Version classiqueVersion mobile

L’Organisation mondiale de la santé

 | 
Yves Beigbeder

Préface

Alexandre Swoboda et Umberto La Rocca

Texte intégral

1Le phénomène de l’organisation internadonale, dont les premières et timides manifestations datent de la seconde moitié du xixe siècle, pour progresser plus sensiblement durant l’entre-deux-guerres, a connu son développement le plus rapide et le plus intense dans les années qui ont immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale, au point de devenir l’aspect le plus saillant et le plus caractéristique de la société internationale moderne.

2Toutefois, les structures fondamentales des différentes institutions — créées d’ailleurs d’après un modèle plus ou moins uniforme — et la division des tâches entre des organisations aux intérêts et aux fonctions générales, et d’autres dont les intérêts se concentrent sur des secteurs particuliers, ainsi qu’entre des organisations à vocation universelle et d’autres de type régional, ont été conçues d’après des critères correspondant aux caractères de la société internationale à l’époque de la création de ces organisations et aux exigences de la coopération telles qu’elles apparaissaient alors et qui semblaient devoir perdurer sans grands changements.

3Mais, dans les décennies qui ont suivi, la société interétatique, et surtout la communauté humaine mondiale sous-jacente, ont subi des transformations multiples et profondes. Parmi leurs causes, on distingue, pour leur évidence apparente et pour leurs conséquences importantes :

  1. la formation d’un nombre impressionnant de nouveaux Etats indépendants dans de très vastes régions du globe qui se trouvaient auparavant dans une position de dépendance par rapport à un groupe restreint d’Etats préexistants ;
  2. la diversification croissante et à divers niveaux entre les composantes de la société internationale ;
  3. la redistribution des équilibres de puissance, due à un ensemble de facteurs complexes et la formation encore inachevée et mouvante d’une pluralité de centres de ralliement ;
  4. la multiplication des causes de tension et la survenance toujours plus fréquente de conflits tant internationaux qu’internes, qui s’enchevêtrent souvent sans qu’il soit possible d’établir clairement leur origine, leur nature et leurs limites.

4A ces facteurs plus immédiatement saisissables, si l’on veut, s’en ajoutent d’autres, moins directs et moins apparents, mais non moins importants aux fins ici considérées. Que l’on prenne en considération à titre d’exemple :

  1. les progrès impressionnants de la science et de la technologie et leurs répercussions toujours renouvelées sur les possibilités d’utilisation des ressources humaines et matérielles, et en même temps la nouvelle répartition de ces ressources, avec les conséquences qui en découlent quant aux équilibres et aux mécanismes d’échanges ;
  2. l’apparition de besoins nouveaux dans la coopération politique, militaire, économique, sociale, sanitaire, culturelle, scientifique, technique, etc., dont la nature et les proportions ne sont plus comparables à celles qui existaient auparavant ;
  3. le développement de relations humaines transnationales très complexes à côté des relations internationales du type traditionnel, leur imbrication et l’influence réciproque qui en dérive ;
  4. la croissance démographique, sa distribution inégale et les problèmes qui se rattachent à la disparité de la densité de population dans les différentes régions, aux conditions de vie et aux besoins parfois les plus élémentaires de subsistance ;
  5. le fait que l’attention mondiale s’attache avec toujours plus d’intensité à la personne humaine, à sa condition, au respect de ses droits fondamentaux et de ses exigences de progrès et, par conséquent, la tendance des organes de protection, déjà mis en place ou envisagés, à surmonter les obstacles que la souveraineté des Etats continue de leur opposer par la souveraineté de l’Etat.

5Et l’on comprend aisément que cette énumération n’est pas exhaustive.

6Tous ces facteurs et bien d’autres encore ont eu et ont des répercussions croissantes sur le phénomène de l’organisation internationale, au point de parfois la mettre véritablement en crise. D’une part, ils ont provoqué la création d’organismes nouveaux. Cela a donné lieu à de multiples exigences de collaboration, de rationalisation, de redistribution des tâches, de compétition dans la recherche de ressources et de mise au point de moyens d’éviter les doubles emplois. D’autre part, ces facteurs ont permis de mettre en lumière l’inadaptation des structures et des moyens d’action originale et ils ont souvent rendu précaire l’équilibre antérieur entre les différents organes. De graves tensions se manifestent entre les exigences du changement, d’une part, et de la conservation, de l’autre. De sérieux conflits surgissent parfois à l’intérieur de telle ou telle autre organisation, et il n’est pas toujours facile de relever quelles en sont les causes réelles qui se cachent souvent sous d’autres apparences. En ce qui concerne plus spécialement les objectifs de l’action internationale, on ne connaît que trop les difficultés toujours renaissantes des priorités à établir entre les droits civils et politiques et les droits économiques et sociaux et aussi, plus généralement, entre la protection des droits de l’homme dans son ensemble et des préoccupations politiques ou idéologiques, ainsi que des préoccupations économiques telles que les revendications en vue d’un nouvel ordre économique international. Enfin, ces différents facteurs ont mis en évidence les changements intervenus dans la participation des Etats membres à l’activité des organisations internationales, dans les attitudes prises par ces Etats et dans les exigences qu’il y ont manifestées, dans les caractéristiques nouvelles de la « diplomatie multilatérale » et dans le rôle des grandes organisations syndicales sur le développement et sur la transformation des structures et des moyens d’action des organisations internationales. Ici aussi ce rapide exposé ne saurait avoir un caractère exhaustif.

7L’impact des transformations intervenues dans la vie de la communauté internationales sur la façon d’être des organisations internationales et sur l’action requise d’elles doit nécessairement attirer l’attention des institutions scientifiques qui se consacrent à l’étude des rapports internationaux. Celles-ci doivent en effet être soucieuses de fournir aux théoriciens, aux praticiens et surtout aux nouvelles générations d’étudiants qui reçoivent leur enseignement, une vision du phénomène de l’organisation internationale qui ne soit pas, ou du moins qui ne soit plus, seulement fondée sur une lecture des textes constitutionnels et sur l’énoncé qu’ils contiennent des finalités, des structures et des activités originairement prévues. La représentation qu’on attend des institutions scientifiques en question doit plutôt viser à faire apparaître la réalité vivante et actuelle des organismes pris en considération, l’évolution qui s’est produite dans leurs structures et dans le fonctionnement de celles-ci, la capacité des moyens qu’ils emploient de répondre aux buts qu’ils se proposent, l’incidence effective de leur action sur les besoins et sur les relations de leurs membres. Il doit également en ressortir une mise en évidence des exigences qui se manifestent et des possibilités d’une adaptation et d’une transformation ultérieure.

8La Società italiana per l’organizzazione internazionale de Rome et l’Institut universitaire de hautes études internationales de Genève sont, depuis longtemps, convaincus de l’affinité de leurs aspirations et de leurs programmes. Particulièrement sensibles à l’intérêt de ces aspects de la vie internationale actuelle, ils ont entrepris d’unir leurs efforts, leurs ressources humaines et matérielles et leurs instruments de travail afin de se consacrer à l’entreprise d’une série d’études approfondies en la matière, liées entre elles par un programme organique d’ensemble. A cette fin, les deux institutions ont recherché et obtenu la contribution du Consiglio italiano délie ricerche et du Fonds national suisse de la recherche scientifique et, forts de cet appui, elles ont mis en route un ensemble de quatre recherches initiales et parallèles, ayant pour objet spécifique trois organisations intergouvernementales distinctes : l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’Organisation internationale du travail et l’Organisation mondiale de la santé, auxquelles vient s’ajouter une organisation qui, tout en n’ayant pas une origine et une structure interétatique, n’en est pas moins internationale en ce qui concerne son rayon d’action, à savoir le Comité international de la Croix-Rouge. La présence à Rome et à Genève du siège de ces quatre organismes a évidemment influencé ce choix prioritaire, vu les facilités qui en découlent pour l’approfondissement à la source de l’information requise. Le volume présenté ici, relatif à l’Organisation mondiale de la Santé porte le n° 4 de la série. Les promoteurs de l’initiative espèrent que cet ouvrage suscitera l’intérêt des spécialistes en la matière comme celui des nombreux opérants dans le cadre des organisations internationales. Ils sont heureux de saisir cette occasion pour remercier ceux qui, de différentes manières, ont collaboré à ces ouvrages et ceux qui, dans les institutions compétentes, leur ont apporté un appui moral et matériel.

Auteurs

Directeur de l’Institut universitaire de hautes études internationales

Président de la Società Italiana per la Organizazione Internazionale

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search