Version classiqueVersion mobile

L’Europe communautaire dans la négociation Nord-Sud

 | 
Anne-Marie Mureau

Préface

Edgard Pisani

Texte intégral

1Conférences, réunions et sommets ont scandé depuis une dizaine d’années le déroulement du difficile dialogue Nord-Sud et il est devenu banal de réaffirmer que la négociation globale marque le pas. Pour cette raison, entreprendre de dresser le bilan de la participation de la CEE au dialogue Nord-Sud n’est pas tâche facile. Cependant, dans ce dialogue, les ambitions et les responsabilités de la CEE sont grandes ; il importait de les montrer et de tracer d’utiles perspectives : c’est le mérite de ce livre de l’avoir tenté.

2Les objectifs des années 70 avaient mis au premier plan les revendications économiques dans un monde où la décolonisation était presque achevée. Mais, depuis la 6e session extraordinaire de l’Assemblée Générale des Nations-Unies en 1974 sur l’instauration d’un Nouvel Ordre Economique International, le chemin parcouru peut paraître un peu court. Maintien de la pauvreté, accroissement considérable de la dette des PVD, dans le contexte d’une accentuation du déséquilibre de l’économie mondiale : voilà qui ressemble à un constat d’échec global. Les pays industrialisés s’étant frileusement repliés sur eux-mêmes après l’impact des deux « chocs pétroliers », les grandes rencontres comme Cancun ou les négociations dans le cadre plus institutionnel de la CNUCED témoignent de l’impasse où s’est trouvé engagé le dialogue Nord-Sud. Il est paradoxal de constater la crise de l’AID, alors que l’interdépendance des économies mondiales a été maintes fois réaffirmée et que les économistes de l’OCDE ont montré qu’il importait de remédier à la fragilité du Sud dans l’intérêt même des économies du Nord…

3Mais, tant pour des raisons historiques qu’à cause de sa nature même, la CEE a des responsabilités particulières sur le plan du dialogue Nord-Sud. Participer aux négociations multilatérales, y proposer puis mener un grand dessein politique, c’est aussi pour elle un moyen de s’affirmer sur la scène internationale. Or une entité qui n’est ni un Etat, ni une organisation internationale classique, peut-elle être le creuset d’un renouveau des relations économiques internationales ? On peut certes évoquer les problèmes posés par la participation de la Communauté aux débats menés dans les enceintes internationales : d’abord son statut encore parfois contesté par certains États tiers, mais aussi la possibilité pour elle de s’exprimer d’une seule voix par-delà les divergences entre Etats membres. La dernière réunion de la CNUCED à Belgrade n’a peut-être pas été à la hauteur des espérances mises dans la stratégie communautaire mais certaines positions de la Commission peuvent encore faire leur chemin.

4L’une d’entre elles concerne une question dont l’impact politique est considérable et qui est l’un des enjeux les plus importants de la négociation Nord-Sud. En effet, les produits de base sont l’un des éléments principaux des relations commerciales Nord-Sud, et les Etats membres de la Communauté balancent entre deux attitudes : celle qui respecte les lois du marché et qui se contente d’intervenir a posteriori pour stabiliser les recettes d’exportation, et celle qui implique une régulation dans le cadre des grands accords internationaux par produit. Cette divergence explique les ambiguïtés qui surgissent parfois lors de la participation conjointe de la Communauté et des États membres aux négociations sur les accords internationaux.

5Mais le résultat importe plus que les étapes : il faut répéter que la CEE, sur la base d’une position commune, joue un rôle actif et est partie prenante avec ses États membres dans la plupart des grands accords de produits.

6Ces accords ne sauraient à eux seuls remédier aux conséquences pour les PMA du désordre économique mondial et particulièrement aux effets désastreux des fluctuations des cours des produits de base sur les recettes d’exportations de ces pays. A cet égard, le système du STABEX peut servir de référence comme instrument complémentaire aux accords : son action étant plus spécifique et mieux adaptée aux PMA que la facilité de financement compensatoire du FMI, la Communauté, dans le cadre de la Convention qui la lie aux États ACP, a voulu en faire à la fois un moyen exemplaire de coopération et une possibilité d’amélioration des structures de production.

7En ce qui concerne une autre question brûlante, l’endettement des PVD, la position de la CEE rejoint celle des pays industrialisés quant à la nécessité de renforcer la coopération entre le FMI et la BIRD, et de développer une stratégie de façon flexible, cas par cas, afin d’établir un lien entre financement et ajustement structurel qui soit adapté aux problèmes réels des PVD.

8Il faut aussi se souvenir que le problème de la dette ne peut se résumer à un problème de technique financière et qu’il nécessite des solutions touchant à la fois les pays débiteurs et l’environnement international, notamment en ce qui concerne les taux d’intérêt américains.

9Pour sa part, la CEE, qui a des liens privilégiés avec des pays qui comptent parmi les plus pauvres et dont par conséquent l’endettement est faible, a montré sa préoccupation de ne pas peser sur celui-ci en intervenant essentiellement sous forme de subventions.

10Redisons-le : par-delà une constatation globale de l’état du dialogue Nord-Sud qui risque d’être pessimiste, la Communauté a donné l’exemple d’un système efficace de coopération multilatérale dans un cadre régional précis. Certes, Lomé dont la 3e Convention est en cours de renégociation n’est pas tout le dialogue Nord-Sud, mais son existence montre que la CEE sait forger des cadres nouveaux pour une action originale. Ce contrat librement négocié et instaurant des relations durables dans le respect des diversités est un bel exemple de la solidarité de l’Europe et du Sud dans le refus de la logique des grandes puissances. C’est à partir de réalités tangibles de cette nature que l’on fera progresser la négociation Nord-Sud.

11L’ouvrage d’Anne-Marie Mureau est une source de références précieuse pour tous ceux qui souhaitent tirer des enseignements des occasions manquées dans le dialogue Nord-Sud : puissent-ils les utiliser avec profit !

Auteur

Membre de la Commission des Communautés Européennes chargé des problèmes de développement

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search