Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Les prétendants de l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est

Thaïlande : un cinquième tigre asiatique ?

Myrèn Garin

Texte intégral

La Thaïlande à l’heure de la transition

1La Thaïlande connait une croissance économique sans crise, remarquée au sein de la zone du Sud-Est Asiatique ; elle n’a pas eu à affronter de revers analogues à ceux qu’ont connus la Corée du Sud ou Singapour. Son souhait de rejoindre les nouveaux pays industrialisés de la bande des quatre — Corée du Sud, Singapour, Taïwan et Hong-Kong — exprimé lors du 6ème plan (1987-1991), semble légitime si l’on observe le dynamisme de cette économie agricole qui, en quelques années, est devenue le dixième exportateur de produits manufacturés des PVD.

Tableau 1 - Structure de la production intérieure brute et des exportations de la Thaïlande, 1965-1985

Tableau 1 - Structure de la production intérieure brute et des exportations de la Thaïlande, 1965-1985

Source : Bank of Thailand.

  • 1 Alors que le taux de croissance moyen annuel de la population au cours de la période 71-86 est d’en (...)

2Si la croissance économique du pays n’a pas été aussi spectaculaire que celle enregistrée dans les pays de la bande des quatre, le PNB par habitant a toutefois augmenté à un rythme annuel de 4.3 % depuis 19601.

  • 2 Sans beaucoup exploiter les richesses de son sous-sol (gaz et divers minerais).

3Alors que les autres nations membres de l’ANASE — hors Singapour — connaissaient une phase de récession, la Thaïlande enregistrait une croissance économique de 5 % en 1986, et de plus de 6 % en 19872. Après avoir connu une progression rapide l’endettement de la Thaïlande, à la différence des autres nations membres de l’ANASE, s’est stabilisé : l’endettement à moyen et long terme était, en 1986, de 14.6 US$ milliards. La Banque de Thaïlande a profité du répit suscité par la baisse des taux d’intérêt pour contracter des emprunts qui ont permis de refinancer une partie de la dette, à des taux plus intéressants, sans se départir pour autant d’une attitude prudente. La Thaïlande n’a, d’autre part, pas eu à affronter de revers analogues à ceux qu’ont connus la Corée du Sud ou Singapour.

4La Thaïlande fait ainsi figure de leader face aux autres économies de l’ANASE. Cette position intermédiaire entre ces nations et les NPI peut la favoriser sur les marchés internationaux ; ainsi, le volume comparativement plus faible de ses exportations de textile ou de confection vers les USA n’est pas aussi fortement pénalisé que les mêmes exportations en provenance des NPI. Toutefois, pour prétendre assurer sa place derrière la bande des quatre, elle doit continuer de faire preuve de ses capacités à négocier les tournants qui s’imposent et à tirer profit de l’effet de l’appréciation du yen vis-à-vis du dollar.

5Cette transition sera négociée en fonction des spécificités du pays, parmi lesquelles on peut sommairement citer :

  • 3 L’agglomération de Bangkok représente actuellement les deux tiers de la population urbaine de la Th (...)

6La concentration spatiale de la population urbaine3, des activités administratives, commerciales, financières et industrielles qui fait de Bangkok une métropole hypertrophiée : en 1983, Bangkok assurait 22 % du PNB national, concentrait plus de 40 % des entreprises industrielles recensées (Baffie j. et alii, 1987) et plus de 88 % de la valeur ajoutée manufacturière.

7La forte proportion de la population rurale (80 % de la population). L’accroissement des revenus des ménages agricoles dépend toutefois moins des progrès techniques réalisés dans l’agriculture que des opportunités d’emplois hors de l’exploitation familiale : plus de 35 % des revenus des ménages agricoles proviennent d’activités non agricoles. En saison sèche, environ 4.5 millions de ruraux sont sous-employés (Pampieras K., 1985) ; 10 % d’entre eux quittant la campagne d’origine à la recherche d’emploi.

8L’exode des campagnes prend alors la forme de migrations permanentes — pour la mise en valeur agricole des fronts pionniers —, ou de migrations saisonnières des ruraux en quête d’activités complémentaires vers les régions d’agriculture commerciale, ou vers les villes (activités de commerce, services...). Cette main d’oeuvre trouve aussi à s’employer dans les petites entreprises qui constituent la dominante du tissu industriel thaïlandais (90 % des entreprises industrielles recensées ont entre 10 et 50 employés). L’industrie manufacturière a créé un emploi sur dix depuis 1971 (cf tableau).

Tableau 2 - Structure de l’emploi

Tableau 2 - Structure de l’emploi

Source : Bank of Thailand.

9Avant de s’interroger sur les perspectives de développement de la Thaïlande, un bilan donnant la mesure des atouts et des contraintes auxquels cette économie est confrontée doit être dressé.

Une économie agricole dynamique mais exposée

10Par son dynamisme, l’agriculture thaïlandaise a joué un rôle moteur dans l’essor de l’économie nationale. Elle contribue pour près d’un quart à la formation du PNB., emploie près des de 70 % de la population active et ses activités dégagent un surplus exportable permettant de couvrir le déficit des échanges manufacturiers.

  • 4 Les travaux d’Ingram (Ingram, 1971) nous montrent qu’au milieu des années 70, le « rice premium » m (...)

11L’essor des productions agro-alimentaires correspond à la diversification des cultures qui a suivi l’ouverture du pays aux marchés d’exportation : les agriculteurs thaïlandais ont ainsi fait preuve de grande souplesse, s’adaptant aux diverses exigences des marchés ; la forte pression exercée sur le niveau des prix domestiques du riz4ayant stimulé la diversification des productions agricoles. Un tel dynamisme repose sur la présence des négociants sino-thaïs qui, relais actifs de la demande mondiale, assurent l’essentiel de l’encadrement technique, commercial et financier des activités agricoles ; l’Etat étant intervenu préalablement pour doter les régions en infrastructures (réseaux de communication et d’irrigation) avec l’appui financier de l’aide américaine.

12L’agriculture thaïlandaise a connu, sous ces impulsions conjuguées, une vingtaine d’années d’évolution rapides, comme le révèlent la diversification et l’augmentation des quantités produites.

Tableau 3 - Evolution de la production et de l’exportation de quelques cultures-clé (1973-1984)

Tableau 3 - Evolution de la production et de l’exportation de quelques cultures-clé (1973-1984)

Source: Office of Agricultural Statistics, Agricultural Statistics Report, 1985-1986.
Unites : 1000 tonnes.

  • 5 Les rendements des productions agricoles thaïlandaises ont progressé relativement moins vite que ce (...)

13Cette évolution s’est réalisée selon un mode de développement largement extensif5 basé sur la mise en valeur progressive des forêts et des terres non défrichées, et non au détriment des surfaces rizicoles. Le développement des cultures nouvelles sur les fronts pionniers relève de stratégies commerciales ou politiques (cf encart) essentiellement menées par des agriculteurs et des commerçants dynamiques. Sur de telles bases, la Thaïlande a réussi ce tour de force de se classer parmi les exportateurs les plus compétitifs de produits agricoles — transformés ou non — sur le marché mondial, malgré des difficultés internes et externes.

14La diversification des productions relève de stratégies différenciées, et accroit les disparités régionales : canne à sucre, maïs, productions fruitières, aviculture et aquaculture, produites dans la plaine centrale et dans le nord du pays répondent à des stratégies purement spéculatives. Contrairement à l’opinion largement répandue, le manioc, qui s’étend dans le nord est du pays n’empiète ni sur les terres hautes, sableuses et acides, valorisant leur faible fertilité, ni même sur le temps de travail consacré au riz : la très grande flexibilité de son calendrier cultural fait qu’il peut être planté et récolté à peu près n’importe quand dans l’année, les agriculteurs faisant varier la superficie plantée en manioc en fonction du niveau des cours. Ils n’hésitent pas à le laisser en terre plusieurs mois si ceux-ci sont peu élevés, ou même, en cas de baisse prolongés, à lui préférer d’autres cultures de rente. Le manioc permet, plus qu’aucune autre culture, d’atténuer la pauvreté de la région. Il a, en outre, permis la sédentarisation et favorisé le contrôle économique et politique de la population de la région la plus fragile et défavorisée du pays.

15Malgré ses récentes performances, l’agriculture thaïlandaise connait des difficultés ; au cours des années 70, la croissance agricole avoisinait 5 %, elle n’était plus que de 4 % depuis le début de la décennie, pour n’atteindre que 2.3 % en 1985, et moins d’1 % en 1986.

  • 6 L’accord d’autolimitation — fixé pour la campagne 86-87 à 21 millions de tonnes — imposé par la CEE (...)

16Ces difficultés apparaissent comme étroitement liées à ses modes de développement antérieurs. L’ouverture thaïlandaise, qui a stimulé l’essor agricole est désormais source de difficultés : l’agriculture est exposée de plein front au marasme mondial des marchés agricoles. L’autosuffisance croissante en céréales de certains clients de la Thaïlande (Indonésie...), l’émergence de nouveaux exportateurs (Chine), la mise en place de quotas pour les exportations de manioc vers la CEE6 participent d’une évolution globale vers la saturation des marchés mondiaux pour les produits constituant l’essentiel des exportations thaïlandaises : riz, manioc, caoutchouc, maïs, sucre.

17Cette saturation se répercute d’autant plus fortement sur le niveau des prix au producteur que l’Etat ne pratique aucune politique de soutien efficace des cours intérieurs face à la pression à la baisse des cours mondiaux des produits. Ainsi, les cours du riz n’ont cessé de diminuer depuis 1980, passant de US$ 480 la tonne à US$ 210 en 1987, la sécheresse venant cette année élever les prix à US$ 300. La Thaïlande a en outre subi de plein fouet les répercussions du farm Act qui subventionne depuis 1986 les ventes américaines de céréales. Votée fin 1985, cette loi met en place un système de prix dégressifs garantis aux producteurs. Les exportations ainsi subventionnées provoquent une pression supplémentaire à la baisse sur les cours mondiaux de ces produits : le gouvernement fédéral est ainsi accusé par la Thaïlande d’être responsable d’une baisse de 10 à 15 % des cours mondiaux du riz. Ces évolutions cumulées ont incité le gouvernement thaïlandais à mettre fin à la pratique du « rice premium », sans pour autant que le prix du riz devienne, jusqu’à ces derniers mois, plus rémunérateur pour les riziculteurs, en raison de l’effondrement des cours mondiaux.

  • 7 La Thaïlande a vu ainsi, pour des raisons de toxicité de certaines productions agricoles — fruitièr (...)

18L’avenir de l’agriculture thaïlandaise repose sur ses capacités à faire face à ces défis : l’intégration des agriculteurs par les firmes de l’agrobusiness qui s’amorce, entrainant une intensification de la production agricole par le développement de l’agriculture contractuelle laisse présager d’une meilleure valorisation des productions et d’une insertion encore plus performante sur les marchés mondiaux7.

L’industrie relais de l’agriculture et nouveau moteur de croissance ?

19Aux débuts des années 80, l’optimisme était de rigueur dans le Sud-Est Asiatique où les divers pays se sont lancés dans une véritable course-poursuite industrielle : les NPI sur les traces du Japon, et sur leurs talons les pays de l’ANASE. Le dynamisme de la région permet d’envisager la construction progressive d’un « cercle vertueux de la croissance » (Sautter, 1980) avec à son centre le Japon, alors que d’autres (Etrillard, 1983) envisagent l’émergence d’une Zone Pacifique. Des économistes japonais (Shinohara, 1983) élaborent quant à eux des modèles harmonieux de division du travail au sein de la région selon lesquelles, tour à tour, les pays de l’ANASE développeraient les productions ne correspondant plus aux avantages comparatifs des NPI.

20Les modèles proposés correspondent-ils aux nouvelles contraintes qui pèsent sur ces pays ? Le renouvellement, sur des bases identiques, de l’expérience exportatrice du développement des NPI est-il raisonnablement envisageable ? Les nouveaux candidats à l’exportation auront à affronter la multiplication des mesures protectionnistes, et ne bénéficieront plus des facilités financières faites aux NPI dans les années 70. Depuis 1980, les taux d’intérêt réels sont devenus positifs, et aucun pays ne pourra autant faire appel aux marchés financiers que par le passé. Du fait de l’ensemble des contraintes externes qui pèsent sur leur avenir, les « pays intermédiaires » devront autant compter sur la croissance de leur demande intérieure que sur les mécanismes du marché mondial.

  • 8 Réalisés par une étude de l’ONUDI « Country industrial development profile of Kingdom of Thailand » (...)

21La décomposition de la structure de la croissance industrielle thaïlandaise en termes d’augmentation de la demande interne, d’import-substitution et d’accroissement des exportations8 montre que l’essor du marché intérieur — dû pour partie à la présence des troupes américaines sur le territoire national — explique, sur la période 1960-1975, 90 % de l’augmentation de la production industrielle.

22Jusqu’en 1970, le processus d’industrialisation de la Thaïlande s’est effectué suivant un cheminement classique : valorisation des ressources agricoles et minières (étain essentiellement), première phase d’import-substitution au cours de laquelle la production nationale a remplacé les importations de biens de consommation non durables ainsi que celle de quelques biens intermédiaires (produits raffinés). Les effets de l’import-substitution ont alors commencé à s’essouffler ; l’essor des exportations a alors suppléé au ralentissement des ventes domestiques : les exportations agricoles et minières ont contribué au financement des importations nécessaires au développement de l’industrie nationale. L’Etat a incité indirectement cette transition vers l’exportation, laissant largement en la matière les directives à l’industrie privée — c’est-à dire-le plus souvent aux entrepreneurs d’origine chinoise —.

23La balance commerciale de l’industrie est négative, un déficit plus difficile à supporter maintenant que certains cours des produits primaires s’effondrent. La répartition en 20 secteurs des importations et des exportations industrielles (cf tableau ci-dessous) illustre autant la diversification rapide des exportations manufacturières depuis 1970 que les limites de la stratégie d’import-substitution. L’agro-alimentaire assure près de la moitié des exportations industrielles, les exportations manufacturières étant dominées par des produits à haute intensité en main d’oeuvre (textile, confection, composants électroniques, pierres précieuses, tubes et roulements à billes de précision pour l’industrie informatique). On pourra voir aussi dans ce tableau la fragilité de l’insertion de la Thaïlande sur les marchés internationaux.

Tableau 4 - Répartition des échanges, 1970-1985 (%)

Tableau 4 - Répartition des échanges, 1970-1985 (%)

Source : Government of Thaïland.

L’intervention de l’Etat dans la politique industrielle se cantonne à un rôle incitatif

  • 9 Le BOI peut, au cas par cas, imposer une taxe supplémentaire allant jusqu’à 50 % de la valeur des i (...)

24La priorité accordée par l’Etat à la production de biens de consommation s’est faite tout d’abord au détriment des industries de biens d’équipement et de biens intermédiaires, qui représentent les trois quarts des importations manufacturières. Le secteur des biens de consommation a ainsi bénéficié de l’exonération des taxes sur les importations d’équipement et de demi-produits, privilège accordé aux industries promues par le Board of Investment (B.O.I.) chargé de l’application de la politique industrielle9. Le système de taxes sur le chiffres d’affaires — et non sur la valeur ajoutée — favorise par ailleurs l’intégration verticale et décourage le développement des relations de sous-traitance.

25Depuis les années 60, la promotion des investissements tient lieu de politique industrielle, l’Etat se bornant à un rôle exclusivement incitatif.

26Les entreprises à vocation exportatrice n’ont toutefois pas attendu la mise en place de tels privilèges pour saisir les opportunités qui se présentaient et, faisant fi de la multiplication des démarches et des obstacles administratifs, des protections douanières contraires aux intentions annoncées par le gouvernement, elles ont su valoriser l’avantage comparatif de la Thaïlande : des ressources agricoles diversifiées, une main d’oeuvre habile et bon marché. Les caractéristiques du secteur rural — importance de la pluriactivité, due aux faibles dimensions des superficies des exploitations agricoles et aux fluctuations du calendrier du travail de la terre — ont été ici déterminantes pour l’essor industriel ; elles assurent les industriels d’une main d’oeuvre peu chère et extrêmement flexible, et portent en elles les germes d’une nouvelle dynamique industrielle. De tels facteurs ont ainsi contribué à faciliter la transition vers l’industrialisation ainsi qu’un orientation vers l’exportation.

  • 10 Outre l’exportation, l’investissement est la variable la plus dynamique du système mis en place par (...)

27La politique restrictive du crédit poursuivi par le gouvernement thaïlandais a toutefois freiné la progression des investissements, variable la plus dynamique — outre l’exportation — du système mis en place par les NPI10 : contribuant dans les années 70 pour 25 % à la formation du PNB, la part des investissements n’est plus désormais que de 21.5 %. Cette chute de l’investissement s’accompagne d’une baisse de l’épargne qui passe, sur la même période de 22 à 18.5 %, baisse rendant compte d’une diminution des revenus des ménages agricoles, ainsi que du maintien d’une fiscalité désuète.

28Depuis 1980, de nouveaux impératifs industriels ont rendu plus pressante une inflexion de la politique industrielle : confronté au ralentissement de l’économie mondiale, le gouvernement a ainsi examiné plusieurs réformes successives ayant pour but de restructurer, privatiser, mieux intégrer et exporter. Ces divers mots d’ordre pour l’orientation du développement industriel thaïlandais illustrent de toute évidence la référence à l’expérience exportatrice des Nouveaux Pays Industriels.

29Restructurer l’industrie a été la mission confiée en 1982 à un comité interministériel qui a proposé pour chacun des secteurs une baisse progressive des tarifs douaniers, baisse susceptible d’améliorer leur compétitivité. Mais les difficultés budgétaires ont amené le gouvernement à promulguer une série de hausses de ces tarifs, ce qui limite pour un temps cette tentative de restructuration.

30Les efforts de privatisation l’ont relayée. On a ouvert en bourse plusieurs entreprises publiques, mais il y a peu de candidats pour s’opposer aux syndicats des agents publics et reprendre des affaires déficitaires — le gouvernement étant réticent à se séparer des rares industries d’Etat qui dégagent des bénéfices —. La privatisation ne concerne pas directement l’industrie en tant que elle — les entreprises publiques étant peu nombreuses dans ce secteur — mais, d’après le gouvernement, elle devrait contribuer à diminuer les coûts des services publics.

31Une priorité récente : élargir la base industrielle. La découverte de gaz dans le golfe de Siam a permis d’identifier plusieurs grands projets, non exempts d’un souci de promotion des exportations, à l’horizon des années 2000. Certains, tel le projet de l’Eastern Seaboard, dans le sud du pays, doivent être réalisés d’ici 1990. Les installations sont réparties sur deux sites : Laem Chabang, à 100 km au Sud de Bangkok, zone franche à usage industrielle à laquelle s’adjoindrait un port conteneurisable, Map Thaphut, au port d’arrivée du gazoduc, disposerait d’un port en eau profonde et d’une zone réservée aux industries lourdes. Une usine de séparation des gaz a été inaugurée en 1985. Une usine pétrochimique devrait voir le jour sous peu. En revanche, un projet d’usine d’engrais, attribué à la société japonaise Chiyoda vient d’être abandonné, ce qui remet en cause la construction du port en eaux profondes.

32Exporter reste un impératif. Après une croissance très vive des exportations manufacturières depuis 1970, on constate un ralentissement jusqu’en 1985, à la différence des PVD et de l’ensemble des pays du Sud-Est Asiatique qui ont progressé entre 1980 et 1984 respectivement de 5 et 2 points sur le marché des pays de l’OCDE alors que la Thaïlande n’a pas augmenté sa part de marché depuis 1980. Cependant, les performances réalisées en 1986 indiquent une tendance plus favorable : importante progression des exportations — ayant connu une croissance de +20 % en 1986, ces dernières ont continué à croître de 26 % en 1987 —, réduction de la part relative des produits agricoles de base — les produits textiles occupant le premier rang, alors que les ventes de circuits intégrés, ajoutées à celles de pierres précieuses rapportent tout autant que le riz.

33La Thaïlande n’a pas cherché jusqu’à présent à devenir une plateforme d’exportation, ou une zone franche. Les investissements étrangers ont quant à eux peu participé à la genèse de l’orientation vers l’exportation, les firmes étrangères étant jusqu’il y a peu davantage attirées par le marché intérieur (55 millions d’habitants) que par l’exportation.

34Se fixer des objectifs est une chose, les réaliser en est une autre. Les difficultés des premiers pas en sont révélateurs. La profonde mutation du contexte international, les difficultés internes supposent toutefois que les logiques de développement évoluent. Le 6ème plan envisage une augmentation de la participation financière du secteur privé, qui constituerait 70 % de l’investissement industriel thaïlandais.

La Thaïlande, cinquième tigre asiatique ?

35La réévaluation du yen redistribue les cartes dans la région. Cette appréciation de la monnaie japonaise constitue une nouvelle donne dans le Sud-Est Asiatique, facilitant la concurrence des NPI face aux produits japonais sur les marchés tiers, et l’ouverture de l’économie japonaise.

36Cette réévaluation du yen offre une conjoncture favorable aux exportations thaïlandaises : on a enregistré entre 1985 et 1986 une augmentation de 26 % des exportations en direction du Japon et le déficit nippo-thaïlandais a diminué de 22 %.

37Si l’ouverture de l’économie thaïlandaise au Japon est traditionnelle, le Japon étant le premier investisseur étranger du pays, le récent mouvement du yen suscite une nouvelle vague d’investissements. Dans les semaines qui ont suivi la décision du Groupe des Cinq de réévaluer le yen, les missions d’industriels se sont multipliées en Thaïlande. Tous les observateurs de ce pays, qui prévoyaient une augmentation substantielle du montant de l’investissement japonais ne se sont pas trompés : plus de 200 projets d’investissement japonais, pour une valeur globale de 4.7 milliards de baths ont été soumis aux accords du BOI au cours de l’année 1987. A titre de comparaison, les investissements japonais en Thaïlande en 1985 et en 1986 concernaient respectivement 30 et 54 projets pour une valeur globale de 443 millions de baths et 1.69 milliard de baths.

  • 11 Les salaires se situent 10 % au-dessus de ceux pratiqués au Japon, à 30 % au-dessous de ceux de Sin (...)

38La dimension du marché intérieur thaïlandais, le faible niveau des salaires minimums — de 65 à 72 baths par jour selon les régions, soit moins de US$3 11 —, les performances de la croissance économique et la stabilité politique du pays sont les raisons pour lesquelles la Thaïlande est le pays le plus sollicité du Sud Est Asiatique par les investisseurs nippons. Si dans un premier temps, les investissements des filiales japonaises étaient davantage orientés vers la satisfaction du marché intérieur, les joint-ventures à vocation exportatrice connaissent désormais une bonne progression.

39Le Japon n’est pas le seul pays qui, face à des difficultés internes, délocalise et investit en Thaïlande ; il est suivi par Taïwan qui y investit de plus en plus désormais. Le hausse des coûts salariaux à Taïwan a incité à la délocalisation d’une partie de la production industrielle « légère » vers la Thaïlande, incitation amplifiée par l’appréciation de 23 % du New Taïwanese Dollar (NT$) face au dollar américain, qui a pénalisé d’autant les exportations taïwanaises vers les USA (premier marché d’exportation). Ces projets d’investissement progressent fortement, le nombre des projets ayant plus que doublé entre 1985 et 1987 — passant de 18 à 49 —, alors que leur montant était multiplié par 7 pour atteindre en 1987 5.7 milliards de baths (US$ 223.4 millions).

Tableau 5 - Investissements étrangers en Thaïlande. Provenance des projets approuvés par le BOI, 1986-88 — les montants sont exprimés en millions de Baths —

Tableau 5 - Investissements étrangers en Thaïlande. Provenance des projets approuvés par le BOI, 1986-88 — les montants sont exprimés en millions de Baths —

Source: Division internationale, Board of Investment, Bangkok.

40Les rapprochements économiques entre Taïwan et la Thaïlande sont favorisés par une solide tradition d’échanges et ne pâtissent pas trop de l’absence de relations diplomatiques entre les gouvernements — la similitude des dialectes chinois pratiqués dans chacun des deux pays, l’accueil réservé aux Chinois en Thaïlande ayant contribué à développer les relations entre ces deux peuples —.

  • 12 Majorette, premier mondial de voitures miniatures va créer une usine près de Bangkok pour réduire s (...)
  • 13 Mineba, géant nippon, est installé depuis 1980 en Thaïlande et emplois plus de 4000 travailleurs lo (...)
  • 14 Chrysler a ainsi choisi, pour contrer l’offensive des Coréens au Canada, de faire appel aux entrepr (...)

41Les investissements étrangers, qu’ils proviennent du Japon ou de Taïwan s’orientent vers des secteurs « labour intensive » qui ne nécessitent en général ni une bonne formation professionnelle, ni de bonnes dotations en infrastructures préalables. La délocalisation de certaines productions en Thaïlande permet aussi de limiter la pénalisation qui touche les exportations de ces deux pays, de par l’appréciation de leur monnaie. C’est ainsi que l’aquaculture, les industries agro-alimentaires, la confection, les productions plastiques, céramique, bijouteries et de jouets12 remportent, aux côtés de la métallurgie13 et des entreprises d’assemblage (Nissan et Mitsui) l’essentiel des faveurs. L’afflux des capitaux étrangers représente pour l’économie thaïlandaise une bouffée d’oxygène salutaire ; ce souffle neuf semble venir fort à propos pour impulser une nouvelle dynamique au déroulement du processus d’industrialisation en cours. L’ouverture semble ainsi bénéficier aux secteurs textile, métallurgique, électronique et automobile14 qui s’avèrent confortés et s’acheminent vers une plus grande intégration.

42Contrairement à ce que certains esprits sceptiques semblaient craindre, il se dessine des formes d’apprentissage technologique, de transfert de savoir-faire dont l’impact ne manquera pas de rejaillir sur l’ensemble de l’économie.

Notes

1 Alors que le taux de croissance moyen annuel de la population au cours de la période 71-86 est d’environ 3 %.

2 Sans beaucoup exploiter les richesses de son sous-sol (gaz et divers minerais).

3 L’agglomération de Bangkok représente actuellement les deux tiers de la population urbaine de la Thaïlande, soit environ 15 % de la population totale. L’écart entre Bangkok et la seconde ville, Chiang Mai, est considérable et ne cesse de s’accroître, avec un rapport de 1 à 23 en 1950, et de 1 à 30 en 1983. En 1960, Bangkok représentait 65 % de la population urbaine thaïlandaise, et 69 % en 1980.

4 Les travaux d’Ingram (Ingram, 1971) nous montrent qu’au milieu des années 70, le « rice premium » maintenait les cours domestiques du riz à 50 % au-dessous de ceux en vigueur sur les marchés internationaux, et que sa suppression aurait élevé de plus de 80 % les revenus des rizicultures.

5 Les rendements des productions agricoles thaïlandaises ont progressé relativement moins vite que ceux de la plupart de ses voisins de l’ANASE.

6 L’accord d’autolimitation — fixé pour la campagne 86-87 à 21 millions de tonnes — imposé par la CEE à la Thaïlande depuis 1982 suscite les protestations des Thaïlandais qui, jusqu’à présent, ont pu toutefois compenser la perte d’une partie de leur débouchés en Europe en conquérant, grâce à des prix de dumping, d’autres marchés en Corée du Sud, au Japon, à Taïwan.

7 La Thaïlande a vu ainsi, pour des raisons de toxicité de certaines productions agricoles — fruitières notamment —, se fermer des marchés à l’exportation (Japon). Un meilleur encadrement de l’utilisation des produits phytosanitaires sera bénéfique à tous.

8 Réalisés par une étude de l’ONUDI « Country industrial development profile of Kingdom of Thailand », 1980.

9 Le BOI peut, au cas par cas, imposer une taxe supplémentaire allant jusqu’à 50 % de la valeur des importations de produits concurrents.

10 Outre l’exportation, l’investissement est la variable la plus dynamique du système mis en place par les NPI, l’investissement croissant plus rapidement que la production et la consommation privée (Omiami c ; 1980).

11 Les salaires se situent 10 % au-dessus de ceux pratiqués au Japon, à 30 % au-dessous de ceux de Singapour ou de Hong-Kong.

12 Majorette, premier mondial de voitures miniatures va créer une usine près de Bangkok pour réduire ses coûts de production. L’Usine Nouvelle, n° 36, sept.87.

13 Mineba, géant nippon, est installé depuis 1980 en Thaïlande et emplois plus de 4000 travailleurs locaux pour une production tournée vers l’exportation — pour 80 vers le Japon.

14 Chrysler a ainsi choisi, pour contrer l’offensive des Coréens au Canada, de faire appel aux entreprises qui assemblaient des Mitsubishi en Thaïlande. La première exportation, concernant 420 véhicules, a été réalisée en janvier 1988. Il s’agissait d’un premier lot d’une commande de 100.000 véhicules.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Structure de la production intérieure brute et des exportations de la Thaïlande, 1965-1985
Légende Source : Bank of Thailand.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 2 - Structure de l’emploi
Légende Source : Bank of Thailand.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 3 - Evolution de la production et de l’exportation de quelques cultures-clé (1973-1984)
Légende Source: Office of Agricultural Statistics, Agricultural Statistics Report, 1985-1986.Unites : 1000 tonnes.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 4 - Répartition des échanges, 1970-1985 (%)
Légende Source : Government of Thaïland.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Tableau 5 - Investissements étrangers en Thaïlande. Provenance des projets approuvés par le BOI, 1986-88 — les montants sont exprimés en millions de Baths —
Légende Source: Division internationale, Board of Investment, Bangkok.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4077/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

Auteur

Chercheur associée, Centre Asie (IREP-D), Grenoble et ORSTOM, Paris.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site