Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Deuxième partie. Les nouveaux pays industrialisés d'Asie et le vieux monde industriel: analyses sectorielles

Les échanges de produits manufacturés entre la nouvelle Asie industrielle et l’occident

Antoine Brawand

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie vivement le GATT pour la mise à disposition de statistiques établies à l’aide des (...)

1Ce texte a pour but d’analyser les échanges de produits manufacturés entre la nouvelle Asie industrielle (de l’Est et du Sud-Est) et les pays développés à économie de marché (surtout les pays de l’Europe occidentale et les Etats-Unis). Il traite d’abord des importations occidentales, puis des exportations et des soldes des échanges. La constatation des déséquilibres des balances commerciales met en évidence la nécessité d’un recentrage des politiques de développement1.

Les importations occidentales de produits manufacturés en provenance de la nouvelle Asie industrielle

Les importations de l’ensemble des pays développés à économie de marché2

  • 2 Voir statistiques à la fin de l’article, tableau 1.

2Entre 1970 et 1986, la part de la nouvelle Asie industrielle (de l’Est et du Sud-Est) dans les importations des pays développés a évolué comme suit :

3La part des importations en provenance de la nouvelle Asie industrielle a connu une croissance spectaculaire, En revanche, la part des autres pays en développement a reculé (en ce qui concerne l’ensemble des produits) ou a augmenté moins rapidement (produits manufacturés).

4Par conséquent, la nouvelle Asie industrielle fournit une part croissante des livraisons en provenance du Sud :

5En 1970, la nouvelle Asie industrielle assurait plus de la moitié des livraisons de produits manufacturés en provenance du Sud. En 1986, elle en a fourni près des deux tiers.

6Les livraisons de la nouvelle Asie industrielle méritent aussi d’être comparées avec celles du Japon. Voici les contributions respectives de ces deux fournisseurs aux importations de produits manufacturés de l’ensemble des pays développés à économie de marché :

7Au cours des années 70, les importations en provenance de la nouvelle Asie industrielle ont cru plus rapidement que celles en provenance du Japon. Cette évolution s’est inversée ensuite. Depuis 1986, toutefois, l’envolée du yen favorise de nouveau les exportateurs de la nouvelle Asie industrielle.

8On sait que les pays (et les territoires) que nous avons regroupés sous l’appellation « nouvelle Asie industrielle » diffèrent beaucoup entre eux. On distingue en particulier les « nouveaux pays industrialisés » des « prétendants » (ou « candidats ») au statut fort convoité de « pays industrialisés » ! Voici les contributions respectives de ces deux groupes de pays aux importations en produits manufacturés des pays développés :

9Les quatre « nouveaux pays industrialisés » fournissent la majeure partie des livraisons. Cependant, le groupe des « prétendants » (la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie et les Philippines) qui assuraient une part négligeable des fournitures en 1970, ont connu une progression plus rapide des exportations jusqu’au début des années 80. Le ralentissement du redéploiement de certaines activités transnationales a ensuite freiné l’expansion de ces pays. Cependant, leur potentiel étant encore largement sous-utilisé, la croissance de leurs exportations d’articles manufacturés va certainement de nouveau s’accélérer. La dépréciation actuelle de leur monnaie par rapport au yen a déjà provoqué une forte hausse des investissements japonais et une poussée des exportations.

Les importations européennes et américaines3

  • 3 Idem, tableaux 2 et 3.

10Les données concernant les importations de l’ensemble des pays développés à économie de marché cachent des situations qui diffèrent beaucoup les unes des autres. Cette section se limite au cas de l’Europe occidentale (prise dans son ensemble, ce qui cache bien sûr encore d’autres différences) et à celui des Etats-Unis. D’autre part, nous considérons seulement l’année 1986.

11Voici les parts des importations de produits manufacturés en provenance des pays de la nouvelle Asie industrielle, de l’ensemble des pays en développement et du Japon :

12A première vue, la différence de structures entre les importations américaines et européennes paraît considérable. Pour l’Europe, la part de la nouvelle Asie industrielle semble négligeable et celle de l’ensemble des pays en développement, de même que celle du Japon, paraît faible. Cependant, on peut aussi, compte-tenu de la très forte interpénétration des économies européennes (qui effectuent entre elles les trois quarts de leurs échanges extérieurs) considérer seulement les échanges extra-européens. Avec ce mode de calcul, la différence entre les USA et l’Europe diminue beaucoup. Cette seconde présentation n’est toutefois pas non plus à l’abri de critiques car les politiques économiques des Etats européens sont seulement partiellement harmonisées.

13Une analyse approfondie comprendrait l’étude des évolutions sectorielles. A titre d’exemple, voici la part des pays en développement dans les importations de quelques catégories de produits manufacturés particulièrement exposées à leur concurrence :

Part des pays en développement dans les importations de la Communauté Européenne et des Etats-Unis

Part des pays en développement dans les importations de la Communauté Européenne et des Etats-Unis

Source : GATT, Le commerce international en 1982/83, Appendice, tabl. A17 et A20 et Le commerce international en 1985/86, Appendice, tabl. A6 et A9.

14Dans les secteurs où la part des importations en provenance des pays en développement était la plus forte en 1980, cette part a reculé. Plusieurs facteurs sont responsables de cette régression : de nouvelles mesures protectionnistes (en particulier dans le commerce des textiles et des vêtements), la croissance des exportations chinoises (concernant les mêmes produits) et japonaises (concernant notamment le matériel de télécommunications et l’électronique de loisirs). Pour l’ensemble des produits manufacturés, on constate néanmoins une progression des pays en développement. Ce phénomène apparemment contradictoire découle de la diversification de leurs exportations. Les pays en développement, en particulier ceux de la nouvelle Asie industrielle, ont progressé dans de nouveaux secteurs.

15Enfin, une approche complémentaire consiste à étudier la pénétration des marchés occidentaux par les produits fabriqués dans le Tiers-Monde. Le CNUCED a fourni des chiffres intéressants :

Parts des importations en provenance des pays en développement dans la consommation apparente 1 des pays développés à économie de marché

Parts des importations en provenance des pays en développement dans la consommation apparente 1 des pays développés à économie de marché

1 Consommation apparente = production intérieure + importations - exportations.
Source : Manuel de statistiques du commerce international et du développement, Supplément 1987. New York, Nations Unies, 1988, tableau 7.1.

  • 4 UNCTAD, Revitalizing development, growth and international trade: assessment and policy options. Re (...)

16Même si ces estimations sont inférieures à la réalité, et bien qu’elles soient largement dépassées pour certaines sous-catégories de produits, la pénétration des marchés occidentaux par les exportateurs du Tiers-Monde paraît en fin de compte encore modeste4.

Les importations suisses5

  • 5 Voir statistiques à la fin de l’article, tableau 4.

17L’analyse des statistiques du commerce extérieur de la Suisse en 1986 fait apparaître la répartition suivante des importations :

18La part des importations en provenance de la nouvelle Asie industrielle est modeste. La Suisse s’y procure principalement des biens manufacturés (849 millions de dollars en 1986 représentant 2.5 % des importations suisses). Près de moitié de ces fournitures provenaient de Hong Kong (404 millions correspondant à 1.2 % des importations suisses). Ce territoire était suivi, de loin, par Taïwan (143 millions) et la Corée du Sud (133 millions), puis par la Thaïlande (79 millions) et Singapour (46 millions).

Les exportations occidentales de produits manufacturés à destination de la nouvelle Asie industrielle et les soldes des échanges6

  • 6 Idem, tableaux 1 à 4.

19La nouvelle Asie industrielle offre des débouchés croissants à ses partenaires commerciaux. Cependant, la progression de ses achats a été moins rapide que celle de ses livraisons, particulièrement dans le cas des échanges avec les Etats-Unis.

20Pour l’ensemble des produits, les pays développés à économie de marché bénéficiaient d’un excédent commercial de 1.4 milliard de dollars en 1970 (18 % des importations). Cet excédent s’est transformé en un déficit qui a atteint 34 milliards en 1986 (28 % des importations). Quant au solde des échanges de produits manufacturés, qui représentait 113 % des importations en 1970, il s’est transformé en un déficit représentant 19 % de ces dernières en 1986. Nous allons maintenant examiner plus précisément ce qui s’est passé dans le domaine des produits manufacturés.

21Considérons d’abord quelques différences à l’intérieur de la nouvelle Asie industrielle. Les pays développés réalisent un excédent avec l’ANASE. Avec la Corée du Sud et avec Taïwan, ils jouissaient d’un excédent en 1970, mais après celui-ci s’est transformé en un déficit (qui est devenu très lourd avec Taïwan). Avec Hong Kong, ils ont toujours enregistré un déficit ; celui-ci n’est toutefois pas très élevé.

22L’Europe occidentale détient une position relativement favorable : en 1986, elle a en partie compensé ses déficits avec Taïwan, la Corée du Sud et Hong Kong par ses excédents avec l’ANASE (en ce qui concerne cette dernière, grâce à l’Indonésie et à Singapour principalement).

23La situation des Etats-Unis est très différente. Leur déficit des échanges des produits manufacturés avec les pays de la nouvelle Asie industrielle s’est rapidement creusé ces dernières années. En 1986, leur déficit a dépassé 37 milliards de dollars (qui représentaient 71 % des importations en provenance de ces pays !). Les déficits les plus grands concernaient les échanges avec Hong Kong (7.1 milliards), la Corée du Sud (9.7 milliards) et surtout Taïwan (17.4 milliards correspondant à 85 % du montant des importations). Soulignons que le déficit de 71 milliards avec le Japon représentait la même part des importations.

24En ce qui concerne la Suisse, les statistiques montrent qu’en 1986 elle a continué à faire de bonnes affaires dans la nouvelle Asie industrielle. Elle a pu y écouler 4.4 % de ses exportations de biens manufacturés alors qu’elle s’y est procuré 2.5 % des importations. Cette disparité s’explique, en partie du moins, par la position géographique de la Suisse. Située au centre de l’Europe, elle reçoit et écoule beaucoup de marchandises à travers le territoire des pays voisins. Elle préfère souvent acheter des produits déjà transformés en cours de route. Dans ces cas, les statistiques douanières ne révèlent pas l’origine effective des marchandises. Aussi les achats aux pays d’outre-mer paraissent-ils souvent inférieurs à la réalité.

25Le solde positif des échanges de biens manufacturés de la Suisse avec la nouvelle Asie industrielle est toutefois relativement important : en 1986, il a atteint 738 millions de dollars représentant 87 % des importations. La Suisse a enregistré des excédents avec tous les pays : en particulier avec Hong Kong (303 millions), Singapour (108 millions) et l’Indonésie (près de 100 millions). Cette situation diffère fortement de celle de l’Europe occidentale qui est déficitaire avec Taïwan, la Corée du Sud et Hong Kong. Elle diffère radicalement de la situation des Etats-Unis qui sont déficitaires avec tous les pays de la nouvelle Asie industrielle. La comparaison des déficits des échanges des produits manufacturés avec le Japon est significative : Etats-Unis (le déficit atteint 85 % de la valeur des importations américaines), Europe occidentale (71 %) et Suisse (39 %).

***

Quel avenir ?

26La demande américaine d’importations a beaucoup stimulé la croissance des exportations en produits manufacturés de la nouvelle Asie industrielle. Depuis 1980, les Etats-Unis ont absorbé plus de la moitié des nouvelles exportations de Taïwan, de la Corée du Sud, de Hong Kong, de Singapour et de la Malaisie.

  • 7 Idem, tableau 5.

27En 1986, Taïwan a dirigé 55 % de l’ensemble de ses exportations industrielles vers l’Amérique du Nord ; Hong Kong et la Corée du Sud y ont écoulé 46 %, la Malaisie 37 % et les Philippines 35 %. Les parts destinées aux autres pays développés (à l’Europe occidentale surtout) ont baissé simultanément. En revanche, la Thaïlande a seulement écoulé 27 % de ses exportations industrielles en Amérique du Nord. Trois pays ont accru la part de leurs exportations industrielles destinées à d’autres pays en développement (essentiellement dans le cadre de la région) : il s’agit de la Thaïlande, de la Malaisie et des Philippines7.

28Les Etats-Unis ne pourront pas maintenir leur déficit commercial au niveau record atteint en 1987 (171 milliards de dollars). Pour le réduire, ils devront augmenter leurs exportations ou/et réduire leurs importations. Si les pays qui bénéficient d’excédents structurels (comme le Japon, la RFA, mais aussi Taïwan) ne prennent pas le relais de la locomotive américaine, les pressions protectionnistes finiront par l’emporter aux USA.

  • 8 « The Asian NICs and U.S. Trade », World Financial Markets, January 1987, pp. 1-12.

29Cherchant à définir une politique qui permettrait de réduire le déficit américain sans sacrifier la croissance et sans renoncer au libéralisme économique (la quadrature du cercle !) les économistes de la Morgan Guaranty Trust Company of New York nous ont livré l’analyse suivante8 :

  • les nouveaux pays industrialisés ont réussi à augmenter massivement leurs exportations grâce aux facilités d’accès au marché américain en plein croissance ;

  • une incompatibilité toujours plus forte se manifeste entre la poursuite de politiques de développement tournées vers l’exportation et le maintien de restrictions dans les domaines financier, commercial et des échanges.

30Ils proposent par conséquent aux nouveaux pays industrialisés asiatiques :

  • de favoriser l’essor de la demande intérieure, la hausse du cours de la monnaie nationale, la libéralisation des importations, la suppression du contrôle des changes et l’abrogation des règlements qui paralysent le système bancaire ;

  • de remplacer les industries utilisant une main-d’oeuvre non qualifiée et à bas salaires par des activités qui emploient du personnel bien formé et qui génèrent plus de valeur ajoutée. Ces changements bénéficieraient simultanément aux pays moins avancés de la région (ou d’ailleurs). Ceux-ci pourraient ainsi exporter davantage et assouplir à leur tour le contrôle des importations ;

  • Taïwan et la Corée du Sud devraient partager avec les Etats-Unis la responsabilité du maintien d’un ordre commercial libéral et contribuer à raison de 15 milliards de dollars environ à la réduction du déficit commercial américain.

31Le Japon et certains pays européens (la RFA notamment) qui réalisent d’importants excédents commerciaux sont aussi invités à relancer la demande intérieure et à lever les obstacles aux importations.

32Malgré la priorité donnée aux objectifs de la politique américaine, la proposition des économistes de la Morgan Guaranty Trust Company désigne quelques éléments d’une transition qui paraissent indispensables à la réalisation d’un développement en profondeur dans les pays de la nouvelle Asie industrielle : l’expansion du marché intérieur, l’amélioration des conditions de vie des travailleurs et l’aménagement d’un processus d’industrialisation utilisant plus efficacement les ressources humaines et financières locales.

Annexes

Tableau 1 - Commerce des pays développés a économie de marché avec la nouvelle Asie industrielle (de l’est et du sud-est) en 1970, 1980 et 1986

Voir la fin du tableau (comparaisons) suivant.

Tableau 1 (fin) - Commerce des pays développés à économie de marché avec la nouvelle Asie industrielle (de l’est et du sud-est) en 1970, 1980 et 1986

Comparaisons : Commerce des pays développés à économie de marché avec :

Les définitions et les sources figurent après le tableau 5.

Tableau 2 - Commerce de l’Europe occidentale avec la nouvelle Asie industrielle (de l’est et du sud-est) en 1986

Les définitions et les sources figurent après le tableau 5.

Tableau 3 - Commerce des Etats-Unis avec la nouvelle Asie industrielle (de l’est et du sud-est) en 1986

Les définitions et les sources figurent après le tableau 5.

Tableau 4 - Commerce de la Suisse avec la nouvelle Asie industrielle (de l’est et du sud-est) en 1986

Les définitions et les sources figurent plus bas.

Tableau 5 - Destinations géographiques des exportations en produits manufacturés des pays de la nouvelle Asie industrielle (de l’est et du sud-est) en 1980 et en 1986

Définitions et sources

Sauf mention contraire, la classification générale des données correspond à celle du GATT.

Groupes de pays

Pays développés : Amérique du Nord, Europe occidentale (avec la Turquie), Japon, Australie, Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud.

Pays en développement : tous les autres pays, sauf les pays européens et asiatiques à planification centrale (dont la Chine).

Groupe de produits

Sont considérés comme produits manufacturés les marchandises classées dans les sections 5 à 8 de la classification type du commerce international (CTCI), à l’exception de la division 68. Il s’agit de produits chimiques, de demi-produits, de biens d’équipement et de biens de consommation. Les produits de l’industrie agroalimentaire, les dérivés du pétrole brut et les métaux non ferreux ne sont pas compris.

Les valeurs des marchandises sont en général des valeurs F.O.B. pour les exportations et C.A.F. pour les importations.

Sources

GATT, compilations des données commerciales des Nations Unies (Comtrade). La classification correspond à celle du rapport Le Commerce international en 1986-1987, Genève, 1987 (voir les explications données dans l’appendice I).

Notes

1 L’auteur remercie vivement le GATT pour la mise à disposition de statistiques établies à l’aide des données commerciales des Nations Unies (Comtrade). Il remercie également MM. K. Fukasaku et K.M. Finger, économistes au Service de recherches et d’analyses économiques du GATT, et M. T. Inomata, Directeur-adjoint de la Division des produits-manufacturés de la CNUCED, dont les suggestions ont été précieuses. Cependant, il garde l’entière responsabilité des imperfections de ce texte.

2 Voir statistiques à la fin de l’article, tableau 1.

3 Idem, tableaux 2 et 3.

4 UNCTAD, Revitalizing development, growth and international trade: assessment and policy options. Report by the UNCTAD Secretariate, 2.3.87, TD/328/Add. 4, chap. IV « International Trade », pp. 7-8.

5 Voir statistiques à la fin de l’article, tableau 4.

6 Idem, tableaux 1 à 4.

7 Idem, tableau 5.

8 « The Asian NICs and U.S. Trade », World Financial Markets, January 1987, pp. 1-12.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Part des pays en développement dans les importations de la Communauté Européenne et des Etats-Unis
Légende Source : GATT, Le commerce international en 1982/83, Appendice, tabl. A17 et A20 et Le commerce international en 1985/86, Appendice, tabl. A6 et A9.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Parts des importations en provenance des pays en développement dans la consommation apparente 1 des pays développés à économie de marché
Légende 1 Consommation apparente = production intérieure + importations - exportations.Source : Manuel de statistiques du commerce international et du développement, Supplément 1987. New York, Nations Unies, 1988, tableau 7.1.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4083/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 520k

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site