Desktop versionMobile Version

L’Organisation mondiale de la santé

 | 
Yves Beigbeder

Introduction

Volltext

1L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) est une des seize institutions spécialisées liées à l'Organisation des Nations Unies par un accord officiel. Elle est une des quatre "grandes" institutions spécialisées, avec l'Organisation internationale du travail (OIT), l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

  • 1 Pour une critique du fonctionnalisme, voir L'organisation mondiale, Michel Virally, A. Colin, 1972 (...)

2Comme pour les autres organisations du "système des Nations Unies", la création de l'OMS en 1948, en tant qu'organisation intergouvernementale indépendante, ayant ses propres organes de direction, son budget et son secrétariat, constituait une application concrète de la théorie du fonctionnalisme1

3Selon cette théorie, la segmentation de la planète entre Etats souverains et indépendants, qui a été à l'origine de nombreuses guerres, est devenue inadéquate. D'où la nécessité d'arrangements fonctionnels, ad hoc, de réseaux de relations nouvelles entre nations basées sur des intérêts communs. La création d'organisations internationales fonctionnelles, spécialisées dans un secteur d'activité particulier, créerait des communautés professionnelles transnationales qui briseraient, ou éroderaient progressivement les souverainetés nationales et préserveraient la paix. Les activités fonctionnelles économiques, sociales, culturelles et techniques se développeraient séparément de la politique. La coopération entre nations, en dehors du cadre diplomatique traditionnel et des contingences de pouvoir et de prestige, entraînerait le dépérissement du système interétatique.

  • 2 Organisation mondiale de la Santé - Documents fondamentaux, 39e éd., 1992, pp. 1-18.

4Ainsi, la Constitution de l'OMS2 affirme, dans son préambule, que "la santé de tous les peuples est une condition fondamentale de la paix du monde et de la sécurité : elle dépend de la coopération la plus étroite des individus et des Etats".

5Même si la vision fonctionnaliste est restée utopique, elle a influencé les fondateurs et les dirigeants de l'Organisation, qui se sont efforcés, avec plus ou moins de succès, de maintenir celle-ci à l'écart des conflits politiques internationaux, qui devaient être traités par l'instance politique du système, c'est-à-dire par l'ONU elle-même.

6Le but de l'OMS est "d'amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible". Pour atteindre ce but, l'Organisation doit principalement

  1. agir en tant qu'autorité directrice et coordonnatrice, dans le domaine de la santé, des travaux ayant un caractère international, et
  2. favoriser la coopération technique en faveur de la santé dans les Etats Membres, à la demande de leur gouvernement.

7Plus précisément, les fonctions confiées à l'OMS par sa Constitution sont multiples :

  • elle a un rôle normatif, par l'adoption de règlements sanitaires ;
  • elle doit stimuler et guider la recherche ;
  • elle a une fonction de formation et d'information ;
  • elle a une fonction opérationnelle par l'aide apportée aux gouvernements pour le renforcement de leurs services de santé, par l'action tendant à la suppression des maladies épidémiques, endémiques et autres, et par l'aide dans les cas d'urgence ;
  • ses domaines d'action comprennent l'amélioration de la nutrition, du logement, de l'assainissement, des loisirs, des conditions économiques et de travail, l'hygiène du milieu, la santé et le bien-être de la mère et de l'enfant, la formation du personnel sanitaire et médical, les services hospitaliers, la sécurité sociale etc.

8Une des caractéristiques de l'OMS est sa régionalisation, unique parmi les institutions des Nations Unies.

9A partir de ces données, on peut se poser un certain nombre de questions :

  • L'OMS a-t-elle évité la "politisation" ? Cette accusation, portée à l'encontre d'autres organisations des Nations Unies, comme l'OIT et l'UNESCO, a provoqué des retraits d'Etats Membres ;
  • L'OMS a-t-elle évité la dispersion des efforts, ou, en d'autres termes, a-t-elle réussi à concentrer ses activités sur des domaines prioritaires ?
  • Les avantages de la régionalisation l'ont-ils emporté sur ses inconvénients ?
  • La gestion administrative et financière de l'OMS est-elle perçue comme satisfaisante par ses Etats Membres ?
  • L'OMS doit-elle se remettre en cause ? Une nouvelle orientation et de nouvelles méthodes sont-elles nécessaires ?

10Les chapitres qui suivent s'efforceront de répondre à ces questions.

11Un premier chapitre rappelle les origines historiques de l'OMS. Le chapitre II examine les objectifs de l'OMS et l'évolution de sa stratégie et de ses programmes. La structure de l'organisation est précisée au chapitre III ainsi que les problèmes posés par sa décentralisation. Le chapitre IV traite de l'action normative de l'OMS, et le Chapitre V de son action en faveur de la recherche, de la formation et de l'information. Le chapitre VI examine l'action de l'Organisation dans le domaine de la coopération technique et le Chapitre VII son rôle opérationnel, en décrivant plusieurs de ses programmes importants, passés et présents. Les questions budgétaires et financières sont envisagées au chapitre VIII. Le chapitre IX traite des problèmes de coordination et de coopération avec les autres organisations et une conclusion générale tente d'envisager l'avenir de l'Organisation.

12La présente étude est basée essentiellement sur la documentation officielle, publique et restreinte, de l'OMS, y compris les Actes Officiels, les rapports du Directeur général sur l'activité de l'Organisation, les compte-rendus des séances de l'Assemblée mondiale de la Santé et du Conseil exécutif, communiqués de presse, les circulaires internes d'information et autres rapports. La documentation officielle d'autres organisations ou institutions du système des Nations Unies en rapport avec l'OMS a également été utilisée, ainsi que des rapports d'associations du personnel. D'autres informations ont été réunies à partir d'ouvrages de référence et de publications périodiques. Enfin, l'expérience personnelle de l'un des auteurs, ancien fonctionnaire de l'OMS, a permis d'orienter la recherche dans des voies spécifiques et de compléter certaines informations.

13Etant donné l'étendue et la complexité du sujet, la présente étude ne prétend pas couvrir tous les aspects ni toutes les activités de l'OMS : elle a seulement cherché à présenter les grandes lignes de l'action de l'Organisation et de son évolution, et à identifier certains des problèmes auxquels elle a dû faire face dans le passé et devra faire face à l'avenir. Etude critique et indépendante, elle ne représente pas nécessairement la position officielle de l'Organisation et n'engage en rien celle-ci.

Anmerkungen

1 Pour une critique du fonctionnalisme, voir L'organisation mondiale, Michel Virally, A. Colin, 1972, chap. 14.

2 Organisation mondiale de la Santé - Documents fondamentaux, 39e éd., 1992, pp. 1-18.

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search