Version classiqueVersion mobile

Mythe et réalité du non-alignement

 | 
Philippe Braillard

Chapitre II. L’image du non-alignement

Texte intégral

1Les diverses questions que suscite une observation attentive du phénomène du non-alignement et de son développement rapide sur la scène internationale peuvent être, dans un premier temps en tout cas, regroupées en trois catégories. Premièrement, les questions relatives à l’origine du non-alignement, aux déterminants de ce phénomène, aux facteurs structurels et conjoncturels qui ont conduit de nombreux pays à converger dans la définition et l’adoption d’un certain nombre de principes et objectifs devant fonder une politique qualifiée de non-alignement. Deuxièmement, les questions liées à la nature de ce phénomène : s’agit-il d’une politique étrangère bien précise et facilement identifiable, ou plutôt d’une grande orientation en matière de politique étrangère ou encore d’une stratégie adoptée par un certain nombre d’Etats ? Ces divers Etats forment-ils un simple mouvement relativement lâche ou au contraire une véritable organisation ? Troisièmement, les questions portant sur les fonctions du non-alignement : quelles fonctions le mouvement des pays non alignés remplit-il dans le système international contemporain et dans quelle mesure l’accomplissement de ces fonctions permet-il d’expliquer non seulement la survie de ce mouvement tout au long d’une période marquée par des conjonctures internationales très changeantes, mais aussi son développement remarquable puisqu’il rassemble aujourd’hui en son sein près des deux tiers des Etats de la planète ?

2Les représentants des pays non alignés ont cherché, en particulier à travers les documents adoptés par les conférences au sommet du mouvement, à apporter eux-mêmes des réponses à ces diverses questions, à élaborer une interprétation du non-alignement, de ses origines, de sa nature et de son rôle dans le système international contemporain. Il se dégage donc de l’intérieur même du mouvement une image du non-alignement.

3Les observateurs politiques, ainsi que de nombreux chercheurs -politologues, sociologues, économistes, historiens, – ont, de leur côté, tenté d’interpréter le non-alignement en proposant des réponses aux diverses questions suscitées par ce phénomène. Ces réponses sont sans doute parfois divergentes, notamment quant à l’importance relative des divers facteurs qui déterminent l’apparition du non-alignement sur la scène internationale et quant à la hiérarchie des fonctions remplies par ce mouvement. Toutefois, on doit constater que, au-delà de ces divergences ou plutôt de ces différences d’accent, une image relativement cohérente se dégage des nombreuses recherches ayant pour objet le non-alignement. En d’autres termes, les divers éléments d’interprétation qui sont avancés sont beaucoup plus complémentaires que contradictoires. L’image ainsi projetée du non-alignement n’a peut-être pas toujours des contours très nets, mais elle n’est pas pour autant fractionnée, éclatée.

4En outre, on doit curieusement constater que cette image se superpose le plus souvent sans peine à celle qui se dégage des discours des pays non alignés eux-mêmes. Il n’y a ainsi pas de décalage important entre l’interprétation que les acteurs donnent eux-mêmes et celle proposée par la plupart des observateurs et des chercheurs, ce qui peut laisser supposer chez ces derniers l’absence du recul et de la distance critique qui devraient être le propre de tout chercheur indépendant.

  • 1 Voir à ce sujet : Chaliand, Gérard, Les faubourgs de l’histoire. Tiers-mondisme et Tiers Monde. Par (...)

5Deux facteurs permettent toutefois d’expliquer cette constatation qui peut, de prime abord, sembler étonnante. D’une part, un grand nombre d’analyses et recherches consacrées au non-alignement sont l’œuvre de chercheurs et d’observateurs provenant des pays non alignés eux-mêmes. La position de ces chercheurs dans les sociétés qui sont les leurs – sociétés qui ont été marquées directement par le colonialisme ou qui ont dû lutter durement pour conquérir et affirmer leur indépendance –, le contexte idéologique et politique dans lequel ils se situent, les conduisent tout naturellement à adhérer, souvent sans réserves, aux doctrines politiques officielles, à se faire les avocats d’une politique gouvernementale et, d’une manière plus générale, à adopter les objectifs proclamés par le mouvement des pays non alignés, en particulier l’affirmation nationale face aux superpuissances et le rejet de toute forme de colonialisme et d’impérialisme. D’autre part, le manque de recul et de distance critique constaté chez plusieurs chercheurs et observateurs appartenant à des pays industrialisés est sans doute une manifestation directe du mythe du tiers-mondisme, de la mauvaise conscience de l’Occident à l’égard du Tiers Monde, qui a marqué durant de nombreuses années et marque encore largement aujourd’hui le regard que portent les sciences sociales sur le Tiers Monde1 Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que de nombreux chercheurs occidentaux aient en grande partie reproduit le discours officiel des pays non alignés, discours profondément imprégné de nationalisme et d’anti-impérialisme, contribuant ainsi à renforcer l’image que ces pays ont cherché à donner d’eux-mêmes et du non-alignement.

Les origines du non-alignement

6Lorsqu’on s’interroge sur les origines du non-alignement et que l’on cherche à mettre en évidence les facteurs qui ont favorisé, voire déterminé l’émergence de ce phénomène, le premier facteur qui vienne tout naturellement à l’esprit est la bipolarisation marquant le système international après la Seconde Guerre mondiale, en raison du conflit stratégique et idéologique opposant les deux superpuissances. Le non-alignement aurait donc son origine dans un refus de la division du monde en blocs, dans une résistance d’un certain nombre de pays, la plupart issus de la décolonisation, à se voir impliqués dans un conflit qui leur est étranger. La Guerre froide et la menace qu’elle fait peser sur la paix mondiale et sur l’indépendance des pays faibles et périphériques serait ainsi l’un des facteurs déterminant tout d’abord l’adhésion de plusieurs pays afro-asiatique à l’idée de non-alignement puis, dès le début des années soixante, l’apparition d’un mouvement de pays non alignés.

  • 2 Voir ci-dessus, pp. 5-6.

7Les vingt-cinq pays présents à la Conférence de Belgrade reconnaissant d’ailleurs eux-mêmes implicitement l’importance de la Guerre froide et de la politique des blocs dans l’émergence du non-alignement, en accordant une importance prioritaire dans leurs déclarations, suivant en cela les demandes pressantes de Nehru, aux menaces liées au conflit Est-Ouest et à la constitution de deux blocs antagonistes. L’appel qu’ils adressent directement aux responsables des deux superpuissances, en insistant sur la nécessité de l’instauration d’une coexistence pacifique, témoigne bien de cette importance. Par ailleurs, le choix des cinq critères du non-alignement opéré lors de la Conférence préparatoire du Caire manifeste lui aussi la place centrale accordée au conflit Est-Ouest par les pays qui créent le mouvement des non-alignés. En effet, quatre des cinq critères adoptés2 définissent le non-alignement comme un refus d’être impliqué d’une manière ou d’une autre dans les conflits entre les grandes puissances. Le premier critère mentionne explicitement le non-alignement et la coexistence d’Etats ayant des systèmes sociaux et politiques différents comme fondements d’une politique indépendante. Quant aux troisième, quatrième et cinquième critères, ils affirment tous la nécessité de rester en dehors des conflits entre les grandes puissances, que ce soit en relation avec les alliances militaires multilatérales, les accords de défense bilatéraux ou la concession de bases militaires à une puissance étrangère.

  • 3 Voir par exemple : Tadic, Bojana, « Les prémisses historiques et sociales du non-alignement ». Revu (...)
  • 4 Pour Jayantanuja Bandyopadhyaya, « les contradictions de la Guerre froide ont certainement créé le (...)
  • 5 Mates, Leo, Non-Alignment: Theory and Current Policy. Belgrade, The Institute of International Poli (...)

8Si de très nombreux chercheurs mentionnent, d’une manière ou d’une autre, l’importance du rôle joué par la bipolarisation du système international dans la diffusion de l’idée de non-alignement et la formation d’un mouvement3, la plupart d’entre eux insistent toutefois sur le fait que la Guerre froide n’est pas le seul facteur à l’origine du non-alignement et vont même souvent jusqu’à affirmer que son rôle est avant tout conjoncturel et de nature secondaire. La Guerre froide et le refus des blocs qu’elle suscite n’aurait été en fin de compte qu’un élément favorable4, n’aurait joué qu’un rôle de catalyseur5, les véritables déterminants du non-alignement étant situés ailleurs.

  • 6 Prasad, Bimal, « Historical Background of Non-Alignment ». International Studies, vol. 20, 1981, p. (...)
  • 7 Nouvel ordre international et non-alignement, op. cit., p. 85.
  • 8 Voir par exemple à ce sujet les remarques de Parameswaran Nayar dans « Growth of Non-alignment in W (...)

9C’est sans conteste la décolonisation qui est considérée comme le facteur capital dans le développement du non-alignement. Dans cette perspective, le non-alignement est conçu comme l’expression d’une aspiration profonde des peuples décolonisés à l’indépendance. On considère ainsi que « l’émergence de la politique de non-alignement a, d’une manière générale, été le résultat de l’expérience faite par les peuples d’Asie et d’Afrique durant la période de leur lutte pour l’indépendance et non pas une chose inventée soudainement au lendemain de l’indépendance afin de répondre à la situation créée par la Guerre froide. Au contraire, elle symbolisait les besoins et les aspirations les plus profonds de ces peuples et donnait un fondement à leur sentiment d’indépendance nationale »6. Dans le même sens, les chefs d’Etat ou de gouvernement des pays non alignés affirment, dans leur déclaration finale à l’issue de la Conférence de Lusaka, que « la politique de non-alignement est le résultat de la résolution des pays indépendants de préserver leur indépendance nationale et les droits légitimes de leurs peuples »7. Ces pays, la plupart faibles et démunis, ne veulent en aucun cas voir leur autonomie, souvent durement conquise, amputée et leur liberté d’action restreinte par le jeu des grandes puissances. Traversés par un fort courant de nationalisme, ils cherchent à s’affirmer comme des acteurs à part entière sur la scène internationale8. L’anticolonialisme et l’anti-impérialisme seraient ainsi les déterminants principaux du non-alignement.

  • 9 Tadic, Bojana, « Les prémisses historiques et sociales du non-alignement », op. cit., p. 9.

10Le sous-développement est aussi mentionné parfois parmi les facteurs ayant présidé à l’émergence du non-alignement. Frappés durement par le sous-développement économique, les pays nouvellement indépendants prennent conscience des limites de leur souveraineté économique et de leur situation de dépendance dans l’économie mondiale. Cette prise de conscience renforce et élargit les orientations anticolonialistes et anti-impérialistes de ces pays et les conduit à s’engager dans une solidarité active de combat dont le mouvement des pays non alignés est la manifestation la plus directe9. Dans cette perspective, le rejet de l’ordre économique international existant, opéré dès la Conférence de Lusaka par les non-alignés, et le projet d’un nouvel ordre témoignent de cet état de fait.

  • 10 Ibid., p. 10. Voir aussi les remarques de Momir Stojkovic dans « Le caractère de classe du non-alig (...)

11Un petit nombre de chercheurs, essentiellement yougoslaves, insistent sur le caractère de classe du non-alignement et considèrent que l’apparition et le développement de ce phénomène peuvent être rattachés à l’extension du socialisme comme processus mondial. Pour ces chercheurs, « ... le non-alignement est issu de la résistance aux formes impérialistes de rapports, à la politique de bloc, à la politique de force, à la subordination et à la dépendance coloniales et néocoloniales, et à l’agression ouverte ou camouflée. Par sa nature profonde et sa mission historique, il concorde donc avec le socialisme qui est, par définition, la négation du capitalisme à l’échelle mondiale »10. Le non-alignement serait ainsi l’expression d’une tendance socio-historique de nature anti-impérialiste, manifestée par le développement du socialisme dans le monde.

La nature du non-alignement

12Une autre composante de l’image du non-alignement, qui se dégage à la fois des analyses des chercheurs et observateurs politiques et des déclarations des pays non alignés eux-mêmes, porte sur la nature de ce phénomène. Plusieurs aspects peuvent être ici distingués. Tout d’abord les réflexions sur le contenu du non-alignement vu comme l’expression d’un ensemble de choix et d’orientations adoptés par un certain nombre de pays sur la scène internationale. On met ici en évidence les principes, les objectifs et les critères du non-alignement. Comme nous le verrons, ce type de réflexion est directement lié à celui ayant pour objet les origines du non-alignement. Ensuite les considérations visant à mettre en lumière la nature du non-alignement en adoptant une perspective centrée sur l’élaboration de la politique étrangère. On cherche ici à situer la place du non-alignement dans l’élaboration de la politique étrangère des pays non alignés. Enfin, les remarques portant sur la nature du non-alignement en tant que facteur dynamique rassemblant un certain nombre d’Etats, remarques cherchant à éclaircir la nature de ce groupement d’Etats.

13Pour ce qui est tout d’abord du contenu du non-alignement, tel qu’il apparaît à travers les critères, les principes et les objectifs du mouvement, on retrouve les deux tendances qui caractérisent les réflexions sur les origines du non-alignement. D’une part, on insiste sur le refus de l’alignement sur l’un ou l’autre des blocs, sur la volonté exprimée par un nombre grandissant de pays d’affirmer leur indépendance à l’égard des grandes puissances et des conflits qui les opposent. D’autre part, on met en évidence la nature anticolonialiste et anti-impérialiste du non-alignement.

  • 11 Nouvel ordre international et non-alignement, op. cit., p. 212.

14Les critères du non-alignement, adoptés lors de la Conférence préparatoire du Caire en juin 1961 et confirmés par le sommet de La Havane en septembre 197911, définissent le non-alignement, ainsi que nous l’avons déjà relevé ci-dessus, avant tout comme une volonté de rester à l’écart de la politique des grandes puissances et de leurs conflits. Seul le deuxième critère vise directement le colonialisme en caractérisant le non-alignement par son soutien au mouvement d’indépendance nationale.

  • 12 Ibid., p. 88.

15Quant aux principes d’action et objectifs que s’est fixés le mouvement, ils portent à la fois sur le rejet de la politique des blocs et sur le combat contre le colonialisme, le néo-colonialisme et l’impérialisme. Ainsi, par exemple, les participants au sommet de Lusaka déclarent que les objectifs fondamentaux du non-alignement sont « la recherche de la paix mondiale et de la coexistence pacifique par le renforcement du rôle des pays non alignés au sein des Nations Unies, de manière à constituer un obstacle plus efficace contre toute forme d’agression, toute menace ou tout recours à la force contre la liberté, l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité territoriale d’un pays quelconque ; la lutte contre le colonialisme et le racisme, qui sont contraires au principe d’égalité et de dignité humaines ; le règlement des litiges par des moyens pacifiques ; l’arrêt de la course aux armements suivi du désarmement universel ; l’opposition aux pactes et alliances militaires entre grandes puissances ; l’opposition à la création de bases militaires étrangères et à l’installation de troupes étrangères sur le territoire d’autres nations dans le contexte des conflits entre grandes puissances et de la répression colonialiste et raciste ; l’universalité des Nations Unies et la décision de renforcer leur efficacité ; la lutte pour l’indépendance économique et la coopération mutuelle sur la base de l’égalité et de l’avantage réciproque. »12

  • 13 Ibid., p. 210.

16Ces mêmes objectifs vont être réaffirmés tout au long de l’histoire du non-alignement. C’est ainsi que, par exemple, les participants à la Conférence de La Havane rappellent que les principes et les objectifs du mouvement sont « la lutte contre l’impérialisme, le colonialisme, le néo-colonialisme, l’apartheid, le racisme, y compris le sionisme, et toutes les autres formes d’agression, d’occupation, de domination, d’ingérence ou d’hégémonie étrangères, ainsi que contre la politique des grandes puissances et des blocs, soit, en d’autres termes, le rejet de toutes les formes d’asservissement, de dépendance, d’ingérence ou d’intervention – directe ou indirecte – et de toutes les pressions – qu’elles soient économiques, militaires ou culturelles – dans les relations internationales »13.

  • 14 Ibid., p. 51.

17On doit toutefois constater qu’au cours du temps certains changements s’opèrent dans la hiérarchie des objectifs que se fixe le mouvement. Alors que l’opposition à la politique des blocs et la défense d’une politique de coexistence pacifique sont prioritaires lors de la Conférence de Belgrade, l’anticolonialisme et l’anti-impérialisme tendent, dès la Conférence du Caire, à passer au premier plan dans l’image que les pays non alignés donnent du non-alignement, de ses principes et de ses objectifs. Certes, la lutte contre le colonialisme, le néo-colonialisme et l’impérialisme figurent déjà parmi les objectifs fixés à Belgrade, leur éradication étant considérée comme une condition indispensable à l’établissement d’une paix durable14. Néanmoins, à Belgrade, l’anticolonialisme et l’anti-impérialisme ne sont pas encore au centre de la définition du non-alignement.

  • 15 Voir notamment les remarques de Samir N. Anabtawi dans Neutralists and Neutralism ». Journal of Pol (...)

18On peut être tenté de voir dans cette évolution, comme certains observateurs l’ont fait, certaines contradictions dans la définition du non-alignement par les pays qui y adhèrent, voire même un abandon progressif des principes et de la spécificité du mouvement15. Il faut toutefois reconnaître que le discours non aligné est caractérisé, en dépit de ces changements, par une remarquable cohérence. En effet, l’accent mis, dès 1964, sur la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme pour définir le non-alignement ne remet pas en question le refus de s’aligner sur l’un ou l’autre des blocs et l’engagement en faveur de la coexistence pacifique, car il s’inscrit dans une vision selon laquelle l’impérialisme et le néo-colonialisme sont au fondement même de la politique des blocs et des conflits entre les grandes puissances. Lutter contre l’impérialisme consiste donc, selon le discours non aligné, aussi bien à rejeter la politique des blocs et à œuvrer en faveur de la coexistence pacifique qu’à s’engager en faveur d’une totale décolonisation. Il en sera de même, lorsque, dès la Conférence de Lusaka, les pays non alignés accorderont la priorité à des revendications économiques, en mettant l’accent sur la nécessité de transformer la structure de l’économie mondiale. En effet, la conquête de la pleine souveraineté économique, qui est au fondement du nouvel ordre économique international revendiqué, s’inscrit parfaitement pour les non-alignés, dans la lutte contre l’impérialisme et le néocolonialisme. Ainsi, le rejet de toute forme d’impérialisme et de colonialisme donne sa cohérence et son unité à travers le temps au discours non aligné, en intégrant les diverses dimensions et formes que prend ce discours tout au long de son évolution.

  • 16 Ainsi, M.S. Rajan relève que « ... l’opposition au colonialisme n’est pas rattachée à l’alignement (...)

19Si la majorité des chercheurs et observateurs reprennent, dans ses grandes lignes, ce discours non aligné et estiment que la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme est, comme principe d’action, au fondement du non-alignement, quelques voix s’élèvent pour contester cette image en insistant sur le fait que ce n’est pas la lutte contre l’impérialisme et le colonialisme qui donne sa spécificité au non-alignement, mais bien le refus de s’aligner sur l’un ou l’autre des blocs en adhérant à la logique conflictuelle d’un monde bipolaire, refus animé par la volonté d’avoir une politique étrangère indépendante16.

20L’image ainsi projetée du non-alignement quant à ses critères, objectifs et principes d’action le distingue très nettement de la neutralité. Il y a unanimité parmi les observateurs et les chercheurs, de même qu’à l’intérieur du mouvement des non-alignés, pour reconnaître que neutralité et non-alignement sont deux réalités d’essence différente, bien que certains points de contact ou de convergence puissent exister entre elles.

  • 17 Voir Neuhold, Hanspeter, « Permanent Neutrality and Non-alignment: Similarities and differences ». (...)

21On relève tout d’abord que, à la différence de la neutralité qui est avant tout un concept juridique, le non-alignement est un concept politique. La neutralité est un statut juridique qui peut être soit occasionnel soit permanent et s’applique à un Etat qui s’engage à rester en dehors d’un conflit armé. Ce statut impose aux Etats neutres des obligations juridiques très précises17. Il est donc contraignant. Le non-alignement n’est par contre pas lié à un statut juridique particulier. C’est un choix politique consistant à refuser l’alignement sur l’un ou l’autre des blocs et à mener une politique étrangère indépendante en restant en dehors des alliances conduites par les grandes puissances.

  • 18 Pelinka, Anton, « Permanent Neutrality and Non-alignment. An Austrian Viewpoint ». Revue roumaine d (...)

22On insiste ensuite sur le fait que le concept de neutralité est fondamentalement lié à l’état de guerre. L’objectif des Etats neutres est de rester à l’abri d’éventuels conflits armés. C’est avant tout par rapport à l’éventualité de tels conflits que se définit la neutralité. En temps de paix, les neutres permanents suivent une politique leur permettant d’assurer leur neutralité au cas où, à l’avenir, une guerre éclaterait. Quant au non-alignement, on considère au contraire qu’il ne se définit pas par rapport à l’éventualité d’une guerre. Il a, estime-t-on, pour objectif de tirer, en temps de paix, le maximum d’avantages d’une certaine configuration du pouvoir, en fondant une politique étrangère définie comme indépendante18.

  • 19 On va même parfois jusqu’à opposer la politique de neutralité, en la considérant comme axée sur le (...)
  • 20 Jawaharlal Nehru ’s Speeches, New Dehli, Ministry of Information and Broadcasting, 1958, vol. 1, p. (...)
  • 21 Discours prononcé le 24 janvier 1959 à l’occasion de la visite à Colombo du maréchal Tito. Texte ci (...)

23Un autre aspect également très souvent relevé est le caractère actif du non-alignement que l’on oppose à la nature plutôt passive de la neutralité. Le statut de neutralité, de par les obligations qui lui sont liées, impose aux pays neutres une réserve souvent identifiée à de la passivité, même si l’on reconnaît que les Etats neutres, en contribuant au règlement pacifique des différends et en offrant leurs bons offices, peuvent donner à leur politique égrangère une certaine dimension positive et active. Le non-alignement est au contraire considéré comme un engagement très actif, le refus de s’aligner sur l’une ou l’autre des grandes puissances ne signifiant nullement que l’on renonce à prendre parti dans les affaires internationales et à poursuivre un certain nombre d’objectifs, notamment à défendre les intérêts nationaux et à jouer un rôle sur la scène internationale19. C’est cette idée qu’exprimait parfaitement Nehru lorsque, parlant du non-alignement, il affirmait que « il ne s’agit pas d’une politique négative et neutre. C’est une politique positive, qui découle de notre lutte pour la liberté. (...) Lorsque la liberté de l’être humain ou la paix sont en danger, nous ne pouvons pas être neutres et nous ne le serons pas ; la neutralité serait en effet une trahison de ce pour quoi nous avons combattu et de ce que nous défendons »20. Le premier ministre sri-lankais Bandaranaike allait dans le même sens en déclarant : « Nous ne somme pas neutralistes. Nous n’adoptons pas une attitude négative. En suivant nos diverses manières d’être dans le non-alignement à l’égard des blocs, nous faisons preuve d’une attitude très positive. (...) Nous sommes totalement engagés à l’égard de la paix dans ce qu’elle a de positif, à l’égard de l’amitié entre toutes les nations, ainsi que de la paix, la prospérité et le bonheur de toute l’humanité21.

24On considère enfin que, à la différence de la neutralité dont le statut s’applique de manière spécifique et individuelle à chacun des Etats neutres, même si une reconnaissance par les autres pays de ce statut de neutralité est nécessaire, le non-alignement est avant tout un phénomène de groupe, ainsi qu’en témoigne l’existence d’un mouvement des pays non alignés. Certes, les non-alignés ne constituent pas un bloc, mais expriment toutefois leur non-alignement à travers un engagement concerté dont on trouve une manifestation directe dans les conférences des chefs d’Etat ou de gouvernement des pays non alignés et, de manière plus générale, dans la progressive institutionnalisation du mouvement (création d’un bureau de coordination, désignation de pays coordinateurs, etc.). On relève que, si les pays neutres européens ont développé entre eux divers contacts privilégiés, ces derniers ne sont pas un élément constitutif du statut de neutralité, la neutralité ne s’exprimant pas à travers un phénomène de groupe.

25Tout en distinguant aussi clairement la nature du non-alignement de celle de la neutralité, on ne manque pas de souligner l’existence de certaines convergences entre ces deux réalités. D’une part, la politique de neutralité converge avec celle de non-alignement par sa volonté de rester à l’écart des blocs, de même que par son action en faveur de la coexistence pacifique et de la détente. D’autre part, certains points de contact se sont développés entre les neutres et les non-alignés, ainsi qu’en témoigne notamment la participation des neutres, en tant qu’invités, aux récentes conférences au sommet du mouvement des non-alignés. En outre, dans le contexte européen, une coopération fructueuse s’est établie, à l’occasion de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE), entre les pays neutres et les trois pays non alignés participant à cette conférence, soit la Yougoslavie, Malte et Chypre.

  • 22 Voir par exemple Verlet, Martin, « Perspective et dimensions du non-alignement ». La Pensée, n° 212 (...)
  • 23 Voir Korany, Bahgat, Social Change, Charisma and International Behaviour: Toward a Foreign Policy-m (...)
  • 24 Voir Ul Haq, Obaid, « Two Cheers for Nonalignment ». Southeast Asian Affairs, vol. 3, 1977, p. 40. (...)
  • 25 Rana, Aspy Phiroze, The Imperatives of Nonalignment. A Conceptual Study of India’s Foreign Policy i (...)

26L’image qui est donnée de la nature du non-alignement comporte encore un autre aspect, lié à une perspective centrée sur l’élaboration de la politique étrangère. Si, d’une manière générale, on ne va pas, la plupart du temps, jusqu’à identifier le non-alignement à une politique étrangère bien précise, en raison sans doute de la diversité des politiques étrangères suivies par les pays non alignés, on s’accorde souvent pour considérer le non-alignement comme une conception des relations internationales22, comme une grande orientation en matière de politique étrangère, fondée sur les critères, principes et objectifs adoptés et proclamés par le mouvement des pays non alignés23. De manière assez proche, certains observateurs considèrent que le non-alignement est une certaine façon de concevoir la politique étrangère, une philosophie politique inspirant directement l’action de certains pays24. On parle aussi parfois de stratégie en matière de politique étrangère25.

  • 26 Rothstein, Robert L., « Alignment, Nonalignment and Small Powers : 1945-1965 ». op. cit., pp. 405, (...)
  • 27 Voir par exemple : Ratnam, Perala, « Non-Alignment in the Seventies. » India Quarterly, vol. 26, 19 (...)

27Certains chercheurs adoptent toutefois un point de vue plus restrictif et, rejetant l’idée que le non-alignement pourrait être une fin en soi, insistent sur le rôle avant tout instrumental du non-alignement dans l’élaboration de la politique étrangère. On parle ici soit d’une tactique visant à obtenir le maximum d’avantages dans une configuration donnée du pouvoir sur la scène internationale26, soit d’un moyen, d’un instrument utilisé dans l’élaboration de la politique étrangère. Cet instrument devrait permettre à des pays faibles et périphériques d’élaborer leur politique étrangère de manière indépendante, notamment à l’égard des blocs, et de s’affirmer comme acteurs à part entière sur la scène internationale, en sauvegardant ainsi au mieux leurs intérêts nationaux27.

  • 28 Nouvel ordre international et non-alignement, op. cit., p. 53.
  • 29 Kardelj, Edvard, « Les racines historiques du non-alignement. » Questions actuelles du socialisme, (...)

28Un dernier aspect de l’image qui est donnée de la nature du non-alignement prend en considération la dimension collective de ce dernier. On relève en effet, que le non-alignement est un phénomène de groupe, qu’il rassemble un certain nombre d’Etats. L’évolution du mouvement, son élargissement rapide, sa progressive institutionnalisation sont perçus comme un reflet direct de cette réalité. La nature de ce groupement d’Etats est toutefois avant tout définie négativement. On insiste en effet, aussi bien parmi les observateurs que dans le discours officiel des non-alignés, sur le fait que les pays membres du mouvement, tout en développant des structures de coopération et en constituant donc un groupe d’Etats solidaires, ne forment pas et ne veulent pas former un bloc. Dès la Conférence de Belgrade, les représentants des non-alignés insistent d’ailleurs explicitement sur ce refus en déclarant que « les pays non alignés représentés à la présente conférence ne prétendent pas créer un nouveau bloc et ne peuvent pas constituer un bloc »28. Ce refus est fondé sur la contradiction qu’il y aurait, pour un mouvement refusant la politique des blocs et l’alignement sur les grandes puissances, à constituer un troisième bloc. D’autre part, on reconnaît que, vu les capacités économiques et militaires très limités de ses membres, ainsi que son hétérogénéité idéologique, politique, sociale, économique et culturelle très importante, le mouvement des pays non alignés serait de toute façon dans l’incapacité de former un bloc puissant et homogène29.

  • 30 Nayar, N. Parameswaran, « Growth of Non-alignment in World Affairs ». India Quarterly, vol. 18, 196 (...)
  • 31 Willets, Peter, The Non-Aligned Movement. The Origins of a Third World Alliance. Londres, Francés P (...)
  • 32 Voir l’allocution prononcée par Julius Nyerere lors de la quatrième réunion ministérielle du Groupe (...)

29Tout en reconnaissant ainsi qu’il s’agit d’un simple mouvement, rassemblant un nombre grandissant de pays, quelques observateurs soulignent, en se fondant sur les objectifs proclamés par ce groupement d’Etats, le caractère revendicatif de ce dernier et le considèrent soit comme un groupe de pression30, soit même comme une alliance d’un type nouveau, c’est-à-dire une alliance non militaire d’Etats qui sont unis dans la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme31. Ce type d’analyse tend à rejoindre l’interprétation du non-alignement proposée par le président tanzanien Julius Nyerere, interprétation selon laquelle il s’agirait d’un syndicat des nations pauvres et faibles, cherchant par la solidarité et l’action commune à transformer un système international injuste en instaurant un nouvel ordre économique international32.

Les fonctions du non-alignement

30Une dernière composante de l’image donnée du non-alignement, que ce soit par les représentants des pays membres du mouvement ou par les observateurs politiques et les chercheurs, a trait aux diverses fonctions remplies par ce mouvement. Bien que cette dimension de l’image du non-alignement soit moins systématiquement abordée et éclairée que les deux premières (l’origine et la nature du non-alignement), elle est, comme nous l’avons relevé plus haut, d’une grande importance car seul l’accomplissement avec succès d’une ou plusieurs fonctions devrait permettre d’expliquer non seulement la survie, mais aussi et surtout le développement rapide de ce mouvement. On verrait en effet difficilement comment un mouvement totalement dysfonctionnel aurait pu connaître une telle croissance.

31Six fonctions principales sont attribuées au non-alignement :

  1. Atténuation de la structure bipolaire du système international et passage à un système multipolaire.

  2. Instauration de la coexistence pacifique dans le système international et, à travers elle, de la détente entre les blocs, notamment en jouant un rôle d’intermédiaire entre les parties en conflit.

  3. Préservation de la sécurité des pays non alignés par la détente et par l’indépendance acquise à l’égard des blocs.

  4. Accélération du processus de décolonisation.

  5. Démocratisation des relations internationales.

  6. Rejet d’un ordre économique international injuste et instauration d’un nouvel ordre.

  • 33 Voir par exemple la déclaration politique de la Conférence de Colombo in Nouvel ordre international (...)

32Si, d’une manière générale, la majorité des observateurs s’accordent pour reconnaître un rôle non négligeable au mouvement des pays non alignés dans le système international, il n’y a pas consensus sur l’ensemble des fonctions mises en évidence, chacun tendant à mettre l’accent sur une ou plusieurs d’entre elles. Par contre, à travers leurs diverses déclarations les représentants des pays non alignés donnent de leur mouvement une image reflétant toutes ces fonctions sans exception33.

  • 34 Ul Haq, Obaid, « Two Cheers for Non-alignment », op. cit., p. 48.
  • 35 Korany, Bahgat, Tawfik, Nagy, « Nonalignment: Its Conflict-Reducing Function in the International S (...)
  • 36 Ajami, Fouad, « The Fate of Nonalignment. » Foreign Affairs, vol. 59, 1980, p. 368.
  • 37 Bebler, Anton, « Security Aspects of Non-alignment ». International Studies, vol. 14, 1975, p. 302.
  • 38 Korany, Bahgat, Social Change, Charisma and International Behaviour, op. cit., pp. 363-364.

33Pour ce qui est de la première de ces fonctions attribuées au non-alignement, on relève que le mouvement des pays non alignés a été le moteur, grâce à son rejet de la politique des blocs et son refus d’alignement, d’un changement structurel profond du système international. Par leur option en faveur du non-alignement, leur refus d’être de simples objets pouvant être appropriés par un système d’alliances, par leur volonté de défendre leur indépendance et de faire entendre leur voix à travers une politique étrangère autonome élaborée en fonction de leurs intérêts propres et non de ceux des grandes puissances, les pays non alignés auraient ainsi permis de stopper le processus de polarisation du système international engagé avec la Guerre froide, processus dont la logique devait conduire à la division du monde entier en deux blocs34. La politique de non-alignement a, pense-t-on, permis un considérable accroissement de l’hétérogénéité du système international, ainsi que du pluralisme et de la flexibilité structurelle de ce dernier35, ce qui a entraîné un phénomène de diffusion du pouvoir à l’intérieur de ce système36. Le non-alignement aurait ainsi été l’agent catalytique de la transition vers une structure du pouvoir polycentrique dans le monde37, structure constituée d’un mélange de bipolarité et de multipolarité et portant en elle une irrésistible tendance à la multipolarité38.

  • 39 Bandyopadhyaya, Jayantanuja, « The Non-aligned Movement and International Relations », op. cit., p.(...)
  • 40 Muni, S.D., « Non-Alignment and the Security Parameter. » International Studies, vol. 20, 1981, p.  (...)
  • 41 Kardelj, Edvard, « Les racines historiques du non-alignement », op. cit., p. 127. Voir aussi Jha, C (...)
  • 42 Colard, Daniel, Le mouvement des pays non alignés, Paris, La Documentation française, 1981 (« Notes (...)

34La deuxième fonction attribuée au non-alignement est directement liée à la première dans la mesure où elle procède aussi du refus de la politique des blocs et de l’alignement. On considère en effet que cette opposition à la division du monde en deux blocs antagonistes, en cassant la dynamique de la bipolarisation et en accroissant par là-même la flexibilité structurelle du système international, a largement contribué à l’instauration de la détente entre les deux superpuissances39. On relève que, dès l’origine du non-alignement, la coexistence pacifique, en particulier entre pays à systèmes sociaux différents, fut au cœur de cette conception des relations internationales, ainsi qu’en témoignent les cinq principes énoncés en guise de préambule à l’accord sino-indien du 29 avril 1954, de même que les dix principes adoptés l’année suivante par la Conférence de Bandoung. On souligne que, par la suite, dès la création du mouvement des non-alignés, c’est la coexistence pacifique qui est au cœur des préoccupations des pays membres de ce mouvement, ceux-ci s’adressant directement aux dirigeants des superpuissances pour qu’ils mettent en pratique cette coexistence40. En refusant ainsi d’être les objets et les enjeux de la confrontation Est-Ouest et en se faisant les promoteurs de la coexistence pacifique, les non-alignés auraient ainsi contribué de manière déterminante à l’instauration des conditions nécessaires à la réduction des tensions internationales41. Certaines analyses insistent sur le rôle d’intermédiaires entre les grandes puissances en conflit que les pays non alignés auraient joué dans l’accomplissement de cette fonction d’instauration de la détente42.

  • 43 Voir par exemple la déclaratioin politique de la Conférence d’Alger in Nouvel ordre international e (...)
  • 44 Bandyopadhyaya, Jayantanuja, North over South. A Non-Western Perspective of International Relations (...)

35La troisième fonction reconnue au non-alignement est celle de la préservation de la sécurité des pays non alignés, en particulier à l’égard des superpuissances. On considère ici que le non-alignement a répondu de manière efficace au besoin, ressenti par les pays faibles et périphériques, de protéger leur indépendance et leur souveraineté nationale de l’interférence des grandes puissances43. Grâce au poids acquis par le mouvement, en raison notamment de son importance numérique et de sa croissance rapide, le non-alignement aurait en effet offert à ces pays une position protégée leur permettant d’élaborer leur politique étrangère en jouissant d’une remarquable indépendance44.

  • 45 Voir par exemple Mendis, Vernon, « The Policy of Non-alignment ». Marga, vol. 3, n° 3, 1976, p. 41.
  • 46 Ratnam, Perala, « Non-alignment in the Seventies », op. cit., p. 266. Voir également : Uh Haq, Obai (...)
  • 47 Matthies, Volker, « Die Bewegung der Blockfreien. Entwicklung, Probleme, Perspektiven », op. cit., (...)

36Quant à la quatrième fonction, celle de l’accélération du processus de décolonisation, elle est considérée par de très nombreux observateurs comme étant l’une des fonctions clés du non-alignement45. On estime en effet que le mouvement des pays non alignés, par son soutien déterminé au mouvement de libération nationale et sa dénonciation incessante du colonialisme, a joué un rôle majeur dans la poursuite, l’amplification et l’accélération du processus de décolonisation46. On considère également que la pression commune des pays non alignés, en utilisant largement le cadre des Nations Unies et en agissant en profondeur sur l’opinion mondiale, a contribué à limiter la violence dans ce processus de décolonisation47. On reconnaît aussi qu’en retour ce processus a renforcé le mouvement des non-alignés, en lui permettant de s’élargir au fur et à mesure de l’accession des anciennes colonies à l’indépendance.

  • 48 Il apparaît même dans le titre du document final adopté par le Sommet de Lusaka. Voir Nouvel ordre (...)
  • 49 Tadic, Bojana, « Non-Alignment as a Factor of Democratization of International Relations and as a F (...)
  • 50 Bandyopadhyaya, Jayantanuja, « The Non-aligned Movement and International Relations », op. cit., pp (...)

37La cinquième fonction attribuée au non-alignement est celle de la démocratisation des relations internationales. Ce concept de démocratisation figure d’ailleurs, dans de nombreuses déclarations adoptées lors des conférences des non-alignés, comme l’un des objectifs principaux du mouvement48. On considère que le soutien et l’accélération du processus de décolonisation, fondés sur le rejet du colonialisme et de l’impérialisme, constituent le premier élément de cette démocratisation, car ils permettent à chaque pays de devenir membre à part entière de la communauté internationale. On relève par ailleurs que le non-alignement a directement contribué à démocratiser les relations internationales, en s’opposant à la bipolarisation du système international et donc au contrôle de l’ensemble de ce système par les deux blocs et en permettant ainsi aux pays faibles et périphériques de s’affirmer comme sujets des relations internationales et d’élaborer leur propre politique étrangère à l’abri des grandes puissances49. Enfin, les pays non alignés auraient contribué aussi à cette démocratisation en accordant une grande importance aux Nations Unies et en cherchant à renforcer cette institution universelle50.

  • 51 Matthies, Volker, « Die Bewegung der Blockfreien. Entwicklung, Probleme, Perspektiven », op. cit., (...)

38La sixième et dernière fonction que l’on attribue souvent au non-alignement est celle de la mise en cause de l’ordre économique international existant et de l’élaboration des principes devant présider à l’instauration d’un nouvel ordre économique international. On relève en effet que, dès la Conférence de Lusaka, les pays non alignés, en mettant l’accent sur la souveraineté économique sans laquelle, pour eux, l’exercice de la souveraineté politique n’est qu’un leurre, contestent la structure même du système économique international et jettent les bases d’un nouvel ordre qui prendra forme aux Nations Unies en 1974. Les non-alignés auraient ainsi, avec l’aide du Groupe des 77, remporté un indiscutable succès politique dans leur remise en cause d’un système économique international contrôlé par les pays industrialisés et dont le fonctionnement est perçu par eux comme un obstacle à leur développement51. On relève parfois que l’action ainsi engagée dans le domaine économique et que les succès obtenus, même si ces derniers sont limités en raison du refus des pays industrialisés de donner un contenu aux principes adoptés et de les appliquer, ont constitué un important facteur de cohésion pour le mouvement des non-alignés.

Notes

1 Voir à ce sujet : Chaliand, Gérard, Les faubourgs de l’histoire. Tiers-mondisme et Tiers Monde. Paris, Calman-Lévy, 1984.

2 Voir ci-dessus, pp. 5-6.

3 Voir par exemple : Tadic, Bojana, « Les prémisses historiques et sociales du non-alignement ». Revue de politique internationale, n° 617, 1975, p. 8 ; Matthies, Volker, « Die Bewegung der Blockfreien. Entwicklung, Probleme, Perspektiven ». Aus Politik und Zeitgeschichte, vol. 37, 1979, p. 39.

4 Pour Jayantanuja Bandyopadhyaya, « les contradictions de la Guerre froide ont certainement créé le contexte dans lequel il devint nécessaire pour les Etats nouvellement indépendants de proclamer leur détermination d’échapper aux alliances militaires dominées par les deux blocs en conflit ». (The Non-aligned Movement and International Relations ». India Quarterly, vol. 33, 1977, p. 137).

5 Mates, Leo, Non-Alignment: Theory and Current Policy. Belgrade, The Institute of International Politics and Economics, 1972, ch. 1. Voir aussi Misra, K.P., « The Conceptual Profile of Non-alignment », in Non-alignment in Contemporary International Relations, ed. by K.P. Misra and K.R. Narayanan. New Delhi, Vikas Publishing House, 1981, p. 198.

6 Prasad, Bimal, « Historical Background of Non-Alignment ». International Studies, vol. 20, 1981, p. 13. Voir également: Chand, Attar, Nonaligned States. A Great Leap Forward. A Study in New International Economie Order. New Delhi, UDH Publishers, 1973, p. 32.

7 Nouvel ordre international et non-alignement, op. cit., p. 85.

8 Voir par exemple à ce sujet les remarques de Parameswaran Nayar dans « Growth of Non-alignment in World Affairs ». India Quarterly, vol. 18, 1962, p. 30.

9 Tadic, Bojana, « Les prémisses historiques et sociales du non-alignement », op. cit., p. 9.

10 Ibid., p. 10. Voir aussi les remarques de Momir Stojkovic dans « Le caractère de classe du non-alignement », Questions actuelles du socialisme, vol. 28, 1979, n° 2, pp. 84, ss.

11 Nouvel ordre international et non-alignement, op. cit., p. 212.

12 Ibid., p. 88.

13 Ibid., p. 210.

14 Ibid., p. 51.

15 Voir notamment les remarques de Samir N. Anabtawi dans Neutralists and Neutralism ». Journal of Politics. vol. 27, 1965, pp. 357-358. Voir aussi Rothstein, Robert L., « Alignment, Nonalignement and Small Powers : 1945-1965 ». International Organization, vol. 20, 1976, p. 405.

16 Ainsi, M.S. Rajan relève que « ... l’opposition au colonialisme n’est pas rattachée à l’alignement ou au non-alignement, car de nombreux Etats alignés, ainsi que tous les Etats non alignés combattent ce phénomène. De même que pour les autres thèmes qui lui sont liés, il ne s’agit pas d’une question opposant ces deux groupes d’Etats, cela pour la simple raison qu’elle est (...) périphérique et non pas centrale à la politique du non-alignement ». (« Non-alignment: the Dichotomy between Theory and Practice in Perspective ». India Quarterly, vol. 36, 1980, p. 58.) Voir aussi les remarques d’Ernest W. Lefever dans « Nehru, Nasser and Nkrumah on Neutralism » in martin, Laurence W., ed., Neutralism and Non-alignment. The New States in World Affairs. Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1976, p. 94. Pour Lefever, « la philosophie de l’anticolonialisme peut avoir une influence sur la décision fondamentale d’une nation de s’engager ou non et, une fois cette décision prise, elle peut affecter l’engagement ou le non-alignement pratiqué ».

17 Voir Neuhold, Hanspeter, « Permanent Neutrality and Non-alignment: Similarities and differences ». India Quarterly, vol. 35, 1979, pp. 295-296.

18 Pelinka, Anton, « Permanent Neutrality and Non-alignment. An Austrian Viewpoint ». Revue roumaine d’études internationales, vol. 18, 1984, p. 27. Voir aussi Wolfers, Arnold, « Allies, Neutrais, and Neutralists in the Context of U.S. Defense Policy ». In Martin, Laurence W., ed., Neutralism and Non-alignment. The New States in World Affairs. Westport, Conn., Greenwood Press, 1976, p. 158.

19 On va même parfois jusqu’à opposer la politique de neutralité, en la considérant comme axée sur le maintien du statu quo, à la politique de non-alignement, perçue comme orientée vers la transformation en profondeur du système international, cela par l’éradication du colonialisme et de l’impérialisme. Voir à ce sujet Misra, K.P., « The Conceptual Profile of Non-alignment », op. cit., pp. 200-201.

20 Jawaharlal Nehru ’s Speeches, New Dehli, Ministry of Information and Broadcasting, 1958, vol. 1, p. 246.

21 Discours prononcé le 24 janvier 1959 à l’occasion de la visite à Colombo du maréchal Tito. Texte cité par Tran van Dink dans « Non-aligned but Committed to the Hilt. » Pacific Community, vol. 7, 1975, p. 118.

22 Voir par exemple Verlet, Martin, « Perspective et dimensions du non-alignement ». La Pensée, n° 212, 1980, p. 7.

23 Voir Korany, Bahgat, Social Change, Charisma and International Behaviour: Toward a Foreign Policy-making in the Third World. Leiden, A.W. Sijthoff, 1976, p. 74.

24 Voir Ul Haq, Obaid, « Two Cheers for Nonalignment ». Southeast Asian Affairs, vol. 3, 1977, p. 40. Voir également Acimovic, Ljubivoje, « Die blockfreien Länder und die europäische Sicherheit », Europa-Archiv, vol. 24, 1969, p. 816.

25 Rana, Aspy Phiroze, The Imperatives of Nonalignment. A Conceptual Study of India’s Foreign Policy in the Nehru Period. Delhi, Macmillan, 1976, pp. 3-6. Voir aussi Phadnis, Urmila, Patnaik, Sivananda, « Non-alignment as a Foreign-policy Strategy : A Case Study of Sri Lanka ». International Studies, vol. 20, 1981, pp. 223-224.

26 Rothstein, Robert L., « Alignment, Nonalignment and Small Powers : 1945-1965 ». op. cit., pp. 405, 411.

27 Voir par exemple : Ratnam, Perala, « Non-Alignment in the Seventies. » India Quarterly, vol. 26, 1970, p. 262. Badiul Alam, Muhammad, « The Concept of Non-alignment: a Critical Analysis ». World Affairs, vol. 140, 1977, p. 171. Jarrin, Edgardo Mercado, « Le non-alignement et le conflit Nord-Sud ». Revue de politique internationale, n° 755, 1981, p. 21. Misra, K.P., « Towards Understanding Non-alignment. » International Studies, vol. 20, 1981, p. 23.

28 Nouvel ordre international et non-alignement, op. cit., p. 53.

29 Kardelj, Edvard, « Les racines historiques du non-alignement. » Questions actuelles du socialisme, vol. 28, n° 4-5, 1979, p. 144.

30 Nayar, N. Parameswaran, « Growth of Non-alignment in World Affairs ». India Quarterly, vol. 18, 1962, p. 38.

31 Willets, Peter, The Non-Aligned Movement. The Origins of a Third World Alliance. Londres, Francés Pinter, 1978, pp. 223, ss.

32 Voir l’allocution prononcée par Julius Nyerere lors de la quatrième réunion ministérielle du Groupe des 77, le 12 février 1977 in Le dialogue inégal, Genève, Editions Cetim, 1979, pp. 61-75.

33 Voir par exemple la déclaration politique de la Conférence de Colombo in Nouvel ordre international et non-alignement, op. cit., pp. 156-158. Voir également la déclaration finale de la Conférence de La Havane, Ibid., p. 209.

34 Ul Haq, Obaid, « Two Cheers for Non-alignment », op. cit., p. 48.

35 Korany, Bahgat, Tawfik, Nagy, « Nonalignment: Its Conflict-Reducing Function in the International System. » Annales d’études internationales, vol. 3, 1972, p. 81.

36 Ajami, Fouad, « The Fate of Nonalignment. » Foreign Affairs, vol. 59, 1980, p. 368.

37 Bebler, Anton, « Security Aspects of Non-alignment ». International Studies, vol. 14, 1975, p. 302.

38 Korany, Bahgat, Social Change, Charisma and International Behaviour, op. cit., pp. 363-364.

39 Bandyopadhyaya, Jayantanuja, « The Non-aligned Movement and International Relations », op. cit., p. 162.

40 Muni, S.D., « Non-Alignment and the Security Parameter. » International Studies, vol. 20, 1981, p. 162. Voir aussi Jarrin, Edgardo Mercado, « Le non-alignement et le conflit Nord-Sud », op. cit., p. 20.

41 Kardelj, Edvard, « Les racines historiques du non-alignement », op. cit., p. 127. Voir aussi Jha, C.S., « Le non-alignement dans un monde en évolution. » Politique étrangère, vol. 32, 1967, pp. 356-367.

42 Colard, Daniel, Le mouvement des pays non alignés, Paris, La Documentation française, 1981 (« Notes et études documentaires » n° . 4613-4614), pp. 145-146.

43 Voir par exemple la déclaratioin politique de la Conférence d’Alger in Nouvel ordre international et non-alignement, op. cit., p. 100. Voir également Belovski, Dimce, « Non-Alignment and the Foreign Policy of Yugoslavia », in Singham, A.W., ed., The Nonaligned Movement in World Politics, op. cit., p. 5.

44 Bandyopadhyaya, Jayantanuja, North over South. A Non-Western Perspective of International Relations, op. cit., pp. 231, 234, 235.

45 Voir par exemple Mendis, Vernon, « The Policy of Non-alignment ». Marga, vol. 3, n° 3, 1976, p. 41.

46 Ratnam, Perala, « Non-alignment in the Seventies », op. cit., p. 266. Voir également : Uh Haq, Obaid, « Two Cheers for Nonalignment », op. cit., p. 48 ; Colard, Daniel, Le mouvement des pays non alignés, op. cit., pp. 144-145.

47 Matthies, Volker, « Die Bewegung der Blockfreien. Entwicklung, Probleme, Perspektiven », op. cit., p. 42.

48 Il apparaît même dans le titre du document final adopté par le Sommet de Lusaka. Voir Nouvel ordre international et non-alignement, op. cit., p. 85.

49 Tadic, Bojana, « Non-Alignment as a Factor of Democratization of International Relations and as a Form of Democratic Rallying of the Countries and Nations in the Democratic World », in Misra, K.P., Narayanan, K.R., eds., Non-Alignment in Contemporary International Relations. New Delhi. Vikas Publishing House. 1981, p. 211. ss.

50 Bandyopadhyaya, Jayantanuja, « The Non-aligned Movement and International Relations », op. cit., pp. 161-162.

51 Matthies, Volker, « Die Bewegung der Blockfreien. Entwicklung, Probleme, Perspektiven », op. cit., p. 43.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search