Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique : l’épreuve de l’indépendance

 | 
Ben Yacine-Touré

Chapitre premier. Les fausses prémisses

Texte intégral

  • 1 Rostow et les autres : Robert Hirshmann, François Perroux, etc.

1Depuis l’indépendance, l’Afrique vit sous le règne du Tout-Puissant et Sacro-Saint Développement. En son nom et à son autel, beaucoup de valeurs et de victimes ont été immolées. Sous le règne de l’idéologie du développement, c’est le sacre d’une nouvelle espèce : celle des « Développeurs ». Cette puissante confrérie qui regroupe les experts étrangers et leurs apprentis sorciers africains, a importé et imposé en Afrique l’idéologie du développement. Les experts et théoriciens étrangers ont conçu l’appareil et les cadres politiques africains l’ont rafistolé. Selon eux, l’économie africaine se trouve caractérisée par l’existence de deux secteurs : le secteur traditionnel et le secteur moderne ou économie de marché, dominée par les types d’échange et les modes de production occidentaux. La nature féodale de nos sociétés, selon cette hypothèse, constitue une des explications majeures du sous-développement de nos Etats1. Le développement exige comme préalable, d’éliminer les réticences et résistances de notre culture à la modernisation. Toujours selon cette optique, toutes les sociétés vont nécessairement suivre, imiter le modèle occidental de développement. C’est une question de temps ; et, pourvu que les dirigeants africains acceptent certaines recettes et qu’ils soient techniquement encadrés et assistés, ils peuvent réussir à moderniser — entendez « développer » — leurs sociétés. Car, pour nos sociétés, le salut et la chance de survie se trouvent dans l’imitation de la seule voie occidentale de développement.

2Enfin, estiment nos experts en développement, les besoins d’une modernisation sont tels aujourd’hui qu’aucun pays ne peut s’aventurer à se développer par ses seuls moyens : l’aide étrangère, en particulier sous forme de capitaux associés à l’assistance technique de toutes sortes, est une condition sine qua non du développement africain.

3Depuis l’indépendance, les décisions des gouvernements africains en matière de développement ont reposé sur ces fondements. Elles ne reposent sur aucun fondement élaboré par des sociologues dont les théories soient conçues à partir des données sociologiques puisées dans le terroir africain même.

4L’absence d’une théorie du développement qui établisse clairement le fonctionnement des économies nationales explique en partie l’inconséquence et la faiblesse des décisions gouvernementales en Afrique. Pourquoi une telle théorie reste-t-elle informulée ? Peut-être parce que nos économistes et les experts conseillers se sont convaincus de l’existence de lois et de recettes universelles en matière de développement, applicables en toutes circonstances et en tous lieux. Or, la conjoncture et la situation décrite par les sources les plus autorisées, comme la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), indiquent clairement que les résultats des politiques économiques fondées sur cette idéologie appliquée depuis l’indépendance, sont loin de répondre aux espoirs suscités. La voie empruntée n’a permis ni développement, ni construction nationale, ni indépendance réelle. Pire encore, sur le plan culturel, l’Afrique risque d’y perdre son âme. Les concepts qui ont pourtant assuré des résultats substantiels dans le développement de l’Occident, n’ont pas nécessairement une portée universelle. La vision globale des problèmes de l’Afrique, les solutions passe-partout proposées et les résultats obtenus jusqu’alors, appellent une autre approche de la construction nationale et une autre vision de l’avenir de l’Afrique.

5Un bref survol des prémisses qui ont guidé les développeurs dans leurs analyses, confirme la médiocrité des résultats et explique la nature des difficultés rencontrées. Parmi ces prémisses qui concourent à cette démonstration, figurent : la conception même du développement comme solution universelle, et la conception de la science, de la planification et de la technologie comme clés du développement économique et socio-culturel des peuples africains.

6Nous considérerons en premier lieu les prémisses de la politique économique, puis nous nous pencherons sur celles qui sous-tendent les options politiques et institutionnelles.

1. Plannification et développement : l’heure du diagnostic

7Pour la plupart des Etats cherchant à assurer leur indépendance politique et économique après la seconde guerre mondiale, la planification économique était devenue symbole de progrès et d’autonomie. En dehors même de ce symbole, les gouvernements africains ont vu dans la planification un moyen effectif d’accéder rapidement à l’indépendance économique et politique réelle. L’idée que la planification constitue un moyen important pour l’accélération du développement a été l’une des idées maîtresses de la politique économique préconisée en Afrique. Cette idée, qui a fait fortune en Afrique et ailleurs dans le Tiers Monde, est tirée des exemples offerts par les pays socialistes et, depuis la seconde guerre mondiale, par certains pays à économie de marché tels que la France et les pays scandinaves qui ont obtenu des succès certains en matière de mobilisation et d’investissement des ressources.

  • 2 Voir en particulier : Economic Bulletin for Africa, vol. II, no. 2, June 1962.

8La planification s’est encore répandue en Afrique sur l’insistance des organismes internationaux d’assistance comme la Banque mondiale, dont les prêts étaient conditionnés par l’existence, dans le pays receveur, d’un plan de développement économique cohérent. Les nombreuses études conduites par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, l’ont imposée dans toute la région. Suivant les idées en vogue en matière de planification, la CEA, dans ses études, avait préconisé certaines lignes d’action devant servir de modèle aux Etats africains. L’élément moteur de ce modèle était, pour l’Afrique, la nécessité d’une industrialisation, la modernisation de l’agriculture, l’intensification et la diversification de son commerce extérieur2. Toujours selon ces études, pour accélérer le développement du continent, les Etats africains devraient encore procéder à des réformes de structures internes.

9Pour mettre en place les structures nécessaires à la réalisation du plan, on jugea nécessaire d’organiser ou, quelquefois, de réorganiser l’administration publique et de fournir à ce secteur les cadres techniques requis.

10Cette politique va emporter l’Afrique entière dans le puissant courant de ce qu’il est convenu d’appeler l’idéologie du développement. L’avènement de cette idéologie, ainsi que la puissance avec laquelle elle s’est répandue en Afrique, constitue, sans nul doute, l’un des faits marquants de ces vingt premières années d’indépendance. Son déploiement se fera par le truchement d’un nombre considérable d’ouvrages, d’articles, de réunions, de séminaires, etc., dont le but était de former les cadres techniques africains dans le domaine du développement et de la planification économique. L’adhésion des intellectuels et des cadres africains à cette idéologie favorisera considérablement sa pénétration et son impact dans la région.

11Pour suivre les recommandations des traités d’économie et celles des différentes réunions régionales et internationales, et pour mettre en place les organismes de planification, les gouvernements africains feront appel aux techniciens et conseillers étrangers, plus communément appelés « Experts ». Ces experts, dans l’exercice de leurs fonctions, agiront conformément à leurs convictions et idées personnelles du développement et du changement social. C’est dans ce sens que ces planificateurs n’étaient pas, comme on les a souvent présentés, de simples techniciens du plan, mais des planificateurs du développement. Ainsi, dans la conception et la conduite de la politique économique, le développement et la planification sont-ils devenus inséparables — la seconde étant considérée comme un moyen de réaliser concrètement le premier. Pour la première fois sans doute, dans l’histoire de l’Afrique, le planificateur considéré comme un agent du changement social, connaît son heure de gloire.

12En dépit du fait que les divers plans évoluaient avec des systèmes politiques, des méthodes et des techniques différentes, leurs objectifs et procédures présentaient cependant des points communs. Comme le soulignait l’économiste suédois Gunnar Myrdal :

  • 3 Gunnar Myrdal, An Approach to Asian Drama: Methodological and Theoretical, New York, Vintage Books, (...)

« Le principe essentiel en matière de planification, c’est le fait pour l’Etat de prendre une part active — en fait un rôle décisif — dans l’orientation de l’économie. Il doit pouvoir investir, créer des entreprises et exercer un contrôle général. Au-dessus des entreprises privées, l’Etat doit initier, stimuler et tenir la barre du développement économique. Les politiques devraient ainsi être coordonnées rationnellement, coordination permettant une action d’ensemble planifiée à long terme »3.

13Au fur et à mesure que la planification s’est répandue en Afrique, les gouvernements lui ont assigné des objectifs de plus en plus complexes ; mais, dans l’ensemble, ces derniers visaient à accélérer l’investissement et la croissance du revenu national brut.

  • 4 C’est notamment l’exemple de la Côte-d’Ivoire et du Maroc (Plan quinquennal, 1973-1977).

14La méthode de la planification a revêtu essentiellement trois formes : 1) d’abord à travers un bureau central du plan responsable de la formulation des politiques économiques fondées sur la macro-économie et les modèles quantitatifs ; cette méthode est entièrement conçue au sommet et proposée à la base ; 2) ce même bureau peut encore déterminer les priorités économiques nationales et confier aux différents ministères et aux régions le soin de présenter leurs besoins qui seront examinés à la lumière des priorités nationales ; 3) certains pays ont encore cherché à combiner ces deux méthodes4 ; les études macro-économiques, la formulation des objectifs, des stratégies et les préparatifs initiaux du plan national ont été généralement confiés au Bureau central du Plan responsable devant le Premier Ministre ou un Conseil de ministres.

  • 5 En particulier les travaux de Jan Tinbergen et de Pierre Massé.
  • 6 Foxley Alejandro, Estrategia de desarrollo y modelos de planificación, Mexico City, Fondo de Cultur (...)

15En fait, les méthodes de planification utilisées en Afrique sont parties des mêmes postulats que les économistes occidentaux5 ont tirés de l’expérience de leur pays au sortir de la seconde guerre mondiale. Dans l’extraordinaire stabilité institutionnelle et le haut niveau de développement de ces pays, le plan avait pour rôle essentiel de permettre l’opération de certaines corrections susceptibles d’assurer le fonctionnement du système et, éventuellement, de renforcer certains rouages de celui-ci sans avoir recours aux changements structurels. Dans cette conception, le plan était considéré comme essentiellement indicatif : un agrégat d’informations, un instrument d’ajustement et de contrôle des différentes variables pendant la période d’exécution6. D’une manière générale, les efforts initiaux de planification en Afrique manquaient de viabilité politique dans la mesure même où les fondements des plans ne tenaient pas entièrement compte des conditions socio-économiques et politiques prévalant dans la région — ce qui, en d’autres termes, indiquait que les conditions nécessaires n’étaient pas réunies pour réaliser le type de planification conçu à partir de la seule perception de l’expert.

16Par ailleurs, la méthode du plan conçu comme un instrument d’ajustement et de contrôle, méthode qui a fait ses preuves dans le cadre des économies des pays développés, ne devait pas nécessairement donner les mêmes résultats dans des économies en voie de développement. En effet, des facteurs comme l’absence d’un appareil opérationnel dans le système de planification, la mauvaise coordination entre les plans et les budgets du secteur public, l’absence de projets, l’absence d’informations statistiques, l’industrialisation prématurée de la planification, sont autant de causes responsables, comme nous allons le voir ci-après, des résultats décevants obtenus par les Etats africains en matière de planification du développement.

17Le commentaire qui précède ne signifie pas que le processus qui s’est développé depuis une vingtaine d’années en Afrique n’a pas eu d’aspects positifs. C’est là un fait certain. Dans la mesure même où ce processus a permis une meilleure connaissance de la situation à l’intérieur des différents pays, il a, du coup, jeté les bases d’une adaptation des plans. Néanmoins, malgré les efforts déployés et les résultats incontestables obtenus dans certains Etats africains en matière de planification, dans l’ensemble, en ce qui concerne le développement, les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. Beaucoup s’en faut ! L’analyse de la conjoncture économique et sociale sur le continent débouche sur un bilan très peu rassurant.

2. Uu bilan économique et social loin de la mesure des potentialités africaines

  • 7 Exception faite ici des productions de l’URSS et des Etats-Unis d’Amérique.

18L’Afrique n’est pas un continent pauvre : ses ressources humaines et naturelles sont considérables. Notre continent détient aujourd’hui 97 % des réserves mondiales de chrome et 85 % des réserves mondiales de platine ; 64 % des réserves mondiales de manganèse, 25 % des réserves mondiales d’uranium et 13 % des réserves mondiales de cuivre, et une très importante réserve de bauxite et de nickel ; 20 % des réserves mondiales du pétrole commercialisé aujourd’hui proviennent d’Afrique7. Notre région produit actuellement 70 % de la production mondiale de cacao ; 30 % de la production mondiale de café et 50 % de celle de l’huile de palme...

19Mais ce qui précède concerne les potentialités de l’Afrique : qu’en est-il de la mise en valeur de ces ressources par les nouveaux Etats depuis l’indépendance ?

20En dépit de ses vastes ressources naturelles et d’efforts méritoires de nos populations et de certains gouvernements depuis deux décennies, l’indépendance économique de l’Afrique est loin d’être effective. L’émancipation économique, qui devrait doubler l’indépendance politique d’une transformation économique du continent et entraîner un relèvement sensible du niveau de vie de nos populations, n’est encore aujourd’hui qu’un espoir pour la plupart des Etats africains.

21Malgré les modifications de structures opérées au cours des vingt dernières années, l’économie africaine reste sous-développée : faible revenu par habitant, pourcentage très important de la population employée dans l’agriculture, faibles niveaux de productivité, infrastructure industrielle fragmentée et limitée, économie largement tributaire d’une gamme restreinte de produits d’exportation primaires, un système de transports axé essentiellement sur le secteur des exportations, un pourcentage élevé d’analphabètes et une espérance de vie courte.

22Le produit national brut calculé à l’échelle africaine ne représente que 2,7 % du produit mondial. Avec 365 $ par tête en moyenne, l’Afrique a le revenu annuel le plus bas du monde ; avec une mortalité infantile de 137 ‰, le taux mondial le plus élevé. Résultat d’une politique de développement centrée sur les zones urbaines, le sous-emploi et le chômage affectent 45 % de la population active. Et si l’on compte actuellement un médecin pour 672 habitants dans les centres urbains, il n’y a en moyenne qu’un médecin pour 26 000 habitants dans les zones rurales. Toujours dans ces zones, où vit et travaille la majorité de nos populations, l’eau et l’électricité font encore défaut, l’enseignement et les services de santé restent inadéquats et les services d’appui aux activités de production sont insuffisants.

23L’économie africaine est à l’heure actuelle une économie particulièrement exposée, exagérément tributaire du commerce extérieur, des technologies et des compétences étrangères. Dans le domaine de la banque, du commerce, des finances, de l’industrie et de la gestion, les sociétés étrangères dominent. Les échanges et les structures commerciales continuent à suivre presque uniquement le courant Nord-Sud. Ce legs du passé favorise les lois de l’échange inégal et ses conséquences néfastes : détérioration des termes de l’échange, extraversion de la production, faible valorisation sur place des matières premières.

24Les stratégies de développement appliquées par les gouvernements africains depuis l’indépendance découlent de théories du développement économique d’origine étrangère conçues durant la période coloniale et néocoloniale en Afrique. Ces théories — qui lient le rythme et l’orientation de l’évolution socio-économique interne aux marchés d’exportation et à l’importation de compétences, de techniques, de biens d’équipement, de services et de produits de consommation modernes — ont accentué la dépendance économique de l’Afrique. Le résultat cumulatif de tous ces facteurs est qu’aujourd’hui l’économie africaine n’a pas atteint un taux de croissance élevé, n’est parvenue ni à diversifier suffisamment ses activités, ni à atteindre un degré croissant d’autonomie et de développement. En ce qui concerne la coopération régionale, l’orientation verticale — Nord-Sud — de l’économie africaine a constitué un obstacle sérieux à l’élaboration et à la mise au point de politiques d’une coopération économique intra-africaine efficace au niveau régional et sous-régional.

25Ainsi, l’absence de progrès au niveau régional combiné avec une structure de production qui, pour l’essentiel, date de la période coloniale, contribue à maintenir, aujourd’hui encore, l’économie africaine dans une situation de sous-développement.

3. Menaces de crises sociales

26Si les mêmes politiques et stratégies sont poursuivies, cette situation générale inquiétante de l’économie africaine ne peut que s’aggraver dans un avenir plus ou moins lointain. Les prévisions préliminaires de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, concernant la situation et les tendances du développement économique des pays africains aux environs de l’an 2000 sont éloquentes sur ce point.

  • 8 Organisation de l’Unité africaine : Rapport final du Colloque de Monrovia sur les Perspectives du D (...)
  • 9 Ibid., p. 70.

27Le taux de natalité dans les Etats africains en développement est actuellement de 46,3 ‰, c’est-à-dire qu’il est le plus élevé du monde. Le taux brut de mortalité, qui est d’environ 19,8 ‰ reste également ; élevé par rapport au reste du monde8. Quant à la mortalité infantile, elle est d’environ 137 ‰. En conséquence, le taux annuel moyen de croissance démographique, actuellement de 2,64 %, est le plus élevé du monde. La population de l’Afrique en développement, qui se chiffrait : à 401 millions en 1975, atteindrait 813 millions en l’an 20009, c’est-à-dire que cette population doublerait en vingt-cinq ans. En d’autres termes et implicitement, le taux annuel moyen de croissance démographique qui est actuellement de 2,65 %, serait de 2,9 %. Selon ces mêmes projections, l’espérance de vie à la naissance, qui est actuellement de 45 ans pour l’ensemble des pays africains en développement, devrait atteindre 56,6 ans en moyenne vers l’an 2000. Les projections signalent également une augmentation de la population appartenant au groupe d’âge des 15-65 ans (qui constitue le gros de la population active) qui passerait de 212 millions (chiffre de 1975) à 437 millions en l’an 2 000. Cela signifie que la population africaine en âge de travailler augmentera entre 1975 et l’an 2 000 à un rythme annuel moyen de 3 %. On prévoit que le rythme annuel de croissance de la population active, qui a été calculé en tenant compte des variations qui interviendront dans les taux d’activité des hommes et des femmes, s’accélérera et passera de 2,3 % à 2,6 % dans les années 80 pour atteindre 2,8 % dans les années 90.

28Il ressort également des projections qui ont été établies, que les enfants âgés de 5 à 15 ans (soit la grande majorité des enfants d’âge scolaire) qui étaient 105 millions en 1975, seront 216 millions en l’an 2000, soit un taux de croissance moyen pour cette partie de la population de 2,9 % par an. Etant donné qu’actuellement 60 % seulement des enfants d’âge scolaire reçoivent un enseignement primaire, il faudrait, si l’on voulait parvenir à scolariser d’ici à l’an 2000 tous les enfants d’âge scolaire, construire des établissements d’enseignement primaire à un rythme moyen de 5 % par an. Ne parlons pas de l’enseignement secondaire ni de l’enseignement supérieur qui devraient se développer à un rythme beaucoup plus rapide encore.

29En Afrique, la population rurale représente plus de 75 % de la population totale, alors que dans l’ensemble du monde elle n’en représente que 60 %. De 1970 à 1976, la population urbaine en Afrique a augmenté au rythme de 5 % par an en moyenne et la population rurale au rythme de 3,2 %, alors qu’au niveau mondial la population urbaine augmenterait à un rythme de 3,2 % et la population rurale à un rythme de 1,3 %.

30On prévoit qu’aux alentours de l’an 2000, 37,7 % de la population africaine (soit 306,5 millions contre 100 millions en 1975) vivraient dans les villes, alors que dans l’ensemble du monde et dans les pays développés la population urbaine représente respectivement 49,6 % et 69 % de la population totale.

  • 10 Ibid., p. 73.

31L’explosion démographique générale, l’augmentation de la population d’âge scolaire et de la population active, le développement de l’urbanisation, l’accroissement de la demande de services sociaux, s’ils se produisent, auront de graves incidences sur l’alimentation, l’habillement, l’éducation, le logement, les services de santé, les offres d’emploi, la congestion urbaine et la stabilité politique et sociale générale. Selon les projections préliminaires qui ont été établies, la population active atteindrait 225 millions vers l’an 2000, et la moitié seulement des personnes qui arriveraient sur le marché de l’emploi d’ici là pourraient obtenir un emploi rémunéré, l’autre moitié venant s’ajouter à la masse de chômeurs que compte déjà l’Afrique. On estime que dans les zones urbaines le pourcentage de chômeurs déclarés représente actuellement 10 % de la population active des villes. Le sous-emploi toucherait quelque 26 % de la population active urbaine et 40 % de la population active rurale. En d’autres termes, si aucune politique appropriée n’était mise sur pieds, en l’an 2000, plus de 70 millions de personnes, soit 39 % de la population active, seraient sans emploi ou sous-employés10.

  • 11 Ibid., p. 74.
  • 12 Ibid., p. 74.

32Les projections concernant le produit intérieur brut (PIB), ne sont pas plus encourageantes. Pendant vingt ans, le PIB a augmenté dans l’ensemble de l’Afrique en développement à un rythme annuel moyen de 4,8 % seulement en prix constants. Cependant, même cette tendance à long terme dissimule des écarts importants existant entre pays exportateurs et pays non exportateurs de pétrole. Alors que les pays exportateurs de pétrole ont eu un rythme de croissance d’environ 7 %, qui s’est accéléré quelque peu dans les années 7011, les pays non exportateurs de pétrole ont continué d’avoir une croissance de 3,8 % par an entre 1960 et 1978, soit un taux de croissance annuelle par habitant de 1,1 % seulement. Le groupe des pays à faible revenu12 ayant un PIB inférieur à 100 $ par habitant ont enregistré en vingt et un ans un taux de croissance de 2,9 %, soit un taux de croissance par habitant presque nul. Ceci alors que le groupe des pays à revenu moyen, qui avaient un taux de croissance de 4 % par an, soit 1,3 % par habitant, ont eu par la suite un taux de croissance de 6 % par an, soit 3,3 % par habitant. Eu d’autres termes, seuls les quatre principaux pays exportateurs de pétrole, et six pays non exportateurs de pétrole, mais ayant des revenus par habitant élevés, ont atteint l’objectif fixé pour la deuxième Décennie ; des Nations Unies pour le développement. Cela signifie qu’en 1977, dix pays au total contrôlaient 45 % du PIB de l’Afrique et que 27 % seulement de l’ensemble de la population africaine disposaient d’un revenu s’élevant à un rythme de 3 à 4 % par an, représentant l’objectif à atteindre. Les 39 autres pays africains en développement, notamment les pays à faible revenu et ceux les moins avancés, venaient loin derrière.

33Si l’on considère la part de chacun de ces groupes de pays en développement dans le PIB total des pays d’Afrique, on peut en conclure que pour l’Afrique en développement dans son ensemble, on peut prévoir que le PIB n’augmentera, au mieux, que de 4,3 % jusqu’à l’an 2000 (soit 5 % par an pour les principaux pays producteurs de pétrole, 4,5 % pour les pays à faible revenu, 3 % pour le groupe des pays à revenu moyen, 7 % pour le groupe des pays à revenu élevé et 3,9 % au total pour les pays non exportateurs de pétrole).

4. Sous-alimenation générale et chômage

  • 13 Ibid., p. 81.

34Le secteur agricole est le plus important de l’économie africaine : 65 % de la population africaine en était tributaire en 1977 contre 75 % en 1970. Plus de 50 % de la population active travaille dans ce secteur. Pendant la même période, la population agricole s’est accrue de 1,3 % par an en moyenne. Si l’on considère la part de l’agriculture dans le PIB, la proportion de la population agricole par rapport à l’ensemble de la population et le taux de croissance de la production agricole (1,9 % par an en moyenne), on peut penser que le revenu par habitant, autre que le revenu agricole qui, en 1970, était 4,9 fois supérieur au revenu agricole par habitant, n’a guère varié (le chiffre correspondant pour 1977 étant de 4,8). Etant donné que dans les pays en développement d’Afrique le revenu par habitant est très bas (200 $ des Etats-Unis en prix courants), le fait que l’on enregistre toujours de tels écarts de revenus laisse supposer que le paupérisme est généralisé dans l’agriculture et que les conditions de vie des personnes dont le revenu se situe au-dessous du seuil de pauvreté ne s’améliorent pas. En raison des mauvais résultats obtenus, la part de l’agriculture dans le PIB a diminué, tombant de 42,3 % en 1960 à 27,8 % en 1977. Si l’on prend pour hypothèse un taux d’accroissement de la population de l’ordre de 2,7 % par an et une élasticité de la demande correspondant à une augmentation moyenne de revenu par habitant de 3,5 % par an, on prévoit que la demande de denrées alimentaires augmentera de 4 % par an en moyenne. A supposer que le revenu par habitant augmente de 2 % par an en moyenne et que le taux d’accroissement de la population soit de 3 %, on prévoit que la demande de denrées alimentaires progressera d’environ 3,5 % par an en moyenne13.

35Et si la production alimentaire continue à n’augmenter que de 1,9 % par an, l’accroissement des approvisionnements d’ici à l’an 2000 ne représentera que 60 % de la demande et de ce fait, le coefficient d’autosuffisance des pays en développement d’Afrique ne sera plus que de 60 à 68 % en l’an 2000, ce qui serait particulièrement grave, compte tenu du fait que les produits alimentaires constituent les principaux éléments des dépenses des ménages et qu’à l’heure actuelle plus d’un quart de la population africaine ne consomme pas la ration minimale de calories indispensables.

36La conclusion à laquelle on parvient inévitablement est que, si la production agricole n’augmente pas de 3,5 à 4 % par an au minimum, la sous-alimentation se généralisera, les exportations diminueront et l’Afrique n’aura pas les moyens d’importer les denrées alimentaires nécessaires.

37Depuis deux décennies, la valeur ajoutée, à prix constants, dans le secteur manufacturier pour l’ensemble des pays africains a augmenté en moyenne de 6 % par an et sa part dans le PIB est passée de quelque 8,6 % en 1960 à environ 10 % en 1970 et 11 % en 1977. La part actuelle de notre continent dans la production industrielle mondiale ne dépasse pas 0,6 % contre 6,4 % pour l’Asie et l’Amérique latine, et 93 % pour les pays développés.

38Dans la production industrielle, qui reste forcément concentrée dans quelques pays africains, la part des industries lourdes a sensiblement augmenté, passant de 32 % en 1970 à quelque 39,8 % en 1977, l’ensemble de la production manufacturière effective s’accroissant à un taux annuel moyen de 6 %, ce qui signifie que les industries lourdes se sont développées au rythme de 9,3 % par an, tandis que les industries légères ont progressé à raison de 4,1 % par an seulement.

39Si l’on extrapole ces tendances jusqu’à l’an 2000 en prenant 1977 comme année de référence, on constate que la part du secteur manufacturier dans le PIB global des pays africains en développement passerait de 11 % en 1977 à 16 % seulement en l’an 2000. La part des industries lourdes dans l’ensemble de la production manufacturière serait de 67 %, contre 39,8 % actuellement ; et la part des pays africains dans la production mondiale du secteur manufacturier passerait du chiffre actuel de 0,6 % à 0,9 %. Les fortes disparités entre les différents pays africains iraient en s’accentuant.

40Un rapport emploi/production dans le secteur manufacturier d’environ 0,9 et un taux de croissance annuel de 6 % pour la production manufacturière fourniraient un taux de croissance de l’emploi d’environ 5,4 % par an. Etant donné le glissement vers les industries lourdes, à forte consommation de capital et à utilisation modérée de main-d’œuvre, le taux de croissance des possibilités d’emploi dans le secteur manufacturier ne dépasserait pas 4 % par an.

41La part actuelle du secteur manufacturier dans la masse de main-d’œuvre étant d’environ 8 % de l’emploi total, en l’an 2000, l’emploi dans le secteur manufacturier ne représenterait que 10 % de la main-d’œuvre totale. En d’autres termes, l’emploi dans le secteur manufacturier absorberait 12 %, soit 27 millions de travailleurs seulement sur 225 millions, chiffre de l’accroissement de la main-d’œuvre estimé plus haut. Cela confirme la conclusion précédente selon laquelle le maintien des politiques et des paramètres actuels peut difficilement fournir un emploi productif pour plus de la moitié de l’accroissement prévu de la main-d’œuvre.

42La main-d’œuvre agricole représentait 106,8 millions de travailleurs en 1977 ; si elle continue à s’accroître au rythme annuel moyen de 1,3 % seulement, en l’an 2000 l’agriculture fournirait des emplois pour environ 37 millions de travailleurs de plus. Par conséquent, les prévisions relatives aux possibilités totales d’emploi pour le secteur manufacturier et le secteur agricole ensemble (secteur des produits de base) ne seraient que de 64 millions, c’est-à-dire 28 % seulement de la main-d’œuvre.

Notes

1 Rostow et les autres : Robert Hirshmann, François Perroux, etc.

2 Voir en particulier : Economic Bulletin for Africa, vol. II, no. 2, June 1962.

3 Gunnar Myrdal, An Approach to Asian Drama: Methodological and Theoretical, New York, Vintage Books, 1970, p. 175.

4 C’est notamment l’exemple de la Côte-d’Ivoire et du Maroc (Plan quinquennal, 1973-1977).

5 En particulier les travaux de Jan Tinbergen et de Pierre Massé.

6 Foxley Alejandro, Estrategia de desarrollo y modelos de planificación, Mexico City, Fondo de Cultura Economica, 1975, p. 15.

7 Exception faite ici des productions de l’URSS et des Etats-Unis d’Amérique.

8 Organisation de l’Unité africaine : Rapport final du Colloque de Monrovia sur les Perspectives du Développement de l’Afrique à l’horizon 2000, Monrovia, Liberia, 12-16 février 1975, p. 69.

9 Ibid., p. 70.

10 Ibid., p. 73.

11 Ibid., p. 74.

12 Ibid., p. 74.

13 Ibid., p. 81.