Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Deuxième partie. Les nouveaux pays industrialisés d'Asie et le vieux monde industriel: analyses sectorielles

L’industrie sidérurgique en Asie du Pakistan au Japon

Pierre Judet

Texte intégral

En guise d’introduction

L’industrie sidérurgique - industrie déclinante (sunset industry) - est une industrie relativement récente en Asie

1L’utilisation du coke dans le haut fourneau date de 1709. La découverte des procédés Bessemer et Martin remonte aux années 1850-1860 : 130 ans pour l’acier, 280 ans pour le fonte du coke.

2Au Japon, c’est seulement à la fin du xixème siècle que fonctionne la première unité intégrée moderne de Yamata (1ère unité de Nippon Steel) et il faut attendre les années 1920 pour que la production sidérurgique nationale dépasse les importations.

3En Chine, la première unité moderne est créée au début du xxème siècle, mais l’essor de la sidérurgie chinoise est postérieur à l’avènement de la République Populaire.

4En Inde, Tata crée la première sidérurgie intégrée dans les années 1910, cinquante ans avant le lancement planifié des grandes unités de Durgapur, Rourkela, Bhilai et Bokaro.

5En Corée, la sidérurgie faisait partie de la base lourde implantée par les Japonais, dans le cadre de leur approche conquérante vers le Mandchoukouo et la Chine. En Corée du Sud, la première phase de la grande unité intégrée de Posco a été achevée en 1973 (id. à Taïwan).

6Enfin, au Pakistan (Pipri), en Malaisie (Labuan et Trengannu), en Indonésie (Krakatau), les premiers mouvements importants de l’industrie sidérurgique se font jour au cours des années 1960 et 1970.

Dans un contexte mondial de stagnation (747 millions de tonnes en 1979, 710 en 1984, 714 en 1987...) l’industrie sidérurgique manifeste en Asie un dynamisme remarquable

7La sidérurgie japonaise s’est affirmée au cours des 20 dernières années comme le leader de la sidérurgie mondiale :

  • leader mondial en matière de technologie : les sidérurgistes japonais sont appelés en assistance technique des USA à l’URSS, en Italie en France et en Allemagne, en Chine, en Algérie et au Brésil ;

  • le Japon est le premier exportateur mondial d’acier (35 millions de tonnes) vers les USA, l’Asie (Chine), le Moyen Orient mais peu vers l’Europe ;

  • leader mondial jusqu’en 1985 pour la productivité et, jusqu’en 1986, pour la profitabilité, la sidérurgie japonaise joue un rôle dominant dans la fixation des prix de l’acier et du minerai de fer ;

  • leader mondial pour les exportations indirectes de bateaux (50 % de la production mondiale) et d’automobiles (6 millions d’automobiles exportées sur 12 millions dont 2.2 millions aux Etats-Unis).

8Au palmarès de la sidérurgie mondiale, la Chine a pris la 4ème place devant l’Allemagne. La production sidérurgique (52.0 millions de tonnes en 1986) y progresse depuis le début de la décennie au rythme annuel de 7 %, tandis que les importations ont dépassé 19.0 millions de tonnes en 1985, c’est-à-dire davantage que la production française.

9Les capacités de production de la sidérurgie coréenne auront été multipliées par 10 en moins de 20 ans (1970-1988)... La sidérurgie coréenne est devenue exportatrice nette depuis 1979 mais elle est d’abord centrée sur l’approvisionnement du marché national où la consommation par tête est passée de 20 à 250 kg. La sidérurgie coréenne exporte vers le Etats-Unis, le Japon, l’ANASE et le Moyen Orient mais très peu vers l’Europe.

10La sidérurgie coréenne dégage de substantiels profits, en jouant sur les salaires (1/6 du Japon) mais aussi sur des coûts en capital très bas : 400 à 700 US$ par tonne installée, au lieu de plus de 2 000 au Brésil, 3 000 en Algérie, 6 000 au Nigéria.

11La productivité coréenne semble être la plus élevée du monde avec 720 tonnes par an et par travailleur au lieu de 550 au Japon, 250 à 300 en France et aux Etats-Unis, 100 au Brésil, 50 en Algérie et moins de 30 en Inde.

12La Corée est actuellement un des seuls pays, à l’exception de la Chine, où l’on construit à une allure record une unité sidérurgique entièrement nouvelle sur site vierge.

L’impact de la hausse du yen est un facteur déterminant de l’évolution actuelle de l’activité sidérurgique au Japon et en Corée

Un impact négatif sur la sidérurgie japonaise

13Le point mort de la sidérurgie japonaise se situait à 180-190 yens pour 1 US ; à 240 yens c’était très bien ; à 140 yens, rien ne va plus. Les pertes pour l’exercice 1986-1987 s’élèvent à 300 milliards de yens, c’est-à-dire environ 2.0 milliards de dollars.

14Il en résulte :

  • une baisse des exportations : baisse encore modérée, car les augmentations de prix ne sont pas intégralement répercutées sur les clients ;

  • une hausse des importations (+ 35 %) mais qui partent d’un niveau très bas, 3 à 4 % de la consommation apparente au lieu de plus de 20 % aux USA et de 40 % en France.

15La chute de compétitivité (d’environ 30 %) risque de faire perdre à la sidérurgie japonaise sa position dominante, directement (prix de l’acier et du minerai de fer) et indirectement (bateaux, automobiles).

16En conséquence, la sidérurgie japonaise s’est engagée dans une restructuration brutale. Les cinq grands « dégraissent » : 40 000 personnes d’ici 1988 (dont 19 000 sur 65 000 chez Nippon Steel) et accélèrent leur diversification interne (produits de qualité) et externe (céramique, électronique, fibres optiques...).

17Ainsi, la sidérurgie japonaise est-elle plus fortement touchée par la hausse du yen que par l’augmentation du prix de l’énergie. Il faut toutefois être attentif à ses capacités de rebondissement : les sidérurgistes japonais se proposent en effet de porter la production par travailleur et par an de 550 à plus de 800 tonnes. Ils estiment également que très prochainement une dizaine de leurs meilleures usines seront capables de rivaliser avec Posco en Corée.

Un impact positif dans la sidérurgie coréenne

18L’impact de la hausse du yen est au contraire très positif pour la sidérurgie coréenne. Cela se traduit par l’accélération de la construction de nouvelles capacités de production.

19La deuxième phase de l’unité de Kwang-Yang sera achevée en 1988 avec 11 mois d’avance. La production d’aciers fins (acier inoxydable), entrant en particulier dans la construction automobile, sera systématiquement élargie.

20Cet accroissement de la production est moins lié au développement des exportations directes qu’à l’expansion de la demande intérieure.

Tableau 1 - Taux de croissance des débouchés (1er trimestre 1987/1er trimestre 1986)

Tableau 1 - Taux de croissance des débouchés (1er trimestre 1987/1er trimestre 1986)

21La sidérurgie coréenne tient ses marchés à l’exportation : Etats-Unis, Asie (surtout Chine) et Japon, mais elle procède prudemment. L’expansion de la sidérurgie coréenne est tirée à la fois par la construction (Jeux Olympiques), par la construction navale où la Corée avec 30 % des commandes mondiales se prépare à dépasser le Japon, et par l’industrie automobile, dont les capacités de production devraient passer incessamment à 1 000 000 voitures (dont 60 à 70 % exportées).

22La Corée est en train de devenir un des grands de la sidérurgie asiatique. En 1986, la Corée a pratiquement rattrapé la Grande-Bretagne en attendant de dépasser la France, le Brésil et l’Italie.

On attendait la sidérurgie indienne et c’est la sidérurgie chinoise qui s’affirme et se détache

Les difficultés de la sidérurgie indienne

23En Inde, Tisco (Tata Iron & Steel Cy) le précurseur, a accumulé une expérience de plus de 70 ans. La sidérurgie a bénéficié de la haute priorité des plans quinquennaux mis en oeuvre par l’Inde indépendante, à partir des années 1950. Tisco puis Isco étaient des sociétés privées ; les unités sidérurgiques intégrées ont été confiées à une société d’Etat (SAIL) qui les a réalisées avec la contribution des financements et de l’assistance technique étrangère :

24Rourkela avec l’Allemagne,

25Durgapur avec la Grande-Bretagne,

26Bhilai puis Bokaro avec l’Union Soviétique.

27La réalisation de ces unités et, plus encore, des extensions, a été très lente ainsi que leur montée en production. L’achèvement d’une nouvelle unité à Vizakapatnam est sans cesse retardée, si bien qu’en 1986 la production sidérurgique indienne qui s’est élevée à 11 900 000 tonnes a été insuffisante pour satisfaire la demande nationale. En conséquence, les importations ont progressé de 1 700 000 tonnes en 1983 à 2 150 000 tonnes en 1985.

28La sidérurgie indienne doit faire face moins à des difficultés de financement qu’à des difficultés de décision et d’organisation ainsi qu’à des problèmes de maîtrise des systèmes de transport (ports, chemin de fer) ou d’énergie (pénuries d’électricité). La lourdeur du système indien est telle que les petites unités sidérurgiques, faute de ferraille ou de fourniture d’énergie, ne sont en mesure d’utiliser qu’une faible partie de leurs capacités de production. Production nationale et importations n’arrivent pas à satisfaire un niveau de consommation parmi les plus bas du monde (environ 15 kg par tête). Les prévisions annonçant pour l’an 2000 des capacités de production de 100 000 000 de tonnes, de 75 000 000 tonnes ou même de 50 000 000 tonnes n’ont dans ces conditions aucune consistance.

L’essor de la sidérurgie chinoise

29La sidérurgie chinoise a fait parler d’elle à l’époque du Grand Bond en Avant à partir de 1958, lorsque les petits hauts fourneaux étaient à l’ordre du jour. Un grand nombre de petits hauts fourneaux ont été fermés laissant la place, après la chute de la Bande des Quatre, aux très grands projets du type de Paoshan, près de Shanghaï : 3 puis 6 millions de tonnes. En réalité, le développement de la sidérurgie chinoise progresse dans plusieurs directions :

  • grandes unités, d’une part, du type Paoshan, où les entreprises chinoises contribuent activement à la construction de la deuxième phase, en fournissant plus de 70 % des équipements au lieu de 12 % lors de la première phase. En 1985, les 13 unités les plus importantes avaient une capacité de production de 33 millions de tonnes d’acier ;

  • unités moyennes et petites, d’autre part, représentant une capacité de 10 millions de tonnes d’acier brut ;

  • sans compter les petits laminoirs (plus de 200) et les petits unités produisant exclusivement de la fonte de fonderie.

30La Chine qui fait « feu de tout bois » en achetant des usines d’occasion aux Etats-Unis, en Suède, en Grande-Bretagne et demain, peut-être, au Japon, prévoit que la production d’acier passera à 60 millions de tonnes en 1990 et à 80 millions de tonnes en l’an 2000 : prévisions plausibles dans la mesure où cela représente une croissance annuelle moyenne de 3.25 %.

31La production sidérurgique de la Chine est déjà quatre fois plus importante que celle de l’Inde ; la Chine consomme environ 60 kg d’acier par tête et par an au lieu de moins de 20 kg en Inde.

D’autres sidérurgies asiatiques se développent

La sidérurgie taïwanaise est également une sidérurgie en plein essor

32Après l’achèvement de la troisième phase, la capacité de production de l’unité intégrée de la China Steel Corporation s’élèvera à 5.65 millions de tonnes (acier brut), à quoi s’ajoutera la capacité des aciéries électriques : environ 4.0 millions de tonnes. Le marché national est le premier client, la consommation par tête devant passer de 300 kg par an en 1986 à 550 kg en 1985. Comme en Corée, les exportations permettent d’équilibrer les importations de minerai de fer et de charbon à coke.

33Les deux autres « petits dragons » : Singapour et Hong Kong sont également présents dans la sidérurgie : environ 150 000 tonnes par an à Hong Kong et 4 à 500 000 tonnes à Singapour où la Nism exporte, en particulier vers la Chine. Singapour et Hong Kong sont d’abord de grands importateurs afin de satisfaire une demande intérieure très forte :

Tableau 2 - Consommation annuelle d’acier par tête (en kg)

Tableau 2 - Consommation annuelle d’acier par tête (en kg)

Les sidérurgies de l’ANASE cherchent leur voie

34L’Indonésie et les Philippines ont les consommations unitaires les plus faibles : environ 15 kg d’acier par tête et par an ; la consommation de la Thaïlande est un peu plus forte : 40 kg d’acier par tête et par an. C’est en Malaisie que la consommation est la plus élevée : plus de 150 kg par tête et par an.

35Dans chaque pays, les entrepreneurs, en général chinois, ont créé de nombreuses petites unités : laminoirs ou usines semi-intégrées. Ce foisonnement n’a pas encore débouché sur une évolution plus dynamique de la production.

  • 1 La société japonaise a payé des dédommagements s’élevant à 239 millions de dollars - cf. Asia Wall (...)

36En Thaïlande comme aux Philippines, les projets de grande unité intégrée ont été abandonnés au cours de ces dernières années... En Malaisie, l’unité intégrée de Trengannu connaît un échec grave. L’usine de réduction directe vient en effet d’être fermée définitivement, par suite du fonctionnement défectueux du procédé Nippon Steel1. En Indonésie, par contre, l’unité de Krakatau semble émerger d’une longue période de fonctionnement incertain. En 1986, la production a dépassé 1.0 million de tonnes et la société a fait du profit pour le première fois en vingt cinq ans d’existence. Indonésie comme Malaisie, Thaïlande et Philippines sont encore pour longtemps des débouchés pour les produits sidérurgiques japonais, coréens ou taïwanais.

***

Quelques remarques conclusives

37Plusieurs pays de la région n’ont pas été évoqués. Sur la Corée du Nord (qui aurait produit 9 millions de tonnes d’acier en 1986) ainsi que sur le Vietnam, les informations manquent. Plusieurs pays n’ont pas de sidérurgie du tout : Kampuchea, Laos, Népal, ou bien ne possèdent qu’une sidérurgie de très faible envergure : c’est le cas du Sri-Lanka, de la Birmanie et du Bangladesh. Le Pakistan a construit avec les Soviétiques une unité intégrée à Pipri mais la consommation par tête y est encore très faible : environ 12 kg par an.

38L’Etat joue un rôle direct très actif dans le développement de la sidérurgie, non seulement en Chine et en Inde mais aussi en Indonésie, en Malaisie, en Corée et à Taïwan, où les plus grandes unités relèvent de sociétés à capitaux publics : Posco en Corée et China Steel Corporation à Taïwan.

39Les sidérurgies asiatiques les plus dynamiques ont été implantées dans des pays à peu près dépourvus de minerai de fer ou de charbon à coke, qu’il s’agisse du Japon, de la Corée et de Taïwan : capacités d’organisation, dynamisme et qualification de la main-d’oeuvre sont les ressources de base qui permettent à une industrie « déclinante » telle que la sidérurgie d’être productive et de faire des profits.

40Plusieurs sidérurgies asiatiques poursuivent ou ébauchent leur redéploiement vers l’extérieur. Les grands sidérurgistes japonais ont investi depuis plusieurs années aux Etats-Unis. Posco fait de même en créant une joint-venture avec USX sur la Côte Ouest. China Steel Corporation étudie une opération du même type dans le Sud-Ouest américain. La Chine enfin a envisagé la possibilité de lancer une joint-venture avec BHP pour produire de la fonte en Australie ainsi qu’avec une société brésilienne pour produire de la fonte au Brésil. Cela ne correspond pas au mouvement annoncé en 1974-75, lorsqu’on prévoyait la sortie des grandes firmes sidérurgiques américaines et européennes vers l’Amérique Latine, l’Australie ou le Moyen-Orient. Dix ans après, ce sont les sidérurgistes asiatiques qui prennent l’initiative et qui se tournent moins vers les approvisionnements en matières premières (sauf la Chine) que vers les marchés (Etats-Unis) à fortes tendances protectionnistes.

Notes

1 La société japonaise a payé des dédommagements s’élevant à 239 millions de dollars - cf. Asia Wall Street Journal du 16 avril 1987.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Taux de croissance des débouchés (1er trimestre 1987/1er trimestre 1986)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 2 - Consommation annuelle d’acier par tête (en kg)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteur

Professeur, IREP-D, Grenoble.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site