Version classiqueVersion mobile

La régulation sociale des risques de catastrophe

 | 
Fabien Nathan

Deuxième partie – Ethnographie des foyers et des quartiers les plus exposés aux aléas physiques

Chapitre 5 – Las NievesJanko Kollo : la construction des risques dans un ravin

Texte intégral

1Est présentée ici une étude approfondie de la régulation sociale du risque dans un espace relativement homogène géographiquement : une portion des gorges de la rivière Janko Kollo où les habitants ont construit dans le ravin, et non au bord comme c’est le cas dans les quartiers adjacents (photo 43). Contrairement à Phajchani, il s’agit d’un établissement humain récent et non consolidé : les habitants sont arrivés il y a peu de temps et certains continuaient même d’y construire au moment de l’enquête. Le processus de conquête de cet espace particulièrement hostile est donc encore en cours, de sorte que l’étude de la construction sociale de l’exposition quasiment au moment où elle se fait contraste avec l’étude de zones consolidées. L’intérêt d’une étude approfondie auprès des quelques habitants de ce ravin est ainsi manifeste, tant du point de vue de la perception des risques que de celui de leur construction et de leur gestion par les habitants. On essayera notamment de comprendre pourquoi les habitants sont venus s’établir à cet endroit, quelles en sont les conditions de possibilité, comment ils vivent avec le risque au quotidien et quelles sont leurs stratégies.

5.1. Le ravin

2Le ravin est situé juste au-dessus de l’intersection entre l’avenue Buenos Aires et l’avenue “final Landaeta” à l’est, en face de Phajchani (nord). Il est voisin des zones de Las Nieves (sud) et San Juan Tembladerani parte Baja (au-dessus, à l’ouest), comme le montre la figure 7. A titre d’information, l’escalier qui descend du haut du quartier de Las Nieves jusqu’à l’avenue Buenos Aires fait environ 600 marches, ce qui donne une idée de la déclivité de cette zone.

3Il s’agit d’une partie des gorges de la rivière Janko Kollo, qui prend sa source plus haut dans la ladera, à Alto Tacagua, puis descend sur des pentes très prononcées le long d’un bassin qu’elle a contribué à façonner, avant de s’engouffrer sous l’avenue Buenos Aires dans une canalisation fermée, puis de continuer sous l’avenue Landaeta jusqu’au quartier de San Pedro (centre historique), pour finir par grossir la rivière éponyme qui se jette dans le Choqueyapu. Toute la portion de rivière qui se trouve en dessous de l’avenue Buenos Aires est canalisée et transformée en avenue ; une partie de la rivière sur la partie supérieure du bassin est également canalisée, mais ce n’est pas le cas de la portion concernée ici, située entre les avenues Julio Tellez et Buenos Aires.

Photo 43 – Vue plongeante du secteur étudié, Las Nieves, gorges du Janko Kollo

Photo 43 – Vue plongeante du secteur étudié, Las Nieves, gorges du Janko Kollo

4Le précipice est situé dans une zone de mouvements de terrain (figure 8) et, d’après la carte de constructibilité du Bureau des études géologiques et minières (BRGM), il se trouve en zone à risque (Honorable Alcaldía Municipal de La Paz, 1977). Cependant, il est difficile d’en déduire les caractéristiques précises du sol à cet endroit : cela nécessiterait un microzonage qui n’existe pas. Toutefois, le sol est formé d’un mélange de terre, de sable et de pierres de tailles diverses et le versant est ciselé par le ravinement, l’érosion créant des formations appelées « cheminées de fée » ou farallón. Elles sont susceptibles de s’effondrer, d’autant plus que la base du talus est humidifiée par la rivière Janko Kollo. Les risques d’éboulement sont également notoires.

5Le versant est si accidenté et raviné (photo 43) qu’il ne contenait pas, à l’état naturel, de surface plane, à tel point qu’on se demande comment des individus ont pu avoir l’idée de construire en pareil lieu et comment ils y sont parvenus en pratique. Des maisons en pisé et en briques, de taille respectable, sont posées là, entre des cheminées de fée et sur des pentes presque verticales. On accède aux habitations par le bas du versant, depuis l’avenue Buenos Aires à quelques centaines de mètres de là. L’ascension (photos 44) se fait par un chemin coincé entre des habitations et la rivière, une traversée à gué avant une remontée abrupte, un escalier artisanal – quelques marches aplanies à même la terre –, puis enfin un accès aux maisons. La dernière habitation n’est accessible que par une passerelle en bois au-dessus du vide. Depuis l’avenue Buenos Aires, un bon marcheur compte environ une quinzaine de minutes. La rivière charrie toutes sortes de déchets et d’ordures, y compris des excréments humains, des couches, des animaux morts, etc. (photo 47).

6Les risques auxquels ces habitants sont soumis sont multiples : effondrement de maisons, destructions ou blessures par éboulement, chute malencontreuse dans le précipice (surtout en saison des pluies et la nuit), crue de la rivière empêchant l’accès aux habitations, coulées de boue dévastatrices, etc.

Photos 44 – Chemin d’accès aux habitations (gorges du Janko Kollo)

Photos 44 – Chemin d’accès aux habitations (gorges du Janko Kollo)

5.2. Les habitants du ravin et leurs conditions de vie

Photo 45 – Occupation d’une partie du ravin du Janko Kollo et liens entre les habitants

Photo 45 – Occupation d’une partie du ravin du Janko Kollo et liens entre les habitants
  • 1 Sur cet échantillon, voir l’annexe 1.

7L’étude concerne essentiellement les 7 familles des enquêtés (de JK1 à JK7) qui figurent sur la photo 45 ; quant à la famille de Z, on l’assimilera au groupe d’enquêtés situé derrière le ravin puisque seule une dépendance de sa maison est visible ici (la partie principale se trouvant de l’autre côté) et que Z ne fait pas partie de ce petit groupe d’habitants aux interactions régulières. Ces enquêtés font partie de l’échantillon de 30 habitants qui ont fait l’objet d’analyses qualitatives et quantitatives approfondies1.

5.2.1. Caractéristiques socio-économiques des foyers

8Les habitants peuvent être qualifiés de classes populaires ou moyennes appauvries de La Paz, d’origine aymara. Contrairement à Phajchani, il s’agit ici de Pacéniens d’origine : tous sont nés (6 sur 7) ou ont grandi (1 sur 7) à La Paz, se sentent Pacéniens, ont des parents qui y vivaient déjà et des enfants qui y sont nés. Ils sont donc issus de la croissance interne de la ville et non de flux migratoires et ont un mode vie urbain. Ils sont plutôt âgés (plus de 40 ans), sauf JK2, qui est la fille de l’un d’eux. En moyenne, ils vivent à 4,4 dans la maison, soit moins que le taux des familles d’ex-migrants, et ont 2,7 enfants, un taux de fécondité inférieur à la moyenne nationale. Ils sont ouvriers ou artisans, sauf JK2, employée dans une entreprise de nettoyage. JK7 était enseignant en zone rurale puis administrateur d’immeubles mais la crise de l’emploi l’a obligé à devenir artisan. Les conjoints des enquêtés, eux, sont ouvriers ou petits commerçants (marché ou magasin familial). Seules deux familles ont des enfants qui travaillent.

9Ils travaillent à la maison, au centre-ville, dans la zone sud ou dans les quartiers commerçants et fréquentent surtout le centre-ville, El Alto et la zone sud. Aucun foyer ne vit avec plus de 1500 Bs par mois et plus de la moitié avec moins de 1 000 Bs. Leurs dépenses principales concernent l’alimentation, mais aussi les études des enfants (57 %), bien davantage que pour les enquêtés de Phajchani ; 4 enquêtés sur 7 (57 %) se rendent au centre de santé en cas de problème et seul un enquêté est assuré.

10Deux enquêtés seulement ont atteint le niveau baccalauréat ; les autres (sauf un) n’ont pas dépassé le primaire. Les familles semblent toutefois capitaliser davantage que la moyenne sur les études des enfants, et 3 d’entre elles ont des enfants qui ont déjà atteint un niveau postbaccalauréat (supérieur ou plus). Presque tous les enquêtés parlent aymara et tous parlent parfaitement l’espagnol, sans « accent paysan ».

5.2.2. Habitat et équipement

11Les 7 maisons en question sont de tailles et de matériaux variables (pisé et brique) mais peu équipées en services privés et publics (eau chaude, toilettes, égouts, etc.). Les foyers ont une connexion à l’eau potable grâce à un accord avec la coopérative de Las Nieves. Toutefois, ils sont obligés de la faire bouillir avant de la boire. Seuls deux foyers ont des toilettes, les autres vont dans la rivière. Il n’y a pas de système d’égout dans le ravin : chacun s’est équipé d’un système rudimentaire d’évacuation des eaux usées au moyen de tubes de plastique. Les habitants ont cependant le projet de se cotiser pour acheter des tubes qui seraient prolongés jusqu’à la rivière.

12Certaines maisons sont grandes et de standard élevé, d’autres composées d’une seule pièce en pisé et mal équipées. Certains ont fait appel à des maçons, d’autres ont tout construit eux-mêmes. Deux maisons ont des murs de contention et une douche ; un seul foyer dispose du téléphone, détourné depuis l’avenue Buenos Aires tout en bas, et un seul foyer a un ordinateur.

13Les familles sont obligées de ramener leurs bonbonnes de gaz « sur le dos », à pied, en empruntant le chemin décrit précédemment et en s’arrêtant à trois ou quatre reprises pour récupérer de l’effort physique. Elles se fournissent en aliments au marché et dans les épiceries du quartier. Elles paient des impôts pour leurs terrains et non pour les maisons, qui ne sont pas régularisées. Un enquêté a une autre maison en construction à El Alto.

14Il existe également davantage d’interactions entre voisins qu’à Phajchani, en raison des conditions géographiques particulièrement hostiles et de la lutte des voisins pour la légalisation et la consolidation. Là encore, l’histoire donne des éléments essentiels à la compréhension du risque.

5.3. Histoire du ravin et de l’établissement des habitants

5.3.1. Le processus de parcellisation et de vente

15Autrefois, les terrains appartenaient à des paysans indigènes qui cultivaient des pommes de terre et des tubercules dans le ravin, ainsi qu’à quelques métis de la classe dominante de La Paz qui avaient acheté ces terres à des indigènes. Un document de 1898 mentionne la vente à « Monsieur Juan Barrera » d’une parcelle de 100 mètres carrés appartenant à « l’indigène Pablo Mamani », ainsi que d’autres ventes de ce type. Il est probable que ces espaces étaient utilisés par les indigènes depuis fort longtemps pour l’agriculture, et qu’au tournant des xixe et xxe siècles des bourgeois de La Paz ont cherché à acquérir des parcelles dans ces endroits – d’autres exemples ont déjà été évoqués, notamment à Cotahuma. Certains ont alors fondé des haciendas ou acquis de grandes propriétés, pratiquant parfois des prélèvements forcés sur leurs « colons » (essentiellement dans les grandes haciendas, comme à Llojeta).

16En 1918, le cadastre de la province Murillo mentionne une hacienda située sur la rivière Janko Kollo, qui comprendrait 3 colons, ce qui permet de déduire que sa superficie était plutôt réduite. On trouve aussi le « terrain de José L. » et beaucoup d’autres noms à consonance indigène. Il n’est plus fait mention d’hacienda par la suite. En 1952, un document de recensement des propriétés de la paroisse de San Pedro attribue à PP la propriété Ancocollo, dotée d’une valeur très importante. Il s’agit du père de QP, bien connu dans la région, qui a parcellisé et vendu toute la partie basse du ravin. Né en 1914, QP possédait des terrains dans cette partie-là et aussi dans un autre quartier, plus haut, appelé Las Lomas (également dans le district 4), où certains se souviennent encore de sa maison d’hacienda. Finalement, les terrains de part et d’autre de la rivière Janko Kollo ont échu entre les mains de 3 propriétaires, devenus loteadors : GA, qui possédait la plus grande partie de San Juan Tembladerani puisque ses parents, d’ex-comunarios (paysans libres), s’étaient transmis les terrains de père en fils ; PP, qui possédait les terrains du bas du Janko Kollo et d’une partie de Las Nieves ; et L., qui disposait des terrains limitrophes, à Phajchani, et pratiquait l’agriculture dans le ravin. Les 3 ont hérité de leurs terrains. QP se distingue des deux précédents, qui sont d’origine populaire, par son appartenance à l’élite de la bourgeoisie bolivienne ; il a fait une brillante carrière de juriste et d’avocat jusqu’à devenir président de la Cour supérieure de justice de La Paz. Ironie du sort, les habitants de Las Nieves qui ont acheté des terrains à QP n’ont toujours pas d’attestation de propriété puisque ce dernier ne leur a transmis aucun papier officiel. Au moment de l’enquête, ils étaient encore en lutte pour obtenir des preuves de leur propriété, tandis que ceux qui avaient acheté les terrains à GA (les 7 voisins concernés) possédaient les minutes de transfert et les titres de propriété. Il se trouve que QP était l’assesseur juridique du père de GA, ce qui laisse supposer que les terrains des P furent achetés ou échangés contre services aux A, comme l’affirment certains voisins. Finalement, les trois loteadors obéirent à la logique de la maximisation du profit tiré de leur propriété du sol, ce qui entrait justement en correspondance avec les logiques des locataires en quête de propriété.

17C’est ainsi que GA raconte que les voisins intéressés s’étaient adressés à lui pour qu’il leur vende les terrains situés dans le ravin. Un accord écrit fut signé entre eux : le loteador s’occuperait de leur transmettre légalement les terrains (inscrits aux Derechos Reales), et les voisins s’occuperaient eux-mêmes de « la partie technique » de l’urbanisation, autrement dit, du cadastre. C’est ainsi que les terrains furent préparés à la vente et à l’occupation.

18Parmi les 7 voisins étudiés ici, seul JK4 semble avoir eu des problèmes de propriété au début, ayant d’abord acheté son terrain à QP, puis traitant avec GA à qui le terrain appartenait en fin de compte.

5.3.2. L’établissement des habitants

19Tous les voisins ont acheté le terrain ou vivent dans le quartier depuis un à vingt ans, en majorité depuis plus de neuf ans. En revanche, personne ne vit là depuis plus de quatorze ans. Il s’agit donc d’un processus récent, voire encore en cours.

20JK3 s’est établi en premier dans cette partie du Janko Kollo. Il habitait dans le haut de la ladera et avait rencontré des habitants de Phajchani à travers ses activités professionnelles. Ceux-ci lui indiquèrent que des terrains étaient disponibles à cet endroit. Dès 1986 il acheta une parcelle, puis construisit sa maison en 1989.

21JK4 vivait rue Landaeta (un peu plus bas) ; les voisins lui ont fait connaître le terrain. C’est alors qu’il invita ses amis à construire là en même temps. JK4, JK5 et JK6 décidèrent ainsi de coloniser et d’aménager ensemble cette montagne, accompagnés de JK2 (fille de JK4) et de JK1 (sœur de JK5). JK4 a acheté son terrain en 1988, JK5 en 1989, et JK6 à une date inconnue. Le premier a acheté puis travaillé le terrain pendant deux ans pour l’aménager, puis en 1990 a construit rapidement une pièce en pisé et deux pièces un peu plus bas pour ses filles. JK5, lui, a construit en 1997, après environ neuf ans de travail pour transformer l’espace en plateforme constructible. JK1 acquit son terrain peu après, en 1998, puis réalisa l’aménagement et la construction en 2002. JK7 vivait déjà dans le quartier, tout comme sa sœur ; en 2002, il investit les économies de toute une vie de travail dans sa maison. Finalement, JK6 travaillait sur son terrain depuis 1997, mais en 2007 il venait de commencer à construire sa maison.

  • 2 La distinction faite ici rejoint la différence entre solidarité mécanique et solidarité organique d (...)

22Les différences de tempo dans l’aménagement des terrains s’expliquent par l’emploi ou non d’ouvriers, certains voisins étant trop pauvres pour payer de la main-d’œuvre. En effet, les travaux nécessaires étaient titanesques : nivelage et aplanissement des terrains, destruction de « cheminées de fée » pour éviter les éboulements, ouverture de sentiers, construction d’escaliers rudimentaires, etc. La construction des maisons fut également un processus difficile. Certains matériaux furent extraits du terrain lui-même. Il fallut installer l’évacuation des eaux usées, ériger (pour certains) un mur de contention, etc. Lors de l’aménagement du terrain, les habitants pratiquèrent l’aide communautaire de type ayni. Le dimanche, le petit groupe sortait travailler alternativement sur le terrain et la maison de l’un d’entre eux, puis de l’autre, jusqu’à ce que chaque famille ait construit sa première pièce. Mais aujourd’hui ce n’est plus le cas. On constate ici, comme dans bien d’autres quartiers, que la solidarité et l’entraide sont proportionnelles à l’absence de conditions minimales de confort (contrairement peut-être au monde rural, où elles sont institutionnalisées2) : pour assurer ces dernières, les premières sont indispensables. Dans le cas du ravin du Janko Kollo, la transformation de l’espace nécessitait plus que des efforts individuels. Lorsque ces conditions minimales sont satisfaites, les habitants disent qu’ils sont « servis », autrement dit que leur zone est consolidée, les rues améliorées, l’accès aux services assuré, etc. A ce moment-là, l’entraide tend à diminuer, voire à disparaître.

5.3.3. Les catastrophes passées

23Plusieurs catastrophes ont ponctué l’histoire de ce ravin. La rivière Janko Kollo était autrefois connue pour ses coulées de boue périodiques. L’une des photos 46 montre l’état de la rue Landaeta après une coulée de boue du Janko Kollo en 1984, due probablement au nivelage par des tracteurs et dont les habitants les plus anciens se souviennent encore. A la suite de fortes pluies, le canal de la rivière fut obstrué, provoquant son gonflement et le glissement de terrain d’une partie de la montagne qui se transforma en une coulée de boue dévastatrice. Celle-ci se répandit à travers les rues Landaeta, Jaimes Freyre et Buenos Aires, allant jusqu’à inonder l’église de Maria Reina bien plus bas, et provoquant l’effondrement de murs d’habitations ainsi que leur inondation. Heureusement, cet épisode s’est produit avant que la plupart des habitations de cette partie du quartier soient construites.

Photos 46 – La rue Landaeta en 2006 et en 1984, après une coulée de boue

Photos 46 – La rue Landaeta en 2006 et en 1984, après une coulée de boue

24Aujourd’hui, les coulées de boue sont moins fréquentes, mais la rivière entre en crue en cas de fortes pluies, inondant le chemin d’accès aux habitations du ravin et charriant de nombreux déchets solides susceptibles de boucher la canalisation de l’avenue Buenos Aires (photo 47).

Photo 47 – La rivière Janko Kollo au bas du ravin considéré

Photo 47 – La rivière Janko Kollo au bas du ravin considéré

25Un grave accident s’est produit dans la partie basse (sous la maison verte des photos 44, première image). La voisine avait entrepris des travaux sur son terrain, remuant de grandes quantités de terre. La grêle provoqua un effondrement de terrain qui ensevelit toute la famille (4 morts) et affecta le toit de la maison d’à côté.

26Par ailleurs, les habitants de la partie basse et de la rue 5 de Agosto, qui se trouve derrière le ravin, mentionnent des chutes de pierres régulières. Pendant les entretiens, on entendait parfois des bruits de cailloux tombant avec fracas sur les toits en plastique ou en tôle ondulée.

27Un des grands problèmes du ravin est que la rivière érode la base des talus. Il y a quelques années, cela provoqua la chute de 2 gabions qui furent remplacés par la municipalité en échange de l’apport de la matière première par les habitants eux-mêmes.

28De petites catastrophes socionaturelles sont également courantes. Le patio de JK1, par exemple, s’est effondré durant la construction de la maison, réalisée sans mur de contention. A la suite de cet épisode, JK1 renforça considérablement les mesures de sécurité architecturales, n’hésitant pas pour ce faire à contracter un prêt à la banque. Toutefois, c’est la catastrophe ayant affecté JK7 et sa famille qui reste l’épisode le plus embarrassant pour les 7 familles étudiées ici, dans la mesure où il entre en contradiction avec le récit de l’absence de risques sur lequel reposent les stratégies des voisins pour la régularisation de leur situation collective. D’ailleurs, il est révélateur que le président de la junta de voisinage de Las Nieves n’ait même pas été mis au courant de cet événement alors que JK7 représentait les habitants du ravin auprès de la junta.

29Au moment de l’entretien, en mai 2006, le patio de la maison de JK7, la plus élevée des 7, était déjà bien affaissé et le gros mur de contention du haut nettement bombé (photos 48) ; des fissures existaient dans la maison. En effet, de fortes précipitations au début de la saison des pluies 2005 avaient humidifié le sol et provoqué la crue de la rivière au pied du talus. Le 18 décembre, un morceau de terrain sur lequel reposait le mur de contention principal de la maison s’effondra, provoquant sa déformation et l’affaissement du patio qu’il soutenait. D’après JK7, il aurait fallu construire un mur beaucoup plus large. Certains voisins pensent qu’il aurait plutôt mal géré ses eaux usées, sans système adéquat d’évacuation – ce que reconnaît JK7. Les eaux usées se seraient ainsi infiltrées dans le sol, déstabilisant peu à peu le talus. D’autres ajoutent qu’il aurait également posé sa maison sur de la terre remblayée et qu’en conséquence les fondations étaient mal assurées. Toutes ces explications sont sans doute fondées, mais on ignore s’il aurait été véritablement possible d’éviter cette catastrophe, étant donné la taille de la maison et les caractéristiques du lieu.

30Pendant deux ans, la situation évolua peu, et toute la famille resta dans la maison. En décembre 2007, là aussi pendant la saison des pluies, une portion beaucoup plus importante du terrain s’effondra violemment, cassant en deux le premier mur de contention, emportant totalement le second et sectionnant verticalement le patio de la maison ; les pièces principales et leurs occupants furent heureusement épargnés. JK7 fut obligé d’évacuer, sauvant l’essentiel de ses meubles.

Photos 48 – Catastrophes affectant la maison de JK7 dans le ravin du Janko Kollo, 2005 et 2007

Photos 48 – Catastrophes affectant la maison de JK7 dans le ravin du Janko Kollo, 2005 et 2007

31Les aléas (inondations, glissements de terrain, effondrements, etc.) comme les catastrophes dans le ravin du Janko Kollo sont donc liés à une série de facteurs, tant humains que naturels. L’un des facteurs principaux est sans doute la volonté des habitants, envers et contre tout, de vivre dans un endroit aussi hostile – même si certaines conditions institutionnelles l’ont permis, notamment le processus de parcellisation lié à la maximisation du profit tiré de la propriété privée du sol.

5.4. Raisons de l’établissement des voisins

32D’où vient une telle motivation, capable, littéralement, de déplacer des montagnes ?

  • 3 Le système de l’anticretico en Bolivie est une forme de transaction économique très intéressante. I (...)

33D’après le traitement quantitatif des entretiens, 6 des voisins considérés ici étaient locataires et un anticrecista3 avant de s’établir dans le ravin ; ils vivaient pour la plupart dans le haut et le bas de la ladera ouest ou dans des quartiers résidentiels de La Paz. Les raisons de l’établissement qu’ils donnent sont les mêmes : sortir du régime de la location et acheter un terrain bon marché ou avec des facilités de paiement. A cela s’ajoutent l’impossibilité d’acheter ailleurs, notamment au centre-ville, et le fait que tous connaissaient déjà quelqu’un dans le quartier avant de s’y établir : des personnes liées au quartier (voisins ou propriétaires), de la famille ou belle-famille, ou autre. Ce dernier facteur peut être considéré comme une condition de faisabilité, davantage qu’un motif principal.

34D’autres avantages de l’endroit ont poussé les voisins à vaincre leurs réticences : la proximité du centre-ville, la tranquillité et la vue.

35Ces familles cherchent à transformer leur condition à travers l’accès à la propriété foncière. Dans cette stratégie, la maison représente un élément central, car elle permet aux familles pauvres de La Paz d’échapper aux difficultés posées par la vie de locataire :

Les propriétaires de la maison sont ainsi. Fiers. Ils sont égoïstes. Maintenant, je rends grâce à Dieu, qui m’a bénie quant à cet endroit. J’ai une maison où vivre, où mes petits-enfants gambadent. Au moins, je lave tranquillement mon linge, j’utilise l’eau que je veux. Mais dans une maison d’autrui, on ne peut pas, […] je ne me lavais pas pour ne pas me faire réprimander par la propriétaire de la maison. (JK1, habitante du ravin)

36Ce type de récit de l’enfer que les propriétaires font vivre aux locataires est très fréquent. Certains se voient parfois obligés de dormir dans la rue, leur propriétaire ne les laissant plus entrer dans la maison après 21 heures. Les brimades quotidiennes semblent liées à la gestion de l’espace commun, étant donné que les propriétaires louent des pièces de leurs propres maisons sans nécessairement prévoir le partage des services et des espaces (eau, patio, etc.), et cherchant avant tout à obtenir un loyer qui améliore leur quotidien. Pourtant, les propriétaires sont souvent d’anciens locataires eux-mêmes. Il est possible que cette dureté envers les locataires serve de marque de distinction sociale au propriétaire, rappelant sans cesse que celui-ci a « réussi », contrairement à ces derniers qui doivent leur être subordonnés. Outre cette situation domestique, les locataires souffrent d’une différence de statut social et d’une citoyenneté tronquée qui se traduit dans leur relative absence de droits : peu ou pas d’indemnisation en cas de catastrophe, pas de droit de vote aux assemblées des juntas de voisinage, etc.

37Cette situation pousse les locataires à rechercher le plus vite possible une solution pour construire leur propre maison, « même sur les sommets des montagnes » s’il le faut (expression proverbiale très connue et utilisée en Bolivie – Durán, Arias et al., 2007). Or, l’option principale qui se présente à eux consiste en l’achat d’un terrain bon marché, suivi de l’autoconstruction. Les limitations économiques des enquêtés les incitent à investir dans un endroit dangereux et hostile, seul moyen de concrétiser ce rêve de l’accès à la propriété foncière dans l’état actuel du marché de l’immobilier. Au moment de prendre une décision, le critère principal est bien celui d’avoir enfin un terrain et une maison, récompensant toute une vie d’efforts, apportant confort et sécurité à toute la famille et permettant d’acquérir une pleine citoyenneté. Cet objectif rend possibles toutes les témérités. La topographie est perçue comme un avantage puisqu’elle permet de faire baisser les coûts.

38L’établissement dans le ravin du Janko Kollo fut facilité par les interactions préexistantes entre les voisins, l’effort collectif de transformation de l’espace et la réassurance mutuelle face à la terreur qu’auraient pu inspirer les conditions géographiques de ce qui n’était pas encore un quartier. L’exemple des constructions déjà existantes en aval a servi d’encouragement à l’imitation pour les nouveaux candidats, et a joué un rôle de tranquillisation mentale face à la rudesse des conditions. C’est ainsi que le ravin fut peu à peu colonisé de bas en haut.

5.5. Dynamiques collectives des habitants : perception des risques, stratégie et attentes

5.5.1. Perception des risques

Avant l’établissement : l’apprivoisement de la peur

39Lorsqu’ils sont venus pour la première fois dans le ravin, certains habitants ont ressenti de la peur et ont eu des difficultés à s’imaginer vivre dans un tel endroit :

JK5 […] avait acheté seul tout ce terrain. C’était 230 mètres. Et il vient un jour me voir, et me dit dans ma chambre :

– JK6, tu ne veux pas acheter un terrain ?

– Où ? je lui dis.

– Ici, c’est sur la rivière Janko Kollo, il me dit. Allons-y un moment.

Nous sommes venus avec ma femme. Ouh là ! Nous avons vu une montagne ! Nous avons dit non. Ici, non ! Je lui ai dit. Ma femme s’est découragée. Et mon ami m’a dit :

– On va travailler, JK6. C’est un bel endroit ! il me dit. Achète les yeux fermés !

– D’accord, je lui ai dit. Mais c’est combien, mon frère ? […]

– Donne-lui 50 dollars, il m’a dit.

J’avais presque 60 dollars de côté. Je lui ai dit : « Bon, on achètera les yeux fermés. » Et je convaincs ma femme. « On va travailler, ne t’en fais pas ! » je lui ai dit. Et c’est ainsi qu’on a acheté. Nous sommes allés chez le propriétaire, nous lui avons parlé, et il nous a accepté les 50. Nous avons payé par tranches de 20, 30, 50. Comme ça nous avons réussi à payer. (JK6, habitant du ravin)

40Il s’agit là d’un récit précieux et rare : celui d’une décision d’installation en zone à risque, comprenant la négociation avec le loteador et le dépassement de l’appréhension première due à la topographie grâce à l’association avec un ami afin d’aménager l’espace. On constate également l’importance du paiement différé du terrain dans un contexte où les habitants disposent de très peu d’économies. Cette facilité que donnent généralement les loteadors, contrairement au marché formel, est une condition de possibilité de l’urbanisation pirate des laderas.

41Ainsi, la peur des nouveaux arrivants fut peu à peu domestiquée, notamment par l’exemple donné par les premiers habitants : « Comme il y avait déjà un propriétaire, et… il voulait vendre son terrain. J’ai vu aussi qu’il y avait des gens qui étaient déjà établis avant moi. […] De cette manière, j’ai pris la décision d’acquérir le terrain » (JK7, habitant du ravin).

42Le mimétisme est un des critères qui permettent de trouver le courage nécessaire à l’établissement en zone à haut risque, ainsi que les dynamiques créées par les interactions entre les candidats à l’établissement, qui se motivent mutuellement. Les mesures d’autoprotection (mur de contention, nivelage du terrain, etc.) et de gestion quotidienne du risque en saison des pluies permirent également de faire face au risque au moment où il devenait plus manifeste. A cela s’ajouta le poids acquis peu à peu par l’habitude. En réalité, de nombreux habitants exposés dans plusieurs quartiers résument tout le processus d’acclimatation psychologique à des conditions de risque et à des conditions de vie difficiles en général par l’expression « je (me) suis habitué » (“estoy acostumbrado/me he acostumbrado”). Il s’agit de processus mentaux qui transforment de l’exceptionnel, du surprenant, du terrifiant, en normal, routinier et habituel.

43On peut faire le parallèle avec les processus mentaux à l’œuvre pendant ou juste après une catastrophe ou un accident : les personnes affectées ont besoin de donner du sens à ce qui s’est passé, de l’intégrer dans du connu interprétable selon des schémas de pensée préexistants et habituels (Clavandier, 2004). Le processus à l’œuvre pour les personnes vivant avec le risque est plus graduel puisqu’elles sont exposées continuellement. En temps normal, elles ne se préoccupent plus de la situation. Par contre, pendant la saison des pluies, des périodes de stress psychologique reviennent de manière récurrente. Les personnes doivent alors trouver une compensation mentale pour transformer la « définition de la situation » (Thomas et Znaniecki, 2005 [1919]) en quelque chose d’acceptable et de gérable psychologiquement. Les mesures d’autoprotection, comme la déviation des eaux de pluie ou la pose de bâches en plastique par exemple, sont aussi importantes pour éviter l’aggravation de l’érosion que pour cette fonction de réassurance symbolique. Certains pratiquent également des rituels d’apaisement de la Pachamama, la Terre-mère : étant donné qu’il s’agit de terre « vierge » (c’est-à-dire non encore construite), il faut des bonnes dispositions de la divinité avant de s’établir. Le rituel de la ch’alla peut assurer cette fonction symbolique très importante.

44Au moment de l’entretien, JK7 s’est déclaré rétrospectivement surpris par sa propre témérité. Rendu plus circonspect par la première catastrophe qui a touché sa maison, il reconnut avoir fait un mauvais calcul, ne pensant qu’à sa future maison et non au risque, et rassuré par l’exemple des autres voisins. Cela confirme également la différence entre les habitants touchés, plus sensibilisés au sujet et davantage susceptibles d’en parler, et ceux qui n’ont pas été touchés, plus distants par rapport au risque (Wolfenstein, 1957).

Après l’établissement : l’appropriation de la géologie

45La plupart des habitants du ravin se sont habitués à y vivre et ont aujourd’hui tendance à minimiser le risque : 5 voisins sur 7 disent que le quartier est un bon endroit de vie, en raison de la tranquillité, de la proximité qui permet d’économiser des frais de transport, du climat et des possibilités d’amélioration. Seul un enquêté affirme qu’il existe une possibilité de catastrophe. Deux habitants disent qu’il existe des risques naturels lorsqu’on pose une question sur les types de risque. Interrogés sur les risques et les menaces pesant sur la maison, 3 enquêtés évoquent des problèmes liés à l’aléa naturel. Mais un seul pense que sa maison pourrait être affectée par une catastrophe. La protection viendrait de la solidité du terrain, ou des précautions prises par les habitants eux-mêmes ou par la municipalité dans le futur. S’il y avait un problème, ce serait à cause de la négligence des voisins (5 sur 7) et de facteurs naturels (pluies, eau, topographie, rivière, etc.). Deux de ceux pour lesquels il n’y a pas de risque déclarent avoir testé la dureté du sol et rendu leur terrain habitable. Quatre habitants sur sept disent prendre ou avoir pris des mesures d’autoprotection, essentiellement la déviation des eaux de pluie. Cependant, parmi les problèmes du quartier, ils citent surtout la canalisation de la rivière. L’amélioration des rues, l’éclairage et la police les préoccupent également. Un seul enquêté déclare avoir peur de l’aléa naturel. Leurs problèmes principaux sont essentiellement économiques et liés au travail.

46Ainsi, la plupart des voisins nient toute possibilité de catastrophe et minimisent le risque dans une large mesure. Ils donnent plusieurs grandes explications à l’absence de risque sérieux de catastrophe. D’abord, la solidité du sol : « C’est apte pour construire, c’est bien dur, dur, dur ! Dur ! Ce n’est pas comme dans d’autres parties où le terrain, la maison s’effondre, non ! Ici nous avons des pierres qui apparaissent. Nous avons cassé des pioches, nous avons brisé même des pelles. Dur, dur ! C’est un terrain dur » (JK6, habitant du ravin). Cette solidité, ils l’ont testée eux-mêmes lorsqu’ils ont construit leurs maisons et aménagé les terrains. JK4 et JK3 ont par exemple « testé » l’aléa en fabriquant des briques en pisé, en évaluant leur résistance, puis en concluant à la solidité du sol.

47Ensuite, les habitants enquêtés ici jugent les mesures prises suffisantes pour se protéger et blâment ceux qui n’ont pas respecté les précautions élémentaires, tel JK7 qui n’aurait pas pris les mesures de protection nécessaires. Enfin, ils invoquent la preuve par les faits : même les maisons les plus anciennes n’ont pas présenté de problème particulier. Ainsi, ils refusent de parler d’aléa ou de catastrophe naturels pour les transformer en problème purement humain de négligence. Le seul problème qui resterait serait celui de la rivière qui, lorsqu’elle entre en crue, inonde le chemin, d’où la nécessité de la canalisation.

48Ces discours ont une valeur qui se veut performative. En effet, les habitants essayent de démontrer cela aux autorités afin d’obtenir la canalisation de la rivière et la planimétrie, puis les services publics.

49Toutefois, les habitants semblent convaincus que la géologie de cette partie du ravin permet la construction. Ils ont même proposé à l’auteur une démonstration in situ, l’enjoignant à saisir une pioche et à essayer de creuser. Le sol semblait effectivement être d’une extrême résistance, insensible aux coups de pioche les plus forcenés – seuls quelques cailloux se détachèrent. D’autres habitants font des distinctions entre plusieurs types de sols : ceux qui sont propices aux glissements de terrain ou aux éboulements (sols argileux, P’oke) et les autres.

50On observe donc une véritable appropriation de la géologie par les habitants, qui pratiquent eux-mêmes leurs propres expertises, selon des méthodes et critères définis par eux. Après avoir beaucoup fréquenté ces habitants, l’auteur a commencé s’interroger lui-même sur la véracité de sa perception du risque. Qui se trompe ? Le chercheur extérieur croyant connaître un terrain après quelques mois, ou les habitants vivant là depuis des années ? L’enquêteur ne manque-t-il pas, pour pouvoir trancher, de critères techniques sur la stabilité du sol, comme un microzonage par exemple ? Ou serait-ce plutôt que l’on commençait, à l’instar des voisins, à relativiser le risque de catastrophe par rapport aux autres problèmes sociaux, adoptant le point de vue des habitants ? Ces doutes furent définitivement balayés lors de la seconde catastrophe qui affecta la maison de JK7 au cours de la période de terrain.

5.5.2. La lutte pour l’amélioration de la zone

Le projet de canalisation de la rivière Janko Kollo

51Tous les habitants du ravin interrogés, tant de la partie haute que de la partie basse, se disent préoccupés par la canalisation de la rivière, reconnaissant les risques liés à l’érosion et aux crues. Le maire avait, semble-t-il, promis cette canalisation lors de sa campagne électorale, sans tenir parole par la suite. Beaucoup ont l’espoir que la municipalité finira par entrer en matière, comme elle l’a fait dans d’autres quartiers voisins également traversés par des rivières, dont la sitation s’est ensuite sensiblement améliorée. C’est le cas par exemple de l’avenue Landaeta, aujourd’hui un axe routier principal et autrefois la prolongation de la rivière Janko Kollo. Certains habitants se souviennent encore de l’époque où cette avenue n’était autre chose que le lit de la rivière, profond de plusieurs mètres, ce qui paraît inimaginable aujourd’hui. C’est ce modèle que les habitants du ravin voudraient voir appliquer dans leur zone.

La lutte pour la régularisation de la zone

52Le rêve des habitants est d’obtenir la canalisation de la rivière, mais aussi l’incorporation du secteur à la junta de Las Nieves, suivie de la planimétrie officielle, avec cadastre, « ligne et niveau », etc. Les habitants sont en lutte auprès de la municipalité pour obtenir le cadastre, sésame donnant droit aux services publics. Ils font valoir à cette fin leur propriété des biens immeubles (terrains et maisons) grâce aux contrats de vente du propriétaire GA. Celui-ci est capable de justifier sa propriété depuis plusieurs générations, bien avant que ne soit promulguée la loi sur la propriété municipale des espaces de risque et des lits des rivières. En conséquence, les habitants qui lui ont acheté des terrains peuvent démontrer leur droit de propriété. Cette situation est typique des « urbanisations pirates » (Mohan, 1994), où les terrains sont effectivement vendus, plus ou moins légalement, mais dans des endroits théoriquement illégaux du point de vue des normes d’usage des sols.

53Face à cette situation, les habitants du ravin s’organisent et s’unissent pour faire pression auprès des autorités, en passant par la junta de la zone limitrophe, Las Nieves. Ils sont parmi les plus actifs de la zone au sein de la junta, se rendant aux assemblées et suivant de près les activités de la junta. Au moment des entretiens, ils misaient beaucoup sur le nouveau président, jeune et dynamique, qui leur promettait de tout faire pour obtenir la régularisation. Celui-ci devait également faire inclure dans la planimétrie de Las Nieves tout le secteur qui se trouve derrière le ravin, du côté de la rue 5 de Agosto (sur la photo 45, il s’agit du secteur se situant derrière la dépendance de la maison de Z), qui comprend des maisons dans la partie basse du ravin. Si les voisins du haut des gorges cultivent de bonnes relations avec la junta, ils sont en conflit avec ceux de la partie basse à propos de la « ligne et niveau » autour du chemin d’accès.

54L’établissement des habitants ne passa pas inaperçu. Le 24 août 1994, les 3 juntas de voisinage du quartier envoyèrent une lettre commune à la municipalité où elles dénonçaient l’illégalité de ces constructions ainsi que les risques de catastrophes induits par les mouvements de terrain des nouveaux venus. Elles exhortaient la municipalité à démolir les maisons et à faire respecter sa propriété, ce qui – arguaient-elles – lui apporterait des bénéfices politiques potentiels.

55On connaît le résultat de cette démarche. Il semblerait même que la maire, Lupe Andrade, ait promis, après l’accident tragique dans le bas du ravin décrit précédemment, qu’elle ferait capter la rivière et incorporer les voisins dans la planimétrie. Longtemps après, en avril 2007, le maire de macrodistrict tenta de reprendre le contrôle de la situation en demandant aux voisins de présenter leurs preuves de propriété et en leur laissant des mémorandums imposant une amende de 600 Bs pour occupation illégale de terrains, pensant peut-être mettre un terme aux demandes de régularisation des habitants. Ceux-ci exhibèrent alors les compromis de vente et les impôts sur le terrain qu’ils payaient à la municipalité chaque année, ce qui paralysa toute possibilité d’expulsion à court terme, en raison du régime juridique qui désavantage la municipalité face à des loteadors effectuant rapidement toutes les démarches possibles pour inscrire leur droit de propriété. Dans ces cas-là, la municipalité se trouve désemparée et dans la quasi-incapacité de prendre des mesures et de faire respecter la loi sur les espaces municipaux.

Les projets d’urbanisation

56Le sort des habitants du ravin, et à travers eux celui de la construction du risque de catastrophe, dépend fortement de la relation à la municipalité et des décisions que celle-ci a été, est et sera amenée à prendre. La municipalité est comme toujours balancée entre la fourniture de services et d’une protection sociale aux habitants, et ses responsabilités dans la gestion du risque, le respect des lois et d’autres préoccupations.

57Certains voisins, eux, ont élaboré un scénario d’urbanisation complet. Une fois la rivière captée et la zone légalisée, une voie d’accès aux véhicules serait construite au-dessus de la rivière, permettant d’accéder jusqu’au fond du ravin. Des rues perpendiculaires seraient alors régularisées et aménagées, comme celle qui se trouve entre la maison de JK5 et de JK3 (photos 49) : « Le seul problème sur lequel nous butons, c’est qu’ils retardent la canalisation. C’est le seul problème de base. Après ça, il n’y en aura plus. Une fois capté, la “ligne et niveau” viendra automatiquement ! Nous allons avoir les trottoirs. Avec la canalisation, nous allons savoir de quelle largeur est la rue » (JK6, habitant du ravin).

Photos 49 – Vues sur une « rue » du ravin du Janko Kollo

Photos 49 – Vues sur une « rue » du ravin du Janko Kollo

58Un arrêt de transports en commun serait alors implanté au fond du ravin, ainsi qu’un marché : « Après [avoir] obtenu la licence, après avoir obtenu votre titre, venez nous rendre visite un jour, vous allez voir tout ça bien peuplé. Parce que nous demandons la canalisation, tout ça. Ici il y a le projet d’un arrêt de minibus. Ici. Derrière, c’est un marché. […] Ici dans le ravin, ouh là ! c’est apte pour construire, c’est dur, bien dur ! » (JK6, habitant du ravin).

59A cette fin, GA, le loteador, se serait déjà engagé à céder 1 700 mètres carrés de terrain à la municipalité. De nouveaux habitants afflueraient alors, colonisant l’intégralité des versants (la photo 50 montre un aperçu du versant d’en face, du côté de Phajchani).

Photo 50 – Versant des gorges du Janko Kollo, côté Phajchani

Photo 50 – Versant des gorges du Janko Kollo, côté Phajchani

60Le téléphone, l’éclairage public, l’électricité et l’eau potable seraient alors officiellement assurés par les entreprises responsables (Electropaz, Cotel, etc.). Des voisins ont affirmé avoir déjà présenté ce projet à la municipalité, ajoutant qu’il avait été accepté par la maire antérieure, Lupe Andrade, qui aurait même appointé un avocat.

5.6. La régulation sociale du risque dans le ravin du Janko Kollo

61Plutôt que d’en rester à la distinction entre construction, perception et gestion du risque, il s’agit de lier les différents éléments et de les analyser comme un processus en deux temps : la mise en place des conditions de possibilité de l’exposition, puis la concrétisation de la production du risque et ses conséquences (tableau 2).

62Les conditions de possibilité institutionnelles de l’exposition, ou en d’autres termes les institutions sociales qui permettent, facilitent et rendent possible l’occupation de ces espaces dangereux, sont le point de départ. Il s’agit d’abord de la propriété privée, qui pousse à la parcellisation des terrains et qui est accompagnée d’un régime juridique clairement défavorable à la propriété publique. En conséquence, malgré la volonté des habitants alentours et de la municipalité elle-même de faire respecter les normes concernant les espaces verts municipaux, il n’a pas été possible d’empêcher les habitants de s’établir ni de les déloger.

Tableau 2 – Régulation sociale des risques « naturels » dans le ravin de la rivière Janko Kollo

Tableau 2 – Régulation sociale des risques « naturels » dans le ravin de la rivière Janko Kollo

63Ces conditions de possibilité institutionnelles rencontrent plusieurs éléments : d’abord, des besoins sociaux, comme la recherche effrénée de l’accès à la propriété pour des familles de locataires ; ensuite, l’existence de terrains vacants proches du centre-ville ; et enfin, un processus d’adaptation des perceptions des personnes exposées à leurs objectifs d’établissement, un apprivoisement de la peur permettant de dépasser les réticences inspirées par la dangerosité du site et de formuler à plusieurs le projet de création d’une urbanisation pirate dans cette zone.

64La seconde phase, celle de concrétisation de la production du risque, commence lorsque les habitants franchissent l’étape de la mise en pratique de ce projet en s’arrangeant avec le loteador pour acquérir des parcelles, puis lorsqu’ils commencent à transformer activement l’espace (aménagement, construction), ce qui contribue à l’aggravation de l’aléa (mouvements de terre, poids, eaux usées, etc.). Là encore, ils adaptent leurs perceptions à la situation en fonction de leurs objectifs. On dira qu’ils ont une « stratégie de perception » du risque, qui consiste à mettre en conformité la perception qu’ils ont de ces espaces et des risques afférents avec ce qu’ils en espèrent – en l’occurrence, accueillir leur nouvelle maison et s’urbaniser. Les perceptions sont ainsi remodelées par un travail d’appropriation de la géologie et d’apprivoisement des dangers.

65L’énonciation et la socialisation de ces perceptions remodelées ont une valeur performative (Bourdieu, 2005a) afin de faire advenir ce qu’elles contiennent : dire que « le terrain est apte à la construction », c’est énoncer qu’il est possible et légitime d’y construire, ce qui justifie et rend possibles l’établissement des habitants et l’urbanisation de la zone. En dernière analyse, peu importe si les habitants eux-mêmes sont intimement convaincus ou non des capacités des sols ; ce qui compte, c’est que ce discours de perception a un effet réel sur leurs propres pratiques et cherche à en avoir sur celles des acteurs extérieurs.

66D’un autre côté, la plupart des habitants concernés ici connaissent les mesures élémentaires de protection contre les aléas et pratiquent une gestion quotidienne des risques qui fait quelque peu baisser leur niveau de vulnérabilité, à l’instar de leur haut degré d’auto-organisation. Par contre, l’absence de protection sociale et d’intervention des autorités oblige à se reposer en grande partie sur les capacités limitées et différenciées d’autoprotection des foyers. Le risque est donc régulé surtout par les personnes exposées elles-mêmes. En conséquence, leur vulnérabilité est élevée, même si elle est en évolution permanente. Des catastrophes futures ne sont pas à exclure.

Notes

1 Sur cet échantillon, voir l’annexe 1.

2 La distinction faite ici rejoint la différence entre solidarité mécanique et solidarité organique de Durkeim (2007 [1930]).

3 Le système de l’anticretico en Bolivie est une forme de transaction économique très intéressante. Il existe sur le marché immobilier formel et l’on procède de la manière suivante : l’anticrecista verse au propriétaire une grosse somme d’argent équivalente à plusieurs années de location. En échange, le bien immobilier est mis à sa disposition pendant le temps du contrat (généralement plusieurs années, au minimum un an), et l’anticrecista ne verse pas de loyer. Lorsqu’il quitte le domicile, il récupère l’intégralité de la somme versée au propriétaire au départ. Il s’agit donc d’une forme de prêt à taux zéro en échange de la mise à disposition d’un bien immobilier.

Table des illustrations

Titre Photo 43 – Vue plongeante du secteur étudié, Las Nieves, gorges du Janko Kollo
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photos 44 – Chemin d’accès aux habitations (gorges du Janko Kollo)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 45 – Occupation d’une partie du ravin du Janko Kollo et liens entre les habitants
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photos 46 – La rue Landaeta en 2006 et en 1984, après une coulée de boue
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/416/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 47 – La rivière Janko Kollo au bas du ravin considéré
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/416/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Photos 48 – Catastrophes affectant la maison de JK7 dans le ravin du Janko Kollo, 2005 et 2007
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/416/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photos 49 – Vues sur une « rue » du ravin du Janko Kollo
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/416/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Photo 50 – Versant des gorges du Janko Kollo, côté Phajchani
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/416/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Tableau 2 – Régulation sociale des risques « naturels » dans le ravin de la rivière Janko Kollo
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/416/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 169k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search