Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Deuxième partie. Les nouveaux pays industrialisés d'Asie et le vieux monde industriel: analyses sectorielles

Le circuit intégré du sud-est asiatique

Jean-Raphaël Chaponniere

Full text

1Depuis plusieurs années, industrie électronique rime avec Sud-Est Asiatique. Naguère cette industrie consistait parfois en une juxtaposition d’usines « footlosse » situées dans une enclave étrangère où s’affairaient des « petites mains » agiles et sous-payées. Depuis quelques années, l’apparition de produits coréens ou taïwanais sur les rayons Hi-Fi des supermarchés américains ou européens a contribué à prendre la mesure de l’essor industriel de ces pays qui depuis ont fait une percée remarquée sur le marché des ordinateurs personnels et sur celui des mémoires. En 1986, les pays de la « Bande des Quatre » (Corée, Taïwan, Singapour et Hong Kong) assuraient ensemble près d’un cinquième des exportations mondiales de produits électroniques... loin derrière le Japon (45 %) dont ils sont devenus des concurrents de plus en plus sérieux depuis la hausse du yen d’Octobre 1985. Les pays de l’ANASE (hors Singapour) se sont lancés à leur tour dans cette industrie, en accueillant des investisseurs étrangers mais jusqu’à présent les industries délocalisées n’ont pas vraiment pris racine.

Une coïncidence d’intérêts

Délocalisation

2Dans l’ensemble des pays du Sud-Est Asiatique, le remplacement « naturel » des importations de biens de consommation au cours des années cinquante a mis en place un embryon d’industrie électronique mais son démarrage véritable date des années soixante et doit beaucoup aux investissements réalisés par les firmes américaines puis japonaises qui ont façonné la vocation électronique de la région. Il y a eu, à partir de ces années, une coïncidence d’intérêts entre les stratégies des entreprises multinationales et les politiques industrielles des Etats de la région.

3Pourquoi ces délocalisations ? Entre 1963 et 1974 la part des produits « made in Japan » est passé de 7 % à 42 % du marché américain ; confrontées à cette percée, les entreprises américaines ont décidé de délocaliser leur production pour contrer l’offensive japonaise. L’industrie électronique se prêtait bien à l’organisation de la sous-traitance internationale du fait de la diversité des opérations, chacune caractérisée par des exigences différentes en terme de main-d’oeuvre et d’équipement : opération « capital intensive » telle que la diffusion et le test pour la fabrication des composants ou la fabrication de tubes cathodiques pour les téléviseurs et les moniteurs ; opération très « labour intensive » telles que l’implantation de certains composants ou l’assemblage de produits grand public.

4Pourquoi avoir choisi le Sud-Est Asiatique ? Les entreprises américaines connaissaient davantage l’Amérique du Sud où quelques délocalisations se sont effectuées. Mais à cette époque, les marchés intérieurs des pays latino-américains étaient moins prometteurs que ceux des pays du Sud-Est Asiatique et les politiques industrielles y étaient moins favorables à la création de filiales à 100 %. Au contraire plusieurs pays de l’Est Asiatique rivalisaient en incitations pour attirer les investisseurs étrangers.

5A la fin des années soixante, les entreprises japonaises ont investi à leur tour dans le Sud-Est Asiatique pour conforter leur place sur ces marchés et ensuite pour utiliser leurs implantations comme base d’exportation vers l’Europe ou les Etats-Unis.

6Ces délocalisations ont coïncidé avec l’inflexion des politiques industrielles des pays du Sud-Est Asiatique.

..et inflexion des politiques nationales

7A l’exception de Hong Kong qui, perdant en 1949 sa vocation d’entrepôt pour la Chine, a dû s’orienter rapidement vers l’exportation, les autres pays ont connu une phase d’import substitution aux lendemains de la guerre. La transition vers la promotion des exportations se fait progressivement à Taïwan (1958-1962), plus brusquement en Corée (1962-1965) et à Singapour où elle a été précipitée par l’éclatement de la Grande Malaisie et la décision anglaise de fermer la base britannique (1965-67).

8Dans l’ANASE (hors Singapour), le changement de politique s’est effectué plus lentement. En Malaisie, la Nouvelle Politique Economique inaugure en 1969 la promotion des industries labour intensive. Aux Philippines, la zone franche de Bataan est construite au milieu des années soixante. La Thaïlande fera longtemps peu d’efforts pour attirer des entreprises électroniques. En Indonésie, la promotion des exportations manufacturières ne commence qu’au début des années quatre-vingt.

9Industrie exportatrice et à haute intensité de main-d’oeuvre, l’électronique répondait parfaitement aux priorités des différents Etats. Ce n’est qu’à la fin des années soixante-dix, qu’elle apparaîtra comme un nouvel enjeu pour les pays lancés dans la course au « high tech ».

10Les succès enregistrés par les mesures de promotion des exportations ne doivent pas faire oublier qu’elles ont coexisté avec des politiques plus traditionnelles visant une plus grande intégration de l’appareil industriel. Sauf exception (Singapour et Hong Kong), les entreprises étrangères n’ont pas eu un accès facile à leurs marchés intérieurs. Ce n’est que depuis 1984 à Taïwan et 1986 en Corée que les joint venture peuvent y commercialiser leurs fabrications sans restriction.

11Dans les pays de l’ANASE, hors Singapour, les marchés sont protégés et étroits ; cela freine l’intégration locale. Les Philippines ont plusieurs années durant poursuivi un plan d’intégration de l’électronique qui n’a donné aucun résultat ; en Thaïlande, les autorités veulent contourner ce problème en exigeant un quota d’exportation mais n’ont pas obtenu beaucoup de succès.

L’évolution de la production et des échanges

Impulsions externes

12L’investissement de Fairchild à Hong Kong inaugura la première vague de délocalisation qui, au meilleur des années soixante touche Taïwan et la Corée. Il s’agit d’assemblage de composants réexpédiés aux Etats-Unis. La deuxième vague commence à la fin des années soixante, elle intéresse les pays précédents et s’étend au-delà à Singapour et à la Malaisie. En multipliant les investissements, les entreprises diversifient leurs risques tant économiques que politiques. Le choix de Singapour, où le niveau des salaires est parmi les plus élevés de la région, rappelle que lé coût du travail n’était qu’un avantage comparatif parmi ceux attirant les entreprises. Après un temps d’arrêt (1973-75) le mouvement a ensuite repris en direction de la Thaïlande, des Philippines et de Sri Lanka vers 1976-78.

13Les vagues ultérieures n’iront pas plus loin... et au contraire on assiste à un recentrage, non pas vers « les pays du Nord » comme certains l’avaient envisagé, mais vers les pays du Sud qui offrent les meilleures conditions d’investissement, tant au point de vue du « climat » des investissements (infrastructures, salaires) que du niveau technologique.

14En 1984, la reprise forte de l’électronique, tirée par le boom des ordinateurs personnels, provoque un afflux d’investissements à Singapour, Hong Kong et Taïwan.

Les poids variables

15Le poids des entreprises étrangères diffère d’un pays à l’autre.

16Dans les pays de l’ANASE, elles dominent l’industrie, qu’ils s’agissent de filiales américaines exportant des composants à partir des zones franches (Malaisie, Thaïlande) ou de Singapour, ou de joint ventures japonaises assemblant des produits grand public pour le marché intérieur.

17Les zones franches ne jouent plus qu’un rôle marginal à Taïwan (6 % des exportations), et en Corée (3 % des emplois).

18A Taïwan, filiales et joint ventures assurent 36 % des emplois de l’industrie électronique ; les intermédiaires étrangers dominent la commercialisation et la moitié des produits « made in Taïwan » transitent par les sogo-soshas japonaises ou les grandes chaînes de distribution américaines.

19La Corée s’est opposée à partir de 1973 à la création de filiales (hors zones franches) ; l’ensemble des entreprises étrangères (filiales et joint ventures) assurent 36 % de la production électronique ; elles sont pratiquement absentes de la fabrication d’électronique grand public mais jouent un rôle plus important dans la production de composants.

20Les firmes européennes sont, sauf exception (Philips) peu présentes dans le Sud-Est Asiatique. Les entreprises américaines y produisent des composants ré-exportés aux Etats-Unis, alors que les entreprises japonaises ont investi dans l’électronique grand public pour les marchés locaux (à Taïwan et dans les pays de l’ANASE) ou l’exportation aux Etats-Unis et en Europe.

...Et dynamismes internes : sous-traitance et essaimage

21On dénonce par fois le rôle d’enclave joué par les F.M.N. de l’électronique. Leurs activités se caractériseraient par une grande autonomie par rapport au potentiel industriel local et pourraient difficilement servir d’appui au développement et au renforcement des structures industrielles des pays hôtes. Le développement de l’électronique dans les pays de la Bande des Quatre conduit à nuancer ces jugements. Ainsi un industriel américain rappelait : « Aussitôt que nous commencions de produire dans un des ces pays, des petites firmes apparaissaient qui nous proposaient leurs services ».

22Certaines firmes multinationales ont systématiquement encouragé et promu la sous-traitance locale, fournissant des conseils techniques, louant des équipements spécialisés au sous-traitant et lui assurant de nouveaux débouchés en le recommandant à d’autres entreprises. Souvent les nouveaux fournisseurs sont en fait d’anciens employés des firmes multinationales qui profitent de leurs relations pour fournir à leur ancienne maison les produits et sous-ensemble qu’elle importait auparavant.

23Ce phénomène d’essaimage s’observe dans tous les pays de la Bande des Quatre où l’électronique grand public a connu un essor considérable. Il s’agit en effet d’une activité qui achète de nombreux sous-ensembles : à l’industrie électronique elle-même (composants passifs, et maintenant de plus en plus de circuits intégrés) mais aussi à l’industrie électrique (moteurs, moteurs « pas à pas ») et à la mécanique de précision. La délocalisation d’assemblage de composants n’a pas les mêmes vertus « industrialisantes », les consommations intermédiaires et les possibilités de sous-traitance sont assez limitées : des circuits imprimés, de l’injection plastique.

Quelques grands groupes

24La création de grands groupes de taille internationale est un phénomène plus exceptionnel que l’on constate seulement en Corée et à Taïwan.

25Goldstar est l’entreprise la plus ancienne de l’électronique coréenne qu’elle aborde en 1958 par la « ligne blanche » (électroménager) et l’électronique grand public avant de s’engager à la fin des années 70 dans l’informatique et les composants. Ce groupe diversifié réalise un chiffre d’affaires de US$ 10 milliards (1986) dont un quart dans l’électronique. Il vient d’être devancé par Samsung, le plus ancien groupe coréen (créé en 1938) qui a débuté en 1969 dans l’électronique pour suivre ensuite une trajectoire analogue. Avec un chiffre d’affaires de US$ 11 milliards (dont US$ 3 milliards dans l’électronique), Samsung est le septième fabricant mondial de téléviseurs et détient 5 % du marché mondial des mémoires à haute intégration (256KDRAM). Hyundai, le groupe coréen le plus puissant (US$ 14 milliards) et Daewoo sont des tard-venus de l’électronique ; ces deux groupes fortement engagés dans la construction navale et la construction automobile ont choisi d’investir dans l’électronique soit pour se diversifier soit pour se doter d’un pôle technologique.

26La concentration de l’industrie coréenne contraste avec la dispersion de l’industrie taïwanaise. Ainsi, les deux grands fabricants de téléviseurs, Tatung et Sampo, sont concurrencés par une vingtaine de petites entreprises moins soucieuces de qualité, ce qui ternit le label « made in Taiwan » à l’étranger. La vocation électronique de Tatung (US$ 600 millions de chiffre d’affaires) date de 1964 ; il fabrique des téléviseurs couleurs en 1969 et intègre progressivement l’amont de la filière. Depuis 1982 il fabrique des magnétoscopes qu’il exporte à partir de 1984. Son entrée dans l’électronique professionnelle s’appuie sur son expérience grand public : Tatung est devenu le premier fournisseur de moniteurs couleur d’IBM (écrans des ordinateurs). Cet ensemble de fabrications offre des débouchés pour l’activité composants du groupe qui se prépare à investir à l’amont de la filière. Le chiffre d’affaires du groupe Teco est de US$ 450 millions (1986) ; sa diversification vers les produits blancs date de 1971 et parallèlement il entre dans l’électronique grand public et dans l’électronique professionnelle.

27Tous ces groupes se sont internationalisés. Pour contourner les quotas d’importation ils ont investi aux Etats-Unis. Les filiales étrangères de Tatung assuraient 32 % du chiffre d’affaires du groupe en 1983 ; le groupe taïwanais est présent aux Etats-Unis mais aussi en Grande-Bretagne. Goldstar et Samsung assemblent des téléviseurs et des magnétoscopes aux Etats-Unis (Goldstar en Alabama, Samsung au New Jersey) et en Europe (Samsung au Portugal et en RFA, Goldstar en Grande Bretagne, Daewoo en France). Parallèlement, ces groupes prennent pied dans la R&D aux Etats-Unis : Samsung dans Tristar Semi-Conductor et Daewoo dans Zymos et Tatung a investi dans la Silicon Valley et construit à Taïwan une unité pilote de « gate array ».

28Dans les pays de l’ANASE, l’électronique est une des activités de grandes entreprises locales diversifiées ; il s’agit d’assemblage de produits audio et de téléviseurs. Aucune n’a atteint une taille comparable à celle des groupes coréens ou taïwanais et ne s’est engagée dans la fabrication de composants (sinon pour l’assemblage en sous-traitance comme aux Philippines).

La structure sectorielle de la production

Les pays de la Bande des 4 dans la course aux high tech...

29Dans les pays de la Bande des Quatre, à l’exception de Hong Kong, les activités grand public et la fabrication de composants perdent progressivement de leur importance alors que l’électronique professionnelle se développe. Globalement ces trois sous-secteurs représentent respectivement 31 %, 45 % et 24 % de la production totale (US$ 28 milliards). Cette industrie exporte près de 80 % de sa production, et elle dégage un solde positif dans ces échanges.

Tableau 1 - L’industrie électronique dans le Sud-Est Asiatique
Bande des Quatre NPI
Evolution de la structure de la production en pourcentage

Tableau 1 - L’industrie électronique dans le Sud-Est AsiatiqueBande des Quatre NPIEvolution de la structure de la production en pourcentage

Situation en 1986 en millions de US dollars

Situation en 1986 en millions de US dollars

Sources : Benn electronics et sources nationales.

30Les produits plus sophistiqués prennent une importance croissante dans l’électronique grand public. A Taïwan, les magnétoscopes représentaient 1 % des exportations grand public en 1982 et 5 % en 1984. La Corée a exporté près d’un million de magnétoscopes en 1985 et 5 millions en 1987. Au fur et à mesure que les Japonais lançaient des produits nouveaux, les firmes coréennes et taïwanaises s’imposaient sur les marchés de masse où l’élasticité-prix est la plus sensible. Cette stratégie atteint ses limites et dans l’un et l’autre pays les entreprises s’attachent à promouvoir la R&D pour développer des produits nouveaux.

31Dans le domaine des composants, la transition se fait vers des composants plus complexes, mémoires de 64 KDRAM et de 256 KDRAM voire 1MDRAM d’ici 1988. Ces groupes s’orientent vers des circuits plus complexes (ASIC) qui répondent à des demandes spécialisées.

32Dans ces pays la croissance de la production de matériel professionnel est très rapide à Singapour comme à Taïwan où les exportations de produits liés à l’informatique (moniteurs, unités de disques, imprimantes) représentaient 29 % des exportations de produits électroniques en 1986 (5 % en 1982). Les firmes coréennes ont elles aussi fait une percée remarquée sur le marché des « compatibles » et sont de plus en plus actives dans le domaine des télécommunications : l’extension du réseau national leur assure des débouchés et d’ici quelques années le mouvement de privatisation des télécommunications pourrait faciliter leur entrée sur les marchés étrangers.

Les pays de l’ANASE

33La structure de la production électronique des autres pays de l’ASEAN (hors Singapour) fait apparaître l’importance de la fabrication de composants (78 %).

Tableau 2 - L’industrie électronique dans le Sud-Est Asiatique
(ANASE sauf Singapour)
Evolution de la structure de la production en pourcentage en 1986

Tableau 2 - L’industrie électronique dans le Sud-Est Asiatique(ANASE sauf Singapour)Evolution de la structure de la production en pourcentage en 1986

Source : Benn electronics et sources nationales.

34La production totale est environ six fois plus faible que celle des pays de la Bande des Quatre. Les exportations consistent presqu’exclusivement en composants et la balance commerciale de cette industrie est négative. Cette industrie reste étroitement dépendante de la conjoncture internationale. Ainsi en Malaisie, les difficultés de 1985 ont provoqué une vague de licenciements à Penang, où se situe le coeur de l’industrie électronique malaise.

Chocs monétaires et transmission des spécialisations

35La réévaluation du yen, commencée en 1985, suivie par celle du NT$ (monnaie de Taïwan) et du Won (monnaie coréenne) remettent en question une hiérarchie qui paraissait bien installée dans le Sud-Est Asiatique et suscitent une transmission des spécialisations industrielles.

36La montée du yen donne un nouvel élan à l’industrie électronique dans le Sud-Est Asiatique.

37Elle a aussitôt élargi les débouchés des industries électroniques des pays de la « Bande des Quatre » capables de concurrencer directement les exportations japonaises aux Etats-Unis et en Europe (téléviseurs couleur, magnétoscopes). Dans un deuxième temps, elle a provoqué un mouvement de délocalisation des fabrications japonaises destinées à l’exportation : que ce soit directement (investissement à Singapour et Taïwan) ou indirectement (multiplication des contrats d’Original Manufacturing Equipment entre entreprises japonaises et entreprises taïwanaises et coréennes). Une troisième phase s’ébauche depuis peu : il s’agit de réimportation vers le Japon. De leur côté, les firmes coréennes et taïwanaises deviennent désormais suffisamment compétitives pour vendre au Japon sous leur marque ; une évolution qui concerne les produits de consommation mais aussi des composants élaborés. Dans les pays de la Bande des Quatre, les exportations électroniques ont connu en 1986 et 1987 une progression remarquable ; la Corée, devenue le sixième producteur mondial, est en passe de devancer la France.

38Au-delà des NPI, les entreprises japonaises ont choisi de délocaliser dans les pays de l’ANASE qui offrent les meilleures conditions de fonctionnement. Les Japonais ont véritablement élu la Thaïlande et multiplient les investissements en Malaisie dans l’assemblage d’électronique grand public : dans l’un et l’autre cas, ces nouveaux projets sont destinés à l’exportation. Ce mouvement est propice à l’essor d’une activité de sous-traitance. Par ailleurs, dans le domaine des composants, les entreprises américaines confortent leur position en Malaisie en investissant dans des unités de diffusion. Après les firmes japonaises, ce sont les entreprises taïwanaises et coréennes qui choisissent de délocaliser leurs fabrications d’électronique grand public de bas de gamme : Goldstar s’installe en Thaïlande et en Indonésie, Samsung fait de même, ainsi que plusieurs entreprises taïwanaises de taille moyenne.

39Ces investissements dans l’électronique grand public, plus industrialisants que l’assemblage de composants, peuvent susciter une nouvelle dynamique de l’électronique dans l’ANASE.

List of illustrations

Title Tableau 1 - L’industrie électronique dans le Sud-Est AsiatiqueBande des Quatre NPIEvolution de la structure de la production en pourcentage
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4092/img-1.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Situation en 1986 en millions de US dollars
Caption Sources : Benn electronics et sources nationales.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4092/img-2.jpg
File image/jpeg, 64k
Title Tableau 2 - L’industrie électronique dans le Sud-Est Asiatique(ANASE sauf Singapour)Evolution de la structure de la production en pourcentage en 1986
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4092/img-3.jpg
File image/jpeg, 48k
Caption Source : Benn electronics et sources nationales.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4092/img-4.jpg
File image/jpeg, 59k

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site