Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

La bande des quatre pays nouvellement industrialisés

Singapour : du commerce d’entrepôt colonial à l’industrialisation d’un Etat insulaire

Philippe Régnier

Texte intégral

1La cité-Etat est une forme d’organisation économique et politique très ancienne mais peu répandue dans le monde contemporain. Dans sa forme la plus achevée, et à l’image des grandes cités de Venise ou de Malacca de jadis, l’existence de Singapour a souvent défié l’histoire et les limites du possible.

2A l’arrivée de Raffles en 1819, l’île comptait quelques pêcheurs et était tombée dans l’oubli. En l’espace de quelques décennies, elle devait devenir l’une des bases de l’expansion coloniale britannique en Asie et se transformer dans la première moitié du xxème siècle en une sorte de New York inséparable du développement de la Malaisie.

3Cité portuaire brusquement proclamée Etat en 1965, cette jeune république s’est trouvée confrontée aux défis de l’indépendance politique et d’une économie totalment extravertie au départ. Témoignant d’un exceptionnel dynamisme commercial, industriel et financier ininterrompu pendant 20 ans, Singapour doit faire face à quelques ombres qui sont venues récemment nuancer ce bilan au seuil de mutations économiques et de changements socio-politiques décisifs pour l’avenir.

Aux origines du développement économique de Singapour depuis l’indépendance

Défis de survie et de viabilité en 1965

4La séparation de Singapour de la Fédération de Malaisie en août 1965 est un accident de l’histoire qui place l’île devant l’enjeu immédiat de sa survie « nationale ». Le Premier Ministre Lee Kuan Yew lui-même doute de la viabilité d’une cité-Etat minuscule, coupée de son arrière-pays, et devant assumer une indépendance qu’il n’a pas souhaitée.

5La société insulaire souffre de plusieurs handicaps politiques : dimensions réduites et vulnérabilité du territoire, multiracialité et absence de conscience nationale des 1.8 million d’habitants, inégalités profondes (25 % de pauvres) et faibles infrastructures sociales, lourd héritage de l’Etat d’urgence anti-communiste (1948-60), vide militaire laissé par la fermeture prochaine de la base aéro-navale britannique. L’environnement régional est lui aussi hostile : séparation douloureuse de la Grande Malaisie, confrontation semi-armée avec l’Indonésie du Président Sukarno (19(53-66).

6L’état économique des lieux ne paraît guère plus brillant. L’île ne dispose d’aucune ressource naturelle, ne produit presque rien et doit même importer son eau potable de Malaisie ! L’indépendance marque la fin de tout espoir d’un marché unique avec la Malaisie et le marché insulaire semble trop exigu pour permettre la naissance d’industries viables. Le poids excessif du commerce d’entrepôt en déclin et de la base britannique (20 % du PNB et 40.000 emplois à elle seule) pose le problème de l’urgente diversification du tissu économique. A cela s’ajoutent un taux élevé de chômage (15 %) et de sous-emploi (petits métiers des rues), un afflux durable de jeunes sur le marché du travail, et une disponibilité limitée en capital et en savoir faire locaux pour pouvoir assurer un décollage industriel rapide.

Des atouts

7L’examen d’une carte de la région révèle la formidable position géostratégique de Singapour et l’histoire montre la puissance maritime et commerciale de toutes les entités politiques qui sont parvenues à contrôler cette zone-charnière du détroit de Malacca.

8Le développement de Singapour repose depuis 1819 sur la vocation marchande de l’emporium portuaire au coeur d’une complémentarité entre les ressources naturelles abondantes de l’Asie du sud-est et les économies des grandes nations industrielles. L’expérience coloniale a déjà largement prouvé avant 1965 le rôle de Singapour comme carrefour des principaux flux de marchandises, de capitaux et de compétences humaines transitant par cette région du monde. Naguère relais d’un processus d’accumulation de richesses au service de Londres et de l’Empire, la petite république ne pouvait que poursuivre et élargir ses fonctions d’intermédiaire privilégié entre les économies en plein essor des Etats-Unis, de l’Europe et du Japon des années 60 et celles des pays de l’ANASE exportateurs d’énergie et de produits de base recherchés. Pour celà, la cité-Etat a bénéficié d’une concentration d’infrastructures édifiées par les Britanniques et unique en Asie du sud-est : services liés à l’entrepôt et à la base aéro-navale ; réseau intercontinental de communications et de transports ; administration, législation et enseignement copiés sur le modèle anglo-saxon et véhiculant certaines des valeurs fondamentales de l’Occident tant dans le domaine de l’organisation politique et sociale que dans celui du libre commerce et de la libre circulation du capital et des hommes.

9Les atouts de 1965 s’étendent aussi à l’identité de la population insulaire, seul capital que possède la cité-Etat en propre. A la base de la société, la taille réduite de la population permet un encadrement efficace de l’espace exclusivement urbain. Terre d’immigration, Singapour offre le visage de sa population chinoise (75 % du total), jeune, le plus souvent pauvre ou très modeste, peu éduquée, industrieuse et dure au travail, et qui porte en elle le goût de l’effort, de la réussite matérielle, du respect de l’expérience, du savoir, et de la discipline collective. Au sommet, l’élite chinoise anglophone met en place autour de Lee Kuan Yew et de son parti, le PAP (People’s Action Party), arrivé au pouvoir en 1959, un gouvernement effectif, honnête et stable, dont la rapide consolidation tranche avec les années très troublées de la période 1948-61. Guidée par un leader avisé, bénéficiant d’un charisme incontestable auprès des 2/3 de l’électorat, l’équipe gouvernementale regroupe des esprits brillants comme Goh Keng Swee (économie et défense) ou Rajaratnam (affaires politiques et diplomatie), capables de conjuguer les exigences de cohésion interne aux multiples dépendances extérieures de la cité-Etat. Dans le monde des affaires, une communauté importante d’expatriés cohabite avec une diaspora chinoise bien introduite dans le réseau commercial et financier international des Chinois d’outre-mer.

Stratégie d’industrialisation et grandes étapes du développement (1965-1980)

Le choix d’une stratégie de développement

10Face aux défis de survie de 1985, le gouvernement s’organise en état-major de crise. La gestion de l’urgence consiste à réduire les vulnérabilités internes et externes de l’île en maximalisant les atouts hérités de son histoire et les capacités d’organisation de l’Etat. Constatant l’absence d’entrepreneurs industriels locaux, les autorités abandonnent le laisser-faire économique et social de l’époque coloniale pour un rôle d’impulsion systématique dans la construction d’un ordre national cohérent et stable synonyme de confiance de la part des investisseurs étrangers. Lee Kuan Yew subordonne toute la société à cette priorité absolue de la viabilité et du développement économique. Au nom d’une sorte de sacralisation du thème de la survie nationale, encore présente aujourd’hui d’ailleurs, la PAP mobilise tous les instruments disponibles pour édifier une « démocratie dirigée » : structures parlementaires britanniques mais dominées par un parti quasi unique (exclu de l’Internationale Socialiste en 1976), emprisonnement des leaders communistes ou sympathisants (1961-63), contrôle étroit de l’opposition légale, encadrement strict des relations de travail, haute surveillance du respect de la multiracialité et du multilinguisme (cf. minorités malaise et indienne), système éducatif et administration élitistes, défense nationale copiée sur Israël et la Suisse. Sans nier l’autoritarisme du régime, il ne fait pas non plus de doute que celui-ci a retiré dès les premiers signes de stabilisation politique et d’un certain décollage économique un énorme capital de confiance de la part de la population, moins préoccupée par la reconnaissance immédiate de libertés civiles et individuelles étendues que par l’amélioration de ses conditions de vie. Dès 1966-70, les autorités ont commencé à oeuvrer, investissements extérieurs aidant, en matière d’emploi, de logements, d’éducation et de santé. L’électorat a suivi et a connu l’exceptionnelle métamorphose du paysage urbain de Singapour en moins de 15 ans.

11Ici s’arrête l’éventail des conditions sociales préalables au développement de Singapour que les autorités jugeaient indispensable de créer pour réussir. Cette stratégie fut complétée par une série d’incitations économiques favorables à l’investissement étranger : maintien du statut de port libre, liberté de circulation des personnes et des biens, absence de contrôle des changes, niveau faible des salaires et des prélèvements obligatoires, exemptions fiscales, soutiens aux exportations, reconversion de la base britannique, modernisation accrue des infrastructures de communication et de transport, lancement de vastes programmes d’investissement publics,...

12Dépendant, plus que toute autre forme d’Etat peut-être, de la conjoncture extérieure, Singapour a également bénéficié des retombées de la croissance rapide des nations industrielles dans les années 60-70. Ses deux partenaires régionaux incontournables, l’Indonésie et la Malaisie, se sont engagés à leur tour sur le chemin de la stabilisation politique et du développement tandis que certains pays d’Extrême-Orient commençaient à afficher une expansion remarquable.

13En bref, formidable continuité de l’histoire, l’île-Etat a pu jouer dès 1965-70 deux cartes à la fois : le mondial et le régional.

Les grandes étapes du développement économique

14De l’entrepôt commercial traditionnel à la filiale-atelier se consacrant à l’exportation manufacturière et à l’offre de multiples services, moins de 15 ans se sont écoulés !

La situation initiale (1965-67)

15En 1965, le commerce d’entrepôt et les services de la base navale continuaient à fournir 75 % des emplois. Le plan de l’Economic Development Board (EDB) avait misé depuis 1961 sur la création d’entreprises de semi-transformation des produits de base de la région et sur une industrie de substitution progressive aux importations s’appuyant sur le marché de la Grande Malaisie. Suite à la rupture politique avec Kuala-Lumpur et à la confrontation avec l’Indonésie, les performances de l’économie insulaire furent médiocres jusqu’en 1966.

L’industrialisation accélérée (1967-78)

16L’adoption en 1967-68 des Industrial Expansion et Industrial Relations Acts marque le début d’une stratégie basée sur l’investissement étranger et le développement consécutif d’industries tournées vers l’exportation mondiale. Cette stratégie rencontre la préoccupation des grandes firmes occidentales et japonaises à la recherche d’implantations dans des pays du Tiers Monde relativement stables, bien situés et offrant une main-d’oeuvre peu onéreuse et de qualité. Singapour devient ainsi un point d’ancrage majeur de l’investissement international remplissant une double fonction : sous-traitance et réexportation qui nourrissent la concurrence entre nations industrielles, fournitures d’équipements et de services aux pays en développement de la région. Sur la toile de fond de l’effort de guerre américain au Vietnam transitant en partie par Singapour, de la reconversion des infrastructures militaires délaissées par les Britanniques (1971), de l’organisation d’une défense propre, et de la mise en valeur des ressources énergétiques régionales après le premier choc pétrolier, la cité-Etat ne tarde pas à connaître des taux de croissance parmi les plus élevés du monde.

17Le décollage du secteur secondaire repose d’abord sur des industries à forte concentration de main-d’oeuvre (chômage élevé) comme le bâtiment et la construction navale, héritières des docks de la base anglaise. A partir de 1975, parallèlement à un effort de diversification industrielle (textiles, horlogerie, photographie, optique, chimie, composants électriques et électroniques), le raffinage pétrolier (Moyen-Orient et Indonésie/Japon et région) devient l’une des locomotives des revenus à l’exportation de Singapour.

18Même si l’industrie manufacturière ne supplante à aucun moment l’importance du secteur tertiaire (64 % des actifs et 79 % du PNB en 1976) et que sa part tend à régresser depuis 1980-81, elle est néanmoins parvenue à représenter plus du quart de l’activité économique (35 % avec le bâtiment).

A la recherche d’un second souffle industriel depuis 1979-81

19L’aggravation de la récession mondiale, le dynamisme de la concurrence japonaise et des pays d’Asie du nord-est, la chute de la demande pétrolière et l’industrialisation graduelle des pays de l’ANASE affectent les secteurs-clé de l’essor industriel de Singapour des années 70-80. Procédant à une augmentation générale des salaires ( + 52 % en 1979-81) et des charges sociales, le National Wages Council a cherché à provoquer un début de délocalisation des industries à forte concentration de main-d’oeuvre et à faible valeur ajoutée, en particulier vers les pays voisins, afin de libérer des hommes (plein emploi et même recours à l’immigration étrangère en 1980) et des énergies productives pour s’orienter dans le créneau sélectif des hautes technologies et des services de pointe.

Performances actuelles

Un palmarès de performances

20Le niveau de vie à Singapour est aujourd’hui non seulement l’un des plus élevés d’Asie mais aussi l’un des mieux réparti en termes d’accès du plus grand nombre à l’éducation, à la santé, au travail et au logement. Dans le domaine international, les résultats économiques sont également spectaculaires.

Singapour, carrefour international d’investissements

21La cité-Etat a réussi son pari de devenir un carrefour majeur d’investissements. Le seul investissement manufacturier cumulé reçu de l’extérieur s’élève à 6.5 MM de US$ en 1973-85, soit 73 % du total officiel, c’est-à-dire les 2/3 des capitaux équivalents injectés en Indonésie (50 fois plus peuplée) durant la même période. Ce pourcentage a reculé ces dernières années, l’investissement local s’élevant à 1.5 MM de US$, soit 23 % du total, en 1980-87. 7000 sociétés étrangères (1972 en 1970) sont recensées, soit le tiers des entreprises existantes, 60 % des emplois, 70 % de la valeur ajoutée et 80 % des exportations ! Les statistiques officielles nous renseignent peu sur le secteur des services et sur les nombreuses participations minoritaires de non-résidents, notamment de Chinois des pays de l’ANASE, de Hong-Kong et de Taïwan. Avec 1 MM de US$ d’investissements manufacturiers cumulés à Singapour (88 sociétés connues), la Malaisie se situait en 1985 juste derrière le Royaume-Uni, Hong-Kong, le Japon et les USA. Les riches Indonésiens figureraient également parmi les tous premiers investisseurs.

22En sens inverse, derrière Hong-Kong et devant Taïwan, l’Arabie Saoudite et les Philippines, Singapour est devenu un investisseur non occidental majeur dans la région et au-delà (1.5 MM de US$ déjà en 1984). Sans oublier la Thaïlande et Brunei, la Malaisie et l’Indonésie sont les premiers destinataires (100 projets) et on ne compte plus le nombre des placements singapouriens aux Etats-Unis, en Australie et en Grande-Bretagne, mais aussi en Chine (400 M USS dans 115 projets en 1987).

Singapour, carrefour international de services

23Singapour a toujours été une société de services occupant en moyenne (de 1920 à 1960) 60 % des actifs et assurant les 2/3 de son PNB. L’industrialisation rapide a provoqué en 1965-80 un recul du poids du secteur tertiaire, mais elle a créé à son tour une demande de prestations nouvelles de la part de la clientèle régionale et mondiale. Depuis 1979-81, les services enregistrent le taux de croissance le plus élevé et dégagent des revenus bruts qui, en rythme annuel (62 % du PNB en 1987), dépassent très nettement en valeur le niveau de l’investissement national (35 % du PNB en 1987) ou de l’épargne totale (41 %). L’importance du secteur tertiaire dans son économie range Singapour parmi les 5 premiers pays de la planète, aux 3ème et 15ème places mondiales pour l’exportations de services (derrière Norvège et Suisse) et pour les revenus invisibles rapportés au nombre d’habitants.

24Les activités commerciales continuent à réunir 20 % des recettes et 37 % des emplois tertiaires. Le commerce extérieur totalise 93 fois le PNB, soit par comparaison le quart des échanges de la France ou davantage que ceux de la Chine. 75 % du commerce se partage entre les pays en développement de l’ANASE et de l’Asie du nord-est d’une part (Japon non compris), et les nations industrielles de l’autre. L’île assure 36 % des échanges extérieurs de la région ANASE et 80 % de son commerce intérieur. Biens d’équipements et produits pétroliers sont les deux postes dominants (32 % et 28 %), suivis par les produits manufacturés divers (18 %).

25La vocation portuaire de Singapour a été consolidée par l’essor des industries navale et pétrolière et par de vastes travaux de modernisation. En s’affirmant comme relais de la navigation internationale de gros tonnage (400 lignes maritimes) et comme centre de collecte et de distribution régionale par de plus petites unités, la cité-Etat s’est hissée au rang des plus grands ports du globe, y compris par la taille de sa flotte marchande.

26Porte de l’Asie-Pacifique et plaque tournante du trafic intra-ANASE, l’aéroport de Changi figure parmi les 10 premiers du monde et un second terminal sera achevé en 1989. Renforcé par le rayonnement international de la compagnie Singapore Airlines (8ème rang mondial), ce carrefour aérien se situe en Asie du sud-est à la croisée des chemins des touristes et des hommes d’affaires qui bénéficient sur place d’une densité exceptionnelle d’hôtels, de salles de réunions et de centres d’expositions.

27Profitant de la localisation horaire de Singapour et de l’héritage commercial et bancaire laissé par les Britanniques, les autorités ont favorisé le développement d’une grande place financière rivalisant avec Hong-Kong (7ème rang mondial derrière Suisse et Bahamas), notamment sur les marchés des changes et des placements. Fondé en 1968, le marché asiatique du US$ a totalisé 232 MM de transactions en 1987 (13 MM en 1975) et l’île-Etat s’est lancée depuis 1983, avec la création de SIMEX (Singapore International Monetary Exchange), dans l’offre de produits financiers sophistiqués.

28L’efficacité de tous ces services repose sur un noeud de télécommunications internationales à la pointe du progrès et unique en Asie du sud-est. Celui-ci contribue également à l’essor d’une jeune industrie de l’information et du savoir (éducation, formation, imprimerie, édition et presse, soins médicaux, recherche, consulting). Devenir un pôle régional de matière grise figure parmi les objectifs des prochaines décennies.

Délicates mutations industrielles

L’industrie des années 70 en crise

29Depuis le début des années 80, l’industrie manufacturière doit s’adapter à des données nouvelles et son rôle de moteur de l’expansion ne progresse plus comme avant (29 % du PNB encore en 1987 contre 20 % en 1970), contrairement aux objectifs initiaux du gouvernement.

30Les trois « grandes soeurs » de la croissance d’hier ont du affronter la crise :

  • l’industrie pétrolière (60 % des importations, 45 % des investissements étrangers, 40 % de la production manufacturière jusqu’en 1980) a été victime du recul de la demande et des prix mondiaux, du ralentissement consécutif de l’exploration off-shore, de l’entrée en service de raffineries en Indonésie et au Moyen-Orient, et d’une surcapacité domestique (nouveau complexe pétrochimique inauguré en 1982), même si la situation tend à s’améliorer depuis 1987) ;

  • la récession mondiale a réduit le gâteau de la construction navale que Singapour doit partager avec le Japon et la concurrence accrue de la Corée. Ne recevant plus de grosses commandes, les chantiers tentent de se spécialiser dans des petits bâtiments à usage spécifique et dans la réparation et la réhabilitation navales ;

  • l’industrie du bâtiment continue à traverser elle-aussi une crise profonde suite à l’urbanisation effrénée des 15 dernières années et à la saturation du marché immobilier.

A la conquête de nouvelles technologies ?

31La délocalisation d’industries de sous-traitance au départ des nations industrielles, elles-mêmes en pleine expansion dans les années 60-70, semble avoir répondu à un processus d’industrialisation mondiale en cascade, notamment en Asie du nord et du sud-est. Peut-il en aller de même aujourd’hui dans des secteurs très concurrentiels et sensibles comme l’aéronautique, l’informatique, les biotechnologies, la pharmacie, l’optique et les télécommunications au programme à la fois des orientations des pays industrialisés et des demandes de transferts de technologies exprimées par Singapour ou d’autres pays avancés ?

32L’exemple de l’électronique n’est qu’à demi probant. Singapour a certes réussi à remonter depuis 1974 la filière jusqu’à des productions de haute gamme se superposant à celles, plus anciennes, de composants et de biens de consommation (l’électronique et la bureautique représentent 27 % des exportations en 1987). Mais, les unes et les autres se heurtent de plus en plus à l’évolution très cyclique du marché, à la dépendance vis-à-vis des débouchés et du protectionnisme aux Etats-Unis et ailleurs, et aux dimensions très modestes du marché régional pour pouvoir y développer une industrie de l’électronique verticalement intégrée. L’implantation récente de filiales étrangères dans les domaines de l’informatique et des biotechnologies (Parc des Sciences) témoigne de la capacité de Singapour de se tailler quelques niches de spécialisation, au demeurant suffisantes à l’échelle d’une cité-Etat. Toutefois, le transfert de technologies de pointe s’effectue de manière très parcellaire ; l’île ne possède ni le coussin scientifique et de matière grise suffisant, ni un grand marché intérieur pour pouvoir soutenir la compétition internationale que se livrent occidentaux et japonais dans ce domaine.

33L’acquisition de nouvelles technologies semble mieux s’adapter, dans le cas de Singapour, au renforcement et à la modernisation de son économie tertiaire déjà performante qu’au développement ex nihilo, sauf niche exceptionnelle, d’une seconde révolution industrielle. L’avenir de Singapour se situe probablement dans l’excellence de ses services à la frontière du développement technologique des nations industrielles et des besoins en équipements et en industries de masse des pays de la région.

La récession de 1985-86 et les enjeux des prochaines décennies

Première récession depuis l’indépendance (1985-86)

34Progressant encore de +8.2 % en 1984, l’économie de Singapour s’est contractée, pour la première fois depuis l’indépendance, de -1.6 % en 1985. Cette même année, 96.000 emplois ont été supprimés (chômage : 4.1 %) et la faillite spectaculaire du groupe Pan Electric a provoqué la fermeture des bourses de Singapour et de Kuala Lumpur pendant plusieurs jours. La situation s’est redressée en 1986 avec + 1.8 % de croissance, mais toutes les prévisions rejoignaient alors celles du discours national de Lee Kuan Yew annonçant, en août 1986, une expansion plus lente en 1987-90 que par le passé.

35En février 1986, le rapport d’un comité de 12 sages présidé par le ministre Lee Hsien Loong, fils du Premier Ministre, a identifié plusieurs origines à cette crise :

  • la récession simultanée des industries pétrolière, navale et de la construction a été aggravée par la réduction des échanges commerciaux découlant de la chute des revenus à l’exportation des pays voisins, des tendances protectionnistes des nations industrielles et du ralentissement de leurs achats, de la fluctuation des marchés technologiques et du coût élevé du dollar américain ;

  • le dirigisme des pouvoirs publics (80 organismes et 600 entreprises contrôlées au moins en partie par l’Etat) n’a pas toujours contribué aux meilleures décisions ces dernières années. La politique des hauts salaires, le niveau des prélèvements obligatoires ( + 40 % du coût salarial moyen) et de l’épargne (43 % du PNB en 1986 !), le maintien d’un dollar de Singapour et de taux d’intérêts surévalués, ont nuit à la compétitivité des productions industrielles locales au profit de concurrents moins chers comme Hong-Kong, Taïwan et la Corée du sud.

36Suivant les recommandations du rapport des sages, les autorités cherchent à relancer l’économie par une baisse des coûts fixes d’exploitation des entreprises, une amélioration de la productivité, une contribution plus directe de l’épargne à l’investissement, une formation accrue des jeunes, un désengagement partiel de l’Etat au profit du secteur privé.

  • L’impôt sur les sociétés a été réduit de 40 à 33 % et la contribution des employeurs au Central Provident Fund (caisse sociale et de retraite) de 25 à 10 % des salaires.

  • Un rapport du ministre des finances a annoncé, en mars 1987, un programme de privatisations partielles ou totales de 47 entreprises liées au grand holding public Temasek et pour un montant de 2.75 MM de US $. La part globale de l’Etat dans l’économie nationale devrait diminuer ainsi de 10 %.

  • Des études se sont engagées pour canaliser l’épargne vers l’investissement privé domestique qui, contrairement à Hong-Kong, a fait défaut au développement initial de Singapour. Le niveau de l’épargne a en effet dépassé, pour la première fois en 1986 et malgré la récession, celui de l’investissement ; les fonds du CPF s’élèvent à 14 MM de US $ et les dépenses publiques représentent 35 % du produit national brut d’origine domestique (0.5 à 2.5 fois plus qu’en Malaisie, Corée, Taïwan).

37Les premiers résultats enregistrés en 1987 sont encourageants. Retrouvant un taux de croissance supérieur à 8 %, l’économie insulaire a sans doute bénéficié de la politique de réduction des coûts fixes de production, d’une demande mondiale plus soutenue qu’en 1985-86 et d’une réallocation internationale de ressources en termes d’investissements faisant suite au changement de la parité yen/dollar américain.

38De nouvelles inquiétudes ont surgi cependant au regard de la montée des protectionnismes, notamment aux Etats-Unis et, dans une moindre mesure, en Europe (le grand marché communautaire de 1992 ?). Néanmoins, ceux qui prédisaient une croissance lente après 1986 se sont trompés : avec + 11.2 % au premier semestre 1988, Singapour, comme certains autres pays d’Asie, pourrait bien retrouver un taux d’expansion à deux chiffres ? !

Les enjeux des prochaines décennies

39Le recul du PAP aux élections législatives de 1984 (victoire de deux députés de l’opposition) et la récession de 1985-86 ont frappé les esprits, même s’ils ne menacent pas, comme en 1965, la viabilité et la poursuite du développement de Singapour. Ils ne sont pas le pur produit du hasard ou de la conjoncture mais expriment la nécessité d’adaptations structurelles d’ici à l’an 2000 : Singapour vit à l’heure de la transition.

40Fasciné à juste titre par 20 ans d’expansion économique et de stabilité politique ininterrompues, l’observateur non averti se laisse facilement influencer par le modernisme matériel et apparent de la cité-Etat. Celle-ci demeure pourtant, à bien des égards, un petit pays encore moyennement développé.

Une population à la recherche de nouvelles frontières

41La société insulaire est en train de traverser une période de renouvellement complet des générations et de profond rajeunissement de sa population. 66 % des Singapouriens ont moins de 35 ans et n’ont pas connu ou à peine les années difficiles qui ont précédé l’indépendance. Familiarisés avec les valeurs nationales développées depuis 1965 et avec un niveau de vie de plus en plus élevé, leur perception des thèmes de la survie et de la cohésion à tout prix de la cité-Etat, cultivés par le pouvoir, a sensiblement évolué : l’échelle des priorités se modifie et s’exprime en partie, pour la première fois, de la base vers le sommet de la hiérarchie sociale.

42Pris en charge par un gouvernement jugé pendant longtemps comme infaillible, employés et cadres ont été habitués à se comporter en exécutants appliqués des décisions d’un conseil d’administration suprême présidé par Lee Kuan Yew. La crise de 1985-86 a été un choc brutal et à l’heure de mutations indispensables pour préparer l’avenir, l’esprit d’imagination, d’initiative et de création fait gravement défaut depuis l’école jusqu’aux plus hauts postes dans le monde du travail.

43D’autres problèmes alimentent aussi les préoccupations récentes. Si les très jeunes ont reçu un niveau satisfaisant d’éducation, il reste une bonne moitié de la population qui s’est arrêtée à la fin de l’enseignement primaire ou qui n’est jamais allée à l’école (23 %). Du côté des élites, la conception dirigée de la construction nationale a absorbé l’essentiel des talents au service de la haute administration, de la gestion des sociétés publiques et des filiales étrangères, et au détriment du secteur privé domestique et d’activités non immédiatement rentables comme la recherche scientifique, les arts et la culture.

Défis de rationalisation et de diversification économiques

44L’absence d’entrepreneurs industriels et de capitaux locaux en 1965 a motivé le recours systématique à l’investissement étranger et à l’intervention des pouvoirs publics. Il n’y avait sans doute guère d’autre choix possible à l’époque, mais cette stratégie de développement ne justifie pas la négligence durable et générale de l’initiative privée domestique. Les groupes étrangers ou publics modernes cohabitent aujourd’hui avec un réseau dense mais mal structuré et peu rentable de petites sociétés, surtout artisanales et commerciales, dont les faibles capacités financières limitent avant même son entrée en vigueur complète la portée du programme de privatisation. La privatisation du capital de certaines grandes sociétés publiques (Singapore Airlines) reste très partielle, principalement souscrite par des investisseurs étrangers, et ne s’accompagne pas d’une libéralisation de la gestion qui demeure entre les mains des hauts fonctionnaires très proches du pouvoir.

45L’industrialisation des deux premières décennies ne constitue ni un modèle de développement pour les pays voisins, tant ses conditions initiales étaient et demeurent spécifiques, ni peut-être un gage d’expansion pour l’avenir de la cité-Etat elle-même. L’objectif, fixé en 1979-80, d’une seconde révolution industrielle se heurte à de nombreux problèmes aussi bien du côté des pays censés transférer une partie de leur meilleur savoir-faire que de celui de l’île-Etat et de son espace régional insuffisamment préparés à la recevoir et à la faire fructifier. Il n’est pas non plus évident que le gouvernement de la petite république soit, par définition, le mieux placé pour juger des créneaux exploitables.

46La priorité exclusive donnée au secteur tertiaire ne saurait pas davantage constituer l’échappatoire idéale et systématique. D’abord parce qu’il existe un lien direct entre le dynamisme d’un certain nombre de services et la santé de l’industrie nationale vouée à l’exportation. Par ailleurs, il pourrait être dangereux de trop miser sur des types d’activités purement spéculatives, boursières et financières par exemple, dont l’identité et la fluidité se moquent des frontières et des besoins intérieurs des Etats.

47Enfin, l’extrême dépendance vis-à-vis de l’étranger en matière d’investissements et d’exportations de biens et de services condamne Singapour à multiplier clients et fournisseurs pour réduire précisément une telle vulnérabilité. Ceci suppose le maintien d’une économie mondiale ouverte et la maîtrise de la récession économique des pays voisins, susceptible, dans le cas contraire, d’affecter la stabilité et le développement de la région.

Transition politique et succession des hommes au pouvoir

48Suite au recul du PAP aux élections de 1984, aux difficultés de l’économie et à l’annonce du retrait, au moins partiel, de Lee Kuan Yew des affaires dès ses 65 ans en 1988, les autorités insulaires cherchent la recette idéale d’un nouveau dosage de cohésion et de flexibilité du pouvoir et de la société.

49Planification de la succession des hommes au pouvoir, népotisme et présidentialisation possibles du régime en faveur des Lee and Lee, attaques vigoureuses contre la démocratie parlementaire et certaines valeurs de l’Occident, édification d’un système de défense « totale », visent à renforcer la cohésion nationale. La flexibilité est aussi à l’ordre du jour avec des mesures encore timides mais réelles : départ en retraite de la vieille garde du PAP, promotion des jeunes à tous les niveaux, nomination de « Junior Ministers », dénonciation publique du paternalisme d’hier, reconnaissance d’un certain droit à l’erreur et à la différence, désengagement de l’Etat dans l’économie, multiplication des programmes de formation et de recherche,...

50Tournée vers le futur au terme de 20 ans d’encadrement très strict, la cité-Etat doit se garder de toute standardisation excessive, de l’avènement de jeunes technocrates dépourvus de sens politique, du risque d’asphyxie par le renforcement du conformisme social déjà existant. Face à l’imprévisibilité du monde extérieur et en l’absence de solutions économiques et politiques intérieures scientifiquement programmables, la meilleure chance de Singapour réside à mi-chemin entre l’organisation de sa sécurité interne et externe, et le respect de la libre initiative, de la créativité, de la diversité culturelle et du pluralisme sans lesquels l’avenir pourrait être synonyme de stagnation ou de déclin.

***

A la recherche de la définition d’une cité-Etat

51Singapour ne se trouve menacé aujourd’hui ni d’absorption par ses voisins, ni de subversion intérieure, ni de disparition pure et simple de la carte économique et politique de l’Asie du sud-est. L’histoire nous enseigne qu’il n’en sera peut-être pas toujours ainsi ; les regards se tournent vers l’avenir de Hong-Kong et de Macao.

52Dans l’immédiat, rien de fâcheux n’est prévisible en ce qui concerne la petite république. Il lui faut donc ne pas manquer le rendez-vous de la transition vers davantage de maturité et vers un développement plus adulte passant par une responsabilisation accrue de sa population, seul capital local réellement disponible. La double nécessité de la cohésion et de la flexibilité de la société insulaire est l’unique instrument dont Singapour maîtrise pleinement le contrôle pour se maintenir et prospérer dans l’espace régional et international.

53La cité-Etat ne doit-elle pas témoigner, en raison de sa nature même, de tous les talents d’une équilibriste sans jamais connaître ni la longueur ni l’épaisseur du fil qui soutient sa destinée ?

Annexes

Annexes statistiques

Tableau 1 - Indicateurs de base

Source: Singapore Department of Statistics.

Tableau 2 - Composition du PIB et répartition des emplois par secteurs

Source: Singapore Department of Statistics.

Tableau 3 - Commerce extérieur : importations (M)/exportations (X)

Source: Singapore Department of Statistics.
* aucune statistique officielle depuis 1965, et les statistiques indonésiennes sont très sous-évaluées.

Tableau 4 - Investissements dans le secteur manufacturier par pays d’origine (1975-85)

Source: Singapore Department of Statistics.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site