Version classiqueVersion mobile

Interprétations de la politique étrangère d’Hitler

 | 
René Schwok

Première Partie. Problèmes d'épistémologie et évolution de l'historiographie occidentale

Chapitre III. L’historiographie occidentale non allemande

Texte intégral

1Cette étude traite avant tout de l’historiographie de la République fédérale. Afin de la mettre en perspective avec les autres productions historiographiques, nous avons également intégré quelques chapitres sur les historiographies anglaise, américaine et française. En effet, de nombreux travaux ouest-allemands ont été suggérés par des recherches anglo-saxonnes. Il est également important de rappeler que les interprétations ouest-allemandes du national-socialisme ne sont pas les seules.

1. L’historiographie britannique

2Incontestablement, l’historiographie britannique a marqué la recherche sur le nazisme. On peut distinguer globalement deux groupes d’historiens : ceux qui restent attachés à des méthodes traditionnelles d’analyse et ceux qui se sont ouverts aux sciences sociales.

3Le premier groupe correspond à la période allant de 1945 à 1969. Il lomprend des personnalités comme Sir Lewis Namier, Hugh Trevor-Roper, Alan Bullock, Alan John Percival (A.J.P.) Taylor et Edward Hallett (E.H.) Carr. Ces historiens ont très fortement marqué l’historiographie anglaise de l’après-guerre. Leurs réputations respectives vont bien au-delà du cadre étroit de l’histoire allemande. Ces chercheurs comptent parmi les plus hautes autorités de la corporation britannique et leur influence morale et politique s’est répandue jusqu’aux revues intellectuelles et aux mass-média.

  • 1 Sir Lewis Namier a été particulièrement maltraité par les historiens allemands des années 50. Au fo (...)

4Un des historiens britanniques les plus marquants de l’après-guerre fut Sir Lewis Namier.1 Sa réputation et son influence furent telles que l’on a souvent appelé l’historiographie britannique des années 50 « l’ère Namier ».

  • 2 Alan Bullock. Hitler. A Study in Tyranny, London. 1952 ; 776 p. Alan Bullock a travaillé à la B.B.C (...)
  • 3 Hugh Trevor-Roper. The Last Days of Hitler. New York. 1947 ; 254 p. Hugh Trevor-Roper a découvert B (...)
  • 4 Alan John Percival Taylor a travaillé au ministère anglais de l’information pendant la seconde guer (...)

5Par leurs méthodologies traditionnelles, Alan Bullock, Hugh Trevor-Roper et Alan John Percival Taylor ont tendance à sous-estimer le rôle des facteurs sociaux et économiques dans leur analyse générale. Dans le Hitler2 de Alan Bullock, les forces profondes et les facteurs économiques sont à peine mentionnés. Dans The Last Days of Hitler de Hugh Trevor-Roper, le monde en dehors du Bunker semble ignoré.3 Même Alan John Percival Taylor, qui se veut moderne, néglige les facteurs socio-économiques. Alan John Percival Taylor ne s’appuie que sur des statistiques déjà citées par d’autres et les interprète de manière controversée. D’autre part, Alan John Percival Taylor4 souligne plus que tout autre la profonde continuité de la politique étrangère allemande. Hitler est pour lui un chef allemand interchangeable.

  • 5 Edward Segel a écrit sur Alan John Percival Taylor : « Tandis que Taylor est un Anglais fier de l’ê (...)

6On peut dès lors s’interroger sur l’appartenance de Alan John Percival Taylor à la gauche. En quoi sa démarche se distinguerait-elle de celle d’autres historiens plus conservateurs ? Par une certaine marginalité ? Par une attitude « d’enfant terrible » ?5

  • 6 Alan John Percival Taylor. The Course of German History. London. 1949 : 229 p.
  • 7 Alan John Percival Taylor. The Origins of the Second World, War, London, 1961 : 266 p.
  • 8 Edward Segel. Op. cit.. p. 531 : « Il est en même temps un homme de gauche ; il s’est lui-même appe (...)
  • 9 Hans-Adolf Jacobsen nous a confié qu’une des motivations qui l’a conduit à rédiger son ouvrage Nati (...)

7Il y a encore autre chose : une appréciation particulière des rapports Est-Ouest et du réarmement allemand. Cela sous-tend son ouvrage The Course of German History6 et apparaît implicitement dans The Origins of the Second World War7 où il insiste sur les dangers qui sont posés à l’équilibre des forces et à la sécurité en Europe par la présence d’une Allemagne forte et armée. Cette analyse s’inscrit dans la pensée d’une partie de la gauche du Parti travailliste, effrayée au début des années 60 par le déploiement d’armes nucléaires en Grande-Bretagne.8 Dans le raisonnement de cette partie de la gauche britannique, il y a la conviction que l’Union soviétique et les pays de l’Est se sentent menacés par une Allemagne fédérale réarmée et puissante au centre de l’Europe. Le seul moyen de les rassurer et de faire partir les Soviétiques de l’Europe centrale passe par un désarmement de l’Allemagne fédérale. Dans The Origins of the Second World War, Alan John Percival Taylor présente la question allemande plus comme un problème objectif de physique que comme une question de mentalité. Si un corps disproportionné se répand au sein d’une myriade d’éléments divisés et épars, les risques de collision croîtront au fur et à mesure que ce corps se développera. Atténuer la tension Est-Ouest, diminuer les risques de conflit en Europe continentale et d’embrigadement de la Grande-Bretagne passent par une limitation de la puissance de l’Allemagne fédérale et par le maintien de deux Etats allemands.9

  • 10 Hugh Trevor-Roper. « A.J.P. Taylor, Hitler and the War » in Esmonde Robertson (éd.). The Origins of (...)
  • 11 Hugh Trevor-Roper est un conservateur favorable à l’Alliance atlantique.

8Derrière les controverses entre Hugh Trevor-Roper et Alan John Percival Taylor,10 il y a aussi des divergences politiques11 et personnelles, mais il n’y a pas de conception fondamentalement différente de l’écriture de l’histoire. L’un et l’autre témoignent d’une manière classique de traiter la trame historique. On pourrait objecter que Alan John Percival Taylor se méfie de la personnalisation de l’histoire, que son acharnement à démystifier la toute puissance de Hitler procéderait d’une autre démarche historique que celle de Hugh Trevor-Roper ou de Alan Bullock. En fait, même si Alan John Percival Taylor cherche à relativiser le rôle de Hitler dans The Origins of the Second World War, même s’il s’élève contre une démonisation du dictateur allemand, on constate quand même que c’est bien le personnage de Hitler qui apparaît toujours au cœur d’un ouvrage d’une facture très classique.

  • 12 Timothy Mason. « Some Origins of the Second World War » in Esmonde Robertson. Op. cit.. pp. 105-135 (...)

9Les premières ruptures méthodologiques avec l’historiographie traditionnelle sont apparues au début des années 60 avec les travaux de Timothy Mason et de Alan Milward. Ces deux auteurs ont fondé leurs conceptions en réaction aux thèses de Alan John Percival Taylor. Leurs premières analyses ont été des réfutations de The Origins of the Second World War.12

  • 13 Alan Milward. « The Economies of Fascism » in Walter Laqueur (ed.). Fascism, A Reader’s Guide. Berk (...)

10Timothy Mason a surtout contesté le manque de prise en considération par Alan John Percival Taylor des pressions socio-économiques et des forces intérieures. Pour Timothy Mason, les conflits sont la résultante de problèmes sociaux à l’intérieur d’un ou de plusieurs Etats capitalistes. De son côté, Alan Milward s’intéresse plus à la nature réelle du fascisme dont il voit dans la guerre un des éléments déterminants. Il développe l’argument que la guerre n’est pas seulement un exutoire à une situation socio-économique particulière, mais qu’elle est surtout un moyen indispensable pour atteindre les objectifs supérieurs de l’Etat fasciste.13

11Ces dernières années n’ont pas vu émerger d’œuvres marquantes. On constate plutôt une diffusion de thèses qui s’inscrivent soit en continuation de travaux antérieurs soit en écho amplificateur du débat ouest-allemand.

  • 14 John Hiden ; John Farquharson. Explaining Hitler’s Germany. Historians and the Third Reich. London. (...)

12Ainsi, Esmonde Robertson, Norman Stone et Hansjoachim Koch ont repris et développé certaines thèses de Alan John Percival Taylor, tandis qu’une nouvelle génération d’historiens a diffusé les plus récents progrès de la recherche ouest-allemande, particulièrement de la théorie du polycratisme. John Hiden, John Farquahrson et Ian Kershaw14 ont diffusé certains des arguments avancés par Hans Mommsen et Martin Broszat, tout en entretenant des contacts avec l’« Institut fur Zeitgeschichte » de Munich et avec l’Université de Bochum.

13Cette collaboration anglo-allemande est utile à l’école du polycratisme pour pouvoir diffuser des thèses qui sont souvent étouffées en Allemagne fédérale. L’effet « boomerang » provoqué par la traduction en anglais a un impact certain en République fédérale. Quant à de jeunes historiens britanniques, éprouvant de réelles difficultés à se faire connaître dans un milieu très sclérosé, ils peuvent bénéficier de la notoriété qui leur est conférée par des traductions en allemand et des séjours d’enseignement dans des universités de la République fédérale. Ainsi, on peut constater que c’est en Grande-Bretagne, bien plus qu’en France ou aux Etats-Unis, que les thèses de l’école du polycratisme ont connu leur plus grande diffusion.

2. L’historiographie américaine

  • 15 Georg Iggers. « Die deutschen Historiker in der Emigration » in Bernd Faulenbach (ed.). Geschichtsw (...)
  • 16 Peter Th. Walther. « Emigrierte deutsche Historiker in den USA » in BerWissenschaftsgesch 7, 1984, (...)

14Une grande partie des historiens américains sont des émigrés qui ont fui l’Allemagne nationale-socialiste et l’Europe centrale en raison de l’antisémitisme.15 Beaucoup ont collaboré à l’action américaine dans la lutte contre le nazisme. Ils ont produit des études de première importance sur la continuité structurelle de l’histoire allemande et sur l’Etat nazi. Plus tard, ces historiens ont exercé une grande influence sur l’historiographie ouest-allemande des années 60/70.16

  • 17 Peter Walther. Op. cit.. pp. 46-47.

15La guerre avait permis à nombre d’historiens, immigrés ou non, de trouver un emploi et de mettre en valeur leurs compétences. Les Etats-Unis manquaient d’experts de l’Allemagne. Franz Neumann, Hajo Holborn et Herbert Marcuse ont travaillé dans le département « Research and Analysis » de 1’« Office for Strategic Service » (OSS), l’ancêtre de la CIA. Au bureau de Londres se trouvait Felix Gilbert. Il préfaça une histoire de l’Allemagne destinée à l’armée américaine qui servit d’introduction à un livre, plusieurs fois réédité, pour les futurs officiers d’occupation. Alfred Vagts, Gordon Craig, Veit Valentin, Walter Langer, William Langer et Richard Salomon étaient actifs dans d’autres départements à Washington. George Hallgarten travailla à la rédaction de tracts et d’émissions de radio pour les troupes allemandes et la population du territoire de la Ruhr.17

16Ces services de l’OSS avaient pour fonction d’analyser tous les aspects, principalement non militaires, de l’Allemagne nationale-socialiste. Ainsi, les études portaient surtout sur les changements dans la hiérarchie de l’Etat et du Parti, sur la résistance et, plus généralement, sur tous les points qui étaient importants pour la conduite de la guerre.

  • 18 Franz Neumann. Behemot. The Structure and Practice of National Socialism. New York, London. 1942 ; (...)

17L’autre aspect du travail de l’OSS concernait l’Allemagne de l’après-guerre. C’est là que furent élaborées les propositions concernant la « dénazification », la constitution, les partis politiques, la réforme de l’administration, le nouveau droit du travail et de l’industrie. L’élimination des privilèges des militaires, de la bureaucratie, du gros capital, de l’aristocratie et du Parti nazi constituait sans contestation les principaux objectifs de ces services. C’est dans ce contexte qu’a été engendrée l’analyse socio-économique de Franz Neumann, Behemot.18

18Dans Behemot, Franz Neumann réussit à intégrer à la diachronie les éléments d’explication structurels et il parvient à lier les forces profondes aux facteurs idéologiques et humains. Les thèses de Franz Neumann sont vite devenues des classiques dans le monde anglo-saxon.

  • 19 Joseph Nyomarky. Charisma and Factionalism within the Nazi Party. Minneapolis. 1967 : 161 p. Edward (...)
  • 20 David Schoenbaum. Hitler’s Social Revolution : Class and Status in Nazi Germany 1933-1939. New York (...)

19Les historiens américains Joseph Nyomarky et Edward Peterson ont produit des travaux pionniers sur les rivalités entre les pouvoirs à l’intérieur du parti nazi et sur la fonction du leader charismatique.19 David Schoenbaum a été un des premiers à montrer que le nazisme a permis une modernisation de l’Allemagne et a correspondu à une intégration des secteurs traditionnellement exclus de la société allemande.20

20Avec le recul, on se rend mieux compte à quel point non seulement la « théorie » du « polycratisme » mais aussi les principaux courants de l’historiographie ouest-allemande ont été influencés par des recherches en provenance des Etats-Unis. Ainsi, la théorie du totalitarisme doit beaucoup aux thèses de Hannah Arendt, de Carl Friedrich, de Ernst Fraenkel et de Sigmund Neumann. « Les sciences sociales historiques » on été fortement influencées par Eckart Kehr (mort aux Etats-Unis au début de l’année 1933), Hans Rosenberg et Arthur Rosenberg. L’approche non dogmatique de la théorie du fascisme (Reinhard Kühnl) possède de nombreux points de convergence avec les historiens proches de l’Ecole de Francfort.

  • 21 Hans Kohn. The Mind of Germany. New York. 1960 ; 370 p. George Mosse. The Crisis of German Ideology (...)
  • 22 Heinz Wolf. Deutsch-jüdische Emigrationshistoriker in den USA und die deutsche Geschichte. Plädoyer (...)

21Un autre groupe d’historiens a davantage insisté sur une continuité idéologique et culturelle de l’histoire allemande et n’a pas beaucoup étudié directement le nazisme.21 Cette pensée n’a pas connu un grand écho en dehors des Etats-Unis. De tendance « libérale »,22 proches des opinions de Roosevelt, ces historiens ont éprouvé peu d’attirance pour des conceptions marxistes de l’histoire. Dégoûtés par les horreurs commises par l’Allemagne, incapables psychologiquement de se pencher sur cette époque repoussante, (« le silence après Auschwitz »), ces chercheurs ont peu analysé l’Etat et la société allemande entre 1933 et 1945.

22Les historiens « libéraux » ont surtout enquêté sur le climat intellectuel qui avait été cultivé en Allemagne. Ils ont montré comment l’idéalisation de l’Etat allemand, de la nation, de la race, du peuple et du « Führer » ont pu constituer un « terrain fertile » à l’élaboration, à la diffusion et à l’acceptation des idées de Hitler. Ils ont posé inlassablement la question : pourquoi un peuple de haute culture s’est-il livré à un démagogue tel Hitler et l’a suivi jusqu’au dénouement ? Pour y répondre, ces historiens ont disséqué la culture, les mentalités et l’idéologie allemande. Ils ont cherché à établir les contours d’« un terrain fertile », tout en évitant le déterminisme et le réductionnisme. Ils ont pris soin de ne pas tomber dans le piège du racisme à rebours. Leur quête est compréhensible et légitime, mais le résultat ne peut être qu’insatisfaisant. Comme l’a fait remarquer Raymond Aron, on ne pourra jamais expliquer comment un peuple aussi cultivé a pu se soumettre au nazisme et suivre son chef jusqu’au bout de ses crimes :

  • 23 Raymond Aron. « Existe-t-il un mystère nazi ? » in Commentaire. n° 7, 1979. p. 343.

« Ainsi formulée, la question nazie ne recevra jamais de réponse satisfaisante ou -ce qui revient au même - peut recevoir plusieurs réponses dont aucune n’est entièrement fausse et qui toutes ensemble ne donnent pas satisfaction. »23

  • 24 Heinz Wolf. Op. cit., pp. 408-411.

23L’historiographie « libérale » a été très mal acceptée en Allemagne fédérale, où elle a exercé peu d’influence parmi les historiens. On continue à lui reprocher de n’être qu’une version plus sophistiquée de la « théorie de Luther à Hitler » et de n’avoir pas dépassé les méthodes de l’« historisme ». De manière sous-jacente, on laisse surtout entendre que les thèses de l’historiographie « libérale » américaine ne sont que le reflet des passions des émigrés juifs ; qu’elles seraient contraire à une science historique rigoureuse. Le type de continuité historique qui a été acceptée par les historiens allemands est celui où le national-socialisme n’apparaît que comme le résultat de structures sociales et économiques, où seule la responsabilité d’un petit nombre est proclamée.24

24Il nous semble au contraire que le mérite de l’historiographie « libérale » est d’avoir réussi à éviter le double écueil : d’une part, celui consistant à établir une « théorie de Luther à Hitler », et, d’autre part, de se contenter de discerner une continuité structurelle de l’histoire allemande.

  • 25 Gordon Craig. Félix Gilbert (éd.). The Diplomats, 1919-1939. Princeton. 1953 ; 720 p.
  • 26 William Langer. Everett Gleason. The Challenge to Isolation. New York. 1952 ; 794 p. Gerhard Weinbe (...)

25Le domaine de la politique étrangère a été relativement peu étudié. Malgré la présence des archives allemandes aux Etats-Unis dès les années 50, en dépit de certains travaux-pionniers d’historiens américains comme Gordon Craig et Felix Gilbert sur les processus de décision,25 les analyses sur la politique étrangère ont été assez rares. Les quelques exceptions sont celles d’historiens comme William Langer, Gerhard Weinberg et John Me Sherry qui ont étudié la politique étrangère allemande sous l’angle de ses relations avec les Etats-Unis et avec l’Union soviétique, deux thèmes qui ne sont pas indifférents à la tension est-ouest.26

  • 27 Norman Rich. Hitler’s War Aims. New York, 1973. 2 vol.
  • 28 Gerhard Weinberg. The Foreign Policy of Hitler’s Germany. Chicago, 1970 et 1980, 2 vol.

26On mentionnera également les deux ouvrages généraux de Norman Rich et de Gerhard Weinberg. Le premier reproduit avec plus de modération les thèses des « programmologues ».27 Le second constitue plutôt une réponse aux conceptions des historiens ouest-allemands.28

27Par exemple, Gerhard Weinberg laisse supposer que les interprétations aujourd’hui répandues en Allemagne fédérale visent à banaliser la politique hitlérienne envers de nouveaux alliés de la République fédérale. Il craint que la perspective des historiens ouest-allemands n’ait été complètement déformée par des objectifs politiques contemporains :

  • 29 Gerhard Weinberg. « Hitler und England. 1933-1945 : Pretense and Reality » in German Studies Review (...)

« L’évolution des nouveaux alignements et alliances depuis 1945 a pu conduire certains à voir le passé à travers des lunettes qui dissimulent certains éléments désagréables. Cela ne donne ni une bonne histoire ni une bonne politique. Une rigoureuse construction ferait mieux d’être basée sur le rocher solide de la réalité, non sur les sables mouvants des mythes (...). »29

  • 30 Gerhard Weinberg. The Foreign Policy of Hitler’s Germany. (II). Op. cit., pp. 579, 638 et 639.
  • 31 Ibid., p. 675.
  • 32 Ibid., p. 580.

28Gerhard Weinberg remet en question certaines interprétations devenues courantes en République fédérale à propos du déclenchement de la guerre en 1939. Il assure que l’attaque de Hitler contre la Pologne30 a été délibérée afin de pouvoir, dans un deuxième temps, s’en prendre à la France et à la Grande-Bretagne.31 Pour Gerhard Weinberg, la Grande-Bretagne est bien le principal ennemi de Hitler en 1939.32 Le dictateur allemand n’aurait pas cherché à l’amadouer avant le début des hostilités.

  • 33 On trouve un resume des attaques d’une violence extrême qui ont été dirigées contre Gerhard Weinber (...)

29Les thèses de Gerhard Weinberg sont évidemment mal acceptées en République fédérale. Il lui est reproché de refléter la propagande des vainqueurs occidentaux de la guerre.33 Car, pour la majorité des historiens allemands, l’expression « historiographie de Nuremberg » est... négative.

3. L’historiographie française

30L’historiographie française de l’Allemagne contemporaine se caractérise avant tout par deux éléments :

  1. une faible production ;

  2. une tendance à l’atténuation de la germanophobie.

Une faible production34

  • 34 Alfred Grosser écrivait déjà en 1962 : « (...) les historiens étant, hélas, restés assez silencieux (...)

31La consultation d’une bibliographie exhaustive des ouvrages et des articles consacrés à l’Allemagne contemporaine illustre le premier point : l’historiographie française ne s’est pas intéressée autant qu’on aurait pu s’y attendre à l’évolution de son voisin d’outre-Rhin. Plus de 90 % de la littérature scientifique publiée sur le national-socialisme n’est pas d’origine francophone. Cette constatation est d’autant plus étonnante que de nombreux facteurs auraient dû amener les universitaires français à s’intéresser à l’Allemagne. Tous les grands chocs de l’histoire n’avaient-ils pas déjà poussé la France à repenser son idéologie et sa conception de l’Allemagne ? Citons l’Allemagne de Madame de Stael, Les essais de Quinet, La réforme intellectuelle et morale de Renan, Allemands de Rivière, Doctrinaires de la Révolution allemande de Vermeil. Tant de conflits franco-allemands avaient provoqué l’attention des Français pour le voisin oriental.

32Les Français auraient-ils été indifférents à l’époque de la deuxième guerre mondiale ? L’abondance des travaux et des controverses sur Vichy, la collaboration, la résistance et « le fascisme français » prouvent au contraire l’intérêt qui est porté à cette période. De plus, la Communauté européenne et l’ampleur des échanges scientifiques et humains entre la France et l’Allemagne fédérale auraient dû favoriser les études réciproques de l’un et de l’autre.

33Pourtant, les dirigeants de 1’« Institut für Europäische Geschichte » de Mayence regrettent de ne plus accueillir d’étudiants français, alors que leur institution avait été créée avec la collaboration des autorités d’occupation française afin de favoriser une connaissance mutuelle sans préjugés et pour faciliter les échanges d’étudiants. De même, on peut s’étonner que des millions de petits écoliers français et allemands puissent séjourner dans le pays voisin grâce aux échanges scolaires et que, dans le même temps, les historiens semblent s’ignorer.

34Cependant, ce ne sont pas les efforts de Pierre Ayçoberry, de Jacques Bariéty, de Jacques Droz, de Alfred Grosser, de Joseph Rovan et de tant d’autres qui ont fait défaut. Faudrait-il invoquer un manque de complémentarité ? Mais les Allemands auraient eu beaucoup à apprendre de l’historiographie française tant pour ses apports méthodologiques que pour l’étendue de son champ d’investigation. De même, les Français gagneraient à analyser une histoire allemande qui a tellement marqué l’histoire de l’Europe. Ne comprendrait-on pas mieux l’origine de Vichy et de la collaboration si on les intégrait à une perspective globale qui inclut l’histoire allemande ?

35Comment peut-on éclairer cette carence de l’historiographie française ? L’obstacle de la langue ? Certainement, mais on remarquera que les Français ne savent pas plus mal l’allemand qu’avant la deuxième guerre mondiale. D’autre part, des milliers d’étudiants français n’éprouvent pas trop de difficultés à étudier et à pratiquer des idiomes autrement plus complexes. Enfin, il existe des région de France dont le patois est alémanique, où les étudiants maîtrisent les bases de l’allemand.

36Faudrait-il incriminer la structure universitaire ? Le système de doctorat français serait-il trop lourd et trop astreignant ? Obligerait-il les candidats à passer d’un concours à l’autre sans pouvoir leur laisser la possibilité de se rendre à l’étranger ? Il est certain que cette pesanteur structurelle ne favorise pas une souplesse de déplacement. Les réformes de doctorat entreprises ces dernières années pourraient partiellement remédier à ces problèmes. Cependant, cet aspect ne devrait pas dissimuler le fait que, ni au niveau de la licence ni à celui du doctorat d’Etat (où l’on bénéficie d’un certain temps libre), on ne retrouve un grand intérêt pour l’Allemagne contemporaine.

  • 35 Entretien avec Charles Bloch. Paris, le 2 août 1986.

37Le manque d’intérêt chez les historiens français pour l’Allemagne nationale-socialiste devrait surtout être éclairé par une analyse historique. En effet, le développement de l’historiographie structuro-sociale autour de l’Ecole des Annales n’a pas favorisé l’étude de « l’histoire traités-batailles ». Quant à l’Ecole des relations internationales autour de Pierre Renouvin et de Jean-Baptiste Duroselle, elle a surtout porté son attention sur le nouvel allié de la France, les Etats-Unis, dont il fallait faire connaître l’histoire.35

  • 36 Ce raisonnement peut paraître aujourd’hui contradictoire, car on a plutôt l’habitude d’affirmer que (...)

38De plus, à partir du début des années 50, la réconciliation franco-(ouest) allemande, alimentée par la menace communiste, a conduit à une amélioration de l’image de l’Allemagne en France. On craignait alors une répétition de l’enseignement du mépris qui avait empoisonné tant de manuels d’histoire et d’encyclopédies. En limitant le nombre de chaires d’enseignement consacrées à l’Allemagne, les autorités souhaitaient « tirer un trait sur le passé ». En effet, la multiplication d’études sur l’Allemagne nationale-socialiste n’auraient pas manqué d’alimenter la germanophobie que les autorités françaises ne voulaient pas voir resurgir.36

39D’autant plus que dans les années 50, les principales analyses françaises sur l’Allemagne nationale-socialiste sont venues d’historiens ou de germanistes proches du Parti communiste. Remuer cet aspect du passé répondait au moins à deux motifs. Premièrement, d’un point de vue personnel, des chercheurs comme Gilbert Badia, Charles Bettelheim ou Pierre Angel avaient directement souffert du nazisme. Deuxièmement, sur le plan politique international, le fait de souligner la continuité du bellicisme allemand aurait dû permettre d’empêcher le réarmement de la République fédérale et son rattachement à l’Alliance atlantique.

40C’est donc à la fois les conséquences de l’occupation allemande et le climat de réconciliation franco-(ouest) allemand qui ont limité les études non-marxistes consacrées à l’Allemagne contemporaine. L’effet multiplicateur qui aurait été engendré par l’existence de nombreuses chaires spécialisées sur l’Allemagne ne s’est pas exercé, d’autant que l’esprit est resté caractérisé par la crainte que l’étude de l’Allemagne ne ravive plus de vieux démons qu’elle n’en éloigne.

Une tendance à l’atténuation de la germanophobie

  • 37 Andreas Hillgruber. Endlich genug über Nationalsozialismus und Zweiten Weltkrieg ? Düsseldorf, 1982 (...)
  • 38 Edmond Vermeil continue à faire l’objet d’innombrables critiques. Il est généralement présenté comm (...)

41L’historiographie française non marxiste ne donne plus, depuis le milieu des années 50, cette impression d’antigermanisme qu’on continue à lui attribuer en Allemagne fédérale.37 A l’exception d’Edmond Vermeil,38 on constate plutôt un effort de modération et de compréhension de l’Allemagne qui a été entrepris par Pierre Ayçoberry, Jacques Bariéty, Maurice Baumont, Henri Berr, Jacques Droz, Alfred Grosser, Pierre Renouvin ou Joseph Rovan.

42Il faut donc éviter de confondre les sentiments généraux d’une bonne partie de l’opinion publique française, l’image de l’Allemagne qui est véhiculée par le cinéma et une certaine littérature, avec une historiographie française qui a tenté de présenter le passé de l’Allemagne sous un éclairage qui ne voile pas l’avenir. On peut même ajouter que plus l’image de l’Allemagne était négative dans l’opinion publique et dans les mass-média, plus les historiens français se sont sentis de leur devoir de faire contre-poids. Deux exemples illustrent notre propos : l’accord entre les historiens français et allemands sur la question des origines de la première guerre mondiale et un texte de Jacques Droz.

  • 39 Nous avons déjà mentionné cet accord, supra, chapitre consacré à l’historiographie allemande, p. 30

43Les motivations morales et le fond de cet accord entre historiens allemands et français ne devraient pas éveiller de critiques.39 Pourrait-on s’offusquer d’un texte aussi équilibré et porteur de réconciliation entre deux peuples qui se sont suffisamment affrontés ?

  • 40 L’accord entre historiens français et allemands concerne la première guerre mondiale, mais la probl (...)

44Ce qui est intéressant du point de vue de l’histoire de l’historiographie, c’est que des chercheurs de deux pays pluralistes aient éprouvé le besoin de conclure un accord officiel sur un point historique controversé. La date de la conclusion de cet accord est significative : 1951. On était alors en pleine discussion sur le réarmement ouest-allemand et sur une éventuelle intégration de la République fédérale allemande à la Communauté européenne de défense. L’obstacle le plus important provenait des réflexes antiallemands dans la population française et chez nombre de députés à l’Assemblée nationale. Comme il n’était pas encore possible d’atténuer les responsabilités allemandes dans le deuxième conflit mondial, (ce genre de révisionnisme est plus tardif et n’a d’ailleurs pas encore touché la France), on a cherché à partager les responsabilités de la première guerre mondiale entre les différents gouvernements européens.40

  • 41 Jacques Droz. « Les historiens français devant l’histoire allemande » in Martin Göhring (éd.). Euro (...)

45Contrairement à ce que l’historiographie française avait soutenu avec véhémence dans l’entre-deux-guerres, l’accord entre historiens français et allemands affirme que l’Allemagne ne fut pas le seul pays responsable du premier conflit mondial. De plus, même s’il est relevé dans cet accord le bellicisme de l’armée allemande, celui-ci n’est pas lié à une essence germano-prussienne, mais à la place de l’institution militaire dans la société allemande. Ce point doit être souligné, il ressort également clairement de notre deuxième exemple, l’article de Jacques Droz intitulé : « Les historiens français devant l’histoire allemande ».41

46Dans cet article, Jacques Droz explique que la tâche des historiens français doit être d’enseigner le rapprochement des peuples français et allemands :

  • 42 Ibid. p. 249.

« Rien, je crois, ne peut mieux servir le rapprochement des peuples, ainsi que la naissance d’un véritable esprit européen, qu’une révision consciencieuse et impartiale de l’image traditionnelle que la France se fait de sa voisine. »42

47Jacques Droz cherche à remettre en question « la conviction profonde du peuple français » qui veut que l’Allemagne ait été responsable de cinq agressions en 135 ans et qui voit dans l’hitlérisme un phénomène résultant logiquement d’une longue propagande nationaliste et raciste, plongeant profondément dans le passé allemand. Jacques Droz s’élève contre les arguments qui affirment que le peuple allemand ait été dressé à la discipline, qu’il n’ait que le culte de la force et aucune diposition pour la démocratie. Jacques Droz réfute trois arguments historiques qui servent de justificatifs à ces allégations :

  • l’enseignement de Luther qui porte en lui la passivité allemande et la soumission illimitée à la puissance étatique ;

  • la monarchie prussienne qui a imposé un dressage militaire aux Allemands ;

  • le prodigieux développement de l’industrie au xixe siècle qui a surexcité la volonté de puissance du peuple allemand.

48Jacques Droz remet en cause ces arguments. Ainsi à propos de l’Eglise luthérienne, Jacques Droz reconnaît qu’elle a été une force hostile à la démocratie et qu’elle a contribué à maintenir le peuple allemand dans l’obéissance et la soumission à l’égard d’une autorité qui n’est responsable que devant Dieu. De même, à propos de la monarchie prussienne, Jacques Droz affirme qu’elle porte une lourde responsabilité dans le développement du militarisme par l’influence qu’elle a accordée dans l’Etat à la noblesse territoriale. Jacques Droz reconnaît aussi que l’Allemagne a plus tendance que d’autres Etats à céder à l’entraînement d’un dynamisme industriel illimité.

  • 43 Ibid.. p. 254.

49Alors, pourquoi ne pas conclure comme l’ont fait « des historiens étrangers ou certains Allemands émigrés... que la tyrannie hitlérienne doit être considérée comme la quintessence du passé germanique » ?43 Essentiellement, parce que l’avenir des relations franco-allemandes serait hypothéqué si l’on affirmait que ces traits insupportables de l’Allemand étaient du domaine de la mentalité collective. En montrant que les éléments extrémistes et fanatiques chez l’Allemand sont le fruit de circonstances historiques déterminées, on se réserve la possibilité d’affirmer que l’Allemand peut se comporter comme le Français dans des circonstances historiques comparables :

  • 44 Ibid., p. 255.

« Nous pensons pour notre part que Français et Allemands appartenant à une même classe sociale et ayant reçu une saine éducation réagissent identiquement. (...) Le rôle de l’historien est donc de montrer les raisons sociales pour lesquelles ne s’est pas développée en Allemagne comme en France ou en Angleterre, une classe moyenne susceptible de jouer un rôle directeur (...) »44

  • 45 Ibid.. p. 249. Jacques Droz a, entre autres, vu sa bibliothèque brûlée par les nazis.

50Les thèses de Jacques Droz offrent donc une bonne illustration de la manière de raisonner de nombreux historiens français dans les années 50. Ils n’ont pas cherché à oublier les crimes commis par cette « secrète Allemagne, dont nous avons tous souffert »,45 ils ont plutôt essayé de retrouver le « terrain fertile » à des développements extrémistes. Ils ne manquent pas de relever que ces circonstances historiques peuvent disparaître et que l’Allemand peut être « normalisé ».

Conclusion

51Même si notre étude est plus particulièrement centrée sur l’historiographie ouest-allemande, il nous a quand même paru utile de retracer l’évolution de la réflexion en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et en France. Il apparaît que les travaux les plus importants sur le Troisième Reich sont venus d’historiens ayant fui ou combattu le nazisme : les chercheurs américains sont dans leur majorité des réfugiés et leurs collègues britanniques ont presque tous participé à la guerre. Leurs interprétations du nazisme sont donc très proches de la perspective dégagée au Procès Nuremberg.

52Grâce à une ouverture précoce aux sciences sociales, les chercheurs américains ont pu donner très tôt une impulsion à des études bénéficiant de méthodes originales et stimulantes. L’historiographie britannique a surtout été caractérisée par un esprit anticonformiste où domine l’impertinence des problématiques mises en avant. Par contre, l’historiographie française de l’Allemagne nationale-socialiste n’a pas connu une éclosion et l’originalité qu’on lui connaît par rapport à d’autres champs de recherches.

53Ces dernières années ont montré que l’essentiel des interprétations nouvelles et originales sur le national-socialisme ne sont pas venues de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et de France. Il n’y a pas lieu de s’en étonner dans la mesure où la conscience collective dans ces pays n’est ni obnubilée ni même traumatisée par le national-socialisme et ses séquelles. Par conséquent, la tendance générale des historiens occidentaux non-allemands est de reprendre sous une forme édulcorée les interprétations émises par leurs collègues de la République fédérale. Le résultat en est une lente imprégnation de l’historiographie anglophone et

Notes

1 Sir Lewis Namier a été particulièrement maltraité par les historiens allemands des années 50. Au fond, ce qu’ils ont essayé de faire ressortir, sans trop l’exprimer explicitement, c’est que Sir Lew is Namier est un Juif d’origine polonaise. Alex Natan. « Sir Lewis Namier : Historiker mit Vorurtcilen » in Vierteljahtshefte fiïr Zeitgeschichle, 4, Oktober 1953. pp. 552-556. Manfred Messerschmidt exprime la même idée : « Le plus dur adversaire de l’Allemagne parmi les historiens était Lewis Bernstein Namier. d’origine judéo-polonaise (...) ». Manfred Messerschmidt. Deutschland in englischer Sicht. Die Wandlungen des Deutschlandbildes in der englischen Geschichtsschreibung. Düsseldorf. 1955. p. 93. Préface de Gerhard Ritter.

2 Alan Bullock. Hitler. A Study in Tyranny, London. 1952 ; 776 p. Alan Bullock a travaillé à la B.B.C. pendant la guerre.

3 Hugh Trevor-Roper. The Last Days of Hitler. New York. 1947 ; 254 p. Hugh Trevor-Roper a découvert Berlin avec les services de renseignement anglais dont il faisait partie avec Hugh Seton Watson et Geoffrey Barraclough.

4 Alan John Percival Taylor a travaillé au ministère anglais de l’information pendant la seconde guerre mondiale.

5 Edward Segel a écrit sur Alan John Percival Taylor : « Tandis que Taylor est un Anglais fier de l’être, il est également un opposant fier de l’Establishment anglais (...), cette combinaison d’érudition scientifique et de gaminerie apparaît comme ce qui se profile derrière les objectifs de Taylor en tant qu’historien ». Edward Segel. « A.J.P. Taylor and History » in Review of Politics, xxvi, Oct. 1964. p. 533.

6 Alan John Percival Taylor. The Course of German History. London. 1949 : 229 p.

7 Alan John Percival Taylor. The Origins of the Second World, War, London, 1961 : 266 p.

8 Edward Segel. Op. cit.. p. 531 : « Il est en même temps un homme de gauche ; il s’est lui-même appelé un socialiste de toujours. »

9 Hans-Adolf Jacobsen nous a confié qu’une des motivations qui l’a conduit à rédiger son ouvrage Nationalsozialistische Aussenpolitik 1933-1938 était de réfuter les affirmations de Alan John Percival Taylor et d’invalider ses thèses sur la continuité d’un danger allemand. Entretien. Bonn 25 juin 1985.

10 Hugh Trevor-Roper. « A.J.P. Taylor, Hitler and the War » in Esmonde Robertson (éd.). The Origins of the Second World War. London, 1971, pp. 83-99. Alan John Percival Taylor. « How to Quote : Exercices for Beginners » in Esmonde Robertson, Ibid., pp. 100-102. Hugh Trevor-Roper. « A Reply » in Esmonde Robertson, Ibid., pp. 102-104.

11 Hugh Trevor-Roper est un conservateur favorable à l’Alliance atlantique.

12 Timothy Mason. « Some Origins of the Second World War » in Esmonde Robertson. Op. cit.. pp. 105-135. Alan Milward. The German Economy at War. London, 1965 ; 214 p. On remarquera l’impact des thèses de Alan John Percival Taylor sur l’évolution de l’historiographie tant britannique qu’allemande. En République fédérale. Andreas Hillgruber et Hand-Adolf Jacobson ont fondé leurs conceptions en réponse aux thèses de Alan John Percival Taylor. Hans Mommsen et Martin Broszat ont repris certains arguments de Alan John Percival Taylor pour pouvoir remettre en cause les analyses des « programmologues ». En Grande-Bretagne. Hugh Trevor-Roper et Alan Bullock ont affiné leurs thèses afin de répondre de manière plus convaincante à Alan John Percival Taylor. De plus, de nouveaux historiens ont pu émerger comme Timothy Mason et Alan Milward qui ont apporté des conceptions et des méthodologies originales.

13 Alan Milward. « The Economies of Fascism » in Walter Laqueur (ed.). Fascism, A Reader’s Guide. Berkeley, 1976 ; pp. 379-414. Richard Overy a remis en cause les arguments de Alan Milward. Cet historien britannique conteste l’interprétation basée sur le concept de « Blitzkrieg » selon laquelle Hitler n’avait développé qu’à un niveau limité l’économie allemande pour ne pas faire peser de charges trop lourdes à la population. Pour Richard Overy, Hitler avait planifié une guerre de conquête mondiale, mais il n’avait pas prévu que le deuxième conflit éclaterait en 1939. Richard Overy. « Hitler’s War and the German Economy : A Re-interpretation » in The Economic History Review, vol. xxxv, 1982 ; pp. 272-291. Egalement. Richard Overy. Goering the Iron Man. London, 1984 : 380 p.

14 John Hiden ; John Farquharson. Explaining Hitler’s Germany. Historians and the Third Reich. London. Batsford Academic and Educational, 1983 ; 237 p. Ian Kershaw. Der Hitler-Mythos. Volksmeinung und Propaganda im Drillen Reich. Stuttgart. Deutsche Verlags-Anstalt, 1980 ; 215 p. Ian Kershaw. The Nazi Dictatorship. Problems and Perspective of Interpretation. London, Edward Arnold, 1985 ; ix ; 164 p.

15 Georg Iggers. « Die deutschen Historiker in der Emigration » in Bernd Faulenbach (ed.). Geschichtswissenschaft in Deutschland. Munich, 1974. pp. 97-98.

16 Peter Th. Walther. « Emigrierte deutsche Historiker in den USA » in BerWissenschaftsgesch 7, 1984, pp. 41-52.

17 Peter Walther. Op. cit.. pp. 46-47.

18 Franz Neumann. Behemot. The Structure and Practice of National Socialism. New York, London. 1942 ; 429 p.

19 Joseph Nyomarky. Charisma and Factionalism within the Nazi Party. Minneapolis. 1967 : 161 p. Edward Peterson. The Limits of Hitler’s Power. Princeton. 1969 ; 427 p. (Le titre de l’ouvrage est plus excessif que son contenu).

20 David Schoenbaum. Hitler’s Social Revolution : Class and Status in Nazi Germany 1933-1939. New York. 1967 ; xxii. 324 p.

21 Hans Kohn. The Mind of Germany. New York. 1960 ; 370 p. George Mosse. The Crisis of German Ideology. New York. 1964 ; 372 p. Fritz Stern. The Politics of Cultural Despair. Berkeley. 1961 ; 367 p.

22 Heinz Wolf. Deutsch-jüdische Emigrationshistoriker in den USA und die deutsche Geschichte. Plädoyer für eine liberale Kulturtheorie. Thèse en préparation à l’Université de Zurich ; 412 p. (numérotation provisoire).

23 Raymond Aron. « Existe-t-il un mystère nazi ? » in Commentaire. n° 7, 1979. p. 343.

24 Heinz Wolf. Op. cit., pp. 408-411.

25 Gordon Craig. Félix Gilbert (éd.). The Diplomats, 1919-1939. Princeton. 1953 ; 720 p.

26 William Langer. Everett Gleason. The Challenge to Isolation. New York. 1952 ; 794 p. Gerhard Weinberg. Germany and the Soviet Union 1939-1941. Leiden. 1954 ; 218 p. James Me Sherry. Stalin, Hitler and Europe. The Origins of World War II. Cleveland, 1968 et 1970, 2 vol.

27 Norman Rich. Hitler’s War Aims. New York, 1973. 2 vol.

28 Gerhard Weinberg. The Foreign Policy of Hitler’s Germany. Chicago, 1970 et 1980, 2 vol.

29 Gerhard Weinberg. « Hitler und England. 1933-1945 : Pretense and Reality » in German Studies Review. vol. viii, Number 2, May 1985. p. 309.

30 Gerhard Weinberg. The Foreign Policy of Hitler’s Germany. (II). Op. cit., pp. 579, 638 et 639.

31 Ibid., p. 675.

32 Ibid., p. 580.

33 On trouve un resume des attaques d’une violence extrême qui ont été dirigées contre Gerhard Weinberg chez l’historien d’origine allemande Hansjoachim Koch. Aspects of the Third Reich. Op. cit., p. 186-189.

34 Alfred Grosser écrivait déjà en 1962 : « (...) les historiens étant, hélas, restés assez silencieux sur cette période ». « Préface » à Hermann Mau et Helmut Krausnick. Le national-socialisme. Paris. 1962. p. 11.

35 Entretien avec Charles Bloch. Paris, le 2 août 1986.

36 Ce raisonnement peut paraître aujourd’hui contradictoire, car on a plutôt l’habitude d’affirmer que c’est l’enseignement historique non passionné et scientifique qui permet d’éliminer les préjugés, mais au début des années 50, on pensait que le simple rappel des actions allemandes dans le passé suffisait à engendrer des sentiments inamicaux envers l’Allemagne fédérale.

37 Andreas Hillgruber. Endlich genug über Nationalsozialismus und Zweiten Weltkrieg ? Düsseldorf, 1982, p. 49.

38 Edmond Vermeil continue à faire l’objet d’innombrables critiques. Il est généralement présenté comme l’archétype du Français antiallemand. Son œuvre est aujourd’hui largement ignorée et méconnue. Pourtant il avait eu le mérite d’avoir perçu le danger nazi dès les années 1930 et d’en avoir décrit avec perspicacité l’essence raciste. On est aussi redevable à Edmond Vermeil d’avoir mis en garde ses compatriotes contre une guerre qu’il considérait comme inévitable. Son ouvrage de l’après-guerre, L’Allemagne contemporaine, doit absolument être redécouvert, même si la politique étrangère y est traitée dans une perspective par trop événementielle. Ce livre est remarquable pour trois raisons. Premièrement. Edmond Vermeil se livre à une réflexion originale et anticipatrice des débats postérieurs sur la notion de « Sonderweg ». Deuxièmement, il présente une étude extrêmement complète de l’enracinement idéologique et culturel allemand du mouvement national-socialiste. Troisièmement, il offre une analyse de la société intérieure allemande pendant le Troisième Reich qui s’appuie essentiellement sur l’ouvrage de Franz Neumann. Béhémot. Edmond Vermeil n’avait pas attendu la traduction trop tardive de ce livre fondamental (1987) pour en maîtriser toute la richesse. Edmond Vermeil. L’Allemagne contemporaine, sociale, politique et culturelle 1890-1950. Paris. Aubier. 1953, 2 tomes.

39 Nous avons déjà mentionné cet accord, supra, chapitre consacré à l’historiographie allemande, p. 30.

40 L’accord entre historiens français et allemands concerne la première guerre mondiale, mais la problématique du deuxième conflit mondial apparaît en filigrane. De même, les controverses qui ont secoué la République fédérale à la suite de l’ouvrage de Fritz Fischer sur les origines de la première guerre mondiale dissimulent, au fond, une discussion sur la continuité/rupture de la politique expansionniste allemande. En fait, il était absurde de s’accorder ou de se disputer sur les origines de la première guerre mondiale, alors que l’on sortait à peine de la deuxième guerre mondiale.

41 Jacques Droz. « Les historiens français devant l’histoire allemande » in Martin Göhring (éd.). Europa, Erbe linci Aufgabe. Wiesbaden, 1956. pp. 249-258.

42 Ibid. p. 249.

43 Ibid.. p. 254.

44 Ibid., p. 255.

45 Ibid.. p. 249. Jacques Droz a, entre autres, vu sa bibliothèque brûlée par les nazis.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search