Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Conclusion

Jean-Luc Maurer et Philippe Régnier

Texte intégral

1A juste titre souvent critiquée pour trop entrer dans le détail du particulier, l’analyse comparée devrait toujours avoir pour objectif ultime de déboucher sur une synthèse d’ensemble dégageant les grandes lignes d’une tendance générale. Une lecture attentive des contributions regroupées dans cet ouvrage collectif permet de faire un certain nombre de réflexions de cette nature sur les processus d’industrialisation à l’oeuvre en Asie du Sud-Est et en Extrême-Orient. Pour plus de clarté, nous conserverons dans cette conclusion la division centrale autour de laquelle tout le travail a été structuré, en distinguant l’analyse des pays étudiés de celle des branches d’activité couvertes.

2Pour ce qui est des sept pays étudiés, au-delà de la très grande diversité apparente des contextes et des politiques définissant chacun des processus d’industrialisation en cours, deux constantes majeures et communes s’imposent : l’importance préalable de la base agricole et le rôle primordial de l’Etat.

3Concernant la première de ces constantes, on peut en effet tout d’abord souligner que l’extraordinaire mouvement de développement industriel accéléré singularisant la région du Tiers Monde qui nous intéresse concerne dans l’ensemble des pays de vieille tradition agricole et paysanne. C’est bien sur le cas de la Corée, de Taïwan, de la Thaïlande, de la Malaisie et de l’Indonésie, mais il ne serait même pas vraiment abusif de classer des micro-Etats dépourvus d’agriculture comme Singapour et Hong Kong dans cette catégorie, car ils sont tous deux la tête de pont d’un hinterland malais ou chinois éminemment agricole et ont été peuplés, depuis le début de la colonisation et parfois jusqu’à des temps tout récents, par des populations d’origine rurale venues en majorité de Chine et fortement imprégnées des valeurs et traditions du monde paysan. Si l’on va plus loin dans l’analyse, on retrouve bientôt les mêmes facteurs technologiques, socio-économiques et politico-institutionnels à la base de cette tradition agricole et paysanne commune. Partout, nous avons en effet principalement à faire à des petites paysanneries micro-parcellaires, ayant une tradition séculaire de la maîtrise hydraulique et de l’agriculture intensive qui lui est liée. Partout, on retombe sans exception sur le rôle omniprésent d’une administration publique grande initiatrice et organisatrice de l’effort national de développement et héritière en cela des formations étatiques à base hydro-agricole appartenant à la vieille civilisation asiatique de la riziculture irriguée. Partout, l’industrialisation récente du pays est passée au préalable par la modernisation ou le développement de ces agricultures traditionnelles ainsi que par la diversification économique du milieu rural qui en a résulté. En Corée et à Taïwan, c’est la mise en oeuvre dès la fin de la seconde guerre mondiale d’une réforme agraire égalitaire et modernisatrice qui déclenche le processus en question. En Thaïlande, c’est une extensification progressive et une diversification sans modernisation de l’agriculture vivrière qui est à l’origine du succès économique actuel. En Malaisie ou en Indonésie, c’est l’adoption plus récente de politiques de modernisation agricole appliquées à des sociétés paysannes relativement peu différenciées qui explique les progrès accomplis.

4Partout donc, le même phénomène : une petite paysannerie familiale et autosuffisante relativement homogène, possédant un assez haut niveau de cohésion sociale et de maîtrise technologique liés à la pratique séculaire d’une agriculture irriguée intensive, modernise et/ou développe dans un premier temps sa production vivrière grâce à l’appui et à l’encadrement de l’Etat, puis diversifie ses activités économiques dans le domaine de l’artisanat et des petites industries rurales ainsi que dans celui du transport ou du commerce. Cela l’amène dans un second temps à accroître progressivement sa mobilité géographique et sociale, grâce au tout premier chef à un accès plus large au système d’éducation formelle et de formation professionnelle mis en place par l’administration publique, pour venir grossir les rangs des citadins d’origine rurale travaillant dans le secteur industriel moderne. Tradition et modernité se retrouvent donc placées dans un rapport dialectique étroit, et non pas dans une opposition dichotomique stérile comme elles sont trop souvent présentées. En l’occurrence, on peut même dire que c’est la tradition hydro-agricole séculaire qui est à l’origine de la modernisation industrielle contemporaine de ces pays d’Asie du Sud-Est et d’Extrême Orient. Peut-être y-a-t-il là matière à développer une nouvelle théorie de développement économique sur « l’agriculture industrialisante ». Au vu des résultats atteints par les pays asiatiques analysés dans le cadre de cet ouvrage, elle semblerait en tous les cas plus juste et judicieuse que la fameuse théorie de « l’industrie industrialisante » développée par l’école française des économistes industrialistes à propos des pays du Maghreb. L’analyse faite sur les sept pays en question pourrait fort bien être étendue au reste de l’Asie, du Pakistan et de l’Inde à la Chine et au Japon. Sans tomber dans un déterminisme outrancier qui voit l’origine de la sidérurgie lourde et de la microélectronique dans la riziculture irriguée, c’est certainement dans cette tradition de développement hydro-agricole séculaire commune à l’Etat et à la paysannerie qu’il faut chercher la raison du succès économique de nombreux pays d’Asie par rapport à la plupart de ceux d’Amérique Latine ou d’Afrique. Bref, c’est bien dans le lien historique existant entre « la puce et le riz », génial raccourci trouvé par Jean-Raphaël Chaponnière pour intituler son ouvrage connu sur le développement économique de l’Asie de l’Est et du Sud-Est, qu’il faut chercher les raisons d’un « miracle économique asiatique » qui n’a rien de miraculeux mais s’inscrit dans la continuité d’une tradition de modernisation.

5La seconde des constantes évoquées plus haut se retrouve en partie dans ce qui vient d’être dit sur le rôle de la base agricole dans les processus d’industrialisation à l’oeuvre en Asie. En effet, on peut noter qu’à l’instar de ce qui s’est passé pour l’agriculture, les pouvoirs publics ont joué et continuent à jouer un rôle d’impulsion interne déterminant dans le développement industriel rapide des économies asiatiques présentées dans cet ouvrage. De fait, partout, l’Etat occupe une place prépondérante, tant sur le plan politique que dans le domaine économique. Dans la sphère du politique, les nombreuses fonctions de l’Etat moderne asiatique s’inscrivent à la fois dans une tradition culturelle ancienne, à l’intérieur de laquelle elles ont toujours été privilégiées, en particulier dans les pays sinisés, mais découlent aussi de la manière dont ces Etats post-coloniaux ont émergé, à travers des luttes d’indépendance nationale marquées, exception faite pour Hong Kong et la Thaïlande, par des chocs socio-historiques relativement violents. Cela explique en grande partie pourquoi dans la plupart des pays en question, la conception d’un Etat dur prévaut comme garantie de la stabilité politique et sociale, elle-même préalable jugé indispensable a tout développement économique soutenu et durable. L’appareil de l’Etat, souvent placé entre les mains d’un parti quasi-unique, doit assurer l’ordre et le respect de la loi, fixer et atteindre les objectifs dominants et prioritaires du destin national, fournir les instruments et les ressources d’un développement matériel rapide, organiser et forcer au besoin un processus de modernisation et de changement social de grande ampleur. On peut donc observer à peu près partout des modes de gouvernement centralisés et autoritaires, s’appuyant sur un nombre restreint de rouages comme la haute fonction publique et l’armée ainsi que certains milieux d’affaires, tous acteurs institutionnels dont le rôle est clairement défini et qui sont particulièrement bien organisés pour décider et agir au sein des structures économiques et sociales existantes. Tout ceci montre d’ailleurs clairement que l’établissement d’un système de démocratie à l’occidentale n’est nullement une condition préalable au développement économique, contrairement à ce que soutiennent de manière plus ou moins naïve, en France et ailleurs, certaines analyses superficielles et ethnocentriques. Il serait en effet bien difficile de prétendre que la Corée ou Taïwan, Singapour ou l’Indonésie soient des modèles en la matière. La conclusion qu’il faut malheureusement bien tirer de ces observations est que certaines formes semi-dictatoriales de pouvoir telles qu’elles existent en Asie ne sont pas nécessairement incompatibles avec un développement économique réel pour le plus grand nombre. En revanche, c’est peut-être en cela que ces régimes autoritaires se différencient de leurs homologues d’Afrique ou d’Amérique Latine, continents où la dictature va souvent de pair avec une misère croissante.

6Dans le domaine économique, on se doit également de lutter contre les idées toutes faites ou les a priori idéologiques tels qu’ils sont parfois véhiculés par les medias occidentaux. En effet, en dépit des assertions de certains chantres hyper-libéraux de Londres ou Washington, le succès remarquable des quatre « dragons » et le décollage industriel incontestable des autres pays en développement de la région Asie-Pacifique ne sont nullement le résultat d’un laissez-faire économique complet, ainsi que le montrent clairement les auteurs de cet ouvrage. Il est en particulier totalement fallacieux de prétendre que l’industrialisation accélérée et l’exportation manufacturière dynamique de ces pays résultent avant tout de l’existence de structures économiques nationales entièrement ouvertes et purement compétitives, réagissant librement et mécaniquement à la demande mondiale. Le rôle de stimulation interne de l’offre par des pouvoirs publics intervenant de manière énergique dans la destination des investissements et dans l’orientation structurelle de la production semble fournir une explication au moins aussi convaincante des succès économiques et industriels remportés par ces pays. De fait, l’analyse se doit là aussi d’être beaucoup plus nuancée. Un examen détaillé des réalités locales révèle des expériences qui ont mêlé et alterné pendant plus de vingt ans un dirigisme économique parfois draconien et un recours fréquent mais sélectif aux forces régulatrices du marché. Privilégiant moins le respect orthodoxe de telle ou telle théorie économique importée qu’un pragmatisme plein de bon sens tout emprunt d’une vieille tradition extrême-orientale qui a toujours cherché à allier le meilleur au plus réaliste, les autorités responsables ont opté pour des choix flexibles au service des objectifs prioritaires fixés au départ et ont en permanence ajusté cette stratégie aux contraintes spécifiques liées à chacune des phases successives du décollage industriel. Ne se bornant pas à faire régner l’ordre social pour laisser libre cours aux seules forces du marché, les équipes gouvernementales ont multiplié interventions directes et indirectes à travers la mise en place d’une politique judicieuse de canalisation de l’épargne domestique et de l’investissement étranger, l’edification d’un vaste secteur public industriel et tertiaire pouvant afficher certains des plus beaux fleurons de l’économie nationale, l’adoption d’une législation et de structures locales restreignant de manière plus ou moins sélective et transitoire le libre accès aux marchés mondiaux de capitaux et des échanges. Les pouvoirs publics ont donc profondément modelé l’espace économique et social de ces différents pays et rien ne serait plus abusif que de mettre les succès enregistrés en matière de développement au crédit d’un libéralisme pur et dur, aussi avancé fut-il. Une nouvelle fois, la différence avec les politiques économiques suivies par certains régimes autoritaires d’Amérique Latine comme le Chili ou le Brésil et l’Argentine d’avant la démocratisation est patente.

7Si l’on se penche à présent sur les performances économiques et commerciales globales de la nouvelle Asie industrielle, toutes branches d’activité confondues, il faut bien admettre que seul le mot remarquable est à même de qualifier le formidable développement observé au cours des quinze dernières années. Cette région, qui fournissait déjà en 1970 près de la moitié du total des importations manufacturières de l’OCDE en provenance des pays du sud, couvre aujourd’hui plus des deux tiers de ses approvisionnements. Tous secteurs confondus, la “bande des quatre” (Corée du Sud, Hong Kong, Taiwan, Singapour) se taille la part du lion avec près de 80 % du total, suivie d’assez loin par les pays en développement de l’ANASE. Ceci dit, replacée dans le contexte global des échanges mondiaux, la pénétration commerciale de la nouvelle Asie industrielle en Europe et au Japon reste encore modeste. En revanche, très solidement implantés sur le marché américain, les quatre NPI de première génération sus-mentionnés enregistrent des surplus commerciaux records vis-à-vis des Etats-Unis. Cette situation, venant s’ajouter à l’aggravation du déséquilibre commercial entre les Etats-Unis et le Japon, est à l’origine, depuis 1985/86, d’un vaste mouvement économique de redistribution des cartes dans la région Asie-Pacifique. Soumis à des pressions monétaires et protectionnistes grandissantes de la part de Washington et — dans une moindre mesure — de Bruxelles, le Japon et les quatre NPI en question se sont engagés dans un important redéploiement interne et international de leurs activités de production. Les nouveaux prétendants régionaux à l’industrialisation accélérée, à commencer par la Thaïlande, devraient fortement bénéficier de cette évolution à en juger par la forte poussée de l’investissement étranger, notamment d’origine asiatique, dans les pays de l’ANASE ces toutes dernières années.

8Un autre aspect important méritant d’être souligné à nouveau dans cette conclusion est que l’Extrême-Orient et l’Asie du Sud-Est ont connu, tout au long des années 70-80, ce que l’on pourrait appeler un processus d’industrialisation en cascade dans lequel la substitution des importations a progressivement fait place à une promotion accrue des exportations. En effet, jusqu’à une date relativement récente, on pouvait répartir les pays de cette région du monde en trois catégories bien distinctes au niveau de leurs structures de production et d’échanges. Premièrement, le Japon, seul dans sa classe, exportateur de produits manufacturés intermédiaires ou à haute valeur ajoutée et importateur de matières premières brutes ou semi-transformées ainsi que de composants industriels en provenance d’Asie du Sud-Est et des quatre NPI. Deuxièmement, ces quatre NPI eux-mêmes, engagés dans des secteurs industriels à forte concentration de main d’oeuvre et jouant, surtout dans le cas de Singapour et de Hong Kong, un rôle d’intermédiaire entre le monde industrialisé et les pays en développement dans leur sous-région respective. Troisièmement, les pays de l’ANASE autres que Singapour, exportateurs d’énergie et de matières premières qui commençaient à s’engager peu à peu dans quelques secteurs industriels à forte concentration de main d’oeuvre. Or, même si cette classification tripartite est encore largement pertinente, de nombreux facteurs, à commencer par le récent réalignement des parités monétaires entre le yen et le dollar, contribuent à des changements notables. C’est ainsi qu’à l’image de l’Europe ou des Etats-Unis hier, le Japon abandonne à son tour aujourd’hui en grande partie d’importants secteurs d’activité sur lesquels il a largement fondé son succès industriel passé ; la Corée du Sud ou Taïwan ont pris le relais dans la sidérurgie ou la construction navale, mais ou peut se demander pour combien de temps encore quand on voit l’Inde, la Chine ou l’Indonésie commercer à frapper à la porte. Par ailleurs, les quatre NPI d’Asie, voire d’autres prétendants de la région à la fois acteurs et objets de la mondialisation des échanges, se lancent à la conquête de marchés plus sophistiqués comme ceux de l’automobile, de l’aviation, de l’électronique ou de l’informatique à grands coups d’investissements publics et privés sur le plan national ou à l’étranger. Enfin, les plus avancés de ces pays comme la Corée du Sud ou Taïwan se sont aventurés depuis peu dans la remontée complète de certaines filières du domaine des hautes technologies industrielles et tertiaires, voire à leur création de toute pièce par le biais d’une politique active de recherche-développement. L’enjeu est de taille puisqu’il s’agit là, pour la première fois dans l’histoire industrielle mondiale, de se mesurer aux forces vives des pays de l’OCDE. Cet ambitieux pari sera probablement tenu, la Corée du Sud gratte aujourd’hui avec insistance à l’huis de ce club select des nations nanties et d’autres pays de la région Asie-Pacifique pourraient bien ne pas tarder à en faire autant.

9En partant de ses traditions culturelles millénaires et grâce au pragmatisme syncrétique dont elle a toujours su faire preuve au cours de l’histoire, la nouvelle Asie industrielle a donc vécu en moins de trente ans une mutation économique que la vieille Europe a mis près de deux siècles à traverser. Cela n’a évidemment pas été sans entraîner un changement social très profond dont l’un des aspects les plus importants réside dans l’avènement des classes moyennes et l’élargissement des bourgeoisies nationales. Ces dernières ont tout naturellement commencé à revendiquer une part croissante des responsabilités politiques et aspirent à une démocratisation que la plupart des régimes modernisateurs autoritaires au pouvoir ne peuvent pas continuer à repousser indéfiniment. Plusieurs des pays de la région se sont d’ailleurs dejà fermement engagés sur cette voie.

10Il est raisonnable de penser que le mouvement devrait aller en s’amplifiant d’ici la fin du siècle. Mais ceci est un problème d’envergure qui est hors de notre propos et pourrait à lui seul faire l’objet d’un ouvrage restant à écrire.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site