Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociétés asiatiques : mutations et continuité

 | 
Jean-François Billeter
, 
Gilbert Etienne
, 
Jean-Luc Maurer

Introduction

Gilbert Etienne

Texte intégral

  • 1 Condorcet, Esquisse d’un Tableau Historique des Progrès de l’Esprit Humain, Paris, Librairie Philo (...)

1La tradition contre le progrès ou le progrès contre la tradition, pourquoi reprendre ce thème battu et rebattu depuis le Siècle des Lumières ? Condorcet l’avait résumé autour de la dichotomie radicale entre le progrès et les barrières de la religion, de la superstition. Si le philosophe s’en prend surtout au christianisme, son regard ne s’arrête pas au monde occidental : « La religion de Mahomet semble condamner à un esclavage éternel, à une incurable stupidité, toute cette vaste portion de la terre où elle a étendu son empire... La Chine nous offre le même phénomène quoique les effets de ce poison abrutissant y aient été moins funestes ». Plus loin Condorcet évoque les temps où l’Afrique et l’Asie bénéficieront des « lumières et de la raison de l’Europe » ajoutant que tout prépare « la prompte décadence de ces grandes religions de l’Orient »1.

2Ainsi lancée, la balle est reprise au xixe siècle et au xxe, à l’époque coloniale et après les indépendances qui se succèdent à partir de 1945 en Asie, puis en Afrique. Marxistes ou penseurs néolibéraux, experts étrangers et bien des cadres nationaux continuent à répéter, consciemment ou non, Condorcet. Encore aujourd’hui lequel d’entre nous n’a-t-il pas entendu cette remarque à Caboul comme à Jakarta ou à Pékin « Pour promouvoir le développement, il faut commencer par changer les mentalités ».

3Au fil des années, et en particulier au cours de la décennie 1970-1980, le débat se complique. Aux avocats inconditionnels du changement s’opposent ceux qui rejettent le modèle occidental de type capitaliste ou marxiste - peu importe - pour prôner une sorte de retour aux sources.

4Des écarts non moins sérieux se creusent entre les experts - nationaux et étrangers - qui ont une connaissance relativement solide du terrain, des hommes, des réalités socio-politiques et technico-économiques et les « intellectuels » qui se complaisent dans les schémas a priori teintés de dogmatisme.

***

5Deux questions majeures méritent d’être abordées : la vieille dichotomie entre traditions et modernisation est-elle fondée ou non ? Secondement, si elle l’est bel et bien, faut-il en conclure que le mimétisme occidentalisant est en train de faire sauter le vieil héritage des sociétés et des civilisations asiatiques ?

6Il paraît opportun de reprendre le débat. Tout d’abord les préjugés qui s’esquissent à partir du xviiie siècle ont la vie dure malgré l’accumulation des connaissances dont nous disposons aujourd’hui. En outre, les pays que nous considérons ici se trouvent depuis plus de trois décennies engagés dans un fort processus de développement et de changements socio-politiques, économiques et techniques. Modeste dans le temps ce recul permet tout de même de mieux clarifier les enjeux que ce n’était le cas en 1950.

***

7Ces trois études consacrées à la Chine, à l’Inde et à l’Indonésie ne sont pas conduites selon la même grille d’analyse. Les conditions d’enquête ne le permettent pas. A quelques réserves près, l’Inde et l’Indonésie ne posent pas de gros obstacles au chercheur, qu’il s’agisse de sources et documents, de contacts personnels. En revanche, pendant longtemps la Chine n’a fait qu’entrouvrir ses portes à l’observateur venu du dehors en fournissant des données au compte goutte.

8Le monde des villages chinois reste particulièrement mal connu. Même la société urbaine n’est pas d’un accès aussi aisé que celle des villes indiennes ou indonésiennes.

9Malgré ces écarts et ces limitations, la plus grande ouverture de la Chine aux étrangers depuis quelques années, la qualité et la quantité des informations qui nous sont accessibles rendent notre tâche plus aisée, ou en tout cas moins risquée qu’il y a dix ou vingt ans.

***

10Les textes réunis ici sont le fruit d’un travail d’observation et de réflexion poursuivi pendant de longues années dans le cadre du Centre asiatique de l’Institut universitaire de hautes études internationales.

11Jean-François Billeter a fait plusieurs séjours en Chine.

12Gilbert Etienne et Jean-Luc Maurer ont fait des études de terrain prolongées et répétées en Inde et en Indonésie. Tous trois sont à l’aise dans la langue principale du pays dont ils traitent.

13Ce petit ouvrage ne prétend évidemment pas épuiser un pareil sujet, quelqu’ait été le souci des auteurs de souligner l’essentiel, sans négliger détails et nuances. L’esquisse proposée vise à relancer ce vieux débat avec l’espoir que d’autres études suivront, aussi bien sur les pays considérés ici qu’à propos du Moyen Orient, de l’Afrique au sud du Sahara, du monde latino-américain.

14Décembre 1984

Notes

1 Condorcet, Esquisse d’un Tableau Historique des Progrès de l’Esprit Humain, Paris, Librairie Philosophique J. Urin, 1970, pp. 103, 208 et 209. (Texte présenté par O.H. Prior, nouvelle édition par Y. Belaval).

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.