Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Les prétendants de l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est

La Malaisie, victime du découplement ?

Jean-Raphaël Chaponniere et Dominique Jolly

Texte intégral

Une société multiraciale

1On recense 16 millions d’habitants en Malaisie, mais la population malaise (les Bumiputras ou enfants de la terre) est tout juste majoritaire dans son pays où un citoyen sur trois est d’origine chinoise et un sur dix indien. Cette structure multiraciale est un legs de la période coloniale. L’administration britannique a facilité l’immigration de coolies chinois pour la mise en valeur des mines d’étain et, plus tard, les plantations d’hévéas ont recruté des travailleurs immigrés du Sud de l’Inde.

2L’East Indian Company s’était intéressée à la Malaisie dès 1771 mais la Couronne s’est longtemps contentée de contrôler Malacca, Penang et Singapour réunis dans les « Straits Settlements ». Ce n’est qu’au dernier quart du xixe siècle, que la Grande-Bretagne s’est lancée dans une politique de domination territoriale dans le Sud-Est Asiatique. Les querelles dynastiques entre les différents sultanats malais lui ont facilité la tâche et lui ont permis de contrôler progressivement l’ensemble de la péninsule malaise.

  • 1 Brunei et Singapour ont quitté la Fédération de la Grande Malaisie.

3A l’issue de la seconde guerre mondiale et après une guerre civile de dix ans qui opposa les troupes britanniques aux révolutionnaires chinois, la Grande-Bretagne transforma la fédération en un Etat indépendant qui comprend depuis les Etats de la péninsule malaise et les sultanats de Sarawak et Sabah situés à Bornéo1. La constitution a consacré un système monarchique avec à sa tête un roi élu pour cinq ans par ses pairs, les neuf sultans ; ce souverain occupe une fonction honorifique et religieuse alors que le pouvoir politique est exercé par le Premier Ministre.

4Au cours des dix premières années d’indépendance, les Malais Bumiputras ont monnayé aux Chinois leur suprématie politique contre leur infériorité économique ; en 1969, ce consensus tacite s’est brisé : les bons résultats électoraux des partis non-bumiputras ont provoqué des émeutes raciales. Le gouvernement a élaboré une Nouvelle Politique Economique (la NEP) qui a comme objectif de restructurer la société malaise ; ce programme prévoit pour 1990 une répartition du capital national réservant 30 % aux Bumiputras, 30 % aux étrangers et 40 % aux autres Malais (Chinois, Indiens) au lieu de respectivement 3 %, 65 % et 32 %. La NEP a représenté jusqu’à récemment le cadre de la politique économique malaise.

5En dépit de ces rivalités ethniques, la Malaisie a fait preuve d’une très grande stabilité politique. Quatre premiers ministres se sont succédés en trente ans et le gouvernement est dominé par la même coalition tripartite. L’opposition est composée de partis représentant chacune des ethnies et pratiquant une certaine surenchère par rapport à la coalition au pouvoir.

6Ce pays riche en matières premières (pétrole, gaz, étain, huile de palme, caoutchouc, cacao) possède une économie de plus en plus diversifiée et s’est industrialisé rapidement à partir de 1970. Depuis le début des années 80, la Malaisie s’est fixée des objectifs ambitieux : elle envisage de devenir un « Nouveau Pays Industriel » et cherche en Extrême-Orient ses modèles. La baisse généralisée des cours des matières premières a ralenti son expansion et conduit à des remises en cause.

Tableau 1 - La Malaisie en chiffres en 1987

Tableau 1 - La Malaisie en chiffres en 1987

Source: Department of Statistics, Malaysia.

La diversification : un impératif

7La Malaisie a été l’une des plus belles réussites de l’agriculture de plantations. Les mines d’étain étaient la seule richesse de la péninsule lorsqu’à la fin du siècle dernier les Anglais y introduisirent la culture de l’hévéa. En l’espace de deux décennies, la colonie est devenue le premier producteur mondial de caoutchouc. L’administration coloniale a développé un réseau de transports lié aux mines et aux plantations mais a respecté le « pacte colonial » et n’a pas favorisé l’industrialisation de sa colonie.

8A l’indépendance, la Malaisie a hérité d’un système économique très ouvert sur l’extérieur, les exportations étaient équivalentes à la moitié du PNB et le pays importait la moitié de ses besoins en riz. L’économie était très sensible aux fluctuations des cours mondiaux : le caoutchouc et l’étain assuraient les deux tiers des exportations. Le boom provoqué par la guerre de Corée a fait quelques années durant la fortune de la colonie.

9La diversification est devenue le principal objectif de la Malaisie indépendante : un impératif économique — limiter les conséquences néfastes des fluctuations des cours — mais aussi politique : dans l’éventualité d’une récession prolongée il n’était plus envisageable de renvoyer en Chine les immigrés chinois comme cela avait été le cas pendant la période coloniale. A partir de 1969 la diversification s’est encore accélérée avec la NEP qui a suscité la promotion d’une industrie exportatrice.

Une agriculture performante

10L’accent a tout d’abord été placé sur l’agriculture. L’autosuffisance est devenue le premier objectif de la politique économique et l’agriculture a reçu le cinquième des dépenses d’investissements des trois premiers plans (1966-80). La Malaisie assure 80 % de ses besoins en riz mais l’objectif d’autosuffisance a été abandonné dans la mesure où il s’accompagnait de surcoûts.

11Dès la fin des années 60, la baisse des cours du caoutchouc a accéléré la diversification des plantations vers l’huile de palme qui a connu une expansion considérable au cours des années 70. La Malaisie est devenue le premier producteur mondial (56 % de la production) et demeure le premier producteur mondial de caoutchouc (33 %). L’essor de la production du cacao à Sabah a été rapide depuis la fin des années 70, et la Malaisie est devenue le troisième producteur dans un marché déjà saturé. La surexploitation des forêts du Sabah a permis à la Malaisie d’occuper la première place d’exportateur de bois tropicaux ; les efforts de conservation conduisent à réduire les exportations de grumes (29.5 millions de mètres cubes en 1986).

Tableau 2 - Production agricole (milliers de tonnes)

Tableau 2 - Production agricole (milliers de tonnes)

Source: Department of Statistics, Malaysia.

12Les plantations d’hévéas et de palmiers couvrent 6.4 millions de terres arables et il n’est plus envisageable d’accroître les surfaces. Les plantations ne trouvent plus aussi facilement que par le passé des ouvriers agricoles à embaucher, aussi leurs efforts portent sur l’amélioration de la productivité grâce à l’utilisation de meilleures variétés et la mécanisation de la récolte.

13L’agriculture demeure un secteur très important de l’économie malaisienne, même si sa contribution au PIB a diminué de 35 % en 1960 à 21 % en 1986. Environ quatre Malais sur dix résident en zone rurale et l’agriculture demeure leur principale source de revenus ; les petits planteurs assurent la moitié de la production de caoutchouc et la totalité du cacao, aussi sont-ils touchés de plein fouet par les fluctuations des cours.

L’industrialisation

14A l’indépendance le secteur manufacturier assurait 8 % du PIB et employait 60.000 personnes. La politique industrielle s’est tout d’abord inscrite dans la stratégie de diversification du nouvel Etat. Un statut d’industrie pionnière a offert des garanties aux futurs investisseurs et au cours des années 60, l’industrie a poursuivi une stratégie d’import-substitution. Mais, contrairement à ce qui avait cours aux Philippines ou en Indonésie, les industries n’ont pas été « sur protégées » par l’Etat, une attitude qu’explique en partie l’identité chinoise des entrepreneurs.

15Jusqu’en 1968 la production industrielle connaît une croissance rapide (18 % par an) et l’emploi augmente à un rythme annuel de 9 % par an. A la fin de cette période l’industrie nationale est à même de satisfaire la plupart des besoins intérieurs en produits courants, mais l’étroitesse du marché devient un handicap. L’industrie est peu exportatrice à l’exception de la confection qui exporte déjà 38 % de sa production.

Tableau 3 - Composition du PIB (en pourcentage)
Croissance du PIB (taux moyen annuel de croissance)

Tableau 3 - Composition du PIB (en pourcentage)Croissance du PIB (taux moyen annuel de croissance)

Source: Department of Statistics, Malaysia.

16En décidant de restructurer la société malaise, la NEP se proposait de faire davantage participer les Bumiputras aux richesses créées en Malaisie et de favoriser leur entrée dans l’industrie : ce second objectif exigeait de mettre en oeuvre une politique dynamique de l’emploi. Aussi la mise en place de la NEP suscita un large appel aux entreprises étrangères : l’Investment Incentives Act et le Federai Industriai Development Authority (FIDA qui deviendra le MIDA), créés en 1968, deviennent les deux instruments d’application de la NEP dans l’industrie. L’exemple de Taïwan et de la Corée, et celui beaucoup plus proche de Singapour, avaient en effet illustré les vertus d’une stratégie de promotion des exportations. La décision la plus spectaculaire fut la construction de zones franches destinées à accueillir les entreprises qui ne souhaitaient pas constituer des joint-ventures avec des partenaires malais (et de façon prioritaire avec des bumiputras).

17Cette inflexion de la politique industrielle malaise coïncidait avec la seconde vague de délocalisation des entreprises américaines de l’électronique qui, après avoir élu Singapour, investirent massivement en Malaisie. Ce pays est devenu en l’espace de trois ans (1972-75) le premier exportateur mondial de composants. De leur côté, les industriels de Hong-Kong et de Taïwan ont été nombreux à profiter des possibilités ouvertes en Malaisie et ont investi dans le textile (en joint venture ou sous des prête-noms) pour contourner les quotas qui freinaient leurs exportations vers les Etats-Unis et l’Europe.

18Cette ouverture a permis de créer rapidement des emplois industriels qui, multipliés par trois entre 1970 et 1980, représentent 15 % des emplois totaux en 1986. L’électronique et la confection ont été les branches les plus dynamiques et elles assurent ensemble 45 % des emplois industriels. Ces emplois sont soumis à de très fortes fluctuations, et à chaque retournement de l’électronique mondiale les entreprises débauchent : ainsi, en 1985, les usines de Penang ont mis à pied près de 15.000 personnes soit un quart des effectifs et, depuis 1986, elles recrutent à nouveau.

19La croissance de la valeur ajoutée industrielle a été rapide (11 % annuel entre 1975 et 1980) et le secteur manufacturier assure près d’un cinquième du PIB, mais sa répartition par branche présente une structure très spécifique.

Tableau 4 - Répartition sectorielle de l’industrie manufacturière (en pourcentage de la valeur ajoutée)

Tableau 4 - Répartition sectorielle de l’industrie manufacturière (en pourcentage de la valeur ajoutée)

Source : ONUDI et Asian & Pacific Development Centre 1986.

  • 2 L’Etat de Penang avait essayé de lancer une unité de diffusion électronique sans succès.

20En effet, les activités les plus créatrices d’emplois intègrent relativement peu de locaux. C’est le cas de l’électronique qui, en dépit d’une tentative volontariste2, demeure en partie « offshore » ; c’est aussi le cas de la confection qui ne se satisfait pas toujours de la qualité des textiles locaux : ces deux secteurs assurent 30 % de la valeur ajoutée industrielle.

21Au cours des années 70, les industries de valorisation des matières premières, corps gras et bois, ont enregistré une croissance rapide. L’essor du marché malais a favorisé aussi le développement d’industries d’assemblage d’automobiles et d’électroménager, dont certaines se sont orientées à l’exportation (conditionneurs d’air).

22La Malaisie est le premier pays de l’ANASE qui a construit une sidérurgie intégrée (Malaywata Steel fonctionne depuis 1967 en joint venture avec Nippon Steel) utilisant le charbon de bois ; les autres sociétés sont équipées d’aciéries électriques et fabriquent des produits longs. L’industrie des biens d’équipement est longtemps restée embryonnaire, elle a connu un premier développement avec la construction d’équipements offshore au milieu des années 70.

23La Malaisie est devenue un modeste exportateur de pétrole à partir de 1974 (500.000 barils par jour) et de gaz naturel liquéfié à partir de 1983. Ces ressources supplémentaires ont permis au gouvernement d’échafauder des projets plus ambitieux que par le passé pour tout à la fois consolider sa base industrielle et accélérer la NEP. L’objectif industriel du quatrième Plan (1980-85) est la mise en place d’une industrie lourde et les secteurs prioritaires sont la sidérurgie, la construction automobile et la pétrochimie. Une entreprise d’Etat (Heavy Industry Corp of Malaysia) est chargée de promouvoir plusieurs projets qui doivent permettre à la Malaisie de rejoindre rapidement les rangs des Nouveau Pays Industriels.

24Mais, les résultats n’ont pas été à la hauteur des engagements financiers :

    • 3 Nippon Steel a accepté de rembourser US$ 194 millions à l’entreprise d’Etat à laquelle il participe (...)

    Après deux ans d’essais infructueux, l’unité de réduction directe construite par Nippon Steel ne répondait toujours pas aux spécifications du cahier des charges3.

    • 4 Proton a signé une contrat d’exclusivité avec Bricklin Industries qui envisageait de distribuer 100 (...)

    Le lancement de Perusahan Otomobil Malaysia (Proton) a coïncidé avec l’effondrement du marché malais (110.000 voitures en 1984, 47.000 en 1986, 30.000 en 1987) ; l’usine fonctionne au quart de sa capacité et les possibilités d’exportation ne sont guères encourageantes4.

  • Dans le domaine du raffinage et de la pétrochimie, la baisse du prix du pétrole a freiné l’exécution de plusieurs projets, en particulier la seconde phase du plan gazier (mise en valeur du gaz offshore de la côte est de la péninsule et construction d’un gazoduc reliant la côte ouest et Singapour).

Diversification des échanges

25La Malaisie peut se prévaloir d’une gamme extrêmement variée de richesses. Cette économie de plantations a su opérer une diversification réussie vers d’autres spéculations (huile de palme, cacao) et, ce qui est plus rare, vers une industrie exportatrice. Ce pays s’insère de façon très « classique » dans les échanges internationaux : il dégage traditionnellement un solde positif dans ses échanges de marchandises mais déficitaires dans les échanges de services, et ce d’autant plus que le service de la dette pèse de plus en plus lourd.

Tableau 5 - Extrait de la balance des paiements (en millions de US$)

Tableau 5 - Extrait de la balance des paiements (en millions de US$)

Source: Department of Statistics, Malaysia.

26La structure de ces exportations atteste de cette richesse. La diminution de la part du caoutchouc, de l’étain ou de l’huile de palme est relative, la Malaisie demeure dans chacun des cas le premier exportateur mondial. La manne pétrolière est venue encore s’ajouter à partir de 1975. La Malaisie n’a pas été victime du « syndrome » néerlandais mais depuis quelques années le poids croissant des exportations manufacturières traduit autant la percée de ces produits sur les marchés étrangers que la récession qui affecte l’ensemble des cours des matières premières.

Tableau 6 - Composition des exportations malaises

Tableau 6 - Composition des exportations malaises

Source: Department of Statistics, Malaysia.

De la NEP à la privatisation

27Lorsque le gouvernement lance la NEP, peu de Malais sont en mesure d’acheter des actions dans les nouvelles entreprises pour satisfaire en 1991 à l’objectif de 30 % de participation Bumiputra. Dans ces conditions, l’Etat est devenue un intermédiaire obligé du programme de restructuration et le nombre des entreprises publiques et parapubliques s’est rapidement multiplié — de 46 à 500 en dix ans — dans ce pays traditionnellement libéral. Ces organismes publics sont chargés d’acquérir 25 des 30 % prévus pour les Bumiputras.

28En 1975, il apparaît que la participation des Bumiputras ne se développe pas aussi vite qu’espéré. Le gouvernement introduit alors un système de licences (Indus-trial Coordination Act) lui permettant de faire appliquer la loi pour les entreprises de plus de 25 personnes. Au même moment, le gonflement des ressources pétrolières lui donne les moyens de ses ambitions et permet d’accélérer la restructuration en se lançant dans un programme de rachats d’intérêts étrangers : des « raids » boursiers permettent aux entreprises publiques de devenir un partenaire majoritaire des grandes plantations britanniques (Sime Darby, Guthrie) et d’étendre leur emprise à tous les secteurs de l’économie.

29Cette participation croissante de l’Etat a provoqué une augmentation très rapide des dépenses publiques qui ont représenté jusqu’à 43 % du PNB. Elle a inhibé la participation privée à l’effort d’investissement et suscité des fuites de capitaux importantes. La participation des Bumiputras qui était de l’ordre de 1 % au commencement de la NEP a atteint 12 % en 1980 et 18 % en 1986.

Le découplement

30La diversification de ses ressources a longtemps abrité la Malaisie des fluctuations fréquentes des cours des matières premières. Au début des années 70, la baisse des cours du caoutchouc avait été compensée par la montée des cours de l’huile de palme. Mais depuis quelques années toutes les matières premières sont à la baisse et la Malaisie semble un cas d’école de la théorie du découplement.

31Alors qu’il y a dix ans, à la suite des travaux du Club de Rome, on évoquait les limites de la croissance et on prévoyait une hausse continue des cours des matières premières, on souligne aujourd’hui le divorce de plus en plus marqué entre les évolutions du secteur primaire et celles du secteur manufacturier. Ce découplement signifie qu’une relance industrielle n’entraînera plus automatiquement comme par le passé une relance des cours, une évolution qu’expliquent des transformations :

  • tant au niveau de la production par la baisse de la consommation de matières par unité produite et par la concurrence de nouveaux matériaux (ainsi on utilise moins d’étain dans la fabrication de boîtes de conserves et en outre on lui substitue de plus en plus d’autre matériaux) ;

  • que de la gestion par la pratique du « just in time » qui conduit à limiter les stocks ; l’apparition des marchés financiers des futurs limite le besoin de stocks physiques.

32La Malaisie doit en outre faire face à deux défis plus spécifiques :

  • la concurrence de la Thaïlande et de l’Indonésie sur les marchés du caoutchouc, de l’étain et de l’huile de palme. Les plantations indonésiennes et thaïlandaises ont des charges salariales beaucoup plus faibles, mais les plantations malaises conservent un avantage indéniable tant au niveau du management que de la productivité ;

  • la réduction des débouchés régionaux (Inde, Chine) du fait de la croissance des productions locales.

Tableau 7 - Evolution des cours des principales exportations malaises (indice 100 :1980)

Tableau 7 - Evolution des cours des principales exportations malaises (indice 100 :1980)

Source : FMI.

33L’évolution des cours des principales exportations malaises depuis 1980 illustre les difficultés auxquelles est confronté le pays. La reprise constatée depuis le début 1987 est passagère selon les uns, annonciatrice d’un raffermissement selon les autres, mais un retour aux cours records des années 70 semble exclu.

34La NEP avait été conçue dans un contexte de croissance, elle ne prétendait pas « déshabiller Pierre pour habiller Paul », mais faire davantage profiter les Bumiputras d’un essor économique qui améliorerait le sort de toutes les ethnies. Lorsque les cours ont commencé à fléchir, l’Etat Malais a choisi d’ignorer ces nouvelles contraintes en s’endettant. La contrainte financière est apparue comme un paramètre nouveau dans la gestion de l’économie malaisienne. Le service de la dette est équivalent à 18 % des revenus d’exportation, ce qui est tout à fait supportable pour une économie qui a un potentiel aussi important à l’exportation,... mais il représente par contre une ponction beaucoup plus importante sur le budget de l’Etat. Pour réduire le déficit budgétaire il n’y avait plus qu’une possibilité : amputer les dépenses de développement. En dépit de ces coupes claires, le déficit budgétaire demeure à un niveau préoccupant : 12.5 % du PNB (13.4 % en 1986) et 16 % si l’on inclue les entreprises publiques.

35L’heure est donc au recentrage et la révision a été sévère. L’Etat n’est plus en mesure de jouer le rôle de locomotive et souhaite se désengager.

Nouveaux slogans

36Cet infléchissement de la gestion économique a suscité de nouveaux slogans : Look East Policy ou Malaysia Inc, qui traduisent tous un changement d’orientation.

37En demandant aux Malais de regarder à l’Est (Extrême Orient), le Premier Ministre a cherché à promouvoir plus de discipline dans le travail et plus de consensus dans les relations sociales dans une société encore très marquée par l’empreinte britannique et les clivages ethniques. C’est la recherche d’une meilleure coopération entre l’Etat et les milieux d’affaires qui fonde la notion de Malaysia Inc. : l’étroitesse de ces relations explique pour partie le succès japonais et coréen.

38On peut s’interroger sur la capacité de mobilisation de ces mots d’ordre dans une société multiraciale malaise traversée par de nombreux conflits et confrontée depuis quelque temps par l’extrémisme musulman. Ces slogans se substituent progressivement à ceux de la NEP, qui a été mise en sommeil dans l’attente de jours meilleurs ; l’objectif 1990 ne sera pas atteint et la NEP sera peut être prolongée sous une autre forme.

39Le mouvement de privatisation s’inscrit dans les principes de Malaysia Inc. Faisant de nécessité vertu, l’Etat a décidé de réduire sa participation dans l’économie et de transférer au secteur privé plusieurs activités sous contrôle public. Parmi les privatisables : les ports, les chemins de fer, la compagnie aérienne... La privatisation semble a priori contradictoire avec l’effort de restructuration de la NEP. Le gouvernement s’en défend en déclarant que grâce à la NEP il existe maintenant des Bumiputras capables de relayer les efforts de l’Etat. De fait, la privatisation se heurte à de nombreux obstacles : les sociétés en difficulté n’intéressent pas les milieux d’affaires locaux et ceux ci n’ont pas toujours les moyens d’acquérir des entreprises publiques importantes.

40Le terminal pour conteneurs de Port Klang a été privatisé et celui de Penang pourrait l’être ; la vente de 45 % des actions de la MAS (Malaysian Air System) a été un succès ; par contre le gouvernement ne trouve pas d’acquéreur pour les chemins de fer (KTM) et la privatisation de l’autoroute Nord-Sud, confiée à United Engineers, rencontre des problèmes. La privatisation n’est pas réservée aux entreprises nationales. Plusieurs entreprises étrangères vont gérer des programmes de logement à prix modéré ; d’autres attendent la privatisation des télécommunications qui ont été transformées en entreprises d’Etat depuis juillet 85.

Désillusions et nouvelles opportunités

41La construction d’une industrie lourde a été un demi-échec mais les projets entrepris ont permis de consolider la structure industrielle de la Malaisie. L’optimisme a fait place à une certaine désillusion. Il n’est plus question de rattraper les NPI. Le nouveau Plan a mis l’accent sur l’orientation à l’exportation et sur le recherche d’une plus grande intégration nationale. Parmi les industries prioritaires qui ont le plus d’avenir, celles situées en aval du pétrole, du gaz et de l’huile de palme, du cacao et du caoutchouc ; autant de secteurs qui ne sont modérément exportateurs.

42Les perspectives à moyen terme d’une économie aussi ouverte sont étroitement liées à des évolutions externes : l’évolution des cours des matières premières, la bonne santé de l’économie mondiale et le dynamisme des pays asiatiques.

  • Les Etats-Unis sont le second partenaire commercial de la Malaisie, qui dégage un léger surplus dans ses échanges bilatéraux. Contrairement aux pays de l’Extrême-Orient elle n’a pas à craindre de mesures de rétorsion car une part non négligeable de ses exportations s’inscrit dans la stratégie des entreprises américaines qui sauront plaider la cause malaise à Washington. Le dollar malais (le ringgit) s’est déprécié par rapport au dollar américain et n’est pas soumis à des pressions à la hausse comme le NT$ ou le won.

  • Le cinquième environ (22 % en 1986) des exportations malaises se dirige vers le Japon, le premier partenaire commercial de la Malaisie. Les exportations malaises devraient profiter de la plus grande ouverture du marché japonais pour les produits agro-alimentaires mais aussi pour des produits manufacturés bas de gamme.

  • L’industrie électronique fait partie des « non ressource based industries » prioritaires du Plan. Elle est dominée par 60 entreprises étrangères. Cette industrie a été construite par deux vagues successives de délocalisation et on parle aujourd’hui d’une troisième vague. Les exportations de produits électroniques ont dépassé en 1987 celles du pétrole. Cette industrie est faite d’activités d’assemblage, mais cela peut évoluer si la présence étrangère permet, comme à Singapour, de faire boule de neige et d’attirer de nouvelles entreprises séduites par l’existence d’un tissu électronique performant.

Tableau 8 - Investissements étrangers approuvés en Malaisie (en millions de M$)

Tableau 8 - Investissements étrangers approuvés en Malaisie (en millions de M$)

Source : MIDA.

43En mettant en sommeil la NEP, la Malaisie a libéralisé son code d’investissement à point nommé. La mise en sommeil de la NEP a heureusement coïncidé avec la montée de la monnaie japonaise. Les Japonais qui sont d’ores et déjà les principaux investisseurs ont multiplié les délocalisations en Malaisie. Les salaires malais sont en effet plus élevés que ceux pratiqués en Thaïlande, mais cela est compensé par un meilleur fonctionnement des infrastructures malaises. Cet afflux d’investissement devrait impulser un nouveau dynamisme à l’industrie malaise, en particulier à l’électronique.

44L’engagement japonais devrait se maintenir dans les années à venir et justifier ainsi la « Look East Policy » poursuivie depuis 1980.

45Les Japonais sont suivis par les entreprises taïwanaises qui mises en difficulté par la montée du NT$ (New Taïwanese Dollar) et la disparition de leur droit au Système Généralisé de Préférences aux Etats Unis multiplient les délocalisations pour contourner, via la Malaisie ou la Thaïlande, ces nouvelles contraintes. Il s’agit dans la plupart des cas de petits projets dans l’industrie légère (chaussure, transformation du caoutchouc..). Le dynamisme des PMI taïwanaises pourrait être contagieux et susciter de nouvelles vocations exportatrices au sein des entreprises malaises permettant ainsi à la Malaisie de s’immiscer un jour dans les rangs des NPI.

Notes

1 Brunei et Singapour ont quitté la Fédération de la Grande Malaisie.

2 L’Etat de Penang avait essayé de lancer une unité de diffusion électronique sans succès.

3 Nippon Steel a accepté de rembourser US$ 194 millions à l’entreprise d’Etat à laquelle il participe à hauter de 30 %.

4 Proton a signé une contrat d’exclusivité avec Bricklin Industries qui envisageait de distribuer 100 000 Saga dès 1988 aux Etats-Unis au prix de US$ 5000. Un objectif extrêmement ambitieux : le bas de gamme américain fait l’objet d’une concurrence exacerbée qui opposera cette année Hyundai aux autres constructeurs taïwanais et coréens.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - La Malaisie en chiffres en 1987
Légende Source: Department of Statistics, Malaysia.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 2 - Production agricole (milliers de tonnes)
Légende Source: Department of Statistics, Malaysia.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4079/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 3 - Composition du PIB (en pourcentage)Croissance du PIB (taux moyen annuel de croissance)
Légende Source: Department of Statistics, Malaysia.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4079/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 4 - Répartition sectorielle de l’industrie manufacturière (en pourcentage de la valeur ajoutée)
Légende Source : ONUDI et Asian & Pacific Development Centre 1986.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4079/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Tableau 5 - Extrait de la balance des paiements (en millions de US$)
Légende Source: Department of Statistics, Malaysia.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4079/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau 6 - Composition des exportations malaises
Légende Source: Department of Statistics, Malaysia.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4079/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau 7 - Evolution des cours des principales exportations malaises (indice 100 :1980)
Légende Source : FMI.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4079/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 8 - Investissements étrangers approuvés en Malaisie (en millions de M$)
Légende Source : MIDA.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4079/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site