Version classiqueVersion mobile

Interprétations de la politique étrangère d’Hitler

 | 
René Schwok

Introduction

Texte intégral

1Les historiens de l’après-guerre donnent des images différentes, parfois même contradictoires de la politique étrangère du national-socialisme et du rôle joué par Hitler. Pourquoi ? La réponse à cette interrogation constituera un des principaux objets de cette étude. Naturellement, cette question simple implique une série d’autres problématiques. Comment cela se manifeste-t-il ? Pourquoi les analyses des historiens diffèrent-elles à ce point ? Comment peut-on expliquer que des historiens, partant de mêmes documents, puissent parvenir à des conclusions différentes, si ce n’est contradictoires, d’un même processus historique ?

2Quant aux controverses qui éclatent régulièrement entre spécialistes de l’Allemagne nationale-socialiste, sont-elles liées à la découverte de nouvelles sources ou ont-elles plutôt des origines personnelles, politiques, nationales ou culturelles ? Plus fondamentalement, en relevant les différentes perspectives d’analyse du national-socialisme et en s’interrogeant sur leurs origines, contribue-t-on à mieux éclairer le phénomène ou à l’obscurcir davantage ?

3Pour aborder ces problématiques, cette étude est construite de la manière suivante :

  • la première partie traite des problèmes épistémologiques généraux posés par une analyse de l’historiographie et donne un aperçu de l’évolution de l’historiographie du national-socialisme par pays.1 L’accent est particulièrement mis sur l’Allemagne fédérale. A titre de comparaison, il est également procédé à un aperçu de l’élaboration de la recherche aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en France.
  • La deuxième partie propose une typologie des principaux courants d’interprétation du nazisme.2 Afin de procéder à une analyse conceptuelle et heuristique, deux tendances principales seront dégagées, elles-mêmes divisées en sous-catégories :

4premièrement, la tendance idiographique qui inclut la « théorie » de la « démonie », l’approche intentionnaliste, l’analyse révisionniste et la perspective des « programmologues » ;

5deuxièmement, la tendance nomothétique qui intègre la théorie du fascisme, le cadre d’analyse totalitariste et l’approche polycratique.

6- La troisième partie présente une étude de cas, l’attaque allemande contre la Pologne (1939), qui puisse permettre d’illustrer les « marques de fabrication » des principales catégories d’interprétation du nazisme.

7Notre étude porte principalement sur l’historiographie ouest-allemande. A titre de comparaison et afin de ne pas l’isoler de son contexte, nous avons également intégré quelques chapitres sur les historiographies britannique, américaine et française. De nombreuses thèses ouest-allemandes ont été émises dans une sorte de dialogue avec les travaux anglo-saxons, particulièrement avec ceux des années 50. Il est également important de rappeler que certaines interprétations du national-socialisme, par exemple celles d’Alan Bullock et des « intentionnalistes », continuent à être privilégiées dans la plupart des pays occidentaux.

8Néanmoins, la focalisation sur l’historiographie ouest-allemande se justifie par au moins trois arguments :

  • plus de 70 % de la production historiographique de ces vingt-cinq dernières années, provient de la République fédérale ;3
  • les autres études de l’historiographie du nazisme privilégient également massivement l’étude de la production ouest-allemande ;4
  • c’est en République fédérale que s’élabore une nouvelle écriture de l’image du passé, que les controverses sont les plus passionnées et que se posent les problèmes les plus intéressants.
  • 5 Ibid., pp. 1-2.

9L’historien britannique Ian Kershaw fait justement remarquer que la plupart des controverses autour de l’interprétation du nazisme sont venues d’Allemagne fédérale. Cette constatation n’implique pas une sous-estimation de la valeur des contributions également fondamentales, quelquefois novatrices, faites par des non-allemands.5

  • 6 On trouvera une analyse de l’historiographie est-allemande chez Andreas Dorpalen. German History i (...)

10Nous n’avons pas tenu compte de l’historiographie en provenance des pays communistes : d’une part, pour limiter notre champ d’étude ; d’autre part, par ignorance des langues slaves ; enfin, pour éviter d’arriver à une conclusion évidente, à savoir que cette historiographie n’est pas toujours indépendante de l’idéologie officielle de ces pays.6

11Le terme historien est interprété dans cette étude comme suit : tout enseignant à l’université qui a analysé après 1945 l’Allemagne nationale-socialiste. Ainsi, nous prenons en considération des professeurs de science politique comme Karl-Dietrich Bracher, Golo Mann et Hans-Adolf Jacobsen, des germanistes comme Gilbert Badia et Pierre Angel, et des historiens économistes comme Charles Bettelheim, Timothy Mason et Alan Mil-ward.

  • 7 Raymond Aron. Op. cit., p. 97.

12L’influence qu’exerce la spécialité sur le chercheur en sciences sociales éclaire en partie les divergences d’interprétation. Même si les méthodes et les instruments des spécialistes ne sont pas fondamentalement différents, ils sont quand même caractérisés par des habitudes particulières. En effet, l’historien attaché au dépouillement des archives acquiert insensiblement une autre manière de travailler, une autre vision du monde historique que le politologue.7

  • 8 Notons que le libellé officiel de la discipline d’enseignement ne correspond pas nécessairement au (...)

13La pluralité des méthodes dans l’étude du nazisme existe. Précisément, il est intéressant de constater et de mesurer l’influence de la pensée liée à chaque spécialité.8

14Cette étude n’intègre pas des travaux de journalistes et de publicistes. Devrions-nous inclure des spécialistes du Troisième Reich n’exerçant pas une fonction universitaire comme William Shirer, David Hoggan, Sebastian Haffner, Werner Maser, Joachim Fest ou David Irving ?

15Nous y renonçons, d’une part, parce qu’il nous semble plus intéressant, dans une réflexion sur la scientificité de l’histoire, de nous pencher sur des historiens qui sont tenus à une certaine déontologie liée à l’Université. D’autre part, nous ne souhaiterions pas que cette étude serve de caisse de résonance à quelques travaux révisionnistes (p. ex. David Irving et son interprétation de la « Solution finale »). Enfin, c’est la norme dans les études d’histoire de l’historiographie de privilégier les travaux des historiens exerçant une fonction universitaire.

16Ceci étant, il reste que certains ouvrages, particulièrement celui de David Hoggan, Der Erzwungene Krieg, ont eu un impact, (pas toujours admis), sur les historiens universitaires. Dans ce cas, nous avons souligné cette influence.

17Notre corpus est limité aux ouvrages pionniers majeurs des historiens les plus représentatifs des principales écoles historiographiques de l’après-guerre. En règle générale, nous n’avons pas analysé les ouvrages portant sur des questions spécialisées. Nous n’avons pas non plus pris en considération les manuels scolaires.

18Serait-il possible de donner un corpus plus rigoureux ? Une sélection par le critère du tirage ne serait-elle pas moins subjective ? En tenant compte du nombre d’éditions et de rééditions des ouvrages, ne tiendrait-on pas là une possibilité plus objective de constitution du corpus ? Cependant, deux restrictions apparaissent d’emblée. Premièrement, les livres destinés au grand public où les manuels scolaires seraient privilégiés aux dépens d’œuvres plus intéressantes. Deuxièmement, certains ouvrages pionniers n’ont pas connu de succès d’édition ou n’ont eu qu’une reconnaissance tardive.

19La prise en compte des critiques émises par les revues spécialisées ne pourrait-elle pas nous donner une sorte de sélection automatique des ouvrages les plus importants ? Mais les problèmes ne seraient pas moins nombreux ; certaines revues occultent systématiquement des thèses qui leur déplaisent ou exagèrent leur impact pour pouvoir monter en épingle leurs défauts ; l’obstacle de la langue ne serait pas surmonté car, par exemple, les publications allemandes ont tendance à privilégier les comptes-rendus d’ouvrages allemands ; certaines revues comme Historische Zeitschrift traitent de dizaines d’ouvrages par numéro, de milliers par décennie, ce qui ne fournit pas un corpus automatique.

20Le critère de sélection par les références dans l’historiographie pose des problèmes assez semblables : certains auteurs ne mentionnent pas toujours les ouvrages contre lesquels ils s’attaquent (p. ex. contre David Hoggan ou Alan John Percival Taylor) ; l’historiographie américaine et surtout française serait sous-estimée n’étant que très rarement citée dans les ouvrages allemands ; on arriverait à un cercle vicieux, car il faudrait toujours définir la notion d’historiographie.

  • 9 Par exemple. Peter Stachura. The Weimar Era and Hitler 1918-1933: a Critical Bibliography. Oxford, (...)

21Faudrait-il prendre en considération un nombre plus important d’ouvrages ? Deux mille, cinq mille ? Les défauts seraient alors les suivants : premièrement, l’analyse serait limitée à un résumé des points principaux, mais ne porterait pas sur les questions qui posent problèmes ; deuxièmement, le résultat serait beaucoup plus proche d’une bibliographie commentée ;9 troisièmement, il faudrait toujours expliquer pourquoi il n’a pas été tenu compte des dizaines de milliers d’autres ouvrages et articles parus sur le nazisme et la deuxième guerre mondiale.

22D’autres critères de délimitation du corpus pourraient être avancés, mais aucun, à lui seul, ne nous paraît satisfaisant et déterminant. Ainsi, notre délimitation consistant à retenir essentiellement les ouvrages pionniers majeurs des historiens les plus représentatifs des principales écoles historiographiques de l’après-guerre nous semble être la plus fonctionnelle et surtout la plus intéressante.

23De toute façon, il est incontestable que des historiens comme Gerhard Ritter, Golo Mann, Walther Hofer, Karl-Dietrich Bracher, Alan Bullock, Gerhard Weinberg, Alan John Percival Taylor, Hans-Adolph Jacobsen, Andreas Hillgruber, Klaus Hildebrand, Timothy Mason, Ernst Nolte, Hans Mommsen et Martin Broszat ont marqué de manière représentative l’historiographie de leur époque et de leur pays.

24Notre méthode d’analyse des textes est essentiellement caractérisée par cinq critères :

  • reconstruire la logique interne à chaque école historique ;
  • souligner les traits caractéristiques, « les marques de fabrication » de chacune de ces interprétations ;
  • refuser de porter des jugements à partir d’un système de références extérieur à ces écoles ;
  • relever quelques contradictions internes au mode de pensée de certains historiens (par exemple en cas de réification du « type-idéal ») ;10
  • faire remarquer des exagérations, particulièrement dans le cas d’une utilisation excessive de termes banalisants.

Notes

1 Raymond Aron. Dimensions de la conscience historique. Paris, 1985, p. 96.
« La connaissance historique est, plus qu’il ne serait souhaitable, liée aux nations ».

2 Cette typologie vise à aborder de manière conceptuelle l’historiographie du nazisme. Elle n’a pas pour but d’être rigide. Les parois ne sont pas toujours enanches entre les différentes écoles historiographiques. Ainsi, un historien comme Klaus Hildebrand peut à la fois être un « programmologue » et partager certains points de vue diffusés par le cadre d’analyse totalitariste. De même, un historien marxiste orthodoxe peut écrire une histoire de la politique étrangère nationale-socialiste dans un style parfois très proche de celui des intentionnalistes.

3 Par exemple. Peter Hüllenberg. Bibliographie zum Nationalsozialismus. Göttingen, 1980 : 214 p.

4 Pierre Ayçoberry. La question nazie, les interprétations du national-socialisme 1922-1975. Paris, 1979; 316p. Karl-Dietrich Bracher. Zeitgeschichtliche Kontroversen. Um Faschismus, Totalitarismus, Demokratie. München, 1976; 159 p. John Hiden. John Farquharson. Explaining Hitler’s Germany. Historians and the third Reich, London, 1983; 237 p. Ian Kershaw. The Nazi Dictatorship. Problems and Perspective of Interpretation. London, 1985; ix. 164 p. Gerhard Schreiber. Hitler : Interpretationen. Darmstadt, 1984 ; xi 393 p.

5 Ibid., pp. 1-2.

6 On trouvera une analyse de l’historiographie est-allemande chez Andreas Dorpalen. German History in Marxist Perspective. The Last German Approach. Detroit. 1986 ; 543 p.

7 Raymond Aron. Op. cit., p. 97.

8 Notons que le libellé officiel de la discipline d’enseignement ne correspond pas nécessairement aux instruments de sciences sociales utilisés. Le « professeur de science politique », Golo Mann, possède une méthode d’analyse beaucoup plus proche de la science historique traditionnelle que celle du « professeur d’histoire » Hans Mommsen.

9 Par exemple. Peter Stachura. The Weimar Era and Hitler 1918-1933: a Critical Bibliography. Oxford, 1977 : xvii, 275 p.

10 Les historiens allemands utilisent souvent un instrument d’analyse emprunté à Max Weber : l’« Ideal-typus ». Les caractères retenus par celui-ci ne sont pas toujours ceux qui correspondent à la « réalité » mais ceux qui sont les plus chargés d’intelligibilité. Le « type-idéal » est réifié quand un historien découvre une « vérité » qui lui est amenée par son instrument et qui contredit certaines de ses autres observations.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search