Version classiqueVersion mobile

Mythe et réalité du non-alignement

 | 
Philippe Braillard

Introduction

Texte intégral

1L’émergence du Tiers Monde sur la scène internationale, phénomène qui est avant tout une conséquence du processus de décolonisation, a incontestablement marqué de son empreinte le système international contemporain. Elle a, d’une part, conduit à un rapide et important accroissement du nombre des membres de ce système. D’autre part, la plupart des pays du Tiers Monde ont, de diverses manières, mis en question les structures du système international contemporain, en refusant notamment de se fondre dans le moule bipolaire de ce système et en rejetant certaines des règles de fonctionnement de l’économie mondiale.

2Le non-alignement est sans doute l’expression la plus directe et la plus nette de cette entrée de plein pied du Tiers Monde dans les relations internationales. Née dans le cadre de l’afro-asiatique, l’idée de non-alignement a suscité la création, en 1961, d’un mouvement dont le développement a été rapide et qui rassemble aujourd’hui près des deux tiers des Etats membres de l’ONU. En rejetant la logique de la bipolarisation du système international, en prônant la coexistence pacifique et la détente, en s’engageant en faveur de la poursuite et de l’accélération du processus de décolonisation, de même qu’en prônant l’instauration d’un nouvel ordre économique international, le mouvement des pays non alignés s’est situé au centre des débats qui ont marqué de la manière la plus déterminante les relations internationales de l’après-seconde guerre mondiale. Le phénomène du non-alignement mérite donc de toute évidence l’attention qui lui a été accordée par de nombreux observateurs politiques et chercheurs.

3La plupart des études et analyses du non-alignement reconnaissent à ce dernier un rôle important et induscutable dans les relations internationales contemporaines. Ce rôle, qui expliquerait le développement rapide et puissant de ce mouvement, reposerait avant tout sur l’accomplissement de diverses fonctions stratégico-politiques et économiques. En remplissant avec succès ces fonctions, le non-alignement représenterait un type de politique étrangère offrant une alternative à la politique menée par les grandes puissances.

4Dans cet ouvrage, nous souhaitons montrer que cette interprétation largement acceptée du non-alignement, interprétation qui se situe d’ailleurs dans la droite ligne du discours tenu par les pays non alignés eux-mêmes, ne résiste pas à une analyse systématique et prenant l’indispensable distance critique qui doit être celle du politologue et du sociologue. Après avoir mis en évidence la place du mythe dans l’image ainsi projetée du non-alignement, notre tâche consistera à proposer une autre lecture de ce phénomène, en éclairant la réalité de ce dernier sous-jacente au mythe et qui seule peut permettre d’expliquer de façon satisfaisante la survie et le développement rapide du mouvement des pays non alignés.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search