Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés asiatiques : mutations et continuité

 | 
Jean-François Billeter
, 
Gilbert Etienne
, 
Jean-Luc Maurer

Chapitre II. L’Inde

Gilbert Etienne

Note de l’auteur

Merci à mon vieil ami Jean-Luc Chambard, Professeur à l’Institut des Langues et Civilisations Orientales d’avoir lu ce texte et de m’avoir fait profiter de ses suggestions et commentaires.

Texte intégral

1En 1957, dix ans après l’indépendance, Nehru inaugurait le premier réacteur atomique à Bombay, tandis que des villageois enlevaient, sur la grand’route de Delhi, un enfant pour le sacrifier à la déesse locale.

2Comment à travers de pareils extrêmes apprécier l’évolution d’une société ? Comment devant la variété du sous continent indien se hasarder à des jugements globaux ? Et pourtant il faut bien faire un tri entre les tendances profondes, les faits divers, les cas exceptionnels.

  • 1 M. Singer and B.S. Cohn (eds) Structure and Change, Chicago, Aldine, 1968, pp. 8-9.
  • 2 Extraits de deux articles de K. Marx (10.6 et 28.7.1853, New York, Daily Tribune) cités in h. Carrè (...)
  • 3 M. Weber, The Religion of India, New York, Free Press, 1958, pp. 328 et 122.

3Délicate en elle-même, cette démarche doit encore compter avec le poids des préjugés anciens et constamment renouvelés. Déjà en 1792 le missionnaire Charles Grant évoque les « peuples de l’Hindustan, race d’hommes lamentablement dégénérés »1 Karl Marx parle de « la vie sans dignité, stagnante, végétative » des Hindous ou des « castes indiennes, ces obstacles décisifs au progrès »2. Plus nuancé, Max Weber insiste néanmoins sur les obstacles d’ordre religieux au développement. Il souligne l’« opposition précise » de l’Hindouisme à la constitution d’élites modernes3.

  • 4 G. Myrdal, Asian Drama, An Enquiry into the Poverty of Nations, New York, Pantheon 1968, pp. 103-10 (...)

4Ces types de jugements semblent influencer de nos jours certaines tentatives plus scientifiques d’évaluation dont Gunnar Myrdal donne un reflet dans son monumental Asian Drama, lorsqu’il s’en prend à « l’inertie liée à la religion », à l’« inefficacité » à la « paresse » des paysans4.

5Bien d’autres personnes moins prestigieuses font chorus : les traditions de l’Inde constituent les principales barrières au développement économique et social.

6Essayons de voir si ces images correspondent à la réalité.

Des changements évidents : la population

7Premier fait capital : la hausse de la population qui s’est accélérée après l’indépendance : 361 millions en 1951, 685 millions en 1981 (recensements). Comment l’appareil économique et social va-t-il réagir à ce phénomène sans précédent ?

8Commençons par les aspects démographiques du problème, en particulier la prévention des naissances. Vers 1950, seule une fine couche des élites supérieures – et encore pas toujours – y recourait. En 1963, ma femme rencontrait de très nombreuses paysannes qui ignoraient jusqu’à l’existence des contraceptifs. A la même époque, dans les classes moyennes des grandes villes, la prévention des naissances exerçait des effets fort limités.

9La propagande qui commence modestement avec le premier plan quinquennal 1951-56, s’élargit par la suite dans des conditions très variables. En milieu urbain, la contraception gagne du terrain. En milieu rural, plusieurs Etats atteignent des scores honorables (Tamil Nadu, certains districts de l’Andhra, Kerala, Maharashtra, Gujrat) tandis que d’autres avancent à pas lents, notamment ces lourds Etats du Bihar, de l’Uttar Pradesh, du Madhya Pradesh... En revanche, même dans ces régions, la connaissance du family planning a beaucoup progressé. Les villageois, hommes et femmes, en parlent, savent maintenant que des moyens existent.

10Lors de l’état d’urgence (1975-77) le gouvernement presse sur l’accélérateur avec la stérilisation forcée des hommes. Ces excès contribuèrent à la chute d’Indira Gandhi aux élections générales de 1977. Il en résulta un recul de la propagande qui se corrige peu à peu aujourd’hui, sans retomber dans les abus.

11A l’échelle nationale la mortalité est passée de 27-31 o/oo en 1951 à 13 en 1981, la natalité de 41-43 ‰ à 34.

12L’accroissement démographique a sa principale cause dans la diminution de la mortalité. Le recul de celle-ci est à la fois net et lent à l’échelle nationale. En même temps, l’âge du mariage tend à s’élever.

  • 5 Cf. Ghazali, Le Livre des Bons Usages en Matière de Mariage, Paris Maisonneuve, 1953. Il s’agit en (...)

13Les principaux freins à la contraception restent d’ordre traditionnel ou psychologique et d’ordre pratique. Ni l’Hindouisme, ni l’Islam ne s’y opposent. Certains théologiens musulmans l’admettaient expressément déjà au xie siècle, comme Al Ghazali5. A défaut de dogmes, les traditions et coutumes jouent un rôle : désir d’avoir au moins un fils chez les Hindous pour les rites funéraires, fils très recherchés chez les Musulmans.

14Il semble cependant que les obstacles d’ordre pratique soient plus importants : besoin de propagande bien faite, de moyens acceptés par les couples, réseaux de distribution des contraceptifs, opérations de stérilisation dans de bonnes conditions... Finalement il faut compter avec le laisser-aller des hommes, attitude qui ne se limite en rien à la société indienne. En 1982, nous rencontrions dans l’ouest Uttar Pradesh de jeunes paysans, instruits, vifs d’esprit et débrouillards qui, à 25 ans, avaient déjà trois ou quatre enfants. Ils savaient qu’ils n’hériteraient de leur père que des parcelles divisées sur lesquelles eux-mêmes auraient déjà de la peine à tourner, situation qui s’aggravera encore pour leurs fils. Dans le même village, des couples ayant trouvé un travail au chef-lieu du district se sont mis à pratiquer le family planning. Au Maharashtra, stérilisation et recours aux contraceptifs se faisaient déjà remarquer à partir de 1963.

15De ces différentes touches se dégage un tableau en plusieurs teintes : avance lente ou moins lente, parfois rapide de la prévention des naissances. A l’échelle nationale, l’inquiétude s’accroît. A moins de mesures beaucoup plus énergiques, la population passera la barre des 950 millions d’ici l’an 2000.

Le cadre politique

16Que n’a-t-on glosé sur les pays du tiers monde cherchant à adopter le modèle de démocratie parlementaire pour finir sous la coupe des dictateurs.

  • 6 Rappelons que dès la fin du xix siècle les Britanniques amorcent le mouvement. L’India Act de 1935 (...)

17Jusqu’à maintenant, la greffe du système démocratique a pris et tenu6 non sans s’adapter au contexte indien selon un processus qui reste en pleine évolution.

18Premier élément qui saute aux yeux : la prise de conscience au niveau des masses. Peu après l’indépendance (1947) on pouvait trouver des gens qui n’avaient jamais entendu parler de Nehru, voire de Gandhi. De vastes régions restaient isolées, loin du monde. Même en 1957, lors des deuxièmes élections générales, la presse citait le cas d’un berger qui, devant les urnes, voulait voter pour les Anglais !

  • 7 Quotidiens : 2,5 millions de ventes en 1952, 13,2 millions en 1980.

19Aujourd’hui, les progrès très marqués des routes et des autobus en milieu rural, la radio, les journaux7 ont rompu l’isolement. La pratique des élections pour le parlement (à huit reprises au niveau national) pour les assemblées des Etats, les conseils de district, de bloc, de village... entre dans les mœurs. Des couches sociales nouvelles émergent peu à peu dans la vie politique. Les Harijans (ex-intouchables) y jouent un rôle, aidés au départ par les dispositions de la constitution.

20Malgré des défauts, des bavures et abus, les élections ne constituent pas de vastes opérations truquées. Les hommes politiques savent de plus en plus qu’ils ont des comptes à rendre. L’électorat l’a montré avec éclat en 1977 lorsque le parti du Congrès s’est effondré dans tout le nord du pays, entre autres à la suite des stérilisations, et en 1980 lorsque, déçus par les partis ayant succédé à Indira Gandhi, les électeurs ont rappelé celle-ci au pouvoir.

21La vie politique et sociale s’inscrit dans les luttes de classes et de castes, selon des schémas à la fois très complexes et mobiles, reflets, là aussi, d’une société nullement figée ou bloquée.

  • 8 Harijan littéralement fils du dieu Hari, nom donné aux intouchables par Gandhi.

22En 1963, lorsque nous interrogions un Harijan8 de Khandoï (voir plus bas), il répondait : « dans le temps nous avions un cadenas sur la bouche. Aujourd’hui celui-ci a sauté, mais notre influence reste très faible ». En 1978/79, dans plusieurs régions visitées, apparaissaient des situations fluides, mais à des degrés très variables. L’homme qui avait perdu son « cadenas » venait maintenant s’asseoir à côté des villageois de caste supérieure, au lieu de se tenir à l’écart accroupi sur ses talons. Il prenait une part plus active aux affaires locales. Dans l’Andhra côtier, d’autres Harijans se trouvaient mieux lotis (cf. plus bas) l’un deux déclarait : « Maintenant nous nous tenons debout sur nos jambes », tandis que dans le district de Thanjavur, des Paraiyars (Parias) nous confiaient : « Aujourd’hui nous vivons d’une manière civilisée ».

23Dans d’autres régions (est Uttar Pradesh, Bihar) le très pénible climat social ne s’améliore guère, mais les plaintes des plus pauvres se font plus incisives, ce qui constitue déjà un premier pas. Amers et ironiques ces Dusads accusent les propriétaires de haute caste : « Gros et gras, ils restent assis pendant que nous devons travailler dur ».

24Dans ces mêmes régions, les tensions dégénèrent en violences, meurtres et bagarres dont les riches et les pauvres ne sont pas les seuls acteurs. Des classes et castes moyennes de propriétaires (Kurmis, Yadavs) avancent économiquement et socialement, se trouvant toujours plus en conflit avec les forces dominantes locales (Bhumihars, Thakurs, Brahmanes, Kayasths). En même temps les groupes de niveau intermédiaire sont fréquemment en lutte avec les plus pauvres.

25En somme, sur le fond ancien de la société, avec ses coutumes, ses clientèles, ses abus comme la corruption, se greffent les nouvelles institutions politiques, les nouvelles avenues qu’elles dessinent vers le pouvoir, les possibilités d’intervention de tout genre.

26Jusqu’à maintenant, l’Inde émerge comme un des Etats les plus stables d’Asie, si l’on pense aux convulsions qui ont déchiré la Chine, aux drames du Bangladesh, du Pakistan, de l’Iran ou de l’Afghanistan. L’art des compromis a permis de surmonter les crises les plus graves. Les structures fédérales ont assuré une relative souplesse aux institutions, encore que des allègements des responsabilités exercées par New Delhi soient réclamés avec une insistance croissante par les Etats.

27Les Indiens éclairés disent volontiers : « we always muddle through » (Nous finissons toujours par nous en sortir). En ira-t-il encore ainsi dans l’avenir ? Le niveau de la classe politique accuse une baisse très inquiétante depuis plusieurs années. Nombre d’Etats sont le théâtre de luttes particulièrement sordides animées par des politiciens sans scrupule et d’un piètre sens de l’efficacité. Même certains de ceux qui présentaient meilleure figure (comme le Maharashtra) font entendre des craquements. Dans l’été 1982, la police de Bombay s’est livrée à l’émeute ! Au niveau central, le pouvoir comprend aussi de sérieuses failles, malgré l’ascendant de Madame Gandhi et les indéniables compétences d’une partie de ses ministres.

28La corruption est dénoncée par l’opposition comme par le Premier Ministre et son fils Rajiv. L’argent noir (non déclaré) sert à lubrifier les rouages de la machine politique par le biais des collusions entre hommes d’affaires peu honnêtes et politiciens véreux de même que par le jeu des influences dans l’administration. Au niveau local, on entend de plus en plus dire que l’accès à la plupart des petits emplois administratifs se monnaye assez cher.

29Les conditions dans lesquelles se déroulent les élections semblent se dégrader. Les abus augmentent, même si on applique les procédures de contrôle et de confrontation par les différentes parties en présence.

  • 9 B.K. Nehru, « The Roots of Corruption », G.L. Mehta Memorial Lecture, Madras. 22 December 1981.

30Un des plus chevronnés anciens hauts fonctionnaires, B.K. Nehru (cousin de Jawaharlal Nehru) aujourd’hui Gouverneur du Gujarat jetait un cri d’alarme particulièrement angoissé à la fin de 1981 : « Le cancer de la corruption est en train d’atteindre les parties vitales de notre pays... La corruption rampe dans tous les secteurs de notre société, privés aussi bien que publics... Un nombre inconfortablement élevé de ministres et autres politiciens sont corrompus. Le phénomène est universel dans les rangs inférieurs de la fonction publique. Il affecte les échelons intermédiaires et même, maintenant, le corps des hauts fonctionnaires »9.

31Comment interpréter ces phénomènes ? Retour à la corruption ancestrale asiatique après l’entracte colonial et ses cadres incorruptibles diront les esprits simplistes.

32En fait, la notion d’éthique politique est loin d’être absente dans les conceptions du pouvoir et de l’administration de l’Inde ancienne à dominante hindoue ou musulmane. Les souverains éclairés (un des plus proches de nous, le Grand Moghol Akbar, règne 1556-1605) savaient contenir ces maux dans des proportions acceptables.

33De plus, sous les Britanniques, la corruption au niveau des employés moyens et surtout subalternes, a toujours existé à un degré ou un autre.

34La baisse de l’éthique politique actuelle est certes manifeste, mais elle n’est pas irrémédiable. Les hommes intègres existent encore. Bien d’autres pays du tiers monde se trouvent dans des situations pires, aggravées selon les cas par des systèmes politiques totalitaires. Et puis, sans aller chercher si loin, regardons nos propres sociétés occidentales.

35Autre souci : la cohésion nationale. Dans les années 1950-1960, des craintes avaient été exprimées sur les risques d’éclatement de l’Union indienne. La profonde refonte de la carte des Etats en fonction des critères linguistiques avait permis d’atténuer les tensions. Aujourd’hui, la question rebondit. L’Assam a été le théâtre de troubles et massacres sans précédent, à l’échelle nationale, depuis 1947. La crise de Panjab a culminé en 1984 avec la prise du Temple d’Or par l’armée et l’assassinat d’Indira Gandhi. Gouvernés par des formations politiques opposées au parti du Congrès qui est au pouvoir à New Delhi et dans la plus grande partie de l’Inde, les Etats du sud alignent leurs revendications.

36En bref, les forces centrifuges qui, au cours de l’histoire, ont fait échec à l’unité ou à l’unification, sont-elles en train de se réveiller ? Les dangers existent bel et bien, mais on aurait tort d’oublier les données qui s’opposent à l’éclatement du pays : des facteurs culturels, l’appareil et le système politiques, l’évolution économique, la relative solidité des structures administratives. L’art des compromis, évoqué plus haut, joue un rôle de premier plan comme soupape de sûreté : longues et tortueuses négociations entre les parties en conflit, grignotage, usure des passions en jouant sur le temps. Il faut espérer que les revendications d’une partie des Sikhs au Panjab finiront par trouver une solution acceptable, que les remous dans le sud (Andhra notamment en 1984) se tasseront. En revanche, le cas de l’Assam se révèle d’une redoutable complexité. Il n’est pas possible d’expulser les immigrés (venus graduellement depuis plus d’un siècle) qui font dans les 40 % de la population : Bengalis indiens et Bengalis originaires de l’actuel Bangladesh, Biharis, autre Indiens non Assamais, Népalais. Une partie de ces minorités joue un rôle dominant dans l’économie locale.

37Deux types de facteurs interviennent. Les structures fédérales de l’Inde méritent un réexamen afin de voir dans quelle mesure les pouvoirs des Etats pourraient s’accroître sans compromettre l’unité nationale. A cet effet une commission a été créée en 1983. Second élément : les compétences et le niveau de la classe politique. La situation de l’Assam a été aggravée par la médiocrité des politiciens locaux. La défaite du Congrès aux élections de l’Andhra (1983) s’explique en partie par le très faible calibre de ses leaders sur place.

38Le monde universitaire et la formation des futures élites suscitent de non moins légitimes inquiétudes malgré l’expansion en cours on à cause de celle-ci : 27 universités et 360.000 étudiants en 1950/1951, 118 universités et 4 millions d’étudiants en 1980/81. Le niveau de l’éducation a baissé, les enseignants de qualité et les équipements font souvent défaut. Les grèves, la simple agitation, les désordres et tricheries aux examens abondent selon les lieux et les moments. Nombre d’étudiants ne trouvent qu’un très médiocre emploi au sortir de l’Université ou deviennent chômeurs.

39Ces défauts dont le poids augmentera progressivement, car les élites exerçant actuellement les responsabilités supérieures avaient reçu une meilleure formation, ne doivent pas faire oublier l’acquis. Dans plusieurs domaines de la science et l’industrie, l’Inde se trouve en avance par rapport à maints autres pays du tiers monde.

40Lorsqu’on ajoute aux faiblesses du système politique et à la corruption la très grande pauvreté d’une partie de la population, les motifs de doutes, de frustration ne manquent pas, et chez les jeunes, et chez leurs aînés. L’Inde continuera-t-elle à s’en sortir, comme elle l’a fait jusqu’à maintenant se demandent certains Indiens, même si les défauts et les insuffisances évoqués ne doivent pas masquer les points positifs du système politique et du développement économique, dont nous verrons plusieurs aspects.

41Il importe aussi de situer l’Inde dans un contexte large, de voir ce qui se passe ailleurs, dans d’autres pays du tiers monde ou en Occident, ce qui amène à atténuer certains jugements trop critiques sans minimiser les graves signes d’érosion du système.

La fonction publique

42Les Britanniques, dit-on volontiers, ont plaqué sur l’Inde leurs conceptions coloniales du « law and order ». Les structures administratives qui en ont découlé continuent à survivre, plus de trente ans après l’indépendance. Cette opinion s’inscrit dans la panoplie classique des idées reçues sur l’Inde.

43Au moment où les Britanniques créent leur empire, l’Inde a derrière elle une très longue tradition de la fonction publique. L’Artha Shastra, traité de science politique qui remonte aux derniers siècles avant J.C. ou aux premiers siècles après, montre le raffinement des structures administratives, le sens de l’Etat et de la bureaucratie, traits caractéristiques de la civilisation hindoue. Les Musulmans reprennent une large part de cet héritage en ajoutant des éléments supplémentaires. Le système élitiste des Grands Moghols consistait en un corps de hauts fonctionnaires, les Mansabdars choisis selon leur mérite, bien payés et, en général, dévoués.

  • 10 Cf. Szu-yu Teng, « Chinese Influence on the Western Examination System », Harvard Journal of Asiati (...)

44Le célèbre Indian Civil Service créé par les Britanniques s’inspire des mêmes principes auxquels s’ajoutent de fortes influences, non pas originaires de Londres ou de Cambridge, mais de Chine, dont le système présentait d’ailleurs des analogies avec celui des Moghols. En 1847, après de nombreuses années passées dans l’Empire du Milieu, Thomas Taylor Meadows écrit : « La longue durée de l’Empire chinois est due seulement et entièrement à un bon gouvernement qui s’appuie sur la promotion d’hommes de talent et de mérite... L’Angleterre perdra certainement toutes ses colonies à moins qu’elle n’adopte un système de sélection et de promotion impartiales de ses fonctionnaires »10.

  • 11 Rappelons que la majorité des cadres de l’Indian Civil Service étaient indiens en 1947.
  • 12 Précisons le terme, car l’administration britannique mise en place dans les districts ne se limitai (...)

45Avec sagesse, Nehru conservera le système11 tout en introduisant des modifications, notamment dans les programmes de formation des futurs hauts fonctionnaires de l’Indian Administrative Service, successeur de l’Indian Civil Service. Le nombre des agents augmente, passant de 1 000-1 200 à plus de 4 000, évolution logique, liée aux responsabilités accrues12 de l’Etat dans le développement. La dualité entre un corps supérieur recruté sur une base nationale et les cadres moyens et subalternes relevant des services provinciaux a été maintenue.

  • 13 Les cadres supérieurs du district doivent passer un nombre précis de jours et de nuits loin du chef (...)
  • 14 Hier, comme aujourd’hui, un écart peut exister entre l’idéal et la réalité, mais le modèle n’est pa (...)

46A nouveau comment n’être pas frappé par la continuité et le changement : hauts fonctionnaires négociant avec telle multinationale un contrat d’exploration et d’exploitation pétrolières au large de Bombay, chef de district visitant les villages, stimulant les cadres locaux, faisant ses tournées, conformément à la politique et à la règle déjà consignées dans l’Artha Shastra, reprise par les Anglais et par les nouveaux dirigeants de l’Inde13. Permanence avec changements de moyens. C’en est fini du « galop matinal », la jeep a remplacé le cheval ! Les hauts fonctionnaires peuvent visiter un plus grand nombre de villages, mais ils passent plus vite. Nous en avons vu plusieurs en action qui restaient fidèles à cette vocation sous-jacente dans les grands systèmes politiques asiatiques : Le Mandat du ciel des Chinois qui se retrouve chez les Hindous comme chez les Musulmans, assurer la sécurité des paysans, veiller à leurs conditions de vie, à leur développement14.

Les paysans

47La répartition de la population entre villes et campagnes ne se modifie que lentement. De 82 %, la première ne tombe qu’à 76 % en 1981, trente ans plus tard. Ce qui frappe, quand nous comparons nos randonnées et séjours en milieu rural qui commencent en 1952/54 et s’échelonnent jusqu’en 1984, c’est de relever partout des changements dans la vie économique, en d’autres termes des signes de développement depuis les collines densément boisées et peuplées de tribus aborigènes en Orissa jusqu’aux vieux terroirs régulièrement cultivés depuis plus de 2000 ans, le long du bassin du Gange ou dans les deltas du Coromandel, en passant par toute une gamme d’autres situations : étendues semi-désertiques du désert du Thar au Rajasthan, plateaux du Maharashtra... Ce qui varie, par contre, et de manière spectaculaire, c’est le rythme des changements.

48Nous voici a Nagda, pas loin d’Udaipur, belle et vieille cité rajput. Les collines sèches dessinent un cercle autour de la dépression qui abrite un bassin artificiel. En 1959, plusieurs installations en pierre sont équipées d’une poulie. Les bœufs montent et descendent la rampe, actionnant l’outre de cuir que vide le paysan dans la rigole pour irriguer son champ de maïs. En 1982, nous retrouvons Nagda, avec ses temples et ses bas-reliefs oubliés par les itinéraires touristiques. Apparemment le décor n’a pas changé. Et pourtant, sur le bord du lac, les bœufs et l’outre de cuir ont cédé la place aux pompes alimentées par la nouvelle ligne électrique. D’accortes paysannes sont près de leur champs de maïs, ample jupe rajput, la petite blouse ou choli, les bijoux d’argent au cou et aux oreilles, les lourds anneaux aux bras et aux pieds. Nos paysannes parlent en connaissance de cause des engrais chimiques utilisés par leurs maris.

49Cette combinaison de l’ancien et du nouveau est encore plus évidente dans les régions prospères du nord-ouest (Panjab, Haryana, ouest Uttar Pradesh). Entre le Gange et la Jamna, le district de Bulandshahr a commencé à bouger vers la seconde partie du xixe siècle grâce aux canaux d’irrigation construits par les Britanniques. Plus tard, dans les premières décennies de ce siècle, suivent d’autres changements : sur les puits les paysans renoncent à l’outre de cuir pour installer la roue persane (roue à godets) actionnée par les bœufs tournant en manège.

50En 1963, lors de notre premier séjour, dans cette région l’agriculture traditionnelle commence à plafonner, et pour les rendements du blé et pour ceux de la canne à sucre, tandis que la pression démographique s’alourdit. Peu après apparaît ce qu’on appelle, d’ailleurs à tort, la « révolution verte », soit l’introduction sur une grande échelle des puits tubés à pompe (grâce à l’électrification de la région), les nouvelles variétés de blé et l’usage généralisé des engrais chimiques, dont le timide début remonte à 1955.

51Depuis lors prend corps un nouveau mode de production combinant les facteurs modernes ou innovations techniques indispensables et le maintien de plusieurs anciennes pratiques culturales : labours avec les bœufs et le vieil araire renforcé, de très longue date, par une tige métallique, sarclage à la main, moisson à la faucille, battage avec les bœufs ou avec de petites machines faites dans la région. Dans les campagnes, le tracteur a cessé d’être un objet insolite sans devenir dominant. Dans le village de Khandoï (250 ha cultivés) il n’en existe que deux.

52Ces changement permettent de doubler les rendements moyens du blé (pour atteindre 2 500 kg/ha). Plusieurs paysans arrivent à 3-4 t/ha. Des hausses moins spectaculaires apparaissent pour la canne à sucre.

53L’électricité (1965) favorise la propagation des ateliers et petites industries dans les gros villages. Les routes en dur s’allongent, stimulant production et commercialisation, notamment celle du lait. La production agricole augmente en volume et se diversifie. Les activités non-agricoles (petites industries, commerce, transports par chars à bœufs ou buffle et par camion) se multiplient.

54Les propriétaires aisés et moyens profitent évidemment du mouvement mais les petits paysans et les manœuvres agricoles voient aussi leur sort s’améliorer en termes de salaires et d’emplois.

55Typiques du nord-ouest de l’Inde et encore plus prononcées au Panjab, super-champion agricole, ces conditions ne se retrouvent pas partout. Arrêtons-nous dans les villages autour de Bénarès (est de l’Uttar Pradesh) dans les plaines du Bihar, de l’Assam, de l’Orissa. Ici et là se dégagent des parcelles bien irriguées par des pompes, ensemencées de variétés à haut rendement (blé, paddy), fertilisées avec des engrais chimiques, protégées par des traitements antiparasitaires, mais le mouvement garde le souffle court. Au mieux, la production de base suit tout juste la croissance démographique, au pire, elle est dépassée. Il ne faut donc pas s’étonner si la misère aigüe et relativement ancienne de ces régions ne recule guère. Les salaires des sans-terre demeurent stagnants, ou même déclinent. Quant aux autres secteurs de l’économie, eux aussi ils n’évoluent que lentement faute d’être entraînés par le mouvement initial des céréales.

56Nouveaux contrastes : les deltas du Coromandel en Andhra et au Tamil Nadu. Campagnes dynamiques, belles rizières irriguées, nouvelles variétés, engrais chimiques, quelques tracteurs. La combinaison de l’ancien et du nouveau joue bien, même si les résultats sont moins spectaculaires que dans le nord-ouest. Les effets sociaux de la croissance en termes d’amélioration du sort des pauvres sont, selon les lieux, moins accusés, tout en restant nettement plus manifestes qu’au Bihar.

  • 15 Cf. nos ouvrages India’s Changing Rural Scene, New Delhi, Oxford University Press, 1982, et Dévelop (...)

57Expliquer ces différences dépasserait le cadre de cet article15. Des facteurs techniques délicats interviennent notamment pour le riz par rapport au blé ; inondations, excès d’eau ou manque de drainage sont beaucoup plus répandus dans l’est que dans le nord-ouest. L’histoire a son mot à dire : les régions avancées d’aujourd’hui ont commencé à bouger déjà dans la seconde partie du xixe siècle grâce, entre autres, aux réseaux de canaux d’irrigation, aujourd’hui complétés surtout dans le nord-ouest, par des puits tubés à pompe. Les zones molles se sont laissées prendre au piège de la démographie. Elles tournent mal aujourd’hui, faute d’un renouvellement assez poussé des techniques.

58Force est cependant de souligner que les terres sur le Gange moyen et inférieur, en Assam, en Orissa constituent un milieu physique très favorable à l’agriculture, moyennant une maîtrise de l’eau plus adéquate.

59Les différences des structures foncières entre le bassin supérieur du Gange et les régions plus à l’est peuvent apporter des éléments partiels d’explication. Quant au système des castes, il joue un rôle plus aisément identifiable (voir plus bas).

60Retenons ici la diversité des situations dans des milieux physiques favorables, voire très favorables à l’agriculture.

61Restent les vastes régions, certes moins peuplées, de l’Inde péninsulaire où la géographie joue un rôle nettement négatif à des degrés d’ailleurs variables : pluies faibles et très irrégulières, capacités limitées d’irrigation par eau de surface (réservoirs, canaux) ou par eau souterraine (puits avec ou sans pompe). Le processus de facteurs interdépendants : eau –semences – engrais chimiques est bloqué ou freiné et il est exclu d’ajouter une seconde récolte sur le même sol en saison sèche.

62Si les rendements du millet, du sorgho ont, de ce fait, peu augmenté depuis trente ans, ici et là des progrès limités apparaissent. Dans les districts semi-arides du Maharashtra les paysans tirent le parti maximum de leurs petites parcelles irriguées, grâce aux cultures et plantations de gros rapport : vigne, papayers, légumes, piments. Au Rajasthan, la région de Jodhpur, en bordure du désert du Thar, a connu une expansion substantielle de la production laitière. Lorsque les très petites pluies sont fidèles au rendez-vous, elles donnent assez de fourrage pour le bétail. Les progrès des ventes et des réseaux de collecte du lait assurent des revenus non négligeables aux paysans.

Economie rurale et traditions16

  • 16 Nous reprendrons plus loin et en détail l’impact des castes et les facteurs purement religieux.

63Quelles sont les conséquences de ces transformations économiques pour la société rurale et pour ses traditions ? Le district de Bulandshahr, ouest de l’Uttar Pradesh, est représentatif des régions avancées.

64Tout d’abord soulignons qu’en termes de revenus, même pour les paysans moyens et aisés (1.25 - 5 à 10 ha), l’enrichissement reste relatif. Les paysans améliorent leur habitat, remplaçant les murs en torchis par la brique. Le nombre des bicyclettes et des montres augmente. Quelques transistors se font entendre. Les femmes ont troqué leurs vêtements de coton blanc-grisaille contre des tissus imprimés. L’alimentation perd un peu de sa monotonie, on y trouve moins rarement des fruits et légumes, plus souvent du thé au lait sucré. Les jeunes affichent volontiers chemise imprimée en tissu synthétique, pantalons et chaussures basket. Seul le fils du plus grand propriétaire (13 ha) s’est acheté une motocyclette.

65Aujourd’hui tous les fils de paysans moyens et aisés vont à l’école. Plusieurs d’entre eux continuent à l’école secondaire, quelques uns à l’université. Changement de taille, car un grand nombre de paysans moyens, qui ont su adopter les nouvelles techniques, sont illettrés. Une partie des filles vont à l’école.

66Ces modifications ne se traduisent pas par des bouleversements de la vie sociale et des mentalités. Les conditions de travail ne sont que partiellement affectées par les innovations techniques face au maintien de nombreuses autres pratiques culturales.

67Les nouveaux biens matériels permettent de passer de conditions de vie très frugales à un sort moins austère. Quant au modèle occidental de consommation, il mord peu sur les coutumes, qu’il s’agisse de nourriture ou de vêtements.

  • 17 Mariages arrangés par les parents dans la même caste mais avec un conjoint ou une conjointe d’un au (...)
  • 18 Depuis quelques années, à Delhi et dans d’autres villes, il arrive que la mariée, dont les parents (...)

68Les traditions religieuses, croyances et rites, pèlerinage, règles en matière de mariage17, de funérailles restent tenaces. Le prix des dots à l’encontre de la législation adoptée dès 1955, n’a cessé de croître à tous les niveaux de la société. En somme, les transitions s’opèrent sans déchirements, ruptures brusques ou mimétisme culturel, mais pas sans douleur et aspects troublants non plus, ainsi qu’on le relève en matière de dot18.

69Qu’en est-il des classes de petits paysans, de manœuvres agricoles, souvent de basse caste ? Les changements évoqués plus haut les touchent évidemment moins. Les plus pauvres ont aujourd’hui deux assortiments de vêtements, contre un seul il y a vingt ans. Les vêtements des femmes présentent quelques améliorations. Plusieurs enfants vont à l’école. Les différences de caste s’atténuent, ou disons les abus reculent ou disparaissent comme nous l’indiquions plus haut. Le plus vieux Jativ de Khandoi me racontait comment, avant la première guerre mondiale, ceux qui, comme lui, touchaient par mégarde le vêtement d’un Jat ou d’un Brahmane risquaient des coups et devaient payer un nouveau vêtement.

70Dans les autres régions prospères, évolution semblable ; progrès matériel modeste, pas de rupture du cadre traditionnel, indices de changements.

71Les nombreux districts très pauvres de l’est Uttar Pradesh et du Bihar connaissent des progrès matériels trop restreints pour exercer un impact marqué sur les modes de vie. En revanche, nous y avons déjà fait allusion, les tensions sociales tendent à s’aggraver, ce qui, pour le moment au moins, n’est pas le cas dans les plaines de l’Orissa.

Le monde urbain

72Que n’a-t-on dit et écrit sur l’esprit d’entreprise, apanage par excellence des sociétés occidentales ? Son absence expliquerait, entre autres, le sous-développement du tiers monde.

73Sans remonter aux fécondes activités industrielles, commerciales et bancaires de l’Inde pré-coloniale, il faut souligner que depuis le milieu du xixe siècle, des noyaux industriels et bancaires de type moderne et en mains indiennes prennent naissance dans quelques grandes villes, notamment Bombay et Ahmedabad dans l’actuel Gujarat. A Calcutta, par contre, le capital britannique jouit d’une position largement dominante. Il commencera à être battu en brèche vers le début du xxe siècle par les Marwaris.

74Jusqu’à l’indépendance, le monde de l’industrie, du grand commerce et des banques ne se trouve pas dans n’importe quelles mains indiennes. La minuscule communauté des Parsis (80.000 adeptes du Mazdéisme chassés d’Iran par les Musulmans) joue un rôle de premier plan, au même titre que les Marwaris (caste de marchands à l’origine issus du Marwar, Rajasthan) et des Jaïns, religion limitée à quelques millions d’adeptes.

  • 19 M. Singer When a Great Tradition Modernizes, New York Praeger, 1972, cf. la IVe partie.

75L’indépendance et les plans quinquennaux provoquent à la fois l’expansion des villes, la pénétration de l’industrie moderne dans de nombreuses cités (Poona, Bangalore, Hyberabad, New Delhi), la création de villes en rase campagne, notamment autour des nouvelles aciéries. La production s’accroît en volume et se diversifie. En même temps, beaucoup de nouveaux entrepreneurs apparaissent en dehors des trois groupes de castes cités plus haut. L’anthropologue américain Milton Singer montre, par exemple, comment les Brahmanes de Madras (caste longtemps ultra conservatrice et de grande culture traditionnelle) se sont mués en industriels. Le manager qui gère avec efficacité son usine, portant pantalons et chemise à l’européenne, retrouve à la maison son dhoti (sorte de pagne drapé) avec ses traditions. Lors de la fête en l’honneur de Lakshmi, déesse de l’abondance, le rituel de purification pénètre dans les usines où les ouvriers nettoient leurs machines avec le concours du prêtre19.

  • 20 Le breakfast à l’anglaise a remplacé, seulement dans les classes aisées et encore pas partout, le p (...)

76La pléiade de technocrates, industriels, banquiers d’aujourd’hui recouvre tous les degrés de l’ancien au moderne : ceux qui combinent le maintien d’une grande partie de leurs traditions (rituels, croyances religieuses) et de leurs coutumes (alimentation20, mariage endogame) aux compétences professionnelles nécessaires, ceux qui, moins nombreux, poussent l’occidentalisation très loin. Les cas d’Indiens qui ont fait table rase de tout leur héritage traditionnel restent peu fréquents.

77Au niveau des ouvriers et des petits employés de bureau, le travail d’aujourd’hui affecte peu le cadre traditionnel. L’alimentation ne fait que de rares emprunts aux modes étrangères : les boissons gazeuses, parfois la bière ne détrônent par le thé ; le vêtement ne change pas chez les femmes, par contre le pantalon gagne du terrain chez les hommes. Lorsqu’elle est bien encadrée, la main d’œuvre fait preuve d’assiduité et de compétences tout-à-fait honorables.

78Non moins révélateur est l’essor de la petite industrie : sous-traitance liée aux grandes entreprises dans les villes, petites usines et ateliers dans les gros bourgs fabriquant des produits finis, pompes, bicyclettes, outillage agricole, articles de sport... Beaucoup de ces mini-entrepreneurs n’ont guère reçu de formation moderne, certains sont illettrés.

79Comme toujours en Inde, le mouvement ne suit pas un cours uniforme : très marqué à Bombay, Calcutta et dans d’autres cités industrielles, il montre une extraordinaire vigueur au Panjab et dans les autres parties du nord-ouest. Il se fait beaucoup moins remarquer sur le cours moyen du Gange.

80Toute la gamme de rusticité est utilisée : procédés semi-artisanaux soutenus par quelques machines-outils, atelier familial ou petite usine.

81Ici aussi le système des castes joue son rôle. La fortune du Panjab est liée, comme dans l’agriculture, aux Sikhs, qui déjà se faisaient remarquer pour leur habileté lors de la construction des chemins de fer dans la seconde partie du siècle dernier. Voir aussi l’importance des garages tenus par des Sikhs.

  • 21 Cf. R.L. Owens, A. Nandy, The New Vaisyas, Durham, Carolina Academic Press, 1978.

82A Calcutta, les Mahisyas, caste d’agriculteurs dont beaucoup ont émigré en ville, ont multiplié les petites et moyennes entreprises industrielles (forges, métallurgie) dans le quartier de Howrah21.

Le système des castes22

  • 22 Cf. L. Dumont Homo Hierachicus, Essai sur le système des castes, Paris, Gallimard, 1966.

83Conformément aux préjugés anciens et contemporains, le système des castes serait responsable de toutes les malédictions qui pèsent sur l’Inde.

84Si les discriminations de castes sont abolies par la Constitution de 1950, le système n’allait pas disparaître sous la plume des législateurs. Il demeure une réalité vivante dans la vie économique et sociale, ce qui ne veut pas dire qu’il reste immuable.

  • 23 Par exemple pour les repas pris en commun par des gens de différentes castes.

85Sur plusieurs points, des assouplissements23 apparaissent en même temps que les abus reculent, même si des cas très choquants de mauvais traitements subsistent, tout en étant vigoureusement dénoncés dans la presse et par les autorités.

86Des nuances, voire des distinctions plus profondes se font jour selon les classes. Les mariages inter-castes restent très rares, sauf dans certains milieux urbains aisés et encore ils n’y sont point fréquents du tout.

  • 24 Voir les conflits en matière de places réservées dans les universités et dans l’administration pour (...)

87Le vie moderne sous toutes ses formes, politiques et socio-économiques tend, selon les cas, à renforcer le système, resserrer les intérêts d’une caste par rapport à une autre, aviver les rivalités24. Les progrès des communications, les élections constituent autant de facteurs qui peuvent aller dans ce sens. En même temps, il serait faux d’en déduire que le réflexe de caste joue automatiquement : les oppositions, les conflits d’intérêt au sein de la même caste, ne font pas défaut non plus.

88Ces phénomènes peuvent se combiner à d’autres intérêts d’ordre régional ou linguistique. Ainsi, depuis le début de ce siècle le mouvement autonomiste dravidien du Tamil Nadu, stimulé par plusieurs castes moyennes locales, s’oppose aux Brahmanes « dominateurs » et considérés d’ailleurs à tort comme des « Aryens du nord de l’Inde ». Conçu à l’origine pour lutter contre la position des Brahmanes, le mouvement provoque un choc en retour. Les Brahmanes du Tamil Nadu ont constitué une association pour la défense de leurs intérêts.

89En milieu urbain, le brassage des castes s’opère de manière plus manifeste que dans les villages, mais, comme nous l’avons vu, ce trait de la société n’est pas sans poids au niveau des entrepreneurs, des employés et ouvriers. Il se trouve aussi lié aux migrations vers les villes comme dans le cas des Mahisyas à Calcutta, les membres d’une caste attirant parents et amis.

90Dans les campagnes, les concepts de caste et de classe s’entrecroisent au point que ce serait une erreur de privilégier l’un au détriment de l’autre. Au bas de l’échelle les recoupements sont fréquents : les sans terre se recrutant largement, mais pas exclusivement, dans les rangs des castes inférieures, en particulier les Harijans (ex-intouchables). Aux échelons supérieurs et intermédiaires, le tableau devient plus complexe. Un peu partout, au niveau local se dégage une caste dominante, en général le plus gros effectif par rapport aux autres castes, détenant la plus grande partie de la terre. Souvent, cette caste est de rang intermédiaire ou moyen-supérieur, alors que les castes les plus hautes jouissent d’une moindre poids socio-économique.

  • 25 Sir Malcolm Darling, The Punjab Peasant, Londres, Oxford University Press, 1947. (1ère ed. 1925). A (...)

91Cet aspect du monde rural, qui s’est peu modifié depuis l’indépendance, exerce une influence considérable sur le développement. Lorsque la caste dominante est agricole par tradition, dure à la tâche, travaillant de ses mains, les cultures s’en ressentent, les techniques sont plus intensives. Plusieurs de ces castes sont bien connues et n’avaient pas échappé à l’attention des Britanniques. Sir Malcolm Darling, grand administrateur du Panjab, ne tarit pas d’éloges sur les Jats, caste dominante dans de nombreux villages du Nord-Ouest25. Les Patidars du Gujrat, les Kammas et Reddis de l’Andhra sont également connus pour leurs qualités de paysans.

  • 26 Voir les contrastes entre Bihar et Panjab dans Kusum Nair, In Defense of the Irrational Peasant, Ch (...)

92Le même Sir Malcolm Darling jugeait sévèrement l’attitude d’autres castes, Thakurs, Rajputs beaucoup moins soigneux, refusant très souvent le travail manuel, à commencer par les labours. Ce n’est certes pas par hasard si la carte des zones molles est liée à ce phénomène ; voir entre autres, du même type, les Bhumihars et certaines castes de Brahmanes, dans l’est de l’Uttar Pradesh ou au Bihar. Le fait qu’une bonne partie des terres soient en de telles mains ne stimule évidemment pas la production. Autour de Bénarès comme au Bihar nous observions même de très petits propriétaires de haute caste qui respectaient le tabou sur la charrue dans les années 1960. Au lieu de travailler de leurs mains, ces hommes préféraient payer, mal et avec peine, des métayers ou des manœuvres agricoles pour cultiver leurs champs. Quant aux grands propriétaires thakurs ou bhumihars, beaucoup d’entre eux n’avaient rien des gentlemen farmers du Panjab26. Ils menaient, et souvent continuent, à mener mollement leurs trains de ferme.

93Si ces comportements ne changent pas très vite, il serait faux de les considérer comme immuables. Revenant en 1978, après quatorze ans, dans le district de Bénarès, nous avons rencontré des petits propriétaires de haute caste qui avaient renoncé au tabou sur la charrue et s’étaient mis à labourer de leurs mains.

94En revanche, repassant ensuite dans le district de Muzaffarpur (nord-Bihar étudié en 1967), nous retrouvions intact ledit tabou.

95Ces observations ne doivent pas conduire à de trop rigides dichotomies. Ainsi dans l’Andhra côtier (district de Guntur) les Brahmanes aisés ne travaillent pas de leurs mains mais supervisent les travaux sur leur domaine avec compétence et attention.

96Ces problèmes des attitudes, comportements, traditions de travail se posent aussi au niveau des castes non dominantes de rang intermédiaire. Les paysans de classe et de caste moyenne (ou moyenne-inférieure) de l’est Uttar Pradesh et du Bihar, travaillent dur et améliorent leur sort, ce qui accentue les conflits évoqués plus haut.

97Parmi les castes de Harijans la diversité des comportements n’est pas moins riche. Les Mahars du Maharashtra sont bien connus pour leur dur labeur et leur esprit débrouillard. Dans le district de Guntur les Yanadis, d’origine aborigène et constituant le gros des sans terres, font preuve d’ingéniosité en multipliant les petits métiers pour améliorer leur revenu à côte des travaux dans les rizières : confection et vente de pièges en bambou pour attraper les rats des champs, chasse aux même rats moyennant rétribution de la part des propriétaires, petit négoce...

98Attitudes mornes, manque de ressort, caractérisent d’autres castes inférieures, les Jativs de Khandoï, d’autres Harijans au Bihar. Dans certaines de ces castes, les femmes ne travaillent pas dans la rizière parce que « ça ne se fait pas » avec pour conséquence un seul salaire, celui de l’homme, au lieu de deux, comme chez les Yanadis dont les femmes, alignées dix à vingt, repiquent d’un geste rapide et précis pendant que les maris retirent les pousses de la pépinière.

99Au fil des années, peut-on distinguer des changements dans ces catégories sociales ? Les castes inférieures dynamiques que nous connaissons le restent. Chez les autres, il est plus difficile de répondre. Nous serions tentés de sentir plus d’activité chez certains Jativs de Khandoi (ouest Uttar Pradesh) que chez les Chamars, Dusads et autres Harijans du Bihar. D’un autre côté, il faudrait analyser la composition par caste des travailleurs qui vont maintenant jusqu’au Panjab pour s’engager comme saisonniers.

100Seules des études très détaillées et portant sur un large éventail de régions, de castes et de classes permettraient de mieux cerner ces phénomènes et leur évolution, de bien départager ce qui bouge peu ou très lentement, ce qui change à une cadence plus vive.

  • 27 Cf. pour plus de détails, J.L. Charabard, « Les Castes dans l’Inde moderne, leur place dans la vie (...)

101Par contre, un point ne laisse aucun doute, c’est l’absurdité de tous ces clichés sur une société figée dans ses castes. Le système est infiniment plus souple qu’on ne le pense. Dans les régions de caste dominante à solides traditions agricoles, il stimule ou facilite le développement. Il le ralentit, sinon le complique là où la caste dominante est non agricole par vocation. Finalement même dans ces dernières situations, les attitudes peuvent se modifier en liaison avec l’évolution économique27.

102Si le système des castes facilite l’analyse des comportements, notamment dans l’agriculture, il serait faux de croire que les différences évoquées ne sont liées qu’aux castes. Dans bien d’autres sociétés du tiers monde, nous retrouvons cette diversité qui, comme en Inde, s’insère dans le contexte historique et socio-culturel. Quel écart, par exemple entre les grands propriétaires et paysans moyens du Panjab pakistanais ou du Sind. En Afghanistan nous notons des différences frappantes selon les régions et les communautés. En Afrique noire, telles ethnies ou tribus s’insèrent plus vite et plus aisément que d’autres dans un processus de développement.

103Dans cette perspective, la Chine fait plutôt figure d’exception avec son paysannat relativement homogène, rompu de très longue date, d’est en ouest comme du nord au sud, à un ensemble de techniques traditionnelles d’une rare intensité.

104En bref, les notions de caste et de classe se recouvrent en partie seulement. L’un et l’autre évoluent de manière distincte ou, au contraire, s’influencent réciproquement.

Les facteurs religieux

105Autres préjugés tenaces même chez certains Indiens ; l’Hindouisme et l’Islam dressent d’épaisses barrières sur le chemin du développement – résignation à son sort chez le premier, fatalisme pour le second détournent les esprits du désir de mieux vivre, voire de travailler dur.

106Sur le plan doctrinal, l’Hindouisme se montre très précis, centrant la vie sur trois principes : Dharma, l’attachement à la tradition (par extension religion), Artha, l’intérêt matériel, Kama, le plaisir, par extension l’amour. Le quatrième principe est réservé au petit nombre qui renonce au monde : Moksha, la délivrance, la quête de l’union (yoga) avec l’Esprit universel.

107Quant à l’Islam, il fait une place non moins grande à la vie matérielle, à l’activité économique.

108L’Histoire ne fait que confirmer l’interpénétration du sacré et du profane. Les grandes heures de l’Inde se signalent par l’éclat des arts et de la pensée comme par un développement matériel substantiel, ce qui n’a rien de particulier. Songeons, par exemple, à nos xii-xiiie siècles en Europe, à la flèche des cathédrales qui monte vers le ciel en même temps que l’économie connaît une spectaculaire expansion.

  • 28 M. Singer, op. cit. p. 366.

109Lorsque Milton Singer expliquait les écrits de Max Weber sur l’Hindouisme à des Brahmanes de Madras28, ceux-ci s’étonnaient : « Si ces opinions étaient exactes, comment aurions-nous vécu et fait tant de choses depuis si longtemps : construire des temples, bâtir des empires, faire la guerre, organiser l’agriculture, l’artisanat ? »

110Au-delà de ces remarques générales, des questions plus spécifiques doivent être posées. Nous avons relevé, à propos du monde rural, des différences sensibles de comportement liées aux castes et à d’autres facteurs, historiques, économiques et sociaux. Faut-il y ajouter l’élément d’ordre strictement religieux ? Rien ne permet d’affirmer que les Jats et les autres castes du nord-ouest soient moins fidèles à leur religion que les paysans de l’est Uttar Pradesh et du Bihar. La place de celle-ci dans la vie quotidienne ne présente pas de différences fondamentales : la force des rites, le pèlerinage, les croyances ne sont guère entamés par les débuts de modernisme dans la vie économique, qui sont beaucoup plus marqués dans l’ouest.

111Ici et là apparaissent des distinctions. Un jeune Brahmane, bon agriculteur de Khandoï et labourant de ses mains me faisait part de son double étonnement à propos des Brahmanes de l’est Uttar Pradesh. Ces derniers (1963) observaient scrupuleusement le tabou sur la charrue, alors que certains d’entre eux mangeaient de la viande (pas de bœuf) contrairement aux Brahmanes de Khandoï, stricts végétariens comme d’ailleurs la plupart des Jats.

  • 29 L’agitation pour l’interdiction de l’abattage des vaches dans tout le territoire (certains Etats l’ (...)

112Reste évidemment le thème si souvent évoqué des vaches. Ici la religion gêne bel et bien le développement. Le cheptel bovin s’accroît fortement, beaucoup de vaches donnent moins d’un litre de lait par jour ou pas une goutte, Vu le manque de fourrage, il serait préférable de réduire le nombre de têtes., ce qui augmenterait la production totale et par vache. Force est de constater que cette coutume ne recule que très faiblement. Dans l’ensemble, les Hindous ne s’émeuvent pas outre mesure si d’autres abattent les vaches et les mangent29 mais il ne faut pas s’attendre à les voir agir de même à bref délai, sauf au sein de castes urbaines en général très aisées, et encore de manière plutôt rare.

113Les singes suscitent des attitudes très variées. Sacrés dans certains lieux du Rajasthan notamment, ils sont abattus ailleurs, parfois de manière systématique, lorsqu’ils causent trop de dégâts. Jean-Luc Chambard rapporte que, dans le village de Piparsod (Madhya Pradesh), les Brahmanes locaux avaient payé des chasseurs pour exterminer ces animaux. Près de Nagda (Rajasthan) nous tombions en 1959, sur une situation intermédiaire : armé de son vieux pétoire, un paysan se contentait de tirer en l’air pour effrayer les singes qui s’approchaient de son champ.

114Diversité aussi à propos des rats. Comme nous l’avons vu dans l’Andhra côtier, Brahmanes et autres propriétaires des castes supérieures payent des gens de caste inférieure pour supprimer les rats des champs alors qu’ailleurs, de telles mesures font défaut.

115Anecdotes significatives, situations variées peuvent être multipliées à l’infini. Ce qui compte c’est de mesurer le très faible impact négatif de la religion sur le développement agricole. Celle-ci reste vivace dans les régions de pointe. Elle n’aide pas à expliquer la semi-stagnation des zones alanguies.

116La religion servirait-elle de refuge pour les couches les plus misérables de la société en les incitant à l’inaction ? Nos observations ne vont pas dans ce sens. C’est l’extrême pauvreté qui conduit à des phénomènes d’inertie, de passivité dans tous les domaines : force physique, capacités intellectuelles, vie religieuse.

117Face au monde rural, les villes révèlent des influences modernistes évidemment plus manifestes. Au sein des élites, en général de classe supérieure, l’érosion des valeurs religieuses prend des proportions très variables : de l’occidentalisation ou, en tout cas, du rejet très large des croyances et pratiques religieuses à la combinaison d’une vie professionnelle moderne et d’une vie privée traditionnelle comme nous y avons fait allusion. Industriels, gujratis ou marwaris, à la fois très orthodoxes et alertes businessmen, Musulmans (Khojas, Bohras) observant, de manière très stricte, les règles de l’Islam et celles de tout bon management.

118Au niveau des classes moyennes, l’héritage traditionnel reste dans l’ensemble solide, malgré les débuts d’influences modernes. L’employé de bureau musulman qui interrompt son travail pour faire la prière réglementaire, son petit tapis déroulé à côté de sa table et de sa machine à écrire, ou l’Hindou qui arrive au bureau avec, au front, les marques rituelles du culte matinal.

119Tout ce monde va au cinéma (voir des films indiens), boit du coca cola ou des boissons analogues, écoute la radio et quand il le peut achète un poste de télévision, un scooter... Les fêtes religieuses, les rites et croyances n’en disparaissent pas pour autant. Bien plus, les fêtes tendent à gagner en ampleur comme celles en l’honneur de Durga (Durga Puja) au Bengale ou les pèlerinages, ceci grâce aux progrès des chemins de fer et des autobus. La Grande Kumbh Mela, fête-pèlerinage près d’Allahabad, à la jonction du Gange et de la Jamna (qui a lieu tous les douze ans), attira, le jour le plus auspicieux de la période, 4 millions de personnes en 1954, 7 millions en 1966 et 11 millions en 1977.

120Si le cadre traditionnel est loin d’éclater, des signes d’affaiblissement, d’adultération se manifestent. Les grandes religions asiatiques s’acheminent – et depuis plusieurs siècles – vers une sorte de décadence passive. La lettre tend à prendre le pas sur l’Esprit, ce qui ne veut pas dire, pour autant, que l’Hindouisme et les autres religions de l’Inde ont perdu toute sève.

  • 30 Bien d’autres facteurs politiques et socio-économiques interviennent.

121Deux types de tendances se dégagent de manière nette : l’occidentalisation avec, pour corollaire, la baisse du sentiment religieux et le renforcement des formes extérieures de la religion, ce qu’on appelle « intégrisme » ou « fondamentalisme ». Si ces phénomènes prennent de l’ampleur dans le monde islamique, dans certains milieux de la société hindoue, chez les Sikhs, comme les tragiques événements du Panjab l’ont démontré30 ils ne datent pas d’hier. A l’université musulmane d’Aligarh en Inde, déjà avant l’indépendance, le Maulana Maududi exposait ses thèses rigoristes avant de les propager au Pakistan où il jouera un rôle très actif jusqu’à sa mort, survenue il y a quelques années.

122Le Hindu Maha Sabha, le Rashtriya Swayam Sevak Sangh (R.S.S.) préconisent eux aussi le « retour aux sources » et dans leurs rangs se recrutèrent ceux qui ont armé l’assassin du Mahatma Gandhi. Ils reprochaient à celui-ci de se montrer trop favorable aux Musulmans. Ces partis hindous restent actifs aujourd’hui, même s’ils semblent loin de pouvoir dominer la scène politique.

123De tels mouvements ne s’opposent pas au développement économique. En revanche ils avivent – ou peuvent aviver – les tensions politiques et l’intolérance : en Inde entre Hindous et Musulmans, au Pakistan au sein de la société musulmane, comme l’ont montré les graves incidents entre Sunnites et Chiites ces dernières années.

124Du point de vue religieux et doctrinal, ces aspirations ne peuvent qu’accentuer les tendances au dessèchement, à la perte du sens de la Beauté et de la Lumière de l’Hindouisme et de l’Islam telles qu’elles se sont manifestées aux grandes heures de ces civilisations.

125En substance, l’intégrisme, qui se veut réaction contre les effets corrosifs de la civilisation occidentale, contribue à accentuer l’affaiblissement des valeurs traditionnelles sous couvert de prétendu retour à l’orthodoxie. De surcroît, il n’est pas rare que les conflits d’ordre religieux servent de paravent ou de prétexte à des conflits beaucoup plus prosaïques. Les intégristes hindous et musulmans sont souvent issus de classes moyennes – inférieures en opposition avec les couches sociales supérieures et plus occidentalisées de la même religion. Dans d’autres cas, les rivalités économiques peuvent constituer le moteur principal des tensions entre communautés.

  • 31 Non moins troublant est le phénomène de « Eve Teasing » (litt. taquiner Eve) très répandu dans le n (...)

126D’autres éléments mettent en danger la vie religieuse. A Calcutta, les grandes fêtes à Durga présentent, à côté de la ferveur populaire, des aspects matériels de plus en plus déplaisants par le rôle de l’argent, les quêtes plus ou moins forcées de la part d’éléments douteux. Le festival de Holi (printemps, nord de l’Inde) donne lieu à des désordres qui font la joie des jeunes malappris31.

127Quant aux pèlerinages, s’ils attirent des foules grandissantes, leur esprit s’altère. Tout en préparant sa tasse de nescafé, un sage confiait à l’indianiste Pierre Amado : « Aujourd’hui tout est instantané, le café comme le pèlerinage. Les pèlerins se recueillent brièvement et s’en vont ».

  • 32 Cf. deuxième partie de notre livre Développement rural en Asie, op. cit.

128Reste pour terminer sur ce sujet la personnalité du Mahatma Gandhi et son message. Les dirigeants de l’Inde ont sans doute eu raison de s’écarter de Gandhi sur plusieurs points : son attitude farouchement hostile à la prévention des naissances qui découlait beaucoup plus d’une morale cadrant mal avec les traditions de l’Inde, que de dogmes religieux dont on ne trouve guère de traces dans l’Hindouisme. Les réticences de Gandhi à l’égard de l’industrie moderne s’accordent également fort mal avec les besoins du pays. Quant à l’idéal du développement auto-centré des villages, il suscite les plus sérieuses réserves, même si ces idées ont trouvé, ces dernières années, en Inde et à l’étranger, un regain de faveur dans les débats sur la selfreliance32.

129Ce qui reste en revanche impressionnant, c’est l’ascendant qu’a pu avoir le Mahatma Gandhi. Exemple admirable entre tous, seul à Calcutta en 1947, il évite massacres et pogroms entre Hindous et Musulmans. Cette force morale extraordinaire, cet esprit de tolérance demeurent les éléments les plus éclatants de son message, mais encore faut-il être un Gandhi pour en faire des atouts décisifs dans la conduite des hommes.

Essai de conclusion

  • 33 Détail piquant, les Birla, Marwaris, grande dynastie industrielle ne se lancent pas dans l’hôteller (...)

130L’Inde contemporaine, de ses paysans jusqu’à ses élites politiques et économiques, a déjoué le schéma de Condorcet et de ses modernes émules. En un peu plus de trois décennies, de profonds changements socio-économiques sont survenus : une croissance substantielle de l’agriculture, l’apparition de multiples nouvelles industries allant des camions et locomotives aux marmites à pression et au rouge à lèvres, l’électrification de nombreux villages, les progrès de l’éducation à tous les niveaux. Si les appuis venus du dehors ont joué un rôle substantiel, c’est aujourd’hui l’Inde qui se tourne vers l’extérieur non plus pas la seule exportation de matières premières (thé, jute) et de textiles, mais par la création d’usines et de centrales électriques (entre autres au Moyen Orient) l’exportation d’équipements électriques et de machines-outils en Europe ou encore par ses firmes d’ingénieurs-conseils et ses chaînes d’hôtels rayonnant jusqu’aux Etats-Unis33.

  • 34 Nous laissons de côté Hongkong et Singapour, cas très particuliers.

131Ces performances se soldent néanmoins par un taux de croissance inférieur à celui de plusieurs autres pays asiatiques, à commencer par les exemples devenus classiques de la Corée du Sud, de la province de Taiwan34 puis, dans une moindre mesure, des provinces continentales de la Chine.

132Il semble aléatoire d’invoquer les facteurs religieux et culturels en guise d’explications. Les données d’ordre historique, politique, économique jouent un rôle plus important.

133Cette expansion économique s’est opérée sans rupture véritable du cadre traditionnel, mais par adaptations, modifications partielles ou plus accusées, démentant la thèse de l’opposition radicale entre traditions et progrès.

  • 35 L.J. Rudolph et S. Hoeber Rudolph, The Modernity of Tradition, Politicai Development in India, Chic (...)

134Lloyd J. Rudolph et Suzanne Hoeber Rudolf ne se bornent pas à dénoncer cette dichotomie. En fait l’erreur de jugement est double, car elle englobe le monde occidental contemporain, « La méconnaissance de la société moderne (européenne et nord américaine) qui consiste à exclure ses traits traditionnels trouve son parallèle dans le faux diagnostic des sociétés traditionnelles qui conduit à sous-estimer leur potentialité de modernisation35 ».

135Autre question : le poids des traditions sur l’évolution sociale. Rien certes n’est figé : la misère a reculé dans maints districts, de petites classes urbaines connaissent un sort meilleur. De nouvelles castes et classes montent sur la scène à la fois économique et politique.

  • 36 Cf. sur les castes, L. Dumont op. cit.

136Et pourtant l’Inde aurait-elle pu avancer plus vite dans sa lutte contre les injustices, les inégalités ? Faut-il incriminer le système des castes et sa conception d’une société hiérarchisée en flagrante opposition avec les principes égalitaires d’Occident ?36 Nous hésitons à répondre. Lorsqu’on porte son regard sur d’autres sociétés asiatiques, bouddhistes ou musulmanes, on n’éprouve pas l’impression d’un progrès social plus marqué, ou disons nettement plus marqué qu’en Inde.

137En guise de conclusion retenons les points suivants : Si les facteurs religieux et culturels peuvent ici et là compliquer le développement moderne ou le retarder, ils ne constituent pas des obstacles majeurs. De son côté, la modernité exerce des effets ambivalents : les progrès des transports et communications contribuent à élargir l’influence de telle ou telle caste, l’évolution socio-économique peut conduire à la création d’associations pour la défense d’une caste. En même temps, plusieurs distinctions de caste s’estompent : repas en commun dans les cantines de certaines usines, disparition ou limitation sensible de maints abus, ascension socio-économique de certaines castes inférieures, perte d’influences de telle caste supérieure.

138Au niveau des techniques coexistent en milieu rural innovations et maintien de plusieurs anciennes pratiques culturales. De multiples combinaisons analogues apparaissent dans les petites entreprises industrielles.

139Le sentiment religieux a beau reculer au sein des classe aisées, les pèlerinages attirent des foules croissantes grâce au progrès des transports et communications. Face aux manifestations d’intégrisme et malgré d’autres signes de sclérose, les aspects authentiques des principales religions sont loin d’avoir disparu.

140Quant aux modes de consommation, ils subissent certes des influences extérieures, mais, en général, sans que s’opèrent des modifications radicales, des phénomènes de déracinement culturel ou de vulgaire mimétisme occidental.

141Si l’on pense à la société indienne contemporaine et à l’évolution des sociétés occidentales depuis la révolution industrielle, quelles sont les forces qui finalement altèrent le plus la civilisation traditionnelle ? L’évolution des idées, des techniques ? Pendant une période assez longue, les premières restent plutôt confinées au sein des classes supérieures, de milieu aisé. Quant aux techniques modernes, elles exercent des effets négatifs assez limités. Nous nous demandons si finalement, ce n’est pas au moment où, s’épanouit la société de consommation et ses prodigieuses hausses de revenu à tous les niveaux de la population que le cadre traditionnel cède, non pas totalement comme le rappellent les Rudolph, mais d’un manière toujours plus accusée.

142Un tel horizon reste singulièrement éloigné en Inde.

143P.S. — L’assassinat d’Indira Gandhi le 31 octobre 1984 par des Sikhs de sa garde personnelle donne la mesure des tensions et violences qui secouent l’Inde. On aurait tort de les interpréter comme une simple opposition entre l’intégrisme des Sikhs et le pouvoir central. Comme nous l’avons vu, de multiples facteurs d’ordre politique, social et économique se mêlent aux éléments religieux.

144Il paraît vraisemblablement que le nouveau premier ministre, Rajiv Gandhi, poursuivra dans la ligne tracée par son grand-père et sa mère : se situer au dessus des conflits entre Hindous, Musulmans et Sikhs, promouvoir le développement de son pays sans provoquer de rupture trop brutale entre traditions et modernisation.

Bibliographie

Balbir Nicole et al., Le Monde indien, religions et civilisation, Paris, Encyclopoche Larousse, 1979, 255 p.

Basham A.L., The Wonder that was India, New York, Grove Press, 1959, XXI 558 p.

Béteille A., Studies in Agrarian Social Structures, Delhi, Oxford University Press, 1974, 206 p.

Biardeau Madeleine, L’Hindouisme, Anthropologie d’une Civilisation, Paris, Flammarion, 1981, 206 p.

Chambard J.-L., Atlas d’un Village indien, Paris, Mouton, 1980.

Coomaraswamy A.K., The Bugbear of Literacy, Londres, Dennis Dobson, 1947, XIV, 130 p.

Delvert J. et al., Le Monde indien, Inde, Pakistan, Bangladesh, Sri Lanka, Paris, Encyclopoche Larousse, 1979, 255 p.

Dumont L., Homo Hierarchicus, Essai sur le Système des Castes, Paris, Gallimard, 1966, 445 p.

Dumont L., La Civilisation Indienne et Nous, Paris, A. Colin, 1975, 142 p.

Guénon R., Introduction Générale à l’Etude des Doctrines Hindoues, Paris, Ed. Véga, 1930, 346 p.

Jha L.K., Economic Strategy for the 80s, New Delhi, Allied Publ., 1980, 152 p.

Majumdar R.C. et al., An Advanced History of India, Londres, Macmillan, 1950, XIII, 1122 p.

Mandelbaum D. G., Society in India, Continuity and Change, Change and Continuity, Berkeley, University of California Press, 1970, vol. I & II, 665 p.

Mellor J. W., The New Economics of Growth. A Strategy for India and the Developing World, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 1976, VI, 335 p.

Milbert Isabelle, L’Inde, Evolution politique, économique et sociale, Paris, Documentation Française, Notes & Etudes, No 4639-40, 1981, 244 p.

Rudolph L. J. and S., The Modernity of Tradition, Political Development in India, Chicago, Chicago University Press, 1967.

Singer M., When a Great Tradition Modernizes, New York, Praeger, 1972, XIV, 430 p.

Srinivas M. N., Social Change in Modern India, Berkeley University of California Press, 1971, XV, 194 p.

Srinivas M. N., Caste in Modern India, Londres, Asia Pubi. House, 1962, 171 p.

Notes

1 M. Singer and B.S. Cohn (eds) Structure and Change, Chicago, Aldine, 1968, pp. 8-9.

2 Extraits de deux articles de K. Marx (10.6 et 28.7.1853, New York, Daily Tribune) cités in h. Carrère d’Encausse et S. Schram, Le Marxisme et l’Asie 1853-1964, Paris A. Colin, 1965, pp. 141-145.

3 M. Weber, The Religion of India, New York, Free Press, 1958, pp. 328 et 122.

4 G. Myrdal, Asian Drama, An Enquiry into the Poverty of Nations, New York, Pantheon 1968, pp. 103-106, 465, 1081.

5 Cf. Ghazali, Le Livre des Bons Usages en Matière de Mariage, Paris Maisonneuve, 1953. Il s’agit en l’occurrence du coïtus interruptus, p. 88-89.

6 Rappelons que dès la fin du xix siècle les Britanniques amorcent le mouvement. L’India Act de 1935 introduit des assemblées provinciales élues selon un système censitaire et des gouvernements provinciaux qui prennent en charge diverses activités : éducation, santé, agriculture, etc.

7 Quotidiens : 2,5 millions de ventes en 1952, 13,2 millions en 1980.

8 Harijan littéralement fils du dieu Hari, nom donné aux intouchables par Gandhi.

9 B.K. Nehru, « The Roots of Corruption », G.L. Mehta Memorial Lecture, Madras. 22 December 1981.

10 Cf. Szu-yu Teng, « Chinese Influence on the Western Examination System », Harvard Journal of Asiatic Studies, Vol. 7, No. 4. 1943.

11 Rappelons que la majorité des cadres de l’Indian Civil Service étaient indiens en 1947.

12 Précisons le terme, car l’administration britannique mise en place dans les districts ne se limitait par au maintien de l’ordre public.

13 Les cadres supérieurs du district doivent passer un nombre précis de jours et de nuits loin du chef lieu de district chaque mois.

14 Hier, comme aujourd’hui, un écart peut exister entre l’idéal et la réalité, mais le modèle n’est pas abstrait seulement.

15 Cf. nos ouvrages India’s Changing Rural Scene, New Delhi, Oxford University Press, 1982, et Développement Rural en Asie, Paris P.U.F. Coll. Tiers Monde, 1982.

16 Nous reprendrons plus loin et en détail l’impact des castes et les facteurs purement religieux.

17 Mariages arrangés par les parents dans la même caste mais avec un conjoint ou une conjointe d’un autre village.

18 Depuis quelques années, à Delhi et dans d’autres villes, il arrive que la mariée, dont les parents ne peuvent pas payer toute la dote convenue, soient victimes de tels mauvais traitements dans leur belle famille ou de la part de leur mari, qu’elles se suicident et souvent par le feu. Ce phénomène a pris de telles proportions que le gouvernement envisage de renforcer le code pénal.

19 M. Singer When a Great Tradition Modernizes, New York Praeger, 1972, cf. la IVe partie.

20 Le breakfast à l’anglaise a remplacé, seulement dans les classes aisées et encore pas partout, le petit déjeuner ancien. Pour les autres repas, la cuisine indienne reste dominante dans tous les milieux.

21 Cf. R.L. Owens, A. Nandy, The New Vaisyas, Durham, Carolina Academic Press, 1978.

22 Cf. L. Dumont Homo Hierachicus, Essai sur le système des castes, Paris, Gallimard, 1966.

23 Par exemple pour les repas pris en commun par des gens de différentes castes.

24 Voir les conflits en matière de places réservées dans les universités et dans l’administration pour certaines castes défavorisées.

25 Sir Malcolm Darling, The Punjab Peasant, Londres, Oxford University Press, 1947. (1ère ed. 1925). A noter que les Jats peuvent être Sikhs, Hindous ou Musulmans.

26 Voir les contrastes entre Bihar et Panjab dans Kusum Nair, In Defense of the Irrational Peasant, Chicago, Chicago University Press, 1979.

27 Cf. pour plus de détails, J.L. Charabard, « Les Castes dans l’Inde moderne, leur place dans la vie sociale, politique, économique » Revue économique et sociale, Lausanne, Sept. 1967 et « La Société indienne est-elle une société bloquée » France-Asie, Paris, 1976.

28 M. Singer, op. cit. p. 366.

29 L’agitation pour l’interdiction de l’abattage des vaches dans tout le territoire (certains Etats l’autorisent) qui éclate, de temps à autre, est de nature beaucoup plus politique que religieuse.

30 Bien d’autres facteurs politiques et socio-économiques interviennent.

31 Non moins troublant est le phénomène de « Eve Teasing » (litt. taquiner Eve) très répandu dans le nord de l’Inde depuis une demi-douzaine d’années. Des jeunes citadins tiennent des propos grossiers aux femmes et jeunes filles, se livrent à des gestes obscènes ou très vulgaires. Phénomène heureusement très rare dans la plupart des autres régions du pays où le respect traditionnel dû à la femme reste intact.

32 Cf. deuxième partie de notre livre Développement rural en Asie, op. cit.

33 Détail piquant, les Birla, Marwaris, grande dynastie industrielle ne se lancent pas dans l’hôtellerie comme les Tata car, en stricts végétariens, ils ne pourraient admettre de servir de la viande.

34 Nous laissons de côté Hongkong et Singapour, cas très particuliers.

35 L.J. Rudolph et S. Hoeber Rudolph, The Modernity of Tradition, Politicai Development in India, Chicago, Chicago University Press, 1967, p. 5.

36 Cf. sur les castes, L. Dumont op. cit.

Table des illustrations

Légende Inde
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.