Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Afrique : l’épreuve de l’indépendance

 | 
Ben Yacine-Touré

Introduction

A mon père, cet homme de pensée,
De culture et de tradition qui
Nous a imprégnés d'un profond sentiment
De la dignité et d'une passion intransigeante
De l'Afrique.
A vous, mes Sœurs et Frères,
Lâchement emprisonnés, torturés
Et assassinés, quelque part,
Pour tuer en vous une certaine Idée
De l'Afrique. Ce témoignage d'attachement
Indéfectible à notre Cause commune : une Afrique,
Terre de foi et de solidarité, une Afrique,
Terre d'asile, de dialogue et de dignité.

Texte intégral

1Le propos de cet ouvrage est de dégager sur vingt années d’évolution politique, économique et sociale en Afrique, des faits significatifs permettant de se faire une idée plus précise sur l’avenir des peuples de ce continent. Nous voulons risquer, pour le présent de l’Afrique, un diagnostic qui éclaire les voies de l’avenir.

2La difficulté essentielle dans notre entreprise est d’ordre méthodologique. En effet, sonder l’Histoire immédiate n’est pas facile et définir un cadre conceptuel d’analyse valable et significatif pour près de 50 Etats que compte actuellement l’Afrique, ne l’est pas davantage.

3Interroger l’Histoire immédiate n’est pas aisé du fait que les événements sont trop proches de nous et que les sources permettant de les éclairer ne sont pas toujours accessibles. Certes, les témoignages concernant l’Afrique en particulier sont nombreux, mais ils restent essentiellement confidentiels car les principaux acteurs et témoins, soucieux de leurs intérêts, se montrent encore très prudents. Toutefois, la matière première, documents et statistiques permettant de conduire notre réflexion, existe.

4Par ailleurs, analyser le développement politique, économique et social des Etats africains n’est pas une tâche aisée non plus. En effet, l’Afrique ne constitue pas une seule et même entité globale et homogène et nos peuples connaissent des réalités historiques, culturelles, politiques et économiques différentes. Le concept même de développement est très controversé et, aujourd’hui encore, il fait l’objet d’un débat entre différents théoriciens qui nous proposent des définitions diverses, plus complémentaires que contradictoires du reste.

5Il nous faut cependant définir un cadre de références conceptuelles nécessaires à l’analyse. Ce schéma nous permettra d’analyser les données du développement politique, économique et social en Afrique, de dégager leurs relations et de les présenter dans un ensemble cohérent. Ce cadre de références conceptuelles sera construit à partir de trois éléments fondamentaux qui sont : les dirigeants, les structures et fonctions, et la société.

6Nous vivons, d’autre part, à une époque d’étroite interdépendance où certains éléments de l’environnement extérieur du système interviennent directement dans le développement interne. Ces facteurs externes peuvent être ramenés à cinq, à savoir : le néo-colonialisme, l’assistance technique et l’aide financière, le régionalisme et l’internationalisme.

7Parce que l’édification de l’Etat-nation se fait simultanément sur plusieurs plans – politique, économique, social et culturel – les références conceptuelles que nous proposons se situeront à plusieurs niveaux étroitement liés entre eux. Elles mettent l’accent, d’une part, sur l’interaction entre le leadership et la société à travers des structures spécifiques et, d’autre part, sur l’interdépendance du politique, de l’économique, du social et du culturel dans un processus de développement général.

8Indépendamment des différentes options idéologiques déclarées par les uns et les autres, les dirigeants africains se sont tous déclarés attachés à la transformation des structures économiques, sociales et juridiques héritées d’une longue période d’occupation coloniale. Devant les austères réalités de la situation de leur pays au sortir de la nuit coloniale, ces dirigeants ont entrevu la nécessité de transformer l’indépendance nominale par une indépendance économique et politique réelle. Confrontés à des conditions matérielles et techniques particulièrement difficiles, ils admettent la nécessité de nouvelles lignes de conduite et de nouvelles mesures.

9Leurs préoccupations dominantes restent, d’une part, la stabilité et l’efficacité des institutions et, d’autre part, le développement économique et social. Leurs politiques intérieures et extérieures obéissent à ces impératifs.

10Pour résister aux forces centrifuges des particularismes locaux ou ethniques, les dirigeants africains ont opté en faveur d’institutions assurant un pouvoir central et un gouvernement fort. Ces institutions, par ailleurs, doivent favoriser – dans des pays où règnent encore des conditions matérielles particulièrement contraignantes – la transformation rapide des conditions économiques grâce à une discipline des activités de production assurée par un gouvernement ferme et durable.

  • 1 L’année 1960 a été déclarée par les Nations Unies Année de l’Afrique. Cette année servira donc ici (...)

11A cet effet, depuis vingt ans, aux échelons national, régional et international, des mesures ont été arrêtées, des plans élaborés et des politiques appliquées. Vingt ans après l’avènement des Etats africains sur la scène internationale, c’est à l’examen de la situation et des tendances présentes ou décelables des politiques économiques, sociales et culturelles en Afrique que nous voulons consacrer cette étude. Il s’agit moins pour nous de faire dans ces différents domaines le bilan de vingt années d’indépendance que de procéder à une évaluation des principales options politiques et économiques faites en Afrique depuis vingt ans. Naturellement, cette analyse partira d’un diagnostic sur la conjoncture politique, économique et sociale du continent africain1.

12Dans la politique intérieure des Etats nous retiendrons deux grandes options : l’une porte sur les institutions qui sous-tendent la construction nationale. L’autre concerne les politiques en matière de développement économique.

13Sur le plan des relations extérieures, nous retiendrons deux facteurs :
– l’organisation de la coopération régionale africaine ;
– la politique de non-alignement dans leurs relations internationales.

14Ainsi, il y a lieu de garder présentes à l’esprit les dimensions réelles de ce travail. Il s’agit d’une réflexion et d’une synthèse à partir d’ordres de grandeur et de tendances. Nous avons voulu prendre un peu de distance et de recul vis-à-vis des événements qui secouent l’Afrique depuis vingt ans et nous hasarder à un diagnostic sur ces événements.

15Nos propositions constituent une démarche à la fois limitée et risquée ; ceci parce que, d’une part, nous éludons la confrontation entre ce qui est nécessaire à l’Afrique et ce qui est possible, et parce que, d’autre part, l’Afrique étant constituée par une mosaïque de peuples, présente des réalités différentes tant sur les plans politique, que socio-économique et culturel. De plus, il faut reconnaître que la démarche empruntée relève malgré tout de l’arbitraire, d’un arbitraire qui privilégie une certaine idée de l’Afrique. L’Afrique en tant qu’entité physique et géographique a pratiquement toujours existé, tout comme d’ailleurs l’Europe, l’Asie ou l’Amérique latine existent comme continents. Mais l’Afrique comme entité politique et économique, l’Afrique unie et indivisible à laquelle l’on se réfère constamment encore, n’a jamais réellement existé ; elle reste à faire. L’Afrique privilégiée ici est celle dont nous rêvons. Elle est utopique peut-être, mais n’est certainement pas irréalisable : sa construction demande, certes, beaucoup d’efforts et de sacrifices, mais c’est une tâche réalisable et digne d’être entreprise. Il s’agit d’une Afrique à concevoir, à bâtir et à transformer en réalité vivante dans l’intérêt présent et futur de ses différents peuples. C’est une Afrique qui, consciente de ses potentialités et de ses valeurs propres, juge la colonisation à sa juste valeur, s’engage – non seulement verbalement ou par des attitudes, mais surtout par des mesures concrètes – à tirer toutes les leçons de son passé récent et à préserver ses valeurs dans un monde où les valeurs dominantes sont pour le moins contestables.

16Dans l’analyse des problèmes africains depuis l’indépendance, une dimension importante, sinon déterminante, fait généralement défaut : celle des données historiques et culturelles de nos peuples. Une telle approche conduit ses tenants à ne pas pouvoir distinguer parmi les événements les plus significatifs, à ne pas discerner ce qui est un simple changement d’un véritable développement.

17Pourquoi se référer à l’Histoire ? Ce n’est pas à des fins politiques, pour chercher à endormir les consciences des Africains ou les détourner des réalités quotidiennes. Les raisons sont nombreuses et pertinentes. C’est d’abord parce que l’histoire des cinq cents dernières années pèse sur le présent de l’Afrique. Elle pèse sur l’Afrique comme elle pèse sur ses relations avec l’étranger. C’est aussi parce que beaucoup de problèmes, que les gouvernements africains ont rencontrés après l’indépendance, avaient leur source dans la période coloniale, voire précoloniale. Au moment de l’accession à l’indépendance, ces difficultés n’ont pas toujours été perçues par les nouveaux dirigeants – ou encore, lorsqu’ils les ont perçues, inquiets pour leur pouvoir, ils ont simplement évité de les résoudre.

  • 2 W. Arthur Lewis, Politics in West Africa, New York, Oxford University Press, 1966, p. 30-31.

18La référence au passé aide à mieux situer l’expérience africaine actuelle par rapport à d’autres expériences et à faire un diagnostic. C’est ainsi que nous savons, par exemple, que la stabilité – malgré ce que l’on veut faire croire – n’est pas le problème essentiel des Etats nouvellement indépendants d’Afrique. Les changements de régimes ne sont pas nécessairement un signe de régression de nos institutions. En se plaçant dans une perspective historique, la situation de l’Afrique sur ce plan, après vingt années d’indépendance, n’incite pas nécessairement au pessimisme. De même, le problème du pouvoir politique et celui de nos institutions doivent être considérés dans une perspective historique et ne pas se contenter d’explications du type : « amour du pouvoir personnel »2 ou encore « des politiciens brusquement portés sur la scène par une lutte émotionnelle de libération nationale ». En effet, tous les pays ont, à travers leur histoire, souffert du comportement de tels politiciens. Considérée sous cet angle, l’histoire nous enseigne en outre que le chemin conduisant vers des institutions démocratiques n’a jamais été facile à trouver. C’est une voie qui ne s’est ouverte qu’à la suite de luttes serrées opposant des tendances parfois difficilement conciliables. Ainsi, contrairement à la croyance populaire selon laquelle la démocratie se serait instituée spontanément aux Etats-Unis, Seymour Martin Lipset écrit avec justesse dans son étude sur l’histoire des institutions de ce pays :

  • 3 Seymour Martin Lipset, The First New Nation, London, Heinemann Educational Books, 1963, p. 15-16.

« Il était difficile de savoir dans quelle direction allait s’orienter le complexe et difficile rapport de forces ; et l’on pouvait même s’interroger sur les chances de survie de la nation en tant qu’entité. Il a fallu beaucoup de temps pour institutionnaliser les valeurs, les croyances et les pratiques. Et il y a eu beaucoup d’incidents révélateurs alors, de la fragilité des engagements à l’égard de la démocratie et de la nation »3.

19Sur le plan politique, la lutte pour le pouvoir et les tentatives de légitimation des pouvoirs ont primé sur toutes les autres considérations. L’instabilité institutionnelle et la longue série de coups d’Etat sont les manifestations concrètes de cette lutte qui a vu intervenir sur la scène politique africaine des dirigeants d’inégales qualités et valeurs : civils et militaires, démocrates et dictateurs, voire des buveurs de sang ; des progressistes et des conservateurs, des dirigeants corrompus et habiles, d’autres encore moins habiles et moins corrompus. Leurs nombreux discours officiels nous ont transmis leur profession de foi politique. Cette dernière correspondait rarement à l’action concrètement menée par eux et surtout à la réalité vécue dans leur pays.

20Ils ont tous à affronter des problèmes semblables, mais évoluent dans des contextes qui varient d’un pays à l’autre. Sans nier l’importance de l’action individuelle de chacun de ces acteurs dans cette phase de l’histoire de l’Afrique, nous préférons – sans doute pour éviter que « l’arbre ne nous cache la forêt » des problèmes dans toute sa complexité – faire abstraction des individualités.

21Considérés objectivement, les personnages ont une importance relative dans l’ensemble des problèmes. Ici, cette importance aurait pesé bien davantage si, dans cette phase de l’histoire africaine, nous avions rencontré parmi ces dirigeants des hommes comme Mao, George Washington, Tito, Lénine ou Thomas Jefferson, qui sont entrés dans l’histoire en luttant pour des principes tels que la démocratie, l’indépendance nationale, la liberté ou la lutte des classes...

22Une autre raison pour ne pas braquer les feux de la rampe sur les politiciens africains : la capacité ou le succès dans le gouvernement des peuples n’est l’apanage d’aucune élite particulière. Chaque pays, chaque époque, voire chaque parti, connaît ses dictateurs et ses corrompus. L’Afrique n’en a pas le monopole. C’est pourquoi nous sommes indignés, mais non surpris, de voir à côté d’un dirigeant africain comme Félix Houphouet-Boigny – sans doute l’un des meilleurs hommes d’Etat de ce siècle – évoluer des aventuriers de la politique comme Macias Nguéma, Bokassa ou Amin Dada, pour ne citer que ceux-là.

23Les options offertes à ces hommes, celles choisies par eux et les résultats concrets obtenus depuis vingt ans, sont pour nous autrement plus significatifs que les actes insensés perpétrés par quelques dirigeants africains paniqués, affolés par les responsabilités de l’exercice du pouvoir. C’est pourquoi, dans l’analyse de la situation générale de l’Afrique depuis l’indépendance, nous commencerons par examiner les prémisses qui sous-tendent les idées et les actions qui ont prévalu sur ce continent d’abord sur le plan économique, ensuite sur les plans politique et institutionnel.

24C’est le lieu pour nous de nous acquitter d’une importante tâche vis-à-vis des Africains et des hommes de bonne volonté qui ont suivi avec intérêt, de près ou de loin, les événements et l’évolution de notre continent depuis l’indépendance. Nous pensons ici à tous ceux chez qui l’indépendance a suscité tant d’espoirs aujourd’hui déçus. Qu’ils veuillent bien nous pardonner les termes relativement modérés empruntés ici pour analyser la situation en Afrique. Ils peuvent estimer, à juste titre, que ce n’est pas en des termes aussi mesurés qu’il convient de traiter des problèmes d’un continent aussi riche que l’Afrique, aujourd’hui menacé par la famine, nourri par l’Assistance publique internationale et parcouru par des millions de réfugiés. Ils ont raison de s’indigner devant la survivance, après l’indépendance, de régimes plus répressifs que le système colonial, qui dénient aux peuples africains le droit et la possibilité de questionner – régimes imposés par des groupuscules civils ou militaires sous la protection des puissances financières et politiques étrangères et qui passent le plus clair de leur temps à convaincre les populations africaines de leur droit de gouverner et de l’obligation pour ces dernières à obéir. Ces régimes de circonstance ont relégué les nobles espérances comme la démocratie et le socialisme au rang d’instruments de mystification, d’information fallacieuse et de pressions psychologiques, utilisés contre nos populations pour protéger les intérêts de quelques aventuriers de la politique en Afrique.

25Non, assurément, on ne compose pas avec les bourreaux de son peuple ; on ne compose pas avec ceux qui ont choisi l’arbitraire, la contrainte, l’incarcération et l’élimination des opposants pour gouverner. Tout cela est vrai. Cependant, force est pour nous d’élever le débat au niveau des vrais problèmes. C’est-à-dire de donner aux problèmes politiques des solutions politiques. Pour ce faire, nous devons pouvoir surmonter le désespoir que le comportement de certains dirigeants africains suscite parfois en nous. Car la vocation des élites politiques est d’opérer les changements dans nos sociétés. C’est pourquoi il nous faut non seulement pouvoir poser les problèmes dans toute leur complexité et leur étendue, mais également savoir nous adapter à une nouvelle attitude d’esprit dans l’examen de nos problèmes et l’interprétation des lois qui régissent le monde. Dès lors, nous nous rendons compte du fait que l’avenir de l’Afrique, s’il reste en grande partie conditionné par le passé, n’est pas pour autant déterminé par ce dernier ni par une quelconque fatalité historique. A partir du moment où les problèmes sont correctement posés, nous voyons que, malgré la tourmente de ces vingt années d’incertitudes pour l’Afrique, la catastrophe n’est pas inéluctable ; la situation nous impose d’affronter la réalité dans son extrême complexité. A force d’intelligence, de ténacité, de courage, d’imagination et de générosité, nous devons parvenir graduellement à contrôler, maîtriser la situation et conjurer la montée des périls.

Notes

1 L’année 1960 a été déclarée par les Nations Unies Année de l’Afrique. Cette année servira donc ici de point de référence et de départ de la période plus communément appelée « Période de l’indépendance ».

2 W. Arthur Lewis, Politics in West Africa, New York, Oxford University Press, 1966, p. 30-31.

3 Seymour Martin Lipset, The First New Nation, London, Heinemann Educational Books, 1963, p. 15-16.