Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Deuxième partie. Les nouveaux pays industrialisés d'Asie et le vieux monde industriel: analyses sectorielles

Horlogerie : questions autour d’un redéploiement

Jean-François Blanc

Texte intégral

1Un seul regard porté sur l’évolution de la production horlogère mondiale — voir tableau ci-après — suffit à mesurer l’ampleur du « redéploiement » ou du processus de redistribution géographique subi, depuis le milieu des années 1970, par une industrie en pleine mutation technologique. Alors que les montres électroniques, qu’elles soient à affichage analogique ou digital, se substituent rapidement aux montres mécaniques, tous les pays industrialisés qui assuraient jusque-là la part essentielle de la production enregistrent, à l’exception notable du Japon, un recul de leur volume de fabrication, la part de la Suisse à la production mondiale passant même, de 1970 à 1984, de 42 à 6 %. A l’inverse, un certain nombre de pays en développement, parmi lesquels les dits « Nouveaux Pays Industriels » du Sud-Est et de l’Est Asiatiques occupent une position dominante, réalisent une progression spectaculaire puisqu’ils comptent en 1984 pour plus de la moitié de la production mondiale en nombres de pièces, la colonie de Hong Kong en assurant à elle seule plus du tiers.

  • 1 Philippe Aydalot, Dynamique spatiale et développement inégal, Economica, 1980, p. 324 (conclusion d (...)

2D’où l’idée assez largement répandue que c’est l’innovation technologique, soit le passage de technologies spécifiques à l’horlogerie à de nouvelles technologies héritées de la micro-électronique, qui se trouve à l’origine de ce redéploiement, les pays horlogers « traditionnels » n’étant plus à même de rivaliser en tant que lieux de production avec les « Nouveaux Pays Industriels » dans un domaine d’activité où le recours à une main-d’oeuvre abondante et bon marché paraît un élément déterminant. « Le problème est que l’atout véritable de la montre électronique est d’utiliser des composants dont la production a pu être suffisamment simplifiée pour être menée à bien dans des pays à bas salaires d’Asie du Sud-Est. Cette technologie ne procure donc un avantage qu’à l’entreprise capable de faire éclater les diverses phases de production dans plusieurs continents, selon les types de tâches entre lesquelles cette production est éclatée », notait à ce sujet Philippe Aydalot1.

Tableau 1 - Production mondiale de montres et mouvements de montres
En millions de pièces
En pourcentage du total

Tableau 1 - Production mondiale de montres et mouvements de montresEn millions de piècesEn pourcentage du total

Notes : * Production cumulée de l’URSS et de la RDA.
** Données non disponibles, inclues dans les divers.
Ces données comprennent depuis la fin des années 1970 un certain nombre — 150 millions de pièces en 1984 — de « penwatches » ou mouvements de montres incorporés dans des objets de consommation divers — stylos, briquets, etc. —. De plus, ne sont pas inclus dans ces chiffres depuis 1980 les mouvements de montres non assemblés — ébauches ou chablons —, ce qui explique que la production de certains pays dans laquelle ces articles étaient compris — la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne — paraisse chuter depuis cette date.
Sources : Rapports annuels de la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH) pour les années 1970 à 1976 ; rapport de la Chambre Suisse de l’Horlogerie pour l’année 1978 ; estimations de la FH pour les années 1980 à 1984.

3Or, sans être totalement inexacte, cette idée demande à être nuancée, et ceci pour plusieurs raisons.

4D’une part parce que le processus d’internationalisation de la production horlogère débute de fait bien avant l’introduction des composants électroniques dans la montre (résonateur à quartz, circuits intégrés, affichages à cristaux liquides). Dès les années 1960, la production de montres mécaniques de bas de gamme, de conception et de fabrication simplifiées, permet l’utilisation d’une force de travail relativement peu qualifiée et plusieurs firmes horlogères, à l’image de la société nord-américaine US Time Corporation (marque Timex), choisissent alors de délocaliser une partie de leur production dans certains pays en développement, soit pour y accéder à des marchés protégés, soit pour y bénéficier, comme à Hong Kong ou à Taïwan, de coûts salariaux plus faibles et du dynamisme de l’industrie d’exportation locale. Initiatives qui seront bientôt suivies tant par les grands groupes horlogers japonais que, dans une plus faible mesure, par les horlogers suisses.

5D’autre part, il apparut bien vite que les progrès réalisés dans le domaine de l’automatisation de la production horlogère, de la fabrication des composants à l’assemblage du produit fini, autorisaient dans certains cas le maintien ou la relocalisation en pays industrialisés d’opérations qui avaient fait l’intention ou l’objet de transferts de production en pays à bas salaires.

6Si le passage à la micro-électronique horlogère a donc donné dans un premier temps une forte impulsion à l’internationalisation de la production de montres et autres produits horlogers, il serait faux de considérer ce processus comme la conséquence directe, et quasi irréversible, de l’introduction de nouveaux composants et de nouveaux procédés de fabrication.

7Par ailleurs, l’« éclatement » de la production horlogère à l’échelle internationale est loin d’obéir à la seule volonté de quelques firmes transnationales. Dans le cas des « Nouveaux Pays Industriels » asiatiques, et en particulier dans celui de la colonie de Hong Kong, il apparaît que le très rapide développement de l’industrie horlogère locale s’inscrit également dans le cadre d’un dynamique interne, dont la logique échappe jusqu’à un certain point à celle des principaux groupes horlogers originaires des pays industrialisés puisqu’elle se traduit par l’émergence d’une industrie qui agit souvent en concurrence directe avec eux.

8Bref, et même si l’innovation technologique et la redistribution géographique des activités de production sont effectivement liées, il reste que la mise en place d’une « nouvelle » division internationale du travail dans l’horlogerie résulte de facteurs souvent contradictoires et que seule une analyse plus détaillée, cas par cas, peut permettre de saisir la nature et la portée réelles de ce redéploiement industriel, la place occupée par le développement de l’industrie horlogère dans le cadre des différentes stratégies suivies en Asie de l’Est et du Sud-Est ainsi que les implications de ce nouvel état de fait pour les pays industrialisés.

9C’est ce que nous avons cherché à faire dans le cadre d’une recherche récente (cf. bibliographie générale de cet ouvrage sous Hong Kong) en traitant de deux processus particuliers — la croissance de la production horlogère à Hong Kong et la restructuration de l’industrie horlogère en Suisse —, recherche dont nous allons évoquer ici quelques-uns des enseignements.

Croissance et limites de l’industrie horlogère à Hong Kong

10On peut distinguer plusieurs phases dans le développement de la production horlogère à Hong Kong :

11— dans un premier temps, soit de la fin des années 1960 au milieu des années 1970, la place de Hong Kong fonctionne en tant que marché de transformation pour des produits mécaniques de bas de gamme. C’est l’existence, depuis les années 1960, d’une industrie locale de fabrication de pièces de l’habillement (boîtes, cadrans, aiguilles, bracelets...) qui à peu à peu conduit à des opérations d’emboîtage de mouvements mécaniques importés, puis à l’assemblage proprement dit de ces mouvements, la plupart de technologie élémentaire, à partir de pièces constitutives importées (de Suisse, du Japon, d’URSS, des Etats-Unis...), notamment sous la forme d’« ébauches » et « chablons » (c’est-à-dire de mouvements plus ou moins complets mais non-assemblés).

12Au cours de cette première phase, les exportations de montres complètes de Hong Kong passent de 1970 à 1975 de 5,7 à 15,8 millions de pièces, la valeur globale des exportations horlogères (montres, boîtes, grosse horlogerie...) de 136,5 à 644,4 mios HK$. Le nombre d’établissements horlogers, qui était inférieur à 100 en 1970, s’élève à 207 en 1975, les emplois, inférieurs à 5.000 en 1970, à près de 8.000 en 1975. La part essentielle des produits assemblés ou fabriqués localement est alors destinée soit à des pays industrialisés (Etats-Unis, Suisse, Japon...), soit à des pays en développement (Singapour et Panama qui sont également, tout comme Hong Kong, des marchés de redistribution ; les Etats de la péninsule arabique, etc.) ;

13— dans un second temps, soit de 1975 à 1982 environ, la production horlogère locale connaît un essor prodigieux puisque le nombre de montres complètes exportées se monte en 1982 à 204,4 millions de pièces, la valeur globale des exportations horlogères à 7.168 mios HK$, le nombre d’établissements horlogers à 1.361 et l’emploi dans la branche à plus de 38.000 personnes occupées, le tout pour l’année 1982.

14Une modification importante est survenue dans le contenu technologique des exportations locales : les montres mécaniques, qui formaient l’immense majorité des exportations de montres de Hong Kong jusqu’au milieu des années 1970, n’en représentent plus en 1982 que les 14 %, la part des montres électroniques à affichage digital ayant très rapidement progressé (79 % des montres exportées), suivie dans une beaucoup plus faible mesure par celle des montres électroniques à affichage analogique (7 %).

15Quant aux sources d’approvisionnement de l’industrie locale en « consommations intermédiaires » (mouvements assemblés, boîtes de montres et pièces détachées) et à la destination des exportations horlogères de Hong Kong, elles se sont elles aussi modifiées : c’est le Japon qui dorénavant représente, loin devant la Suisse, le principal fournisseur de l’industrie horlogère locale, alors que les exportations de montres électroniques sont nettement orientées vers les pays industrialisés (Etats-Unis, République Fédérale d’Allemagne, Grande-Bretagne, Canada, Japon...) et que les exportations de montres mécaniques tendent à se concentrer sur certains pays en développement (Arabie Saoudite, Emirats arabes unis, Panama...).

16Autre modification : le fait que Hong Kong exporte en quantités croissantes des pièces détachées horlogères en direction de pays tels que la République Populaire de Chine, Macao, la Thaïlande, etc., dont on peut penser, étant donné que ces mêmes pays exportent à leur tour des mouvements électroniques en direction de Hong Kong, qu’ils servent en tant que « relais » pour certaines opérations spécifiques ;

17— enfin, de 1982 à 1985 (et sans doute plus en avant), l’industrie horlogère à Hong Kong entre dans une phase dite de « consolidation » : le volume de ses exportations de montres continue à s’accroître (325,1 millions de montres exportées en 1985) ainsi que la valeur globale de ses exportations (9.236.5 mios HK$ cette même année) ; par contre, le nombre d’établissements se réduit de quelques 200 unités depuis 1983 et surtout les effectifs de la branche, qui étaient de plus de 42.000 en 1981, sont ramenés à 30.000 postes de travail environ en 1986.

18On note alors une certaine diversification de la production locale puisque les montres électroniques à affichage analogique accroissent leur part dans les exportations (16 % en 1985) alors que les montres mécaniques poursuivent leur régression (6 %).

19Tel a donc été, décrit ici à grands traits, le développement de l’industrie horlogère à Hong Kong. Ce qui nécessite quelques explications quant aux éléments qui se trouvent à l’origine de cette très rapide croissance industrielle.

20Au cours de la première phase, les investissements directs étrangers (IDE) réalisés dans l’industrie horlogère locale s’accroissent fortement (de 8,7 mios HK$ en 1970 à 180 mios HK$ en 1975), à tel point que les 17 établissements sous contrôle de capitaux étrangers occupent, en 1975, plus des 63 % des effectifs de la branche (et même 71.7 % en 1974). C’est dire qu’à ce moment le développement des activités d’emboîtage de montres et surtout d’assemblage de mouvements mécaniques, de technologie rudimentaire, repose pour l’essentiel sur l’initiative de quelques firmes étrangères, principalement japonaises (Hattori-Seiko, Citizen Watch...) et nord-américaines (Timex). Cette phase correspond donc, d’une manière plus générale, au transfert « sous surveillance » d’une technologie parvenue à maturité, c’est-à-dire suffisamment banalisée pour être l’objet d’une délocalisation, du moins en ce qui concerne certaines opérations à forte intensité de travail, en direction de pays à main-d’oeuvre abondante et bon marché.

21Il en va autrement au cours de la phase qui suit marquée par une progression fulgurante de la production de montres digitales. Si les IDE continuent à s’accroître (de 180 mios HK$ en 1975 à 384 mios HK$ en 1982), leur contribution aux effectifs globaux de la branche ne cesse de se réduire pour se situer aux alentours de 20 à 24 % dans les premières années 1980. Le passage aux nouvelles technologies horlogères a donc produit un incontestable effet multiplicateur dont l’initiative réside, pour l’essentiel, sur les industriels locaux qui se sont très rapidement adaptés ou convertis à la fabrication, ou du moins à l’assemblage final, de produits électroniques. Ceci dit, l’autonomie de ce développement industriel, si elle est bien réelle, n’est cependant que relative dans le sens où l’immense majorité des nouveaux établissements qui se créent et se multiplient restent de petite taille (en 1982, plus des 60 % des établissements horlogers occupent moins de 20 personnes) et par là travaillent le plus souvent en tant que sous-traitants, continuent à dépendre en ce qui concerne leur approvisionnement en composants (résonateurs à quartz, circuits intégrés, affichages opto-électroniques) de firmes étrangères ou de filiales de ces mêmes firmes implantées à Hong Kong. Il n’empêche qu’en quelques années Hong Kong s’affirme comme le premier pays exportateur mondial de montres et mouvements de montres en volume. Et c’est la conjonction de plusieurs facteurs favorables qui permet à notre avis d’expliquer cette « performance » :

  • c’est tout d’abord le dynamisme des industriels de Hong Kong et la promptitude avec laquelle ils se sont lancés dans la fabrication d’articles de bas de gamme (les montres digitales, ainsi que les « penwatches » ou mouvements électroniques incorporés dans divers objets de consommation), à l’égard desquels les principales firmes horlogères mondiales, japonaises, suisses et nord-américaines, ont montré à des degrés divers une réticence pendant de longues années... une place était à prendre !

  • c’est aussi le fait que l’assemblage de tels articles (dits aussi « solid state » puisqu’ils ne contiennent plus de parties mécaniques mobiles) ne nécessite plus la maîtrise des technologies horlogères traditionnelles dans leur ensemble et permet l’utilisation d’une main-d’oeuvre relativement peu qualifiée ;

  • c’est le fait que plusieurs firmes venues de l’électronique, et en particulier de l’industrie des semi-conducteurs (Texas Instruments, Fairchild Semiconductor, National Semiconductor...), toutes présentes à Hong Kong sous la forme de filiales, se soient lancées dans la production de composants horlogers, voire de produits complets : si cette intervention ne dura pas, elle permit aux industriels horlogers locaux d’élargir leurs sources d’approvisionnement ;

    • 2 En septembre 1982, les salaires journaliers dans l’industrie horlogère se montaient en moyenne, ave (...)

    enfin cette rapide croissance de la production horlogère n’a été possible que parce que cette industrie, à l’image des autres principales industries d’exportation de la colonie (les textiles, la confection, l’électronique) a fondé son développement sur le recours à une force de travail jeune, abondante, féminine en majorité (jusqu’à 74 % du personnel employé), et dont les revenus et les conditions de travail restent très précaires malgré une sensible amélioration au cours des années 19702.

22Voilà qui explique les succès remportés par l’horlogerie locale sur les marchés internationaux... mais qui permet aussi d’expliquer ses difficultés actuelles.

  • 3 Hong Kong Productivity Centre, Study on the Hong Kong’s Electronics Industry, Hong Kong, 1984.

23Dans le cadre d’une étude portant sur l’industrie électronique3, secteur qui englobe ici la production de montres et horloges électroniques, le « Hong Kong Productivity Centre » décrivait sans complaisance les principales faiblesses de cette industrie : la concentration de la production sur des produits de consommation courante pour lesquels la concurrence est très forte et qui ne permettent de dégager qu’une faible valeur ajoutée, dont la part dans la valeur globale de la production ne cesse de se réduire ; la diminution de la part des investissements étrangers dans l’investissement global alors que ceux-ci sont les seuls garants d’une intensification de la production en capital et en technologie ; la recherche de profits immédiats qui caractérise l’attitude des investisseurs locaux ; la sous-capitalisation de la plupart des entreprises ; les très maigres ressources (0,21 % du chiffre d’affaires dans l’horlogerie) affectées à la recherche et au développement ; la petite taille de la majorité des établissements ; la faiblesse des relations interindustrielles ; enfin l’absence d’une politique de marque et d’une expérience en matière de marketing.

24Toutes faiblesses qui s’appliquent parfaitement, à l’exception de quelques grandes entreprises locales, au cas particulier de l’industrie horlogère. En conséquence, les industriels horlogers de Hong Kong vont se lancer dès les années 1980 dans un mouvement de « fuite en avant », multipliant leur production en même temps qu’ils baissaient leurs prix, en vue de faire face à une très vive concurrence et de récupérer, par la quantité, ce qu’ils perdaient sous forme de profits par unité produite. « Pour gagner la même somme aujourd’hui », déclarait un industriel en 1983, « nous avons dû doubler et même tripler notre production des années précédentes ». Si les exportations de montres continuent donc à s’accroître fortement au cours de cette dernière phase (de 146 à 325 millions de pièces de 1981 à 1985), leur valeur globale n’augmente que faiblement, puis tend même depuis 1984 à se réduire, la valeur unitaire des montres digitales exportées passant, à titre d’exemple, de 27,8 à 8,4 HK$ de 1981 à 1985 ! Etant donné que la plus grande partie de la production locale reste intensive en force de travail et que le niveau des salaires reste plus ou moins stable, il n’est pas étonnant dès lors que plusieurs centaines d’entreprises aient disparu, soit en cessant toute production, soit en se convertissant à la fabrication d’autres articles électroniques, et qu’un mouvement de concentration s’opère autour des firmes locales les plus solides.

25Au cours de cette période, une nouvelle tendance se fait jour sous la forme d’une certaine extension des activités horlogères de Hong Kong en direction de pays voisins, et notamment des « zones économiques spéciales » en République Populaire de Chine. Ainsi en 1985 Hong Kong exporte en Chine voisine pour 485 mios HK$ de « parties de montres » (les 70 % de ses exportations de cette catégorie), dont une bonne part, peut-on supposer en l’absence de données précises à ce sujet, lui reviennent sous la forme de montres digitales, de mouvements électroniques assemblés ou de pièces détachées (le tout importé de Chine pour un montant de 780 mios HK$ en 1985). Un certain nombre d’entreprises locales, mais sans doute aussi de filiales de groupes horlogers étrangers, trouvent donc par ce moyen la possibilité de prolonger une activité fondée sur l’utilisation d’une main-d’oeuvre abondante et bon marché et concentrée sur des produits de bas de gamme.

26Quant aux perspectives de l’industrie horlogère à Hong Kong même, il semble bien qu’elles dépendent, comme le préconisait le « Hong Kong Productivity Centre », de l’intensification de la production locale en capital et en technologie. S’il est trop tôt pour établir un bilan des efforts déployés dans ce sens, plusieurs signes paraissent toutefois indiquer que ce processus est en bonne voie :

    • 4 « 24 heures », 17 septembre 1987.

    c’est tout d’abord la progression, déjà signalée, des montres à affichage analogique dans les exportations de montres de Hong Kong : 16 % en 1985, 18 % en 1986. La progression est lente, mais elle signifie que la production locale s’oriente vers des produits plus sophistiqués et qui permettent de dégager une plus forte valeur ajoutée ; seule cette catégorie de produits voit en effet une augmentation de sa valeur unitaire. « Le besoin presse, pour nous, d’améliorer le design et la qualité pour que les montres de Hong Kong soient mises sur un pied d’égalité avec les plus fameuses marques de Suisse et du Japon », déclarait en septembre dernier Bob Chong, le vice-président de la Foire horlogère de Hong Kong4 ;

  • c’est ensuite le fait que, pour l’ensemble de la branche, le nombre d’établissements horlogers continue à diminuer — 1.226 selon les données les plus récentes — ainsi que celui des personnes employées — 27.500 —, alors que la production locale et les exportations ne cessent de s’accroître. Concentration et rationalisation du travail sont donc vraisemblablement en cours, même si une part de l’accroissement de la valeur de la production locale et des exportations s’explique par la hausse de la valeur des importations ;

    • 5 Hong Kong Government Industry Department, Statistical Tables, 1986.
    • 6 Hong Kong Government Industry Department, Overseas Investment in Hong Kong Manufacturing Industries (...)

    pendant le même temps les investissements directs étrangers se sont accrus, passant d’un montant de 389,7 mios HK$ en 1983 à 603,9 mios HK$ en 1985, alors que le nombre de personnes employées dans les établissements sous contrôle étranger diminue au cours de cette même période de 8.778 à 4.5325. Tout laisse donc entendre que l’appel formulé à l’adresse des investisseurs étrangers a été suivi, en particulier par les principaux groupes horlogers japonais, frappés par la hausse du yen, et qui ont choisi de délocaliser de nouveaux pans de leur production dans un pays à monnaie plus faible. Selon une enquête conduite en 1986 par le Département de l’Industrie de Hong Kong6, il apparaît en effet que les horlogers japonais contrôlaient en 1985 une bonne part des établissements, filiales ou entreprises conjointes, placés sous contrôle étranger (13 sur 32), employaient plus de la moitié du personnel engagé dans ces mêmes établissements (2.309 sur un total de 4.142) et comptaient pour la part essentielle des nouveaux investissements réalisés dans l’industrie horlogère locale.

27Ainsi, après avoir connu un essor extraordinaire depuis le milieu des années 1970 et s’être affirmée comme une concurrente redoutable, l’industrie horlogère de Hong Kong, victime de ses propres faiblesses autant si ce n’est plus que de contraintes externes, s’efforce donc de se convertir à une production plus intense en capital et en technologie. Mais ceci ne peut se faire qu’au prix d’une insertion de plus en plus étroite à la division internationale du travail horloger, c’est-à-dire en restant étroitement liée aux principaux groupes horlogers japonais ou suisses, les seuls capables de lui fournir les capitaux, les technologies et les composants nécessaires à l’amélioration de la production locale.

28C’est du moins ce que l’on peut prévoir.

29Par contre, on ne peut que s’interroger sur les « effets de développement » qui résulteront d’une telle évolution. Jusqu’ici, la croissance de l’industrie horlogère a effectivement donné lieu à la création de nombreux emplois, mais, est-il besoin de le préciser, pour la plupart réservés à de jeunes travailleuses sans qualifications particulières, peu durables, et sans que ne se soit développé à une vaste échelle un système de formation professionnelle, sans que n’aient été stimulées les aptitudes autres que celles qui sont directement utiles à la production.

30Par ailleurs et comme nous l’avons déjà signalé, l’industrie horlogère locale, au même titre que l’industrie électronique, s’est toujours caractérisée par la très grande faiblesse des sommes consacrées à la recherche et au développement, de même qu’elle n’a que très peu suscité le développement de relations interdustrielles, c’est-à-dire la stimulation de certaines activités complémentaires en amont et en aval de l’assemblage de montres proprement dit.

31C’est là autant de traits caractéristiques qui, en situation de diminution de l’emploi, de concentration, de rationalisation du travail et surtout de rattachement plus étroit de nombre de firmes locales aux intérêts directs des firmes horlogères transnationales risquent bien de perdurer, sans compter que le rétrécissement du marché du travail va très certainement exercer une pression à la stagnation, voire à la réduction, des salaires des travailleurs de l’horlogerie.

La tardive restructuration de l’industrie horlogère suisse

32Plusieurs phases peuvent également être distinguées dans l’évolution de l’industrie horlogère suisse depuis le début des années 1970 :

33— dans un premier temps, jusqu’au déclenchement de la récession de 1974/75, l’horlogerie suisse poursuit sans difficultés apparentes sur sa lancée des années précédentes : ses exportations de montres et mouvements continuent à s’accroître (de 71,4 à 84,4 millions de pièces de 1970 à 1974, de 2.363 à 3.259 millions de francs en valeur) et la Suisse garde ainsi sa position dominante sur les marchés puisqu’elle assure toujours près des 40 % de la production mondiale et plus des 60 % des exportations mondiales en volume.

  • 7 Depuis 1971, le permis d’exportation, dernier vestige du statut légal de l’horlogerie suisse instau (...)

34S’ajoute à cela la croissance de ses exportations de pièces détachées, notamment sous la forme d’ébauches et chablons (mouvements non assemblés), dont l’exportation a été rendue totalement libre depuis 19717.

35Quant aux effectifs de la branche, ils passent de plus de 89.000 à 76.000 postes de travail, la productivité du travail connaissant une hausse sensible (exprimée en nombre de pièces produites par personne occupée, elle passe de 824 en 1970 à 1164 en 1974) ;

36— dans un second temps, soit de la fin 1974 à 1982, l’horlogerie suisse subit un très rapide recul de ses exportations de montres et mouvements, recul certes irrégulier, fait de chutes et de reprises, mais qui met fin de manière inexorable à la position de « leadership » de l’industrie horlogère suisse. Ses exportations passent en effet, de 1974 à 1982, de 84,4 à 31,2 millions de pièces ; exprimées en valeur, elles connaissent tout d’abord un rapide déclin, jusqu’en 1976, avant de se redresser ; c’est le signe que l’industrie horlogère suisse se concentre de plus en plus sur les produits de haut et de très haut de gamme, qui résistent beaucoup mieux à cette érosion.

37Au cours de cette même période, les exportations d’ébauches et chablons connaissent bien une très forte progression (de 6,8 millions de pièces en 1974 à 32,7 millions en 1980), mais ceci est loin de compenser le recul des exportations de produits finis. La partie essentielle de ces exportations de mouvements non assemblés, de technologique mécanique de bas de gamme (dite roskopf), est d’ailleurs destinée à la colonie de Hong Kong, soit pour y être transformés localement, soit pour être réexportés.

38Le fait le plus marquant est cependant la pénétration très lente des nouvelles technologies dans la production et les exportations suisses, puisque les montres électroniques ne représentent encore que les 42 % des montres exportées en 1982, contre plus de 60 % et 80 % respectivement pour les exportations du Japon et de Hong Kong.

39Quant à l’emploi horloger en Suisse, il diminue très fortement (de 76.000 à 38.000 postes de travail au cours de cette période), en même temps que se réduit fortement le nombre de « maisons » horlogères (de plus de 1.200 à 730). Ainsi l’effectif moyen des personnes occupées par maison reste-t-il pratiquement le même (entre 50 et 60) ;

40— une troisième période, de 1983 à aujourd’hui, voit l’horlogerie suisse, pour la première fois depuis 1974, accroître à nouveau le volume de ses exportations de montres et mouvements : de 30,2 millions de pièces en 1983, chiffre le plus bas, elles passent à 38,5 millions en 1985. Les exportations d’ébauches et chablons en font de même : après avoir rapidement reculé depuis 1980 (de 32,7 à 12,7 millions de pièces en 1983), elles se redressent (de 18,8 millions de pièces en 1985). Le fait essentiel est alors le contenu technologique de ces exportations, plus de 80 % des montres exportées étant en 1985 de technologie électronique, dans leur immense majorité des montres à affichage analogique ; la proportion pour les exportations de mouvements, assemblés ou non, est à peine inférieure (73 % en 1985).

41Cette reprise incontestable de l’horlogerie suisse ne signifie pas pour autant que les emplois horlogers soient sauvegardés : de 1982 à 1985, le nombre de postes de travail en Suisse passe de 38.000 à 32.000, bien qu’il tende par la suite à se stabiliser, ou du moins à ne se réduire que plus faiblement.

42Plusieurs raisons ont été avancées en vue d’expliquer la dégradation de la situation de l’horlogerie suisse :

  • les récessions successives. On notera toutefois à ce propos que la récession de 1974/75 n’a eu finalement que peu d’effets sur la demande horlogère, les montres électroniques se substituant rapidement aux montres mécaniques et suscitant même une nette amplification de la consommation. Quant à la baisse de la valeur du commerce horloger enregistré dès 1981, elle semble autant due à la situation de surproduction que connaît alors l’industrie horlogère mondiale, et à la baisse rapide des prix qui lui est liée, qu’aux seuls effets de la récession économique...

  • la valorisation du franc suisse par rapport au dollar américain. Bien que réelle, cette valorisation ne doit pas cependant être exagérée dans le sens où d’autres monnaies connurent le même sort...

    • 8 Gérard Bauer, Point de vue, paru dans : Service d’information Tiers Monde, Horlogerie suisse et Tie (...)

    reste la question des structures de l’industrie horlogère suisse. A ce sujet, M. Gérard Bauer, ancien président de la Fédération Horlogère Suisse, notait ce qui suit : « L’amorce de la dégradation de la situation de l’horlogerie suisse sur les marchés internationaux, comme celle de l’emploi sur le plan national, est antérieure à la récession. Cette évolution est due principalement (...) au déphasage croissant des structures de l’industrie, partant des politiques du produit et de la distribution, par rapport aux contraintes extérieures (...). Des phénomènes plus ou moins durables, plus ou moins incisifs, tels la lourdeur du franc suisse et la récession survenant dans ce processus dépressif en cours, n’ont fait qu’aggraver ou accélérer la dégradation des années 70 »8.

43Mais que faut-il entendre par déphasage des structures de l’industrie horlogère suisse ?

44Sans développer cette question en détail, nous relèverons que l’industrie horlogère suisse s’est avant tout déployée et organisée selon une double structure horizontale : au niveau des fabricants des pièces constitutives du mouvement et des pièces de l’habillement d’une part, à celui des fabricants du produit fini ou « établisseurs » d’autre part. Les manufactures, ou entreprises effectuant l’ensemble de la fabrication de la montre, sont en effet l’exception. Ces structures se trouvent de plus protégées, en quelque sorte, par l’existence du statut légal de l’horlogerie, instauré en 1934, qui soumet non seulement les exportations de pièces détachées à l’octroi d’un permis, comme nous l’avons signalé, mais aussi toute ouverture, transformation ou agrandissement d’une entreprise. Ainsi les grandes concentrations qui se forment au sein de l’industrie horlogère suisse, à commencer par l’ASUAG (Allgemeine Schweizerische Uhrenindustrie AG) dans le secteur des composants, se trouvent-elles limitées dans leur développement. En 1961 sera aboli le permis de fabrication, qui réglementait la concurrence interne, et une vague de concentrations s’opère alors au cours des années 1960, principalement autour de l’ASUAG (qui prend pied dans le secteur des produits finis), la SSIH (Société Suisse pour l’Industrie Horlogère Suisse), et la SGT (Société des Garde-Temps, qui se forme en 1968). Ceci ne suffit pas cependant à remettre en cause la structuration de l’industrie horlogère suisse, toujours marquée par l’existence de très nombreuses « maisons », c’est-à-dire des sociétés horlogères qui restent le plus souvent indépendantes même lorsqu’elles font partie de grandes concentrations, et par la division entre les fournisseurs des composants et les assembleurs du produit fini. Sans compter que le secteur de la distribution reste caractérisé, lui aussi, par l’existence d’un grand nombre de sociétés le plus souvent indépendantes.

45Ces structures, qui avaient fait jusque-là la souplesse et l’efficacité de l’industrie horlogère suisse, et notamment sa capacité à répondre à un marché très diversifié, se rélèvent alors inadéquates dès les années 1970. Le fait qu’elles se perpétuent au cours de cette période permet en effet d’expliquer plusieurs aspects de la crise horlogère suisse.

  • 9 cf. à ce sujet, André Gabus, Introduction de l’électronique dans le montre, paru dans : Hieronymi e (...)

46Tout d’abord, la très lente pénétration et diffusion des nouvelles technologies. Si les principaux groupes horlogers suisses ont pris une part très active, sous une forme individuelle ou communautaire, à la recherche et au développement des nouveaux produits horlogers dès les années 1950, elles se montrent par contre incapables pour la plupart de passer à une production en grandes séries industrielles. Seules l’ASUAG et la SSIH avaient de fait les moyens d’acquérir et de développer les technologies nécessaires à la fabrication des composants de la montre électronique, ce qu’elles firent non sans erreurs et sans lacunes9. Quant à la majorité des autres entreprises horlogères suisses, elles étaient le plus souvent dans l’incapacité de produire des montres électroniques en grandes séries ou restaient attachées avant tout à la défense de leurs intérêts immédiats, soit à l’écoulement de leurs produits traditionnels. En tous les cas, les structures de l’industrie horlogère suisse, avec tout ce qu’elles comportaient de conservatisme, de recherche d’une rentabilité à court terme et de divergences d’intérêts, ont constitué l’un des freins principaux à la diffusion des nouvelles technologies.

47La politique adoptée par l’industrie horlogère suisse à l’égard des pays en Asie du Sud-Est et de l’Est qui se lançaient alors dans la production horlogère relève de la même logique. Certes la Suisse trouve là l’occasion d’accroître fortement ses exportations de pièces détachées horlogères, notamment sous la forme d’ébauches et de chablons, comme nous l’avons déjà mentionné. Mais cette politique, qui consistait à alimenter ces industries naissantes, celle de Hong Kong en particulier, en fournitures mécaniques de bas de gamme ne pouvait à terme que s’épuiser, dans le mesure où les montres de type roskopf étaient amenées à être remplacées par les montres électroniques à affichage digital, dont le prix baissait très rapidement. Ce qui fut le cas dès 1980, année où Hong Kong absorbe encore plus de 26 millions d’ébauches et chablons en provenance de Suisse. L’année suivante, ce nombre se réduit de moitié.

48Enfin il est frappant de constater à quel point, pour les mêmes raisons liées aux structures de l’industrie horlogère suisse, le rôle commercial de cette industrie, qui fut tout de même déterminant à l’origine dans la croissance de l’industrie horlogère à Hong Kong, ne fut pas accompagné d’une politique d’implantation industrielle à large échelle. A fin 1983, les investissements directs d’origine suisse réalisés dans l’horlogerie à Hong Kong se montent à 27,7 mios HK$ (environ 9 millions de franc suisses), ce qui est nettement inférieur aux investissements d’origine japonaise (240 mios HK$) et britanniques (72,9 mios HK$). Or pratiquement toutes les principales entreprises horlogères suisses, à l’exception des entreprises spécialisées dans le haut de gamme, ont cherché à développer leurs activités de production à Hong Kong ou dans d’autres « Nouveaux Pays Industriels » du continent asiatique. Plus largement encore, une enquête réalisée en 1976 par l’OFIAMT (Office Fédéral de l’Industrie, des Arts et Métiers et du Travail) faisait apparaître, parmi les entreprises interrogées, une très forte « sensibilité » à la perspective d’un transfert de production à l’étranger, en particulier pour des activités telles que l’assemblage de la montre mécanique, la fabrication des pièces détachées et l’assemblage de la montre digitale. Ce n’est donc pas faute d’avoir voulu, ou par attachement au lieu de production suisse, que l’industrie horlogère suisse ne s’est en définitive que faiblement implantée à Hong Kong — et le même raisonnement semble valable pour d’autres pays —, mais parce que ses initiatives, étant donné ses structures, furent le plus souvent tardives et dispersées. « Les entreprises créées à l’étranger n’ont été considérées que comme des possibilités complémentaires ; aucune politique industrielle n’a véritablement été imposée aux pays hôtes et l’encadrement de direction des entreprises a été nettement insuffisant, non pas en qualité, mais par manque de synergie, de coordination », nous disait M. Retornaz, directeur de 1967 à 1982 de la Fédération Horlogère Suisses.

49Ce dernier aspect est alors très important pour comprendre ce qui se passe au cours de la période actuelle, caractérisée, nous l’avons noté, par une reprise des exportations horlogères suisses.

50Au cours des années 1981-83, les principales banques suisses, déjà engagées financièrement dans les principales concentrations horlogères suisses, décident de plusieurs mesures d’assainissement de la SSIH, puis de l’ASUAG, à la suite de très mauvais résultats ; au total, leur contribution qui les rendit provisoirement actionnaires à plus des 95 % des deux groupes s’éleva à près d’un milliard de francs suisses. Etaient cependant liées à ces mesures de renflouement des mesures de restructuration telles que la diminution du nombre de « calibres » ou types de mouvements de montres produits, la concentration de la fabrication autour de quelques marques leaders, la vente de certaines sociétés filiales et l’abandon, notamment, de certaines activités de production que l’ASUAG et la SSIH avaient développées respectivement à Hong Kong et à Singapour.

  • 10 cf. François Milliet, président ASUAG-SSIH, La nouvelle horlogerie, paru dans : Revue Economiques e (...)

51Puis, après fusion, les deux groupes passent en 1985 sous le contrôle d’investisseurs privés et prend le nom de SMH (Société Suisse de Microélectronique et d’Horlogerie). Les mesures de restructuration se poursuivent alors marquées par le « dégraissage » des activités dites non rentables et le placement de manufactures jusque-là pratiquement indépendantes (Omega, Longines) sous la tutelle du groupe ETA, fabricant de mouvements et composants horlogers. Tout au long de cette période, l’effort essentiel du côté patronal est mis sur la rentabilisation de l’appareil de production situé en Suisse même, avec comme points forts et comme « défis » la maîtrise et le développement des technologies de production des composants électroniques, la réduction des coûts de production de la montre courante en vue de reconquérir une place importante sur le marché de masse, et la poursuite de l’expérience de la « Swatch » dans le bas de gamme, caractérisée par la fabrication fortement automatisée d’un produit qui permet à la fois une forte diminution du nombre de composants, l’utilisation de nouveaux matériaux et une approche nouvelle du marché10.

52Soit une politique qui, si elle a incontestablement permis la relance des exportations horlogères suisses, n’en suscite pas moins un certain nombre d’interrogations :

    • 11 André Gavillet, dans « 24 heures » du 17 mai 1983.

    quant à la concentration des pouvoirs. Le groupe SMH n’est certes pas toute l’horlogerie suisse. Il n’empêche que, par le contrôle qu’il exerce sur la fabrication des composants horlogers et par l’importance de son rôle de fournisseur, il se trouve doté du pouvoir d’influencer l’évolution de l’ensemble de la branche, soumettant notamment ses clients (les établisseurs) à ses propres décisions. « Nationalisation privée », disait un commentateur, ancien Conseiller d’Etat, en 1983 au moment de la fusion entre l’ASUAG et la SSIH en se demandant ce qu’allaient être les limites de cette concentration, ses contre-pouvoirs, ses implications dans les régions à tradition horlogère et les relations de travail11. Aujourd’hui et alors que les banques ont cédé leur rôle aux « nouveaux patrons » de l’horlogerie, ces questions ne sont-elles pas toujours d’actualité ?

  • quant à l’identité du principal groupe horloger suisse. La maîtrise des technologies de production des composants horlogers électroniques (circuits intégrés, résonateurs à quartz, affichages optoélectroniques) oblige le groupe SMH, ont déclaré à plusieurs reprises ses représentants, à rentabiliser les équipements nécessaires en dehors des seuls marchés horlogers, trop réduits pour absorber une production de masse. D’où une logique qui consiste à diversifier ses activités dans la micro-électronique ainsi qu’à chercher de nouveaux partenaires étrangers, quitte à leur céder un certain nombre de parts. L’alliance de principe annoncée publiquement en juin 1987 entre Philips, premier producteur européen de circuits intégrés, et la SMH en vue de réunir leurs productions respectives en Suisse dans le cadre d’une entreprise commune s’inscrit dans ce sens. Ce qui pose à nouveau la question de savoir ce que peuvent être à l’avenir les implications d’une telle alliance en matière de politique régionale et de défense de l’emploi ;

    • 12 cf. André Gavillet, dans « 24 heures » du 19 juin 1985.

    étroitement liée à ce qui précède est en effet la question de l’évolution des conditions de travail dans l’horlogerie. Depuis plusieur années, les dirigeants du groupe SMH cherchent à introduire le travail de nuit féminin dans certains ateliers — ceux qui servent précisément à la fabrication des composants électroniques —, puis, devant le refus de l’OFIAMT, ont élaboré et conclu un accord avec la FTMH (Fédération des Travailleurs de la Métallurgie et de l’Horlogerie) en vue d’introduire le travail en continu. Si cet accord n’a finalement pas été appliqué sous cette forme, c’est qu’il était contraire à la Convention de l’Organisation Internationale du Travail signée par la Suisse sur le nombre de dimanches fériés. Par contre tout laisse à croire aujourd’hui que ce n’est que partie remise — or le débat suscité en Suisse autour de cet accord, notamment entre la direction du syndicat — qui considère cet accord comme « révolutionnaire » car il lui permet d’être partie prenante à la réglementation sur la durée et l’organisation du travail — et des opposants — qui dénoncent cet accord comme étant un pas de plus fait en direction d’une « déréglementation » du travail — va bien au-delà des quelques dizaines de travailleurs de l’horlogerie concernés dans l’immédiat par l’introduction de telles mesures. Le caractère de « nécessité stratégique » évoqué par les dirigeants du groupe en vue de justifier de telles mesures et d’obtenir les dérogations légales doit-il être accepté tel quel ? C’est en effet un fameux paradoxe que de prétendre qu’à l’avenir « l’avancée technologique va libérer le travailleur des tâches les plus fastidieuses ou les plus dangereuses » et, dans l’immédiat, vouloir introduire le travail de nuit féminin et le travail en continu pour fabriquer des circuits intégrés, à savoir les outils qui sont sensés permettre cette avancée technologique12 ;

  • enfin on peut également s’interroger sur le choix de localisations industrielles qui peut découler de cette concentration des forces. Si le groupe SMH a jusqu’ici privilégié le lieu de production suisse, ce n’est certes pas par attachement affectif aux régions horlogères, mais parce qu’il est l’héritier de groupes ne s’étant que faiblement implantés, comme nous l’avons mentionné, à l’échelle internationale. En sera-t-il de même à l’avenir ? Certes la fabrication des composants électroniques au moyen d’équipements fortement automatisés nécessite un environnement particulier dans lequel la proximité de centres de recherche et le recrutement d’un personnel très qualifié comptent pour beaucoup. Mais ce n’est pas tout, puisque le fonctionnement de ces équipements exige aussi, dans une logique purement économique, la présence d’une main d’oeuvre peu qualifiée, féminine en majorité, et prête à travailler en équipes, vingt quatre heures sur vingt quatre, sept jours sur sept. Que se passera-t-il alors si cette condition n’est pas satisfaite ? En tous les cas, la menace qui consisterait alors à choisir d’autres lieux pour établir de nouvelles chaînes de production a déjà été avancée par la direction de la SMH. Par ailleurs, et dans la perspective de pénétrer ou d’accroître leur part dans de nouveaux marchés (on pense ici à la République Populaire de Chine et à l’Inde) ou encore dans celle de bénéficier de bas salaires, il n’est pas exclu que les horlogers suisses procèdent à de nouveaux transferts de production et amplifient leur recours à la sous-traitance internationale.

***

53Nous étant limités à l’étude de la restructuration horlogère en Suisse et à celle du développement de cette même industrie à Hong Kong, nous sommes loin d’avoir traité, bien évidemment, de l’ensemble des éléments qui interviennent dans le redéploiement connu par l’industrie horlogère depuis une quinzaine d’années. Sur bien des aspects, le développement industriel de la colonie de Hong Kong diffère en effet de celui des autres « Nouveaux Pays Industriels » asiatiques, où la mise en place d’une industrie de plus en plus intégrée et la « remontée » des différentes filières de production d’aval en amont ont été beaucoup plus effectives, et ne saurait donc être généralisé. Quant aux problèmes connus par les horlogers suisses, ils restent très spécifiques à une industrie ayant perpétué des structures dépassées.

54Ceci dit, il nous semble tout de même possible de tirer de cette étude quelques enseignements utiles :

55Ainsi l’exemple de Hong Kong montre que le développement de l’industrie horlogère locale s’explique plus par la dynamique locale et par la promptitude des entrepreneurs locaux à se lancer dans la production massive de montres digitales que par la stratégie de firmes originaires des pays horlogers « traditionnels » visant à établir des unités de production en pays à bas salaires.

56Malgré la très forte croissance qu’elle a connue, cette industrie est cependant restée limitée pour l’essentiel à certaines opérations industrielles — les opérations d’assemblage des composants et des produits finis — et n’a réussi sa percée que dans certains segments des marchés — les montres électroniques à affichage digital.

57Sous la menace aujourd’hui de nouveaux concurrents, tels que la Corée du Sud et Taïwan, mais aussi soumise à des contraintes internes de plus en plus pesantes, cette industrie se trouve aujourd’hui obligée de se restructurer et de diversifier sa production en direction de produits plus « sophistiqués ». Ce faisant, elle est poussée à se lier plus étroitement que ce n’était le cas depuis quelques années à des groupes horlogers étrangers, qu’ils soient japonais, suisses ou autres, les seuls capables de lui fournir les capitaux, les technologies et les composants nécessaires à cet objectif. C’est en fait pour la plupart des horlogers de Hong Kong une manière de « rentrer dans le rang », leur marge de manoeuvre devenant plus étroite en même temps que s’accroît leur dépendance, tant à l’égard de leurs fournisseurs que de leurs clients.

58Ceci ne signifie évidemment pas que cette industrie va disparaître puisque la production locale est encore en plein essor et qu’elle est devenue depuis 1986 la troisième industrie exportatrice de la colonie britannique. Mais ceci montre que, même « malmenés » à l’image des principaux groupes horlogers suisses, les principales concentrations horlogères qui se sont formées à l’échelle internationale — Hattori-Seiko, Citizen, Casio au Japon, la SMH en Suisse, Timex aux Etats-Unis — gardent des avantages appréciables face à leurs nouveaux partenaires et concurrents, tout à la fois, dans le Sud-Est et l’Est asiatiques. Il est en effet impensable par exemple que les industriels horlogers de Hong Kong bénéficient d’un apport financier équivalent à 1 milliard de franc suisses pour procéder à leur assainissement, comme cela fut le cas pour les industriels horlogers suisses.

59En conséquence, la « nouvelle » division internationale du travail qui tend à se mettre en place dans l’industrie horlogère doit être appréhendée dans le sens d’une hiérarchisation de plus en plus forte entre différents lieux de production — les pays industrialisés tels que le Japon, la Suisse, les Etats-Unis, etc., qui continuent à contrôler l’innovation technologique, les « Nouveaux Pays Industriels » asiatiques contraints d’évoluer vers une production plus intensive en capital et en technologie, de nouveaux lieux de production à l’image de la Thaïlande, de la Malaisie et des Philippines qui reprennent à leur charge des opérations fortement intensives en force de travail... —, plutôt que sous la forme, comme on a tendance à le concevoir trop souvent, d’une opposition entre les « Vieux Pays Industrialisés » et les « Nouveaux Pays Industriels ».

Notes

1 Philippe Aydalot, Dynamique spatiale et développement inégal, Economica, 1980, p. 324 (conclusion de la seconde édition).

2 En septembre 1982, les salaires journaliers dans l’industrie horlogère se montaient en moyenne, avec primes et allocations diverses, à Fr. 34 (francs suisses) pour les ouvriers qualifiés, Fr 31 pour les ouvriers non- et semi-qualifiés, Fr. 22,75 pour les ouvrières qualifiées et Fr. 21,70 pour les ouvrières non- et semi-qualifiées, et ceci pour une journée de 9 heures pour les hommes et de 8 heures pour les femmes.

3 Hong Kong Productivity Centre, Study on the Hong Kong’s Electronics Industry, Hong Kong, 1984.

4 « 24 heures », 17 septembre 1987.

5 Hong Kong Government Industry Department, Statistical Tables, 1986.

6 Hong Kong Government Industry Department, Overseas Investment in Hong Kong Manufacturing Industries, 1986.

7 Depuis 1971, le permis d’exportation, dernier vestige du statut légal de l’horlogerie suisse instauré dans les années 1930 en vue de limiter la concurrence au sein de la branche et d’éviter les transferts de production à l’étranger, est aboli.

8 Gérard Bauer, Point de vue, paru dans : Service d’information Tiers Monde, Horlogerie suisse et Tiers Monde, Lausanne, mai 1984.

9 cf. à ce sujet, André Gabus, Introduction de l’électronique dans le montre, paru dans : Hieronymi et al., La diffusion de nouvelles technologies en Suisse, Georgi, St-Saphorin, 1983.

10 cf. François Milliet, président ASUAG-SSIH, La nouvelle horlogerie, paru dans : Revue Economiques et Sociale, Lausanne, No 2, juin 1985.

11 André Gavillet, dans « 24 heures » du 17 mai 1983.

12 cf. André Gavillet, dans « 24 heures » du 19 juin 1985.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Production mondiale de montres et mouvements de montresEn millions de piècesEn pourcentage du total
Légende Notes : * Production cumulée de l’URSS et de la RDA.** Données non disponibles, inclues dans les divers.Ces données comprennent depuis la fin des années 1970 un certain nombre — 150 millions de pièces en 1984 — de « penwatches » ou mouvements de montres incorporés dans des objets de consommation divers — stylos, briquets, etc. —. De plus, ne sont pas inclus dans ces chiffres depuis 1980 les mouvements de montres non assemblés — ébauches ou chablons —, ce qui explique que la production de certains pays dans laquelle ces articles étaient compris — la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne — paraisse chuter depuis cette date.Sources : Rapports annuels de la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH) pour les années 1970 à 1976 ; rapport de la Chambre Suisse de l’Horlogerie pour l’année 1978 ; estimations de la FH pour les années 1980 à 1984.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

Auteur

Chercheur associé, Centre de Recherche sur l’Asie Moderne, Genève, et Centre Asie, Institut de Recherche Economique et de Planification du Développement (IREP-D), Grenoble.