Version classiqueVersion mobile

Mythe et réalité du non-alignement

 | 
Philippe Braillard

Chapitre IV. Un instrument de légitimation interne

Texte intégral

  • 1 Voir Lipset, Seymour M., Political Man. Garden City, Doubleday Anchor Books, 1960, p. 64.
  • 2 Claude, Inis, L. Jr., « Collective Legitimization as a Political Function of the United Nations. » (...)

1La légitimité est un élément essentiel au fonctionnement de tout système politique. Tout régime recherche la légitimité, c’est-à-dire la conversion de son pouvoir en autorité. La légitimité d’un régime politique implique la reconnaissance par les membres de la société de l’adéquation de ce régime et de sa politique aux exigences morales et aux besoins ressentis par cette société1. La légitimité est donc intimement liée au pouvoir, à sa recherche et à son exercice. Comme le relève bien Claude Inis, « le pouvoir et la légitimité ne sont pas antithétiques, mais complémentaires. L’envers de la légitimité du pouvoir est le pouvoir de la légitimité. Les dirigeants cherchent une légitimation non seulement afin de satisfaire leur conscience, mais aussi pour renforcer leur position. En bref, la légitimité non seulement permet à la plupart de ceux qui sont au pouvoir d’être plus à l’aise avec leur conscience, mais elle rend également tous les dirigeants plus efficaces et assurés dans la possession du pouvoir et dans son exercice. Aux considérations de moralité politique s’ajoutent des considérations plus directement liées au pouvoir pour expliquer la permanence des préoccupations de légitimité que l’on rencontre dans la sphère politique »2.

  • 3 C’est Max Weber qui a ouvert la voie à l’étude des divers processus de légitimation, en rattachant (...)

2Le besoin de légitimation est ainsi au cœur de l’exercice du politique. Tout régime use de divers moyens ou instruments de légitimation afin de confirmer, de maintenir, d’étendre son pouvoir et de faire accepter ses décisions par les membres de la société soumise à ce pouvoir. Cependant, selon la nature des régimes et l’importance du besoin de légitimation, les instruments de légitimation utilisés peuvent être fort divers3.

3Dans la plupart des pays du Tiers Monde, pays où l’Etat est en voie de construction et où les institutions politiques sont souvent encore loin de reposer sur une réalité nationale de nature sociale et culturelle, le besoin de légitimation des pouvoirs en place est incontestablement très important, non seulement en ce qui concerne les politiques suivies mais aussi et surtout quant à l’existence du régime. En outre, dans ces pays, les institutions et le système politique tout entier tirent souvent leur légitimité non pas d’une participation de masse au mécanisme de la représentation politique mais de la légitimité et donc de l’autorité du dirigeant lui-même, ce dernier s’appuyant directement sur les masses et cherchant, par divers moyens, à obtenir le consentement de ces dernières à son pouvoir, afin d’assurer la stabilité de l’ordre politique.

  • 4 Voir à ce sujet les remarques de Robert C. Good dans « State-Building as a Determinant of Foreign P (...)

4Dans ces pays où l’Etat est encore souvent à la recherche d’une nation, les moyens de légitimation sont donc en grande partie différents de ceux que l’on rencontre dans les pays industrialisés occidentaux, vu l’absence, la plupart du temps, de système démocratique et la fragilité des structures politiques qui sont encore en voie de formation ou n’ont pour le moins pas trouvé leur stabilité. Le nationalisme, l’anticolonialisme, l’anti-impérialisme et donc l’option en faveur du non-alignement prennent ici une place importante comme moyens de légitimation. La politique étrangère devient ainsi un instrument au service de la politique intérieure dans la mesure où elle est largement utilisée afin de légitimer les régions et les pouvoirs en place, ainsi que les choix politiques opérés par ces pouvoirs. Son élaboration et sa formulation constituent donc tout autant sinon plus une réponse à des problèmes et à des besoins intérieurs qu’à des problèmes extérieurs4.

Le non-alignement comme stratégie du consensus

5Le recours au non-alignement comme instrument de légitimation des régimes et des élites au pouvoir relève d’un processus complexe dont les formes sont diverses.

6Tout d’abord, en optant pour le non-alignement, on adhère à un discours exprimant le refus de l’ordre que cherchent à imposer les superpuissances et leurs alliés, proclamant le rejet d’une politique de puissance qui condamnerait les Etats faibles et périphériques à s’aligner sur l’un ou l’autre des blocs en adoptant une logique fondée sur la seule reconnaissance des rapports de force. On oppose ainsi à la « realpolitik » une politique fondée, d’une part, sur un ensemble de valeurs, telles que la coexistence pacifique, le désarmement, etc. et, d’autre part, sur une volonté d’indépendance nationale.

  • 5 Chapitre III, pp. 46-49.
  • 6 Il faut sans doute reconnaître que la politique d’Indira Ghandhi à l’égard de l’URSS, et en particu (...)
  • 7 Voir Dhanani, Gulshan, « Saudi Arabia and Non-alignment ». International Studies, vol. 20, 1981, p. (...)

7Ce discours non aligné auquel on tend à rattacher l’ensemble des choix opérés en matière de politique étrangère, en présentant ces derniers comme la conséquence d’une option fondamentale en faveur du non-alignement et donc de l’indépendance nationale, contribue grandement à légitimer ces choix. En effet, la référence constante au non-alignement permet généralement de susciter un large accord des diverses forces politiques en présence car il est difficile de mettre en question une politique étrangère se prévalant du non-alignement et de l’indépendance nationale. Cette fonction de légitimation interne de la politique étrangère est d’autant plus facilement accomplie que le non-alignement est lui-même, ainsi que nous l’avons montré ci-dessus5, un concept ambigu car dépourvu de contenu précis, ses critères laissant la voie largement ouverte à de multiples interprétations. On peut ainsi rattacher au non-alignement et faire légitimer en tant que non alignées des politiques étrangères aussi diverses que celle d’Indira Gandhi couronnée par le traité d’amitié indo-soviétique de 19716 et celle du royaume saoudien très nettement favorable aux Etats-Unis et aux pays occidentaux7.

8Le refus d’alignement et tout le discours à travers lequel il s’exprime représentent ainsi un indiscutable facteur de cohésion permettant, sur des thèmes de politique étrangère, de rassembler autour des élites au pouvoir des forces politiques très diverses, dans des sociétés fortement conflictuelles et qui sont souvent caractérisées par une importante hétérogénéité ethnique et culturelle et par une grande instabilité politique. Dans ces sociétés ayant pour la plupart souffert directement du colonialisme et étant donc très sensibles à toute menace d’une nouvelle dépendance, seuls un discours et un projet politique exaltant l’indépendance nationale et donc tournés vers l’extérieur sont capables de susciter un consensus. Le discours non aligné joue ainsi le rôle d’une force anti-centrifuge par excellence.

  • 8 Cité par C.V. Crabb, The Elephant and the Grass. A Study of Nonalignment. New York, Praeger, 1967, (...)

9Dans ces pays, une politique étrangère fondée sur une alliance avec une grande puissance peut porter sérieusement atteinte à la légitimité du pouvoir en place, en suscitant l’image d’un pouvoir faible et à la merci d’une puissance étrangère. C’est ce qu’avait bien compris Nasser qui rattachait la politique du neutralisme positif qui était la sienne à la crainte de voir sa crédibilité affaiblie en Egypte et dans le monde arabe s’il n’affirmait pas, à travers sa politique étrangère, l’indépendance de l’Egypte à l’égard des grandes puissances. Il déclarait en effet : « Je craignais l’alignement avec quelque pouvoir extérieur que ce soit, parce que je connaissais le peuple arabe et son histoire. Durant des siècles, ce peuple avait pris l’habitude de regarder ceux qui le gouvernaient avec crainte et soupçon en les considérant comme les agents de puissances étrangères, prenant leurs ordres auprès des ambassadeurs... »8.

10En Inde également, pour prendre un autre exemple, l’opinion était très sensible à l’exigence d’affirmation de l’indépendance nationale. Il était donc hors de question pour le régime au pouvoir, une fois conquise l’indépendance, de retomber, sous peine de perdre toute crédibilité, dans une autre dépendance à l’égard cette fois de l’une ou l’autre des superpuissances, en se laissant entraîner dans un nouveau conflit dicté par les intérêts des grands et donc perçu comme étranger aux impératifs de développement et d’autonomie de l’Inde. Qui plus est, certaines forces politiques, non seulement dans l’opposition mais aussi à l’intérieur même du parti du Congrès penchaient vers l’une ou l’autre des deux superpuissances. Pour Nehru, le choix du non-alignement, fondé sur l’affirmation de l’indépendance de l’Inde, était seul capable de dégager un large consensus, de neutraliser les forces opposées et d’assurer la stabilité politique du pays. Une politique d’alignement aurait pu conduire le pays à la guerre civile, à l’éclatement. Après la disparition de Nehru, la référence au non-alignement va demeurer au centre de la politique étrangère de l’Inde, même lorsque cette dernière manifestera un indiscutable rapprochement avec l’Union soviétique. Elle restera par la suite une condition sine qua non à la légitimité de tout pouvoir et de toute politique étrangère. Ainsi, en 1977, le parti d’opposition Janata, qui conteste globalement la politique d’Indira Gandhi ayant conduit à l’état d’exception, prend le non-alignement comme thème central de sa campagne en matière de politique étrangère. S’il critique durement la politique étrangère menée par Indira Gandhi, ce n’est pas en raison du rattachement de cette politique au non-alignement, mais au contraire à cause de ce que les responsables du Janata considèrent comme une absence d’authentique non-alignement.

11En s’opposant ainsi aux grandes puissances et en affirmant le droit de leur pays à l’indépendance en matière de politique étrangère comme dans les autres domaines, les dirigeants des Etats non alignés contribuent à légitimer leur régime et leur pouvoir aux yeux des masses, l’indépendance nationale étant en effet considérée comme une exigence fondamentale et comme la condition indispensable à la conduite de toute politique de développement national. Dans les Etats faibles, périphériques et traversés par des forces très conflictuelles, l’affirmation, par le biais du non-alignement, de l’indépendance nationale face aux grandes puissances occupe ainsi une place centrale dans le processus de légitimation des élites au pouvoir.

Non-alignement et rejet de l’autre

12Ce refus d’alignement sur les superpuissances tend à s’inscrire toujours davantage, au fur et à mesure du développement du mouvement des pays non alignés, dans un rejet de toute forme d’impérialisme et de colonialisme. L’indépendance nationale n’est en effet pas seulement affirmée face aux superpuissances mais elle l’est aussi et surtout face aux puissances coloniales et, d’une manière générale, aux pays industrialisés. Les revendications formulées ne sont pas seulement politiques (poursuite du processus de décolonisation) mais aussi économiques (instauration d’un nouvel ordre économique international). En d’autres termes, le refus de s’aligner sur les superpuissances n’est considéré que comme une manifestation d’un phénomène plus vaste qui est la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme. On est ici en présence d’une forme de rejet, de refus de l’autre, dans ce qui constitue sa position dominante, que ce soit en tant que colonisateur ou en tant que grande puissance. Ce refus de l’autre, qui exprime sans doute une recherche d’identité – c’est par opposition à l’autre que l’on se définit et que l’on s’affirme – est au fondement de l’efficacité du discours non aligné comme instrument de légitimation des élites au pouvoir dans de nombreux pays du Tiers Monde. Ce processus de légitimation s’opère de diverses manières.

  • 9 Adoptant une approche psychanalytique, Jean-Pierre Ferrier parle à propos de ce rejet de l’autre d’ (...)

13Tout d’abord, le pouvoir de rassemblement attribué ci-dessus au refus d’alignement sur les superpuissances est indiscutablement renforcé par le rattachement du refus d’alignement à un rejet de toute forme d’impérialisme et de colonialisme. Le rejet de l’autre en tant que porteur d’impérialisme9 fonde une stratégie de consensus visant à rassembler les masses populaires autour des élites au pouvoir. Cela prend notamment une très grande importance dans plusieurs pays dont la décolonisation s’est opérée, dans ses phases ultimes tout au moins, par un accord entre la puissance coloniale et les élites locales. En effet, dans ces pays, ces élites tendent à être suspectées, par les représentants de plusieurs courants nationalistes, de préserver les intérêts de l’ancienne puissance coloniale. C’est ainsi, par exemple, qu’en Inde et en Birmanie les communistes mettaient en question la légitimité des régimes issus de la décolonisation en les traitant d’agents de l’impérialisme. Pour les élites au pouvoir, le non-alignement est, face à ces attaques, d’un précieux secours.

  • 10 Voir à ce sujet, Phadnis, Urmila, Patnaik, Sivananda, « Non-alignment as a Foreign Policy Strategy  (...)

14L’anticolonialisme et l’anti-impérialisme ne sont certes pas, ainsi que nous l’avons déjà relevé, propres au non-alignement. La légitimation des régimes au pouvoir à laquelle ils contribuent ne se limite pas à la seule sphère du mouvement des pays non alignés. En outre, ce processus de légitimation par le non-alignement et l’anticolonialisme existe déjà bien avant la création formelle du mouvement des pays non alignés puisque le non-alignement est adopté progressivement dès la fin des années quarante par plusieurs pays d’Asie et d’Afrique. Ainsi, par exemple, au Sri Lanka, le SLFP (Sri Lanka Freedom Party) de Sirimas Bandaranaike a, dans les années cinquante, largement utilisé son profil non aligné et anticolonialiste pour légitimer et renforcer son pouvoir en dégageant un large consensus10. Il en a été de même en Iran, entre 1950 et 1953, pour le parti du front national du Dr Mossadegh. Cependant, par son discours structuré et cohérent, et par l’institutionnalisation qui est la sienne, notamment à travers les conférences au sommet et les déclarations et résolutions qui y sont adoptées, le mouvement des pays non alignés offre un cadre particulièrement favorable à ce processus de légitimation.

15L’efficacité de cette stratégie de consensus que constitue l’option en faveur du non-alignement est encore renforcée par le fait que l’exaltation de l’indépendance nationale face aux grandes puissances et le rejet de tout colonialisme et impérialisme s’inscrivent dans un discours moralisateur, faisant du non-alignement le gardien des valeurs démocratiques et morales dans un monde voué à la politique de force pratiquée par les grandes puissances. Il est en effet difficile, pour les divers courants politiques dans la plupart des pays ayant adhéré au non-alignement, de contester avec une quelconque chance de succès auprès des masses populaires, la légitimité de pouvoirs établis mettant l’accent sur une politique étrangère dont la priorité proclamée est l’indépendance nationale et le rejet de toute forme d’impérialisme dans le cadre d’un processus de démocratisation des relations internationales.

  • 11 Voir à ce sujet Rothstein, Robert L., « Alignment, Nonalignment, and Small Powers : 1945-1965 », op (...)

16La légitimation des pouvoirs en place par le non-alignement s’opère également par le fait que le rejet de l’autre permet fréquemment de détourner l’attention des problèmes intérieurs grâce à l’importance accordée à la politique étrangère et en particulier à l’accent mis sur les menaces venant de l’extérieur. En insistant sur les dangers que représentent pour l’indépendance et la souveraineté nationale de pays faibles et périphériques la politique des blocs et, de manière plus générale, les pratiques impérialistes et néo-colonialistes des grandes puissances, on cherche à convaincre les diverses forces politiques ainsi que les masses populaires de la nécessité de rassembler en une lutte commune toutes les énergies pour défendre le droit national à l’existence et à l’indépendance, en faisant taire les divergences et les conflits d’intérêts susceptibles de diviser la nation et d’affaiblir sa résistance face à la menace extérieure11.

  • 12 Ce type de discours est à rapprocher des théories de l’impérialisme, du néo-colonialisme et de la d (...)

17Un tel processus de résistance face à la menace extérieure ne se limite toutefois pas à faire taire momentanément les divergences intérieures. Il contribue également à jeter un voile sur les problèmes intérieurs ou, pour le moins, à rattacher directement ces problèmes aux menaces extérieures. Par la politisation de la politique étrangère et la mobilisation des masses sur les grands thèmes de cette politique -anticolonialisme, anti-impérialisme, refus d’alignement – on tend à rendre l’environnement international responsable des problèmes intérieurs et en particulier des problèmes sociaux et économiques du sous-développement. On rattache ainsi le sous-développement à la structure impérialiste du système international et plus particulièrement à la poursuite de l’exploitation colonialiste par des moyens de contrôle informel12. On masque par exemple souvent l’énorme disparité des revenus existant à l’intérieur du pays en insistant sur le fossé croissant entre le revenu par tête du pays et celui des Etats industrialisés, et en faisant de ce fossé la conséquence du seul impérialisme. En proclamant la nécessité d’instaurer une justice distributive au niveau international (instauration d’un nouvel ordre économique international), on tend à masquer l’absence d’une telle justice au niveau national. L’anticolonialisme, l’anti-impérialisme et le non-alignement sont donc souvent autant, sinon plus, à usage interne qu’à usage externe.

  • 13 Voir Liska, George, « The ‘Third Party’: The Rationale of Nonalignment ». In Martin, Laurence W., e (...)

18On comprend ainsi que le choix en faveur du non-alignement et l’adoption d’un discours anticolonialiste et anti-impérialiste soient parfois utilisés comme moyens de légitimation par des régimes pratiquant une politique conservatrice. En proclamant leur militantisme, que ce soit à travers le refus de la politique des blocs menée par les superpuissances ou à travers la lutte contre toute forme d’impérialisme et de colonialisme, en faisant descendre dans la rue ces grands thèmes de politique étrangère afin de mobiliser les masses, et en adoptant même parfois un discours et une étiquette socialistes, certains régimes conservateurs voire réactionnaires cherchent à masquer la véritable nature de leur politique sociale et économique et à priver d’une bonne partie de leurs arguments les forces d’opposition mettant en question les grandes orientations sociales et économiques du régime13. On assiste ainsi à un phénomène de recouvrement de la sphère politique interne par la sphère de la politique étrangère, le discours de politique étrangère ayant pour fonction d’éclipser la réalité des choix en matière de politique intérieure et de conférer à lui seul la légitimité au pouvoir en place. Il y a en quelque sorte diffusion à l’ensemble du champ politique de l’image que donne de lui-même ce pouvoir par son discours de politique étrangère. Pour ne prendre qu’un exemple, le parti Baas irakien a cherché à maintenir et à renforcer la légitimité d’un régime toujours plus conservateur en mettant habilement l’accent sur son non-alignement, son soutien sans réserves au processus de décolonisation et aux mouvements de libération nationale et sa lutte contre toute forme d’impérialisme dans le système international et donc en faveur d’une véritable démocratisation de ce système par l’instauration de plus de justice et d’égalité dans les relations entre Etats.

Non-alignement et neutralisation des forces d’opposition

19Le non-alignement permet également, dans diverses situations, de renforcer le pouvoir des gouvernements et donc de consolider les régimes existants en affaiblissant, en isolant, voire même en neutralisant certaines forces politiques d’opposition.

20En premier lieu, l’adoption d’une politique de non-alignement peut permettre à un gouvernement d’isoler certaines forces politiques proches de l’une ou l’autre des grandes puissances et susceptibles de servir de relais d’influence à cette puissance à l’intérieur du pays, avec à terme une possible déstabilisation du régime. Au nom du non-alignement, le gouvernement a une grande liberté pour imposer de sérieuses restrictions à l’action de ces forces politiques d’opposition. Pour reprendre l’exemple de l’Irak, le parti Baas au pouvoir, utilisa largement, dans la seconde moitié des années soixante-dix, son statut de pays non aligné pour restreindre l’influence de Moscou à l’intérieur du pays et pour tenter d’isoler puis d’étouffer le parti communiste iraquien qui critiquait violemment la coopération économique de l’Irak avec les pays capitalistes et qui constituait une menace pour la stabilité du régime. D’une manière quelque peu différente, après l’indépendance, le régime tanzanien utilisa, à travers son option en faveur du « socialisme africain », le non-alignement ainsi que le militantisme anti-impérialiste et anticolonialiste pour marginaliser les groupes économiques et sociaux, en particulier les colons, prônant le maintien et le renforcement des liens économiques avec les pays occidentaux et représentant une menace pour la bourgeoisie bureaucratique naissante.

21Deuxièmement, le non-alignement proclamé par un gouvernement peut permettre à ce dernier, dans la mesure où il est associé à un anticolonialisme et à un anti-impérialisme militants, voire à des prises de position clairement anti-occidentales, ainsi que c’est le cas de très nombreux pays non alignés, de limiter considérablement l’emprise des partis communistes et la portée de leurs critiques à l’égard du régime, en les privant de la plupart de leurs arguments. Ainsi, dès 1948 en Birmanie, U Nu chercha avec un certain succès, en adoptant une politique activiste de non-alignement, à faire taire les critiques que lui adressaient les communistes birmans.

22Troisièmement, le non-alignement peut être utilisé pour neutraliser ou tout au moins affaiblir les opposants potentiels se situant à l’intérieur même du régime, en particulier les éléments les plus radicaux de l’élite au pouvoir. L’activisme en matière de politique étrangère, tout au moins sur le plan du discours, en particulier l’anticolonialisme, l’anti-impérialisme et l’anti-occidentalisme, joue ici un rôle non négligeable dans la mesure où il prive du support interne nécessaire à toute action les opposants potentiels se situant à l’intérieur du régime, en adoptant le discours militant qui est le leur. C’est ce qu’avait bien compris Nasser qui, afin de neutraliser les militaires les plus radicaux susceptibles de menacer son pouvoir, utilisa largement le neutralisme positif, version égyptienne du non-alignement, en se gardant de tout rapprochement avec l’Ouest et en adoptant un discours très militant, voire anti-occidental.

23Ce processus de neutralisation, par le moyen de la politique étrangère, des opposants potentiels se trouvant à l’intérieur même du régime au pouvoir, est sans doute porteur d’une tendance naturelle à la surenchère et conduit ainsi souvent à l’adoption d’un discours et d’un activisme utilisant de manière très marquée les sentiments nationalistes et anti-occidentaux. On trouve d’ailleurs des traces très évidentes de cette surenchère dans les diverses déclarations et résolutions des conférences au sommet des pays non alignés, à l’exception peut-être de la Conférence de Belgrade. Ce processus conduit également très fréquemment à l’adoption d’un langage socialiste peu en rapport avec les politiques sociales et économiques des régimes qui le pratiquent.

24Ces trois formes de recours au non-alignement visant à affaiblir et même à neutraliser certaines forces politiques d’opposition se voient incontestablement renforcées par la création puis par l’institutionnalisation progressive du mouvement des pays non alignés. En effet, ce dernier permet aux pouvoirs en place de faire légitimer, notamment par leur participation aux conférences des pays non alignés et par leur adhésion aux diverses déclarations et résolutions adoptées par l’ensemble des membres du gouvernement, leur statut de non aligné et de donner un crédit et une résonance incomparablement plus grands à leur discours militant.

Le prestige international comme facteur de légitimation

25La légitimation des régimes au pouvoir par le non-alignement s’opère également de manière très importante par le biais du prestige international et donc de la consécration extérieure que peuvent ou en tout cas que semblent acquérir, à travers leur participation aux rencontres des pays non alignés, les responsables politiques des pays ayant opté pour le non-alignement.

  • 14 Voir à ce sujet Dawïsha, Adeed, « Arab Regimes, Legitimacy and Foreign Policy ». The International (...)

26La stature internationale que confère aux chefs d’Etat ou de gouvernement leur présence aux diverses réunions tenues sous l’égide du non-alignement et de la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme tend à accroître la légitimité interne de ces dirigeants et donc de leurs régimes et à renforcer par là-même les moyens qu’ils ont, grâce au non-alignement, de contrer leurs opposants. Cette dimension de la légitimation prend d’autant plus d’importance que, dans la plupart des pays du Tiers Monde, la légitimité du régime repose en grande partie, voire même uniquement, sur la légitimité personnelle du dirigeant politique suprême14.

27C’est l’expérience que fit Nasser lorsque, à son retour de la Conférence de Bandoung, où il avait défendu avec un certain brio le neutralisme positif, il reçut un accueil délirant des masses égyptiennes et vit son pouvoir conforté par la stature internationale qu’il venait d’acquérir. Le développement du mouvement des non-alignés et la périodisation des rencontres au sommet vont contribuer à renforcer ce processus de légitimation des hommes d’Etat par le non-alignement. A travers ces réunions auxquelles ils participent, de nombreux dirigeants de pays non alignés parviennent à développer une image flatteuse de leur rôle international, celle d’hommes d’Etat de premier plan, préoccupés par les affaires mondiales, qu’ils n’hésitent pas à prendre directement en main, se situant en dehors et même au-dessus des conflits minant le système international contemporain, servant d’intermédiaires et même de médiateurs entre les superpuissances et opposant à la politique de force menée par ces dernières une politique fondée sur la coexistence pacifique, la défense de l’indépendance nationale, le désarmement, la lutte contre l’impérialisme et la recherche de plus de justice dans le système international.

28Cette image est d’ailleurs souvent aménagée et renforcée par un double processus à l’intérieur des pays non alignés : d’une part, on tend à exagérer l’importance des conférences rassemblant les pays non alignés, en particulier quant à leur retentissement international et quant à leurs résultats ; d’autre part, les chefs d’Etat ou de gouvernement des pays non alignés cherchent à présenter sous leur jour le meilleur leur contribution personnelle à ces rencontres et au développement du non-alignement dans le monde. Ce processus d’amplification présente néanmoins des limites évidentes, car l’activisme verbal et la propagande intérieure ne peuvent totalement se substituer à un rôle effectif et de premier plan à l’intérieur du mouvement. C’est pourquoi ce sont avant tout des hommes très actifs tels que Tito, Nasser, Nehru, Boumédienne, etc., qui ont le plus bénéficié de cette reconnaissance internationale en tant que facteur de légitimité interne.

29Cette légitimation des responsables et ce renforcement de leur pouvoir par leur consécration internationale s’est également opérée à travers le rôle joué par certains chefs d’Etat ou de gouvernement en tant qu’hôtes de conférences des pays non alignés. L’organisation des sommets du mouvement occupe ici une place particulièrement importante car, en permettant au chef d’Etat ou de gouvernement du pays hôte de recevoir dans sa capitale un très grand nombre de dirigeants politiques du monde entier, elle lui confère un prestige indiscutable qui ne peut que contribuer à renforcer son pouvoir. C’est ainsi que la réunion à Lusaka, en septembre 1970, du troisième sommet des pays non alignés apporta un incontestable appui au président Kenneth Kaunda qui traversait une période difficile et devait faire face à d’importants problèmes intérieurs. Le prestige lié à l’organisation et à l’accueil d’une conférence au sommet s’accroît encore après la Conférence de Lusakea avec l’attribution, au chef d’Etat du pays hôte, de la présidence pour trois ans du mouvement des non-alignés. On comprend ainsi l’insistance dont fit preuve le président irakien Saddam Hussein pour accueillir a Bagdad, en 1972, le septième sommet des pays non alignés. En effet, une présidence irakienne du mouvement aurait pu apporter à Saddam Hussein, outre une caution à sa politique étrangère, un renforcement de sa légitimité dans une période particulièrement difficile en raison notamment du conflit avec l’Iran.

Les limites du non-alignement comme instrument de légitimation interne

30Si le non-alignement a pu, dans de nombreux cas, ainsi que cela a été suggéré ci-dessus, contribuer de diverses manières à légitimer et à renforcer les régimes et les élites au pouvoir dans plusieurs pays non alignés, cela ne signifie toutefois pas qu’il représente l’unique source de légitimité pour ces régimes ni surtout qu’il suffise à lui seul et dans tous les cas à assurer la stabilité d’un régime. Les nombreux coups d’Etat et révolutions dont ont été le théâtre des pays non alignés montrent bien les limites de l’efficacité du non-alignement comme instrument de légitimation interne.

31La légitimité d’un régime, et en particulier celle d’un dirigeant politique, est l’aboutissement d’un processus complexe, politique, idéologique, social, culturel, dans lequel la politique étrangère et en particulier le non-alignement peuvent jouer un rôle important, pour autant que les circonstances le permettent et que les responsables politiques aient l’habileté d’exploiter à leur avantage ces circonstances. C’est ce qu’ont pu et su faire Tito, Nehru, Nasser tout au long de leur carrière politique, pour ne citer ici que les trois plus grandes figures historiques à l’origine du non-alignement et du mouvement des pays non alignés. C’est ce qu’ont pu et su faire également, dans une large mesure et à certains moments en tout cas, des dirigeants politiques aussi divers qu’Indira Gandhi, Saddam Hussein, Fidel Castro. C’est ce que n’ont pas pu ou su faire, au-delà d’une certaine limite, des hommes d’Etat tels que Soekarno, Nkrumah et Ben Bella.

Notes

1 Voir Lipset, Seymour M., Political Man. Garden City, Doubleday Anchor Books, 1960, p. 64.

2 Claude, Inis, L. Jr., « Collective Legitimization as a Political Function of the United Nations. » International Organization, vol. 20, 1966, p. 368. Voir également les remarques de Hans Morgenthau dans Politics among Nations. The Struggle for Power and Peace. Second Edition, Revised and Enlarged. New York, Alfred A. Knopf, 1955, pp. 80-83 et pp. 210-211.

3 C’est Max Weber qui a ouvert la voie à l’étude des divers processus de légitimation, en rattachant les types de légitimité à des types de domination. Voir son ouvrage Economie et société, Paris, Pion, 1971.

4 Voir à ce sujet les remarques de Robert C. Good dans « State-Building as a Determinant of Foreign Policies in the New States. » In Martin, Laurence W., éd., Neutralism and Non-Alignment. The New States in World Affairs. Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1976, pp. 3-12.

5 Chapitre III, pp. 46-49.

6 Il faut sans doute reconnaître que la politique d’Indira Ghandhi à l’égard de l’URSS, et en particulier le traité d’amitié de 1971, fut non seulement légitimée par la référence faite au non-alignement mais aussi par les enjeux du conflit avec le Pakistan et spécialement par la situation prévalant au Bangladesh. Voir à ce sujet : Ghosh, Partha S., « Domestic Sources of India’s Policy of Non-alignment », India Quarterly, vol. 36, 1980, p. 353.

7 Voir Dhanani, Gulshan, « Saudi Arabia and Non-alignment ». International Studies, vol. 20, 1981, p. 365. On peut toutefois trouver des exemples dans lesquels, malgré le discours non aligné adopté par un gouvernement, des choix de politique étrangère conduisant à un engagement trop prononcé à l’égard d’une superpuissance ont suscité de violentes réactions obligeant les dirigeants politiques à des révisions douloureuses. Ainsi, par exemple, en fut-il de l’alignement sur les Etats-Unis pratiqué par le cabinet du premier ministre indonésien Sukinam qui, en 1952, conduisit celui-ci à sa chute en raison des violentes réactions suscitées par cette politique.

8 Cité par C.V. Crabb, The Elephant and the Grass. A Study of Nonalignment. New York, Praeger, 1967, p. 41.

9 Adoptant une approche psychanalytique, Jean-Pierre Ferrier parle à propos de ce rejet de l’autre d’« impossible meurtre du père ». Voir son étude « Non-alignement : l’impossible meurtre du père ». Politique internationale, n° 21, 1983, pp. 231-248.

10 Voir à ce sujet, Phadnis, Urmila, Patnaik, Sivananda, « Non-alignment as a Foreign Policy Strategy : A Case Study of Sri Lanka », op. cit., pp. 228-230.

11 Voir à ce sujet Rothstein, Robert L., « Alignment, Nonalignment, and Small Powers : 1945-1965 », op. cit., p. 409.

12 Ce type de discours est à rapprocher des théories de l’impérialisme, du néo-colonialisme et de la dépendance, qui sont souvent d’inspiration néo-marxiste et qui ont connu un grand développement dès la fin des années cinquante. Sur ces théories on peut voir Braillard, Philippe, Senarclens, Pierre de, L’impérialisme. Paris, Presses Universitaires de France, 1980 (Collection « Que sais-je ? »), ch. 4.

13 Voir Liska, George, « The ‘Third Party’: The Rationale of Nonalignment ». In Martin, Laurence W., ed., Neutralism and Non-alignment. The New States in World Affairs. Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1976, p. 90.

14 Voir à ce sujet Dawïsha, Adeed, « Arab Regimes, Legitimacy and Foreign Policy ». The International Spectator, vol. 20, n° 2, 1985, pp. 3-10.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search