Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Les prétendants de l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est

L’Indonésie : un nouveau pays industrialisé d’ici l’an 2000 ?

Jean-Luc Maurer

Texte intégral

1Surtout montrée en exemple au reste du Tiers-Monde pour le succès de sa politique agricole, l’Indonésie en est encore au début de son processus d’industrialisation. Malgré sa taille et ses ressources, le grand archipel peut en effet être considéré comme un des petits derniers venus dans la course des prétendants asiatiques au titre envié de Nouveau Pays Industriel (NPI). Pour situer d’entrée de jeu succinctement sa position disons que l’Indonésie se trouve plutôt vers la queue du troisième peloton qu’elle forme avec le trio de ses partenaires de l’ANASE (Malaisie, Thaïlande et Philippines), juste derrière le duo des deux géants de la région (Chine et Inde), mais encore loin du quartette des étoiles de tête (Corée, Taïwan, Hong-Kong et Singapour).

2Cela n’empêche pas que les progrès réalisés depuis une vingtaine d’années par ce pays dans le domaine industriel soient tout à fait impressionnants. Partie de fort bas à son indépendance (1945) et lourdement handicapée jusqu’en 1965 par l’irresponsabilité durable d’un régime politique négligeant par trop l’économie, l’Indonésie a du attendre la fin des années soixante pour s’atteler sérieusement aux immenses problèmes de développement accumulés. Mettant à juste titre en priorité l’accent sur l’élimination des blocages entravant l’agriculture, la nouvelle équipe gouvernementale arrivée au pouvoir a rapidement accordé une attention croissante aux exigences de l’industrialisation. De 1973 à 1983, le pays s’est ainsi doté d’un tissu industriel fort respectable le plaçant, à quelques encablures, dans le sillage des NPI de première génération. La vigoureuse politique de modernisation agricole poursuivie depuis 1967 et la forte diversification économique qu’elle a déclenché dans les campagnes et les villes de Java ou Sumatra sont sans nul doute largement à l’origine de ce phénomène assez fulgurant. Mais il est certain que rien de tout ceci n’eut été possible sans les énormes ressources financières générées par le boom pétrolier et la hausse vertigineuse des prix du brut pendant le même laps de temps. Quoiqu’il en soit, l’économie indonésienne est ressortie profondément bouleversée de ce processus cumulatif et cela se reflète clairement dans les changements importants qui ont affecté les structures de la production, de l’emploi et des exportations entre 1965 et 1985. Bref, héritant d’un pays essentiellement agricole réputé depuis la nuit des temps comme le jardin tropical de l’Orient, le nouveau régime a réussi en quelques années à engager l’Indonésie dans la voie d’une industrialisation dont il espère bien qu’elle émergera avec un statut de NPI à part d’ici le tournant du siècle.

3Ce pari ambitieux est crucial car du succès de l’industrialisation dépend largement, dans l’immédiat et à plus ou moins long terme, la poursuite du développement économique, l’amélioration des conditions sociales et le maintien de la stabilité politique du pays. La conjoncture actuelle est telle qu’il n’y a en effet guère d’autre alternative possible. D’une part, la forte chute des prix du pétrole a tari les sources de revenu de l’Etat et a plongé l’économie nationale dans une récession meurtrière. Même si une reprise durable des cours de l’or noir s’amorçait, les ressources s’épuisent rapidement et la manne pétrolière ne durera pas éternellement. Une chose est certaine, le pétrole ne jouera plus le rôle de locomotive du développement qui a été le sien depuis quinze ans. D’autre part, les énormes progrès réalisés au niveau de la production agricole vivrière rendent toute amélioration supplémentaire dans ce domaine de plus en plus aléatoire et coûteuse. Certes, une marge de manoeuvre non négligeable reste ouverte du côté des exportations agricoles et minières traditionnelles (caoutchouc, huile de palme, café, étain, nickel, cuivre, etc.), mais leurs cours incertains et fluctuants sont peu encourageants. Or, le gouvernement doit non seulement enrayer au plus vite l’effondrement des recettes extérieures du pays, mais créer des emplois en nombre suffisant pour absorber les quelques 1.5 millions de jeunes indonésiens arrivant sur le marché du travail chaque année.

4Face à une telle situation, la principale planche de salut réside effectivement dans une industrialisation croissante menée bon train. Toutefois, les conditions requises pour réaliser ce grand oeuvre sont encore loin d’être réunies. Cela explique en grande partie le phénomène de plafonnement qui caractérise depuis trois ou quatre ans le développement industriel indonésien. Dépasser les limites actuelles et ouvrir de nouvelles perspectives au pays implique en particulier la libéralisation drastique d’une économie encore entravée par de trop nombreux et pesants obstacles institutionnels ou bureaucratiques. Certaines mesures récentes vont déjà dans ce sens, mais bien plus devra rapidement être entrepris pour donner à l’Indonésie la chance d’être un NPI en l’an 2000. Au bout du compte, tout ceci dépend essentiellement de la volonté politique du régime en place.

Le contexte économique global : de l’euphorie à la morosité

  • 1 Animé d’une volonté de rupture radicale avec le passé, c’est ainsi que s’est lui-même baptisé le ré (...)

5En 1966, l’Ordre Nouveau1 hérite d’une économie délabrée par vingt années d’incurie gestionnaire et de démagogie populiste. La croissance est quasiment nulle, la production stagne ou régresse dans tous les secteurs, l’inflation galope à plus de 600 % par an et le niveau de vie d’une immense majorité de la population va se dégradant. D’aucuns n’hésitent d’ailleurs pas à considérer l’Indonésie de Sukarno comme l’échec numéro un parmi les principaux grands pays en voie de développement. Face à cela, les quelques technocrates auxquels le général Suharto et ses collègues de l’armée confient la gestion des affaires économiques adoptent une vigoureuse politique de redressement articulée autour de mesures d’ajustement classiques comme la réforme du système monétaire, la réduction du déficit budgétaire ou la stabilisation des prix. Dès 1969, ce travail de renflouage est parachevé : l’appareil de production est reparti, l’inflation est largement jugulée et la croissance enregistre une hausse de 4 % encore inespérée un an plus tôt. L’économie indonésienne, fortement soutenue par l’aide publique internationale et stimulée par l’arrivée des investissements privés en provenance des pays industrialisés, est alors au seuil d’un boom sans précédent. Pour orienter le développement national, l’équipe au pouvoir inaugure à partir de ce moment-là une politique simple et pragmatique de planification indicative qui accorde la priorité à l’agriculture et vise à accélérer la croissance économique tout en améliorant la distribution du revenu. La période allant de 1969 à 1984 qui est couverte par les trois premiers plans quinquennaux peut indiscutablement être considérée comme celle des « quinze glorieuses » pour le pays.

  • 2 World Development Report 1983, Washington, IBRD, 1983.
  • 3 World Bank Atlas 1971, Washington, IBRD, 1971 et World Bank Atlas 1986, Washington, IBRD, 1986.

6Le bilan est en effet assez impressionnant. C’est ainsi que le taux de croissance annuel moyen du PIB a doublé du modeste niveau de 3.9 % entre 1960 et 1970 à celui déjà plus remarquable de 7.8 % entre 1970 et 19812. Cela place tout simplement l’Indonésie en bonne place au sein du groupe restreint des pays les plus performants du monde dans ce domaine particulier pour la période considérée. Par ailleurs, bien que l’archipel soit encore caractérisé par des graves problèmes de pauvreté économique et par d’assez fortes disparités sociales, le revenu annuel moyen par habitant y a pratiquement décuplé d’environ 60 dollars américains en 1969 à près de 600 en 19843. Classée par la Banque Mondiale parmi les dix pays les plus pauvres du monde à la fin des années soixante, l’Indonésie figure aujourd’hui à un rang respectable dans le peloton des pays à revenu intermédiaire. Certes, de telles performances n’auraient guère été possibles sans le rapide décuplement des prix du pétrole dont elle est le dixième producteur mondial. Toutefois, il serait faux d’attribuer le succès économique indonésien aux deux seuls chocs pétroliers de 1973/74 et 1980/81. Les difficultés croissantes dans lesquelles se sont enfoncés pendant le même laps de temps deux pays comparables comme le Mexique et le Nigéria sont bien là pour démontrer l’inanité d’une explication aussi simpliste. C’est bien plutôt au compte d’une politique de développement clairvoyante et mesurée qu’il faut mettre les résultats positifs enregistrés. Le fait d’avoir choisi de faire principalement porter l’effort de développement sur la modernisation agricole en constitue l’aspect le plus remarquable.

  • 4 Pour plus de détails sur la modernisation spectaculaire de l’agriculture indonésienne, voir Jean-Lu (...)

7Dès son arrivée au pouvoir, le régime se fixe en effet comme objectif économique primordial d’atteindre l’autosuffisance rizicole du pays. Tout est alors entrepris avec opiniâtreté pour y arriver et l’effort consenti est couronné par un succès éclatant puisque la production nationale passe de 10.2 millions de tonnes en 1965 à 26.3 mt en 1985, une hausse de près de 160 % qui transforme l’Indonésie de plus gros importateur mondial de riz en exportateur potentiel4. Une réussite aussi spectaculaire en matière de politique alimentaire est suffisamment rare dans le Tiers-Monde pour être citée en exemple. La FAO ne manque pas de le faire en invitant le président Suharto à Rome comme hôte d’honneur des cérémonies marquant le 40è anniversaire de sa fondation en novembre 1985. La politique de développement poursuivie se soldant également par une début de diversification économique prometteur et des bilans très encourageants dans nombre de secteurs ou domaines non-agricoles, une certaine euphorie est de mise jusqu’en 1984 dans les milieux gouvernementaux et administratifs. Certains parmi les plus confiants vont même jusqu’à prédire un « décollage » économique définitif de l’Indonésie au terme de son sixième plan quinquennal, en 1999, à l’aube du xxiè siècle.

8Malheureusement, dès le premier trimestre 1985, le changement de décor et d’ambiance est si profond que beaucoup parmi les plus optimistes commencent à déchanter. La baisse des prix du pétrole brut et du gaz naturel entamée an 1982 se confirme et s’intensifie. Comme ces deux produits d’exportation représentent environ 70 % des recettes extérieures du pays et permettent de financer à peu près 60 % du budget de l’Etat, le coup est très dur pour l’économie nationale. La politique de développement de l’Ordre Nouveau est remise en cause et les objectifs du quatrième plan en cours sont révisés à la baisse, certains grands projets de prestige étant abandonnés et les premières mesures d’ajustement étant introduites. Malgré cela, la récession gagne du terrain et la croissance s’écroule à 1.9 % en 1985. Le fait que tout ceci se passe sur fond de crise mondiale n’arrange évidemment pas les choses. Jusque-là fortement subventionnés à coups de pétrodollars, les produits indonésiens sont en moyenne peu compétitifs sur le marché international. Du côté de l’agriculture, fleuron du développement indonésien, des difficultés inattendues ont par exemple surgi du fait que le surplus de production rizicole s’est transformé en une montagne de plus de 3 millions de tonnes dont le stockage et la gestion sont devenus trop onéreux et dont l’écoulement s’avère parfaitement impossible sur un marché mondial saturé où les prix sont d’environ 50 % inférieurs à ceux en vigueur à l’échelle nationale. Par ailleurs, la nécessaire diversification des sources de revenus externes par le développement des exportations non-pétrolières se heurte aux cours erratiques et souvent très bas des principales matières premières du pays comme l’étain ou le caoutchouc.

  • 5 La majeure partie des données économiques fournies dans cet article sont tirées des deux incomparab (...)
  • 6 L’année fiscale débute le 1er avril en Indonésie.

9La situation est donc très préoccupante début 1986 et la plupart des analystes prévoient même que l’année se soldera au bout du compte par un taux de croissance négatif d’environ -1 % pour la première fois dans l’histoire de l’Ordre Nouveau5. On comprend donc aisément dans ces conditions que le climat soit alors des plus moroses à Jakarta. Sur le plan budgétaire, après des années de largesses, s’annonce une période de vaches maigres pour le pays. Ainsi, le budget 1987/88, tenant dûment compte des contraintes financières du moment, établit-il des coupes sombres allant de 50 à 100 % dans certaines dépenses traditionnelles de subventionnement (engrais chimiques, prix du riz, combustibles d’éclairage etc.). Combinées avec une nouvelle dévaluation de plus 30 % de la monnaie nationale en septembre 1986, ces mesures d’austérité drastiques visent à donner une bouffée d’oxygène à une économie indonésienne au bord de l’asphyxie. Et de fait, le taux de croissance enregistré en 1986 s’élève contre toute attente au chiffre inespéré de 3.2 %. Mais, alors que le redressement amorcé semble se confirmer et que l’espoir renait, la crise financière de fin 1987 remet tout en question. Ses effets ont été particulièrement catastrophiques pour un pays comme l’Indonésie, dont 90 % des exportations sont libellées en dollars alors que 40 % des emprunts contractés par le gouvernement l’ont été en yen. Il n’est donc guère surprenant de constater que le budget 1988/89 soumis au parlement en janvier dernier6 revête un caractère d’austérité encore plus marqué que celui de l’année précédente. La priorité des priorités est bien sûr d’enrayer au plus vite la baisse des recettes extérieures qui a déjà eu pour effet pervers direct fort inquiétant de voir la part de l’aide étrangère dans ces dernières augmenter de 20 à 33 % entre 1986 et 1987, le service de la dette passant pour sa part de 32 à 45 % de la valeur des exportations pendant le même laps de temps. Pour y arriver, un seul et unique moyen : diversifier et augmenter à tout prix les sources de revenus externes en développant les exportations non-pétrolières. Or, si l’Indonésie ne peut guère espérer peser à elle seule d’un poids décisif sur le cours mondial déprimé des nombreuses matières premières qu’elle produit en abondance, son gouvernement dispose en revanche de certains atouts domestiques non négligeables pour stimuler le développement de l’industrie nationale. Le tourisme mis à part, c’est effectivement bien du côté d’une industrialisation accélérée que s’ouvrent à l’heure actuelle les perspectives les plus intéressantes pour l’avenir du pays. Examinons donc de plus près la question.

L’industrie indonésienne : évolution, structures et caractéristiques

  • 7 Jan O.M. Broek, Economic Development of the Netherlands Indies, New York, Institute of Pacific Rela (...)

10La colonisation hollandaise a eu un impact très limité sur l’industrialisation indonésienne car, comme dans beaucoup d’autres région du Tiers-Monde, la métropole s’est surtout contentée d’exploiter les ressources naturelles végétales et minérales dont regorgeait son empire tropical. Un timide effort fut cependant tardivement entrepris au lendemain de la grande crise de 1929-30 pour tenter de lancer le processus. Toutefois, le premier et dernier recensement industriel de la période coloniale réalisé en 1939-40 ne dénombrait au total guère plus de 2 500 entreprises employant seulement quelque 170 000 personnes dans tout l’archipel7. Ce tissu industriel était par ailleurs largement concentré à Java, dans les branches de l’agro-alimentaire et du textile. Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, les énormes dégâts occasionnés par l’occupation japonaise (1942-45) puis la guerre de libération nationale ramenèrent pratiquement le pays à la case départ. Comme rien de vraiment très significatif ne fut ensuite réalisé pendant plus de quinze ans pour développer l’économie nationale, la structure productive indonésienne demeura pratiquement inchangée. En 1965, la radiographie du pays était ainsi à peu de chose près la même qu’en 1950, cette dernière n’ayant elle-même selon toute vraisemblance guère varié par rapport à celle de 1930 : l’agriculture représentait 2/3 du PIB et fournissait 3/4 des emplois, alors que l’industrie — toutes catégories confondues — stagnait aux alentours de 10 % sur un compte comme sur l’autre.

Tableau 1 - Evolution de la structure productive indonésienne de 1953 à 1983 (répartition en pourcentages du PIB par secteurs économiques sur base prix constants 1973)

Tableau 1 - Evolution de la structure productive indonésienne de 1953 à 1983 (répartition en pourcentages du PIB par secteurs économiques sur base prix constants 1973)

a. Produit domestique net au prix des facteurs.
b. Inclus banque, finance et locations immobilières.
c. Inclus administration publique, armée et autres services.
d. Inclus dans industrie manufacturière.
e. Ancienne rupiah (1 000 anciennes Rp = 1 nouvelle Rp à partir de 1966).
f. Voir détail PIB 1983 Tableau 3.
Source: Anne BOOTH and Peter McCAWLEY (Eds). The Indonesian economy during the Soeharto era. Kuala Lumpur, Oxford University Press, 1981 plus divers numéros du Bullettin of Indonesian Economic Studies (BIES) de Canberra ainsi que Statistik Indonesia 1984, Jakarta, Biro Pusat Statistik, 1985 et Indikator Ekonomi, Jakarta, BPS, April 1985.

Tableau 2 - Evolution de la croissance économique indonésienne de 1953 à 1983 (Taux de croissance annuelle moyens du PIB par secteurs sur base prix constants 1973)

Tableau 2 - Evolution de la croissance économique indonésienne de 1953 à 1983 (Taux de croissance annuelle moyens du PIB par secteurs sur base prix constants 1973)

a. Produit domestique net au prix des facteurs.
b. Inclus électricité-eau-gaz.
c. Inclus banque, finance et locations immobilières.
d. Inclus administration publique, armée et autres services.
Source: Anne BOOTH and Peter McCAWLEY (Eds). The Indonesian economy during the Soeharto era. Kuala Lumpur, Oxford University Press, 1981 plus divers numéros du Bullettin of Indonesian Economic Studies (BIES) de Canberra et du Statistical Yearbook of Indonesia, publié par le Bureau Central des Statistiques (BPS).

Tableau 3 - Croissance récente du PIB indonésien par secteurs et sous-secteurs (1983-1985) (En milliards de rupiah et en prix constants base 1983)

Tableau 3 - Croissance récente du PIB indonésien par secteurs et sous-secteurs (1983-1985) (En milliards de rupiah et en prix constants base 1983)

a. Données ajustées.
b. Données préliminaires.
Source: Anne BOOTH, ‘Survey of recent developments’, BIES, Vol. 22, n° 3, December 1986, p. 3.

Tableau 4 - Evolution de la structure de l’emploi par secteurs 1961 - 1971 – 1980 (En pourcentages)

Tableau 4 - Evolution de la structure de l’emploi par secteurs 1961 - 1971 – 1980 (En pourcentages)

a. Utilités = électricité-eau-gaz
b. Inclus banque, finance et locations immobilières.
c. Inclus administration publique, armée et autres services.
Source : Différentes publications issues des recensements décennaux de population de 1961, 1971 et 1980 ainsi que Wages and employment in Indonesia, Washington, IBRD, July 1983.

Tableau 5 - Evolution de la structure des exportations indonésiennes de 1972 à 1985 (En pourcentage de la valeur)

Tableau 5 - Evolution de la structure des exportations indonésiennes de 1972 à 1985 (En pourcentage de la valeur)

Source : 1972 et 1974 : Statistik Indonesia 1975, Jakarta, Biro Pusat Statistik, 1976.
1981 : Indikator Ekonomi, Jakarta, BPS, April 1985.
1985 : Indikator Ekonomi, Jakarta, BPS, April 1986.

  • 8 Torben M. Roepstorff, « Industrial development in Indonesia: performance and prospects », BIES, vol (...)
  • 9 Ibid, p. 35.

11A partir de 1965-66, le changement de cap est radical et la politique de développement résolument poursuivie depuis lors a profondément bouleversé les structures économiques du pays comme le montrent clairement les quelques tableaux qui précèdent. Aujourd’hui, l’agriculture ne fournit probablement déjà plus qu’à peine la moitié des emplois du pays alors que sa part dans le PIB est tombée en-dessous du quart. Inversement, l’industrie — toutes catégories confondues — représente désormais aux environs de 30 % du PIB et n’occupe sûrement pas loin de 15 % des Indonésiens ayant un emploi. Encore plus significatif pour notre propos est de constater que l’industrie manufacturière compte dorénavant à elle seule pour 15 % du PIB et 10 % de l’emploi. De fait, ce secteur a fait de tels progrès en l’espace de dix ans que l’Indonésie a pris place parmi les principaux producteurs de biens manufacturés au sein du groupe des pays en voie de développement. En contribuant pour 0.29 % à la valeur ajoutée manufacturière (VAM) mondiale, elle s’est ainsi classée au 7ème rang de sa catégorie en 1981, derrière le Brésil, le Mexique, l’Inde, la Corée, l’Argentine et la Turquie, mais devant des pays comme les Philippines, Hong Kong, la Thaïlande, le Pérou, le Pakistan, l’Iran ou Singapour8. Or elle était la dernière de ce groupe en 1973 avec tout juste 0.12 %. Ceci dit, la part de la VAM dans le PIB indonésien reste modeste comparée à celle qu’elle occupe dans la plupart des pays susmentionnés. De 7.6 % en 1973 elle est passée à 12.9 % en 1981, contre 33.8 % pour la Corée, 30.8 % pour Hong Kong, 27.6 % pour Singapour, 25.7 % pour les Philippines et 20.8 % pour la Thaïlande. En revanche, la croissance de ce secteur manufacturier a été tout à fait remarquable tout au long des années 1970 comme cela apparaît déjà nettement dans le Tableau 2. Exprimé en termes de VAM, ce taux de croissance annuel a plus que quadruplé, passant de 3 % entre 1960 et 1970 à 12.5 % entre 1970 et 19809.

12Cette forte accélération de la croissance industrielle s’est tout naturellement accompagnée d’une importante diversification de la structure du secteur manufacturier ainsi que d’une réorientation très marquée des biens de consommation vers les biens intermédiaires et les biens d’équipement comme le montre le Tableau 6. Il en ressort que l’on a assisté en dix ans à une très forte diminution de l’importance relative des industries traditionnelles liées à la transformation des produits agricoles et à une stagnation du textile en faveur de branches nouvelles plus intensives en capital comme la chimie, le contreplaqué, la mécanique, les machines électriques ou l’électronique.

Tableau 6 - Croissance et changements structurels de la valeur ajoutée manufacturière indonésienne de 1971 à 1980

Tableau 6 - Croissance et changements structurels de la valeur ajoutée manufacturière indonésienne de 1971 à 1980

a. Basé sur valeur rupiah en prix courants.
b. Basé sur prix constants base 1975.
Source : Statistique UNIDO. Adapté de Torben M. ROEPSTORFF. « Industrial development in Indonesia: performance and prospects », BIES, Vol. XXI, N° 1, April 1985, p. 37.

  • 10 Les principaux marchés pour les exportations de produits manufacturés indonésiens sont les autres P (...)
  • 11 Torben M. Roepstorff, op. cit., p. 44.

13La principale caractéristique du processus d’industrialisation indonésien est sa très forte orientation vers le marché domestique. De fait, les principales sources de la croissance industrielle du pays ont été l’augmentation de la demande intérieure et la substitution d’importations. Il faut se rappeler que le potentiel du marché national est énorme puisque la population indonésienne qui était de 147 millions au dernier recensement de 1980 doit, au taux de croissance annuel encore supérieur à 2 % qui est le sien, avoisiner aujourd’hui les 175 millions et franchira le cap des 215 millions au tournant du siècle. Le décuplement du revenu moyen par habitant entre 1969 et 1984 dans un pays partant de fort bas et où les ménages manquaient pratiquement de tout explique aisément le reste. Cette politique de substitution des importations a permis à l’Indonésie de considérablement réduire sa dépendance externe puisqu’elle est maintenant virtuellement autosuffisante pour nombre de biens de consommation ou intermédiaires (produits alimentaires, textiles, produits pétroliers, engrais chimiques, insecticides, etc.). En revanche, le pays continue à fortement dépendre des importations pour une bonne partie des biens intermédiaires métalliques et surtout pour presque tous ses biens d’équipement. Bien que — comme en atteste le Tableau 5 — de sérieux efforts aient été déployés depuis le début de la chute des prix du pétrole pour promouvoir les autres exportations, la part des produits manufacturés dans ces dernières reste encore relativement faible10. Comme elle est au contraire prépondérante dans les importations, cela entraîne du côté des produits manufacturés un déficit commercial important et croissant qui est passé de 3.6 à 10.1 milliards de dollars américains entre 1975 et 198211. Ce rôle limité des exportations de biens manufacturés met en valeur le caractère très autocentré de ce secteur de l’industrie indonésienne. Cela contraste en l’occurrence fortement avec les quatre NPI d’Asie, voire même la Thaïlande ou la Malaisie, dans le processus d’industrialisation desquels ce type d’exportations a joué un rôle moteur.

  • 12 Ibid, p. 43.
  • 13 Survey of small-scale industries, Jakarta, Central Bureau of Statistics, 1979.

14Du côté de l’emploi, le bilan globalement positif que reflète le Tableau 4 est également à nuancer. Alors que la valeur ajoutée dans les grandes et moyennes entreprises du secteur manufacturier a augmenté au rythme annuel moyen de 12 % pendant toute la durée des années 70, l’emploi ne s’est de son côté ainsi accru que de 7 %, passant de 487 000 en 1970 à 963 000 en 1980 et 1 067 000 en 198212. Certes, cette différence notable entre les deux taux de croissance reflète une augmentation significative de la productivité du travail. Malheureusement, jusqu’à preuve du contraire, cela montre aussi la relative incapacité du secteur manufacturier à contribuer de manière substantielle à la solution des graves problèmes d’emploi auxquels l’Indonésie est confrontée. Les quelques 580 000 emplois supplémentaires créés pendant la décennie en question dans les grandes et moyennes entreprises manufacturières du pays correspondent de fait seulement à 1/3 de la croissance annuelle moyenne de la force de travail indonésienne pendant cette période. Ceci dit, pour établir un bilan complet dans ce domaine, il faut également tenir compte de l’immense secteur diffus des petites industries et des entreprises familiales qui — bien que ne comptant pour guère plus d’un cinquième de la VAM — joue un rôle infiniment plus important en matière d’emploi. S’il faut en croire les statistiques officielles, ce secteur fournissait ainsi à lui seul plus 80 % des emplois manufacturiers en 197913 On comprend donc aisément l’accent majeur que le gouvernement met actuellement sur son développement. Cette extrême hétérogénéité de l’industrie manufacturière indonésienne ne va d’ailleurs pas sans lui poser certains problèmes. En effet, si d’un côté la création d’emplois et la lutte contre la pauvreté impliquent un soutien massif aux petites industries familiales voire informelles, les objectifs de croissance poursuivis ont de l’autre plus de chance d’être atteint si l’effort se concentre sur les grandes et moyennes entreprises du secteur moderne. De la résolution de ce dilemme classique dépendra largement l’avenir économique, social et politique du pays.

Vers la maturation industrielle : obstacles et perspectives

  • 14 Du fait que la fabrication de ce type de biens implique l’importation préalable d’équipements coûte (...)

15Tous les éléments d’analyse présentés plus haut convergent et tendent à démontrer que l’Indonésie est arrivée à un tournant décisif de son développement industriel et, par la même, de son développement tout court. L’espace de trois plans quinquennaux et sans cesser d’accorder la priorité à la modernisation agricole, le gouvernement a en effet judicieusement su tirer parti de la manne pétrolière pour faire franchir au pays un bon bout de chemin sur la voie de l’industrialisation. Pour cela, il a essentiellement eu recours à une classique stratégie de substitution des importations concentrée sur la production de biens de consommation et confortablement développée à l’abri d’imposantes barrières protectionnistes. A l’époque, le marché domestique était pratiquement inexploité, les besoins de la population immenses, les revenus des ménages à la hausse et les ressources croissantes que l’Etat tirait de la rente pétrolière semblaient illimitées : la conjoncture n’aurait guère pu être plus favorable. Entre temps, les prix du pétrole se sont tellement effondrés que le quatrième plan quinquennal (1984-89) a pour principal objectif d’arriver à ce que l’industrie remplace l’exploitation des ressources minérales comme moteur du développement national. Pour cela, il faudrait que le taux de croissance annuel moyen du secteur manufacturier soit de 9.5 %, ce qui semble bien optimiste compte tenu de la situation économique du pays. En effet, la récession sévit, l’austérité est de rigueur et le niveau de vie d’une grande majorité de la population stagne ou régresse. De plus, le marché domestique commence à être saturé pour nombre de biens de consommation essentiel. Il serait donc suicidaire de continuer à miser l’industrialisation sur la seule substitution des importations. Une stratégie autocentrée de ce type présente certes l’avantage de diminuer à terme la dépendance extérieure, mais elle est déjà plus coûteuse dès qu’il s’agit de l’appliquer à des biens intermédiaires ou d’équipement14 et elle s’avère du bout du compte nettement plus intensive en capital qu’en travail. Or, l’Indonésie n’a pas seulement besoin d’augmenter rapidement ses ressources extérieures, mais de créer des emplois en nombre suffisant pour les cohortes de jeunes qu’un secteur primaire centré sur une agriculture en pleine modernisation ne peut plus absorber. Un changement de cap s’imposait donc de toute urgence.

  • 15 Sur ces mesures récentes, voir la Far Eastern Economic Review des 5 février et 10 septembre 1987 et (...)
  • 16 A ce sujet, voir Hal Hill, « Survey of recent developments », BIES, Vol. xxiii, N° 3, December 1987 (...)
  • 17 Vu le système de démocratie fort surveillée qui caractérise le pays, le résultat de telles élection (...)

16La stratégie alternative consiste bien évident à partir des avantages comparatifs du pays et à développer la production de biens pouvant satisfaire la demande du marché international à des prix compétitifs. Elle est finalement moins coûteuse et génère plus d’emplois car elle peut facilement s’appuyer sur la petite industrie, voire même intégrer le secteur informel. L’Indonésie dispose donc dans ce domaine d’atouts non négligeables, en particulier pour certaines productions manufacturières hautement standardisées et requérant une forte intensité de main-d’oeuvre peu qualifiée. Ces avantages sont d’autant plus réels que le niveau moyen des salaires industriels indonésiens reste nettement inférieur à celui de pays voisins partenaires et concurrents comme la Malaisie, les Philippines ou la Thaïlande. Or, c’est précisément en s’inspirant du modèle inauguré avec succès par les quatre NPI asiatiques de première génération et en accordant une attention toute particulière à la promotion de leurs exportations que ces derniers ont pris une légère longueur d’avance sur l’Indonésie dans la course à l’industrialisation. Pour ce faire, ils n’ont pas hésité à jouer — certes avec des nuances mais d’une manière infiniment plus franche que Jakarta — le jeu de la compétitivité internationale et du libre échange, contribuant par la même à améliorer l’efficacité des entreprises industrielles et l’allocation des ressources dans l’économie nationale. C’est bien dans cette direction que le gouvernement indonésien doit désormais s’engager. Il a d’ailleurs commencé à le faire depuis plus de deux ans en adoptant sous la contrainte des événements, d’abord en mai 1986 puis à nouveau en décembre 1987, tout un ensemble de mesures réformistes. En gros, elle sont surtout consisté à abolir un bon nombre des monopoles d’importation ou des taxes d’entrée qui touchaient traditionnellement en priorité les produits intermédiaires de première importance pour le secteur manufacturier. On a donc assisté à l’amorce de libéralisation d’un système économique hyper-bureaucratique devenu un obstacle majeur au développement de l’industrie nationale15. Cela a déjà eu un effet très positif sur la productivité et la compétitivité, l’Indonésie émergeant lentement depuis 1987 pour la première fois de son histoire comme un exportateur substantiel de certains produits intermédiaires (contreplaqué, ciment, engrais chimiques) et même de quelques biens de consommation (vêtements, meubles, cigarettes)16. Mais tout ceci est encore bien timide et beaucoup reste à faire dans ce sens pour promouvoir plus efficacement les exportations manufacturières du pays. Le soutien populaire indéniable obtenu par le régime à l’occasion des élections législatives d’avril 1987 qui s’est traduit en mars 1988 par la nomination sans surprise du général Suharto au poste de président pour la cinquième fois consécutive l’incitera peut-être à s’engager plus résolument sur ce chemin difficile mais incontournable17.

17Ceci dit, même si la volonté politique du gouvernement se renforce dans le sens souhaité, le succès économique n’est pas acquis d’avance. En effet, si la virage plus ou moins brusque qui mène la plupart du temps dans les pays en développement de la substitution des importations à la promotion des exportations est toujours délicate négocier, il devient franchement périlleux en période de crise économique mondiale, quand les plus grandes puissances industrielles retournent à des pratiques protectionnistes d’un autre âge pour défendre des intérêts à courte vue. De plus, même si elle arrive à investir des pans entiers de production manufacturière à fort contenu de main-d’oeuvre, progressivement libérés par les NPI de première ou deuxième génération s’orientant vers des technologies plus intensives en capital et faisant appel à un niveau plus élevé de qualification professionnelle, l’Indonésie devra faire face à la formidable concurrence des deux géants asiatiques qui se trouvent dans la catégorie immédiatement supérieure à la sienne, la Chine et l’Inde. Mais tout ceci procède encore trop d’une vision privilégiant le court terme dont un régime politique responsable ne peut se satisfaire. Or, se jeter tête baissée dans une stratégie exclusive de promotion des exportations pourrait hypothéquer les chances du développement industriel du pays à plus long terme. Une sauvegarde des intérêts futurs implique certainement que le gouvernement, tout en adoptant résolument une voie plus libérale, continue à développer certaines branches industrielles clés à coups de substitution des importations, de subventions et de protections provisoires. Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, c’est plutôt dans le dosage subtil des stratégies que dans les solutions toutes faites qu’il faut chercher le salut. Finalement, quel que soit le compromis qui émerge, il faut être conscient du fait que le succès de la politique industrielle indonésienne passe nécessairement par une réforme drastique du système d’éducation et de formation professionnelle. Comme dans beaucoup d’autres pays, l’immense fossé qui sépare encore le monde de l’éducation du monde du travail reste un obstacle majeur pour un développement harmonieux. On le voit, la marge de manoeuvre permettant à l’Indonésie de devenir un NPI d’ici l’an 2000 est limitée. La porte entrouverte sur l’industrialisation peut sembler étroite, mais c’est encore la plus large qui s’offre au pays.

Notes

1 Animé d’une volonté de rupture radicale avec le passé, c’est ainsi que s’est lui-même baptisé le régime militaro-technocrate arrivé au pouvoir en 1965-67.

2 World Development Report 1983, Washington, IBRD, 1983.

3 World Bank Atlas 1971, Washington, IBRD, 1971 et World Bank Atlas 1986, Washington, IBRD, 1986.

4 Pour plus de détails sur la modernisation spectaculaire de l’agriculture indonésienne, voir Jean-Luc Maurer, « La mutation de l’agriculture indonésienne », Etudes Rurales, Nos 99-100, juillet-décembre 1985, pp. 87-113.

5 La majeure partie des données économiques fournies dans cet article sont tirées des deux incomparables sources d’information sur l’Indonésie que sont le Bulletin of Indonesian Economic Studies (BIES) de Canberra et la Far Eastern Economic Review (FEER) de Hong Kong.

6 L’année fiscale débute le 1er avril en Indonésie.

7 Jan O.M. Broek, Economic Development of the Netherlands Indies, New York, Institute of Pacific Relations, 1942, p. 82.

8 Torben M. Roepstorff, « Industrial development in Indonesia: performance and prospects », BIES, vol. xxi, n° 1, April 1985, p. 33.

9 Ibid, p. 35.

10 Les principaux marchés pour les exportations de produits manufacturés indonésiens sont les autres PVD (65.3 %) suivi par la CEE (15 %) et le Japon (8.4 %). Cependant, la part des PVD est fortement grossie par la pratique qui consiste à classer comme exportations vers Singapour un volume substantiel de biens destinés à la réexportation vers le USA et d’autres pays industrialisés.

11 Torben M. Roepstorff, op. cit., p. 44.

12 Ibid, p. 43.

13 Survey of small-scale industries, Jakarta, Central Bureau of Statistics, 1979.

14 Du fait que la fabrication de ce type de biens implique l’importation préalable d’équipements coûteux.

15 Sur ces mesures récentes, voir la Far Eastern Economic Review des 5 février et 10 septembre 1987 et des 7 janvier et 3 mars 1988. Pour plus de détails sur le contenu de ces réformes, on peut également se reporter au supplément spécial que The Economist de Londres a consacré à l’Indonésie le 15 août 1987 et à la pleine page que l’auteur du présent article a signé dans Le Monde du 16 février 1988 sur les problèmes d’industrialisation du pays.

16 A ce sujet, voir Hal Hill, « Survey of recent developments », BIES, Vol. xxiii, N° 3, December 1987, pp. 25-27.

17 Vu le système de démocratie fort surveillée qui caractérise le pays, le résultat de telles élections est évidemment à interpréter de manière très nuancée. Sur la situation politique très particulière de l’archipel, on se reportera à Jean-Luc Maurer, « Indonésie : l’Ordre Nouveau à la croisée des chemins », Politique Internationale, N° 34, printemps 1987.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Evolution de la structure productive indonésienne de 1953 à 1983 (répartition en pourcentages du PIB par secteurs économiques sur base prix constants 1973)
Légende a. Produit domestique net au prix des facteurs.b. Inclus banque, finance et locations immobilières.c. Inclus administration publique, armée et autres services.d. Inclus dans industrie manufacturière.e. Ancienne rupiah (1 000 anciennes Rp = 1 nouvelle Rp à partir de 1966).f. Voir détail PIB 1983 Tableau 3.Source: Anne BOOTH and Peter McCAWLEY (Eds). The Indonesian economy during the Soeharto era. Kuala Lumpur, Oxford University Press, 1981 plus divers numéros du Bullettin of Indonesian Economic Studies (BIES) de Canberra ainsi que Statistik Indonesia 1984, Jakarta, Biro Pusat Statistik, 1985 et Indikator Ekonomi, Jakarta, BPS, April 1985.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau 2 - Evolution de la croissance économique indonésienne de 1953 à 1983 (Taux de croissance annuelle moyens du PIB par secteurs sur base prix constants 1973)
Légende a. Produit domestique net au prix des facteurs.b. Inclus électricité-eau-gaz.c. Inclus banque, finance et locations immobilières.d. Inclus administration publique, armée et autres services.Source: Anne BOOTH and Peter McCAWLEY (Eds). The Indonesian economy during the Soeharto era. Kuala Lumpur, Oxford University Press, 1981 plus divers numéros du Bullettin of Indonesian Economic Studies (BIES) de Canberra et du Statistical Yearbook of Indonesia, publié par le Bureau Central des Statistiques (BPS).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 3 - Croissance récente du PIB indonésien par secteurs et sous-secteurs (1983-1985) (En milliards de rupiah et en prix constants base 1983)
Légende a. Données ajustées.b. Données préliminaires.Source: Anne BOOTH, ‘Survey of recent developments’, BIES, Vol. 22, n° 3, December 1986, p. 3.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4081/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Tableau 4 - Evolution de la structure de l’emploi par secteurs 1961 - 1971 – 1980 (En pourcentages)
Légende a. Utilités = électricité-eau-gazb. Inclus banque, finance et locations immobilières.c. Inclus administration publique, armée et autres services.Source : Différentes publications issues des recensements décennaux de population de 1961, 1971 et 1980 ainsi que Wages and employment in Indonesia, Washington, IBRD, July 1983.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4081/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau 5 - Evolution de la structure des exportations indonésiennes de 1972 à 1985 (En pourcentage de la valeur)
Légende Source : 1972 et 1974 : Statistik Indonesia 1975, Jakarta, Biro Pusat Statistik, 1976.1981 : Indikator Ekonomi, Jakarta, BPS, April 1985. 1985 : Indikator Ekonomi, Jakarta, BPS, April 1986.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4081/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tableau 6 - Croissance et changements structurels de la valeur ajoutée manufacturière indonésienne de 1971 à 1980
Légende a. Basé sur valeur rupiah en prix courants.b. Basé sur prix constants base 1975.Source : Statistique UNIDO. Adapté de Torben M. ROEPSTORFF. « Industrial development in Indonesia: performance and prospects », BIES, Vol. XXI, N° 1, April 1985, p. 37.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4081/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 669k

Auteur

Vice-Directeur de l’Institut Universitaire d’Etudes du Développement, Directeur du Centre de Recherche sur l’Asie Moderne, Genève.