recherche d’un pouvoir efficace et stable. Commentant cette démarche, Pierre Lampué écrit : « Ils — les constituants africains — ont fait valoir que des Etats nouveaux, qui ne correspondent pas toujours à des nations déjà intégrées, à une volonté préexistante dans les esprits, ne pourraient résister aux forces centrifuges des particularismes locaux ou ethniques, au « régionalisme » ou au « tribalisme », que par la force du pouvoir central, c’est-à-dire essentiellement du pouvoir gouvernemental. Ils ont dit aussi que la transformation des conditions économiques nécessaire à des pays encore insuffisamment développés avait pour condition une discipline des activités de production, qui supposait elle-même une action ferme et continue, menée par un pouvoir assuré de la durée »1.

2Les institutions imaginées sont à l’image des institutions européennes. Il s’agit, en réalité, d’emprunts aux institutions européennes et américaines agrémentés, assaisonnés avec des ingrédients aux couleurs locales. La composition des recettes est telle, ici, que les juristes qui les analysent sont contraints de recourir à un vocabulaire particulier. Ainsi, parle-t-on de « parlementarisme réglementé » ou « rationalisé » ; de « présidentialisme accentué », de « néo-parlementarisme africain », ou encore de « parlementarisme inégalitaire ». En effet, dans ces régimes, pour des raisons, dit-on, de stabilité, le rôle prépondérant est conféré à l’exécutif et le rôle politique et législatif de l’Assemblée nationale est étroitement circonscrit et limité par rapport à celui du gouvernement. Ces régimes, en réalité, ne sont pas des régimes parlementaires. Ils établissent bien — du moins en principe — la responsabilité du gouvernement devant le Parlement ; mais leur ressemblance avec les régimes parlementaires s’arrête, hélas, là. Le Parti et l’Etat y sont pratiquement confondus ; et le secrétaire général du Parti est, bien souvent, le chef de l’Etat lui-même ou son homme de confiance. Le gouvernement y est responsable devant le chef de l’Etat qui est réélu massivement à chaque fois qu’il affronte le suffrage universel.

  • 2 Ibid., p. 28.

3Dans une conclusion sur ces régimes, Pierre Lampué écrit : « On reconnaîtra aussi à la concentration du pouvoir un avantage majeur, qui est d’assurer la force et l’efficacité de l’action politique. Or, un tel avantage est assurément précieux chez des peuples dont l’intégration nationale est encore imparfaite, qui sont, suivant l’expression de François Perroux, des « nations en voie de se faire », et qui aspirent, au surplus, à une modernisation et à un développement rapides de leur économie »2.

4Ainsi donc, au nom du développement économique, de la stabilité et de l’unité nationales, les institutions mises en place vont privilégier un exécutif fort et essayer de contenir et de limiter le rôle du législatif.

5Ce savant déséquilibre voulu par les politiciens africains en faveur du gouvernement sera, dans l’exercice quotidien du pouvoir, encore plus accentué par des manipulations de toutes sortes. Les rapports entre la Bureaucracie, le citoyen et la nation seront des rapports de force marqués par des abus de pouvoir de la part de la Bureaucratie de l’Etat.

6A des degrés différents, dans la plupart des Etats africains, l’Etat a usé et abusé de son pouvoir, favorisant ainsi le règne de l’arbitraire dont les nations, les ethnies et les individus seront les principales victimes. Depuis l’indépendance, les interventions de l’Etat pour protéger l’inefficacité manifeste des services publics et pour soustraire à la loi les intérêts économiques des tenants du pouvoir sont pratique courante. Forts de leur situation au sein du Parti ou du gouvernement, les tenants du pouvoir cherchent à asseoir leur fortune matérielle et politique, créant ainsi chez les citoyens et dans les nations un manque de confiance dans le fonctionnement du système étatique.

7Aujourd’hui, en Afrique, la plupart des conflits et différends ethniques découlent des options de l’Etat-nation, de l’économie et de la bureaucratie. Nous assistons aujourd’hui à une véritable crise des institutions africaines. Ce comportement général du gouvernement ne favorisant guère une appréciation correcte des faits politiques, ces mensonges ont fini par créer un divorce entre les dirigeants et les masses. Les institutions ont été émasculées et vidées de leur substance ; le pouvoir concentré entre les mains d’une seule personne appelée Parti, en fait le Président. En lui se confondent l’organe délibérant et l’organe gouvernemental. Cette crise a fini par miner la légitimité des institutions en cause, accroître l’instabilité et saper le moral et les fondements de la nation.

8Les nombreux changements de gouvernements et de régimes n’ont pas ouvert la moindre brèche dans la forte centralisation du pouvoir et des institutions en Afrique. Dans nos Etats, l’appareil d’Etat légitime sa position nationale en se posant comme le représentant unique de la nation, exprimant seul le pouvoir de décision de la société considérée comme un tout. La décision bureaucratique est imposée à la population qui doit l’accepter telle quelle, aveuglément. C’est ainsi que, depuis l’indépendance, la coexistence et l’alternance de centres de décision politique, en d’autres termes, l’alternance du pouvoir, n’ont pas encore été admises par les dirigeants africains. Ces derniers, civils ou militaires, ont une conception de leur responsabilité nationale qui s’oppose à tout affaiblissement ou dispersion du pouvoir central. De même, l’économie est, comme il nous a été donné de le voir plus haut, totalement dominée par l’Etat et ses agents. La classe des entrepreneurs dynamiques et imaginatifs a été étouffée dans l’œuf par l’Etat-providence qui monopolise les transformations économiques et sociales qu’il se montre incapable de réaliser.

9Les défenseurs de ces régimes soutiennent :

  1. Que ces derniers stimulent la croissance économique dans la mesure où ils peuvent, grâce à l’existence d’un gouvernement fort et stable, tenir tête aux revendications sociales et politiques de la population, revendications jugées « prématurées » et incompatibles avec un taux rapide d’investissement ;

  2. Que cette tranquillité politique et sociale est la condition sine qua non pour gagner la confiance des investisseurs, attirer ainsi les capitaux étrangers et satisfaire les institutions financières internationales ;

  3. Que ces régimes, à l’abri de l’instabilité inhérente aux régimes démocratiques, accélèrent la formation du capital, contribuent à fournir les ressources nécessaires à l’investissement et procèdent, mieux que tout autre régime, à une répartition plus équitable des ressources nationales.

  4. Que ces régimes, institués dans des pays comme les nôtres, à faible revenu par tête, dans le cadre d’une ambiance « objective », « pragmatique et « technocratique », constituent les meilleurs instruments d’une bonne planification. Pourtant, les résultats obtenus en Afrique par ces régimes depuis une vingtaine d’années sont, nous l’avons vu, loin de confirmer ces hypothèses et cette rationalité technocratique ; ceci, qu’il s’agisse de la croissance économique, de la répartition des ressources ou encore de leur gestion. Dans la pratique, ces institutions révéleront leur véritable nature d’institutions anti-démocratiques qui n’ont pas réussi à atteindre leurs principaux objectifs déclarés : le développement économique et la stabilité. La plupart de ces gouvernements seront évincés du pouvoir par des coups d’Etats militaires ; militaires qui seront, à leur tour, évincés par d’autres.

  • 3 Voir en particulier: S. P. Huntington, Political Order in Changing Societies, New Heaven, Vale Univ (...)

10Examinés sous le double aspect de leurs moyens et de leurs finalités, ces régimes nous amènent à poser le problème crucial de la démocratie. En effet, jusqu’alors, on nous a présenté les régimes autoritaires comme une « nécessité » pour nos sociétés3 ; mais, en réalité, le problème de fond est de savoir si nécessité il y a et, plus important encore, jusqu’à quand cette nécessité s’imposera. Ces régimes portent-ils en eux les germes de la démocratie ? En d’autres termes, quelle est leur nature réelle ? Leur idéologie repose sur le développement ; à supposer qu’ils ne réussissent pas à atteindre cet objectif fondamental, les populations sont-elles condamnées à en supporter malgré tout les effets néfastes ? A supposer, dans le meilleur des cas, qu’il y ait développement, de quel développement s’agit-il, au profit de quelle classe, de quel type de société ? Leur succès dans le domaine du développement entraînera-t-il automatiquement leur transformation en institutions démocratiques ?

11En examinant sérieusement la question des régimes autoritaires établis en Afrique, nous ne pouvons pas ne pas nous poser ces questions dont les réponses nous éclairent sur le besoin de décider s’il y a lieu de les maintenir ou au contraire de les faire disparaître de la scène politique africaine et leur substituer des solutions moins aventureuses. Dans cet examen, nous devons nous montrer plus circonspects envers ces régimes monolithiques imposant une apparence de rationalité supérieure et technocratique aux populations qu’ils se proposent de sauver. Derrière cette façade se cachent des contradictions et des tensions issues d’un système de domination fondé sur la coercition et s’appuyant sur une infime minorité de la société qu’ils prétendent servir et sauver. Tout d’abord, quels sont les fondements des régimes autoritaires en Afrique ? Ces régimes se caractérisent par un certain nombre de facteurs avoués ou inavoués :

121. Ils organisent et garantissent la domination par une minorité militaire et technocrate dont le programme d’action comporte deux objectifs :

  1. restaurer et maintenir un certain ordre, d’une part, et

  2. normaliser l’économie, d’autre part.

13Ils se fixent pour mission de transformer profondément la société de telle sorte que, dans un avenir lointain, la nation nouvelle émerge, soutenue par une société complètement intégrée.

142. Ils représentent un système qui exclut la participation politique des masses à la prise de décision politique. Cette exclusion s’effectue par la confiscation des moyens de participation à la prise de décision — syndicats, partis politiques, etc. — qu’ils considèrent comme incompatibles avec leurs objectifs de restauration de l’ordre et de développement économique.

153. Ils suppriment systématiquement les rôles et les moyens d’accès démocratiques au gouvernement.

164. Ils favorisent, encouragent et font du battage pour une structure de production capitaliste fortement liée au système économique international lui-même dominé par les sociétés multinationales.

175. Enfin, ils justifient leur existence et leur action par des raisons historiques : la colonisation a laissé nos nations dans la situation de malades ; elles ont, de ce fait, besoin d’un traitement spécial qui appelle des mesures draconiennes et radicales, et exige de la population de taire ses revendications sociales et surtout de renoncer à l’exercice de ses droits politiques. De la part de ces régimes, accepter ces revendications équivaut à signer un chèque en blanc. Cette politique constitue une aventure qui, à la longue, peut se révéler extrêmement coûteuse pour la cohésion et l’existence même de nos sociétés. Nous devons revenir aux fondements de l’Etat, repenser son rôle par rapport à la société et à la nation, pour lui assigner une place et lui imposer des garde-fous. Bref, il nous faut faire un choix de société.

2. Le choix démocratique ou la boîte de pandore

18L’Etat, fondamentalement, est un aspect des relations sociales. L’Etat organise ces relations par le biais d’institutions qui, généralement, ont le monopole de la coercition à l’intérieur d’un territoire défini. Ces institutions sont généralement perçues comme investies du droit légitime de garantir le système social. Ainsi, l’Etat se présente sous une double forme, à la fois comme l’expression politique d’un certain type de relations sociales et comme une série d’institutions et de normes. Ces deux aspects sont inséparables. Et l’Etat ne peut être placé au-dessus de la société ; il en fait partie. Sa légitimité lui est conférée par le fait qu’il réunit le consensus national autour de sa forme institutionnelle. Ainsi peut-on considérer que l’action de l’Etat est fondée sur un consensus national.

19Entre l’Etat, dans l’exercice de ses fonctions d’une part, et la nation et le citoyen d’autre part, la médiation est nécessaire. Cette dernière s’effectue à la fois par le truchement d’institutions démocratiques qui consultent l’opinion du citoyen au sujet des actions de l’Etat ; et par le recours à la protection juridique conférée au citoyen pour le protéger contre des actes arbitraires de l’Etat. Cet arbitrage entre l’Etat, la nation et le citoyen, fondé sur un consensus, constitue l’élément qui légitime le pouvoir de l’Etat, ou, en d’autres termes, l’exercice du pouvoir. Ainsi, le fondement du pouvoir de l’Etat ne réside pas dans l’Etat lui-même, mais en dehors de lui, dans ceux qu’il est censé servir : la nation et les citoyens. Ce que l’Etat fait ou ne fait pas dépend de l’exercice du droit du citoyen.

20Or, dans les Etats autoritaires africains, l’intérêt de la nation s’identifie au succès du régime à réaliser ses objectifs politiques et économiques. Le système dénie radicalement à l’Etat le rôle de représentant de la nation. Par ailleurs, ces Etats essaient de légitimer leurs institutions et de définir la nation en des termes nouveaux en la considérant comme une malade nécessitant des soins qu’il faut lui prodiguer même contre sa propre volonté.

21Dans son action, l’Etat autoritaire africain prétend substituer à un contexte sociopolitique traditionnel un cadre apolitique, dominé par la raison et la rationalité technocratiques, neutre et débarrassé de toute considération de classe. Et, source de son propre pouvoir, cet Etat cherche à éliminer systématiquement les voies et les moyens traditionnels de médiation entre l’Etat et la société. Pourquoi faut-il renoncer aux fondements de la légitimité de l’Etat au profit d’un tel système de domination qui, de toute évidence, cherche à se perpétuer ?

22L’Etat africain essaie, à grand renfort de slogans, de symboles patriotiques et de réthorique grandiloquente, de jeter les bases d’institutions préfigurant la nation future.

23Cependant, cette action reste à l’état de pure réthorique, dans la mesure même où le système se dénie le rôle de représentant de toute la nation. L’invitation adressée à la population de participer à l’édification nationale ne rencontrera qu’une réponse timide ou passive parce que le système lui demande simplement d’approuver ce qu’il entreprend. En général et en de telles circonstances, la nation vit dans une sorte d’apathie mêlée de peur. Peur de l’aptitude et de la promptitude de l’Etat à réprimer tous ceux qui sont exclus du système. Peur, aussi, des tenants d’un tel pouvoir qui redoutent un éventuel changement de régime. Défenseurs d’un régime exclusif, répressif et discriminateur, ils craignent d’être, à leur tour, ostracisés et réprimés. Le régime devient, alors, particulièrement sensible à sa sécurité et à sa survie, considérée comme la première des priorités.

24Quels sont ces régimes qui ont peur aussi bien des solutions politiques et démocratiques que des solutions violentes d’un changement de régime ? La réponse est claire : ce sont des régimes faibles qui n’existent que s’ils ne sont pas remis en question. Ils s’accommodent mal du doute. Cette faiblesse n’est, à l’étranger, pas un secret. Elle s’est révélée tout au long de cette première phase de l’indépendance. Elitiste, sans assises populaires, l’Etat africain est menacé aussi bien de l’intérieur que par les interventions étrangères. Les partenaires étrangers de l’Etat africain sont parfaitement au courant de ce fait et s’en prévalent dans leurs relations avec l’Afrique.

25Engagés dans des aventures individuelles ambiguës, hantés par la fragilité de leur pouvoir, les dirigeants africains consacrent l’essentiel de leur énergie à la sécurité de leur régime, sécurité qu’ils sont prêts à défendre à tout prix, même à celui d’une alliance avec le diable contre les intérêts du peuple. Ce dernier est si conscient de ce jeu que, malgré tout, lorsqu’un de ces régimes est renversé par un coup d’Etat, il ne lui apporte aucun soutien. Ainsi, depuis plus de vingt ans, les régimes se succèdent et les populations, marginalisées, ne semblent toujours pas concernées par ces règlements de comptes de palais.

26C’est précisément dans cette sorte d’alliance avec le diable que réside une des causes de la domination coloniale et impérialiste. Dans l’histoire dite de la « conquête coloniale », combien de responsables africains ont trahi leur peuple dans cette sorte d’alliance de fortune avec la future puissance coloniale ! Combien d’entre eux ont trempé dans la traite des esclaves croyant y trouver leur compte dans les conflits politiques internes ! Les alliances de fortune avec les puissances politiques et financières, et leurs interventions dans nos conflits intérieurs, nous ont toujours coûté très cher. L’histoire de l’Afrique nous enseigne que cette sorte d’Arrangement — pour l’appeler de son vrai nom — a été la voie la plus sûre empruntée par les forces d’occupation coloniales. Rien — faut-il le souligner ? — ne peut justifier une telle politique de la part de dirigeants nationaux, qu’ils soient Africains ou non. Rien, en politique, ne justifie de sacrifier les intérêts du peuple à la stratégie ou aux intérêts des tenants du pouvoir.

27Pour n’avoir pas compris cette leçon de l’Histoire, beaucoup de dirigeants africains, constamment à la recherche d’accommodements avec l’Etranger, ont fini par refaire de leurs peuples des colonisables. Depuis une vingtaine d’années, ils ont tout sacrifié à la sécurité de leur régime, devenue la priorité des priorités. Autant dire que, depuis l’indépendance, en subordonnant les intérêts des peuples africains à leurs intérêts particuliers, en transformant le Projet commun de construction nationale en une aventure individuelle, ces dirigeants ne sont jamais parvenus à poser correctement le vrai problème qui est incontestablement celui de la légitimité de leur régime. En effet, correctement posé, ce problème indique que seul le peuple, dépositaire de la souveraineté nationale, peut leur conférer, à travers des institutions démocratiques, cette légitimité. C’est cette direction que les dirigeants doivent prendre plutôt que de s’évertuer à renforcer leur sécurité par des arrangements néfastes pour le peuple. C’est là s’engager dans une voie sans issue, tant pour la construction nationale que pour les tenants de ces régimes. Voyez combien de dirigeants africains sont, à l’intérieur comme à l’extérieur de leur Etat, prisonniers du système politique qu’ils ont eux-mêmes bricolé au fil du temps ! Combien d’entre eux, aujourd’hui, lassés de l’exercice du pouvoir, conscients de leurs limites, inquiets devant la complexité des problèmes humains et l’orage qui se prépare, à court d’imagination, cherchent en vain une échappatoire ! Et, surtout, où aller vivre, dans un pays sans oxygène, parmi une population qu’ils se sont ingéniés à mater en vain des années durant ? Quelles âmes misérables que ces aventuriers de la politique dont l’entreprise se solde par le Pouvoir, ou le néant !

28Non, assurément, « le consensus » tacite que l’on nous a jusqu’alors présenté en Afrique comme étant le fondement de l’Etat depuis l’indépendance manque de solidité. En effet, la peur ne peut servir d’intermédiaire entre l’Etat et les citoyens. Sous sa forme actuelle, l’Etat, privé des rouages démocratiques de médiation et du soutien populaire, risque d’être complètement asservi à une oligarchie alliée ou plutôt enchaîné aux intérêts étrangers. L’oligarchie ? La classe des bénéficiaires des régimes actuels : hauts fonctionnaires, militaires et bourgeoisie. Les étrangers ? Ceux qui, en réalité, détiennent et contrôlent encore le pouvoir de décision en Afrique : gouvernements, entreprises multinationales et organisations internationales.

29Comment sortir l’Etat africain de ses difficultés qui résultent de la solitude du pouvoir ? Autant la thèse de l’institution immédiate d’une société démocratique en Afrique a paru jusqu’alors manquer de réalisme, autant l’absence de démocratie nous apparaît maintenant tout aussi utopique et dangereuse à moyen et long terme pour l’indépendance, voire l’existence même de nos sociétés.

30A moyen terme, ces régimes, fondés sur un consensus si faible et sur le mutisme et le silence de la majorité, sont condamnés. Par ailleurs, le problème de la démocratie revêt ici une double signification : d’abord parce qu’il constitue actuellement le talon d’Achille des Etats africains, ensuite parce qu’il contient une dynamique susceptible de constituer l’élément unificateur qui, dans un effort soutenu à long terme, peut conduire à l’édification d’une société respectueuse des valeurs fondamentales.

31Mais alors comment démocratiser ? Les dirigeants africains se répartissent en deux catégories : ceux qui refusent cette voie qui ne leur convient pas et qui, rongés par le virus du pouvoir, préfèrent en mourir, et ceux qui, s’ils en avaient les moyens, voudraient bien tenter l’aventure démocratique. Ceux-ci craignent vraiment d’ouvrir la Boîte de Pandore et de répandre tous les démons de la démocratie — partis et syndicats — qui se livreraient alors à l’irresponsabilité et se lanceraient dans des contestations sociales de toutes sortes. Ceux-là préfèrent tenter de restaurer quelques-uns des instruments de médiations entre l’Etat et les citoyens ; ils n’osent cependant pas restituer tous les attributs de la démocratie. Mais comment avoir une démocratie qui ne soit que partielle ? C’est, pour ceux-là, la quadrature du cercle.

32Il faut néanmoins choisir entre, d'une part, l'omniprésence de la peur des opposants de tous les bords et de toutes les tendances, l'inaptitude à créer des relations nationales harmonieuses et cohérentes, les échecs économiques, l'instabilité, la dépendance de l'étranger ; et, d'autre part, des institutions démocratiques qui soient l'œuvre de toutes les couches sociales et de toutes les ethnies dont le génie marque l'Afrique depuis les millénaires. Ici, le « choix démocratique » ne doit pas être confondu avec le terme « démocratie » qui est, d'ailleurs, devenu l'ingrédient favori des régimes les plus tyranniques, régimes qui ne trompent aujourd'hui que ceux qui veulent bien être trompés. Le recours à l'étiquette « démocratique » dissimule mal les faiblesses de ces régimes et la mauvaise conscience de ceux qui les soutiennent. En effet, « la démocratie » dans certains lieux et à certaines périodes, on le sait, ne sert qu'à masquer toutes sortes d'aventures et de répressions. En dépit des nombreux crimes et méfaits commis au nom de la démocratie, par des dirigeants réputés « démocrates », le système démocratique reste toujours «  le moins mauvais des systèmes ». N'est-ce-pas la raison pour laquelle tant de dirigeants et tant de régimes ne cessent de s'en réclamer ?

33Nombreuses sont les définitions données de la démocratie. Vouloir en retenir une seule reste une gageure. En effet, la démocratie ne réside pas dans un type institutionnel particulier, dans la simple séparation des pouvoirs de l’exécutif, du législatif et du judiciaire. Elle n’est pas implicite dans les textes de loi. Cependant, l’accord est général sur le fait que, dans une société démocratique, les citoyens doivent pouvoir inspirer et influencer les décisions de leur gouvernement et ce faisant, pas seulement en période électorale.

34Les véritables fondements constitutionnels et la sécurité d’un régime démocratique résident dans le respect de l’équilibre entre le besoin de sauvegarder les institutions et celui de préserver la liberté d’expression, de réunion et d’information de la population. La signification d’un tel équilibre se reflète dans le fait que, d’une part, le gouvernement répond ainsi à la volonté populaire et, d’autre part, la population accepte l’idée que le changement doit résulter non de la violence, mais de processus démocratiques et pacifiques. Dans ce sens, la démocratie est un état d’esprit qui tient davantage du sentiment que le citoyen se fait des réalités nationales plutôt que de l’analyse de ces dernières. Elle s’efforce de réconcilier la liberté et la nécessité de la loi ; elle constitue le respect, par la majorité, des droits de la minorité reconnus par les institutions et établis dans un esprit de compromis.

35En dernière analyse, la démocratie réside dans des élections libres, dans un Etat où la critique du gouvernement n’est pas seulement permise, mais encouragée. En effet, si les citoyens estiment que ceux qu’ils ont désignés pour accomplir des tâches précises dans le cadre de la société n’ont pas rempli correctement leurs fonctions ou mandats, ils devraient pouvoir, à tout moment, leur retirer leur confiance en les démettant et en les remplaçant par d’autres jugés plus aptes à remplir ces fonctions. Nous sommes encore, en Afrique, bien loin de cet état d’esprit. Tant s’en faut ! C’est — doit-on le répéter ? —- une question de choix. Le choix démocratique implique l’abandon de cette conception d’institutions fortement centralisées où le pouvoir est concentré entre les mains d’une minorité conditionnant les masses et les individus en fonction de la logique des systèmes de production. Il nous faut, dans le cadre du choix démocratique, créer des institutions qui permettent à chacun de développer sa propre créativité, ses propres capacités et connaissances en harmonie avec le développement des capacités des autres membres de la société.

  • 4 Voir à ce sujet: Paul Robert Wolf, The Poverty of Liberalism, Boston, Beacon Press, 1968.

36S’agissant des institutions, la question demeure de savoir comment définir le domaine des intérêts publics et celui des intérêts privés. Comment les faire admettre, les valoriser, les protéger et les réconcilier dans un système social donné ? La dialectique de la collectivité et de l’individu comporte des aspects politiques, sociaux, ethniques et culturels4. Ces deux intérêts ne peuvent se définir que l’un par rapport à l’autre, l’un fixant les limites de l’autre. Mais, en fait, nous pensons que les deux types d’intérêts sont identiques. La promotion de la société ne peut se faire sans la promotion de l’individu. Dans une telle action, il ne s’agit pas de réconcilier les intérêts publics et privés, mais plutôt de reconnaître l’interdépendance des intérêts individuels et de ceux de la société et d’établir les mécanismes susceptibles d’harmoniser leurs interactions et relations.

37Dans le cadre de telles institutions, il y a lieu en Afrique de déprofessionnaliser les mandats politiques : de celui de chef d’Etat à celui de représentant d’un comité de village ou de quartier. Le mandat politique doit être considéré comme tel : il ne doit pas être le monopole d’un individu, d’un groupe ethnique ou d’une classe sociale donnée. Le rôle des agents publics doit être honoré comme il se doit. Un chef d’Etat, un instituteur, un ministre, un infirmier, un maçon, un médecin ou un entrepreneur ont, chacun dans son domaine, un rôle social d’égale importance. La différence se situe dans la qualité du travail accompli dans l’exercice de leurs fonctions respectives. Un balayeur qui maintient son quartier propre est plus utile à la société qu’un chef d’Etat qui n’est pas à la hauteur de sa tâche et qui s’ingénie à se rendre inamovible. Il est vrai que ces conditions peuvent paraître difficilement acceptables dans les conditions actuelles du fonctionnement des institutions dans le monde où l’exercice et l’acceptation du pouvoir tendent à devenir une division sociale du travail. Mais, dans la mesure où nous avons le choix entre différents exemples à travers le monde, ne vaut-il pas mieux fixer notre choix sur ceux qui nous paraissent les meilleurs ?

3. Les postulats de la fausse participation populaire

38Après un quart de siècle d’application, ces différentes politiques de participation, sur le triple plan économique, politique et socioculturel, s’avèrent décevantes et coûteuses. Ces échecs s’expliquent par le fait que ces expériences, aux objectifs ambigus, ont été effectuées dans un contexte socioculturel réfractaire. Ces politiques se caractérisent par un certain nombre de particularités. En premier lieu, les conceptions de la participation sont fortement centralisatrices et cherchent leur voie entre, d’une part, l’imitation des modèles démocratiques — en cherchant à promouvoir la libre participation au pouvoir à travers des structures représentatives dans le cadre d’un parti politique souvent conçu comme « parti de masse » -— et, d’autre part, le respect de la tradition militaire d’ordre et de discipline, une hiérarchisation rigoureuse des tâches, des rôles et des statuts.

39Dans la quasi-totalité des pays africains, les rapports entre l’appareil d’Etat et l’appareil du parti manifestent la primauté du parti. Les instances politiques nationales orientent les instances nationales de l’Etat. Parfois les appareils du parti remplissent une fonction d’orientation et de pouvoir exécutif à tous les niveaux.

  • 5 L’ocde constitue l’une des tribunes où le débat sur la participation a été particulièrement approfo (...)

40Depuis une vingtaine d’années, le problème de la participation au développement économique et social du Tiers Monde en général et de l’Afrique en particulier est au centre des recherches et des débats surtout au niveau des organisations internationales5. Il est devenu quasi obligatoire de considérer la participation comme une des conditions essentielles du développement :

  • 6 ocde, ibid., p. 10.

« L’une des conditions essentielles du développement rural intégré, c’est la participation de la population rurale au mécanisme de décision à tous les niveaux du cycle de développement : la préparation du plan, aussi bien sa réalisation que son évaluation. Cette participation doit se situer à la source même du processus de décision »6.

41Cependant, la question fondamentale porte davantage sur le « comment » que le « pourquoi ». En d’autres termes, la question posée ici est celle de l’organisation du pouvoir et des institutions. Des théoriciens politiques, des historiens et des anthropologues l’ont longuement étudiée, mais les solutions qu’ils nous proposent sont loin d’être concordantes.

  • 7 K. Julius Nyékéhé, Ujamaa, dans Deux Tiers, Publications cendof, vol. 1, n° 6, Etude, 2 octobre 197 (...)

42Le postulat du socialisme africain dont se réclament des auteurs ou des hommes d’Etat comme Leopold S. Senghor, Mamadou Dia et Julius Nyéréré, affirme que les sociétés traditionnelles africaines présentent les caractères de systèmes communautaires susceptibles de constituer les fondements de structure socialistes. C’est la thèse des continuités possibles entre tradition et modernité. La politique des villages communautaires Ujamaa issue de la « Déclaration d’Arusha » constitue l’expression de cette forme d’organisation sociale moderne et autonome par rapport aux modèles socialistes européens7.

43Les efforts de conceptualisation de cette politique de participation sont particulièrement louables : en effet, le grand mérite des auteurs ici réside dans l’effort de dessiner un cadre logique d’action pouvant servir de référence à leur action politique.

  • 8 Ivan Potiekhine, Observations sur le socialisme africain, dans Recherches internationales, n° 22, 1 (...)

44A l’opposé de ces thèses, on rencontre d’autres interprétations jugeant « le socialisme africain » comme illusoire et plaidant pour un démantèlement de la société traditionnelle faisant obstacle au progrès et à la révolution. Parmi les tenants de cette thèse citons l’africaniste soviétique Ivan Potiekhine qui écrit notamment : « Certains partisans du socialisme africain affirment que la théorie marxiste-léniniste du passage au socialisme ne peut pas s’appliquer à l’Afrique en raison des particularités historiques des peuples africains et des traits spécifiques du régime économico-social de ces pays... Les formes de civilisation matérielle et spirituelle des Africains sont originales. L’Afrique a en effet sa physionomie bien à elle, son individualité, comme tous les autres continents et pays, et cependant elle est soumise comme le reste du monde aux lois objectives du développement historique »8.

  • 9 A. Meister, La participation pour le développement, Paris, Ed. Ouvrières, 1977, p. 51-52.

45Au nombre des auteurs s’attaquant à l’idée d’un « socialisme africain », on peut encore citer A. Meister pour qui le développement moderne exige la destruction des systèmes socioculturels traditionnels parce qu’il repose sur « des idées trop modernes pour remuer sans les détruire auparavant les structures rurales africaines »9. Ces idées ont été reprises, toutes théoriques du reste, par certains dirigeants africains au Congo, au Bénin et en Guinée par exemple.

46Ainsi, depuis l’indépendance, tous les régimes africains, civils ou militaires, ceux qui se réclament du libéralisme comme ceux qui se réclament du socialisme, proclament leur désir de promouvoir la participation populaire au développement. C’est probablement le domaine dans lequel les dirigeants africains ont tenu les discours les plus habiles et les mieux soignés, soit pour dresser le bilan socio-économique de leur action, soit tout simplement pour légitimer le type de régime qu’ils ont instauré dans leur pays.

47Ces discours nombreux et habiles, s’ils soulignent l’importance du débat, ne font en réalité que semer la confusion dans les esprits. En fait, le problème que dissimule ce vocable est d’une extrême importance au moins à deux niveaux : il s’agit, d’une part, de trouver et d’aménager les voies et moyens susceptibles d’assurer la transition des sociétés africaines sur les plans socio-économique, politique et institutionnel ; d’autre part, sur le plan conceptuel, il y a lieu de redéfinir la participation, dont le concept a été appliqué à tort et à travers à toutes sortes d’opérations d’encadrement.

48Sous ce concept ambigu se cachent des processus sociaux dont les réalités diffèrent profondément. Cette confusion caractérise aussi bien la rhétorique politique que les analyses des techniciens de la pratique sociale et des chercheurs en science sociale.

  • 10 Bernard-Lédéa Ouédrago et Yvonne Lefèvre, Participation et auto-développement. Le cas des Groupemen (...)
  • 11 Voir Dia M’Baye, Réforme du système foncier traditionnel et développement rural dans le bassin arac (...)

49Ce qui nous est présenté comme l’organisation de la participation populaire n’est bien souvent qu’une participation conçue, organisée, surveillée et appliquée par les seuls cadres techniques et scientifiques — le rôle des populations étant celui d’objets prenant certes part à l’exécution des plans, mais n’ayant pas accès au pouvoir qui anime le mouvement. En d’autres termes, la conception et l’impulsion de cette participation se font sans le concours des populations à qui l’on demande de se montrer assez dociles et de considérer comme parole d’évangile ce que des experts étrangers ont conçu pour eux. Il s’agit, bien souvent, lorsqu’on parle de participation, d’actions qui veulent faire assumer la responsabilité du progrès technique par le milieu rural. Ces actions sont sectorielles ou multisectorielles et concernent un village ou un groupe de villages. Elles sont encore multifonctionnelles, et se proposent de promouvoir « une éducation à la participation » qui doit déboucher sur la mise en place de structures et la réalisation d’opérations de développement10. Parfois l’on se propose de promouvoir une éducation des jeunes induisant une éducation des adultes. L’opération peut encore viser à mettre en place des organisations d’autogestion communales dont les Ujamaa en Tanzanie représentent l’une des formes les plus originales de cette voie où la dimension économique n’est pas le point de départ, et où ce qui importe avant tout « c’est d’abord la gestion en commun du vécu collectif auquel se raccorde le vécu individuel ». Ces objectifs se retrouvent également dans les Communautés rurales sénégalaises issues de la Loi de réforme foncière de 197111.

50D’une manière générale, la participation n’est pas conçue dans le cadre des institutions comme un moyen de démocratisation du pouvoir par la participation des masses, mais plutôt comme une simple manière d’embrigader les masses et de les confiner dans des tâches d’exécution qui leur ôtent les moyens réels de contrôler le pouvoir exercé par une minorité de politiciens et de technocrates. Les masses sont invitées à prendre une part passive qui n’implique pas le partage de l’exercice et du contrôle du pouvoir. Les institutions établies se comportent comme des appareils indépendants et souverains par rapport à la population qu’elles sont censées servir. Elles sont commandées et servies par des cadres spécialisés dans « la mobilisation et l’encadrement des masses ». En réalité, ces cadres, civils ou militaires, constituent une classe au sein du système en place dans lequel ils cherchent à imposer leurs vues. Sous prétexte de planifier, d’atteindre une plus grande cohésion, ces cadres ont cherché à systématiser l’organisation économique et sociale de leur pays. En fait, leur situation n’est pas une situation neutre, celle d’arbitre, qu’ils se prêtent. Ils constituent bel et bien un groupe aspirant à un statut social : celui de « dirigeant ». Pratiquement, les gouvernements ont mis en place un ensemble de méthodes et de pratiques dont l’objectif est d’aménager positivement les relations entre les communautés rurales et les services extérieurs. En d’autres termes, cette participation vise à adapter, voire imposer, le changement venu de l’extérieur. Cette technique d’action psychologique ou de manipulation psychosociologique a conduit à une participation passive des populations. Ses résultats médiocres sur les plans économique et politique et ses conséquences sur le plan socioculturel, attestent que tant d’ingéniosité déployée par tant de technocrates africains et étrangers n’est toujours pas venue à bout des difficultés réelles, du fait que l’on a écarté les populations du mécanisme de la prise de décision. En se fixant comme objectif la participation — l’encadrement des paysans et la promotion du développement économique et social dans le cadre d’une politique nationale intégrée — la coordination s’est quelquefois trouvée facilitée par une telle politique. Mais, d’un autre côté, cette politique a établi un déséquilibre entre les structures d’Etat, s’installant en force dès le départ dans le pouvoir national et régional.

51A côté de ce déséquilibre entre le pouvoir technocratique et le pouvoir populaire, un autre déséquilibre a été instauré : celui établi entre les villes et les campagnes. La plus grande partie des dépenses publiques est consacrée aux zones urbaines alors que la grande majorité de la population africaine vit dans les zones rurales. Et dans les zones rurales, l’appareil d’Etat, tout-puissant et omniprésent, souligne également la force et le pouvoir du modèle extrarural. L’économie monétaire est d’autre part venue transformer profondément les rapports sociaux à la campagne et tend à créer une matrice de communication au sein de laquelle le monde rural occupe une position désavantagée. C’est ainsi que d’importants groupes sociaux, en position d’infériorité, sont intégrés par la contrainte dans le système d’économie monétaire sans vraiment donner satisfaction à leurs besoins. En d’autres termes, la participation, telle qu’elle a été conçue jusqu’à présent, s’est non seulement limitée à la présence des « animateurs », mais elle a entraîné chez les populations un déséquilibre socio-économique et culturel dont les conséquences hypothèquent lourdement la cohésion et l’avenir des sociétés africaines.

52Aujourd’hui, l’expérience aidant et avec un peu de recul, nous devons remettre en question les postulats et les politiques formulés voilà une vingtaine d’années. En effet, la participation ne se décrète pas ; elle ne s’instaure pas par de simples déclarations d’intention. On ne saurait réduire la participation de la population à un petit nombre de problèmes et de cas. Les choix économiques et techniques constituent des choix politiques qui ont un effet direct aussi bien sur les questions sociales que sur la notion de l’indépendance nationale. La question de la participation est liée à celle de la possibilité pour un pays de se développer selon sa propre voie en fonction de son propre héritage socioculturel. Et l’expérience dans ce domaine nous enseigne que la condition sine qua non de la participation populaire réside dans un choix politique et économique qui réprouve les inégalités sociales. La mobilisation de la population dans ces conditions constitue la meilleure garantie pour un développement endogène et contre les différentes pressions exercées de l’extérieur. Enfin, la participation est liée à la nature du pouvoir politique en place : on ne peut pas parler de participation lorsque la majorité de la population est privée de son droit à l’initiative, à la création et à la responsabilité.

53Sans avoir à proposer une théorie du développement, une stratégie qui conduise au bien-être social dans une société démocratique, nous pouvons aujourd’hui examiner dans leurs grandes lignes certains des objectifs du développement.

4. Les dimensions réelles d’une participation populaire au projet commun de développement

54Notre cadre de réflexion et d’action doit être ici celui du triptyque : Participation - Institutions - Développement. Trois maillons inséparables d’une même chaîne autour de laquelle doit s’articuler le Projet commun de société en Afrique. En effet, contrairement à ce que l’on a imaginé et tenté de réaliser depuis l’indépendance, la participation n’est pas une recette, une technique, ou une méthodologie que l’on peut prendre ici et transposer là. La participation comporte plusieurs dimensions qui doivent être également maîtrisées. La participation comporte non seulement l’animation socioculturelle, mais encore le cadre institutionnel, la médiation pédagogique, la pratique des techniques de l’innovation, le fonctionnement des institutions et la création culturelle. La participation implique donc un projet de société.

55La participation, que nous privilégions ici, vise à faire de la population entière des sujets et non des objets du développement de leur société. Des agents pleinement conscients de leur apport au Projet commun et animés d’une volonté assumée de l’intérieur et non dictée de l’extérieur. Elle veut amener la population, à travers une démarche analytique, à maîtriser son système social et à l’orienter vers la satisfaction optimale de ses besoins à partir des ressources accessibles et du développement des moyens de production. Cette action ne doit éluder ni les implications politiques des situations, ni les conflits sociaux qui s’y rattachent ; elle ne constitue pas un compromis fondé sur le recours aux bons sentiments visant à réaliser à tout prix une sorte d’harmonie sociale. La participation implique, en premier lieu, la libération des énergies. Elle ne résulte pas des droits et devoirs octroyés par les gouvernements qui compromettent la liberté de pensée et d’action du peuple. Elle résulte de l’initiative populaire à définir le cadre des libertés, du droit et des devoirs des citoyens. Dans le cadre de cette participation, il ne s’agit pas pour l’Etat de dominer ou désintégrer les groupes sociaux et ethniques, mais plutôt d’arbitrer les inévitables conflits d’intérêts que le Projet commun de développement ne manque pas de soulever.

56Cette participation, enfin, privilégie les dimensions culturelles du développement africain, dimensions qui reflètent l’aptitude des sociétés africaines à régénérer leurs forces productives et à mobiliser la population à cet effet.

57Les concepts de développement et de participation et celui des institutions, observés à la lumière de l’histoire, varient non seulement en fonction du cadre géoculturel dans lequel ils se situent, mais également en fonction de la période dans laquelle ils sont observés. Dès lors, il devient téméraire de vouloir donner une même signification à des réalités sociales appartenant à des périodes différentes, recouvrant des systèmes de valeurs différents, comportant des langues et des modes de pensée différents qui ne se recoupent que partiellement ou pas du tout.

58Du point de vue des sciences humaines, on ne peut pas prendre des phénomènes sociaux et en expliquer le fonctionnement avec le vocabulaire d’une logique étrangère à ces phénomènes, érigée pour la circonstance en logique universelle. Dans le domaine des sciences sociales plus encore qu’ailleurs, il n’est pas concevable de réduire les données des convergences et des contradictions des situations à une même et unique dimension. En réalité, chaque région, chaque communauté vit ses propres problèmes de développement, qui doivent être interprétés à la lumière de ses variations historiques, politiques et socioculturelles. Un même pays présente des problèmes de développement différents à des périodes différentes de son histoire. C’est l’une des raisons qui expliquent pourquoi les dirigeants africains, en adoptant purement et simplement les institutions conçues à l’étranger et par les étrangers, ont été, depuis l’indépendance, inaptes à assurer le développement de leur pays.

  • 12 Roland Colin, Les méthodes et techniques de la participation au développement : Analyse comparative (...)

59Le développement reste un phénomène ambigu, exprimant tantôt une vision mythique des choses, tantôt une réalité technologique, tantôt encore une extrême simplification des données du produit national brut. Sur le plan politique, il se réfère à des moyens ou à des fins. A ce niveau, il vise à la satisfaction optimale des besoins d’un groupe social donné. Dès lors que nous parlons en termes de satisfaction des besoins humains, nous quittons la sphère de la science pour entrer dans celle du projet social. Ainsi, le développement peut être considéré comme une tentative pour concrétiser un projet politique de type capitaliste, socialiste ou autre — la question fondamentale ici étant de savoir qui définit cet optimum et exprime ces besoins. Ainsi, précise Roland Colin : « Le développement est... l’ensemble des processus par lesquels une société acquiert, retrouve, gère la régulation des moyens de production de tous ordres en fonction des besoins de tous ordres des individus et des groupes qui la constituent, selon les règles qu’elle s’est données. Le développement est ainsi la réponse à un projet politique, et nous sortons là du champ de la science pour invoquer celui du pouvoir... Il n’existe pas de sociétés sous-développées, mais des sociétés (d’extensions diverses) possédant à des degrés différents la maîtrise de leur régulation face à l’ajustement des besoins et des moyens. Une lecture négative de ce processus conduit à l’état de domination. Une lecture positive montre le degré de libération »12.

60Assurer le développement économique et social de l’Afrique ne se résume pas à une simple affaire de croissance économique. Ce n’est pas seulement l’importation de machines agricoles, l’amélioration des semences et de la technologie, mais aussi l’aptitude des populations à utiliser ces instruments. Le développement demande encore une capacité d’organisation intégrant sur les plans national et international l’échange de biens, de services et d’information.

61En matière de développement il faut, certes, produire, mais il faut également distribuer. En d’autres termes, il faut privilégier également la fonction de production et celle de distribution. Ce faisant, deux types d’actions d’égale importance s’imposent : changer les forces de production existantes et créer un cadre institutionnel qui garantisse une distribution équitable des biens produits.

62Robert MacNamara, ancien président de la Banque mondiale, a raison lorsqu’il remarque :

  • 13 Robert MacNamara. Address to the Board of Governors, Nairobi. Kenya, 25 septembre 1973, p. 10.

« Le problème fondamental de la pauvreté et de la croissance dans les pays en développement est très simple : d’une part, les pauvres ne profitent pas des bénéfices tirés de la croissance et, d’autre part, ils ne participent pas d’une manière significative à la croissance »13.

63Il a encore raison, lorsqu’il soutient qu’il nous faudra nécessairement trouver et mettre en place

  • 14 Ibid., p. 17.

« de nouvelles formes d’institutions rurales susceptibles de promouvoir le potentiel de productivité des pauvres avec autant de soins que celui consacré à la protection du pouvoir des riches »14.

  • 15 Max Weber, The Protestant Ethic of Capitalism, New York, Scribner’s, 1958, p. 13-31.

64Une autre dimension du développement se rapporte à la modernisation ou encore, selon Max Weber, à « la rationalisation des sociétés »15. En effet, moderniser le changement social, c’est introduire et élargir la sphère des choix rationnels et le nombre des personnes et groupes qui participent aux décisions publiques significatives.

65Le développement accroît le niveau de spécialisation et d’institutionnalisation de la société. Il implique des éléments tels que la croissance économique, l’élaboration d’un système d’éducation, l’évolution de la communauté nationale, de son propre système politique, de sa légitimité et de son autorité. En d’autres termes, une société développée n’a pas besoin d’être moderne ; mais, en revanche, une société moderne a besoin d’être développée.

66La société moderne donne au citoyen les moyens de faire des choix rationnels et le pouvoir de rendre effectifs ces choix et préférences dans un système de relations sociales complexe.

67La notion de « rationalité politique » implique, dans la modernisation, la prise en considération des informations requises et disponibles en vue de faire un choix entre les diverses options offertes au moment de l’examen de la situation. Il n’est pas rationnel de proposer des solutions impossibles à atteindre ou de décider sans prendre en considération toute la gamme des possibilités offertes. Le rôle des techniciens est précisément d’aider à l’élaboration des moyens d’analyse scientifiques permettant, sur le plan institutionnel, d’exprimer les préférences parmi les possibilités offertes. En aucun cas ce rôle d’expertise ne doit revenir à un seul homme ou à un groupe d’hommes dans la société. Par dessus tout, une synthèse de ces spécialisations est nécessaire pour mesurer et évaluer les avantages et les inconvénients des choix effectués. Ici, la libre circulation de l’information est un impératif sans le respect duquel la population ne peut avoir une compréhension claire des alternatives offertes et, de ce fait, ne peut apporter son soutien à l’action gouvernementale. La participation effective de la population au processus de décision est une des conditions de la modernisation. Dans le cadre du développement, qu’un problème soit posé sous l’angle idéologique ou politique, il s’agit avant tout de déterminer lequel de ces deux angles est le plus rationnel. En effet, le développement est entravé lorsque la liberté et la participation de la population ne sont pas assurées dans le processus de décision. Car, si l’on choisit d’écarter une couche de la population de la prise de décision, il faudra recourir à la police pour le maintien de l’ordre établi ; là, comme l’écrit fort justement Silvert Kalman :

  • 16 Kalman H. Silvert, Man’s Power, New York, Viking Press, 1970, p. 111.

« La valeur d’un système social moderne se mesure à sa capacité de subir des changements structurels et institutionnels significatifs qui ne soient pas nécessairement le fait de mouvements irrationnels de violence et de destruction totale »16.

68Par ailleurs, les indicateurs du développement sont généralement : une population alphabétisée, un certain revenu par habitant, l’industrialisation, l’urbanisation, un grand réseau de communication et un système de classes sociales élaboré. Tous ces éléments sont compatibles aussi bien avec un régime démocratique qu’avec un régime totalitaire et ne renseignent aucunement sur la qualité du système politique en place. C’est cela qui amène encore Silvert à préciser :

  • 17 Kaiman H. Silvert, ibid.

« Il importe de distinguer entre le développement et la modernisation. Ces deux domaines recouvrant des réalités différentes. En effet, si le développement et la modernisation devaient être synonymes, le régime de l’Allemagne nazi et le parlementarisme britannique, par exemple, pourraient être classés dans la même catégorie de régime politique. Ce qui serait évidemment inexact. Et il va sans dire qu’une telle catégorie est trop lâche pour servir de fondement à une action politique digne de ce nom »17.

69Cette réflexion de Silvert nous amène au troisième volet de notre triptyque, celui des institutions, et à préciser le contenu de celles que nous avons choisi de privilégier.

70La participation ne se réfère pas à un type particulier de développement, donc de pouvoir. Elle consiste, pour un groupe social donné, à maîtriser le changement qui peut rendre possible son auto-développement. Dans cette démarche participent trois types d’analyses : la perspective du chercheur scientifique, celle des cadres praticiens et celle de la population concernée. La participation est l’expression du projet politique ; et ses mécanismes doivent être définis et compris par rapport aux forces qui influencent ce dernier de l’intérieur ou de l’extérieur. Sa nature est fonction du système et du pouvoir politiques en place. C’est à travers ce pouvoir que le projet social d’un groupe quelconque se réalise. Et la participation, dans ses formes institutionnelles, dépend des choix effectués dans différents projets sociaux. D’où la nécessité de préciser pour quel type de participation on a opté et quels sont ses objectifs, son contenu et sa forme. En effet, le concept de participation peut s’entendre dans un sens passif, impliquant la dépendance, voire la soumission, de la population concernée, ou dans un sens impliquant une prise de conscience et une acceptation de la responsabilité de la part de cette dernière.

71Les institutions établissent des normes qui assurent une certaine permanence dans les relations sociales. L’institution de la participation répond à un besoin de stabilité et de sécurité ; à la nécessité de consolider les aspects des relations humaines et de la production considérés comme utiles à la société prise dans son ensemble. La question ici est de savoir comment on peut créer la stabilité sans détruire le dynamisme ? En réalisant le meilleur équilibre possible entre le rôle des communautés de base et celui de l’Etat, le dosage entre la gestion restreinte des premières entités et la gestion élargie de l’Etat. Un tel équilibre s’inscrit dans les différentes stratégies qui accordent plus ou moins d’importance aux communautés de base et aux appareils d’Etat. Nous pouvons encore instituer la stabilité grâce à un type de participation établissant un mécanisme institutionnel composé d’individus compétents et responsables devant les populations que ce système est destiné à servir.

72Le fondement de toute idée de participation doit être de favoriser l’épanouissement des individus dans un contexte social harmonieux. Ceci implique des institutions dynamiques au sein desquelles les responsables changent et ne monopolisent pas le pouvoir. Ceci implique également que les individus soient pleinement renseignés sur la nature des problèmes à la solution desquels ils sont appelés à contribuer.

73La participation implique des institutions suffisamment décentralisées pour permettre à la population de communiquer avec l’appareil d’Etat en place et d’être actrice à part entière dans le processus de décision et de contrôle. Le caractère démocratique de ces institutions est fonction de la nature des pouvoirs conférés et exercés. Cette démocratisation peut être établie immédiatement ou graduellement mais ne doit en aucun cas être partielle. En d’autres termes, cette institutionnalisation doit avoir pour objectif d’asseoir le contrôle social effectif de la population aux différents niveaux auxquels ce contrôle peut et doit être effectué.

74Il n’est peut-être pas nécessaire que la participation se fonde sur les principes de la représentation parlementaire. En effet, l’application du suffrage universel, même dans les conditions légales les plus strictes, n’implique pas nécessairement l’existence d’un système de participation fondé sur l’égalité des individus devant la loi et l’égalité des chances d’accès à l’exercice du pouvoir. Des forces sociales peuvent très bien gouverner un pays avec le système parlementaire en maintenant une apparence de démocratie. Et la démocratie formelle ne peut être considérée comme la véritable démocratie. Les fondements de base et les composants de l’ensemble du système en place sont les seuls à pouvoir déterminer la véritable nature du système en question. A cet égard, il existe encore trop d’ambiguïtés autour du concept et de la politique de participation en Afrique. La tâche première des dirigeants consiste d’abord à lever ces ambiguïtés. Il s’agit, pour eux, de définir les objectifs, le contenu et les formes du modèle choisi. C’est seulement alors qu’il sera possible de progresser dans une voie ou dans une autre : dans la voie de la participation passive ou dans celle de la participation active.

75Pour ce faire, les dirigeants africains doivent réformer. C’est la voie du salut. Cette réforme en politique est essentielle pour accélérer le développement ou encore pour éviter des situations explosives susceptibles d’entraîner les changements par la violence. L’alternative, ici, se situe dans le choix entre :

  1. la dictature qui supprime ou réduit les libertés au profit du pouvoir établi, et,

  2. une réforme démocratique qui assure une large participation des masses aux prises de décisions et, partant, les amène à un comportement plus responsable dans l’action générale, quand bien même leurs aspirations seraient limitées aux possibilités offertes par un système de production et de redistribution équitable.

76Il revient aux sociologues, politologues et économistes africains de concevoir et de formuler le cadre de ce second système. Plus tard, naturellement, il est possible que, dans le cadre de ce système, des mécontentements se dessinent du fait, par exemple, que les aspirations d’une partie ou d’une autre de la population n’ont pas trouvé satisfaction à un moment donné. Le mécontentement populaire peut encore provenir du fait que des aspirations grandissantes ne trouvent pas satisfaction dans le cadre des possibilités d’un tel système. Si le mécontentement se trouvait être la cause principale de l’instabilité du régime, alors la légitimité deviendrait le problème crucial touchant sa stabilité.

77Certes, les expressions de mécontentement ne disparaîtront pas de manière absolue. Certains groupes voudront toujours changer le système. Les dirigeants peuvent faire, pour certains groupes, l’objet d’insatisfaction. D’autres encore voudront contester les priorités établies par le gouvernement ou corriger le système de répartition des revenus. Mais ils chercheront les solutions à leurs revendications au sein du système. Quoi qu’il en soit, la participation de la population aux prises de décisions, son adhésion aux principes et sa compréhension des règles du jeu démocratique restent la seule garantie pour maintenir dans le cadre du système accepté les mécontentements suscités. Par ailleurs, une plus grande solidarité nationale contribuera à rendre plus efficiente l’exécution des tâches gouvernementales.

78C’est pourquoi les institutions politiques envisagées doivent garantir la participation des masses et en assurer l’adhésion à leurs principes. Elles doivent créer les conditions d’une communication entre les populations et les dirigeants et favoriser le dialogue entre les différents groupes sociaux qui composent la nation : syndicats, partis politiques, groupements régionaux, organisations d’étudiants, etc. Leur organisation, facilitée par la technologie moderne, doit permettre des prises de décisions rapides et pertinentes. En effet, l’efficacité de l’Etat implique son aptitude à présenter des alternatives claires à la population et à solliciter l’appui de celle-ci même dans les cas de décisions impopulaires demandant des sacrifices.

79Un tel système doit non seulement proclamer les droits de l’homme comme droits fondamentaux, mais garantir leur exercice. La garantie et l’assurance du libre accès — pour chacun sans discrimination de race ou de sexe — à l’enseignement, aux soins médicaux et à la protection sociale constituent un élément indispensable à la charpente d’un tel système. En d’autres termes, ce système, comme tout système légitime, doit garantir les droits qu’il professe et les droits de l’homme exigent la reconnaissance du droit de participer au pouvoir, d’orienter et de réaliser les objectifs sociaux à tous les niveaux, à travers des médiations institutionnelles.

Notes

1 Pierre Lampué, Les Constitutions des Etats africains d’expression française, Paris, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, 1962, p. 2.

2 Ibid., p. 28.

3 Voir en particulier: S. P. Huntington, Political Order in Changing Societies, New Heaven, Vale University Press, 1968.

4 Voir à ce sujet: Paul Robert Wolf, The Poverty of Liberalism, Boston, Beacon Press, 1968.

5 L’ocde constitue l’une des tribunes où le débat sur la participation a été particulièrement approfondi. Voir notamment: OECD Development Co-operation Directorate, Summary report of the informal meeting of experts on oil for rural development in a basic needs perspective, Paris, August 8, 1978.

6 ocde, ibid., p. 10.

7 K. Julius Nyékéhé, Ujamaa, dans Deux Tiers, Publications cendof, vol. 1, n° 6, Etude, 2 octobre 1970, Service universitaire canadien outre-mer ; Leopold S. Senghor, Eléments constitutifs d’une civilisation d’inspiration négro-africaine, dans Liberté. 1 : Négritude et Humanisme, Paris, Ed. du Seuil, 1961, p. 252-286 ; Mamadou Dia, Economie et culture devant les élites africaines, dans Réflexions sur l’économie de l’Afrique noire, Paris, Présence africaine, 1960, p. 109-110.

8 Ivan Potiekhine, Observations sur le socialisme africain, dans Recherches internationales, n° 22, 1961.

9 A. Meister, La participation pour le développement, Paris, Ed. Ouvrières, 1977, p. 51-52.

10 Bernard-Lédéa Ouédrago et Yvonne Lefèvre, Participation et auto-développement. Le cas des Groupements Naam au Yatenga en Haute-Volta, Paris, Unesco, 1978.

11 Voir Dia M’Baye, Réforme du système foncier traditionnel et développement rural dans le bassin arachidier du Sénégal, thèse de doctorat de 3e cycle, Paris, ehess, 1975.

12 Roland Colin, Les méthodes et techniques de la participation au développement : Analyse comparative et problématique à partir de l’étude de quelques dossiers significatifs, Paris, Unesco, 1978, p. 47.

13 Robert MacNamara. Address to the Board of Governors, Nairobi. Kenya, 25 septembre 1973, p. 10.

14 Ibid., p. 17.

15 Max Weber, The Protestant Ethic of Capitalism, New York, Scribner’s, 1958, p. 13-31.

16 Kalman H. Silvert, Man’s Power, New York, Viking Press, 1970, p. 111.

17 Kaiman H. Silvert, ibid.