Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique : l’épreuve de l’indépendance

 | 
Ben Yacine-Touré

Chapitre II. L’État africain et le développement économique

Texte intégral

1. Les exemples historiques : là où les réalités priment sur la théorie

1Un des principes essentiels qui ont guidé la politique économique de la plupart des gouvernements africains depuis l’indépendance est celui du rôle dévolu à l’Etat. S’inspirant là aussi d’exemples historiques empruntés à l’étranger, l’Etat africain s’est d’emblée emparé du pouvoir de décision et d’exécution de la politique économique. Une telle intervention répondait à un souci d’efficacité et devait permettre à l’Etat d’avoir la haute main sur l’orientation de la politique économique, l’investissement et la gestion des ressources nationales. Ce contrôle devait garantir une expansion rapide et un développement accéléré résultant d’un rythme élevé de la formation du capital. Les résultats de cette politique, nous l’avons vu, sont loin d’être concluants ; mieux, ils nous invitent à reformuler le rôle dévolu à l’Etat africain dans la politique de développement économique et social.

  • 1 S’agissant du comportement général de l’Etat africain dans la conduite des affaires nationales, nou (...)

2La question que nous abordons ici est celle du rôle dévolu à l’Etat dans le processus du développement économique en général et en Afrique en particulier1. En d’autres termes, existe-t-il une relation optimale entre l’Etat et l’économie dans le processus du développement ? Quel est ce rôle idéal de l’Etat dans l’accélération du développement ?

3Les exemples auxquels se réfèrent la plupart des Etats africains sont tirés de l’expérience de développement du monde occidental, essentiellement. Ce sont en particulier les expériences de la Grande-Bretagne au xviiie siècle, de l’Allemagne et des Etats-Unis dans les vingt-cinq dernières années du xixe siècle, celles des pays Scandinaves, du Canada, du Japon et de l’Australie à la fin de ce siècle.

4Ces expériences nous enseignent, tout d’abord, que les derniers venus au développement économique ont toujours bénéficié de l’expérience de ceux qui les avaient précédés. Ces expériences nous enseignent par ailleurs trois leçons : en premier lieu, que les relations entre l’Etat et le secteur privé, à des phases analogues de développement, varient considérablement d’un pays à l’autre, même dans le cadre d’une comparaison entre Etats capitalistes ; en second lieu, pour des raisons purement techniques et indépendantes de toute idéologie, le rôle de l’Etat s’élargit inévitablement au fur et à mesure que le processus du développement gagne en complexité ; enfin, les différences observées dans les relations entre pays situés à peu près au même niveau de développement sont la résultante de plusieurs facteurs à la fois matériels et historiques.

5Les Etats-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne ont réalisé au xixe siècle un taux de croissance soutenu. Cependant, le rôle joué par l’Etat dans la réalisation de cette croissance n’a pas été le même dans ces trois pays. En Grande-Bretagne, le rôle joué par l’Etat dans la mise en place de l’infrastructure économique et sociale était très limité. Le Japon en revanche offre l’exemple du pays où le rôle de l’Etat a été prépondérant dans l’impulsion donnée à la croissance économique à son stade initial.

  • 2 James Hughes et L. R. Klemm, Progress of Education in the Country, London, 1907, p. 22, 23.
  • 3 L. C. A. Knowles, The Industrial and Commercial Revolutions in Great Britain during the Nineteenth (...)

6Au xviiie siècle, eu Grande-Bretagne, les transports terrestres, la construction des canaux, des chemins de fer, la marine marchande, les premiers efforts en matière d’équipement urbain, furent entrepris par l’initiative privée. En 1858, l’Etat britannique ne finançait que 25 % des écoles2. Le rôle de l’Etat dans la croissance économique et sociale était si minime et celui des entreprises privées si prépondérant, que l’historien et économiste Knowles écrira : « Une particularité du développement industriel britannique au xixe siècle est le fait qu’il n’a pratiquement rien dû à l’aide de l’Etat »3.

  • 4 Edward S. Mason, La planification économique dans les pays sous-développés, New York, NY, Intercont (...)

7Les raisons d’une telle réalité en Angleterre tiennent au fait — explique Edward Mason — « que la Grande-Bretagne, à la veille de l’industrialisation, était relativement plus développée, économiquement, que la plupart des autres pays sensiblement au même niveau. Non seulement l’édification d’une infrastructure offrait des perspectives intéressantes à l’investissement privé, mais des capitaux privés étaient disponibles pour l’investissement »4. D’un autre côté, le coût des projets dans ce pays fut largement influencé par la politique coloniale britannique qui permit à ce pays l’acquisition de territoires outre mer, de possibilités de débouchés et de ressources bon marché aux xviie et xviiie siècles.

  • 5 G. C. Allen, A Short Economic History of Modem Japan, 1867-1937, London, George Allen & Unwin, 1962 (...)

8Au Japon la restauration Meiji, en 1868, marque le début de la phase active de l’industrialisation. Le rôle de l’Etat ici a été au départ prédominant dans la fourniture de capitaux, la répartition et la gestion des ressources nationales. A cette époque, l’épargne représentait une proportion importante du revenu national. L’Etat japonais joua un rôle actif dans l’accroissement des ressources nationales grâce aux impôts prélevés sur les revenus agricoles et exerça un contrôle étendu sur l’orientation des investissements. L’Etat créa des entreprises publiques et des sociétés mixtes en subventionnant les investissements privés et en garantissant les bénéfices. Il construisit et géra des entreprises dans des secteurs aussi divers que les constructions navales, la construction mécanique, la fonderie ou le charbon. Cette intervention de l’Etat japonais dans la croissance économique initiale de ce pays fut telle que G. C. Allen écrira : « On peut vraiment dire qu’il n’est guère d’industrie japonaise importante de type occidental durant les dernières décennies du xixe siècle qui n’ait dû sa création à l’initiative de l’Etat »5.

  • 6 Mason, op. cit., p. 63-64.

9Beaucoup de ces initiatives publiques revêtiront le caractère d’expériences pilotes. En effet, après 1882, la plupart de ces entreprises seront transférées à des investisseurs privés. La contribution la plus importante de l’Etat au début du développement industriel au Japon fut l’attention particulière accordée à l’enseignement où les dépenses étaient directement liées aux objectifs du développement. Par ailleurs, après l’institution d’un système d’enseignement primaire obligatoire, l’Etat envoya des individus et groupes à l’étranger étudier les techniques occidentales. De nombreux experts furent invités au Japon pour fournir une assistance technique aux industries japonaises. « Une part substantielle du succès obtenu par l’intervention active de l’Etat japonais dans le domaine industriel, observe Mason, est due au fait qu’elle s’est produite à une phase tardive » — observation qui s’applique encore davantage au cas de l’industrialisation des pays communistes. Examiner les circonstances dans lesquelles les premières phases de l’industrialisation s’effectuèrent en Grande-Bretagne et ailleurs conduit à douter que ce processus eût pu s’accomplir dans une économie dirigée ou largement contrôlée par l’Etat »6.

  • 7 Carter Goodrich, American Development Policy, The Case of Internal Improvements, Journal of Economi (...)
  • 8 Louis Hartz, Economic Policy and Democratic Thought, Pennsylvania, 1776-1860, Cambridge, 1948, p. 2 (...)

10La participation de l’Etat à la croissance économique a été plus importante aux Etats-Unis qu’elle ne l’a été en Angleterre et moins que cela n’a été le cas pour le Japon. Quoi qu’il en soit, cette participation a été plus substantielle et plus active que le prétendent généralement les milieux d’affaires. Le gouvernement fédéral, les Etats et les collectivités ont joué un rôle important aussi bien en ce qui concerne l’édification de l’infrastructure économique que pour les grands investissements. Contrairement à ce qui s’est passé en Angleterre, aux Etats-Unis, le réseau des canaux fut construit par des entreprises d’économie mixte et des entreprises publiques. Les Etats et les localités participèrent massivement au financement des premiers chemins de fer. Réexaminant l’idée largement répandue des Etats-Unis considérés comme Etat du « laissez-faire » au xixe siècle, Carter Goodrich écrit : « De récentes études (...) ont montré que le volume de l’investissement public était supérieur à ce que l’on avait cru, à la fois en valeur absolue et en pourcentage, par rapport au total des investissements en canaux et en chemins de fer, à l’investissement national total, et aux budgets totaux des autorités publiques »7. Parlant de l’Etat de Pennsylvanie aux Etats-Unis, qui, entre autres actions, participa comme actionnaire à l’administration de quelque 150 sociétés d’économie mixte, Louis Hartz observe que : « Loin d’être limités, les objectifs de l’Etat en matière économique étaient généralement si vastes que leur atteinte excédait ses pouvoirs administratifs »8.

  • 9 Mason, op. cit., p. 64.

11Voici donc trois pays représentant tous trois des exemples notoires de croissance économique. Cependant, le rôle joué par l’Etat dans chacun de ces pays dans la promotion de la croissance économique et sociale diffère aussi bien dans sa forme que dans son contenu. Alors qu’en Grande-Bretagne l’Etat n’a pratiquement pas eu à intervenir, aux Etats-Unis, l’administration publique est souvent intervenue non pas pour définir ou orienter une politique nationale de développement, mais surtout pour favoriser l’expansion9 ; en revanche, l’Etat japonais, dans une première phase, concentrera entre ses mains pratiquement toute la politique économique, avec pour objectif l’expansion, la répartition et la gestion des ressources nationales. Les résultats obtenus ici l’ont été grâce, essentiellement, à un rythme extrêmement élevé de la formation du capital : une politique fiscale contribuant à la création d’une importante épargne tirée sur les hauts revenus ; revenus qui furent ensuite investis directement sous forme de dépôts dans les banques. Même si les modalités de l’aide accordée aux investissements furent alors extrêmement favorables, les observateurs s’accordent, dans l’exemple japonais, à reconnaître l’importance de l’acceptation massive d’une politique d’austérité économique par le peuple et le gouvernement de ce pays. Pour Mason, le succès de la croissance économique de la Grande-Bretagne résulte des conditions particulièrement favorables de ce pays.

  • 10 Ibid., p. 59.

12« Vers 1800, les revenus par habitant et le taux d’épargne y étaient déjà relativement élevés. En outre, les institutions financières nécessaires pour canaliser cette épargne vers l’investissement productif existaient également »10. Les idées enseignées dans les écoles de l’économie libérale sont à l’origine de cette situation particulière de la Grande-Bretagne à la fin du xviiie siècle. Ces idées qui, dans le développement économique, privilégient le rôle du secteur privé par rapport au secteur public en raison de l’importance de la proportion du revenu national créé par chacun des deux secteurs, constituent l’un des fondements de la théorie de l’économie classique. S’agissant du rôle de l’Etat dans la croissance économique, ces idées se trouvent aujourd’hui bousculées en raison de l’évolution des structures, des dimensions et de la complexité de l’économie moderne. Une telle évolution a vu la participation de l’Etat s’accroître considérablement dans le processus du développement. Ces idées sont encore contredites par l’exemple des pays socialistes où l’Etat, tout en assurant une certaine croissance de l’économie, accomplit pratiquement toutes les tâches assignées au secteur privé dans les pays à économie de marché.

13En effet, Adam Smith, dans ses recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, attribuait à l’Etat, en 1776, trois fonctions principales : la défense nationale ; le maintien, le respect de l’ordre et du droit public ; et, enfin, la création et l’entretien de certains ouvrages et travaux publics que des individus ou des groupes d’individus ne voulaient prendre le risque d’entreprendre. Keynes, un autre père de l’économie classique libérale, partage le point de vue de Smith. Dans l’ensemble, ils estiment que la justification principale d’une économie et des institutions la composant est son aptitude à satisfaire les besoins du consommateur en biens et services. Tant que ces besoins peuvent être satisfaits par les entreprises privées, il faut leur laisser ce rôle et confier à l’Etat celui de satisfaire les besoins non pris en charge par les initiatives privées. En d’autres termes, la contribution de l’Etat à l’accroissement des ressources nationales devait consister essentiellement à créer les conditions favorables à la formation du capital dans le secteur privé et à renforcer les institutions nécessaires au bon fonctionnement des mécanismes du marché. Cependant, les profonds changements intervenus aussi bien dans la complexité et la richesse de l’économie que dans la nature des besoins et de la collectivité, favoriseront plus tard une extension du rôle de l’Etat dans l’économie. En effet, l’industrialisation, l’urbanisation, l’accroissement du nombre de personnes salariées par rapport à celui des travailleurs indépendants autrefois prédominants, les besoins croissants en matière de santé publique et d’éducation — entre autres facteurs — contribueront à élargir le domaine d’intervention de l’Etat vers une prise en charge plus importante dans les activités économiques et sociales.

14D’autres expériences sont encore venues conférer à la théorie de l’économie classique une certaine relativité. Ainsi, nous savons aujourd’hui qu’un changement de la localisation et de l’organisation du pouvoir politique, du niveau de développement, ou des intérêts des détenteurs du pouvoir politique, de l’efficacité de l’appareil administratif ou encore des formes de l’organisation des entreprises, par exemple, peut fort bien modifier la relation entre l’Etat et le secteur privé, relation susceptible également d’être raisonnablement considérée comme optimale. Ainsi, il se peut fort bien que certaines tâches soient le plus souvent mieux effectuées par le secteur privé que par l’initiative publique. C’est le cas, par exemple, du commerce de détail, des très petites entreprises industrielles ou agricoles. Par ailleurs, il est d’autres tâches, comme le maintien de l’ordre, le respect de la loi ou la protection sociale, que l’Etat est incontestablement à même de mieux assurer que l’initiative privée. Il en est de même de la défense nationale où les dépenses publiques sont d’une importance telle qu’il est inconcevable de les confier à l’entreprise privée. Enfin, l’économie n’occupe pas nécessairement toujours la première priorité dans les activités nationales. La politique sociale peut, elle aussi, selon les périodes, occuper la première place.

15D’ailleurs, la réalité partout aujourd’hui est que tout ce que l’entreprise privée accomplit dans une société capitaliste peut être, et se trouve à l’occasion, effectivement accompli par l’Etat. C’est ainsi qu’en Chine et en Union soviétique, le rôle assigné à l’initiative privée se trouve considérablement réduit. D’un autre côté, la plupart des tâches assurées habituellement par l’Etat peuvent être et ont été assurées par le secteur privé.

16Les concepts de secteur public et de secteur privé sont si fluides aujourd’hui qu’il vaudrait mieux, lorsque l’on veut parler de relation optimale entre l’Etat et le secteur privé, limiter la discussion dans le temps et dans l’espace. Par contre, se demander si l’Etat doit intervenir ou non dans le processus du développement est un faux problème. En effet, les exemples de la Grande-Bretagne et de la Chine nous montrent bien qu’un taux de croissance élevé est compatible avec une absence presque totale de planification étatique (Grande-Bretagne au xixe siècle) et avec une centralisation totale entre les mains de l’Etat (Chine au xxe siècle).

2. L’État africain : État-patron, État-partout, État-peut-tout

17Dans les domaines de l’accroissement, de la répartition et de la gestion des ressources, l’Etat africain essaye d’aller plus loin dans son intervention que toute autre région du monde, exception faite des pays communistes.

18Dans nos Etats aujourd’hui, l’investissement public représente généralement une très large proportion de l’investissement total. Il y a lieu de noter ici que la plupart de ces investissements publics sont financés par des emprunts extérieurs. Au niveau des plans de développement également, comme il nous a été donné de le remarquer, le rôle de l’Etat est quasiment celui d’agent unique du développement. Dans le domaine de la répartition des ressources, l’infrastructure économique et sociale est prise dans le sens le plus large et l’action de l’Etat, ici, dans une large mesure, tend à éliminer ou à corriger le fonctionnement spontané du marché.

19L’Etat africain, en général, ne se contente pas seulement de fournir l’infrastructure sociale nécessaire : il construit, finance et gère les usines. L’idée sous-jacente ici est que l’Etat sera à même de mieux assurer la croissance économique et sociale que l’initiative privée. Mais cette corrélation établie entre le degré d’intervention de l’Etat et le taux d’expansion de l’économie n’est aucunement fondée. En Europe, par exemple, « le miracle allemand », qui serait dû essentiellement à la libération de l’entreprise privée, coexiste avec la remarquable croissance de « l’économie planifiée » de la Norvège.

20L’analyse de l’histoire récente du développement économique dans les différentes parties du monde nous enseigne qu’une intervention appréciable de l’Etat dans l’activité économique est compatible aussi bien avec le développement qu’avec la stagnation. Il y a de fortes raisons de douter qu’il existe un rapport idéal entre l’Etat et le secteur privé. Un tel rapport, s’il existait, toutefois, ferait nécessairement intervenir des données propres à la situation de chaque peuple : traditions en matière de gestion publique et privée, et nature des institutions socio-culturelles en place dans les pays en question.

21Les Etats-Unis et le Canada ont connu, depuis la seconde guerre mondiale, un taux d’expansion du revenu national un peu moins élevé dans l’ensemble que l’Europe occidentale, où le domaine d’intervention de l’Etat est plus étendu. En Amérique latine, où la plupart des gouvernements se montrent plus confiants dans l’entreprise privée, certains taux de croissance remarquablement rapides, comme ceux enregistrés au Mexique et en Colombie, voisinent avec des économies relativement stagnantes. Dans l’Asie du Sud-Est, où, depuis l’indépendance, on a accueilli avec enthousiasme la planification nationale, le succès relatif de l’Inde se trouve contrebalancé par l’échec enregistré en Birmanie ou en Indonésie. Ce même contraste se retrouve également dans la disparité des résultats atteints dans les pays communistes. Une stratégie de développement économique conduite en Ecosse avec succès peut fort bien échouer au Chili ; et le rôle assigné à l’Etat dans le développement au Pakistan peut très bien être inopportun aux Pays-Bas.

22On ne saurait toutefois méconnaître l’importance du rôle de l’Etat dans le maintien de l’ordre pour favoriser le développement économique. En Chine, par exemple, le remplacement du chaos par une situation mieux ordonnée par un gouvernement capable de maintenir la paix intérieure contribuera à la croissance économique de ce pays autant que le plan de développement. Cependant, le maintien de l’ordre constitue une condition nécessaire, mais non suffisante et ne s’identifie pas avec des simples opérations de police. Il présuppose un pouvoir politique qui, dans une large mesure, repose sur le consentement des gouvernés et un certain degré de cohésion sociale.

23Une fois la sécurité, l’ordre et le respect de la loi établis à l’intérieur, l’Etat peut prendre des mesures relatives à la distribution et à la gestion des ressources nationales. L’accroissement des ressources nationales peut être obtenu par l’augmentation du taux d’investissement, par l’éducation et la formation, l’amélioration de la santé publique, l’exploitation des ressources naturelles, la stimulation de l’esprit d’entreprise et l’innovation. L’Etat peut encore intervenir légitimement dans la répartition des ressources entre les différents secteurs par des investissements directs et en veillant sur le bon fonctionnement du marché. Ses moyens d’intervention sont nombreux et puissants : le monopole d’Etat dans certains domaines, les subventions, la fiscalité sélective, le contrôle des prix, les taxes ou subventions à l’exportation, le contrôle des changes et le contingentement des importations. Il est tout à fait concevable que l’Etat aille très loin dans cette forme d’action pour permettre l’accroissement des ressources disponibles et le contrôle de leur répartition. C’est cette politique économique que la plupart des Etats africains ont adoptée depuis leur accession à l’indépendance.

24Ce faisant, ils ont, en réalité, fini par se substituer aux entrepreneurs. L’Etat africain veut assumer la responsabilité de chef d’entreprise sans toutefois en avoir, ni les moyens, ni la volonté, ni encore le talent. Il a, en fait, opté pour le type de l’Etat-producteur. Dans la plupart des cas, l’Etat africain se présente quasiment comme le seul agent du développement ; il est pratiquement le seul investisseur. Le fossé qui sépare les promesses de l’Etat et ses réalisations effectives est énorme.

25Au début de l’indépendance, les jeunes générations mettaient un très grand espoir dans l’Etat africain. Le nationalisme aidant, toutes nos espérances s’étaient reportées sur la capacité de l’Etat à prendre en charge tous nos besoins, immédiats et médiats, matériels et spirituels. Cette vision idéaliste du rôle de l’Etat a amené ces générations à porter à la politique un intérêt extraordinaire. La politique assimilée à l’Etat est ainsi devenue le seul domaine vers lequel les jeunes Africains se sont tournés pour satisfaire leurs ambitions sociales. Cet engagement collectif pour le domaine politique est manifestement l’un des faits marquants de cette première phase de l’indépendance africaine. Nous continuons à chercher la solution de nos problèmes à travers l’Etat. Nous continuons à attendre de l’Etat africain qu’il accélère le processus de notre développement, car nous persistons à penser que sans lui, il n’y a pas de développement possible. En d’autres termes, nous continuons à agir dans un climat d’opinion spécifique : celui de l’idéologie de l’indépendance. Assurément, nous demandons trop à l’Etat africain et l’Etat africain rêve trop de tout faire.

26Dans la plupart des pays occidentaux, la croissance économique a entraîné une redistribution du pouvoir politique. En Afrique, on pouvait légitimement penser qu’à partir d’institutions démocratiques établies après l’indépendance, servies par les exemples de la Chine, de l’URSS et du Japon, favorisées par un certain potentiel économique, servies par l’existence d’une technique à haute productivité adaptée aux organisations de grandes envergures pratiquement à la disposition de n’importe quel Etat dans le monde, le développement économique et social s’en trouverait plus aisé et son processus plus court qu’en Occident.

27Mais, vingt ans après, contrairement aux exemples cités, l’autorité de l’Etat et son quasi-monopole sur les activités économiques et sociales se soldent en Afrique par une certaine stagnation. Il est temps pour nous de définir correctement le rôle que nous voulons conférer à l’Etat africain dans le domaine du développement économique et social.

28Les exemples historiques sur lesquels les partisans de la confiscation du pouvoir économique par l’Etat en Afrique fondent leur choix sont sans doute intéressants à analyser ; mais ces exemples ne peuvent constituer un guide utile en raison du caractère spécifique de chacune de ces expériences. C’est par référence aux particularismes africains que nous devons analyser ces exemples historiques et agir, et non pas par leur adaptation pure et simple. La question que nous discutons ici n’est pas de savoir si la confiscation par l’Etat de tout le pouvoir économique est justifiée ou non ; cette confiscation, à n’en pas douter, peut toujours se justifier. Mais nous devons surtout nous demander si, oui ou non, cette confiscation a amené le résultat recherché, à savoir le développement économique et social des populations africaines concernées. En d’autres termes, l’Etat africain s’est-il jusqu’à présent montré plus apte à gérer, plus compétent que l’initiative privée ne l’aurait été ?

29Les partisans de l’accaparement du pouvoir économique par l’Etat africain fondent leur choix sur le fait qu’une telle confiscation par un gouvernement suffisamment bien organisé rendrait possible un accroissement du taux de formation du capital qui, à son tour, amènerait un accroissement du revenu par habitant. Les exemples de l’Union soviétique et de la Chine sont souvent cités ici à l’appui de cette thèse. Mais aucun gouvernement africain n’a les structures ni les cadres et l’organisation de ces deux pays. La volonté et l’effort déployés dans ces pays au service du développement économique et social n’ont rien de comparable avec ce qui a été fait en Afrique depuis vingt ans. En d’autres termes, préconiser les exemples soviétiques et chinois, c’est préconiser un modèle révolutionnaire. Or, on l’oublie très souvent, n’est pas révolutionnaire qui veut. Dans ce domaine aussi, il y a beaucoup de candidats et peu d’élus. Lénine lui-même pensait, à juste titre, que la révolution supposait trois conditions préalables : l’existence d’une situation révolutionnaire, des cadres révolutionnaires et un programme d’action révolutionnaire. Or, si la situation de l’Afrique, au sortir de la nuit coloniale et ses séquelles — domination politique, socio-économique et culturelle —, pouvait être assimilée à une situation révolutionnaire, les deux autres conditions requises par Lénine étaient loin d’être remplies. Sans cadres et sans programmes révolutionnaires, la révolution économique et sociale n’a pas eu lieu, du moins elle n’a jamais dépassé le stade des discours politiques ; discours qui, vingt ans après l’indépendance, ne trompent que ceux qui veulent bien être trompés.

3. La rencontre avec le Dieu développement

30L’idéologie du développement en Afrique a été un échec pour de nombreuses, trop nombreuses raisons peut-être ! Les explications ne sont pas simples ; surtout pas aussi simples que celles que l’on a l’habitude de nous proposer et qui consistent à dire que devant tel ou tel problème de développement économique et social africain, « il n’y a qu’à faire ceci ou cela et tout ira pour le mieux comme dans le meilleur des mondes ». Cela revient à dire qu’il suffit d’imiter tel ou tel exemple dans tel ou tel système, de changer de gouvernement, d’éliminer toute opposition, d’assurer plus de stabilité aux institutions, de vociférer sur le colonialisme, l’impérialisme et le néo-colonialisme, ou encore de brandir le fanion de l’un des multiples socialismes... pour sortir les peuples africains de leur état de sous-développement. Malheureusement pour nous, nos problèmes sont autrement plus complexes qu’ils ne paraissent de prime abord. Les difficultés sont à la fois d’ordre conjoncturel et structurel. Elles tiennent à la fois de la situation des acteurs, de la complexité du jeu et des circonstances ; en d’autres termes, des conditions particulièrement contraignantes de cette première phase de l’indépendance. Pour faciliter notre analyse et pour nous aider à tirer un enseignement des faits propre à corriger la situation, nous distinguerons les raisons majeures et les raisons mineures de cet échec.

31La politique de développement économique et social de l’Afrique depuis l’indépendance présente deux aspects d’inégale importance : d’une part, les fondements théoriques mêmes de ce choix et, d’autre part, l’application des politiques choisies. Les raisons de l’échec de l’idéologie du développement africain se situent à ces deux niveaux. Mais nous estimons que si l’on peut parler d’« erreur », en ce qui concerne l’exécution des programmes de développement il faudrait plutôt parler de « faute » lorsque nous nous référons à l’approche théorique adoptée dans le choix de cette idéologie.

32Nous commencerons en premier lieu par une appréciation des fondements mêmes de l’idéologie du développement que l’on a préconisée en Afrique depuis l’indépendance. L’importation de cette idéologie en Afrique tient de l’improvisation ; le choix politique n’a jamais été suffisamment mûri chez la plupart des dirigeants africains. Nous examinerons ensuite la nécessité de reformuler les objectifs du développement en Afrique.

Un autre regard sur le modèle occidental

33Le fait que le développement de l’Afrique depuis l’indépendance soit un développement imposé et étranger à l’Afrique explique la médiocrité des résultats obtenus. Cette politique, si elle devait se poursuivre, conduirait les peuples africains à une impasse culturelle.

34A la lumière des rapports de force politique établis dans la conjoncture internationale au profit des Etats industrialisés, et en l’absence d’une analyse correcte de la situation par la plupart de ses dirigeants, l’Afrique a été engagée dans un courant de développement issu des deux guerres mondiales ; courant qui a fait apparaître le besoin d’une organisation uniforme de la planète en vue d’aboutir à ce qu’il a été convenu d’appeler le progrès. Dans cet esprit, l’indépendance nominale devait s’accompagner du rattrapage économique, technique et scientifique des pays industrialisés. Ce rattrapage devait faire des peuples africains les égaux des pays industrialisés. Mais les fruits, nous le savons maintenant, n’ont pas tenu la promesse des fleurs. L’une des raisons en est que le modèle occidental importé est mis en œuvre essentiellement par des étrangers appelés à l’expérimenter chez nous. Ce modèle ne répond pas nécessairement aux besoins du développement de nos sociétés. Une autre raison est que, dans l’analyse du processus du développement occidental, les dirigeants africains ont négligé de faire une étude clinique approfondie de la méthode à suivre. Ils s’en sont trop remis à des concepts théoriques insuffisamment élaborés.

35Ce faisant, nos Etats se sont engagés dans une voie de développement asservie à la raison technocratique et au rationalisme de la civilisation occidentale, civilisation dominante actuellement et que l’on nous présente comme le fondement de toute connaissance théorique et pratique du développement.

36Au nom des résultats spectaculaires du progrès scientifique résultant du rationalisme occidental et au nom de l’unité de la pensée humaine, on a estimé alors que tous les autres types de savoir devraient s’effacer devant la raison occidentale dans la définition du développement. Or, que faut-il penser de ces axiomes ? Qu’est-ce qui est au cœur du système occidental, de son pouvoir et de son influence par rapport à nos modes de pensées et à notre propre conception du monde ?

37La culture rationaliste occidentale est porteuse d’une idéologie : celle du progrès qui s’identifie à la maîtrise du devenir social et à la civilisation. Dans les sociétés occidentales dominées par la rationalité et l’efficacité, où la science est « la seule manière légitime de connaître », on s’interroge davantage sur les moyens que sur les fins. Ces sociétés, mues par la science et la technique, présentent incontestablement un certain charme qui n’est pas sans attrait pour les autres sociétés ; d’abord, parce qu’elles permettent la mise en œuvre optimale des moyens pour atteindre des buts définis ; ensuite, parce qu’elles sont efficaces dans la satisfaction de certains besoins matériels fondamentaux ; et, enfin, parce qu’elles sont opérationnelles. En effet, ce système a permis aux sociétés qui s’en réfèrent de disposer de moyens nécessaires pour maîtriser leur environnement, de mieux exploiter leurs ressources naturelles, d’accroître leurs forces productives et de satisfaire des besoins de consommation. Ces résultats donnent à ces sociétés l’impression d’avoir une prise sur la nature, voire de dominer celle-ci. Parce que le couple science-technique est à l’origine d’une croissance phénoménale, l’Occidental civilisé, fier de ses sciences et de ses pouvoirs, « maître de la nature », comme le rêvait déjà Descartes, exalte la toute-puissance de la raison occidentale ; puissante par son efficacité et son savoir car, pour lui, « il n’y a de savoir que celui qui s’érige en pouvoir ».

38Dans les sociétés occidentales, la recherche du profit et du pouvoir constitue les principaux stimulants du couple science-technique, contrôlé par des hommes, des groupes et des Etats qui en exploitent les résultats et décident de la finalité et de l’usage des vérités scientifiques. Aujourd’hui, en institutionnalisant la science et la technique, ces hommes et ces groupes sont parvenus à faire de ce couple un redoutable instrument de domination du savoir, sur le plan national comme sur le plan international ; domination de ceux qui ont accès à ces connaissances par rapport à ceux qui n’y ont pas accès.

39Cette idéologie, suivant en cela le comportement de toute civilisation dominante, ignore les autres voies de connaissance et s’érige en vérité universelle pour tous ; bref, elle est impérialiste à l’égard des autres cultures.

40C’est par le biais de cette manifestation d’ethnocentrisme épistémologique privilégiant un type de connaissance — la connaissance scientifique et technique qui confère aux hommes de ces sociétés une représentation de l’histoire et du progrès par la science — que les Occidentaux se sont présentés à nous. Qu’il soit capitaliste ou communiste, l’homme occidental est profondément pénétré de cette rationalité et de ce pouvoir ; c’est sans doute la raison pour laquelle, à l’Est comme à l’Ouest, le développement techno-industriel est ce qui nous est proposé. Les modèles de développement que les experts occidentaux nous proposent, consciemment ou inconsciemment, se situent nécessairement dans cet univers culturel, dans cette conception du monde. Et les plus sérieuses propositions qui nous sont faites dans ce domaine sont l’aboutissement de la réflexion des Occidentaux tirée de leur propre expérience du développement.

41Ce qui précède ne vise pas à critiquer les fondements de la civilisation occidentale ni à récuser les acquis de la science et de la technique dans cette partie du monde. Ce n’est ni le lieu pour le faire, ni l’objet de notre réflexion. Bien au contraire, nous sommes persuadés que l’Occident a vécu d’importantes expériences spirituelles et humaines susceptibles d’enrichir le dialogue avec d’autres cultures. Nous voulons simplement exprimer ici l’idée que, non seulement le modèle occidental n’est pas un modèle unique sans lequel il n’y a point de salut pour les peuples africains, mais que ce modèle, que nous cherchons à imiter parfois paresseusement, comporte ses propres tares et insuffisances et ne répond pas à la question qui nous préoccupe, à savoir, quel type de civilisation convient à nos sociétés ? La voie occidentale de développement est en effet issue de conditions historiques propres aux sociétés de cette région du monde. Ses fondements sont discutables comme ceux de n’importe quel autre type de développement. Dans leur approche, les économistes occidentaux ont confondu développement et croissance en assimilant tous les aspects du bien-être de l’humanité à des variables quantifiables qui, parfois, ne se rattachent que de loin aux véritables besoins des hommes. C’est pourquoi il est : permis de douter que les réponses données à ce jour par la voie occidentale puissent satisfaire les aspirations de l’homme à une vie meilleure.

42Certes, l’idée occidentale que la science et la technique constituent une force productive importante est juste, mais elle ne l’est pas nécessairement dans tous les domaines. Elle est vraie en ce qui concerne par exemple le prestige, la puissance ou l’essor des connaissances fondamentales ; mais cette importance est contestable en ce qui concerne le bien-être des masses populaires. En dehors de la science et de la technique, d’autres facteurs de production susceptibles d’assurer le développement existent. De même, vouloir assimiler la science et la technique à la civilisation est une idée sans fondement, largement répandue aujourd’hui. L’histoire, en effet, nous a montré des peuples dont le génie était comparable mais dont la curiosité avait trouvé son application dans des domaines tout à fait différents. Les uns, par exemple, s’intéressaient à la science des nombres alors que les autres s’intéressaient à l’astrologie. Qui peut aujourd’hui encore nier que les civilisations égyptienne, romaine, islamique et précolombienne soient comparables en qualité ? Cependant, les deux premières étaient commandées par le couple science et technique, alors que les deux dernières, dans une large mesure, ont suivi un schéma de développement différent, privilégiant les arts et la philosophie.

43En fait, c’est moins le rationalisme occidental qui est en cause que son recours parfois à des critères erronés qui ne posent pas toujours les vrais problèmes de l’homme — ceux du « développement de l’homme et de tout l’homme » — et qui ne considèrent que le développement des choses, des systèmes et des structures.

44L’accroissement de la puissance et de la technique ne garantit pas une vie meilleure. Le progrès politico-social ou politico-moral ne découle pas nécessairement du progrès scientifique et technique. En Occident même, devant les grands réseaux d’organisation bureaucratique et la mise en œuvre de certains instruments de puissance aliénant les hommes, le malaise se fait déjà sentir. La raison d’être des sociétés industrielles est devenue la puissance économique et militaire à laquelle le pouvoir politique est lui-même soumis. En effet, dans le monde industriel le produit est séparé du producteur. L’économie est un domaine indépendant des autres forces sociales et le mode de production économique est le mode de production dominant. « La culture occidentale » tend ainsi à devenir un sous-produit du monde de production techno-économique.

45Ce système de l’économie marchande permet l’accumulation de biens en dehors du contrôle de l’ensemble social auquel il se rapporte et établit une rupture entre, d’une part, le plan de la production et sa finalité et, d’autre part, le plan de la consommation et sa finalité. La satisfaction de certains besoins constitue l’une des fonctions principales de l’activité économique. Ce modèle indique clairement que le type de besoins à satisfaire dépend du type de développement choisi. En Occident, à l’Ouest comme à l’Est, l’industrialisation et le progrès économique sont considérés comme l’objectif primordial du pouvoir politique. L’Etat est réduit au rôle de gérant de l’appareil socio-économique et technique ainsi mis en place. A l’Ouest comme à l’Est, l’Etat, pour son organisation, emprunte à l’organisation techno-industrielle les moyens de se maintenir. La qualité et la valeur des régimes sont fonction de leur puissance et de leur réussite économique. La politique elle-même se veut scientifique et rationnelle, réduisant les problèmes humains à des problèmes techniques.

46Cet aperçu de quelques aspects du modèle appliqué en Afrique, à savoir le modèle occidental, nous indique clairement, si besoin était, que ce modèle constitue un système, un tout, fruit d’une histoire et d’une culture : la culture occidentale. Il est le résultat d’un effort dans une région du monde, pour répondre à des problèmes spécifiques à cette région, à une période précise. Malgré la similitude des problèmes et des situations d’une région à l’autre du monde, les solutions ne sont que très rarement interchangeables entre les régions et les groupements humains qui les habitent.

47C’est pourquoi la voie de développement dans laquelle les populations africaines ont été entraînées est sans issue pour elles. Les résultats médiocres obtenus à partir de l’imitation de ce type de développement, et qui sont sans commune mesure avec les efforts consentis en Afrique et dans le monde, constituent autant de signaux d’alarme jalonnant cette voie. Certes, quelques Etats privilégiés par leurs ressources naturelles tireront des avantages matériels d’une telle politique de développement. Mais les autres seront condamnés à patauger dans un système qu’ils ne dominent pas ou encore à perdre leur indépendance et peut-être même à disparaître en tant qu’entité étatique distincte.

48Le développement est un processus qui met les hommes identifiés comme forces productives aux prises avec des facteurs aussi complexes que la nature, le progrès, la division du travail, les types de besoins, le degré d’autonomie et d’indépendance de la communauté par rapport aux autres communautés ou le pouvoir d’orienter et de forger son propre destin. Il n’existe pas de développement passe-partout : chaque situation demande à être considérée et interprétée différemment. Naturellement, par un certain degré d’abstraction, l’on peut parvenir à dégager des conclusions générales applicables à beaucoup de cas. Mais, le développement ne se réduit pas pour autant à une simple recette.

49Le développement est encore trop souvent envisagé en termes de technique, de production, de distribution et de structures ; c’est-à-dire, réduit à des techniques d’organisation. Or, le développement est un phénomène socioculturel global ; il comporte des variables politiques, socio-économiques et culturelles. Chacun des sujets abordés comporte un aspect de développement. De tout temps, la politique économique a été inspirée par une interprétation des sociétés en question et des lois qui régissent le changement social. Dans la mesure où le développement est considéré comme un ensemble de moyens destinés à répondre à des fins précises, c’est à chaque société qu’il revient de concevoir et de choisir son propre type de croissance dans le cadre géopolitique et socio-historique auquel elle appartient. Ce processus est soumis à un examen permanent ; et la référence normative est élaborée d’abord pour les systèmes de valeurs propres à chaque société.

50En Afrique, l’absence aujourd’hui d’un tel fondement, d’une telle authenticité du développement économique, prenant ses racines dans nos sociétés, constitue à la fois une grave lacune et un handicap sérieux. Le modèle occidental n’a pas un pouvoir d’élucidation général et universel. Pour l’Afrique, le gain maximum d’un tel type de développement, nous pouvons le prévoir, ce sera, si développement il y a, l’amélioration de la condition matérielle de nos populations. Mais, en empruntant cette voie sans en maîtriser les rouages essentiels, l’Afrique court le risque de perdre son âme sans même pouvoir compenser cette perte par un bien-être matériel quelconque.

51Les sociétés africaines ne se représentent pas le monde comme les sociétés occidentales : les nôtres privilégient la sociabilité dans la vie du groupe, valorisent la communauté et se présentent comme essentiellement humanistes. Les rapports entre l’individu et la nature y sont différents. Il en va de même de la conception du temps. Les rapports entre personnes occupent une place plus importante que les rapports entre rôles ; et les gens se définissent par leurs fonctions et non par leurs accomplissements. Les économistes, sociologues et politicologues africains doivent coopérer étroitement à la définition du développement africain. Ce faisant, ils doivent faire œuvre d’imagination, de création et d’innovation pour permettre à nos sociétés d’assumer leur différence. Leur travail consiste à préserver et à forger l’espace culturel sans lequel l’Afrique sera tout au plus un marché à conquérir.

52En effet, les questions humaines sont autrement plus complexes que ne le veulent les adeptes des théories des sciences sociales. Ainsi, la pensée économique, réputée comme un instrument de connaissance, de prévision et d’orientation, n’offre pas toujours des analyses et des solutions scientifiques. Les jugements de valeur des grands maîtres de la pensée économique ne sont pas toujours des remèdes. S’agissant des questions de développement, de la mise en valeur des potentiels humain et naturel, les disciplines comme la psychologie, la sociologie ou l’histoire sont tout aussi pertinentes.

53Il est prétentieux et illusoire de considérer qu’il existe une loi universelle ou une série de lois du développement et de l’action sociale. Les conditions historiques sont trop particulières pour prétendre leur appliquer la même solution passe-partout. C’est là une idéologie et une conception simplistes des multiples possibilités et ressources offertes à l’être humain dans son accomplissement. Cette volonté d’uniformiser et de globaliser le devenir de l’homme n’est pas acceptable. Les sociétés, dans le passé, ont connu des développements divers : chacun de ces développements présente des aspects singuliers, particuliers, universels ou généralisés, des variables et des constantes.

Notes

1 S’agissant du comportement général de l’Etat africain dans la conduite des affaires nationales, nous nous proposons de revenir sur ce sujet plus loin, lors de l’examen des institutions et de la participation populaire au fonctionnement de ces institutions.

2 James Hughes et L. R. Klemm, Progress of Education in the Country, London, 1907, p. 22, 23.

3 L. C. A. Knowles, The Industrial and Commercial Revolutions in Great Britain during the Nineteenth Century, London, 1921, p. 171.

4 Edward S. Mason, La planification économique dans les pays sous-développés, New York, NY, Intercontinental Editions, Inc., 1964, p. 59.

5 G. C. Allen, A Short Economic History of Modem Japan, 1867-1937, London, George Allen & Unwin, 1962, p. 30.

6 Mason, op. cit., p. 63-64.

7 Carter Goodrich, American Development Policy, The Case of Internal Improvements, Journal of Economic History, 450.

8 Louis Hartz, Economic Policy and Democratic Thought, Pennsylvania, 1776-1860, Cambridge, 1948, p. 202.

9 Mason, op. cit., p. 64.

10 Ibid., p. 59.