Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés asiatiques : mutations et continuité

 | 
Jean-François Billeter
, 
Gilbert Etienne
, 
Jean-Luc Maurer

Chapitre IV. Essai de synthèse

Gilbert Etienne, Jean-François Billeter et Jean-Luc Maurer

Texte intégral

1Essayons de tirer quelques similitudes et différences majeures des trois tableaux présentés ci-dessus. A eux seuls, ces pays constituent 1.9 milliard d’habitants, soit près des deux cinquièmes de la planète et dans les deux tiers de cet ensemble disparate appelé tiers monde.

2A peu près au même moment, l’Inde (1947) puis l’Indonésie (1945-49) et la Chine (1949) se sont lancées dans un ample processus de modernisation, de modifications des structures politiques, de développement économique et social. Or, il est évident que chacune des voies choisies ne pouvait escamoter tout le passé.

Le poids du passé

3Premier trait saillant : les vieilles civilisations de l’Inde et de l’Indonésie ne se brisent pas au contact des idéologies contemporaines, des nouvelles techniques, des nouvelles formes d’organisation de la société. Malgré des changements plus ou moins profonds on ne saurait parler de rupture brutale. La dichotomie tradition - modernité ou progrès, l’a priori selon lequel le développement est inconcevable sans refonte des mentalités, des systèmes sociaux ne résiste pas à l’examen des faits. Dans le cas de la Chine, les assauts livrés contre la tradition ont eu des effets beaucoup plus destructeurs. Là où elles se maintiennent, les attitudes traditionnelles se manifestent souvent de manière indirecte.

4A leurs manières respectives, les Chinois, les Indiens, les Indonésiens démontrent la futilité de cette longue chaîne d’idées reçues qui, du siècle des lumières, aboutit à Gunnar Myrdal et à combien d’autres esprits éminents en passant par Marx et Max Weber. La partie qui se déroule sous nos yeux consiste en un jeu subtil d’influences extérieures, de contre-influences internes, de combinaisons aux milles formes entre l’ancien et le moderne.

5Les modes de pensée, les mœurs, les habitudes alimentaires ne sont certes pas statiques – l’ont-ils jamais été ? – mais les changements en cours aboutissent rarement à la simple copie conforme du modèle occidental.

  • 1 Nous n’oublions pas les différences régionales très sensibles au sein des Chinois Han, ni les minor (...)

6Au-delà de ces remarques générales, des nuances, des différences apparaissent entre les trois pays. La civilisation chinoise, malgré des influences extérieures souvent importantes – la marque du Bouddhisme, les nombreuses invasions venues de haute Asie – constitue un ensemble relativement homogène sur le plan culturel1, doté de structures unitaires incarnées dans cette extraordinaire continuité impériale qui se déroule, malgré de sérieuses ruptures, de 221 avant J.C. à 1911. Les formidables capacités d’encadrement de la bureaucratie, l’unité de la langue écrite donnent à la Chine une place particulière dans le concert des pays asiatiques.

7Le paysannat chinois, ses techniques traditionnelles, ses aptitudes agricoles, présentent aussi un ensemble beaucoup moins hétérogène que le paysannat indien ou indonésien.

8Le monde indien s’est trouvé plus marqué par les influences extérieures, même s’il a su assimiler et indianiser celles-ci. Politiquement parlant, il n’a connu que de rares périodes d’unification. Il se compose de multiples langues, religions et ethnies, de puissants particularismes locaux notamment dans l’Inde dravidienne. Il faudra attendre l’ère britannique pour voir le sous-continent unifié dans sa totalité et, comme on le sait, l’héritage britannique s’est fractionné en deux puis trois Etats : Inde et Pakistan (1947), Bangladesh (1971).

9L’Union indienne d’aujourd’hui présente néanmoins des traits d’homogénéité dont l’importance est parfois négligée et va à L’encontre des forces centrifuges auxquelles il a été fait allusion : le vieux fond de culture hindoue, qui prévaut d’est en ouest et de l’Himalaya au Cap Comorin, les conceptions du pouvoir politique, des structures administratives dont le poids tend à être sous-estimé parce qu’elles sont moins connues que celles de la Chine. Celles-ci se déroulaient dans le cadre d’Etats comparables par leur taille aux grands Etats européens.

10La civilisation indonésienne donne, par rapport aux deux autres, l’impression d’une cohésion sensiblement moins forte. Différentes strates se surimposent les unes par rapport aux autres. Le fond local n’est certes pas négligeable, mais il n’a pas sécrété de grande civilisation aux structures très élaborées dans ses techniques d’encadrement des hommes et d’organisation de l’espace, selon la formule chère à Pierre Gourou, ni de système de pensée comparable à celui des traditions indiennes ou chinoises.

11Après les vagues de l’Hindouisme et du Bouddhisme qui se traduisent par la création d’importants royaumes avec leurs structures religieuses, politiques, économiques et sociales, survient, à partir du xve siècle et, dans une large mesure par le relais des Musulmans indiens, l’Islam.

12Les Indonésiens, principalement Javanais, Sumatranais et Balinais n’ont pas simplement subi les cultures extérieures, comme le montrent avec éclat le stupa de Boroboudour et les temples de Prambanan ou comme le révèlent également la vie politique et culturelle très riche des grands royaumes. La civilisation indonésienne repose sur de nombreux emprunts mais ces derniers ont été réinterprétés et fécondés par le génie propre des différents peuples de l’archipel qui les a ainsi souvent bonifiés.

13L’impact des puissances coloniales sur ces parties de l’Asie est loin d’avoir été identique. La Chine n’a jamais perdu son indépendance formelle. En dehors de la Mandchourie qui a connu une brève phase de véritable colonisation sous les Japonais, le reste du pays n’a guère été touché de plein fouet, sauf quelques villes soumises au régime des concessions. Par leur évolution socio-culturelle et économique, celles-ci présentent des points communs avec les grandes métropoles de Bombay et Calcutta.

  • 2 Ecoles et universités ne se limitent pas aux quartiers des concessions. Voir, entre autres, le rôle (...)
  • 3 Ces pertes ne seront que très incomplètement compensées par les Chinois qui reviennent de l’étrange (...)

14Le poids de la culture occidentale, malgré l’influence des écoles et des universités stimulées ou créées par les Européens et les Américains, s’est limité à l’intelligentsia d’une poignée de grandes villes et de cités moyennes dans l’intérieur2. De plus, une partie de l’intelligentsia moderne quittera la terre ferme pour l’île de Taïwan, Hongkong et les Etats-Unis pendant la guerre mondiale et au moment de la débâcle du Kuomintang3.

15Les élites du parti communiste, quant à elles, comportent des hommes formés à l’occidentale et à l’étranger, mais les figures de proue n’ont souvent qu’une connaissance limitée du monde extérieur. Mao Zedong et une partie de ses lieutenants ont été fortement imprégnés de culture traditionnelle, dans leur jeunesse, au cours des dernières années de l’Empire. Par la suite s’est produite, non sans sérieuses adaptations, la greffe du Marxisme-Léninisme. Ces facteurs expliquent pourquoi, comme nous le confiait un jour Jacques Guillermaz, dans leur maintien, leurs attitudes, certains des leaders communistes avaient un côté plus « vieille Chine » que tels représentants du Kuomintang, américanisés tout au moins en surface.

16En Inde, les traces laissées par la colonisation britannique sont aussi évidentes que multiples. En 1947, le sous-continent est doté d’élites modernes, qui, par rapport à l’ensemble de la population, semblent dérisoires, mais constituent en chiffres absolus des effectifs substantiels. Les Indiens occupent la majorité des postes dans l’Indian Civil Service. De grandes dynasties industrielles et commerciales gèrent une partie importante du secteur moderne ; créées à partir de 1857, les universités ont formé de nombreux cadres : avocats, médecins, professeurs, économistes, ethnologues, chercheurs dans les sciences exactes.

17Si quelques-uns de ces cadres sont anglicisés à l’extrême, la plupart combinaient en 1947 – ce qui n’a pas profondément changé aujourd’hui – de nombreux traits de leur civilisation à ceux venus d’Occident.

18Non moins importantes étaient les institutions politiques mises en place progressivement depuis la fin du xixe siècle. Elles aboutissaient à l’India Act de 1935 et au début de la vie parlementaire dans les provinces sur la base d’élections (1937) au système censitaire.

19Ainsi ont pu se combiner beaucoup mieux qu’en Chine l’attachement à une partie substantielle des valeurs traditionnelles et l’adoption, l’assimilation d’éléments extérieurs dans le système politique, l’éducation, l’économie.

20La colonisation hollandaise offre peu de points communs avec celle des Britanniques. La compagnie des Indes néerlandaises s’installe à Batavia en 1619. Elle attendra trois siècles avant d’y ouvrir la première université de son empire. Les importants réseaux économiques, commerciaux, bancaires, les rares industries – beaucoup moins développées qu’en Inde ou en Chine – les compagnies maritimes si importantes pour un archipel... pratiquement tout ce qui est moderne se trouve en mains hollandaises, ou, aux niveaux intermédiaires, dans celles des Chinois. Dans la fonction publique, dans les professions libérales, les cadres supérieurs indigènes sont très peu nombreux.

  • 4 Les leaders nationalistes prient Mountbatten de devenir le premier gouverneur général de l’Inde. En (...)

21Lorsqu’on ajoute à ces faits les conséquences désastreuses de la grande crise des années 30 sur une économie essentiellement extravertie, ainsi que le lourd tribut payé à l’occupant japonais pendant la deuxième guerre mondiale, on comprend aisément pourquoi les bases du nouvel Etat étaient si fragiles en 1945. De plus, circonstances aggravantes, alors que Lord Louis Mountbatten4, assume « the transfer of power » avec un brio extraordinaire, le divorce entre La Haye et Jakarta se fait dans l’aigreur, après quatre années d’un conflit armé à rebondissements fort coûteux pour la jeune république qui n’obtient son indépendance réelle qu’en 1949. Les tensions entre les deux pays allaient d’ailleurs se poursuivre jusqu’en 1957, date à laquelle l’Indonésie nationalisera l’ensemble des énormes avoirs économiques que les Hollandais avaient conservés dans l’archipel. Conséquence partielle de tout ceci, la culture hollandaise s’efface devant l’influence croissante des USA qui vont former la majeure partie des futurs nouveaux cadres.

Les systèmes politiques

22Aussi bien l’Inde que la Chine représentent des cas assez peu typiques dans le concert des nations du tiers monde, la première par son système de démocratie parlementaire se déroulant dans un climat de très large liberté d’expression, la seconde par son option marxiste-léniniste passablement sinisée. De son côté, l’Indonésie s’inscrit dans un schéma plus répandu avec ses contours flous aux teintes d’ailleurs changeantes, d’autoritarisme plus ou moins souple, d’élections orientées, sans être truquées de manière pure et simple ! Continuité et mutations ont beau se manifester dans les trois pays, des différences très sensibles sautent aux yeux.

23La Chine a connu les plus grands changements dans les conditions qui découlent d’une révolution de cette envergure. La puissance d’encadrement et d’endoctrinement du régime a porté de rudes coups à une société chancelante.

24Jusqu’à ces dernières années, il était difficile de mesurer avec précision l’impact réel, la profondeur des changements, en particulier au sujet des mentalités, des mœurs et des habitudes. Des bribes d’information dans la presse, les observations de certains étrangers faisaient supposer que les bouleversements avaient pu être moins radicaux que ne l’affirmaient le propagande du régime et les écrits de voyageurs peu perspicaces.

  • 5 Le phénomène est général dans le monde y compris en Occident. En Chine la Révolution culturelle lui (...)
  • 6 Voir notamment, L. Pye, The Dynamics of Chinese Politics, Cambridge Mass. Gun and Hain, 1981.

25La situation est aujourd’hui plus claire. A côté de nombreuses modifications dans la vie économique et de l’inquiétant recul de la culture générale des nouvelles élites, avec ici et là d’heureuses exceptions5, la famille, maints aspects du comportement privé et public, les modes de fonctionnement de l’appareil bureaucratique n’ont pas connu de transformations radicales. Sans beaucoup gratter la couche de vernis moderne, malgré tout on retrouve la vieille Chine6.

26Dans les campagnes, les traditions familiales (mariages, culte des ancêtres notamment) se révèlent beaucoup plus vivaces qu’on aurait pu le croire.

  • 7 C. Aubert, « Agriculture : la voie chinoise reste à trouver » no sur la Chine, Tiers Monde, 86. Avr (...)

27Les paysan, après avoir subi bon gré mal gré les phases plus ou moins tumultueuses de la collectivisation, voit ses droits et ses aspirations enfin reconnus dans le nouveau système où la terre est exploitée sur une base familiale et qui permet au commerce privé de prospérer avec éclat. Comme l’écrit Claude Aubert7, c’est « la manifestation de la vitalité d’une société civile aux structures propres que les structures imposées, directement ou indirectement, par l’Etat, n’ont jamais pu vraiment remplacer ».

28Sur d’autres plans, les éléments extérieurs, – des méthodes et conceptions importées de l’Union Soviétique lors de la mise en place du nouveau régime et, en particulier de la planification économique – se sont incrustés dans de nombreux secteurs du gouvernement et de l’économie. Ils sont aujourd’hui de plus en plus mis en question et modifiés.

  • 8 Il serait fascinant de cerner en profondeur les effets respectifs des greffes soviétiques en Chine (...)

29En Inde, les transformations du système politique survenues après l’indépendance s’inscrivent dans la ligne amorcée depuis la fin du xixe siècle. Si la démocratie parlementaire constitue une innovation spectaculaire dans la longue histoire de ce pays, ses effets sur la vie des hommes vont évidemment moins loin qu’un système socialiste soutenu par un parti communiste omniprésent8.

30En optant pour des structures fédérales, l’Inde cherchait la voie moyenne susceptible de renforcer l’unité nationale, tout en tenant compte de la diversité du pays, de son histoire. Ce choix a conduit à une situation qui exige aujourd’hui de nouvelles modifications destinées à satisfaire les revendications des Etats.

31L’appareil législatif, les nombreuses interventions directes et indirectes de l’Etat central et des pouvoirs provinciaux dans l’économie, l’expansion considérable des écoles et des universités, les nouvelles techniques agricoles affectent à maints égards la vie et les mentalités des Indiens, mais on ne décèle pas de véritable rupture comme nous en avons donné des exemples.

32L’Indonésie, fort mal préparée à l’indépendance politique et économique par les Hollandais, a rencontré des difficultés considérables pour consolider son unité nationale et entreprendre sa modernisation. Son évolution est devenue plus cohérente depuis la chute de Sukarno en 1965, et a été facilitée, dès cette date, par l’entrée en scène des nouvelles élites formées dans l’intervalle.

33Malgré les quelques innovations introduites, depuis l’arrivée au pouvoir de l’équipe militaro-technocrate de Suharto, les éléments de continuité restent dominants : le poids de la bureaucratie, le paternalisme et le clientélisme, l’importance des Javanais dans le gouvernement, l’armée et l’administration, la corruption. Derrière les attitudes et réflexes issus de la modernité, les coutumes (adat), les marques de respect (izat) ont survécu à la colonisation et se lisent en filigrane même dans les couches occidentalisées de la société.

34La classe des entrepreneurs n’émerge que fort lentement, conséquence d’un départ voisin de zéro en 1949. Il serait intéressant d’en approfondir les raisons : affaiblissement considérable des grands marchands autochtones pendant la colonisation et accaparement concomitant du pouvoir commercial et financier par la minorité ethnique chinoise, sont certainement déterminants, mais d’autres facteurs ont également dû jouer un rôle.

35Au niveau rural, la situation observée n’est pas très différente de celle de l’Inde. Les structures de la société traditionnelle, les valeurs spirituelles et culturelles se sont peu modifiées, ce qui n’a pas empêché les paysans d’améliorer leur production en recourant à de nouveaux facteurs techniques.

La scène économique

36Dans les années 1950-1960, le choix des régimes politiques et ses effets sur l’économie constituaient un thème de prédilection dans les débats sur le tiers monde. Il est opportun de le reprendre avec le minimum de recul qui permet de juger sur pièces et non plus par des a priori.

37Même si nous disposons de données relativement abondantes, les comparaisons demeurent fragiles, car l’information sur la Chine reste, malgré des progrès sensibles, beaucoup plus limitée qu’à propos de l’Inde ou de l’Indonésie.

38Le problème le plus délicat tient aux niveaux de vie, aux aspirations à une plus grande justice sociale, objectif commun à ces trois pays et à bien d’autres. On ne peut imputer a priori les insuffisances qui subsistent au poids des traditions. Ceux qui parlent d’échec du développement en citant ces larges pans de la société, toujours exposés à une très grande pauvreté, manquent de discernement. Quels que soient les régimes politiques, face à l’extrême complexité des tâches, il eût été, de toute manière, impossible de résorber les foyers de misère en trois décennies seulement.

39Une évaluation comparative, si elle ne se contente pas de formules simplistes (La Chine a vaincu la famine mais ignore la liberté, l’Inde jouit de la liberté dans la misère) rencontre d’autres obstacles. Comment pondérer les très nombreuses victimes du Grand Bond en avant et de la Révolution culturelle par exemple avec la situation misérable de certaines couches de la population indienne ?

40Il semble néanmoins possible de souligner les points suivants : en Chine, la réduction des disparités de niveau de vie a été beaucoup plus poussée de manière délibérée que dans nos deux autres pays. Ces progrès se situent au sein de la plupart des villages et dans les villes. En revanche, tout comme en Inde et en Indonésie, on distingue des régions rurales plus avancées que d’autres. Il existe de très sensibles disparités entre les zones, phénomène ancien qui s’est beaucoup accentué dans les trois pays pour des raisons pratiquement inévitables, en dépit des choix idéologiques. Les régions en retard dans le passé affrontent des handicaps supérieurs à ceux des districts qui bougeaient déjà depuis la fin du xixe siècle. Deuxièmement, il est normal d’investir plus dans les régions fertiles, dotées d’un beau potentiel, car c’est le seul moyen d’assurer les surplus agricoles nécessaires au pays pris dans son ensemble et de réduire les importations de grain. En revanche, si l’on voulait pousser l’égalitarisme à l’absurde, ce que les Chinois se sont gardés de faire, même dans les périodes de haute tension idéologique, les régions ingrates, (sols pauvres, manque de pluie et de possibilités d’irrigation) auraient certes connu plus de progrès, mais celui-ci n’aurait pu, de par sa faiblesse, renforcer l’économie nationale, dégager assez de grain pour alimenter les villes. La dépendance céréalière de l’étranger aurait pris des proportions guère compatibles avec les conditions générales de l’économie et le respect de la souveraineté nationale.

41D’autres problèmes communs sont non moins évidents : la combinaison de l’ancien et du nouveau dans les techniques agricoles, les petites unités et ateliers de fabrication face aux grandes usines.

42Dans les campagnes, ce qu’on peut appeler le processus global de développement rural soit la hausse de la production agricole de base, le rôle accru des activités secondaires agricoles, l’essor du commerce, des petites industries et de l’électricité (surtout en Chine et en Inde pour ces deux dernières), les progrès des transports représentent les clés du succès dans les régions avancées : les revenus augmentent et le marché du travail s’élargit.

43Dans le domaine de l’éducation, Chine, Inde et Indonésie cherchent à développer et améliorer les trois degrés primaire, secondaire, et universitaire.

44Si l’Inde et l’Indonésie n’ont pas connu les ravages de la Révolution culturelle, leurs systèmes d’éducation suscitent néanmoins l’inquiétude. Le poids des élèves et des étudiants, le niveau incertain des enseignants constituent autant de points sombres. Cinq cadres mal formés ne font pas le travail d’un cadre compétent !

45Reste finalement le facteur démographique, les coûts sociaux d’une population très jeune, le manque d’espace agricole, sauf dans certaines îles indonésiennes. Les trois pays se sont lancés dans des programmes de prévention des naissances affrontant des difficultés d’ordre à la fois traditionnel et pratique. Après de fortes oscillations dans leur politique entre 1957 et 1978, les autorités chinoises ont décidé d’imposer la mesure draconienne de l’enfant unique, assortie de divers avantages matériels. Ces instructions sont appliquées avec sévérité dans les villes. Dans les campagnes, le respect de la règle se révèle plus difficile à assurer. Le désir d’avoir un fils reste particulièrement tenace, ce qui explique la montée des infanticides dont sont victimes les petites filles. Ici et là, une deuxième naissance est tolérée.

46Ailleurs, le couple qui continue à avoir des enfants est frappé d’amendes. A côté de ces facteurs traditionnels, interviennent les tâches pratiques, la diffusion des techniques contraceptives dans les villages et bien d’autres contingences.

47En Inde, après avoir forcé la dose durant l’Etat d’urgence, les autorités sont revenues à des pratiques moins contraignantes. Quant à l’Indonésie, son programme avance avec modération sans susciter trop de difficultés.

  • 9 En Inde, en Indonésie, la propagande recommande de plus en plus de se limiter à deux enfants. Les a (...)

48D’une manière générale, les facteurs d’ordre traditionnel ne constituent point un obstacle par trop élevé en matière de limitation des naissances aussi longtemps que les couples peuvent avoir au moins un fils9 et c’est là où la politique chinoise paraît osée. Quant aux questions contingentes, elles sont particulièrement délicates en Chine et en Inde, du fait de la taille de chaque territoire, du relatif isolement de nombreux villages. A Java, les dimension réduites de l’île pourraient permettre des efforts accrus avec des résultats plus aisés à atteindre.

Regard sur l’avenir

49Chacune dans son genre, les jeunesses de Chine, d’Inde et d’Indonésie donnent des signes de frustration, d’impatience ou de pessimisme quant au présent et à l’avenir. Au sein des générations plus âgées des attitudes assez semblables se font jour ou cèdent à la résignation. En même temps, les masses et les élites se montrent de moins en moins disposées à accepter n’importe quel ordre du gouvernement.

  • 10 Motif célèbre de la sculpture hindoue.

50Grâce à leur système politique, les Indiens sont en mesure de s’exprimer sans entraves majeures, comme l’ont confirmé les élections spectaculaires de 1977 et 1980. Si les discussions et les polémiques sur l’avenir expriment passablement d’inquiétude, rares sont les Indiens qui mettent en question de manière fondamentale leur système politique. La formule du parti unique bardé d’une idéologie fortement structurée et très contraignante paraît mal concevable. Comme le remarquait récemment un industriel indien : « Notre culture est compliquée et paradoxale, regardez notre Shiva dansant10 qui tient en équilibre sur un pied, l’autre jambe levée et les quatre bras déployés avec leurs attributs dans tous les sens ». Quant à l’hypothèse si fréquemment réalisée dans le tiers monde d’un régime militaire, elle paraît, elle aussi, peu vraisemblable à moins d’événements imprévisibles à ce stade. En effet, l’armée indienne est restée fidèle à son héritage se tenant à l’écart des luttes politiques.

51En ce qui concerne la politique économique et sociale, l’expérience accumulée depuis trente ans et la liberté des débats pourraient permettre, non pas des changements dramatiques, mais des améliorations sensibles de l’appareil de production, en particulier grâce à l’allègement des contrôles bureaucratiques dont les effets économiques et sociaux ne seraient pas négligeables : plus grande efficacité, réduction sensible de la corruption qui bourgeonne et fleurit sur la paperasse.

52Malgré ses caractéristiques plus autoritaires, le régime politique indonésien sait qu’il ne doit pas laisser le mécontentement des élites et des masses dépasser certaines limites. Jusqu’à maintenant le gouvernement a montré assez de souplesse pour éviter le point de rupture grâce au progrès économique et social survenu depuis la chute du président Sukarno. Toutefois l’émergence très nette des classes moyennes pourrait l’amener à devoir aller plus loin. Si des voix s’élèvent en faveur d’une plus grande démocratisation, il est difficile d’appréhender jusqu’où vont leurs aspirations. Dans cette perspective, trois questions importantes se posent : la répartition du pouvoir entre les Javanais et les autres groupes ethniques majeurs, la relève de la classe politique actuelle et principalement du président Suharto, en place depuis 1966, enfin, le rôle futur de l’Islam. A vues humaines, des bouleversements sont toutefois peu probables.

53Le cas de la Chine est plus complexe. Ses leaders mesurent la profonde usure idéologique qui prévaut dans les masses et au sein du parti. En marche depuis les graves déboires du Bond en avant (1958-60), ce phénomène s’est accéléré durant la Révolution Culturelle et ses séquelles (1966-1976). Le Marxisme-Léninisme maoïzé était destiné à remplacer le traditionnel « système de pensée unique » (J. Guillermaz) et à servir de base à la vie sociale politique, économique et culturelle, seuls quelques vestiges de l’ancienne civilisation étant tolérés. Comme ces changements si profonds – et inconnus dans les deux autres pays – n’ont pas donné les résultats escomptés, les autorités chinoises se trouvent plongées dans un singulier embarras ; revitaliser l’esprit révolutionnaire au nom de « la nouvelle civilisation socialiste » demeure pour le moment un objectif assez flou ouvert au scepticisme. Trouver une autre voie, faite d’emprunts à la vieille Chine, au socialisme chinois et, sur certains points, à l’Occident et au Japon, est plus facile à concevoir qu’à mettre en pratique.

54Comment apprécier les forces contraires en présence ? Des changements sensibles sont apparus depuis que Deng Xiaoping domine la scène politique. Les discussions sur de nombreux sujets ont perdu les tonalités dogmatiques chères aux Maoïstes impénitents. Des divergences de vues peuvent se manifester dans des limites variables selon l’acuité politique de la question. La consigne de « rechercher la vérité dans les faits » représente plus qu’un simple slogan. La politique industrielle s’efforce d’améliorer l’efficacité des entreprises. Les très amples renouvellements de cadres supérieurs et de hauts responsables politiques à Pékin et en province contribuent à renforcer la ligne de Deng Xiaoping. La campagne d’assainissement au sein du P.C. va dans le même sens.

55Ces orientations et ces mesures permettront-elles de faire sauter les obstacles qui demeurent : le poids du système hérité des Soviétiques, l’énorme appareil d’une parti dont tant de membres n’ont pas intérêt à ce que « ça change » ?

56En 1984, les dirigeants ont mis en marche un nouveau train de réformes concernant le monde urbain et industriel. L’ampleur de celles-ci ne reste pas très loin derrière les mutations en cours du monde rural. Même si la partie s’annonce plus compliquée à gagner que dans les campagnes, elle témoigne d’une remarquable volonté à sortir des ornières.

57Un diplomate américain, sinologue averti, nous tenait les propos suivants : « les Soviétiques et les Russes avant eux n’ont jamais réussi à combiner un régime politique autoritaire et un système économique relativement libéré du carcan bureaucratique. Pourtant, certaines parties de l’Extrême Orient y sont bel et bien parvenues : le Japon dans la première phase de modernisation jusqu’en 1945, la Corée du Sud, la province de Taïwan et Singapore aujourd’hui. Pourquoi les dirigeants de Pékin ne parviendraient-ils pas à faire de même ? » Répondre à cette question dépasse le cadre de cet ouvrage mais, quelles que soient les variables à introduire, celle-ci mérite d’être posée.

58Pourrait-on aller plus loin et envisager pour la Chine une évolution à la japonaise, vers la démocratie parlementaire ? Les sceptiques n’ont pas manqué au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Or, au Japon la greffe a pris et tenu. Bornons-nous à constater que même l’esquisse de prévisions se révèle beaucoup plus malaisée que dans les cas indien et indonésien.

  • 11 Il faudrait distinguer Java et les autres îles beaucoup moins peuplées.

59Reste l’évolution des conditions de vie matérielle et non-matérielle. L’ère de la société de consommation, modèle occidental 1960, paraît extrêmement éloignée en Chine comme en Inde et dans une mesure, à peine moins prononcée, en Indonésie11. Face au potentiel économique, le nombre des hommes aujourd’hui et demain ne permet pas d’aller au-delà de conditions de vie, certes supérieures à celles d’aujourd’hui, mais singulièrement frugales, ce qui devrait ralentir l’érosion des valeurs traditionnelles comme nous l’avons vu à propos de l’Inde.

***

60Le lecteur familier des ouvrages qui tirent à boulets rouges sur le modèle occidental, qui accusent ce modèle d’ethnocide ou d’écrasement des habitudes et des conceptions traditionnelles du tiers monde sera peut-être surpris par les constatations présentées dans ce livre.

61Il convient tout d’abord de rappeler que les phénomènes issus de l’expansion coloniale européenne, ces brassages d’idées, d’objets matériels, de changements techniques ne sont pas nouveaux dans l’histoire du monde ; truisme rendu nécessaire par la confusion qui prévaut dans certains débats ! L’usage du tabac, généralisé à toute la planète, ne nous a pas fait porter des plumes sur la tête comme les Peaux-Rouges, pas plus que les Britanniques n’ont les yeux bridés depuis qu’ils se sont pris de passion pour le thé. Quand on regarde ce tableau du xviiie siècle « le thé à l’anglaise chez le Prince de Conti », ce qui frappe ce n’est pas l’influence de la Chine, mais celle des mœurs britanniques sur les aristocrates français !

62Les transferts de goûts et d’habitudes d’aujourd’hui comportent cependant une différence. Ce sont les Européens qui sont allés chercher outre-mer le thé, le chocolat et le tabac, tout en y répandant de manière délibérée leurs propres produits d’où, selon les cas, de réels et graves dommages. Personne n’accuse les derniers Indiens d’Amérique du nord d’être responsables des méfaits causés par l’usage excessif du tabac. Les ravages causés par l’alcoolisme dans certaines sociétés du tiers monde sont par contre imputables à la colonisation et ses séquelles.

63La seconde question, plus fondamentale, tient aux degrés de résistance des civilisations traditionnelles face à la modernité et leurs capacités d’adaptation. Les civilisations évoquées dans ce livre sont particulièrement robustes, reposant sur un ample héritage, sur des structures politiques, économiques et sociales suffisamment élaborées pour digérer au moins une partie des innovations. Dans plusieurs secteurs de la vie matérielle, l’écart entre le monde traditionnel et la modernité est moins large que dans d’autres sociétés, ce qui facilite les formes de coexistence, au moins pour un temps. Regardons par exemple l’Afrique au sud du Sahara, avec ses traditions presque exclusivement orales, l’absence du concept et de la pratique de l’Etat à quelques exceptions près jusqu’aux indépendances des années 1960. L’écriture, la monnaie, l’appareil bureaucratique, si anciens en Asie, n’y étaient pratiqués que dans des cas limités jusqu’à la fin du xixe siècle. Que dire aussi du véritable saut que doivent accomplir les paysans, de la culture itinérante sur brûlis et à la houe pour passer aux techniques semi-modernes des régions avancées de l’Asie contemporaine. Dans maintes parties d’Afrique noire, les chocs de civilisations sont plus profonds et plus brutaux, ce qui rend très délicats les processus d’adaptation.

64En même temps, ces civilisations sont plus vulnérables que celles d’Asie, ce qui accentue les phénomènes de rupture, les formes outrancières de mimétisme.

  • 12 Nous n’émettons ici aucun jugement de valeur. Les traditions spirituelles d’Afrique noire ont leur (...)

65Sur le plan concret, le Musulman ou l’Hindou peut continuer à pratiquer ses rites religieux tout en exerçant son métier moderne. Dans l’Afrique noire comme chez les tribus aborigènes asiatiques, les pratiques religieuses – ou leur équivalent – sont à tel point liées au milieu ambiant, au rôle symbolique de la nature, qu’elles ne peuvent plus s’exercer en ville sauf sous forme résiduelle. De surcroît leur fragilité est hélas accrue par l’absence de textes sacrés12.

66Bien d’autres civilisations se trouvent aujourd’hui dans une situation précaire : les Esquimaux, les Indiens d’Amérique latine. Dans ce dernier continent, l’échiquier est particulièrement compliqué : à l’ancienne opposition entre les civilisations indiennes (au reste si variées de l’empire des Incas aux tribus de l’Amazonie) et les influences hispaniques et lusitaniennes se sont ajoutés les apports d’Afrique noire et plus tard la modernité importée d’Amérique du Nord.

***

67Tous ces thèmes exigeraient des examens minutieux, menés par des équipes de chercheurs qui compareraient ensuite leurs données, comme nous avons essayé de le faire. Il s’agirait de reprendre les grands débats de l’immédiat après-guerre sur l’avenir des civilisations et les effets de leurs rencontres.

68Le moment pour le faire paraît opportun à deux titres au moins. Aujourd’hui, nous n’en sommes plus réduits à spéculer, nous pouvons apprécier ce qui s’est passé pendant plus de trois décennies. Ce n’est pas encore le « temps long », mais c’est tout de même plus que I’ « histoire immédiate ». Secondement les préjugés, les dogmes, les sottises continuent à afficher d’excellents bulletins de santé.

Notes

1 Nous n’oublions pas les différences régionales très sensibles au sein des Chinois Han, ni les minorités nationales dans les marches du territoire, mais celles-ci ne constituent que 6,7 % de la population totale au recensement de 1982.

2 Ecoles et universités ne se limitent pas aux quartiers des concessions. Voir, entre autres, le rôle des missionnaires dans l’intérieur.

3 Ces pertes ne seront que très incomplètement compensées par les Chinois qui reviennent de l’étranger se mettre au service du nouveau régime.

4 Les leaders nationalistes prient Mountbatten de devenir le premier gouverneur général de l’Inde. En 1950, l’Inde cesse d’être un dominion pour devenir république tout en restant membre du Commonwealth.

5 Le phénomène est général dans le monde y compris en Occident. En Chine la Révolution culturelle lui a fait prendre des dimensions dramatiques.

6 Voir notamment, L. Pye, The Dynamics of Chinese Politics, Cambridge Mass. Gun and Hain, 1981.

7 C. Aubert, « Agriculture : la voie chinoise reste à trouver » no sur la Chine, Tiers Monde, 86. Avril/juin 1981, p. 304.

8 Il serait fascinant de cerner en profondeur les effets respectifs des greffes soviétiques en Chine et britanniques en Inde. Quelles que soient les différentes conditions qui les ont fait naître, quelle qu’ait été leur influence à l’époque coloniale pour l’Inde, et dans les année 1950 pour la Chine, dans le contexte d’aujourd’hui nous serions tentés de penser que les apports britanniques se révèlent plus positifs et conformes aux intérêts de l’Inde que ceux des Soviétiques pour la Chine, sujet sur lequel nous reviendrons plus bas. Il faudrait d’ailleurs tenir aussi compte de la greffe anglo-saxonne en Chine durant la période républicaine. Ses effets ont été durables et rebondissent depuis quelques années.

9 En Inde, en Indonésie, la propagande recommande de plus en plus de se limiter à deux enfants. Les affiches montrent les parents entourés d’un garçon et d’une fille.

10 Motif célèbre de la sculpture hindoue.

11 Il faudrait distinguer Java et les autres îles beaucoup moins peuplées.

12 Nous n’émettons ici aucun jugement de valeur. Les traditions spirituelles d’Afrique noire ont leur génie propre et sont tout aussi respectables que les grandes religions asiatiques !

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.