Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

La bande des quatre pays nouvellement industrialisés

La république de Corée : un nouveau pays industrialisé

Monique Blanc

Entrées d'index

Lieux (fr) :

Corée du Sud

Texte intégral

1En 1987 et au printemps 1988 la Corée a connu une crise politique et sociale particulièrement grave, marquée par de nombreuses manifestations souvent violentes, qui ne concernaient pas seulement les étudiants.

2Les solutions proprement politiques élaborées, les concessions faites aux partis de l’opposition n’ont pas suffi pour régler un problème qui ne se réduisait pas à un désaccord sur les modalités de l’élection présidentielle, mais traduisait une crise sociale profonde. Du 29 juin au 3 septembre 1987 on a recensé officiellement 1800 conflits du travail, soit plus que pendant les dix années précédentes. On rappellera, en particulier, les grèves au sein du groupe Daewoo et du groupe Hyundai, et l’arbitrage du gouvernement qui a imposé à la fin de l’été la reconnaissance de syndicats indépendants dans huit des filiales de Hyundai. En septembre, ces mouvements ont continué, de violents incidents ont opposé la police anti-émeutes et des manifestants ouvriers, la police a pénétré dans des usines (notamment aux chantiers navals de Hyundai et dans l’usine d’automobile de Daewoo) et procédé à l’arrestation de grévistes. En avril 1988, de nouvelles grèves ont été déclenchées pour protester contre le montant fixé pour le salaire minimum instauré en janvier. Ces événements ont mobilisé la main-d’oeuvre masculine des grands groupes dans des secteurs de l’industrie lourde, et non plus comme ce fut le cas notamment à la fin des années 70, celle de l’industrie textile (industrie caractérisée par ses bas salaires et la prédominance de la main-d’oeuvre féminine).

3Depuis la fin des années 70, la tendance à l’augmentation des salaires, y compris des salaires réels, s’était ralentie et même inversée. La crise économique de 1980-81 avait permis de justifier ces blocages et l’intensification des cadences (la Corée est sans doute le seul pays où les horaires hebdomadaires de travail aient réaugmenté depuis 1980). Mais ces mesures étaient de plus en plus mal acceptées par les ouvriers, d’autant plus que le redressement économique avait été rapide. Fin 1986, les 233 sociétés coréennes enregistrées à la Bourse annonçaient que leurs profits nets avaient augmenté en moyenne de 41,7 % par rapport à 1985. Pour certains grands groupes, cette progression était de l’ordre de 60 % ou plus (la société Gold Star en 1986 a réalisé 20,8 milliards de wons de profits nets, soit environ 24 millions de dollars US, en augmentation de 85,7 % par rapport à 1985).

4En janvier 1987 des négociations avaient abouti à envisager des augmentations de salaire de l’ordre de 8 %, mais sous la pression de l’agitation sociale ce montant a été révisé et il a atteint 15 à 20 % selon les cas à la fin de l’année. Mais ces chiffres ne correspondent pas à la participation aux résultats économiques revendiquée par les ouvriers. De plus, les problèmes du statut des ouvriers dans les entreprises, de la liberté syndicale, de la sécurité en matière de soins de santé et de retraite ne sont pas réglés.

5Cette crise sociale majeure s’inscrit dans un contexte plus large. Le recul politique du gouvernement qui avait annoncé début juillet la révision de la Constitution a certainement conduit à un durcissement des positions ouvrières. Mais aussi, depuis 1980, un certain climat de libéralisation s’était traduit par la publication, même dans la presse officielle, de critiques qui visaient la stratégie économique du gouvernement, les sociétés à capitaux publics, la politique de concentration qui favorisait les jaebuls. Il s’était manifesté aussi dans la réalisation d’un certain nombre de privatisations, par des lois anti-trust, une campagne en faveur des PME.

6Au plan politique, à travers des mesures contradictoires de relative tolérance et de répression sévère, l’opposition s’était fait entendre, la volonté d’obtenir plus de démocratie, de réduire le rôle de l’armée s’était exprimée par des publications, des mouvements de rue, une recrudescence des prises de position des leaders politiques.

7Le référendum d’octobre 1987 a approuvé la nouvelle Constitution, l’élection à la présidence du candidat désigné par le parti au pouvoir n’a pas empêché le triomphe aux élections législatives, en avril 1988, des partis de l’opposition.

8Ces éléments conjoncturels comme la relance économique, dont les bénéfices ont été réservés aux entreprises, une certaine libéralisation prônée par des discours officiels et les grands milieux d’affaires, un affrontement politique où l’opposition semble bien avoir remporté un succès décisif (même si ce n’est qu’une étape) peuvent expliquer la crise actuelle. Mais cette crise est sans doute aussi le signe d’une profonde transformation de la Corée, les structures politiques ne sont plus adaptées ni aux structures économiques qui se sont progressivement construites, ni à la société ou à la culture en mutation.

9On a beaucoup dit ces dernières années, en Corée, que l’économie est devenue trop complexe pour être contrôlée par un petit groupe de décideurs politiques qui interviendraient de la même façon qu’au cours des années 60, en usant des mêmes mécanismes qui ont permis alors le « décollage » de l’économie coréenne. Le tissu social, aussi, est devenu extrêmement complexe : des groupes sociaux très divers se juxtaposent et s’entremêlent :

10On relèvera ici, rapidement, deux aspects déterminants de la situation actuelle :

  1. L’ensemble des ouvriers qui travaillent dans l’industrie comprend de nombreux éléments employés dans des petites entreprises, officielles ou non, à l’écart du minimum de garanties sociales progressivement mises en place par l’Etat, mais qui peuvent parfois bénéficier de certaines protections dans des structures familiales de production. Il comprend aussi des ouvriers des grands groupes partagés entre une vision traditionnelle selon laquelle ils s’identifient à leur société et à ses réussites, et, surtout pour les moins qualifiés, une révolte contre les conditions de travail qu’ils remettent en question, en revendiquant de pouvoir mener une action commune plus autonome. Les différences entre les rémunérations, les conditions de vie et de travail peuvent être très grandes. On notera encore que plus de 40 % des personnes qui travaillent dans l’industrie sont des femmes et que certaines d’entre elles ont participé à des luttes ouvrières, notamment à la fin des années 70 dans l’industrie textile.

  2. Une classe moyenne s’est constituée : le nombre des entrepreneurs, des fonctionnaires, des cadres moyens et techniciens de l’industrie ou des services, n’a fait qu’augmenter depuis les années 50. Ce sont des agents économiques et sociaux de plus en plus conscients d’être des rouages essentiels de l’économie et de la société, sans avoir en partage un pouvoir politique équivalent.

11En ne citant que ces deux éléments de la situation actuelle, nous laissons de côté bien d’autres aspects fondamentaux. Il faut tenir compte de la place et du rôle de l’armée : 600.000 hommes, trois ans de service militaire, une présence à tous les niveaux de responsabilité politique. Il faut souligner encore l’importance du corps des fonctionnaires, l’existence d’un réseau serré essentiel pour l’action gouvernementale : les membres de ce corps ont un rôle privilégié d’intermédiaires obligés, pour les agents économiques notamment, en matière d’application d’une réglementation extrêmement développée.

12Depuis 1961, le gouvernement avait réussi à circonscrire ou à se rallier ces forces sociales émergentes, fractionnées : les crises et les émeutes même avaient pu être rapidement jugulées par la force, voire par des concessions, des augmentations de salaires, des sanctions sociales honorifiques... L’émiettement de l’opposition politique, la forte structure policière du régime, une amélioration réelle du niveau de vie, les réussites économiques spectaculaires, une croissance qui pouvait aussi se constater dans le monde rural, ont permis le maintien du régime mis en place par le général Park. Mais les événements actuels marquent probablement le début d’un changement plus profond, dont on ne peut encore saisir l’amplitude, ni l’incidence sur le programme économique de la Corée.

Le « miracle » coréen

13En 1953, à la fin de la guerre qui avait opposé les deux républiques coréennes, proclamées en 1948, la Corée du Sud était classée parmi les pays sous-développés les plus démunis. La colonisation japonaise avait développé l’agriculture pour exporter du riz vers la métropole ; elle avait créé, surtout après 1930, une industrie intégrée aux réseaux économiques japonais, implantant les premiers éléments d’une industrie lourde principalement au nord (acier, ciment, chimie), et une industrie légère, déjà basée sur les bas coûts salariaux, surtout au sud (textiles notamment). Beaucoup de propriétaires terriens étaient alors Japonais, comme la majorité des industriels et des cadres supérieurs techniques ou administratifs.

14En 1941-1944, la Corée recevait 87 % de ses importations du Japon auquel elle expédiait 81 % de ses exportations. L’éducation nécessaire pour disposer d’une main-d’oeuvre adaptée à cette économie avait été concentrée dans le secteur primaire et dans la formation professionnelle de base.

15Le pays a été dévasté d’abord par la deuxième guerre mondiale, puis, plus gravement encore, par trois années de guerre civile. Il ne reste alors pas grand chose du parc industriel, en grande partie détruit, vieilli et inégalement réparti entre les deux républiques. Les cadres et les hommes d’affaire japonais sont partis, créant temporairement un vide sensible. L’agriculture aussi a subi les ravages de la guerre : destruction des digues, des récoltes, recul des activités agricoles. Pourtant en 1950, comme en 1960, la moitié de la population vit à la campagne et doit y subsister.

16La fin des guerres mondiale puis civile s’est accompagnée d’un très important mouvement de retour de Coréens expatriés et de transfert de populations fuyant le régime de la Corée du Nord. Il existait une main-d’oeuvre industrielle dont les habitudes traditionnelles de soumission à l’autorité avaient été renforcées par un demi-siècle de colonisation visant en particulier à une organisation stricte des activités productives. Cette main-d’oeuvre abondante, accoutumée à un niveau de vie très bas, disciplinée, formée pour l’industrie ou très expérimentée dans les activités agricoles, représente presque la seule richesse d’un pays, qui doit tout construire et reconstruire. La Corée, en effet, ne dispose pas à cette époque d’épargne nationale mobilisable, le marché intérieur est limité par la faiblesse des revenus et de la demande solvable et ses deux grands marchés extérieurs traditionnels, la Chine et le Japon, lui ont été brusquement fermés.

17Enfin, la partition de la péninsule entraîne un état d’alerte permanent, l’entretien d’une armée de 600.000 hommes, la volonté de s’armer pour résister à une éventuelle invasion, mais aussi aiguillonne le désir, au fur et à mesure que la Corée du Nord se développe, de relever ce défi et de faire aussi bien, ou même mieux.

18Pendant les années de « reconstruction » sous la présidence de Syngman Rhee, la situation économique se modifie, mais très lentement. Le taux annuel moyen de croissance du PNB est de l’ordre de 4 % entre 1953 et 1962 ; en 1961, le revenu par habitant est d’environ 90 dollars par tête, comparable à celui de l’Inde. Le pays « vit de charité ».

19Durant cette période l’accent est mis tout particulièrement sur les trois « industries blanches » : sucre, farine et coton. Il s’agit de satisfaire la demande intérieure, de faire redémarrer des industries connues (surtout les minoteries, filatures et usines de tissage), et de suivre les conseils des experts américains. C’est en effet grâce à l’aide américaine que la Corée survit. De 1946 à la fin des années 50, elle a reçu plus de 3 milliards de dollars, dont la plus grande partie était affectée au financement de l’armée, mais qui ont aussi couvert 80 % de l’investissement, procuré à bas prix des machines, des matières premières, des biens alimentaires (surtout du blé dans le cadre de la loi PL 480 des USA).

20En 1947 et 1949-50, le gouvernement avait opéré une réforme agraire, sur la base d’abord de l’expropriation des anciens propriétaires japonais, puis, de façon plus générale, en limitant la superficie des propriétés. Ce qui subsistait de la classe foncière voit ainsi disparaître la source de ses revenus, c’est-à-dire les fermages et le système d’avances et de prêts sur la récolte, à des taux usuraires, qui lui étaient très souvent liés. Les propriétaires seront dédommagés, mais une partie des indemnités leur sera payée sous forme de bons investissables dans l’industrie.

21La fin des années 50 est marquée par la dégradation des conditions socio-politiques : on ne constate que peu de progrès économiques réels, dans un contexte difficile où les inputs les plus nécessaires font défaut, où l’instabilité politique, le marché noir, l’inflation alourdissent la situation. Cette période se termine par des manifestations généralisées, la révolte étudiante de 1960 et finalement le coup d’Etat militaire de l’été 1961 qui porte au pouvoir le Général Park.

22Le mot d’ordre prioritaire n’est plus : « la réunification », mais la croissance économique, la « révolution économique » dira Park, et cette révolution économique sera une « révolution industrielle ».

23C’est à partir du début des années 60 que l’économie coréenne va réaliser des performances exceptionnelles, dont certaines ont leurs racines dans la période antérieure. Si la croissance du PNB en termes réels a été de 4.1°% par an en moyenne entre 1953 et 1962, elle a été de 9 % entre 1962 et 1985 ; elle a atteint 12.5 % en 1986 et 12 % en 1987. La croissance de la production industrielle a été de l’ordre de 20 % par an entre 1967 et 1976. La part des mines et industries dans le PNB qui était de 10 à 11 % entre 1953 et 1962 a atteint 30 % à la fin des années 70.

24Les exportations ont presque été multipliées par 500 (en dollars courants) entre 1961 et 1981 ; la part des biens manufacturés qui représentait 27 % de ces exportations en 1962 est de l’ordre de 88 à 92 % depuis 1976.

25Ce pays agricole, pauvre, est devenu en trente ans une puissance industrielle qui intervient sur le marché mondial, inquiète les anciennes métropoles industrielles d’Europe et d’Amérique du Nord. La Corée est devenue exportatrice de capitaux : ses investissements à l’étranger ont atteint 633 millions de dollars US en 1986, dont environ un quart consacré à l’industrie, et sont dirigés pour 36 % vers les Etats-Unis et pour un peu moins de 20 % vers le sud-est asiatique. Depuis 1980, les quatre plus grands groupes coréens son classés dans les cents premières entreprises mondiales (non américaines) par la revue Fortune.

26Ce pays maintenant industrialisé, urbanisé, qui a voulu relever le défi nord-coréen, le défi japonais, plus largement le défi d’une croissance et d’une transformation économique a réalisé ce qu’on a appelé : le miracle coréen.

27

Tableau 1 - Quelques indicateurs* (en milliard de dollars US)

Tableau 1 - Quelques indicateurs* (en milliard de dollars US)

Sources : The export performance of the Republic of Korea (*) pour 1961-1981, UNCTAD/GATT, 1987.
* Selon les sources, les chiffres peuvent différer assez sensiblement.

28Le « miracle » coréen des 25 ou même des 35 dernières années s’inscrit dans un processus historique dont il est important de situer au moins quelques repaires.

29La pénisule coréenne constituait depuis le xe siècle un Etat organisé, centralisé dont le gouvernement a été plus ou moins fort à l’intérieur, plus ou moins dépendant de la Chine ou du Japon selon les époques, mais dont on peut dire que les habitants avaient conscience de leur identité nationale. Deux grandes dynasties seulement y ont régné pendant les dix derniers siècles.

30Après une assez longue période de « fermeture » (le royaume « ermite »), la fin du xixe siècle a été marquée par l’affrontement avec les puissances européennes et les Etats-Unis, qui ont contraint la Corée à signer toute une série de « traités d’ouverture », et surtout par les victoires successives du Japon qui réussit à imposer un traité commercial en 1876, un protectorat en 1905, pour finalement annexer la Corée en 1910 afin qu’elle devienne partie intégrante de l’empire japonais. La culture coréenne contemporaine plonge ses racines dans ce passé. La Corée a subi et intégré des influences très diverses. Etat tributaire de la Chine à certains moments de son histoire, elle appartient au-delà de cette relation de sujétion politique à l’aire culturelle chinoise. Elle a adopté au xve siècle le confucianisme comme religion nationale. Depuis la fin du xixe, l’occupation japonaise, qui visait à l’assimilation, a elle aussi marqué la société coréenne, en renforçant sans doute l’idéal de hiérarchie et d’obéissance. Par ailleurs, la Corée du Sud s’est développée dans une voie capitaliste et cela ne peut pas ne pas transformer l’habitus social. Enfin, il faudrait sans doute parler des 25 % de Coréens devenus chrétiens, et dont certains jouent un rôle relativement important, notamment dans l’opposition politique.

31A ces influences chinoise, confucéenne, et japonaise plus tard, la Corée doit sans doute beaucoup dans ses traditions politiques et sociales. On soulignera notamment l’existence d’un Etat centralisé, même si son autorité n’a parfois été que formelle dans le passé, et une administration nombreuse, répartie dans tout le pays, accessible par la voie de concours plus ou moins ouverts, selon les époques, aux différents groupes sociaux. Le respect de l’autorité, le sens de la discipline, mais aussi l’importance des allégeances familiales et régionales jouent encore un grande rôle dans la société.

Le processus d’industrialisation

32La période qui a suivi la seconde guerre mondiale et la rupture avec le Japon a été marquée par les trois années de guerre civile, et on ne peut vraiment parler de reconstruction qu’après 1953.

33Immédiatement après la guerre mondiale, les troupes américaines qui avaient été chargées de désarmer l’armée japonaise en Corée du Sud, avaient suscité la création d’un Gouvernement Militaire Américain (A.M.G.) et la présence de nombreux fonctionnaires des Etats-Unis qui pesèrent sur les premières décisions. Très classiques, en général, dans leur analyse économique et politique de ce pays sous-développé, ces conseillers étaient peu favorables à l’industrialisation, très soucieux d’établir une démocratie de type occidental qui pourrait permettre à un Etat Coréen de fonctionner et de développer une économie fondée sur les lois du marché qui en assureraient le progrès. Dès cette époque cependant circulait l’idée d’un plan qui ordonnerait les multiples projets. Après la guerre de Corée, la situation semblait si désespérée, que l’agence de l’ONU (U.N. Korea Reconstruction Agency), poussée par les USA, fit élaborer un plan américain (Nathan Plan) qui ne sera jamais réellement mis en oeuvre.

34On peut considérer que pendant cette période la politique du gouvernement vise à résoudre un certain nombre de problèmes urgents : construire (ou quand c’était possible réparer) des logements, des routes, des ponts, des écoles, des usines ; satisfaire un certain nombre de besoins vitaux, nourrir, habiller la population, fournir du travail, réduire le chômage.

35De fait, l’essentiel de ce qui a été réalisé pendant les années cinquante dans le secteur manufacturier visait à satisfaire la demande intérieure en substituant aux importations une production nationale. L’effort a porté essentiellement sur des industries légères qui utilisent beaucoup de main d’oeuvre. Le cas de l’industrie textile est typique : production de fils de coton, de tissus de coton en quantité suffisante pour couvrir la demande intérieure au début des années soixante, et même apparition vers cette date de surcapacités dans les usines de tissage (du fil doit, par contre, être encore importé). La production de fil de coton pur a été multipliée par cinq entre 1953 et 1964, la production de tissu, presque réduite à rien en 1946, atteint 173 millions de mètres carrés en 1964 (6.2 mètres carrés par habitant).

36Ces résultats spectaculaires ne doivent pas faire oublier que la part de l’industrie, dans le PNB, est passée seulement de 10.5 % en 1953 à 11.1 % en 1962 et que ce sont les industries légères qui dominent très largement le secteur manufacturier à concurrence de 69.3 % en 1961.

37Les industries utilisaient dans l’ensemble des techniques simples, voire obsolètes. Elles ont parfois été équipées avec du matériel d’occasion, mais elles absorbaient ainsi, avec le secteur de la construction, un grand nombre de salariés et mettaient en valeur la principale richesse disponible dans le pays, la main-d’oeuvre.

38« Il fallut attendre la stabilisation politique du pays et l’arrivée au pouvoir du général Park pour assister au démarrage de la croissance coréenne ». A partir de 1961-1962 les choses vont aller très vite et la priorité donnée à l’économie va se traduire dans les faits, alors même que l’aide des Etats-Unis diminue de telle sorte que vers le milieu des annéees 60 seule l’aide militaire subsiste.

39Le président Park va utiliser un certain nombre de leviers : des mesures monétaires (dévaluation du won en 1964), une réforme bancaire qui lui donne les moyens de diriger la politique de crédit. L’existence depuis 1961 de l’Economic Planning Board va lui permettre de promouvoir une politique de planification basée notamment sur l’importance donnée à ce service, qui a autorité sur les autres ministères, coordonne l’aide étrangère et supervise le budget national.

40Les activités initiées dans la période précédente sont poursuivies et intensifiées. Le premier plan quinquennal (1962-1966) prévoit de réaliser une croissance économique fondée sur l’édification d’industries de base qui ne soient pas entièrement dépendantes de l’étranger ; il veut promouvoir la substitution de produits locaux aux biens de consommation importés.

41Dès cette époque, le général Park insiste sur l’obligation de développer les exportations pour payer les importations nécessaires, afin de sortir d’une situation d’assistance et de dépendance où semble s’enfermer la Corée. La politique de promotion des exportations de biens manufacturés va substituer à partir du début des années 60 la production des industries légères, spécialement du textile, aux biens primaires qui constituaient l’essentiel des ventes extérieures de la Corée pendant la décennie précédente, valorisant ainsi l’avantage que des coûts salariaux très bas lui confèrent sur le marché mondial.

42Les exportations vont être le moteur de l’industrialisation : leur part dans le PNB est passée de 2.4 % en 1962 à 38.3 % en 1987 : les biens manufacturés qui en représentaient moins de 30 % en 1962 en assurent presque 90 % des 1971. La structure de ces exportations industrielles s’est progressivement transformée : en 1962 elles étaient composées uniquement de produits de l’industrie légère (textile notamment). Depuis 1980 les produits de l’industrie mécanique et ceux de l’industrie légère s’equilibrent. L’électronique représente 23.5 % des exportations en 1987, les textiles 21 %.

43Cette orientation vers les marchés extérieurs ne suppose pas seulement d’utiliser toutes les capacités existantes et d’en créer de nouvelles. Il faut aussi modifier l’attitude de l’entrepreneur qui n’a plus à fournir seulement un marché intérieur protégé, dont la demande s’était régulièrement accrue depuis une dizaine d’années avant de présenter, il est vrai, des signes de fléchissement au début des années 60. Il doit découvrir un nouveau marché, où des clients plus exigeants recherchent une certaine qualité du produit, où les délais sont impératifs, où d’autres concurrents sont présents.

44A la fin des années 60 le gouvernement engage le pays dans la production de biens intermédiaires, notamment en créant une pétrochimie qui puisse alimenter les usines de fibres synthétiques et une sidérurgie. Il amorce ainsi une politique industrielle de « remontée des filières » et de promotion de l’industrie lourde. La prédominance relative des industries légères diminue. A la fin du premier plan, elles représentaient encore les deux tiers de la valeur ajoutée industrielle ; à la fin du deuxième plan (1967-1971) déjà, les industries lourdes (y compris l’électronique selon les classifications coréennes) en représentent 42.5 %.

45L’essor de l’industrie des biens intermédiaires se poursuit avec le développement de la pétrochimie (construction du complexe d’Ulsan en 1972, de Yeochon en 1979) et de la sidérurgie (première unité de POSCO en 1973). A la fin de le décennie, les capacités d’éthylène sont de 400.000 t/an ; la production de biens dérivés permet d’en limiter les importations de façon sensible, celle des fibres synthéthiques représente 4.5 % du total mondial. En 1979, les capacités d’acier sont de 8.5 millions de t/an et vont atteindre 17.3 Mt en 1987. Parallèlement l’accent est mis sur les industries mécaniques :

  • La construction navale (inscrite au troisième plan 1972-1976) s’adapte rapidement aux changements de la conjonture mondiale. Les capacités ont été multipliées par dix entre 1973 et 1975. En 1987, la Corée dispute au Japon le second rang sur le marché mondial.

  • La construction automobile dispose à la fin des années 70 de capacités de production de l’ordre de 300.000 unités et son taux d’intégration est alors d’environ 90 %. Elle connait ensuite une expansion remarquable avec 700.000 voitures exportées en 1987.

  • A la fin des années 70 et surtout au début des années 80 la Corée réalise ses premiers investissements dans l’industrie aéronautique ; en 1987, les trois sociétés engagées dans cette activité avaient investi au total plus de 230 millions de dollars US.

  • L’industrie des machines (industrie-clé dans le quatrième plan 1977-1981) n’a sans doute pas réalisé les performances attendues mais elle assure (avec les industries électriques) 20 % de la valeur ajoutée industrielle en 1979 et 18 % des exportations (dont 13.6 pour l’électronique).

46Le choix de la filière électrique et électronique est attesté par le développement de ces industries. Vers la fin des années 50 il s’agissait surtout d’activités de montages à partir d’éléments importés. En 1969 ce type d’industrie est déclaré « industrie stratégique d’exportation » et les produits se diversifient en intégrant de plus en plus de composants nationaux. A partir de 1980, la volonté de s’imposer dans les « high-tech » (cinquième plan 1982-1986) se traduit par la fabrication et l’exportation de composants électroniques, de produits électroniques de consommation (postes de radio, TV couleur, magnétoscopes, ordinateurs...), de produits électroniques pour l’industrie.

47L’économie coréenne ayant subi le contrecoup des relèvements des tarifs pétroliers, de la récession du marché mondial et de la montée des protectionnismes, la décision a été prise d’intensifier la recherche, de promouvoir l’innovation, de développer les industries intensives en technologie et d’encourager des gains de productivité. Les grands groupes essaient d’acquérir et de maîtriser la technologie nucléaire et modernisent les équipements des industries légères traditionnelles en introduisant la robotisation, notamment dans le textile.

48Les politiques adoptées n’ont pas suivi un développement linéaire simple. Les exportations commencent alors même que la réglementation paraît destinée à soutenir essentiellement la production pour le marché national. Les industries lourdes, qui demandent des immobilisations financières importantes et qui semblaient l’apanage des vieilles nations industrialisées, représentent presque un tiers de la production industrielle dans un pays sous-développé à l’époque où le PNB par habitant n’est encore que de 90 dollars et où la Corée n’est connue à l’étranger que par ses exportations de sous-vêtements. Les industries électroniques réservées, par certains théoriciens, aux pays du « Nord » où se concentre la technologie de pointe, se développent, et loin de se limiter aux ateliers de montage élaborent des produits sophistiqués ; à la même époque, après 1980, les Coréens relancent une industrie textile modernisée et mécanisée.

49On peut estimer qu’il n’y a jamais eu a priori de domaine complètement imposé ou totalement interdit. Le choix des produits a été guidé notamment par la volonté d’être indépendant de l’étranger, en « remontant » une filière (du fil aux machines textiles), par le phénomène de la « tâche d’huile », des liaisons connexes. La priorité donnée depuis le début des années 60 à l’exportation a fortement marqué aussi ces choix : ce qui était demandé sur le marché mondial pouvait être fabriqué, surtout si l’on pouvait s’assurer en même temps d’une demande interne capable de soutenir la nouvelle industrie.

50

Tableau 2 - Evolution des exportations ( %)

Tableau 2 - Evolution des exportations ( %)

Sources : Korea Business et Department of Trade.

Les facteurs internes de l’industrialisation

51L’une des données intérieures fondamentales a été la disponibilité d’une main-d’oeuvre bon marché, disciplinée, de plus en plus qualifiée, et caractérisée par l’importance du nombre des femmes devenues ouvrières d’usine. Les coûts salariaux sont longtemps restés très bas et combinés avec des durées de travail bien supérieures à celles des « vieux » pays industrialisés, ou même des nouveaux pays industrialisés de l’aire européenne. Mais les salaires ont par la suite augmenté et même si ce mouvement a été freiné dans les années 80, la compétitivité coréenne en a été modifiée. En 1982, le coût horaire moyen salarial dans le textile coréen a rejoint le coût portugais, en 1987 l’écart s’est légèrement creusé à nouveau en faveur de la Corée mais les rapports ont peu changé en cinq ans. Si l’Indonésie et la Thaïlande restent meilleur marché, Hong-Kong dépasse faiblement la Corée (dans un rapport de 109 à 100). Ajoutons qu’en 1980, la durée publiée du travail hebdomadaire dans l’industrie textile était de :

Corée 55,4 h
Portugal 38,6 h
France 37,8 h
Etats-Unis 40,1 h
Suisse 44,1 h

52

Tableau 3 - Comparaison de coûts salariaux horaires moyens dans l’industrie textile

Tableau 3 - Comparaison de coûts salariaux horaires moyens dans l’industrie textile

Calculs faits à partir de données des rapports du BIT (Comité Textile) et de Werner International.

53L’absence de salaire minimum jusqu’en janvier 1988, les restrictions imposées à l’exercice du droit syndical, l’interdiction de la grève, ont limité les revendications ouvrières.

54La politique économique s’est largement appuyée sur les grandes sociétés industrielles et commerciales qui ont commencé leur carrière dans les années 60 et surtout 70 et dont la puissance s’affirme déjà vers 1975 (les dix premières réalisaient 21.8 % du PIB manufacturier). Ces grands groupes, les jaebuls, qui rappellent par certains côtés les zaibatsus japonais, ont dominé l’économie et drainé la plus grande partie de l’aide gouvernementale en s’inscrivant dans les projets officiels. Ils ont étendu leurs activités davantage sur la base de leurs emprunts que sur leurs fonds propres. Ces énormes conglomérats se sont progressivement alourdis, après avoir constitué le noyau dynamique de l’économie coréenne. Ils sont depuis la crise de 1980 en butte à des critiques de plus en plus sévères. Ils ne sont pas tous aussi performants : ils peuvent être atteints, par leur gigantisme même, de pesanteur administrative, de manque d’initiative aux échelons intermédiaires ; mais surtout, peut-être, se sont concentrés sur eux des critiques qui visaient de façon plus générale l’évolution de l’économie coréenne. On a longtemps négligé les PME, on a voulu faire grand, vite et on n’a pas assez veillé au « maillage » d’un système économique complexe. On a laissé le secteur des PME se développer certes (39.000 en 1985), mais lentement, difficilement, sans accès suffisant aux crédits et aux nouvelles technologies.

55

Tableau 4 - Les quatres premiers groupes (en milliards de dollars US)

Tableau 4 - Les quatres premiers groupes (en milliards de dollars US)

Sources : 1983, Korea Business, cité par F. Judet.
1985, Rapport de la Banque Indosuez.
(*) En 1983 et 1985, les exportations de ce quatre groupes représentent environ 45 % des exportations totales de la Corée.

56Par ailleurs le développement des villes et de l’industrie s’est accompagné de profondes transformations dans le mond rural. La réforme agraire a été réalisée assez facilement parce qu’elle touchait peu de propriétaires coréens et ne constituait pas l’enjeu éventuel d’une lutte entre les propriétaires fonciers et les nouvelles forces sociales. L’exode rural, les fonds à reconstituer, l’écart croissant entre revenus urbain et rural ont d’abord pesé sur une agriculture dont la principale production, le riz, devait alimenter à bas prix les villes. Un certain nombre de mesures avaient été prises pendant les années 60. La diminution même de la population rurale, qui rendait difficile certains travaux, avait aussi réduit le nombre de personnes vivant de l’agriculture, mais la situation restait préoccupante. Le gouvernement prit conscience des problèmes posés si on laissait ce secteur à l’écart du mouvement d’expansion économique. On constatait l’augmentation notable des importations alimentaires, même celles du riz (18 % du riz consommé en 1969 avaient été importés) et les mauvais résultats obtenus par le parti au pouvoir dans les campagnes en 1969 et 1971. Tous ces éléments allaient amener les autorités à systématiser et intensifier une politique de développement rural.

57L’autosuffisance en riz a été presque atteinte, des tentatives de développer d’autres céréales, notamment le blé et le maïs, de plus en plus consommés en Corée, commencent à porter des fruits. Nous ne pouvons ici traiter des divers éléments de la politique agricole et rurale du gouvernement coréen, nous n’en retiendrons qu’un : les interventions sur le prix du riz. Le riz est encore la principale production de l’agriculture coréenne même si celle-si se différencie de plus en plus. Le prix de vente doit assurer un revenu suffisant au paysan, permettre le maintien d’un pouvoir d’achat essentiel pour l’économie nationale et l’extension du marché intérieur des industries ; mais, principale consommation des citadins, surtout des ouvriers, le prix du riz ne doit pas grever leur budget pour ne pas entraîner des hausses de salaires. Aussi, le gouvernement coréen a-t-il été amené à pratiquer une politique de double prix : achat au paysan au-dessus du prix mondial (jusqu’à 2 fois et demi), vente en ville à un prix très inférieur (parfois 1 fois et demi moins cher). Cette politique est de plus en plus critiquée, à l’intérieur comme à l’extérieur ; on estime que c’est une politique trop interventionniste et trop onéreuse pour être poursuivie indéfiniment. Paradoxalement, le développement de la consommation de blé, importé à moindre prix, est l’une des méthodes utilisées pour desserrer cette contrainte interne.

58Peu de pays ont ainsi combiné une politique d’industrialisation et une politique agricole qui réussisse à développer les cultures vivrières et à assurer le ravitaillement des villes.

59On sait quelle a été l’importance de l’Etat dans la croissance économique, tout particulièrement après la prise du pouvoir par le général Park. Celui-ci avait présenté un programme plus économique que politique avant son élection ; la réussite de son régime, sa légitimité étaient fondées sur les succès remportés par l’industrie coréenne, la progression du PNB et des exportations.

60Les étapes des politiques économiques et sociales définies par le gouvernement, sont ordonnées depuis 1962 par des plans.

61Le plan quinquennal est un cadre, non un carcan : de constantes révisions annuelles rajustent les objectifs, notamment lorsqu’il faut réagir à des perturbations extérieures ou intérieures, comme après 1973-74 et le relèvement des tarifs pétroliers, ou après l’année « noire » de 1980 où la Corée connaît pour la première fois une régression de son PNB (1979-1980 = —5.2 %). Les autres moyens techniques utilisés avaient commencé à être mis en oeuvre sous la présidence de Syngman Rhee. Ce sont des instruments déjà bien connus des gouvernements des pays industrialisés du nord, mais ils vont former un faisceau d’incitations qui vont finalement contraindre les entrepreneurs à mettre en pratique les directives officielles. Le gouvernement va combiner des mesures monétaires et financières (dévaluations du won notamment en mai 1964 où le dollar passe de 130 wons à 255), taux de change multiples, système de crédits préférentiels, mesures fiscales et tarifaires. Il va accorder des réductions sur les charges des entreprises et créer des organismes de soutien pour les activités industrielles orientées à l’exportation.

62L’ensemble de ces mesures, les interventions directes des membres du gouvernement, du président lui-même, vont créer une économie très spécifique, avec une telle imbrication des pouvoirs politiques et des centres de décision économiques publics et privés que l’on a parfois utilisé pour illustrer ce phénomène l’image de la « Korea Inc. ».

63L’Etat s’est appuyé sur une bureaucratie nombreuse, dont les références traditionnelles à la Chine et au Japon se complétèrent petit à petit par une nouvelle conception managériale de type nord-américain. Une des tâches essentielles assurée par l’Etat jusqu’à maintenant a été de maintenir l’ordre social, une discipline stricte, la soumission des ouvriers aux obligations d’une croissance économique dont le principal facteur était pendant longtemps les bas coûts salariaux. Appuyé sur une idéologie sécuritaire, sur une armée et une police nombreuses, bien équipées, adossé à la menace nord-coréenne, l’Etat a joué ce rôle, mais sans pouvoir toujours échapper à la contestation, à une opposition qui peut, notamment parmi les étudiants, prendre des formes violentes. Le Gouvernement a ainsi joué un rôle déterminant dans la croissance économique, en intervenant souvent très autoritairement dans le secteur privé ; son action directe, par des entreprises d’Etat, a été plus limitée.

64Il existe un secteur public, mais qui ne répond pas à une idéologie étatiste particulière. L’Etat a assuré la fourniture de certains biens de base indispensables, notamment dans des activités qui demandent de gros investissements et de longues périodes de maturation ou qui fournissent aux autres industries nationales des inputs dont on veut maintenir le coût au plus bas. Les sociétés d’Etat se situent aussi dans des secteurs auxquels le gouvernement a voulu, dans une conjoncture particulière, donner une certaine impulsion. Les sociétés d’Etat sont essentiellement implantées dans l’agriculture, les mines, l’énergie ; des participations importantes souvent majoritaires se trouvent aussi dans la sidérurgie, les télécommunications... Le plus grand pragmatisme sous-tend ces décisions et entraîne une certaine souplesse et des mouvements d’étatisation comme de dénationalisation selon la situation.

65L’action du gouvernement coréen est caractérisée par sa capacité d’adaptation et sa rapidité de réaction aux aléas de la conjoncture, mais aussi par un certain volontarisme. Quand des choix ont été opérés, tous les moyen sont mis en oeuvre, à tous les échelons pour atteindre les objectifs fixés, les dépasser si possible. Cette ténacité et cette mobilisation des énergies ont permis de remporter de très brillants succès comme la création d’une aciérie d’une capacité de bientôt 17 millions t/an à laquelle personne ne croyait hors de Corée. Mais elles ont aussi entraîné des erreurs et des échecs, comme lors du premier lancement de l’industrie automobile au début des années 60.

Les facteurs externes de l’industrialisation

66Il est indéniable, qu’à une étape intermédiaire de son évolution, la Corée a pu apparaître comme l’une de ces « nations-ateliers » qui montait pour le compte de firmes étrangères des éléments reçus de l’étranger et réexpédiés vers d’autres marchés, ou fabriquait certains composants simples incorporés ailleurs dans une marchandise complexe.

67Les zones franches créées dans les années 60-70 ont toujours eu plus d’importance dans la littérature économique que dans les statistiques, mais ont représenté un appoint appréciable aux politiques d’emploi et d’exportation. En 1980, environ 36.000 personnes travaillaient dans ces zones franches, le montant de leurs exportations s’élevaient à 0.4 milliard de dollars soit 2.6 % du total des exportations manufacturières (ou 2.3 % du total des exportations).

68Les investissements étrangers ne se sont d’ailleurs pas limités à ces zones, mais ils n’ont pas, au moins jusqu’en 1979-80, joué un rôle déterminant ni représenté une part prépondérante de l’investissement industriel.

69

Tableau 5 - Investissements étrangers en Corée (millions de $US)

Tableau 5 - Investissements étrangers en Corée (millions de $US)

Source : Korea Business.

70Après 1962, un certain nombre de firmes étrangères se sont implantées en Corée : de 1962 à 1979, elles ont investi 1 milliard de dollars, ce qui représente environ 1 % du montant total des investissements pendant cette période. Dans près des trois-quarts des cas leur part ne dépassait pas 50 % du capital des sociétés. La grande majorité de ces firmes étaient japonaises ou nord-américaines.

71A la fin des années 60, une série de lois avait été promulguées pour attirer le capital étranger en essayant aussi de l’orienter vers les secteurs choisis par les planificateurs. C’est surtout à partir de 1983, après de nouvelles modifications législatives et alors que les conditions économiques avaient profondément changé que le mouvement des capitaux étrangers, relativement peu important jusque-là, s’intensifie. En cinq ans (1982-1986) les investissements étrangers atteignent un montant de près de 1.8 milliard de dollars US, et on prévoit qu’en 1987-88 ils seront de l’ordre de 1 milliard de dollars. Le gouvernement a assez largement libéralisé l’entrée des capitaux mais veille à en garder le contrôle. Un des avantages mis en avant pour justifier l’expansion des investissements étrangers est la faculté de se procurer, par le biais des sociétés conjointes, une technologie qui n’est pas libre sur le marché mondial, ou de l’obtenir à moindres coûts, ce qui est particulièrement sensible dans le domaine des « high tech ». C’est cette volonté d’acquérir ces nouvelles technologies qui a amené les Coréens à accepter la création de filiales étrangères majoritaires.

72Quand la Corée a initié sa politique d’exportation de produits manufacturés au début des années soixante, les marchés ouverts étaient peu nombreux, et la latitude de choix quasi inexistante. Pour des raisons historiques et politiques, les marchés des pays de l’Est lui étaient pratiquement fermés ; le marché chinois, tout proche, avec lequel se faisait la majorité des échanges, avant la colonisation japonaise, lui était interdit. La rupture avec le Japon, après 35 ans d’annexion, très dures, avait été brutale et certains la souhaitaient définitive. Les Etats-Unis, leur premier allié, qui équipaient et soutenaient l’armée coréenne, et dont l’aide avait permis de survivre après la guerre, avaient de nombreux représentants en Corée et apparaissaient comme le seul débouché possible. Cependant dès le début des années 60, les échanges avec le Japon s’intensifient, et, en 1965, la signature d’accords entre les deux pays le confirme. L’essentiel du commerce extérieur s’effectue aujourd’hui avec les USA, le Japon et les autres pays d’Asie.

73

Tableau 6 - Commerce extérieur de la Corée. Répartition géographique (en %)

Tableau 6 - Commerce extérieur de la Corée. Répartition géographique (en %)

Source : Korea, Department of Trade.

74L’essai de diversifier les débouchés se traduit peu à peu par une modification des échanges : les USA gardent le premier rang depuis 1965 et ont même vu leur position se renforcer ces dernières années, et c’est la part du Japon qui a été la plus touchée mais reste stable depuis le début des années 80. La part de l’Europe n’a progressé que de trois points, l’ensemble des pays européens ne recevant en 1984 et 1986 que 15 % des exportations coréennes. Quant au reste du monde (USA, Asie et Japon, Europe exlus), il ne représente qu’à peine 13 % mais cette part est en constante augmentation depuis les années 70.

75La demande sur les marchés extérieurs s’est imposée aux producteurs coréens, notamment en matière de prix. La première phase d’exportation est intervenue à une époque où la consommation augmentait aux USA et au Japon et où les coûts de l’énergie permettaient de maintenir à un niveau relativement bas les coûts de production et de transport.

76La politique d’exportation industrielle, fort dépendante de la demande extérieure, s’est heurtée aux changements de la conjoncture internationale : la hausse du prix du pétrole et la récession aux Etats-Unis et dans les pays industrialisés se sont traduites par une contraction des échanges mondiaux. La montée des protectionnismes dans les pays industrialisés n’a pas été un vain mot pour les exportateurs coréens qui ont dû subir des quotas sur leurs principales marchandises (textiles et électronique). Mais la progression des exportations depuis 1974, qui n’a été ralentie de façon sensible qu’en 1982 (montant à peine supérieur à celui de 1981) montre bien comment les Coréens ont réussi à relever ce défi.

Valeur des exportations (milliards de dollars US courants)

Valeur des exportations (milliards de dollars US courants)

Source : CNUCED/GATT et Korea Exchange Bank.

77Cependant c’est en partie cette politique de fermeture des pays du « Nord » qui a poussé les Coréens à diversifier leurs débouchés vers les pays du « Sud », vers l’Amérique Latine, l’Afrique. Vers ces nouveaux marchés, la Corée exporte des produits souvent plus sophistiqués (biens d’équipement et électronique) que ceux qu’elle vend aux Etats-Unis par exemple. Avec les pays arabes, le développement des exportations coréennes tend surtout à réduire le déficit pétrolier.

78A partir des années 70, la Corée a emprunté de façon massive sur le marché financier mondial. Elle a peu recourru à l’investissement direct étranger pour financer son industrialisation. Elle a mobilisé une épargne intérieure dont les capacités se sont régulièrement élevées : de 1973 à 1985 le taux d’épargne est resté dans une fourchette de 20 a 30 % ; il a passé la barre des 30 % en 1986. Mais le niveau de cette épargne nationale était insuffisant. Le déficit persistant de la balance commerciale a été considérablement aggravé par l’augmentation de la charge des importations pétrolières. En 1979 avec une dette extérieure de 20.4 milliards de dollars US (LT, MT, CT), la Corée occupe le cinquième rang des pays débiteurs : ce montant réprésente un tiers du PNB et le service de la dette s’élève à 17 % des recettes d’exportation.

79Au début des années 80 la libéralisation du code des investissement est un des éléments qui devaient permettre de maintenir l’endettement et le service de la dette à un niveau supportable. Après 1979 la dette a continué à augmenter et a atteint 42.6 milliards de dollars en 1984 dont 27 % à court terme. Le service de la dette représente 20 % du PNB depuis 1980. Mais en 1985 la balance commerciale est quasimment équilibrée et devient excédentaire en 1986. Cette évolution se confirme en 1987 avec 7.5 milliards de dollars d’excédent commercial. Dès 1986 le gouvernement a décidé d’affecter une partie de l’excédent au remboursement de la dette extérieure (dette extérieure 1986 : 44,5 milliards ; 1987 : 35,5 milliards).

80

Tableau 7 - Dette extérieure et balance courante (1977-1985) (milliards de dollars US)

Tableau 7 - Dette extérieure et balance courante (1977-1985) (milliards de dollars US)

Sources : Korea Exchange Bank.

***

81En conclusion, trois axes de réflexion peuvent être retenus.

821. On a relevé la faculté d’adaptation qui caractérise l’économie coréenne, et qu’illustre d’abord le « miracle » de 1962 à 1980, puis la « crise », de l’année 1980 spécialement, où à l’extérieur et à l’intérieur les plus sombres prédictions faisaient entrevoir l’écroulement de cette économie, crise suivie d’un redressement spectaculaire en 1981-82.

83

Tableau 8 - Croissance de l’économie coréenne

Tableau 8 - Croissance de l’économie coréenne

Source : Korea Business.

84En 1986, les exportations atteignent 34.7 milliards de dollars, contre 31.5 pour les importations. Les exportations vers les USA ont augmenté et dégagé un excédent de 7 milliards avec ce pays, alors que le solde avec le Japon est négatif et atteint 5.4 milliards. En 1987, les exportations et les importations s’établissent respectivement à 46 et 40.5 milliards. Le surplus avec les Etats-Unis s’est maintenu à 7 milliards et le déficit avec le Japon à 5.2 milliards.

85Cet excédent durable dans les échanges avec les USA crée des difficultés qui demanderont pour être résolues des décisions importantes. Les USA réclament l’ouverture du marché intérieur coréen, une réévaluation du won et des limitations volontaires des exportations vers leur marché. Ils menacent d’étendre les quotas. Le Japon est le premier fournisseur de la Corée et, de plus, des firmes japonaises cherchent à utiliser la Corée comme base pour tourner les quotas américains et pallier à l’appréciation du yen par rapport au dollar : diminuer les importations en provenance de ce pays suppose en particulier un nouvel essor des industries coréennes.

86Dans une période de bouleversement monétaire dans cette partie du monde, comment vont s’équilibrer les échanges entre Corée-Etats-Unis-Japon, entre wons-dollars-yens ? Le redressement coréen ne peut pas s’effectuer sans le recours aux marchés extérieurs, même si la Corée donne à l’avenir plus d’importance à son marché intérieur.

87Quelles politiques la CEE et les pays européens sont-ils prêts à adopter, pour préserver des voies d’avenir, pour maîtriser une économie internationale où puisse fonctionner un système de relations et d’échanges qui ne soit pas entièrement dominé par des rapports de force ?

882. Le « miracle » coréen a été largement fondé sur l’existence d’une main-d’oeuvre industrielle, mobilisée pour réussir cette révolution économique, mais aussi exploitée et sur des grandes jaebuls tenues en lisière par le gouvernement, mais devenues puissantes et efficaces.

89Un gouvernement centralisé et autoritaire a pu se maintenir au pouvoir, notamment peut-être parce qu’il a fonctionné en s’appuyant sur des groupes sociaux assez bien définis et organisés, l’armée, l’administration, certains milieux d’affaires, au sein de structures sociales en voie d’élaboration.

90La prise en compte à partir de 1970 des problèmes ruraux, la réussite au moins partielle de la politique agricole ont assuré pendant longtemps le soutien des campagnes.

91Mais la crise politique et sociale actuelle ne remet-elle pas en question les équilibres atteints ? Comment le système dans son ensemble pourra-t-il intégrer l’aspiration à une démocratie plus réelle, à un desserrement des contrôles étatiques, faire droit aux revendications sociales, donc battre en brêche certains privilèges établis.

923. Le succès coréen, dont il ne faut pas oublier non plus le coût humain, est-il transposable ? C’est une question très à la mode, mais à laquelle on donne souvent une réponse dangereuse. C’est celle qui consiste à « monter » un modèle coréen, dont on gomme certaines contradictions trop difficiles à intégrer : le maintien d’un protectionnisme sévère, même pendant la phase exportatrice par exemple, le souci de fonder des industries exportatrices sur une demande intérieure, le rôle de l’Etat et les particularités de la société dans laquelle il intervient...

Annexes

Annexe A : Le confucianisme en Corée

Le terme de « religion » n’est certainement pas le meilleur que l’on puisse utiliser pour définir le confucianisme qui selon les normes de la culture européenne serait plutôt une philosophie, une sagesse.

Il est aussi difficile de parler du confucianisme comme d’un corpus unique et clairement constitué qu’il pourrait l’être s’agissant du christianisme : il y a en son sein des courants, des écoles différentes. Mais on peut sans doute relever deux caractéristiques centrales, du moins pour ce qui peut guider une réflexion sur l’économie, entendue au sens le plus large d’économie politique :

Le confucianisme est profondément orienté vers une « gestion sociale », loin de prôner le retrait du monde, l’illusion du monde réel, il recommande de rechercher, de construire un équilibre social. Le prince doit procurer au peuple les biens matériels et assurer son éducation.

La société doit être ordonnée, hiérarchisée. Les relations sociales sont dominées par l’idéal, l’image des relations père/fils, seigneur/subordonné qui son basées sur l’affection, l’autorité, la protection d’une part, l’obéissance et la déférence d’autre part. En Corée notamment le système s’est surtout cristallisé autour de la famille et des valeurs familiales.

Il n’est pas question de minorer ce facteur culturel qui a façonné une société, comme il est évident que les théories chrétiennes sur l’argent et l’usure ont pu jouer un rôle économique en Occident, mais il faut sans doute résister à la tentation de tout expliquer par le confucianisme. La Corée à d’autres époques a connu un confucianisme plus largement répandu et plus profondément vécu, d’autres pays qui n’ont pas rejoint le groupe des « quatre » appartiennent à la même tradition. La relation n’est ni simple, ni univoque entre l’idéal religieux et le développement économique et politique d’un pays.

Statistiques :

Tableau 9 - Dynamique de l’économie coréenne à travers les plans 1962-1986

Tableau 9 - Dynamique de l’économie coréenne à travers les plans 1962-1986

Source : D’après M. Lee Yo Yung (cité par P. Judet).

Tableau 10 - Esquisse de plan à long terme horizon 2000 Contribution des facteurs de production à la croissance économique

Tableau 10 - Esquisse de plan à long terme horizon 2000 Contribution des facteurs de production à la croissance économique

Structure de l’industrie manufacturière

Structure de l’industrie manufacturière

Sources : Korean Development Institute, Plan à long terme - Horizon 2000

Annexe B : Principales mesures de promotion des exportations

Source : CNUCED/GATT.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Quelques indicateurs* (en milliard de dollars US)
Légende Sources : The export performance of the Republic of Korea (*) pour 1961-1981, UNCTAD/GATT, 1987.* Selon les sources, les chiffres peuvent différer assez sensiblement.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 2 - Evolution des exportations ( %)
Légende Sources : Korea Business et Department of Trade.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 3 - Comparaison de coûts salariaux horaires moyens dans l’industrie textile
Légende Calculs faits à partir de données des rapports du BIT (Comité Textile) et de Werner International.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 4 - Les quatres premiers groupes (en milliards de dollars US)
Légende Sources : 1983, Korea Business, cité par F. Judet.1985, Rapport de la Banque Indosuez.(*) En 1983 et 1985, les exportations de ce quatre groupes représentent environ 45 % des exportations totales de la Corée.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 5 - Investissements étrangers en Corée (millions de $US)
Légende Source : Korea Business.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 6 - Commerce extérieur de la Corée. Répartition géographique (en %)
Légende Source : Korea, Department of Trade.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Valeur des exportations (milliards de dollars US courants)
Légende Source : CNUCED/GATT et Korea Exchange Bank.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 7 - Dette extérieure et balance courante (1977-1985) (milliards de dollars US)
Légende Sources : Korea Exchange Bank.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 8 - Croissance de l’économie coréenne
Légende Source : Korea Business.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 9 - Dynamique de l’économie coréenne à travers les plans 1962-1986
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 10 - Esquisse de plan à long terme horizon 2000 Contribution des facteurs de production à la croissance économique
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Structure de l’industrie manufacturière
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/4068/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteur

Chercheur, Centre Asie (IREP-D), Grenoble.

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site