Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La nouvelle Asie industrielle

 | 
Jean-Luc Maurer
, 
Philippe Régnier

Preface

Gilbert Etienne

Texte intégral

1Le xxie siècle sera-t-il le siècle du Pacifique comme les xix et xxe siècles ont été ceux de l’Atlantique nord ? Faut-il en même temps parler du déclin de l’Europe ? Par définition, les modes changent : celle de l’europessimisme s’estompe aujourd’hui devant les espoirs placés dans le vrai « marché commun » de l’après-1992. Au-delà de ces appréciations non démunies de tapage publicitaire, il convient de scruter avec minutie les signes que nous livrent le présent et essayer d’envisager un ou des avenirs possibles.

2Dans cette perspective — et quel que soit le destin de l’Europe — l’Extrême Orient et l’Asie du sud-est témoignent d’une évidente vigueur économique et de remarquables capacités à s’adapter aux aléas de la conjoncture.

3En partant de cette constatation très globale, une analyse par étude de cas s’impose. Non moins essentielle est l’évolution des relations entre les pays de la nouvelle Asie industrielle et le vieux monde industrialisé.

4Ces objectifs ambitieux étaient hors de portée d’une seule personne, c’est pourquoi il faut féliciter Jean-Luc Maurer et Philippe Régnier d’avoir réuni une équipe de chercheurs aux compétences éprouvées. A ce premier mérite s’en ajoute un autre, la sobriété des textes témoignant du sens des nuances qui nous mènent à cent lieues des outrances idéologiques, de l’amateurisme et des erreurs de jugement qui ont trop souvent marqué les débats sur le tiers monde dans les années 1970. Les auteurs de ce livre savent se plier aux exigences du raisonnement économique sans évacuer les données socio-politiques et culturelles. Ils travaillent en esprits libres et respectueux des faits.

5Faut-il reprocher à cet ouvrage de ne pas traiter de la Chine, de L’Inde et de ses voisins qui eux-aussi bougent même s’ils restent en retrait de la « bande des quatre » nouveaux pays industrialisés d’Asie ? A vrai dire, les deux poids lourds de l’Asie, la Chine et l’Inde, devraient faire l’objet d’un examen distinct compte tenu de leur gigantisme, d’autant plus que le champ couvert dans ce livre est déjà suffisamment vaste.

6Ce premier exercice collectif mériterait d’être suivi par d’autre études régionales conçues dans la même perspective, de manière à pouvoir déboucher sur une synthèse englobant l’ensemble du continent asiatique... mais à chaque jour suffit sa peine !

7Soulignons pour terminer l’heureuse coopération ainsi lancée entre chercheurs de divers instituts français et suisses, et les enrichissements mutuels qui en résultent.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.