Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

La bande des quatre pays nouvellement industrialisés

Hong-Kong : au service de l’industrie

Michel Fouquin

Texte intégral

L’avenir politique

1La croissance économique de Hong-Kong exceptionnellement forte de 1960 à 1980 est passée depuis cette époque par des hauts et des bas très marqués. L’incertitude politique quant au futur statut de Hong-Kong et l’instabilité économique mondiale en sont les causes principales.

2Jusqu’en 1997 et au-delà, l’incertitude demeure et demeurera une donnée majeure permanente du développement de Hong-Kong. Les avis divergent profondément sur la viabilité du schéma « un pays, deux systèmes » qui caractérisera en 1997 la situation de Hong-Kong au sein de la Chine. Cependant la mise en place progressive des institutions qui permettront de faire fonctionner le système a démontré jusqu’à présent que les capacités d’adaptation — de part et d’autre, c’est à dire du côté de Pékin et du côté des Chinois de Hong-Kong — sont énormes. L’adhésion autonome de Hong-Kong au GATT en est un exemple frappant. La disproportion entre les forces en présence justifie l’optimisme à long terme, Hong-Kong ne peut pas déstabiliser la société chinoise, en sens inverse, quelques soient les soubresauts politiques internes, le gouvernement chinois sait jusqu’où il est prêt à aller. En pleine Révolution Culturelle, Hong-Kong a été largement épargnée alors que d’un point de vue strictement idéologique il aurait sans doute fallu commencer par faire la révolution à Hong-Kong avant de la faire à Shangaï.

3Aujourd’hui plus que jamais Hong-Kong occupe une place exceptionnelle dans l’économie mondiale. C’est un centre nerveux ou les techniques les plus sophistiquées sont présentes :

  • centre financier international, 47 des 50 premières banques du monde sont présentes à Hong-Kong et sont reliées à toutes les grandes places financières du monde. On y trouve des professionnels de niveau comparable à ceux de Tokyo, de Londres ou de New-York.

  • centre de production de masse de biens de consommation, Hong-Kong est un des pays qui sait le mieux adapter à son savoir-faire les méthodes de production les plus efficaces et les plus modernes.

  • centre de transit et de commerce de toutes sortes de marchandises, Hong-Kong est un débouché essentiel pour la Chine grâce à sa maitrîse du commerce international.

4Par certains aspects Hong-Kong semble appartenir déjà au xxième siècle. On comprend dans ces conditions que la Chine ait un intérêt majeur à conserver Hong-Kong dans un état de bon fonctionnement.

5De plus la sensibilité de la population de Hong-Kong à la précarité de son statut est très grande et signifie que beaucoup de personnes ont d’ores et déjà pris leurs précautions et sont prêtes à partir. La main mise de la Chine sur Hong-Kong risquerait de se refermer sur une coquille vide.

Tableau 1 - Profil statistique de Hong-Kong

Tableau 1 - Profil statistique de Hong-Kong

L’indicateur PNB par habitant est exprimé en dollars selon un taux de change approché du taux qui assurera la parité de pouvoir d’achat, il ne correspond donc pas à la valeur du dollar observée sur les marchés.

Tableau 2 - Hong-Kong : données récentes

Tableau 2 - Hong-Kong : données récentes

Sources : IFS (FMI), BMS (ONU).

La montée des activités de services

Industrie manufacturière et services

6L’idée fréquemment répandue d’un Hong-Kong centre d’assemblage à bas salaires doit être définitivement abandonnée. La pauvreté existe, les conditions d’exploitation de la main d’oeuvre sont sévères, mais le niveau de vie moyen atteint désormais plus de 9.400 dollars US en 1988, soit un niveau proche de celui de l’Italie. Les activités à très fort contenu en main d’oeuvre peu qualifiée sont partis en Chine, en Malaisie, en bref dans tous les pays à bas revenus et moins touchés par le protectionnisme américain. Les entrepreneurs de Hong-Kong sont souvent devenus par la même occasion des chefs d’entreprises multinationales. Ainsi les premiers investisseurs étrangers en Chine populaire sont les Chinois de Hong-Kong.

7De plus en plus l’activité de Hong-Kong est une activité de services à haute valeur ajoutée tandis que l’activité industrielle décline. De 1965 à 1984 la part de l’industrie dans le PIB est tombée de 40 à 31 %, tandis que celle des services est montée d’autant, passant de 58 à 68 % du PIB. Le même phénomène peut être observé en termes d’emploi où la part des services s’est accrue de 6 % au cours de la même période pour atteindre 47 % des emplois.

8De même que dans le cas de Singapour, l’activité manufacturière, bien qu’encore dominante en termes d’emplois et de commerce international par rapport aux différentes activités de services, tend à céder régulièrement du terrain. Les termes d’économie semi-industrialisée ou de nouveaux pays industriels s’appliqueront de moins en moins bien à ces deux villes-Etats qui sont plutôt des centres de commerce et de finance internationaux.

Hong-Kong porte de la Chine Populaire

9Bien que cela soit sans doute connu il faut tout de même rappeler que la Chine Populaire est un des grands exportateurs mondiaux. Même si par rapport à la taille du pays cela reste peu de chose, la Chine est un des principaux pays exportateur du Tiers-Monde, elle devance de loin le Brésil, l’Indonésie et de très loin l’Inde. En termes de commerce total (import plus export) elle est au premier rang hormis l’Arabie Saoudite. Une proportion très importante de ce commerce passe par Hong-Kong, le tiers des importations provenant de Chine, ce qui représente environ 37 % des exportations chinoises. Sur ce total 3 milliards sont destinés à être transformés ou consommés à Hong-Kong tandis que 7 milliards sont simplement réexportés. En d’autres termes Hong-Kong a su depuis quelques années tirer à plein profit de la réforme économique en Chine pour développer son activité de port de commerce international. Elle atteint aujourd’hui la seconde place mondiale après Rotterdam pour les conteneurs. D’ici cinq ans le port de Hong-Kong pourrait devenir le premier du monde c’est pourquoi de grands travaux d’agrandissement du port sont en cours pour éviter l’engorgement des installations existantes.

Hong-Kong : place financière internationale

10Sur le plan financier la ville de Hong-Kong est selon Pierre Lamy plus une place financière internationalisée qu’une place financière internationale c’est à dire que tous les opérateurs présents à Hong-Kong gèrent leurs affaires sans faire de distinction entre le local et l’international. De ce point de vue encore les banques de Chine Populaire présentes à Hong-Kong y sont pour attirer des capitaux en Chine ou pour développer les exportations chinoises. De plus Hong-Kong est au centre géographique de la dette asiatique entre la Corée du Sud, l’Indonésie et les Philippines. Enfin tout le monde sait que le niveau de professionnalisme des employés de banque est très élevé à Hong-Kong.

11Certains bons esprits ajoutent que la profession de banquier international est une profession qui ne demande que quelques terminaux, quelques adresses et du savoir faire que l’on porte avec soi. Ce qui est évidemment très commode si l’on doit faire ses valises du jour ou lendemain.

12Cela étant dit il demeure que l’activité du commerce et la production manufacturière sont les principaux moteurs de l’activité économique. En termes d’échanges par exemple les services ne représentent encore en 1984 que 44 milliards de dollars de Hong-Kong contre 235 milliards d’exportations et de réexportations de marchandises (respectivement 57.1 % et 42.9 % des exportations totales). Plutôt que d’opposer un secteur à l’autre il est plus intéressant de noter que la diversification croissante des activités productives est un gage de dynamisme de cette ville-Etat.

La spécialisation industrielle

Caractéristiques générales

13Au premier abord ce qui frappe c’est la très forte concentration des exportations de Hong-Kong sur quelques produits clefs qui lui permettent d’atteindre le premier rang mondial à l’exportation de tissus pour les vêtements devant l’Italie et la Corée du Sud, pour les jouets devant Taïwan et le Japon, pour les vêtements de cuir devant la Corée et la Grèce. En quantité Hong-Kong est aussi et de loin le leader mondial de l’exportation de montres devant le Japon et la Suisse et de l’exportation de radios, mais la valeur unitaire des produits exportés par Hong-Kong est nettement inférieure dans ce cas à celle de ses concurrents. En fouillant dans le détail il serait possible de multiplier les exemples du dynamisme exportateur et de la spécialité de Hong-Kong : faire de l’argent en investissant peu.

14A la différence de la Corée, de Taïwan ou même de Singapour, Hong-Kong ne paraît pas douée pour la réflexion à long terme qu’impose l’entrée dans les nouvelles technologies. Une certaine volatilité des capitalistes chinois jointe au non dirigisme de principe de gouvernement de Hong-Kong sont sans doute les raisons principales du retard pris par Hong-Kong dans certains domaines de l’électronique par rapport aux autres NPI. Des projets publics se font cependant jour en ce moment qui pourraient pallier cette déficience.

15Hong-Kong dispose dans certains domaines — télécommunications, systèmes informatiques, immeubles de bureau entièrement cablés — des équipements les plus modernes du monde qu’elle sait utiliser de manière magistrale, dans le domaine financier ou commercial, mais elle tarde dans celui de la production manufacturière.

16Dans le domaine de l’électronique Hong-Kong dépend beaucoup trop des composants et des pièces détachées importées pour ne fabriquer que des biens de petite qualité (électronique de l’industrie du jouet). Depuis plusieurs années l’industrie électronique à Hong-Kong progresse peu, surtout si on la compare à celle des autres NPI d’Asie. Depuis deux ans la part de marché de Hong-Kong sur le marché américain a décru de moitié, passant de 6.4 % en 1983 à 3.5 % en 1985. Ces résultats confirment l’idée de la faiblesse récurrente de cette industrie à Hong-Kong.

17Seule l’industrie de l’horlogerie fait preuve d’un dynamisme remarquable. La production de montres a fait un bond de 40 % en 1986 grace notamment au travail de sous-traitance réalisé en Chine populaire.

18La nouvelle donne monétaire mondiale (chute du dollar et montée du yen) aurait pu faire croire que Hong-Kong allait se trouver pris au piège : payer de plus en plus cher ses composants au Japon et perdre des parts de marché aux Etats-Unis. Dans la réalité rien de tout cela n’est arrivé. Au contraire même les choses se sont très bien passées en 1986 et devraient être bonnes encore en 1987-88. Pour quelles raisons ?

19En termes de semi-conducteurs par exemple l’avantage pris par le Japon est tel que le prix de vente à Hong-Kong est nettement inférieur au prix de vente aux USA compte tenu de l’accord passé entre les Etats-Unis et le Japon. L’assembleur de Hong-Kong a donc encore intérêt à acheter au Japon pour assembler en Chine et exporter aux Etats-Unis. L’entrepreneur de Hong-Kong est en permanence à la recherche du fournisseur le moins cher pour ses composants et en ce sens il ne peut pas être pénalisé puisqu’il achète en dollar US pour revendre en dollar US. Par contre le producteur américain va devoir payer ses composants 30 % plus cher qu’à Hong-Kong et payer une main d’oeuvre 3 ou 4 fois plus cher.

Le protectionnisme au secours des exportations textiles de Hong-Kong ?

20Le protectionnisme en matière textile est une vieille connaissance : en plus des tarifs qui sont aux Etats-Unis cinq fois plus élevés sur ces produits que sur les autres, des quotas sur les produits en coton ont été imposés à l’importation dès 1962. L’effet des quotas fut en vérité très bénéfique pour Hong-Kong, qui fit payer de plus en plus cher ses exportations aux Etats-Unis, ce qui lui permit de réinvestir dans des secteurs non concernés par les quotas (synthétique, laine, etc.). Devant les succès remportés par Hong-Kong, en 1972 les quotas sont élargis aux synthétiques et à la laine. La même histoire s’est reproduite récemment avec les vêtements en lin, en soie et en ramie. Une autre méthode utilisée par les capitalistes de Hong-Kong consiste à délocaliser leur production dans les autres pays d’Asie non concernés par les quotas. La même histoire se reproduit alors avec la Thaïlande ou la Malaisie et s’élargit. Aujourd’hui le système des quotas qui n’a pas empéché Hong-Kong de devenir et de rester depuis 1973 le premier exportateur mondial de vêtements, apparaît même comme une garantie de survie pour cette industrie. En effet, elle n’est plus tout à fait compétitive à Hong-Kong mais Hong-Kong dispose de quotas. Pendant un temps les industriels de l’île ont sous-traité en Chine la fabrication de certains biens de manière à baisser leurs prix. Mais cela leur a été interdit par les Américains, il a donc fallu choisir entre le maintien des usines à Hong-Kong ou ne pas remplir les quotas. Le maintien de la production a entraîné depuis la modernisation des usines textile existantes ce qui s’est traduit notamment par l’achat de machines à contrôle numérique japonaises.

***

La nouvelle donne

21A plusieurs reprises on a mentionné les effets de la baisse du dollar pour souligner que le dollar de Hong-Kong baissait dans les mêmes proportions, la compétitivité de la colonie se trouvait renforcée vis-à-vis du Japon et vis-à-vis de l’Europe sans être autrement affectée dans son commerce avec les Etats-Unis et ceci malgré le protectionnisme croissant de ces derniers. Les pressions des Etats-Unis sur Hong-Kong sont moins fortes que vis-à-vis des autres NPI. Il est très difficile en effet de mettre en accusation un pays qui équilibre tout juste sa balance courante et qui pratique le libre-échange presqu’intégral. De ce point de vue le seul point faible de Hong-Kong c’est la sous-traitance en Chine et le contrôle que les Etats-Unis peuvent exercer sur l’exportation de certains produits « sensibles » en Chine. Les pressions des Etats-Unis pour une réévaluation du dollar de Hong-Kong s’avèrent délicates car le gouvernement local a pris pour gage de la stabilité financière de l’île le maintien à tout prix de la parité dollar US — dollar de Hong-Kong. Une réévaluation ouvrirait la voie à toutes sortes de spéculations qu’il vaut mieux éviter. La montée du yen et de l’ECU a d’ores et déjà donné un élan supplémentaire aux exportations de Hong-Kong. La grande question est de savoir si le marché japonais va s’ouvrir largement aux produits de Hong-Kong. Ce que l’on peut dire aujourd’hui c’est que les consommateurs japonais que sont les touristes japonais à Hong-Kong sont tout à fait prêts à acheter des produits made in Hong-Kong. L’ouverture éventuelle du marché japonais devrait ainsi d’abord bénéficier massivement aux NPI d’Asie.

22A long terme cependant on peut penser que les objectifs à courte vue des industriels de Hong-Kong ainsi que la concurrence chinoise seront défavorables au secteur industriel local. Les pressions seront de plus en plus fortes pour que le gouvernement de la colonie adopte une attitude plus juste pour soutenir les efforts de Recherche et Développement.

23Si l’industrie paraît vouée à un déclin relatif, les activités de services semblent au contraire assurées d’un bel avenir.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Profil statistique de Hong-Kong
Légende L’indicateur PNB par habitant est exprimé en dollars selon un taux de change approché du taux qui assurera la parité de pouvoir d’achat, il ne correspond donc pas à la valeur du dollar observée sur les marchés.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau 2 - Hong-Kong : données récentes
Légende Sources : IFS (FMI), BMS (ONU).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Auteur

Chef du Département Structures Industrielles, Centre d’Etudes Prospectives et d’Informations Internationales CEPII, Paris.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site