Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

La bande des quatre pays nouvellement industrialisés

Le « modèle » Taiwanais

Dominique Jolly et Jean-Raphaël Chaponniere

Texte intégral

  • 1 Ces immigrants qui ont progressivement refoulé les premiers habitants de l’île sont en fait composé (...)

1Peuplée de 19 millions d’habitants, Taïwan a une superficie comparable à celle de la Suisse et les trois-quart de cette île tropicale sont montagneux. Située à 150 kilomètres au large des côtes chinoises, Taïwan a été progressivement peuplée par des immigrants de la Chine Continentale en provenance de la province du Fukien1.

2A l’issue de la guerre sino-japonaise, le Japon s’est emparé de Taïwan qu’il a restitué à la Chine après un demi-siècle de colonisation (1895-1945). Depuis 1949, Taïwan, devenue la République de Chine, est gouvernée par le Kuomingtang qui vingt ans durant était considéré comme le seul représentant de la Chine. La reconnaissance de Pékin par l’ensemble des capitales occidentales au cours des années 60 a isolé le régime de Taipeh qui n’entretient des liens diplomatiques qu’avec seulement une vingtaine d’Etats. Cet isolement n’a pas été un obstacle à l’expansion commerciale de l’île qui a établi des liens commerciaux avec une centaine de pays.

3La croissance économique de Taïwan a été spectaculaire : classée parmi les nations les plus pauvres en 1950, Taïwan est aujourd’hui au seuil de l’OCDE avec un revenu per capita proche de US$ 4000. Celui-ci a été multiplié par 6.5 en trois décennies et les taïwanais ont vécu des transformations qui, ailleurs, ont exigé plusieurs générations. Cet essor, qualifié de miraculeux, s’est effectué dans des conditions équitables et sans endettement. Un parcours économique « sans faute » depuis 1949.

Tableau 1 - Taïwan en chiffres (1986)

Tableau 1 - Taïwan en chiffres (1986)

Sources : CEPED.

L’héritage colonial

4Lorsqu’en 1949, le gouvernement du Kuomintang en exil débarque à Taïwan, il découvre une province qui n’a pas son égale sur le continent ; restée sous la tutelle de Pékin elle n’aurait sans doute pas connu un développement comparable.

5Les objectifs coloniaux des Japonais ne diffèrent guère de ceux des Européens. Tokyo souhaite transformer la province chinoise en une appendice agricole du Japon. Taïwan est ainsi devenu avec la Corée le grenier à riz du Japon et son principal fournisseur de sucre. Ces exportations finançaient les importations de produits manufacturés et le surplus commercial était investi dans l’amélioration des infrastructures (irrigation, ports, voies ferrées et routes).

6Taïwan n’est pas devenue une colonie de peuplement et le colonialisme y a été une affaire d’Etat. La métropole a choisi de contrôler directement sa colonie où elle a mis en place une administration efficace. L’agriculture a été modernisée, les efforts ont autant concerné les cultures de rente (sucre) que les cultures vivrières (le riz). Les Japonais ont privilégié les efforts de formation et de vulgarisation et n’ont pas investi dans de grandes plantations. Taïwan n’a pas souffert des excès du dualisme constatés en Indonésie : la colonie a été le théâtre d’une véritable « Révolution Verte » lorsque les Japonais ont introduit des nouvelles variétés de riz. En 1940, les rendements moyens en paddy y étaient comparables à ceux de la Thaïlande d’aujourd’hui.

7Dans le domaine industriel, le Japon a appliqué le « pacte colonial », cantonnant les taïwanais dans les activités artisanales. Cette attitude a évolué à partir des années trente lorsque le Japon a fait participer la colonie à son effort de guerre. La croissance industrielle a alors été assez rapide, 6 % en rythme annuel durant les années 30 ; en 1940, 130.000 travailleurs ont été recensés dans l’industrie manufacturière et la production locale assurait 40 % de la demande de produits manufacturés (hors agroalimentaire) ; ce taux était plus élevé pour les biens intérmédiaires et les biens d’équipement (66 %) que pour les biens de consommation courante (37 %).

8L’héritage économique de la période coloniale n’était donc pas négligeable. A l’indépendance, la colonie possédait une économie ouverte (le commerce extérieur représentait 35 % du PNB en 1940), des infrastructures développées, une agriculture intensive et avait acquis une première expérience industrielle. L’encadrement y était assuré par des expatriés : deux techniciens agricoles sur trois et huit ingénieurs sur dix étaient japonais. Leur départ a créé un vide, très vite comblé toutefois par l’arrivée massive d’ingénieurs et de cadres fuyant la Chine continentale.

Trois décennies de croissance

9En trois décennies, le produit national taïwanais a été multiplié par seize, soit un taux de croissance annuel moyen de 8.5 %, une performance d’autant plus remarquable que ce pays consacre 5 % de son PNB à sa défense.

10L’évolution des échanges a été l’élément le plus frappant de cette croissance. Les exportations ont véritablement explosé en atteignant en 1987 52 MM de US$ dont 90 % consistent en produits manufacturés. L’industrie a été le moteur de la croissance, elle s’est développée à un rythme moyen de 13 % et son poids dans la PIB est passé de 11 % à 37 % entre 1950 et 1987. L’essor de l’industrie manufacturière a permis de créer 2.2 millions de nouveaux emplois depuis 1952, soit la moitié de ceux créés depuis 1952.

11Cette croissance a exigé une accumulation de capital extrêmement élévée, le taux d’investissement était de 15 % dans les années 50, de 25 % dans les années 70 pour atteindre 35 % en 1980 ; depuis il a baissé pour représenter 20 % du PNB. Alors qu’au cours des années 50 l’aide finançait 40 % de ces investissements, Taïwan a accédé à l’autonomie financière dans les années 70 et cette économie dégage depuis 1980 des surplus très importants de liquidités.

D’une agriculture exploitée à une agriculture assistée

12Cultivant seulement 883.000 hectares, Taïwan nourrit 19 millions d’habitants ; en 20 ans la production agricole a augmenté de 120 % et l’éventail des cultures s’est élargi. Le climat et l’encadrement permettent des doubles voire des triples récoltes pour certaines spéculations.

  • 2 La révolte de 1947 qui a été sévèrement réprimée était un phénomène urbain.
  • 3 KMT léniniste.

13L’absence de rapports privilégiés entre l’Etat et les propriétaires fonciers taïwanais a permis de réaliser la Réforme Agraire que le fondateur du Kuomintang avait souhaité entreprendre en Chine. Cette réforme répondait à une urgence plus économique que politique2 : assurer l’approvisionnement des villes grossies par l’arrivée d’un million d’immigrants. Les propriétaires de plus de 3 hectares ont été expropriés et le métayage supprimé. L’Etat s’est approprié la part de la récolte des propriétaires fonciers pour rémunérer l’armée et l’administration. Monopolisant d’une part la distribution d’engrais et d’autre part l’exportation de riz et de sucre, le Kuomintang, fidèle a sa tradition léniniste3, a mené une politique « des ciseaux » défavorable aux prix agricoles. On estime qu’au cours des années 50, ces transferts ont financé le tiers des investissements soit autant que l’aide américaine.

14La Réforme Agraire a renforcé les bases de l’agriculture minifundiaire. La terre a perdu de son interêt comme valeur refuge. A partir des années 60, la baisse rapide des prix relatifs du riz a amené les agriculteurs à diversifier leurs productions, et à s’engager successivement dans la récolte d’ananas, d’asperges, de champignons pour l’exportation. Ces ressources additionnelles n’étant pas suffisantes, les agriculteurs ont été de plus en plus nombreux à s’engager dans des activités « off-farm ». La décentralisation de l’industrie a alors favorisé les déplacements pendulaires de jeunes taïwanaises qui, tout en résidant en zones rurales, travaillaient en usine : cela concernait une famille d’agriculteurs sur deux dans les années 60-70 et neuf familles sur dix en 1980 (Lau 1986). La part des revenus « off-farm » dans les ressources des ménages a augmenté, passant de 13 % en 1952 à 34 % en 1972 et 63 % en 1980. Cette pression à la baisse sur les prix agricoles a contribué au maintien des bas salaires qui assuraient la compétitivité des produits « made in Taïwan ».

15Les déterminants de cette stratégie agricole ont changé à partir de 1969 : d’exploitée l’agriculture taïwanaise est devenue assistée. Pourquoi ? Il y a bien sûr des raisons politiques à ce changement d’attitude de l’Etat : Chiang Ching Kuo, qui a succédé à son père Chiang Kai-Tchek a accordé plus d’attention aux taïwanais d’origine. Mais les justifications économiques ne manquent pas. La population agricole diminuant en valeur absolue depuis 1965, la mécanisation est devenue une nécessité et sa réalisation exige des prix agricoles plus rémunérateurs. Le troc engrais/riz a été supprimé, le prix des engrais diminué et le priz d’achat du riz a été doublé. Depuis quelques années, à Taïwan comme au Japon, les subventions accordées à la riziculture font l’objet d’un débat économique et politique.

Une industrialisation diffuse

16L’industrie est le secteur moteur de la croissance taïwanaise ;

  • elle s’est développée avec un taux de croissance moyen de 13 % depuis 1952, et sa participation au PIB est passée de 17 % (1952) à 37 % en 1985.

  • La population active industrielle a quasiment quadruplé, augmentant dans le secteur manufacturier de 1 million d’actifs (1970) à plus de 2.6 millions en 1987.

17Depuis la fin des années 50 la croissance économique repose sur les exportations et de façon de plus en plus forte sur les exportations industrielles. Ces dernières ont vu leur part s’accroître entre 1960 et 1986 de 32 % à 94 % des exportations totales.

18La structure de l’industrie s’est transformée. Les activités agro-alimentaires ont diminué (relativement) et parallèlement le poids de la sidérurgie et des industries mécaniques et électriques a considérablement augmenté. Les industries légères (textile, confection, électronique et diverses) conservent leur importance, mais l’industrie taïwanaise s’est orientée vers des activités plus sophistiquées en particulier dans le secteur de l’électronique devenu depuis 1985 le principal exportateur (22 % des exportations totales). A la fabrication des gadgets électroniques, les entreprises taïwanaises substituent des productions de plus en plus sophistiquées (ordinateurs, lecteurs de disques compacts, ...).

Tableau 2 - Répartition de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière(en pourcentage)

Tableau 2 - Répartition de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière(en pourcentage)

Source : DGBAS

Les impulsions externes

19Au cours des années 50 la République de Chine faisait partie des pays les plus aidés au monde : elle recevait 1.5 MM de US$ d’aide économique auxquels s’ajoutait une aide militaire substantielle en provenance des Etats-Unis. Cette aide massive, qui financait 90 % du déficit commercial, a abrité Taïwan des rigueurs de la contrainte externe.

20La diminution progressive de l’aide américaine jusqu’à sa disparition en 1968 a fait de la promotion des exportations une nécessité de plus en plus pressante. Vers quels marchés ? Taïwan a perdu ses débouchés traditionnels : le Japon depuis la décolonisation et la Chine depuis 1949. Les premières exportations industrielles ont pu transiter par la diaspora chinoise dans le Sud-Est Asiatique, mais ce réseau ne permettait pas de pénétrer les marchés occidentaux.

21Lorsque Taïwan choisit de promouvoir les exportations et d’attirer des entreprises étrangères, les firmes américaines ne se précipitèrent pas dans cette île « pauvre » dont l’avenir politique était incertain. Plusieurs campagnes de promotion ont été nécessaires pour convaincre un premier investisseur en 1964. La première zone franche a été ouverte en 1966 à Kaoshiung et a été suivie par celle de Taichung et de Nantze. Ces trois zones sont maintenant saturées et on envisage la construction d’une quatrième. Ces enclaves offrent un environnement adapté aux souhaits des investisseurs : facilité d’embauché, location de bâtiments standards, privilèges fiscaux, mais aussi absence de corruption administrative dans un pays connu pour sa bureaucratie tatillonne. Leur succès a été immédiat, le dégel des relations sino-américaines en 1971 n’ayant fait hésiter les investisseurs qu’un bref moment. Elles emploient 77.000 personnes, soit 3 % environ de l’emploi manufacturier et assurent 6 % des exportations totales.

  • 4 Un indice de l’importance de ces acteurs étrangers serait la diminution relative puis la stagnation (...)

22Les entreprises étrangères sont de plus en plus nombreuses à investir en dehors de ces zones : à la fin de 1985 le montant cumulé des investissements atteignait 5.1 MM de US$ soit deux fois plus qu’en Corée. Le tiers de ces investissements a été financé par des Chinois de la diaspora. Ensemble toutes les entreprises étrangères assurent le quart environ des exportations manufacturières, mais les sociétés commerciales japonaises et les sociétés de distribution américaines ont joué un rôle d’intermédiaire très important : ensemble elles canaliseraient la moitié des exportations4. Dans le cas des exportations d’équipements informatiques, les bureaux d’achats étrangers assurent le quart des exportations et les trois quart des ventes s’effectuent sous contrôle étranger.

Tableau 3 - Investissements étrangers

Tableau 3 - Investissements étrangers

Source : Ministry of Economic Affairs, Taïwan.

Investissements des Chinois d’Outre-Mer (en millions de US)

Investissements des Chinois d’Outre-Mer (en millions de US)

Les petites et moyennes entreprises

23Alors que dans de nombreux pays on a assisté à un mouvement de concentration, Taïwan fait figure d’exception (Lau 1986). Le tissu industriel taïwanais est extrêmement diffus et les PME/PMI sont extrêmement nombreuses (95.000 en 1987 contre 7000 en 1961).

24La moitié environ des entreprises emploient moins de 4 personnes et 33 % entre 5 et 19 personnes. Les plus petites entreprises sont davantage représentées dans les productions métalliques, les industries alimentaires, bois et machines-équipements. Les grandes entreprises qui font figure d’exception sont actives dans les industries textiles, électroniques, chimiques et alimentaires. Le développement de l’urbanisation n’a pas empêché la constitution d’un tissu industriel diffus : si en 1952, sur 100 entreprises créées, 82 le sont en milieu rural et 18 en villes, on retouve quasiment la même proportion dans les années 80. La création d’entreprises en milieu rural est toujours d’actualité même si l’on observe une tendance à la concentration des initiatives ; la province taïwanaise emploie 65 % de la population active industrielle (Taipei 27 %, Kaoshiung 8 %).

  • 5 La politique vis-à-vis des sociétés de commerce internationales illustre bien le souci de l’Etat ta (...)

25Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour expliquer le maintien de cette structure industrielle originale : l’essor de l’agriculture minifundiaire qui a offert un débouché à des petites industries rurales ; l’individualisme forcené des entrepreneurs chinois et leur dynamisme exceptionnel ; la préférence des Chinois d’outre-mer pour des investissements dans des entreprises indépendantes ; la politique industrielle qui n’a pas favorisé les grands groupes au détriment des petites entreprises comme cela a été le cas en Corée. Les grands groupes taïwanais (Tatung, Nan Ya) n’ont ni une puissance comparable, ni un pouvoir de pression analogue à leurs homologues coréens5.

Un Etat dur

26L’Etat taïwanais possède les caractéristiques de l’Etat dur que décrit G. Myrdal (1970), un Etat qui veille à la mise en oeuvre de ses priorités.

27Le Kuomintang (KMT) a accordé des avantages aux entrepreneurs chinois qui l’avaient accompagné dans son exil, mais on ne constate pas la même collusion qu’en Corée et on n’évoque jamais « Taiwan Inc ». Très interventionniste, l’Etat ne s’est pas borné à faire régner l’ordre social et la vérité des prix mais il a multiplié les interventions directes et a accompagné l’entrée de Taïwan dans le système capitaliste.

28Le KMT, qui ne disposait d’aucune base sociale dans cette province, a adopté une démarche quasi-coloniale vis-à-vis de Taïwan.

29Les entreprises publiques ont assuré jusqu’à la moitié de la production industrielle. Ce pourcentage a progressivement diminué (16 % en 1985) mais cette évolution traduit plus le dynamisme des PMI que le retrait de l’Etat. En effet, si l’on compare le poids des entreprises publiques à celui des 300 plus grandes entreprises privées taïwanaises, on constate qu’elles possèdent des actifs plus importants, emploient respectivement 95.000 et 330.000 personnes et réalisent un chiffres d’affaires de respectivement 10 MM et 20 MM de US$ en 1984. L’Etat taïwanais occupe toujours les hauteurs dominantes de l’économie : le raffinage (Chinese Petrolum Co), la pétrochimie (China Petrochemical Co), la sidérurgie (China Steel Co), l’engineering (BES engineering).

30En matière de gestion économique, l’Etat taïwanais a toujours été très conservateur. L’expérience d’hyperinflation des années 30 avait servi de leçon au KMT. Le budget a été sept fois en déficit entre 1952 et 1963 et une fois seulement depuis. On a pratiqué une politique de taux d’intérêt positif réel dès les années 50 et le succès rencontré dans la mobilisation de l’épargne explique la faiblesse de l’endettement. La réaction extrêmement prudente lors du premier choc pétrolier tranche avec l’attitude plus aventureuse de la Corée qui, au même moment, a choisi de s’endetter.

31L’Etat a planifié en respectant l’économie de marché. Mais il ne faudrait pas en conclure que le rôle de l’Etat a consisté à adapter l’économie taïwanaise à l’évolution de ses avantages comparatifs, une chronologie précise des décisions montre qu’il a très souvent su anticiper des évolutions à venir :

  • le passage à la promotion des exportations entre 1958 et 1962 en est une première illustration. La reconstruction une fois achevée, la croissance industrielle s’est vite essouflée du fait de l’étroitesse du marché intérieur. La promotion des exportations envisagée par le gouvernement répondait au souhait de certains industriels, mais allait à l’encontre de bien des intérêts acquis.

  • le lancement de la production de biens intermédiaires (pétrochimie, sidérurgie) a été décidé dès le Plan 1965/1968, c’est-à-dire à une époque où les industries légères étaient en plein essor.

    • 6 Une première tentative de parc scientifique a eu lieu quelques années avant la construction du parc (...)

    dès 1974, la restructuration de l’industrie vers des activités de haute technologie devient une priorité de l’Etat6, qui a des difficultés à la faire accepter par les entreprises.

Un nouveau modèle ?

32L’expérience des Nouveaux Pays Industriels est à l’origine d’une nouvelle orthodoxie selon laquelle leur réussite s’expliquerait exclusivement par la mise en oeuvre de la bonne politique.

Le choix de la bonne stratégie

33Selon une présentation désormais classique chez un certain nombre d’économistes anglo-saxons, l’industrialisation de Taïwan a connu deux étapes :

    • 7 En 1960, le marché des produits manufacturés est quinze fois plus faible qu’en Argentine.

    une phase d’import-substitution durant laquelle les industriels étaient protégés de la concurrence par des barrières tarifaires et non tarifaires (systèmes de quotas). Du fait de l’étroitesse du marché cette phase a été assez courte7.

  • A partir de 1958, le gouvernement se lance dans une stratégie de promotion des exportations et met en oeuvre une série de réformes qui placent les exportateurs dans une situation de libre-échange. Cette politique a suscité une progression rapide des exportations à haute intensité de main d’oeuvre.

  • A partir des années 70, craignant la concurrence des pays à plus bas salaires, le gouvernement promeut l’industrie lourde puis vers la fin de la décennie, les hautes technologies.

  • 8 Ainsi dans le textile où, selon un observateur de l’époque, les équipements industriels n’avaient p (...)
  • 9 Deux mesures permettent d’approcher le niveau de protection nominale :

34Cette présentation offre une image très fluide du processus d’industrialisation taïwanais. On peut lui reprocher d’opposer des stratégies qui sont davantage complémentaires et qui s’enchevêtrent dans le temps plus qu’elles ne se succédent. Elle tend à gommer le rôle de l’héritage colonial, et de l’expérience accumulée au cours de la période 1930-19608. Elle passe sous silence le protectionnisme qui a caractérisé la politique industrielle taïwanaise, avant et après les réformes des années 60. Si l’exportateur est en situation de libre-échange, il n’est pas de même de l’industriel dont les débouchés sont nationaux : celui-là a peu à craindre de la concurrence des produits importés9. Les protections tarifaires de même que les exigences d’intégration ont été (et demeurent) des outils de politique industrielle. Rapellons à ce propos que les firmes américaines ont du attendre 1986 pour avoir accès au marché taïwanais (et coréen) du tabac. Et Taïwan ne peut pas invoquer la rareté des devises pour justifier sa politique protectionniste : la balance des paiements affiche un surplus depuis 1970.

Problèmes et perspectives

Difficultés internes

35Depuis la fin des années 70, les investissements diminuent : leur poids relatifs dans le PNB est passé de 34.3 % en 1980 à 23 % en 1983 et 18.4 % en 1986, l’amélioration de la conjoncture a favorisé leur reprise mais on est loin des niveaux records du début de la décennie. Ce ralentissement s’explique par les incertitudes tant politiques qu’économiques qui entourent l’avenir de Taïwan (succession, avenir de Taïwan après le changement de statut de Hong-Kong) et dans ce contexte les industriels hésitent à investir dans les activités à haute technologie.

Tableau 4 - Formation brute de capital fixe

Tableau 4 - Formation brute de capital fixe

Source : Ministry of Economic Affairs, Taïwan.

  • 10 La loi sur le travail concerne :
  • 11 Far Eastern Economic Review (Hong-Kong) du 26/02/87.

36En 1986, le gouvernement a promulgué un Code du Travail plus libéral10. Un changement qu’expliquent les pressions américaines (les Etats-Unis ont menacé Taïwan de perdre ses avantages commerciaux (SGP) si le gouvernement ne reconnaissait pas les droits des salariés). Cette nouvelle loi qui intéresse 4.5 millions de travailleurs doit être étendue aux services ; elle est interprétée de façon très « libérale » mais elle a incité les salariés à plus de combativité. Les conflits sociaux de 198711 semblent indiquer un changement d’attitude de la part des syndicats qui ne veulent plus être considérés seulement comme des « vases décoratifs ».

Contraintes extérieures

37Taïwan exporte 50 % de son PNB, aussi l’évolution internationale joue-t-elle un rôle déterminant dans les perspectives de l’économie taïwanaise. Les croissances record de 1984, provoquées par la reprise américaine, et celles de 1986 et 1987, par la hausse du yen, montrent que l’économie taïwanaise est capable de tirer partie de toutes les opportunités.

38Taïwan réalise plus de 80 % de son commerce extérieur avec dix pays seulement. L’excédent commercial sur les Etats-Unis est devenu le problème numéro 1 : 3.6 MM en 1981 à 13 MM de US$ en 1986, et ce, en dépit de la hausse du NT$, le surplus s’est encore élargi en 1987.

39Les pressions américaines se sont multipliées pour résorber ce déficit :

  • La réévaluation du NT$ est en cours, le dollar américain valait 39 NT$ en 1985 pour passer sous la barre des 30 en 1987/88. Cette réévaluation met en difficulté les PMI qui n’ont pas modifié leur gamme de production : les exportateurs de la confection sont en difficulté car les coûts salariaux mesurés en US$ ont augmenté alors que les industriels du textile importent à meilleur prix ;

  • les mesures unilatérales se multiplient : quotas sur les exportations de machines-outils, coup de frein sur les exportations de produits textiles, diminution des droits au Système Généralisé des Préférences et même suppression dès 1989 ;

  • les Etats-Unis exigent une plus grande libéralisation des importations.

40Confrontées à ces pressions, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à investir à l’étranger soit pour contourner les barrières protectionnistes (cas de l’électronique) soit pour délocaliser vers des pays à bas salaires (en Thaïlande). Selon le Ministère des Finances 150 M de US$ pourraient être investis dans l’ANASE d’ici trois ans, ce qui triplerait le montant investi dans ces pays depuis 1962. L’ampleur des réserves de devises facilite cette internationalisation des entreprises taïwanaises.

41

Tableau 5 - Investissement taïwanais à l’étranger

Tableau 5 - Investissement taïwanais à l’étranger

Source : Ministry of Finance, Taïwan.

42Au cours des trois décennies passées, Taïwan a démontré sa capacité à absorber les chocs externes, qu’ils soient économiques ou géopolitiques (isolement diplomatique) et à tirer partie de toutes les opportunités. Les contraintes des années à venir sont bien moins préoccupantes que les défis que Taïwan a du surmonter jusqu’à présent.

...et nouvelles opportunités

43A Taïwan comme en Corée, la baisse du dollar a inauguré une période de croissance rapide. Les produits « made in Taiwan » qui avaient souffert de la montée du NT$ sont devenus plus compétitifs sur les marchés extérieurs. Affectées par la montée du Yen, les entreprises japonaises ont commencé par sous-traiter une partie de leur plan de charge en OEM (original equipment manufacturing) à leurs filiales ou à d’autres sociétés taïwanaises, une pratique que certains dénoncent car elle alimente le surplus bilatéral taïwanais sur les Etats-Unis.

44Dans une seconde phase les investissements japonais ont afflué dans l’île qui dans le même temps bénéficie d’un regain d’intérêt de la part des entreprises américaines. Les investissements étrangers ont augmenté de 150 % en 1987 et cela a contribué à maintenir un rythme rapide de croissance (10.5 %). L’engagement japonais à Taïwan n’est pas près de se tarir : dans les années à venir les entreprises moyennes taïwanaises pourraient elles aussi choisir de délocaliser pour suivre les entreprises donneurs d’ordre.

45Au-delà des retournements de la conjoncture, les perspectives économiques à moyen terme demeurent hypothèquées par l’évolution politique de l’île, la succession de Chiang Chu Kuo pose sans doute moins de problèmes que celle du Président Chun en Corée, par contre l’après-1997 est plus incertain. L’importance économique de Hong-Kong (3ème client) est moins en cause que le précédent politique que représentera le retour de la colonie à la Chine. Si la Chine met en oeuvre son programme « un pays, deux systèmes », Taipeh pourrait un jour reconnaître la souveraineté de Pékin, à moins que Taïwan choisisse l’indépendance politique, une option que condamne autant le KMT que Pékin.

Notes

1 Ces immigrants qui ont progressivement refoulé les premiers habitants de l’île sont en fait composés de deux ethnies très différentes, les Hakkas et les Minghuans.

2 La révolte de 1947 qui a été sévèrement réprimée était un phénomène urbain.

3 KMT léniniste.

4 Un indice de l’importance de ces acteurs étrangers serait la diminution relative puis la stagnation de la part des commerces de gros et de détail dans la structure du PNB.

5 La politique vis-à-vis des sociétés de commerce internationales illustre bien le souci de l’Etat taïwanais d’éviter la concentration. Pour se libérer de l’emprise qu’exerçaient les sogo-soshas japonaises sur leurs exportations, Taïwan et la Corée ont lancé des sociétés commerciales. Les GTC (General Trading Company) coréennes situées au coeur des plus grands jaebuls ont connu un essor considérable et assurent la moitié des exportations. Les LTC (Large Trading Company) taïwanaises n’ont eu aucun succès car, pour empêcher une concentration qu’il redoutait, l’Etat a exigé des entreprises commerciales qu’elles soient indépendantes des grandes entreprises industrielles.

6 Une première tentative de parc scientifique a eu lieu quelques années avant la construction du parc scientifique de Hsinchu.

7 En 1960, le marché des produits manufacturés est quinze fois plus faible qu’en Argentine.

8 Ainsi dans le textile où, selon un observateur de l’époque, les équipements industriels n’avaient pas grand chose à envier à ceux que l’on trouvait au Japon.

9 Deux mesures permettent d’approcher le niveau de protection nominale :

  • la moyenne des tarifs douaniers : elle n’a pas varié de façon significative jusqu’en 1980 : 47 % en 1955, 39 % en 1971 et 31 % en 1980, un niveau proche de celui des économies de l’ANASE ;

  • le ratio entre les revenus douaniers et les importations diminue de 30 % à 17 % entre 1957 et 1960 du fait de la disparition des droits de douanes sur les demi-produits utilisés par les exportateurs et il n’évolue pratiquement plus (15 % en 1985).

10 La loi sur le travail concerne :

  • réglementation du temps de travail (48 heures hebdomandaires, limitation du travail de nuit pour les femmes) et des heures supplémentaires (limitées à 3 heures par jour) ;

  • versement de retraites et création obligatoire d’une réserve, utilisée en cas de banqueroute ;

  • d’autres projets doivent suivre tels l’établissement d’une assurance médicale, de congés annuels, etc…

11 Far Eastern Economic Review (Hong-Kong) du 26/02/87.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Taïwan en chiffres (1986)
Légende Sources : CEPED.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 2 - Répartition de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière(en pourcentage)
Légende Source : DGBAS
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 3 - Investissements étrangers
Légende Source : Ministry of Economic Affairs, Taïwan.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Investissements des Chinois d’Outre-Mer (en millions de US)
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 4 - Formation brute de capital fixe
Légende Source : Ministry of Economic Affairs, Taïwan.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4070/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 5 - Investissement taïwanais à l’étranger
Légende Source : Ministry of Finance, Taïwan.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4070/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k