Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Organisation mondiale de la santé

 | 
Yves Beigbeder

Chapitre II. La naissance de l’OMS, ses objectifs et l’évolution de sa stratégie et de ses programmes

Texte intégral

2.1 La naissance de l’OMS

2.1.1 La Conférence internationale de la santé (New York, 1946)

  • 1 Voir les articles 55 et 57 de la Charte. Sur l’établissement de l’OMS, voir Les dix premières année (...)
  • 2 Voir Actes Officiels de l’Organisation mondiale de la Santé (désormais cités AO) N° 1,

1Lorsque, au mois d’avril 1945, la Conférence des Nations Unies pour l’organisation internationale se réunit à San Francisco, on ne prévoyait pas d’inclure la santé parmi les domaines d’activités définis par la Charte. Des dispositions à ce sujet y furent néanmoins incluses sur proposition de la délégation du Brésil1, et l’idée fut admise de convoquer une conférence pour l’établissement d’une organisation internationale de la santé.2

  • 3 Voir AO N° 1, Annexe 23, p. 73. (Art. 11, projet C.T.)
  • 4 Voir AO, n° 2, Annexe 1, p. 119.

2Au cours du mois de février 1946, le Conseil économique et social de l’ONU constitua dans ce but une commission technique préparatoire, composée d’experts de seize pays (8 européens, 5 américains, 2 asiatiques et 1 africain) et, à titre consultatif, de représentants du Bureau sanitaire panaméricain, de l’OIHP, de l’OH de la SDN et de l’UNRRA. Elle fut saisie de quatre projets de constitution durant ses travaux à Paris (18 mars - 5 avril 1946). On ne parvint pas à s’accorder sur la question des arrangements régionaux avec les organisations déjà existantes, ni sur celle du futur siège (des raisons de prestige et d’économie plaidaient pour un siège proche de celui des Nations Unies, mais le souci d’une pleine autonomie politique s’y opposait).3 La Commission technique proposa notamment d’inviter à la future conférence des pays non membres des Nations Unies, et les autorités interalliées de contrôle en Allemagne, au Japon et en Corée. Ses recommandations relatives à l’absorption de L’OIHP dans l’OMS et à la reprise des fonctions de l’UNRRA furent entérinées par le Conseil économique et social.4

  • 5 Ces Etats étaient l’Afghanistan, l’Albanie, l’Autriche, la Bulgarie, la Finlande, la Hongrie, l’Irl (...)
  • 6 FAO, OIT, UNRRA, OIHP, BSP, UNESCO, Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, Organisation internationa (...)

3La Conférence internationale de la Santé se réunit à New York le 19 juin 1946. Cinq Etats membres de l’ONU, 16 Etats non membres invités en qualité d’observateurs,5 les autorités de contrôle pour l’Allemagne, la Corée et le Japon et plusieurs organisations internationales6 avaient envoyé des représentants. En un mois, elle acheva sa tâche principale : élaborer la Constitution de l’OMS. Elle adopta aussi un arrangement pour le transfert des tâches de l’OIHP et créa une Commission intérimaire chargée des travaux préparatoires. De nombreuses questions juridiques soulevèrent des débats nourris, dont nous ne pouvons donner qu’un bref aperçu :

    • 7 Voir AO, N° 2, p. 47, pp. 66-70.

    La procédure d’admission au sein de l’OMS des Etats non membres des Nations Unies. Majorité simple ou majorité des deux tiers ? La première solution fut retenue.7

  • La suspension du droit de vote et des services dont bénéficie un Etat membre s’il ne remplit pas ses obligations financières ou dans d’autres circonstances exceptionnelles (art. 7 de la Constitution). Les sanctions éventuelles devaient-elles être du ressort du Conseil exécutif ou de l’Assemblée ? En raison de l’importance de telles décisions, on adopta la deuxième alternative.

    • 8 Voir AO, N° 2, p. 72.

    L’expulsion ou le droit de retrait d’un Etat membre. Partant du principe qu’une expulsion eût davantage lésé l’Organisation que l’Etat visé et que, d’autre part, ce dernier pouvait mieux défendre ses intérêts en demeurant au sein de l’OMS, les participants évitèrent d’inscrire toute disposition visant à l’exclusion d’un Etat.8 Quant au droit de retrait, aucune disposition générale ne vint en fixer les modalités. Les Etats-Unis, notamment, avaient assorti leur adhésion à l’OMS d’une condition : pouvoir se retirer en tout temps moyennant un préavis d’un an. Faute de consensus sur la fixation d’une procédure, l’OMS devait ainsi par la suite refuser de reconnaître le retrait des pays socialistes en 1949-1950, les considérant comme « membres inactifs ».

    • 9 Voir AO, n° 2, pp. 73-74.

    La participation à l’OMS des territoires ne conduisant pas eux-mêmes leurs relations internationales, c’est-à-dire les nombreux protectorats et colonies existant alors. Cette question était loin d’être négligeable, si l’on considère l’étendue et la population desdits territoires. La conférence trancha en admettant leur participation en qualité de membres associés, sur demande faite pour leur compte par l’Etat assumant la responsabilité de leur politique extérieure, et en recommandant expressément que leurs représentants soient originaires de la population indigène : cela pour assurer une véritable représentativité et pour éviter que les puissances coloniales ne se trouvent en fait à la tête de plusieurs délégations.9

2.1.2 Les travaux de la Commission intérimaire (1946-1948)

4La Commission intérimaire devait poursuivre les activités des précédents organismes sanitaires jusqu’à l’entrée en fonction effective de l’OMS et, d’une façon générale, assurer la passation des pouvoirs, c’est-à-dire préparer et convoquer la première Assemblée mondiale de la Santé, négocier les accords nécessaires avec les Nations Unies et d’autres organisations non gouvernementales ou nationales, et enfin accomplir une série de tâches techniques dont l’urgence demandait une action immédiate. Elle était composée de dix-huit Etats (Australie, Brésil, Canada, Chine, Egypte, Etats-Unis d’Amérique, France, Inde, Libéria, Mexique, Norvège, Pays-Bas, Pérou, Royaume-Uni, RSS d’Ukraine, URSS, Venezuela, Yougoslavie) qui devaient chacun désigner un représentant qualifié dans les questions de santé, accompagné le cas échéant de conseillers ou de suppléants. Un secrétaire exécutif serait nommé, avec les compétences attribuées par la Constitution au futur Directeur général. Nous ne pouvons donner ici qu’un très bref aperçu des travaux de la Commission intérimaire. Voici quelques points de repère :

  • La prise en charge des activités des anciennes organisations sanitaires. Ces activités étaient les suivantes : a) service d’information épidémiologique ; b) application et révision des conventions sanitaires existantes ; c) contrôle des produits pharmaceutiques susceptibles de provoquer l’accoutumance ; d) classification des causes de mort et de maladie ; e) standardisation biologique ; f) unification des pharmacopées ; g) lutte contre la malaria, la tuberculose et les maladies vénériennes ; h) formation de personnel sanitaire et amélioration des systèmes nationaux de santé ; i) assistance directe à certains pays. La Commission resta en fonctions deux ans environ, c’est-à-dire beaucoup plus longtemps que prévu. La ligne directrice qu’elle donna à ces activités eut donc une influence certaine sur l’avenir de l’OMS.

    • 10 L’examen de la situation fut renvoyé à la première Assemblée

    L’intégration à l’OMS des organisations régionales de santé. Là, le problème principal était celui du Bureau sanitaire pan-américain. On ne parvint pas à s’entendre sur les modalités financières de l’intégration ni sur la possibilité d’annuler ou de réviser l’accord.10 L’examen de la situation fut renvoyé à la première Assemblée de l’OMS. Même procédure pour l’intégration du Bureau sanitaire de la Ligue panarabe. Cet organisme était en réalité le Bureau régional d’information épidémiologique de l’OIHP pour le Proche-Orient. En 1946, la Ligue panarabe (Arabie Saoudite, Egypte, Irak, Liban, Palestine, TransJordanie et Yémen) voulait en faire son organisation sanitaire régionale ; cependant, elle dut attendre jusqu’en janvier 1948 pour concrétiser ce vœu. La Commission intérimaire ne pouvait évidemment pas discuter de l’intégration d’un bureau non encore créé officiellement.

  • La négociation des accords avec les Nations Unies et les autres organisations internationales. En août 1947, le comité de négociation de la Commission intérimaire et de l’ECOSOC prépara un projet d’accord qui fut approuvé par les deux parties et par l’Assemblée générale de l’ONU ; il réglait les rapports entre l’Organisation des Nations Unies et l’OMS en tant qu’institution spécialisée. Une collaboration effective existait déjà, surtout avec la FAO et l’UNESCO. On prépara et on soumit à l’approbation de l’Assemblée des projets d’accord avec ces deux organisations, avec l’OIT et avec l’OACI.

  • La préparation et la convocation de la première Assemblée mondiale de la Santé. La Commission avait pour dernière tâche la convocation de la première Assemblée mondiale de la Santé, la préparation de l’ordre du jour et l’établissement des documents nécessaires. Parmi ceux-ci, des propositions pour le programme de travail et le budget de l’Organisation pour la première année ; des études sur le siège de l’Organisation et sur la détermination des régions géographiques en prévision de la création des organisations régionales ; un projet de règlement financier et de statut du personnel. En outre, la Commission devait présenter à l’Assemblée un rapport sur son activité. L’Assemblée fut convoquée pour le 24 juin 1948, après le dépôt des ratifications de la Constitution de l’OMS des 26 Etats signataires, membres des Nations Unies. On choisit Genève comme lieu de réunion.

2.1.3 La première Assemblée mondiale de la santé (1948)

5La Constitution de l’OMS avait été signée le 22 juillet 1946 à New York. Elle entra en vigueur le 7 avril 1948, lorsque le 26e des 61 Etats Membres signataires la ratifia. La Journée mondiale de la Santé est célébrée chaque année le 7 avril.

6La Première Assemblée mondiale de la Santé, qui se réunit à Genève, au Palais des Nations, le 24 juin 1948, groupa les délégations de 53 des Etats Membres, ainsi que des observateurs de neuf Etats non Membres, des Autorités alliées de contrôle dans les trois zones de l’Allemagne, au Japon et en Corée du Sud, de l’ONU et de cinq institutions spécialisées, de l’OIHP et de l’Organisation sanitaire panaméricaine.

7L’Assemblée élut les dix-huit Etats Membres habilités à désigner les personnes qui feraient partie du Conseil exécutif ; elle approuva la proposition du Conseil et élut, comme premier Directeur général, le Dr Brock Chisholm (Canada), Secrétaire exécutif de la Commission intérimaire.

8L’Assemblée établit un programme basé essentiellement sur les recommandations de la Commission intérimaire (voir la section 2.2), vota le budget de l’Organisation et choisit Genève comme son siège.

  • 11 Les dix premières années..., op. cit., chapitre 7 -, et Documents fondamentaux, 39e éd., accord ent (...)
  • 12 Ibid., pp. 74-79.

9L’Assemblée établit des relations officielles avec l’ONU, avec l’OIT, la FAO et l’UNESCO en adoptant des projets d’accord avec ces institutions11. Elle décida que l’OMS poursuivrait et développerait l’active collaboration existant déjà entre la Commission intérimaire, d’une part, et le Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC) et ses organes subsidiaires, d’autre part, dans des domaines communs tels que les drogues engendrant l’accoutumance, les statistiques démographiques, la prévention de la criminalité et le traitement des délinquants, les problèmes de santé posés par les migrations, les projets relatifs aux « niveaux de vie », l’hygiène du logement, les problèmes démographiques et la Déclaration des Droits de l’Enfant. L’Assemblée exprima son ferme espoir de voir s’instituer une collaboration avec d’autres organisations, notamment l’OACI, la Commission préparatoire de l’Organisation internationale pour les réfugiés et l’UNICEF L’Assemblée adopta également les « Principes régissant les relations entre l’OMS et les organisations non gouvernementales (ONG) »12.

10Finalement, l’Assemblée décida que la Commission intérimaire cesserait d’exister le 31 août 1948, à minuit.

2.2 Les objectifs de l’OMS

11Comme nous l’avons vu au Chapitre I, les organisations sanitaires internationales créées avant la Deuxième Guerre mondiale l’avaient été initialement dans une perspective de protection des pays « civilisés » : il s’agissait avant tout d’établir un cordon sanitaire autour des nations développées, et l’amélioration de la santé mondiale ne figurait pas au premier plan des préoccupations. A cet égard, l’art. 1 de la Constitution de l’OMS, qui stipule que son but est d’« amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible », marque un total changement d’orientation.

12Le préambule de la Constitution de l’OMS énonce certains principes qui justifient le choix de son objectif fondamental. Tout d’abord, la santé est définie comme un état de complet bien-être physique, mental et social « qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Ensuite, la possession du meilleur état de santé que tout être humain est capable d’atteindre est élevé au niveau de l’un des droits fondamentaux de l’homme « quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale ». Les dispositions du préambule établissent également une relation de causalité directe entre « la santé de tous les peuples du monde » et la sécurité. Vue sous cet angle, « l’inégalité des divers pays en ce qui concerne l’amélioration de la santé et la lutte contre les maladies, en particulier les maladies transmissibles, peut être considérée comme un péril pour tous ». Dans l’esprit des rédacteurs de la Constitution, trois conditions sont indispensables à la réalisation du but énoncé : premièrement, l’accès de tous les peuples aux connaissances scientifiques et médicales est essentiel pour atteindre le plus haut degré de santé ; deuxièmement, une coopération active de la part du public et une opinion éclairée sont d’une importance capitale pour l’amélioration de la santé des populations ; enfin, les gouvernements portent la responsabilité de la santé de leurs peuples et doivent prendre les mesures sanitaires et sociales appropriées. Cette responsabilité peut s’exercer aussi bien individuellement que collectivement, en coopération avec l’Organisation qui, pour atteindre l’objectif proclamé à l’art. 1, est chargée d’« agir en tant qu’autorité directrice et coordinatrice, dans le domaine de la santé, des travaux ayant un caractère international » (art. 2a).

13La Constitution énumère en détail les mesures que doit prendre l’Organisation pour atteindre son objectif fondamental. Ces mesures peuvent être réparties en deux catégories :

  • d’une part, les mesures préventives et curatives visant la suppression des maladies (épidémiques, endémiques, mentales), l’amélioration de la santé de certains groupes sociaux (les mères et les enfants), le progrès des méthodes de diagnostic ;

  • en outre, des mesures générales concernant l’infrastructure des services hospitaliers et de la sécurité sociale, les techniques sanitaires dans le domaine de l’hygiène publique ainsi que l’amélioration de la nutrition, du logement, de l’assainissement des conditions de travail et de tous les autres facteurs de l’hygiène du milieu.

14Pour être efficace, l’institution devrait envisager cinq types d’interventions principales :

  • fournir, selon les cas et les circonstances, l’assistance technique à des gouvernements qui en font la demande ou à des populations sous tutelle (art. 1, 2c, 2d) ;

  • proposer des conventions, accords et règlements concernant les questions internationales de la santé, établir et réviser la nomenclature des maladies, des causes de décès, encourager l’adoption de normes internationales relatives aux produits alimentaires, biologiques, pharmaceutiques et similaires (art. 2k, 2s, 2u) ;

  • favoriser la recherche scientifique directement ou encourager la coopération entre les spécialistes et les professionnels de la santé dans ce domaine (art. 2j) ;

  • promouvoir la formation du personnel sanitaire, médical et paramédical ainsi que les systèmes d’enseignement nécessaires ;

  • servir de point central pour le rassemblement et la diffusion des données statistiques, des documents et informations scientifiques d’intérêt international.

15Le but de l’Organisation, « amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible », est louable mais vague : « la Stratégie de la Santé pour Tous d’ici l’An 2.000 » cherchera à préciser les niveaux de santé désirables et possibles pour les Etats Membres grâce à des indicateurs quantifiés.

16Ce but est également utopique, en raison des ressources limitées de l’Organisation par rapport aux immenses besoins de santé des pays en développement et des pays industrialisés.

17Ce but pose la question du rôle de l’Organisation par rapport aux responsabilités des gouvernements pour la santé de leurs populations. En tant qu’organisation intergouvernementale, l’OMS est soumise aux décisions et instructions des Etats Membres réunis dans l’Assemblée mondiale de la Santé et du Conseil exécutif : son autonomie est limitée. Son rôle d’« autorité directrice et coordinatrice » ne peut être imposé aux Etats Membres : son autorité n’est reconnue que si elle démontre sa compétence dans les différents domaines de la santé publique et une compétence de gestion sur le plan international.

18Son autorité et l’étendue de son action dépendent de la volonté politique des Etats Membres de lui accorder son domaine propre et les ressources nécessaires. Il est clair que les principaux Etats Membres de l’OMS n’ont pas l’intention de transformer l’OMS en « Ministère de la Santé » mondial, pas plus qu’ils ne désirent créer un « gouvernement mondial ». La marge de manœuvre des Directeurs généraux de l’Organisation est donc étroite : il leur faut renforcer la crédibilité scientifique et gestionnaire de l’OMS, démontrer l’utilité de l’Organisation à l’égard des pays pauvres et des pays riches, renouveler des stratégies dépassées, lancer des programmes innovateurs, obtenir des ressources régulières, et « vendre » leur Organisation aux Etats Membres, aux ONG, aux multinationales de la santé, et aux opinions publiques.

  • 13 La deuxième décennie de l’OMS - 1958-1967, OMS, Genève, 1968, p. IX.

19Un autre problème de fond est celui de la place de la santé publique dans le cadre de l’économie des pays. Le Dr. M. Candau, le second Directeur général de l’OMS a constaté, en 1968, que « la santé est part intégrante du développement économique et social, dont l’être humain est le seul vrai moteur. Sans l’homme, le développement n’a pas de raison et sans la santé le développement ne saurait trouver son assise »13.

20Les programmes nationaux de santé publique, doivent donc être intégrés dans les programmes économiques et sociaux des pays concernés : l’OMS elle-même devrait intégrer ses programmes de santé au niveau international et national dans le cadre général du développement économique et social : d’où une contradiction potentielle entre l’ambition légitime de l’OMS et de ses représentants d’encourager la conception et la mise en œuvre de nombreux programmes de santé, et la nécessité politique, pour les dirigeants nationaux, d’attribuer des priorités aux différents aspects de leurs programmes gouvernementaux, leurs programme de développement, sans oublier les impératifs de défense nationale et les dépenses de prestige.

21L’OMS planifie ses activités : son budget programme est établi et approuvé pour une période de deux ans, son programme général de travail couvre une période de cinq ans. Comment concilier cette planification à moyen ou long terme, nécessaire pour assurer une certaine stabilité des activités et des ressources de l’Organisation avec les changements politiques et économiques, les situations d’urgence qui surviennent dans un certain nombre de pays Membres ? La planification n’est-elle qu’une apparence de présentation, qui permet d’obtenir les ressources budgétaires, mais qui permet également les adaptations requises au coup par coup, au niveau régional et national ?

22Enfin, le nombre des fonctions que l’Organisation doit exercer pose le problème des priorités à accorder à tel ou tel type de programme : il expose l’Organisation à la tentation du « saupoudrage » et au risque de l’inefficacité. L’OMS doit-elle donner toute priorité à son rôle normatif, ou à son rôle opérationnel ? Doit-elle encourager le renforcement des services de santé nationaux, ou bien la formation, ou bien la recherche, ou bien doit-elle lancer des programmes dits « verticaux » de contrôle ou d’éradication de telle ou telle maladie ? Ou bien, doit-elle et peut-elle tout faire ?

23Certains de ces problèmes seront abordés de manière concrète dans les prochains chapitres.

2.3 L’évolution de la stratégie et des programmes de l’OMS

  • 14 Les dix premières années..., op. cit., p. 73.

24La Première Assemblée mondiale de la Santé a déterminé l’orientation future des activités de l’Organisation, en se basant essentiellement sur les recommandations de la Commission intérimaire : elle a réparti les divers problèmes en catégories par ordre d’importance. Le paludisme, l’hygiène de la maternité et de l’enfance, la tuberculose, les maladies vénériennes, la nutrition et l’assainissement formèrent la catégorie des questions prioritaires ; en second rang, vint l’administration de la santé publique, en troisième rang, les maladies parasitaires, en quatrième rang, les maladies à virus, et en cinquième rang la santé mentale. Le sixième rang fut réservé à un groupe assez divers d’autres activités14.

  • 15 La deuxième décennie..., op. cit., p. x.

2520 ans plus tard, en 1968, le Directeur général annonçait que les programmes de l’OMS seraient modelés sur les besoins prioritaires des pays Membres. Trois secteurs seraient prioritaires : en premier lieu, l’enseignement et la formation professionnelle ; en second lieu, l’enrichissement et la diffusion des connaissances, c’est-à-dire la recherche ; en dernier lieu, l’assistance directe aux pays pour le développement de leurs services de santé, soit dans leur ensemble, y compris la mise en place des services de base, soit dans des domaines particuliers, depuis les campagnes de masse pour l’éradication du paludisme et de la variole jusqu’aux laboratoires de contrôle des médicaments15.

26En 1955, l’OMS avait lancé un ambitieux programme d’éradication du paludisme dont l’échec était reconnu vers la fin des années 1970. Par contre, le programme d’éradication de la variole, mis en œuvre de 1967 à 1977, constituait un succès éclatant pour l’OMS. En 1974, le Programme de lutte contre l’Onchocercose (la cécité des rivières) était lancé en Afrique occidentale. Egalement en 1974, l’OMS mettait en œuvre le Programme élargi de Vaccination des enfants.

27Une innovation considérable, la « Stratégie mondiale de la Santé pour tous d’ici l’an 2000 », était adoptée en 1978 par une Conférence internationale organisée conjointement par l’OMS et l’UNICEF : elle devait modifier radicalement les concepts, les objectifs et les pratiques des Etats Membres et de l’OMS.

28En 1987, le Programme mondial de lutte contre le SIDA était créé au sein de l’OMS. En 1988, la 41e Assemblée mondiale de la Santé décidait que la poliomyélite serait éradiquée d’ici l’an 2000.

29Enfin, en 1992 et 1993, le Directeur général entreprenait, avec le Conseil exécutif, un réexamen des politiques de l’OMS, de sa gestion et de ses structures pour s’adapter aux défis, aux contraintes et aux occasions nouvelles d’un monde en gestation. Le Directeur général appelait à « un nouveau partenariat pour la santé ».

30L’évolution de la stratégie et des programmes de l’OMS, en rapport avec l’environnement international, peut être divisée en plusieurs « périodes » :

  • de 1948 à 1962, les premiers défis

  • de 1963 à 1972, santé et développement

  • de 1973 à 1991, la nouvelle stratégie de la « Santé pour Tous d’ici l’An 2000 »

31Des développements suivent concernant ces trois périodes.

2.3.1 1948-1962 – Les premiers défis

32Cette première période, allant de 1948 à 1962, est marquée par une sorte d’« état d’urgence » général. Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, l’état de santé général du monde est précaire et l’objectif qui s’impose est une vigoureuse offensive contre les maladies qui causent le plus de dommages : le paludisme, la tuberculose et les maladies vénériennes. L’amélioration de l’hygiène de la maternité et de l’enfance et le progrès de la nutrition constituent les deux autres priorités après les années de conflit.

33L’éclatement de la guerre de Corée est l’un des nombreux défis lancés à l’OMS pendant cette période. Défi, car l’Organisation est jeune, ses structures ne sont pas mûres, son fonctionnement n’est pas rôdé. Défi également dans la mesure où il oblige l’OMS à mettre en place des mesures d’urgence parallèlement aux programmes sanitaires à long terme. Défi enfin car ce conflit « localisé » est le premier d’une longue série qui poseront des problèmes difficiles : comment mener à bien un programme sanitaire dans un pays en guerre, c’est-à-dire dans un pays pour lequel les objectifs et les coûts de la santé viennent bien après les questions militaires ou économiques ?

34Pendant ce temps, une prise de conscience graduelle semble émerger parmi les Etats membres : ils ne cherchent plus seulement à combattre les épidémies, mais également la maladie en général. Les priorités se déplacent. On remarque aussi un changement dans la conception de la santé : celle-ci est toujours davantage considérée comme indispensable au développement industriel et agricole et au progrès social en général. Ce changement a des implications pratiques qui ne sont pas négligeables, tant au niveau des Etats qu’à celui des Organisations internationales. L’une des manifestations de cette nouvelle attitude est l’importance que bien des pays accordent désormais, dans leurs programmes d’enseignement, aux aspects sociaux de la prévention de la maladie et de la protection de la santé. Pour répondre aux besoins existants, des zones de démonstration sont créées par plusieurs gouvernements afin de montrer que l’activité sanitaire doit faire partie intégrante du développement social et économique de la collectivité. Les gouvernements sont encouragés à recourir à ce que l’on appelle, à cette époque, la méthode coordonnée, qui suppose la collaboration de tous ceux qui s’occupent des divers aspects d’un même problème. En outre, les gouvernements se rendent compte qu’ils ne peuvent développer leurs services d’hygiène publique et de soins médicaux sans un personnel bien formé. D’où une attention de plus en plus grande portée à la formation. En même temps, les institutions gouvernementales et non gouvernementales — particulièrement l’UNESCO — s’efforcent de relever l’instruction générale des populations par le truchement de laquelle doit se dispenser l’éducation sanitaire des adultes et des enfants en âge de scolarité.

  • 16 AO, N° 38, p. 2.
  • 17 La Deuxième Décennie de l’OMS, p. 206.

35Les méthodes traditionnelles ne sont pas négligées. Ainsi, après avoir fait remarquer que la préservation de la santé passe par la prévention des maladies et l’assainissement et que, même dans les pays très avancés, les précautions sanitaires élémentaires ont parfois fait défaut, l’OMS recommande, pour les « pays moins évolués », de s’en tenir aux méthodes d’assainissement familières et éprouvées et d’apprendre aux populations à appliquer les méthodes simples et quotidiennes d’assainissement, dans les familles et la collectivité. Par ailleurs, on commence à s’apercevoir que ces pays dits non évolués subissent le contre-coup de l’industrialisation : « Comme on pouvait le prévoir, l’accélération du développement économique a eu sur la santé publique des répercussions désastreuses dans quelques-uns des pays les moins évolués, les mesures d’assainissement n’ayant pas marché de pair avec l’industrialisation. »16 On prend conscience également que des mesures d’amélioration foncière élémentaires peuvent entraîner dans certains pays des « effets pervers » inattendus. Ainsi l’OMS constitue-t-elle dès 1958 une équipe consultative interrégionale pour la bilharziose chargée d’étudier le rôle de l’irrigation dans la propagation de la schistosomiase, maladie parasitaire alors en recrudescence.17

36Les différents programmes d’assainissement ou de lutte contre la maladie qui sont mis en place à cette époque conduisent à une consommation accrue d’antibiotiques et d’insecticides, ce que ne manquent pas de remarquer les grandes sociétés pharmaceutiques internationales. C’est le début de relations suivies entre l’Organisation et les industriels de la chime, relations, qui pourront devenir parfois conflictuelles.

  • 18 AO, N 59, p. V.

37Dès 1953 se dessine une tendance visant à favoriser les programmes à long terme plutôt que les actions ponctuelles : « La caractéristique la plus encourageante des demandes reçues par l’Organisation en 1954, c’est qu’elles traduisent, dans une large mesure, le désir d’obtenir l’aide de l’OMS pour mettrer sur pied des plans de longue haleine qui assurent le développement graduel et ordonné des services de santé. C’est vers ce type d’assistance que l’OMS n’a cessé de s’orienter et qu’elle concentrera, le plus possible, ses efforts dans les années à venir. »18 En outre, on accorde une place de plus en plus importante aux projets internationaux ou interrégionaux, signe d’une volonté manifeste de coopération internationale. Cette même volonté s’observe également entre l’OMS et bon nombre d’autres institutions des Nations Unies (FAO, UNICEF, OACI, OIT et UNESCO).

  • 19 AO, n 59, p. X.

38Les années cinquante marquent également l’émergence d’une conception nouvelle des rapports existants entre l’environnement et la santé. Cette préoccupation, que nous appellerions aujourd’hui « écologique », est présente dans les textes officiels de l’Organisation alors même que les médias ou le grand public n’en ont pas encore pris conscience. L’OMS joue ici un rôle de pionnier : « On s’est de plus en plus rendu compte, au cours des récentes années, que l’OMS sera tôt ou tard appelée à prendre l’initiative de recherches en vue de déterminer les répercussions que peut avoir, sur le plan de la santé, ce fait sans précédent qu’est l’intervention de l’homme dans le processus naturel, tel qu’on peut l’observer aujourd’hui sur de vastes étendues de la terre. C’est ainsi que l’on peut se demander jusqu’à quel point l’équilibre existant dans la nature n’est pas affecté par la destruction massive des insectes. Quels seront à longue échéance les résultats de l’emploi généralisé des antibiotiques ? De quelle façon la morbidité sera-t-elle influencée par les efforts intensément poursuivis à l’heure actuelle pour améliorer les conditions d’hygiène en général ? Quelles sont les incidences de la contamination de l’air, du sol et de l’eau qu’entraînerait l’utilisation croissante de l’énergie atomique ? »19 Trente ans avant Tchernobyl, l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques est donc mise en question. Dès 1955, les problèmes de pollution de l’air ou de l’eau par des substances radioactives figurent dans les programmes de recherche de l’OMS.

2.3.2 1963-1972 – Santé et développement

  • 20 AO, n 114, p. VII.

39Dans les années soixante, on retrouve les grandes orientations de la décennie précédente : lutte contre les principales maladies transmissibles, renforcement des services sanitaires de base, enseignement et formation du personnel médical et paramédical, nutrition et hygiène du milieu. Cependant, des questions inédites surgissent avec l’arrivée de nouveaux Etats membres, qui sont pour la plupart des pays ayant très récemment accédé à l’indépendance. Ils n’ont pas d’infrastructure sanitaire, ils n’ont pas de personnel qualifié ; ils n’ont pas les institutions qui permettraient de former ce personnel. Les années soixante sont celles de la préparation intensive de programmes visant le progrès et la croissance dans les pays en développement. Toutes les grandes institutions onusiennes planchent sur la question. A cette occasion, les organes directeurs de l’OMS approuvent un programme décennal dont l’élément central doit être, selon le Directeur général, « l’enseignement et la formation professionnelle aux deux niveaux, professionnel et auxiliaire ».20 Tout s’imbrique, désormais : sans personnel qualifié, impossible d’obtenir une amélioration sensible de l’état de santé dans le monde ; sans cette amélioration, impossible de trouver la main-d’œuvre nécessaire pour mener à bien les programmes économiques. A l’époque, cela n’est pas toujours compris par tous les organismes jouant un rôle dans le jeu complexe des programmes d’assistance.

  • 21 AO, N° 123, p. IX.

40Que peut faire l’OMS dans ce contexte ? Elle se heurte à deux difficultés de taille : ses ressources limitées et le demi-échec du système des bourses mis en place par ses soins. Sur ce dernier point, voici son constat, très pessimiste : « Il faut aborder la question sous l’angle qualitatif et évaluer les résultats réels de cette action, notamment dans le domaine des études universitaires, qui représentent 19 % de l’ensemble en 1962. Or, si nous faisons cette analyse critique, nous constaterons qu’un nombre considérable de jeunes gens ayant étudié la médecine comme boursiers de l’OMS en Amérique et en Europe son « perdus » chaque année. Pouvons-nous nous permettre un tel gaspillage, à cette époque où nous sommes appelés à accroître notre aide aux Etats membres, anciens et nouveaux ? »21 Sur le continent africain, notamment, la situation est dramatique : dans 14 pays de plus de 3 millions d’habitants, il n’existe aucune école de médecine. Or, rappelons-le, la doctrine de l’OMS — à l’époque comme aujourd’hui — est de susciter la mise en place de systèmes nationaux de santé efficaces et non d’accorder — sauf cas d’urgence — une aide ponctuelle directe par spécialistes occidentaux interposés. Cette doctrine suppose une planification systématique permettant d’exploiter au mieux les ressources disponibles, et l’encouragement de la recherche scientifique et technique capable de donner aux efforts nationaux une efficacité accrue. En dernier ressort, cela veut dire, encore et toujours : personnel qualifié.

  • 22 AO, N 205, p. VII.

41Ainsi, des zones d’ombre inquiétantes se remarquent même dans le cas des programmes rencontrant une réussite quasi générale. La lutte antipaludique, par exemple, marque des points un peu partout dans le monde excepté en Afrique. De prime abord, des programmes mondiaux comme ceux entrepris contre le paludisme et la variole semblent pouvoir être mis en route sans considérer l’évolution sociale ou économique des pays concernés ; en somme, leur succès ne devrait dépendre que d’une bonne stratégie médicale. Mais le Directeur général lance, à propos de ces deux programmes, plusieurs questions en forme de cri d’alarme : « Pourquoi ne parlons-nous ici que de quelques maladies ? Pourquoi faut-il trop souvent préciser que les progrès enregistrés n’intéressent qu’un certain nombre de pays ? Pourquoi devons-nous admettre qu’une grande partie de la population du monde n’a aucun accès à des services de santé et que les services existants sont fréquemment sous-utilisés, sinon totalement ignorés ? »22

42Dans le cadre de la lutte contre les maladies transmissibles (paludisme, variole, tuberculose, poliomyélite, bilharziose, lèpre, etc.), l’éradication du paludisme reste un objectif majeur.

43Dans le domaine de l’assainissement, d’importants efforts sont consentis en vue d’assurer un meilleur approvisionnement public en eau et pour améliorer l’évacuation des eaux usées, surtout en Amérique centrale et en Amérique du Sud. L’autre grande préoccupation de l’OMS porte sur la lutte contre la pollution de l’air et des eaux. En outre, l’Organisation met en route un programme complet d’évaluation des services de santé et des progrès réalisés au cours des dix années précédentes dans les pays de l’Amérique centrale et au Panama, et cela pour la première fois dans son histoire.

2.3.3 1973-1991 – La nouvelle stratégie de la « Santé pour tous d’ici l’an 2000 »

  • 23 AO, n 147, p. VIII.

44Les années soixante-dix marquent d’abord un piétinement ou même un recul dans beaucoup de domaines. Du point de vue des différents programmes en cours, des progrès furent réalisés selon les secteurs et les régions. La lutte antipaludique progressait sauf sur le sol africain : « C’est dans la région africaine que se trouvent les plus vastes territoires et les populations les plus nombreuses qui, pour des raisons à la fois administratives et techniques, ne sont pas encore protégées par des programmes d’éradication ».23

45Par contre, l’éradication de la variole était réalisée en 1977. La recrudescence semblait se manifester pour d’autres maladies transmissibles comme le choléra, la peste, les maladies vénériennes. A l’opposé, des progrès furent marqués dans la lutte contre le pian, la tuberculose, la bilharziose ; dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires, le cancer et la santé mentale, pour ne citer que ces domaines. Les recherches collectives prirent également beaucoup d’extension, en particulier dans la biologie de la reproduction humaine, la génétique humaine et l’immunologie.

  • 24 AO, n 213, p. VII.
  • 25 AO, n° 213, p. VII.

46Cependant, ces succès partiels n’entraînaient aucun triomphalisme chez les responsables. En 1972, à l’occasion du 25e anniversaire de l’OMS, ceux-ci s’interrogèrent sur la manière d’arriver au plus vite au niveau de santé optimal pour tous les peuples du monde. Le Directeur général tira un bilan assez sombre de la situation sanitaire internationale : « Il me serait facile, écrit-il, de mettre en vedette quelques secteurs où de remarquables progrès ont été faits, et de dresser un bilan optimiste des réalisations de l’OMS pendant l’année écoulée. Mais cela ne ferait que susciter une satisfaction illusoire au moment où l’Organisation doit en réalité faire face à une situation assez critique puisque, comme le Conseil exécutif l’a souligné, les services de santé semblent dans bien des pays se dégrader plutôt que s’améliorer ».24 Si le manque de personnel qualifié et de ressources ont eu leur rôle à jouer dans les échecs enregistrés, le problème le plus grave reste celui des services sanitaires de base qui ont fait, semble-t-il, « l’objet d’une désaffection générale dans les pays développés comme dans le tiers monde ».25

  • 26 AO, N° 229, p. VIII.
  • 27 AO, N° 229, p. XI.

47En 1974, juste après le premier choc pétrolier qui vint souligner les problèmes économiques de l’action sanitaire internationale, l’Assemblée générale des Nations Unies adopta à l’unanimité la résolution préconisant un « nouvel ordre économique international ». Les implications de cette résolution étaient multiples du point de vue des activités de l’OMS : « Elle (i.e. l’Assemblée générale de l’ONU) invite expressément l’OMS et les organismes apparentés à intensifier l’action internationale en faveur d’une amélioration des conditions sanitaires dans les pays en développement en accordant la priorité à la prévention des maladies et de la malnutrition et en fournissant des services de santé de base aux collectivités, y compris des services d’hygiène maternelle et infantile et de protection de la famille (...). D’autre part, elle offre à l’OMS de nouvelles possibilités d’action en relation avec l’assistance en général, l’industrialisation, la science et la technique, l’alimentation et l’agriculture, et souligne en particulier la nécessité pressante d’un développement rural intégré ».26 Plus que jamais, le lien entre la santé et le développement sous toutes ses formes était réaffirmé. En partant des grands programmes (comme ceux de l’éradication du paludisme et de la variole) et des erreurs qui avaient pu être commises, le Directeur général affirmait que l’OMS devait pouvoir tirer la leçon suivante : « dans la lutte contre la maladie, il ne faut pas s’en remettre aux seules techniques sanitaires, car les réalisations dans ce secteur dépendent directement du niveau de développement économique des pays concernés. (...) Dans l’un et l’autre cas (i.e. la protection des pays en voie de développement contre les maladies non transmissibles et le contrôle des produits pharmaceutiques), les techniques de pointe compliquées et coûteuses auxquelles on peut recourir, souvent de valeur douteuse même dans les pays riches, n’ont absolument pas leur place dans les pays pauvres, où elles ne contribueraient que bien peu au développement sanitaire — qu’elles pourraient même compromettre sérieusement en raison des ressources précieuses qu’absorberait leur application ».27

48Convaincu que l’OMS devait relancer son action dans la lutte contre le sous développement et pour l’amélioration des conditions sanitaires des déshérités, le Dr. Mahler, nommé Directeur général en 1973, a été à l’origine de la nouvelle stratégie, à laquelle souscrirent les organes directeurs de l’Organisation.

  • 28 Rés. WHA 28.76.
  • 29 Rés. WHA 29.48 et 30.30.

49En mai 1975, l’Assemblée mondiale de la Santé se disait consciente des différences énormes qui subsistaient entre les niveaux de santé des pays développés et ceux des pays en voie de développement, ainsi que du fait que ces derniers manquaient de ressources humaines, matérielles et financières pour faire face à leurs « brûlants problèmes de santé » et pour édifier leurs services nationaux de santé.28 En mai 1976, l’Assemblée priait le Directeur général de réorienter l’activité de l’Organisation de telle sorte que les affectations de crédits du budget programme ordinaire pour la coopération technique et la prestation de services représentent en 1980 au moins 60 % du total : 363 postes du siège furent ainsi abolis entre 1978 et 1981, soit 20 % des effectifs de l’OMS à Genève, au profit des programmes régionaux de coopération technique.29

  • 30 Rés. WHA 30.43.

50En mai 1977, l’Assemblée décidait que « le principal objectif social des gouvernements et de l’OMS dans les prochaines décennies devrait être de faire accéder d’ici l’an 2000 tous les habitants du monde à un niveau de santé qui leur permette de mener une vie socialement et économiquement productive ». Elle demandait au Directeur général de poursuivre la réorientation de l’activité de l’OMS en faveur du développement de la coopération technique et du transfert de ressources au profit de la santé.30

  • 31 Rés. WHA 32.30.
  • 32 Rés. 34/58.

51En septembre 1978, la Conférence internationale d’Alma-Ata (URSS), à laquelle participaient les représentants de plus de 130 pays et de plus de 60 organismes intergouvernementaux et non-gouvernementaux, adoptait à l’unanimité une Déclaration reconnaissant les soins de santé primaires comme constituant l’approche adéquate pour atteindre l’objectif de la Santé pour Tous d’ici l’An 2000. La Conférence avait été organisée par l’OMS et l’UNICEF. En mai 1979, l’Assemblée mondiale de la Santé endossait la Déclaration et adoptait la stratégie de la « Santé pour Tous » comme la priorité dominante de l’OMS.31 En novembre 1979, l’Assemblée générale des Nations Unies approuvait, elle aussi, la Déclaration d’Alma-Ata, considérant que la coopération entre les nations sur les problèmes de la santé peut être une contribution importante à la paix.32

  • 33 Rés. WHA 34.36.
  • 34 Rés. 36/43.
  • 35 Doc. OMS EB73/1984/REC/1, p. 23.

52En mai 1981, l’Assemblée mondiale de la Santé adoptait la stratégie mondiale de la santé pour tous d’ici l’an 2000 et décidait de surveiller ses progrès et d’en évaluer l’efficacité à intervalles réguliers.33 En novembre 1981, l’Assemblée générale des Nations Unies faisait sienne la Stratégie en tant que contribution majeure des Etats Membres à la réalisation de l’objectif social mondial de la Santé pour Tous et à l’application de la Stratégie internationale du développement pour la troisième Décennie des Nations Unies pour le développement.34 En 1984, le Directeur général ajoutait une dimension spirituelle aux autres éléments de la Stratégie.35

2.3.3.1 Le concept de la « Santé pour tous »

53La stratégie de la « Santé pour tous » repose sur cinq principes élémentaires définis à Alma-Ata :

  1. Egalité en matière de disponibilité et de distribution de soins ;

  2. Participation active de la population au développement sanitaire ;

  3. Promotion de la santé et prévention de la maladie doivent occuper une place identique dans les soins curatifs ;

  4. Technologie : elle doit reposer sur des bases scientifiques solides tout en étant acceptable pour tous les intéressés et réalisable sur le plan économique ;

    • 36 Voir « Dix ans après Alma-Ata », – et « Travailler pour l’OMS », OMS Information, mars 1988, No. 11 (...)

    Tous les secteurs de l’activité humaine entrent en ligne de compte, en fonction de leurs effets respectifs, directs ou indirects, sur la santé.36

54Pour ses auteurs, la Stratégie exige une évolution radicale, de même qu’une révolution sociale dans le développement de la santé. Son objectif est de changer la mentalité des populations, d’agir sur les structures des systèmes de santé et de réorienter les activités des milieux professionnels de la santé.

55L’objectif de la Santé pour tous vaut pour tous les peuples, quel que soit leur niveau de développement social et économique, mais la « justice sociale » demande qu’on accorde une attention particulière aux défavorisés, afin de leur permettre d’échapper au piège où les enferme la pauvreté sans pour autant les conduire à tomber dans un autre piège, celui de la surconsommation médicale. L’objectif de la Santé pour Tous doit être constamment adapté aux circonstances. Il est lui-même basé sur l’approche des « soins primaires ».

56La définition des soins de santé primaire, également incluse dans la Déclaration d’Alam-Ata est la suivante :

57« Les soins de santé primaires sont des soins de santé essentiels fondés sur des méthodes et des techniques pratiques, scientifiquement valables et socialement acceptables, rendus universellement accessibles à tous les individus et à toutes les familles de la communauté avec leur pleine participation et à un coût que la communauté et le pays puissent assumer à tous les stades de leur développement dans un esprit d’autoresponsabilité et d’autodétermination. Ils font partie intégrante tant du système de santé national, dont ils sont la cheville ouvrière et le foyer principal que du développement économique et social d’ensemble de la communauté. Ils sont le premier niveau de contacts des individus, de la famille et de la communauté avec le système national de santé, rapprochant le plus possible les soins de santé des lieux où les gens vivent et travaillent... »

58Les composantes essentielles des soins primaires ont été définies comme suit :

  • éducation concernant les problèmes de santé qui se posent ainsi que les méthodes de prévention et de lutte qui leur sont applicables ;

  • promotion de bonnes conditions alimentaires et nutritionnelles ;

  • approvisionnement suffisant en eau saine et mesures d’assainissement de base ;

  • protection maternelle et infantile, y compris la planification familiale ;

  • vaccination contre les grandes maladies infectieuses ;

  • prévention et contrôle des endémies locales ;

  • traitement des maladies et lésions courantes ;

  • fourniture de médicaments essentiels.

59La plupart de ces composantes constituaient, ou ont constitué, des programmes de l’OMS. Le secrétariat de l’OMS devait aider les Etats Membres à fixer des objectifs chiffrables et à utiliser des indicateurs appropriés afin d’évaluer les résultats de leur action. Douze indicateurs mondiaux devaient servir à évaluer la stratégie. Par exemple, l’indicateur mondial 7 était défini comme suit :

60« Le pourcentage de la population couverte par les soins de santé primaire, avec au minimum :

  • eau saine à domicile ou en un lieu raisonnablement accessible, et installations adéquates pour l’élimination des excréta ;

  • vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la rougeole, la poliomyélite et la tuberculose ;

  • services de santé locaux, y compris la possibilité de se procurer des médicaments essentiels, à une heure de marche ou de voyage ;

  • présence de personnel qualifié pour les grossesses et les accouchements, et soins aux enfants jusqu’à l’âge d’un an au minimum ;

  • 37 Mise en œuvre de la stratégie mondiale de la santé pour tous d’ici l’an 2000 - Deuxième évaluation (...)

61Le pourcentage des femmes en âge de procréer qui ont recours à la planification familiale ».37

2.3.3.2 Les critiques et les obstacles

  • 38 OMS Information, N° 119, p. 5.

62Les critiques n’ont pas manqué : slogan utopique sans substance, la « Santé pour Tous » était considérée par certains comme irréalisable dans les délais fixés. Les dirigeants des Etats Membres auraient-ils la volonté politique d’apporter des changements radicaux dans les systèmes de prestation de soins, de se battre pour surmonter tous les obstacles économiques et sociaux ainsi que la résistance des milieux professionnels à l’introduction universelle des soins de santé primaire, comme le demandait le Dr. Mahler en 1978 ?38

63Les soins de santé primaire demandent que les médecins soient répartis plus également entre zones urbaines et zones rurales, ce qui n’est concevable que dans le secteur public. D’autre part, les associations médicales des pays occidentaux ont protesté contre la formation et l’utilisation de personnel sanitaire de « deuxième catégorie », ainsi que contre le recours aux médecines traditionnelles non scientifiques.

64Enfin certains programmes, comme celui des « médicaments essentiels » a provoqué l’hostilité des grandes industries pharmaceutiques.

65Les obstacles sont formidables : la santé publique étant tributaire de l’économie des pays, la meilleure volonté politique en faveur de la nouvelle Stratégie ne pouvait pas changer par elle-même les données politiques, économiques et sociales fondamentales des pays.

66Les évaluations successives des progrès de la Stratégie révélaient des problèmes surtout économiques ainsi que des lacunes dans les rapports qui devaient être soumis par les Etats Membres.

  • 39 Résol. WHA 38.20 et 38.16.
  • 40 Résol. WHA 39.15.

67L’Assemblée mondiale de la Santé notait dès 1985 que la crise économique qui sévissait dans de nombreux pays était un sérieux obstacle à la réalisation de l’objectif de la Santé pour Tous. Elle estimait que la détérioration de la situation sanitaire dans les pays en développement les moins avancés était en contradiction flagrante avec la Stratégie.39 En mai 1986, l’Assemblée reconnaissait que cette crise avait entraîné une chute du niveau de vie dans les pays atteints et provoqué un grave chômage, suscitant des politiques d’austérité draconiennes qui ont eu pour résultat une augmentation générale de la pauvreté et des réductions substantielles des budgets de la santé. Elle notait également que la crise, pour les pays en développement, était aggravée par l’augmentation persistante de la dette extérieure et la détérioration des balances commerciales. La Crise compromettait les chances d’atteindre l’objectif de la Santé pour Tous d’ici l’An 2000.40

  • 41 Résol. WHA 39.7.

68Le Directeur général annonçait qu’en 1986, 90 % des Etats Membres n’avaient pas hésité à rendre compte à l’Assemblée, avec la plus grande franchise, des résultats du travail auquel ils s’étaient livrés pour évaluer leurs stratégies nationales de la Santé pour Tous. En mai de la même année, l’Assemblée déplorait néanmoins les « lacunes persistantes de l’appui informationnel nécessaire au processus gestionnaire national pour le développement sanitaire » — c’est-à-dire de données et statistiques sanitaires fiables — et donc des difficultés rencontrées par certains Etats pour constituer l’information pertinente et l’utiliser aux fins de la surveillance et de l’évaluation de la Stratégie.41

  • 42 Résol. WHA 41.26.

69A mi-parcours entre Alma-Ata (1978) et l’An 2000, en 1988, l’Assemblée affirmait qu’un « leadership » éclairé et efficace était fondamental pour intensifier et soutenir l’action sociale et politique en faveur de la Santé pour Tous. Elle appelait les Etats Membres à développer un partenariat inter-complémentaire avec les communautés, les ONG, les établissements d’enseignement et autres organisations communautaires, afin de mettre leur créativité et leur engagement au service de l’objectif de la Santé pour Tous.42

70Le nouveau Directeur général de l’OMS, le Dr. Hiroshi Nakajima (Japon), nommé en mai 1988, maintenait la Stratégie et l’objectif de la Santé pour Tous d’ici l’An 2000. Des délégués à l’Assemblée ont reconnu que si de nombreux pays avaient progressé vers un niveau de vie permettant à leurs habitants de mener une vie socialement et économiquement productive, la situation sanitaire et les moyens de l’améliorer demeuraient largement insuffisants dans plus de 30 pays en développement parmi les moins avancés.

71En 1990, le Directeur général citait cinq domaines prioritaires, ou « privilégiés » pour les années 1990 :

  1. la santé de l’homme dans un environnement en pleine évolution ;

  2. une alimentation et une nutrition adéquates pour une vie saine ;

  3. la lutte intégrée contre la maladie dans le cadre général du développement sanitaire et humain ;

  4. la diffusion d’informations dans un but de promotion et à des fins éducatives, gestionnaires et scientifiques ;

  5. l’intensification des efforts de développement sanitaire dans les pays et de l’appui qui leur est fourni, notamment à ceux qui en ont le plus besoin.

72Concernant la mise en œuvre des soins de santé primaires, le Dr. Nakajima déclarait que « nous avons eu tendance dans le passé à être trop rigides et doctrinaires alors que nous avons au contraire besoin de la plus grande souplesse ».

  • 43 OMS Presse, Communiqués WHA/12, 13 mai 1988, WHA/13, 19 mai 1989, OMS/4, 15 janvier 1990, OMS/2, 14 (...)

73En 1991, le Directeur général appelait à l’élaboration d’un « nouveau paradygme » pour la santé.43

74La Stratégie définie à Alma-Ata en 1978 allait-elle être abandonnée, ou seulement adaptée aux changements politiques, économiques et sociaux de la fin des années 1980 et du début des années 1990 ?

75Les propositions de réforme envisagées à partir de 1992 seront examinées au Chapitre III (section 3.6.2.3 et 3.7) et dans la Conclusion générale de cet ouvrage.

Notes

1 Voir les articles 55 et 57 de la Charte. Sur l’établissement de l’OMS, voir Les dix premières années..., op. cit., chapitres 3 à 7, et Szeming Sze, The Origins of the World Health Organization, A Personal Memoir 1945-1948, LIS2 Lusz, Florida, 1982.

2 Voir Actes Officiels de l’Organisation mondiale de la Santé (désormais cités AO) N° 1,

p. 39.

3 Voir AO N° 1, Annexe 23, p. 73. (Art. 11, projet C.T.)

4 Voir AO, n° 2, Annexe 1, p. 119.

5 Ces Etats étaient l’Afghanistan, l’Albanie, l’Autriche, la Bulgarie, la Finlande, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Portugal, la Roumanie, le Siam, la Suède, la Suisse, la Transjordanie, le Yémen. L’Afghanistan, la Roumanie et le Yémen n’envoyèrent aucun observateur. L’Espagne ne fut pas invitée.

6 FAO, OIT, UNRRA, OIHP, BSP, UNESCO, Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, Organisation internationale provisoire de l’aviation civile.

7 Voir AO, N° 2, p. 47, pp. 66-70.

8 Voir AO, N° 2, p. 72.

9 Voir AO, n° 2, pp. 73-74.

10 L’examen de la situation fut renvoyé à la première Assemblée

11 Les dix premières années..., op. cit., chapitre 7 -, et Documents fondamentaux, 39e éd., accord entre l’ONU et l’OMS, pp. 41-49, - Accord entre l’OIT et l’OMS, pp. 50-53, -Accord entre la FAO et l’OMS, pp. 54-57, - Accord entre l’UNESCO et l’OMS, pp. 58-61.

12 Ibid., pp. 74-79.

13 La deuxième décennie de l’OMS - 1958-1967, OMS, Genève, 1968, p. IX.

14 Les dix premières années..., op. cit., p. 73.

15 La deuxième décennie..., op. cit., p. x.

16 AO, N° 38, p. 2.

17 La Deuxième Décennie de l’OMS, p. 206.

18 AO, N 59, p. V.

19 AO, n 59, p. X.

20 AO, n 114, p. VII.

21 AO, N° 123, p. IX.

22 AO, N 205, p. VII.

23 AO, n 147, p. VIII.

24 AO, n 213, p. VII.

25 AO, n° 213, p. VII.

26 AO, N° 229, p. VIII.

27 AO, N° 229, p. XI.

28 Rés. WHA 28.76.

29 Rés. WHA 29.48 et 30.30.

30 Rés. WHA 30.43.

31 Rés. WHA 32.30.

32 Rés. 34/58.

33 Rés. WHA 34.36.

34 Rés. 36/43.

35 Doc. OMS EB73/1984/REC/1, p. 23.

36 Voir « Dix ans après Alma-Ata », – et « Travailler pour l’OMS », OMS Information, mars 1988, No. 119, pp. 3-6.

37 Mise en œuvre de la stratégie mondiale de la santé pour tous d’ici l’an 2000 - Deuxième évaluation - Huitième rapport sur la situation sanitaire dans le. monde, OMS, Genève, 1993, vol. 1, p. 81.

38 OMS Information, N° 119, p. 5.

39 Résol. WHA 38.20 et 38.16.

40 Résol. WHA 39.15.

41 Résol. WHA 39.7.

42 Résol. WHA 41.26.

43 OMS Presse, Communiqués WHA/12, 13 mai 1988, WHA/13, 19 mai 1989, OMS/4, 15 janvier 1990, OMS/2, 14 janvier 1991 et OMS Info, No. 2, janvier 1991.