Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Introduction

Jean-Luc Maurer et Philippe Régnier

Texte intégral

1A l’image du Japon, qui a ouvert la voie dès la première moitié du xxème siècle, plusieurs pays d’Extrême Orient et d’Asie du Sud-Est se sont engagés au fil des années 50 et 60 dans une stratégie d’industrialisation accélérée axée sur l’exportation manufacturière à destination des marchés d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord. A ces premiers Etats pionniers enregistrant des records de croissance économique toujours d’actualité malgré la crise internationale et qui leur ont permit d’entrer dans le club des nations du monde industrialisé, a succédé à partir du début des années 70 un très fort mouvement de développement économique et social dans plusieurs des grands autres pays de la région Asie-Pacifique. Par son ampleur et sa rapidité, ce phénomène en cascade est tout à fait exceptionnel dans l’histoire économique de l’humanité et explique en grande partie le formidable dynamisme dont a su faire preuve l’Asie orientale depuis une trentaine d’années. Il mérite donc largement que l’on se penche, globalement et cas par cas, sur les conditions qui ont présidé à son déclenchement puis à son essor ainsi que sur les conséquences qui en ont résulté tant pour le développement économique et social des pays asiatiques concernés que pour celui de certains secteurs de notre vieux monde industrialisé auquel il lance un fameux défi de concurrence, de remise en cause et d’imagination.

2Tel est le double éclairage à partir duquel plusieurs chercheurs, français et suisses spécialisés sur le développement de l’Asie orientale et/ou les problèmes d’industrialisation et d’échanges commerciaux, ont accepté de réfléchir ensemble à l’initiative du Centre de Recherche sur l’Asie Moderne de l’Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales de Genève (IUHEI). L’exercice a débuté en mai 1987 par un colloque organisé sous son égide avec la collaboration conjointe de l’Institut Universitaire d’Etudes du Développement (IUED) de Genève et de l’Institut de Recherche Economique et de Planification du Développement (IREP-D) de Grenoble. Il aboutit aujourd’hui à la publication de cet ouvrage collectif consacré à la nouvelle Asie industrielle.

3Le livre se divise en deux parties. La première s’attache à examiner de près les stratégies parfois fort différentes et les facteurs socio-économiques souvent très particuliers qui ont permis à divers pays d’Asie de l’est et du sud-est de faire de tels progrès industriels dans des délais aussi brefs. L’analyse se concentre en priorité sur les nouveaux pays industrialisés (NPI) dits de « la bande des quatre » — Corée du Sud, Taïwan, Hong-Kong et Singapour — ainsi que sur leurs voisins en voie d’industrialisation de l’ANASE — Indonésie, Malaisie et Thaïlande. Chaque contribution s’attache à retracer les grandes lignes du cheminement suivi par le passé, à exposer les principaux problèmes rencontrés dans le présent et à envisager les scénarios d’évolution possibles pour le futur. La juxtaposition de ces sept études de cas nationaux devrait notamment permettre au lecteur de pouvoir dresser un tableau comparatif précis de similitudes mais aussi de différences souvent assez sensibles existant entre chacune des expériences passées en revue.

4La seconde partie de l’ouvrage vise à identifier les enjeux économiques et sociaux que représentent ces nouveaux processus d’industrialisation dans le cadre d’une interdépendance accrue entre le Nord et le Sud ainsi que les perspectives d’avenir qu’une telle voie de développement ouvre pour le reste du Tiers Monde dans son ensemble. Introduite par une contribution qui examine de manière globale les implications de la récente émergence sur la scène économique internationale des NPI du sud pour les vieux pays industrialisés (VPI) du nord, elle s’attache à analyser de manière aussi détaillée que possible cette dimension fondamentale des relations Nord-Sud par le biais de plusieurs études sectorielles. Le choix s’est porté sur la sidérurgie, la construction navale, l’industrie textile, la production horlogère et les composants électroniques, cinq branches d’activités industrielles cruciales pour les économies de certains pays européens comme la France ou la Suisse et fortement affectées par le développement des NPI d’Asie.

5Par ce double éclairage d’études de cas nationaux et de branches d’activités particulières, cet ouvrage comble une lacune dans la littérature française sur l’industrialisation de l’Asie et ses conséquences pour le reste du monde. Il devrait offrir au grand public comme aux professionnels de l’industrie ou aux chercheurs et étudiants se spécialisant sur le questions de développement de nouveaux éléments permettant de mieux appréhender les questions d’interdépendance et de compétition accrue à l’échelle mondiale ainsi que celles touchant à la restructuration du Nord et au redéploiement au Sud du tissu industriel de la planète.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.