Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Deuxième partie. Les nouveaux pays industrialisés d'Asie et le vieux monde industriel: analyses sectorielles

L’industrie textile dans les pays d’Extrême-Orient

Jean-Louis Juvet

Texte intégral

1L’industrie textile — c’est un truisme de le rappeler — répond à des besoins de première nécessité et, par conséquent, elle est constamment créée en priorité dans tous les pays du monde. Que ce schéma corresponde ou non à la théorie des avantages comparatifs n’est, en définitive, jamais pris en considération par aucun Etat. Mais cette omission entraîne un certain nombre de conséquences compliquées, dès lors que, notamment dans la plupart des pays en voie de développement, mais surtout chez les PNI, ce secteur est tout à la fois destiné à couvrir une demande domestique et à devenir le premier secteur d’exportation.

2Dans les pays asiatiques, les décisions de création de structures textile et habillement résultent historiquement de réactions à l’encontre du Japon qui, dès le début du siècle, et surtout dans l’entre-deux-guerres, était la première source d’approvisionnement de ces marchés.

3La mise sur pied d’industries orientées vers l’exportation est devenue tout particulièrement évidente à partir des années soixante-dix, alors que, pour l’industrie textile proprement dite, les capitaux investis ont eu tendance à devenir exceptionnellement élevés, par poste d’emploi. A cet égard, on ne peut pas prétendre que le développement de l’industrie textile, en tant que telle, dans les années soixante-dix et quatre-vingt, ait reflété clairement le principe des avantages comparatifs ; en revanche, une situation exactement opposée apparaît dans le secteur de l’habillement, où les coûts en main-d’oeuvre dominent, et cela pour plusieurs années encore.

4En d’autres termes, la substitution aux importations liée à une croissance des exportations explique, dans une très large mesure, la signature, au sein du GATT, d’un Accord Multifibre en 1973 et, depuis lors, constamment reconduit.

5Trois Etats asiatiques apparaissent, pour le Japon, comme des concurrents extrêmement sévères, à savoir Taïwan, la Corée du Sud et Hong Kong, auxquels se sont joints progressivement les pays de l’ANASE (Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Philippines, Singapour et Brunei).

6Il est essentiel de souligner d’emblée que la plupart des pays intéressés sont très fortement protégés. Une étude du GATT de 1984 est significative à cet égard ; non seulement les tarifs douaniers varient de trente à plus de cent pour cent, mais encore les Etats recourant à de telles protections les accompagnent de restrictions quantitatives qui vont du contingentement à l’interdiction pure et simple d’importation.

Tableau 1 - Exemples de tarifs douaniers (en pourcentages)

Tableau 1 - Exemples de tarifs douaniers (en pourcentages)

Source : GATT, « Textile & clothing in the world economy ».
a Il est intéressant de noter qu’une protection de 30 % correspond à un montant variant de 80 à 110 % de la valeur ajoutée en filature !

7Quatre exceptions manifestes dans l’étude du GATT méritent d’être signalées : il s’agit de Hong Kong, Macao, Singapour et de la Malaisie qui, dans le contexte international contemporain, ne peuvent être que libre-échangistes, pour des raisons qu’il vaut la peine d’examiner. En effet, il peut paraître curieux que des Etats de situation économique apparemment identique se protègent fortement et suscitent des stratégies à la « japonaise », cependant que d’autres pays sont restés ouverts vers l’extérieur. En réalité, il ne s’agit pas d’une contradiction, mais d’une évolution directement dictée par l’étendue des marchés domestiques.

La filière textile/habillement

8La chaîne textile/habillement allant de la fibre chimique à l’article confectionné passe par une série de stades extrêmement complexes du point de vue économique ; dans les stades amont — filature et tissage — les coûts moyens sont très différents des coûts marginaux en raison de l’importance des investissements devenus, en 1987, exorbitants.

9Après la pétrochimie, le secteur de l’aluminium et celui de la pâte à papier, la filature et le tissage se trouvent parmi les industries les plus « capital intensive ». En revanche, les industries de l’habillement et une partie de la bonneterie sont encore fortement « labour intensive », ce qui signifie que leurs coûts marginaux sont voisins de leurs coûts moyens.

10Cette simple différence a pour conséquence que les pays à forte population sont enclins à mettre en place des filières de production complètes, même si, à l’intérieur des frontières nationales, elles sont dispersées, cependant que les pays à faible population doivent se concentrer, dans toute la mesure du possible, dans les secteurs dominés par les coûts variables, dès lors qu’ils ne peuvent guère soutenir une concurrence fondée sur des coûts marginaux.

11Ainsi peut-on mieux comprendre que la plupart des PNI n’acceptent pas, d’une manière générale, une concurrence internationale ouverte et fondée sur les principes de la réciprocité. Cette attitude est d’ailleurs conforme aux principes de l’Article 18 du GATT qui autorise la protection des industries « naissantes ». Dès lors, les PNI à forte population sont portés à se protéger fortement, ce qui leur permet de couvrir leurs frais fixes sur leurs marchés domestiques et à exporter à la limite du coût marginal, dans les secteurs « capital intensive » et à utiliser pleinement les avantages des coûts de main-d’oeuvre faibles dans les secteurs « labour intensive ». C’est ce que l’on peut appeler un mode de développement japonais traditionnel. De surcroît, le Kennedy Round et le Tokyo Round n’ont pas envisagé les moyens d’ajuster les tarifs prohibitifs résultant de l’application de l’Article 18 lorsque les industries dites « naissantes » dominent la concurrence mondiale dans certains secteurs.

12Au cours des négociations de l’Uruguay Round, ce problème risque de devenir un point d’achoppement et de confusion, et qui sera âprement discuté.

13Pour des pays comme Hong Kong ou Singapour, une telle politique est impossible à suivre, car elle ferait reposer sur une faible population des coûts fixes par trop élevés. Il s’ensuit que les structures industrielles de Hong Kong se sont fortement modifiées au cours des vingt dernières années. Lorsque ce pays était l’un des premiers exportateurs vers l’Europe et ne subissait guère de concurrence de la part de ses voisins, il était capable de vendre aussi bien des filés et des tissus que des articles finis, sur la base d’avantages d’autant plus absolus que l’industrie du Royaume-Uni, son principal client à l’époque, était alors en pleine déconfiture.

  • 1 En 1987, Hong Kong a été le premier importateur de tissus de fibre polyester en provenance de Corée (...)

14Aujourd’hui, devant le protectionnisme et les politiques de discrimination de prix de ses voisins, Hong Kong est devenu tout à la fois une zone importatrice de textiles de base, filés et tissus écrus, et d’exportation d’articles plus élaborés en aval, notamment des articles d’habillement. Ainsi donc, ne pouvant lui-même pratiquer un dumping au financement trop onéreux, Hong Kong s’est mis à exploiter intelligemment celui de ses voisins, y compris la RP de Chine pour laquelle il est devenu depuis 1983/84 un véritable sas. Ces observations sont reflétées par les statistiques d’exportations des divers pays asiatiques. En effet, Hong Kong exporte aujourd’hui vers l’Europe vingt pour cent de textiles et quatre-vingts pour cent d’habillement, et encore, à l’intérieur de la section « textiles », il s’agit bien souvent de tissus finis, importés préalablement sous forme d’écrus de pays voisins1, alors que, à Taïwan ou en RP de Chine, les exportations vers l’Europe sont constituées à raison de 65 et 70 % par du textile de base et 35 et 30 % d’habillement.

15L’Accord Multifibre de 1974 — encore en vigueur jusqu’en 1992 — prend une couleur assez étonnante à la lumière des faits qui viennent d’être évoqués. Cet Accord est destiné, en dernière analyse, à contrôler des exportations de pays dominant le commerce mondial et qui sont pour la plupart totalement protégés sur leurs marchés domestiques, tout en évitant le désordre sur les marchés importateurs, eux-mêmes relativement faiblement protégés du point de vue tarifaire.

16Ce paradoxe et, du même coup, l’AMF ne pourront être abolis que lorsque les pays exportateurs dominant le marché mondial accepteront eux-mêmes le principe de la concurrence ouverte sur leurs propres marchés domestiques. Aussi longtemps que la situation actuelle prévaudra, la tendance à la discrimination de prix pour les pays protégés persistera, sans que l’on puisse y remédier par l’intermédiaire des Articles 6, voire 16, du GATT ; en effet, des procédures anti-dumping dans les secteurs du textile, et encore plus de l’habillement, le cas échéant, sont pratiquement impossibles à conduire. Pour respecter les droits des parties en cause, et surtout ceux des exportateurs, il faudrait des années d’enquêtes pour traiter individuellement, ainsi que l’exigent les principes du GATT, la situation de centaines de producteurs et de compagnies de commerce, afin de déterminer des taux anti-dumping correspondant à la situation de chaque intéressé.

17En outre, l’exploitation du dumping par des tiers — dumping de seconde génération — (cas de Hong Kong ou de Singapour) n’est actuellement pas couverte par les Règles du GATT et elle soulève en soi une montagne de difficultés. Aussi, l’Accord Multifibre doit-il être considéré tout à la fois comme un substitut à des Règles du GATT qu’il est impossible d’appliquer dans la pratique, d’une part, et, d’autre part, il faut également le souligner, comme le reflet des tendances protectionnistes dans les pays importateurs.

18Conclusion importante : en l’absence de quelques grands exportateurs asiatiques ayant suivi le modèle japonais de développement orienté sur l’exportation, l’AMF n’existerait vraisemblablement pas. Mais, nouveau paradoxe, les grands exportateurs actuels vers l’Europe ou vers les Etats-Unis ont un relatif intérêt au maintien de l’Accord qui leur octroie des parts de marchés substantielles à l’encontre, par exemple, des nouveaux venus africains ou latino-américains.

19En effet, en 1986, par exemple, la Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong et la RP de Chine (qu’il y a lieu d’intégrer dans les exportations de la zone asiatique textile, dans la mesure où, de plus en plus, ce pays vit en symbiose avec ses voisins, notamment Hong Kong et, indirectement Taïwan) représentaient près de 50 % des importations européennes soumises à accords. Si l’on ajoute à ces exportations celles des pays de l’ANASE, les importations soumises à accords en provenance de cette zone en Europe s’élèvent à près de 60 % ; seule, dans le reste du monde, la Turquie, dont la situation géographique est particulière, présente une structure comparable à celle de ces grands exportateurs, avec les mêmes systèmes de protection et de subventionnement.

20Il s’ensuit que la politique extrêmement agressive des gouvernements de Corée et de Taïwan, fondée sur la protection nationale, les incitations financières à l’achat d’équipements et les stimulations à l’exportation, a pour conséquence une tendance à la surproduction mondiale. Ce mouvement est d’autant plus fort que les systèmes fiscaux, par exemple à Taiwan, incitent les entreprises à réinvestir tout profit qui est alors non taxé, cependant que les profits distribués sont soumis à impôt. Dès lors, dans la mesure où la demande mondiale, notamment dans les grandes zones d’importation des pays développés, est relativement stagnante, la surproduction dans le textile apparaît comme une conséquence des politiques décrites ci-dessus et non pas tant comme la manifestation d’avantages comparatifs ou absolus.

21Il est vraisemblable que, si les Autorités du GATT avaient été plus sévères dans le contrôle de l’application de l’Article 18 sus-mentionné autorisant un certain protectionnisme d’industries naissantes, un meilleur équilibre existerait aujourd’hui, notamment en faveur d’autres PVD. En 1986, par exemple, Taïwan, ayant une population de moins de vingt millions d’habitants, disposait d’une capacité, dans le secteur des fils et fibres polyester, inférieure certes à celle des Etats-Unis, mais supérieure à celle de l’ensemble de l’Europe occidentale. L’équilibre dans ce secteur particulier dépendra, à l’avenir, de l’attitude des Autorités de la RP de Chine quant à la création de capacités de ces types de produits.

22Le Japon, qui a une population cinq fois supérieure à celle de Taiwan, possède aujourd’hui une capacité inférieure à celle de Taïwan, voire de la Corée, pour de nombreux articles textiles. On comprend, une fois encore, l’attitude de Hong Kong qui a consisté à abandonner les secteurs lourds en faveur de l’habillement, enserré qu’est cet Etat par les politiques extrêmement volontaristes de ses voisins. C’est aussi, il y a lieu de le souligner, un fait particulier que les Autorités de Hong Kong ne pratiquent pas des politiques de promotion industrielle (subventionnement) qui caractérisent celles de ses voisins.

23On peut prétendre sans se tromper que Hong Kong présente un modèle type libre-échangiste. Mais il crée aux pays importateurs des problèmes résultant de l’exploitation qu’il fait du dumping de deuxième génération. Hong Kong est donc devenu aussi un centre de commerce utilisé par les autres pays asiatiques pour se créer un chemin vers d’autres marchés d’exportation, notamment dans la mesure où, dans ce pays, la vente de contingents AMF n’est pas illégale alors que ce trafic l’est dans la plupart des autres pays.

L’industrie textile dans les pays d’Extrême-Orient

Corée du Sud

  • 2 World Bank Country Study : Korea Development in a Global Context, 1984.

24Depuis les années cinquante, les Autorités de Corée ont défini des plans quinquennaux, essentiellement orientés vers l’exportation en faisant du textile l’un des moteurs du développement économique2.

25La Banque Mondiale souligne, dans l’article mentionné, la similitude de l’attitude des Autorités gouvernementales coréennes et japonaises. La source principale du capital pour l’industrie textile coréenne a été l’allocation de crédits préférentiels par les banques dans lesquelles le gouvernement a des intérêts importants et à des taux inférieurs à ceux du marché. Jusqu’au début des années quatre-vingt, le gouvernement coréen contrôlait pratiquement quatre des cinq grandes banques commerciales et, indirectement, la cinquième, ce qui lui a permis de mettre en place une stratégie volontariste dans le secteur textile. Par exemple, par une loi votée en mars 1980, les Autorités ont mis à la disposition de l’industrie 170 millions de dollars pour financer les équipements industriels, à la condition que ces industries exportent au moins 7 milliards de dollars dès 1982 et s’engagent à accroître leurs capacités en fibres chimiques.

  • 3 Korea Chemical Fibers Association, September 1987.
  • 4 Déclaration du Ministre du Commerce et de l’Industrie Sok-Chun, mars 1981.

26Le résultat de cette stratégie est que, en 1987, malgré les succès obtenus dans d’autres secteurs comme l’automobile, les chantiers navals, l’électronique, etc., le textile concourt pour plus de vingt-cinq pour cent aux exportations totales de la Corée3. En 1987, on peut estimer qu’il s’agit de 10 milliards de dollars/an, ce qui est exactement l’objectif que se sont fixées les Autorités coréennes en 19814.

27En 1982, les exportations textiles représentaient près de trente pour cent des exportations totales de la Corée et la valeur ajoutée dans ce secteur était égale à seize pour cent de l’ensemble de la valeur ajoutée des industries manufacturières.

28Le prix de ce produit se décompose grosso modo comme suit en Europe :

  • 40/43 % de matières premières dont les prix sont mondiaux et largement le fait d’entreprises américaines ou européennes ;

  • la valeur du tissage est égale à 16/17 % ;

  • l’ennoblissement du tissu s’élève à 20/23 % ;

  • le solde représente les frais commerciaux et le profit.

29Les prix moyens pratiqués sur le marché européen par les Coréens (transport, commission de vente et droits de douane compris) représentent 67/70 % de l’équivalent des prix pratiqués par les producteurs européens. En réalité, les cotations coréennes ne couvrent guère que la matière première et le tissage ainsi qu’une partie du coût du transport, mais tout l’ennoblissement du tissu, les frais commerciaux et le profit disparaissent de ce compte. Une fois encore, la discrimination de prix permet d’atteindre un objectif précis ; la Banque Mondiale, dans un « Staff paper », précise à cet égard que :

30« The exporters have essentially unlimited access to bank credit at subsidized rates, while non-exporters face higher rates and quantity constraints ».

31Cette méthode est assez typique des industriels coréens qui, de surcroît, commercialisent leurs produits par l’intermédiaire de maisons de commerce extrêmement puissantes, dont les méthodes de dumping ont été critiquées par un universitaire coréen qui écrit :

  • 5 Professor Cho Dong-Sung, Seoul National University, in Business Korea, novembre 1983.

32« monopolistic and oligopolistic enterprises... tend to go by a dual standard, pricing their products high in the home market while dumping them in export markets »5.

Taïwan

33Comme celles de Corée, les Autorités de Taïwan ont accordé une priorité au développement du textile dès le début des années cinquante. Cependant, jusqu’en 1970, ce pays a été confronté à des problèmes de gestion et de qualité qu’il a, depuis lors, largement surmontés en devenant notamment l’un des plus grands producteurs mondiaux de fibres chimiques. Aussi, après avoir passé par une phase de développement fondé sur de petites et moyennes entreprises, une période de transition et d’ajustement est apparue dans les années quatre-vingt, débouchant sur une relative concentration des moyens de production. Il est étonnant de noter que, en 1980 encore, pour trois millions et demi de broches dans le secteur cotonnier, 108 entreprises opéraient avec une moyenne d’un peu plus de trente mille broches chacune. Pour améliorer cette déficience structurelle, le gouvernement a pris une série de mesures visant à encourager les concentrations, politique qui a encore aujourd’hui quelque peine à s’implanter dans les milieux industriels, surtout dans les secteurs de la bonneterie et du tissage.

  • 6 Taïwan ne peut devenir membre du GATT, quoique les pays européens et les Etats-Unis traitent généra (...)

34Longtemps, les produits de Taïwan ont été considérés comme étant de seconde qualité et, par conséquent, ont été offerts à des prix extrêmement faibles qui n’entraient pas en réalité en concurrence, par exemple, avec les excellents produits japonais. Ce n’est que depuis 1982/83 que, à la suite d’efforts extrêmement sérieux, Taïwan s’est affirmé progressivement comme un concurrent sévère dans les articles de qualité6.

  • 7 A ce jour, les industriels de Taïwan songent à installer des filatures aux Etats-Unis. La différenc (...)

35L’investissement est favorisé, d’une manière générale, à Taïwan, par une distribution très inégale du revenu national : l’épargne représente environ 35 % du Produit Intérieur Brut, contre 3 % aux Etats-Unis. Il se pourrait que ce pays se trouve progressivement confronté à des problèmes sérieux dans les années à venir, dans la mesure où un surplus annuel de balance courante de l’ordre de vingt milliards de dollars, résultant pour une large partie de ses exportations de textile, devra, d’une manière ou d’une autre, subir des ajustements. Ceux-ci prendront tout à la fois la forme d’une augmentation des importations d’autres articles, mais peut-être aussi, par le biais d’une réévaluation de la monnaie locale, d’une réduction des exportations, et notamment de textile7. Taïwan est l’exemple même de développement hydrocéphale qui ne pourra, à notre sens, trouver un équilibre à long terme que par une intégration formelle et totale avec le marché de la RP de Chine, hypothèse que l’on ne doit pas rejeter malgré les apparences politiques peu favorables.

36En particulier, les petites et moyennes entreprises du secteur textile de qualité inférieure pourraient souffrir fortment d’ajustements monétaires, les entreprises s’étant concentrées étant en revanche capables de contenir la concurrence de leurs puissants voisins.

  • 8 Des concessions ont été récemment faites par les Autorités de Taïwan à cet égard, sous la pression (...)
  • 9 Japan Textile News, août et septembre 1984.

37Il est aussi certain que le marché domestique, fortement protégé8, est également dominé par des cartels locaux9. Les politiques unifiées d’exportation en matière de prix sont conduites avec l’approbation gouvernementale. Dans le « Free China Weekly » (décembre 1976), on pouvait lire que :

38« The government has appropriated one billion Taiwanese Dollar to meet the demand of the manmade fibres industry and help the industry reach an agreement on selling prices with a 1 % readjustment every 3 months ».

  • 10 La Thaïlande et les Philippines se plaignent depuis plusieurs années des pratiques de dumping de Ta (...)

39Une fois encore, le modèle de Taïwan comme celui de Corée est fondé sur le modèle japonais d’une industrie nationalement protégée, soutenue par les Autorités et orientée fortement vers l’exportation dans des conditions identiques à celles prévalant en Corée10.

La République Populaire de Chine

  • 11 Zhongguo Shehuizhuyi Wujia Xue, 1982.

40Dans la mesure où la RP de Chine dispose d’une main-d’oeuvre à très bon marché, elle est fréquemment citée comme un pays ayant des avantages comparatifs dans les secteurs du textile et de l’habillement. Cependant, jusqu’en 1978/1980, ce pays a éprouvé des difficultés sérieuses à exporter avec profit à partir de ce secteur, dans la mesure où les faibles coûts de main-d’oeuvre ont été largement compensés par des frais énergétiques élevés, l’inefficacité de la planification centralisée, l’utilisation de technologies dépassées et, bien souvent, un manque de pièces détachées. Cette situation a été largement commentée par le Ministère de l’Industrie textile qui a fait établir un rapport à ce sujet en 1983. Il a été reconnu à cette occasion par les Autorités chinoises que les exportations textiles, quoique représentant la principale source de devises étrangères du pays, étaient réalisées à perte11. Aussi, dans les années quatre-vingt, les Autorités chinoises ont-elles sagement procédé à une décentralisation en matière industrielle et, notamment, dans le secteur textile, ce qui s’est sans doute traduit par une plus grande efficacité, notamment en ce qui concerne les exportations.

41Les programmes destinés à stimuler les exportations impliquent en principe la monopolisation des recettes de change et l’allocation des devises obtenues à travers les exportations aux entreprises les plus dynamiques, ainsi que cela se pratique largement dans les pays à commerce d’Etat. Comme dans de nombreux autres pays à commerce d’Etat ayant des difficultés de balance de paiement — la Yougoslavie en particulier — les entreprises chinoises sont autorisées aujourd’hui à détenir une partie des montants de devises acquises par leurs exportations pour financer leurs importations de biens d’équipement. Cette nouveauté constitue, pour les entreprises chinoises, une incitation à l’exportation.

42La pratique d’un système de taux de changes multiples semble également être appliquée en Chine ; elle vise à favoriser l’exportation et à limiter les importations. La décote moyenne entre taux d’exportation et d’importation serait de l’ordre de trente-cinq pour cent.

43Dans la mesure où le textile est l’une des premières industries figurant dans le plan de développement des Autorités, il est également devenu le premier secteur exportateur de ce pays puisque, à lui seul, il compte pour un tiers dans les exportations totales de la RP de Chine dans les années quatre-vingt ; le textile est donc un facteur essentiel de l’industrialisation de la RP de Chine. On estimait qu’en 1981, 16,5 pour cent du Produit Brut de la RP de Chine étaient du textile, contre 12 en 1978, au point que ce pays est devenu le premier producteur mondial dans ce secteur. Aussi, l’idée de devenir le premier exportateur vers la Communauté Economique Européenne est-elle en voie de se réaliser en 1987. Seule aujourd’hui la Turquie dépasse la Chine dans les exportations vers la CEE.

44L’engagement des Autorités chinoises en faveur du secteur textile a été repris dans tous les plans quinquennaux depuis les années cinquante, mais il est renforcé dans le Sixième, qui a démarré en 1982. Dans ce Sixième Plan apparaît clairement l’idée que la RP de Chine doit avoir accès aux technologies les plus évoluées pour accéder à la demande extérieure et, en particulier, que le pays doit se doter d’une forte industrie de fibres chimiques qui est en train de se mettre en place avec le concours de sociétés japonaises, européennes et américaines. Afin d’éviter les erreurs résultant d’un centralisme inefficace, depuis 1984, le Ministère de l’Industrie textile a favorisé la création de projets pilotes qui devront figurer la structure future de l’industrie chinoise. Sans aucun doute, les résultats de cette tendance vers la décentralisation ont déja fait sentir leurs effets, mais avec pour conséquence, vraisemblablement, des conflits d’intérêts ouverts entre la RP de Chine nouvellement arrivée sur le marché international et les anciens pays dominants, comme la Corée et Taïwan. Hong Kong, par nécessité, devra s’adapter et il le fera sans aucun doute en agissant avec intelligence, comme par le passé, en étant tout à la fois le fournisseur, le transformateur et l’intermédiaire commercial, le cas échéant, de la Chine continentale.

45La situation sera sans doute plus difficile pour Taïwan qui, comme indiqué plus haut, peut absorber, par exemple, une forte demande de fibres chimiques de la Chine, mais qui pourrait en être rejeté à l’Horizon 1990, lorsque les plans d’équipement actuellement en cours de réalisation auront été achevés.

  • 12 Zhongguo. Op. cit.

46Pour donner une idée de l’importance attaché par le Gouvernement chinois au secteur textile, on peut citer le fait qu’environ mille milliards de yuan, soit à peu près un milliard de deutschemarks ont été investis entre 1985 et 1987 dans mille projets de modernisation de l’industrie textile et de l’habillement, la plupart du temps dans des projets impliquant des technologies comparables à celles utilisées dans les pays occidentaux. Par suite des coûts élevés pour tous les facteurs de production, autres que ceux de main-d’oeuvre, le Gouvernement encourage les exportations par des réductions et exemptions de taxes, le subventionnement financier des pertes résultant de l’exportation, etc.12, mais le plus important moyen restant la manipulation des taux de change, comme dans tous les pays capitalistes !...

***

Quelques remarques conclusives

47Les pays asiatiques qui ont été rapidement passés en revue ci-dessus, de même que les autres pays de l’ANASE, constituent-ils des exemples de développement économique ou un modèle ? Sans aucun doute, à divers titres et avec les réserves que l’on peut faire à rencontre d’industries qui se développent au rythme de dix à vingt pour cent l’an et qui débouchent naturellement sur des problèmes de structures, on doit conclure à des succès pour l’économie nationale des pays intéressés.

48Reste la question de savoir si ces cas plus ou moins dérivés de celui du Japon des années cinquante, voire soixante, sont multipliables ; à cet égard, la réponse est clairement : non. En effet, avec quinze Corée — pays relativement petit — il n’existerait pratiquement plus d’industries textiles et de l’habillement dans les pays industrialisés, c’est-à-dire que, à l’abri de systèmes protectionnistes et subventionnés, on assisterait au simple transfert de secteurs importants sans que les pays exportateurs aient manifesté, sur leurs marchés domestiques, leurs capacités compétitives réelles. Il va de soi que, dans de nombreux segments industriels, les pays asiatiques disposent d’avantages comparatifs ou absolus. Mais, nul n’est capable de les déterminer avec clarté, aussi longtemps que ces pays resteront fermés à la concurrence extérieure.

49En revanche, à partir du cas de Hong Kong, on peut imaginer ce qui se serait passé dans l’ensemble du monde textile si les voisins de cette zone avaient appliqué l’Article 18 du GATT dans son sens authentique à des fins de satisfaction de besoins domestiques et avec des exportations relativement limitées. En définitive, on peut conclure provisoirement que l’industrie de l’habillement se serait progressivement concentrée dans les Etats asiatiques avec des importations de filés et tissus d’origine de pays industrialisés. Une sorte de Trafic de Perfectionnement Actif pour les uns, Passif pour les autres, se serait organisé à travers une longue filière, avec une manifestation plus ou moins claire des avantages comparatifs.

50Mais, une multiplication du modèle japonais résultant du volontarisme des Etats concernés a directement conduit à l’Accord Multifibre du GATT qui est tout à la fois la résultante de déséquilibres consécutifs au protectionnisme des exportateurs dominants, d’une part, et, d’autre part, du protectionnisme des pays importateurs industrialisés qui sont contraints de conserver des segments industriels peu compétitifs pour maintenir une production en amont parfaitement concurrentielle.

51Dans ces conditions, il est faux, ainsi qu’on le fait souvent, de prétendre que l’AMF est une exception aux Règles du GATT qu’il y a lieu d’éliminer le plus rapidament possible. C’est, au contraire, grâce à ce raisonnement que l’Accord survit et ne fait que s’étendre. Avant de parler de l’élimination de l’AMF, il serait d’abord nécessaire de procéder à une réflexion approfondie sur l’évolution du secteur textile des NPI, orientée vers l’exportation, dans les conditions qui ont été évoquées ci-dessus, et, alors, on pourra peut-être imaginer comment faire évoluer l’AMF vers l’An 2000.

Notes

1 En 1987, Hong Kong a été le premier importateur de tissus de fibre polyester en provenance de Corée (Asian Textiles, Dec. 1987).

2 World Bank Country Study : Korea Development in a Global Context, 1984.

3 Korea Chemical Fibers Association, September 1987.

4 Déclaration du Ministre du Commerce et de l’Industrie Sok-Chun, mars 1981.

5 Professor Cho Dong-Sung, Seoul National University, in Business Korea, novembre 1983.

6 Taïwan ne peut devenir membre du GATT, quoique les pays européens et les Etats-Unis traitent généralement ce pays sur la base des principes de cette organisation.

7 A ce jour, les industriels de Taïwan songent à installer des filatures aux Etats-Unis. La différence de coûts entre USA et Taïwan serait, selon les industriels taïwanais, de l’ordre de 5 % !... (moins que les frais de transport Taïwan-USA). (Business Week, 11 janvier 1988).

8 Des concessions ont été récemment faites par les Autorités de Taïwan à cet égard, sous la pression des Autorités américaines.

9 Japan Textile News, août et septembre 1984.

10 La Thaïlande et les Philippines se plaignent depuis plusieurs années des pratiques de dumping de Taïwan (cf. Textile Asia and Manila Bulletin Today).

11 Zhongguo Shehuizhuyi Wujia Xue, 1982.

12 Zhongguo. Op. cit.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Exemples de tarifs douaniers (en pourcentages)
Légende Source : GATT, « Textile & clothing in the world economy ».a Il est intéressant de noter qu’une protection de 30 % correspond à un montant variant de 80 à 110 % de la valeur ajoutée en filature !
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Auteur

Professeur, Faculté des Sciences Economiques, Université de Neuchâtel.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site