Version classiqueVersion mobile

La pluralité des mondes

 | 
Antoine Brawand
, 
Danielle Provansal
, 
Fabrizio Sabelli
, 
et al.

Études

Problèmes dans la relation entre les occidentaux et les peuples du « tiers monde »

Pierre Bungener

Note de l’éditeur

Conférence donnée à Genève lors de la séance d’ouverture des cours de l’Institut universitaire de Hautes Etudes internationales le 21 octobre 1974.

Texte intégral

1Ce titre, je le sais, va étonner. Il semble d’une formulation maladroite. J’y ai pourtant tenu et une explication à son propos pourrait constituer une introduction utile à la compréhension de ce qui suit.

2Si je parle de problèmes, terme facile et général, en utilisant le pluriel, c’est que je ne veux pas donner l’impression de savoir. Il n’y a pas un grand problème discernable, auquel l’effort des hommes serait sur le point d’apporter une solution. Dans cette difficile approche de ce qu’on a appelé le développement, à laquelle des peuples divers ont prétendu s’associer, on ne peut effectivement pas faire autre chose que formuler un certain nombre de remarques, placer des points d’interrogation, qui à mes yeux n’ont pas reçu de réponse dans les faits, et dont je voudrais aussi que les gouvernements, les politiciens, les industriels et les économistes, les soi-disant experts, bref, tous ceux qui détiennent le pouvoir, et qui font l’usage qu’ils veulent de statistiques partielles, aient aussi la modestie de convenir qu’ils n’ont pas reçu de réponse dans les faits. Le domaine est si complexe que des milliers de chercheurs et de spécialistes y perdent depuis vingt ans leur souffle et leur courage.

3Si j’ai également laissé au singulier le terme de relation, c’est que j’entends la voir, cette relation, dans une perspective globalisante, assumant tous les cas particuliers, les situations concrètes, les incidents, les tensions locales et parfois les réussites. Il n’y a qu’un seul grand mouvement de rencontre, d’autres diront d’agression. La relation est en elle-même un système complexe où tout se tient, à l’intérieur duquel à des degrés divers tout se joue. Nos civilisations, même dans des situations de révision et de transition, sont des touts. Elles sont entrées en rapport. Ces rapports sont inévitables. Je demande alors que s’est-il passé, que se passe-t-il, que se passera-t-il ?

4Le terme d’« occidental » est flou. Mais on ne peut pas parler ici d’une responsabilité des Suisses ou des Européens, qui auraient une politique juste ou une politique fausse par rapport aux peuples du Tiers Monde. L’Europe n’a plus de traits spécifiques, si ce n’est dans des perspectives très courtes. Il s’agit en fait de la société dite moderne, de ce que certains désignent du nom de société industrielle avancée, qui dépasse largement l’Europe. Il s’agit d’un système d’organisation, de production et d’échanges dont on discerne les dimensions à travers le monde. Il est impossible d’y repérer exactement ceux-ci ou ceux-là. D’autre part, et particulièrement en ce qui concerne le Tiers Monde, c’est aux hommes qu’il faudrait regarder, dont trop souvent on escamote le visage, aux sociétés qui sont des ensembles vivants, plus qu’aux gouvernements dont on ne sait pas toujours ce qu’ils représentent. Je crois que ce sont les peuples qui ont à faire l’Histoire. Sans doute n’aurai-je pas ici la place d’en donner beaucoup d’images, mais je voudrais que ce soit eux qui apparaissent comme les acteurs dans la relation.

5Ceci pour le titre. Mais d’une manière plus générale, je voudrais souligner que la plupart du temps les gens au pouvoir ne prennent pas le temps d’aller jusqu’au bout de leur réflexion et de leur information. Une authentique analyse d’un possible, d’un probable pour une société donnée, manque presque toujours. On part d’un postulat faux qui est de croire que tous les hommes sont les mêmes. Lors des débats qui ont eu lieu au sein de l’Assemblée générale du Club de Rome lors de la présentation du rapport Pestel-Mesarovic et en dépit d’un effort très grand des auteurs pour prendre en compte « la diversité du monde actuel, qui remonte au fond des âges, et qui persistera sans aucun doute dans l’avenir », j’ai été stupéfait de constater que pour bien des « spécialistes » l’étude des problèmes de l’avenir et la mise au point d’un modèle propre à guider les gouvernements dans les décisions qu’ils auront à prendre au cours de ces cinquante prochaines années, devait se faire en tenant compte seulement de quelques besoins considérés comme fondamentaux, non saisis dans un système d’ensemble. On a laissé de côté les besoins dits psychologiques et idéologiques, les aspirations donc, considérés comme compliquant et alourdissant les calculs et les perspectives à examiner. Je veux bien, mais ne laisse-t-on pas ainsi de côté ce qui est en réalité le plus déterminant dans les évolutions ? Les besoins dits fondamentaux ne sont que la dynamique nécessaire à la mise en route d’un processus infiniment complexe. Les comportements de l’homme n’y sont pas réductibles. Si aujourd’hui un ouvrier parisien tient souvent encore à son petit jardin, ce n’est pas pour manger. Les légumes qu’il y produit sont des légumes idéologiques. Le négliger me semble si aberrant que, travaillant depuis un certain nombre d’années dans un domaine essentiellement inutile aux yeux des techniciens, celui de la culture, j’ai pris le parti de livrer en vrac des observations qui y touchent. La place dont je dispose ne me permet pas d’approfondir mais au moins placerai-je quelques signaux d’alarme.

6Dernière remarque : ce que je livre ici est un discours, résultant certes d’un travail et d’une expérience, mais qui ne cherche pas à démontrer. Les faits de terrain auxquels je fais allusion constituent moins des preuves que des exemples explicatifs. Depuis trop longtemps je sais qu’on trouve toujours un cas pour en contredire un autre et surtout que les études de base comme les statistiques sur lesquelles je pourrais m’appuyer sont inexistantes ou suspectes. Je n’entends pas aller jusqu’à les discuter mais seulement interroger ceux qui, depuis des années, s’occupent de développement sans analyser leurs échecs avec une rigueur qui persuaderait et sans tenir suffisamment compte d’acquis pourtant éclairants. De ces acquis je m’inspire largement sans pouvoir cependant, dans un texte aussi bref, m’y référer comme il faudrait. Chacun discernera derrière une pensée qui se veut synthétique une généalogie qu’on m’excusera de ne pas donner en clair.

Différents systèmes d’organisation

7Le premier rappel à faire, c’est peut-être l’existence de cultures différentes. C’est banal, je sais, mais pourquoi alors en tient-on si peu compte ?

8Excusez-moi si je rappelle ici que la culture n’est pas aux yeux des anthropologues ce supplément dont les élites meublent leur esprit ou ce folklore que le touriste se plaît à saisir dans les milieux qui ne sont pas le sien. La culture, c’est ce qui donne sa forme à une société. Elle ne sort pas de rien. L’image de ce que, dans un groupe cohérent, un homme doit être, se constitue sur la base de mécanismes notamment psychologiques précis et connus. La manière dont une société se reproduit dans ses enfants, se pérennise avec ses traits propres a été étudiée. Une manière de vivre, de travailler, de produire, de mettre au monde, de soigner sa santé et même de mourir, se réfère à des valeurs, à un projet plus ou moins conscient, à des perspectives d’explication, donc aussi à un système de règles, patiemment élaboré, le plus souvent sacralisé, que les sociétés contrôlent avec une très grande rigueur. Autant dire donc qu’une culture oriente les activités d’une population dans le sens d’un déterminisme que déplorent les « techniciens du développement ». Hélas, oui ! on ne peut pas immédiatement faire n’importe quoi n’importe où. Mais qu’on n’évoque pas alors avec regret et désespoir le « poids des mentalités ». Il s’agit en réalité d’un choix parfaitement respectable et d’une interaction entre le milieu et l’homme, auxquels même les cultures volontiers considérées comme supérieures n’ont pas échappé. Ce qui n’est pas apparu dans les manières de vivre d’une société du fait du milieu dans lequel elle vit et des interrelations, c’est-à-dire aussi des circonstances et de la situation qui sont les siennes, ne peut pas être introduit sur la base d’une simple leçon, même donnée par le plus savant des instituteurs occidentaux. Il n’y a pas de vérité qui sauterait aux yeux de tous après qu’elle ait simplement été clairement exposée à des auditeurs bénéficiant d’une « quotient intellectuel suffisant ».

9Il y a certes des interdits qui sont l’occasion de blocages absolus, parce qu’une connotation péjorative interdit de les examiner objectivement et d’en connaître certaines explications, ou rejette en vrac avec eux toute une série de pratiques qui ont une place logique dans un système culturel et qui ne sont difficiles à mettre en question qu’à cause de leur place dans ce système. L’industrialisation, voire simplement ce qu’on appellerait la rationalisation de l’agriculture, sont en fait des agressions culturelles qui mettent en route un certain nombre de mécanismes de défense, de contre-acculturation, disent les anthropologues, qui dans le court terme semblent vouer à l’échec les tentatives de rénovation. La société s’arrange en quelque sorte à ce que les choses ne réussissent pas et si l’on insiste, si l’on procède par contrainte, alors ces sociétés entrent en décomposition. Elles ne font plus confiance à leurs institutions sans être pour autant capables d’intégrer celles qu’on leur propose.

Une cause du sous-développement

10Dans cette perspective il faut aussi souligner que le sous-développement est notamment une notion relationnelle. La relation va d’un système culturel à un autre système culturel. Une population peut organiser sa vie, fixer ce qu’elle considère comme le meilleur, compte tenu des éléments constituant son milieu : ce que peut le terroir, ce qu’a permis l’Histoire, ce que laisse faire le présent. Elle pouvait parfaitement ne pas exploiter une mine de fer ou des puits de pétrole sans pour autant perdre ce contrôle d’elle-même dont l’absence, parmi d’autres critères, la feront dire sous-développée. Elle vivait en effet dans la maîtrise de moyens adaptés à son projet socio-culturel. Mais si un contact avec d’autres entraîne l’importation de nouvelles manières d’exister et fait apparaître un décalage entre ce qui est possible pour la population concernée et ce qui, sous l’influence de ces exemples extérieurs, est considéré maintenant comme nécessaire, ou si ce contact place cette population dans la dépendance de celui qui a l’utilisation des richesses potentielles existant dans le milieu, alors le système se dérègle, la société perd pied. Elle se laisse emporter ou, comme je l’ai expliqué, organise spontanément sa défense, c’est-à-dire se ferme au changement.

11Ce disant, je laisse de côté le fait que nous aurions nous-mêmes créé le sous-développement, bien qu’il s’agisse d’une formule souvent reprise par les plus militants, qui insistent sur l’importance des avantages tirés de la relation dépendante. Je veux seulement noter que la relation entre les pays dont la culture est adaptée à un projet de consommation donc aussi de production maximum, et les autres, nécessairement associée à une forte initiative scientifique et technologique, crée cette incapacité à dominer une situation dont l’évolution, comme aussi les moyens d’y adhérer, tiennent à l’initiative occidentale. Parlons du caractère stérilisant de notre supériorité technique.

12Je souligne aussi que je ne laisse pas de côté l’économique comme si celui-ci, répondant à une logique autonome, devait être considéré en lui-même. Un changement dans la pratique économique est lui aussi une distorsion dans le système culturel. La culture est un lieu de globalité. Elle est liée non pas à des aspects de la vie mais à tous les aspects de la vie. Elle est le lieu de toutes les productions à travers lesquelles se reconnaît la société, y compris l’économique. La culture est un système, une construction dans laquelle s’intègrent tous les faits de la vie sociale, un ensemble de facteurs de cohérence et de régulation auxquels il est risqué de toucher.

13Or, quand on fait l’inventaire des approches appliquées aux situations concrètes du Tiers Monde, on s’aperçoit que presque toujours, même lorsqu’elles se réclament de l’interdisciplinarité, elles ont refusé de voir tous les éléments de l’ensemble, sous prétexte que la démarche serait trop lente et compliquée. Et malheureusement ce refus de la totalité les a faussées. La plupart des documents relatifs à la coopération au développement insistent ainsi sur son lien avec le socio-culturel, mais presque tous les rapports concernant les actions entreprises ne retiennent plus que les données économiques et techniques. Or, dire que l’économique est à chercher à l’intérieur du système culturel global, ce n’est pas lui retirer son importance, ni retirer de l’importance à l’analyse marxiste qui a mis en évidence son rôle dans les faits de la dépendance. C’est plutôt aller plus loin et faire une analyse de la situation qui correspond à une prise en compte plus complète des différents éléments qui la déterminent.

14Je sais qu’insister sur ce type d’analyse est considéré comme dépassé. On souligne le poids du système international qui, parce que ceux qui y échappent sont de plus en plus rares, créerait entre tous les groupes humains des identités de fait, qui permettraient d’appliquer à tous les mêmes schémas. D’autres aussi sont convaincus de l’émergence de valeurs universelles et croient pouvoir faire l’économie de ce qu’ils considèrent comme des retours en arrière, un inutile conservatisme, sans se rendre compte qu’ils ne font que récupérer la vieille idée d’une évolution linéaire des sociétés et des peuples, avec sa perspective de développement à objectif unique et de progrès plus ou moins continu, dans lequel les Occidentaux auraient quelques pas d’avance. Je ne suis pas d’accord. Ce ne sont pas les erreurs difficilement niables et l’analyse trop statique qu’on trouve dans la théorie culturaliste qui permettent d’ignorer ce qu’elle a ici d’éclairant.

L’ethnocentrisme occidental

15J’en arrive alors à un deuxième problème, qui est celui de l’ethnocentrisme occidental et de la marginalisation des peuples du Tiers Monde.

16Forts d’une réussite technique difficilement niable (mais la technique est aussi un élément de la culture et cette réussite n’a donc pas un caractère de norme), les Occidentaux ont conçu qu’ils avaient une vocation de transmetteurs. La transmission des outils s’accompagne de celle des règles sur la manière de les utiliser. Lorsqu’un débat est ouvert sur l’urgence qu’il y a de créer les meilleurs rapports possibles de coopération entre l’Occident et le Tiers Monde, c’est toujours l’Occident qui parle et les problèmes examinés sont toujours présentés dans les limites d’une certaine définition du progrès sur laquelle on suppose que tous sont d’accord. Tout ce qui est envisagé devrait aller dans le sens d’un développement dont les lignes sont conçues par l’Occident ou s’inspirent au moins de ses modèles, dont même les institutions internationales se font souvent les interprètes. Or il est possible qu’à long terme certains objectifs à atteindre soient effectivement les mêmes, nous n’avons pas à en discuter ici, mais la question que je pose est celle des chemins à choisir et de la valeur respective des apports.

17Dans un récent rapport sur le développement, Jean Timbergen reparlait des traditions dans les pays du Tiers Monde comme engendrant des tabous, donc les blocages dont j’ai parlé. Et nos propres traditions ? Avons-nous mesuré l’effet de nos choix propres sur l’image que nous dessinons du futur ? Admirable manière de récupérer l’univocité du développement : tout ce qui ne passe pas par les trous de notre grille ne peut que gêner ce qui devrait arriver. Et là nous ouvrons sur un illogisme caractéristique, qu’on retrouve chez de nombreux auteurs : le même rapport insiste sur le fait que les pays doivent conserver la liberté de se définir eux-mêmes. Mais que sont alors ces traditions qui bloquent tout ? Devrait-on en tenir compte comme d’un aspect légitime de cette définition ? J’insiste sur le décalage énorme qu’on a laissé s’installer entre ce qu’on sait du changement social et la manière dont on semble s’imaginer en pratique qu’il se fera. En dépit d’une interdisciplinarité toujours à nouveau proclamée et qui est rendue nécessaire par la nature même de la culture, il y a un fractionnement des problèmes entre les différents secteurs de travail. Les discours scientifiques occidentaux sont constitués de faits dispersés qu’on observe pour eux-mêmes. Et comme l’économique ne tolère pas de faux pas alors qu’on discerne plus difficilement et qu’on quantifie mal les erreurs ne touchant qu’aux populations, c’est toujours lui qui finit par boucher l’horizon.

Des cultures envahies

18Quand nous nous adressons aux hommes du Tiers Monde, nous les obligeons à se mettre à notre écoute et nous nous étonnons de leur difficulté de conserver quelque chose de leur savoir et de leur sécurité dans le dialogue auquel nous les appelons. Pourtant tous ces milieux conservent des réserves d’énergie que les circonstances ne permettent pas de libérer. Le problème est en effet lié essentiellement au fait que la modernisation du Tiers Monde c’est d’abord l’expansion d’une mode d’organisation, le système occidental. J’ai dit que ce système occidental avait eu le mérite de la réussite. C’est cette réussite qui lui a permis d’installer partout des têtes de pont. Il y a interpénétration de systèmes, interdépendance aussi, mais asymétrique, déséquilibrée. Et l’important est moins la dépendance économique, commerciale, politique dont on sait qu’elle existe, mais que l’on connaît, l’important, c’est l’envahissement d’un système culturel par un autre, dans les villes, dans l’école, dans tout ce qui est considéré comme en progrès, comme s’il s’agissait de quelque chose de normal et même de souhaitable, alors que cet envahissement est probablement la cause de la stérilité.

19Dans le pays envahi, essentiellement dans ce qu’on pourrait appeler la zone de contact de celui-ci, y compris dans les organes du pouvoir, dans le mécanisme économique, on voit se reproduire les structures de la société envahissante, notamment celles qui sont nécessaires à l’installation, à la pérennisation du système nouveau. Mentionnons notamment une bourgeoisie en création, une main-d’œuvre à bon marché détachée de ses activités traditionnelles, dont le contrôle se mesure sur la base des concepts occidentaux de chômage et d’emploi, une situation de plus ou moins grande pénurie, retirant à la masse toute capacité de résister si elle le voulait. La dynamique actuelle des villes africaines, par exemple, va dans le sens d’un remodelage de la partie de la structure locale entrant en rapport avec le système extérieur, avec création d’institutions homologues et apparition de personnalités partenaires qui ont un rôle de points d’appui. Dans les faits, les villes ont successivement correspondu à la domination coloniale de type classique, à la pénétration commerciale, à une pénétration de type industriel et financier. Et chaque fois il y a reproduction d’une part de la structure occidentale, ou plus exactement apparaît une structure complémentaire, une structure de vis-à-vis, permettant un certain type de domination. C’est souvent ce rôle qu’acceptent les gouvernements auxquels d’ailleurs peu de choix est laissé. Bien entendu, la ville n’est qu’une vitrine, le relais d’un certain nombre de mécanismes, un endroit où les choses se voient. Mais en réalité, le phénomène touche le pays entier. Il y a un impact indirect de la présence occidentale, même sur les sociétés apparemment intactes. Au second temps, donc, la diffusion des modèles se fait vers la brousse, et comme elle rate partiellement, elle provoque non seulement la transformation anarchique de cette brousse, la dégradation des systèmes traditionnels mais le brain-drain et l’exode vers les villes, milieu mixte où vivre ces modèles occidentaux présente moins de problèmes. L’exode des cerveaux et le non-retour des étudiants vers leur pays a été la grande plaie à une certaine époque. Il a été dangereusement relayé par le départ des écoliers vers les centres urbains, qui est de même nature. L’école, vecteur de la modernisation aberrante ne débouche presque jamais sur le monde rural et vide les villages.

20Dans le milieu resté plus ou moins traditionnel, qui pendant de longues années encore sera prédominant, il y a peu d’expression de soi, ou une expression insuffisante, parce que le discours sur le développement est lié à des forces extérieures et qu’il est le plus souvent imposé. La majorité de la population ne parle pas le langage dans lequel ce discours est tenu. D’une étude réservée à un organisme de développement situé dans le Tiers Monde, je tire la remarque suivante : « L’analyse des expériences de développement effectuée depuis une quinzaine d’années, ne nous montre-t-elle pas un échec dû au fait que ces populations ne se sentent pas concernées par ce développement et que les institutions existantes, gouvernements, administrations, aides internationales, etc. concentrent leurs efforts vers des activités partant du haut vers le bas et qui atteignent rarement les populations, sinon pour les embrigader dans un développement qu’elles refusent... Le pouvoir, dans ces pays, est en fait aux mains de ces gouvernements, administrations et aides étrangères et le pouvoir paysan est inexistant... L’aide en argent ou en experts ne bloque-t-elle pas en fait la participation des paysans à la base ? On parle de développement, on l’enseigne, quelquefois on rencontre certains paysans, mais en fait a-t-on essayé de les comprendre et de se mettre à leur place ? » J’ajouterais : l’erreur n’a-t-elle pas été de centrer l’effort sur la technique et sur des résultats à atteindre, au lieu de le centrer sur les aspirations que cette technique indispensable aurait éventuellement permis de satisfaire.

21Parler de cette marginalisation n’est pas une simple image. Elle a des conséquences. Il s’agit de voir ce qu’elle installe de contraintes et de dépendance au niveau de la population rurale. La concertation entre le pouvoir politique et la base est toujours inégale. Il n’y a pas de règle qui assure à tous le droit à la parole. Le paysan trop souvent ne peut que suivre des mots d’ordre et quand vient la crise, l’effondrement des prix, la mévente, ce n’est pas à lui que pense un gouvernement bien obligé d’abord de se demander comment vont réagir Washington, Londres, Paris... Mais tous les experts confirmeront qu’il est alors difficile de maintenir ce paysan dans un effort de production.

22L’entrée de zones entières du Tiers Monde dans l’orbite occidentale n’est évidemment pas la conséquence de lois naturelles de l’évolution mais d’un certain nombre d’interventions. Les unes sont des interventions intéressées, des investissements qui sont censés rapporter de l’argent. (Les investisseurs ne sont pas des gens qui font des cadeaux. Ce n’est pas leur rôle). D’autres interventions sont plus désintéressées ou essaient de l’être, mais il faut bien remarquer que les interventions dites de développement risquent d’avoir le même effet que les premières, parce que les projets sont mis au point dans une perspective occidentale, dont l’analyse coût-avantages reste un des critères logiques. Assurer les meilleures conditions pour l’intégration à la communauté mondiale par l’établissement de prix justes pour les produits de base semble aussi une lutte à mener. Pourtant ces produits correspondent à des options qui sont prises dans les seuls grands centres économiques du monde. Il y a au niveau mondial des monopoles, des réseaux, des contingents, des zones monétaires, et à leur égard, en dépit de secousses récentes, c’est encore le système occidental qui établit les règles. Les initiatives procédant de la capacité d’invention de la population locale n’ont pas de signification dans le système international auquel le Tiers Monde est affronté.

Recentrer le développement

23Je voudrais insister encore sur ces deux premiers points : identité culturelle et marginalisation, dans la perspective de notre capacité à comprendre une situation qui n’est pas la nôtre. Grâce à une science à laquelle nous conférons un caractère d’absolu, nous pensons souvent avoir mieux vu, pénétré plus loin que ne pourraient le faire les populations intéressées. Il se peut que ce soit vrai sur un plan purement technologique. Mais nous restons dans la logique de cet ethnocentrisme qui tient pour irrecevable tout ce qui est extérieur à son propre système. La confiance que nous avons dans ce que nous observons, dans le fait que nous disons objectivement constaté, nous empêche de voir à quel point nous privilégions les systèmes d’explication qui nous confirment dans notre manière de voir, qui semblent donner une valeur absolue aux seules expériences que nous avons faites et aux résultats utilisables dans notre propre perspective.

24Pourtant, dans cette démarche, toute une série d’éléments sont sur-déterminés par le poids d’un vécu lié à un système spécifique. Nous ne voyons qu’eux parce que ce sont eux que nous cherchons. Nous n’accordons d’importance qu’à ce qui est explication dans notre propre vision. Ce sont nos valeurs que nous recherchons dans les comportements d’hommes qui ne les comprennent pas. C’est à notre échelle que nous mesurons les buts atteints. Par exemple, nous parlons avec un certain mépris d’une économie de subsistance, parce que nous voyons bien que les règles de notre propre économie ne s’y appliquent pas. Nous cherchons artificiellement les points de ressemblance, mais ces gens ne vivant pas la même rationalité de l’argent que nous, nous les mettons tout en bas de l’évolution, sans rien voir de ce que leur société a de plus riche à d’autres plans, sans rien voir même des aspects positifs de mécanismes économiques qui n’aboutissent peut-être pas aux mêmes impasses que les nôtres. Il y a un effort farouche de la société occidentale pour éviter d’admettre qu’il pourrait y avoir d’autres systèmes de valeurs que le sien, pour en rester à ce qu’elle est, à ce qu’elle croit, pour résister à l’ébranlement de sa logique interrogée par la logique des autres, quitte à utiliser pour cela des mythes dont on voudrait faire d’indiscutables évidences et que même on sacralise. Pensant vivre dans l’objectivité nous sommes en réalité enfermés dans un système d’images-obstacles qui sont aussi notre sécurité. La vraie connaissance, disait pourtant à peu près Bachelard, est le résultat d’une ascèse, elle est de l’ordre de la conversion.

25Quels sont ces mythes utiles à l’expansion des modèles occidentaux ? Il y en a beaucoup. L’expansion du modèle occidental se fait par exemple sur la base de la notion ambiguë de besoin que j’ai déjà mentionnée. Une caractéristique de l’activité industrielle occidentale, c’est la nécessité dans laquelle elle se trouve de placer sur le marché de nouveaux produits, dont la consommation serait liée à la courbe du progrès (autre terme ambigu). Proposées ou même le plus souvent imposées par diverses manipulations, de telles consommations déterminent une limite en dessous de laquelle l’homme qui n’en bénéficie pas n’est qu’un sauvage. La vie entière s’organise alors sur cette base nouvelle, les rythmes de communication s’établissent, les centres de production s’installent, les modèles prestigieux se répandent, sur la base de règles d’organisation auxquelles tous seront finalement bien obligés de se plier. En diffusant sa manière de vivre sous forme de modèle implicite, l’homme occidental contribue à l’apparition d’aspirations. Elles constituent le germe de besoins nouveaux, qui n’étant pas satisfaits par la production locale, ne peuvent qu’accentuer le prétendu sous-développement. Cet homme exporte bien ensuite les technologies permettant de venir à bout de ces besoins, mais sa puissance de création est si grande, son contrôle technique et financier des centres de recherche tel, que le fossé ne se comble jamais.

26Le concept de qualité de vie est du même ordre. Avec des apparences parfaitement désintéressées, il ne fait que voler au secours de valeurs déterminées en Occident, auxquelles on accorde priorité parce que ce sont les nôtres. Des populations qui pendant des siècles ont vécu avec les vêtements sommaires que le climat permettait, sont du jour au lendemain placées devant les règles occidentales de la décence et obligées de modifier leurs habitudes à cet égard, sans que leurs possibilités de production y soient adaptées.

27La notion d’habitat convenable apparaît sans qu’aucune étude préalable ne soit faite. La santé non plus n’est plus considérée comme une manière globale d’assumer l’existence, mais liée à la possibilité ou non d’interventions exclusivement techniques de la science médicale.

28Si le développement existe, ce ne peut pas être sur de telles bases. Le développement ne peut se rapporter qu’à la culture, puisque c’est elle qui constitue le système global auquel la société réfère ses comportement. Quels que soient sa forme donc et les points sur lesquels il agit, il ne peut être que la démarche reprenant en compte et réaménageant tous les paliers de la production sociale. Il ne peut être que la démarche par quoi le groupe lui-même arrive à maîtriser par des décisions qui lui sont propres, le processus dans lequel il s’est engagé ou dans lequel on l’a engagé, arrive à contrôler le fonctionnement de son système, ce qu’il ne faisait pas ou ce qu’il ne faisait plus. Et si parfois cette démarche peut être provoquée de l’extérieur sur la base de pédagogies appropriées, elle reste le fait de la société elle-même. La fin de la marginalisation ne peut venir que d’une autogestion sociale, qui ne peut elle-même venir que d’une prise de conscience et d’un choix en dehors de toute contrainte, même indirecte. « On ne développe pas. On se développe », disait Joseph Ki-Zerbo devant le Club de Rome.

La technologie n’est pas neutre

29Si le problème de la technologie apparaît comme capital à l’intérieur de la problématique que j’ai posée, c’est que, de même qu’on ne fait pas n’importe quoi n’importe où, n’importe quelle culture n’est pas en mesure d’utiliser n’importe quel outil sans des adaptations qui touchent sa substance en profondeur. La technologie est essentiellement liée aux objectifs qu’une société se donne. Lors du Congrès sur l’Europe et le Monde convoqué par le Centre Européen de la Culture en 1964 à Bâle, avait été mis en évidence le fait que l’apparition d’une technologie nouvelle, qu’il s’agisse d’un procédé industriel, d’un gadget ou d’une manière de penser, n’est pas un fait du hasard. C’est l’aboutissement d’un long cheminement où comptent non seulement les découvertes antérieures, mais les raisons de ces découvertes, les motifs qui font qu’on a cherché dans ce sens-là plus que dans un autre, la rationalité qui a conduit le processus, qui a retenu tel résultat, reconnu comme utilisable, plutôt que tel autre, peut être valable lui aussi mais dans une autre perspective et débouchant sur d’autres routes. Cette observation est en plein dans la dynamique de la culture. Bien entendu les généalogies sont complexes. L’Histoire provoque des emprunts, des échanges, ses circonstances peuvent privilégier telle option et subitement donner une importance extrême à des connaissances jusqu’ici négligées. Il reste que derrière le campement du nomade ou l’immeuble de quarante étages en béton armé, il y a un ou plusieurs courants de pensée, des attitudes humaines, des modèles culturels dominants ou récessifs, un système de valeurs.

30L’outil lui-même n’est d’ailleurs pas neutre. D’une part il signifie, il exprime une relation de cause à effet, vécue d’une certaine manière. D’autre part il suscite. Dans la mesure où, ou sein d’un système culturel, les équilibres tendent toujours à se rétablir, il tend aussi à faire apparaître, ré-apparaître, les conditions dans lesquelles cet outil s’est révélé utile ou nécessaire. Si donc la culture crée l’outil, l’outil, à son tour, remodèle ou confirme la culture.

31Or là encore l’analyse occidentale est éclatée. On veut faire passer une technologie (peu importe son niveau de sophistication), mais ses outils ne sont pas vus au sein de leur système d’origine et dans leur relation avec ce système. La question de l’acquisition d’une technologie ou du transfert d’outils est posée sectoriellement. Un pays entend produire plus de coton ? On fait le nécessaire, c’est-à-dire qu’un matériel nouveau, des engrais, des insecticides sont importés et qu’on apprend au paysan à s’en servir. Et il est à peu près certain que sur plusieurs points des résultats sont obtenus. Mais la question se pose de la valeur de levain dans le milieu de telles mesures. Le travail est un fait d’ordre social : Que va-t-il se passer après ? Quel impact aura une pratique qui suppose une toute autre vision notamment dans la relation de cause à effet que j’ai mentionnée ? Le problème est si réel que certaines sociétés d’intervention en sont venues à recommander qu’on se contente, avec l’introduction de nouvelles techniques, d’un enseignement minimum, seul moyen d’éviter le risque d’une crise culturelle dommageable quant aux comportements des paysans, donc aux résultats immédiats. En réalité la question devrait être moins de savoir ce qu’on transmet et comment on le transmet, que de savoir quelle société on aura, quel pouvoir on lui donne, et à qui celui-ci profitera, de voir quels seront les niveaux de résistance ou de passivité auxquels la transmission se heurtera et les raisons de ceux-ci, etc. Bien entendu l’Histoire n’a pas laissé ces sociétés intactes. Leur changement est déjà commencé. Il faut donc les voir en situation, tentant d’assumer cette situation, et on s’apercevra que le souci de faire accepter les instruments proposés, de faire réussir le système importé, est souvent ce qui fait rater la ré-équilibration sociale et la reprise du contrôle de leur devenir par ces sociétés.

L’industrie et le milieu

32La réévaluation des prix des produits de base, une nouvelle structuration du commerce international, tenant notamment compte des données économiques résultant de l’augmentation des frais de transport à longue distance et de la nécessité de créer des emplois dans les pays pauvres, et aussi, c’est un fait, le caractère abondant et peu exigeant de la main-d’œuvre, ont poussé certains à envisager une redistribution des rôles industriels. Oui, à terme, c’est peut-être là qu’on en viendra. Mais dans l’immédiat, comment se présente cette perspective ? Le problème s’est posé à propos des revenus du pétrole. Le directeur du Centre de recherches pétrolières arabes a affirmé que tous les suppléments de ressources pouvaient être investis dans les pays arabes à des fins de développement. C’est possible. J’ignore la capacité d’absorption réelle des pays arabes. Mais en combien de temps ? La capacité d’absorption des capitaux et de la technologie est essentiellement humaine. Elle est liée aux systèmes socio-culturels. Des revenus supplémentaires de cette importance, immédiatement utilisés sur place, ne pourraient entraîner que des ruptures d’équilibre et ne seront utilisés sans dommages qu’à un rythme relativement lent, faute actuellement de populations en mesure de maîtriser le système culturel occidental dans ses aspects industriels.

33Or, dans la plupart des pays du Tiers Monde, c’est à ce système seul qu’il est laissé place, parce qu’inventer, créer, semble devoir prendre trop de temps. On peut alors lui ouvrir des îlots, créer les têtes de pont dont j’ai parlé, mais non déterminer un processus de changement global satisfaisant, c’est-à-dire ordonné, le seul qui ne laissera pas le tissu social en pièces. Si les conditions d’un maintien d’un contrôle social par le milieu en même temps qu’un investissement industriel ne sont pas établies, cet investissement profite sans doute au milieu pour des questions d’impôts, d’emplois créés, d’exportations et de balance des paiements, mais il ne fait pas apparaître une mentalité industrielle, ce milieu sociologique dont parle Alfred Sauvy, qui donnerait leur chance à des gens ayant un esprit d’entreprise. Comme plusieurs expériences l’ont prouvé, l’argent seul, qu’il s’agisse de salaires distribués ou d’une production agricole augmentée, agit rarement comme moteur de changement. Des gains supplémentaires peuvent parfaitement s’investir dans des circuits traditionnels sans effets économiques, s’il n’y a pas parallèlement un mouvement de ré-élaboration culturelle portant sur le système entier, donnant de nouvelles raisons d’agir, ouvrant de nouvelles perspectives.

34La technologie dite intermédiaire a été souvent proposée comme une panacée en ce qui concerne les économies du Tiers Monde, sans que son contenu soit clairement défini, mais en posant les principes d’un coût moindre et de l’importance numérique plus grande des emplois créés. Aux yeux de certains il s’agissait même d’une technologie représentant ce que nous avons été il y a cinquante ou cent ans, qui leur aurait permis de rattraper et de franchir une étape d’un développement linéaire. A mon sens cependant, l’intérêt principal de la démarche qu’elle implique (ne pas imposer les outils hautement sophistiqués créés au sein de l’actuel système culturel occidental), c’est de restituer à des cultures en changement un domaine de créativité. C’est une chance donnée à une classe de petits entrepreneurs. Cette technologie, qui ne méprise pas la connaissance mais tente plutôt de maintenir le rapport hommes-milieu en utilisant les moyens du bord, peut se situer dans la continuité de ce qu’il y avait avant. Elle est d’abord réponse, donc observation, et prise au sérieux d’une situation concrète globale, et non solution technique miracle. Elle n’enferme pas celui qui y accède dans un monde culturel clos, qui lui est étranger, mais permet de laisser une population en situation d’observer, d’adapter, de transformer, d’inventer elle-même.

Le problème de l’initiative

35Dans d’autres démarches de développement réapparaît le problème de l’initiative et du centre de gravité qui, quand ils échappent à la société concernée, peuvent constituer les plus sérieux blocages. Sans chercher par exemple une querelle de plus aux multinationales, on peut faire à leur propos une remarque allant dans cette perspective. On s’accorde le plus souvent à reconnaître leur importance en ce qui concerne le transfert de la technologie : elles ont une politique de formation du personnel, elles ont des spécifications techniques qu’elles imposent aux producteurs locaux, leurs ventes sur le marché local ont inévitablement un effet de démonstration. Leur influence semble donc peu contestable et le Centre de développement de l’OCDE vient d’élaborer un projet de recherche à ce propos qui devrait en confirmer les effets intéressants. En fait cependant, on doit rappeler que, dans le cadre d’activité de telles industries, les centres de recherches, ou au moins les centres de décision qui orientent ces recherches et en déterminent l’utilisation pratique, sont le plus souvent situés en Occident. Les lignes d’invention ou d’adaptation qu’ils déterminent sont nécessairement donc dans la logique de la société technologique avancée, correspondant à ses intérêts. L’idée qu’on a du progrès est si peu discutée qu’il n’apparaît pas comme raisonnable qu’on puisse éventuellement mettre en question la coïncidence de ces intérêts avec les aspirations d’une population qui, pour cette raison, n’accède jamais à l’expression.

36Or l’autonomie, non seulement de conception mais de gestion, plus exactement l’accord avec la grille de motivations d’un milieu, sont des éléments que l’on ne peut pas négliger. S’il y a une priorité à donner aux projets ruraux, ce n’est pas seulement, ou pas d’abord parce que l’industrialisation ne suffirait pas à créer les emplois qui seraient nécessaires pour un partage équitable du travail et des ressources qui y correspondent, c’est parce que les projets ruraux sont ceux qui concernent cette population-là, dans sa situation, dans sa logique, dans son langage. La plus grande partie du Tiers Monde est un monde paysan. C’est à lui qu’il faut rendre la conscience. La question d’identité, dont on a parlé à tort et à travers, est là toute entière : qu’une population puisse se reconnaître dans ce qu’elle crée. L’agriculture n’est pas seulement pour vivre mais pour s’exprimer. Elle est pour rendre aux paysans leur domaine de prise de conscience et d’invention technique. Cela ne signifie d’ailleurs pas qu’il faille ne faire que de l’agriculture, mais que les changements de l’économie se fassent dans le monde rural.

37Le développement dans le monde rural suppose des activités de transformation. Si les revenus augmentent, les besoins suivent d’un meilleur équipement, et de services qui peuvent être fournis sans appel à l’extérieur. Les petits centres ruraux peuvent accéder à un rôle de point d’appui qu’ils ont rarement eu en Afrique jusqu’ici. La question du coût des services fournis ne doit pas être négligée. L’importation des biens de consommation courante et la fabrication locale de niveau occidental ont souvent pour résultat de tuer l’artisanat sans pour autant permettre à l’ensemble de la population de bénéficier de leurs avantages en raison de leur coût. Malheureusement cette activité de production qu’on peut qualifier d’intermédiaire (la charrette à bœufs remplaçant à la fois le porteur traditionnel et l’entreprise de camionnage) sont rarement pris au sérieux par le gouvernement qui ne voit pas qu’en restant à la portée du paysan, elle constitue un élément essentiel de la dynamique du développement. Ses acteurs, même réunis en coopératives, sont rarement en mesure de bénéficier des appuis accordés à de plus grandes entreprises, notamment au plan du crédit, parce que celui-ci est vu dans une perspective occidentale de sécurité qui s’accommode mal des incertitudes des initiatives à ce niveau. Si une importance doit être reconnue aussi aux questions d’organisation, notamment d’autogestion ou de gestion mutualiste, à condition que cette gestion soit accompagnée d’une formation et d’une information qui permettent au paysan de la réussir, ce n’est pas par choix idéologique ou parce que de telles formules figureraient dans le programme d’un parti, c’est d’abord pour des raisons pédagogiques. Là encore, il s’agit de mener à la responsabilité des hommes qui sont le plus grand nombre, qui constituent à ce titre la base de ce monde à reconstruire, mais dont on a pris l’habitude de ne pas leur laisser dire s’ils étaient d’accord avec les perspectives installées par les nouveaux outils en ce qui concerne la manière de vivre.

38Le milieu socio-culturel indigène et en particulier paysan, sauf quand il est traumatisé, est loin d’être terne. Des exemples nombreux de créativité et d’adaptation intelligente pourraient être donnés chaque fois que cette créativité peut déboucher sur des conditions d’utilisation réellement positives pour le milieu et vécues comme telles par lui. Avec un appui technologique modeste, des artisans de village ont tenté de faire face à la production de tous les instruments agricoles rendus nécessaires par la modernisation des cultures, y compris ceux qui les mettaient en concurrence avec le commerce européen. Le cas n’est pas isolé. Le même esprit d’entreprise apparaît d’ailleurs aussi chez les jeunes urbains, notamment quand l’école occidentale n’a pas mis sur eux une marque trop lourde.

39On voit maintenant pourquoi, dans mon titre, j’ai tenu à ce terme de problèmes : il s’agit d’une série de points sur lesquels, par manque de patience ou par manque de clairvoyance, des solutions n’ont pas été cherchées. Qui dit discours paysan dit aussi pouvoir paysan. Les structures en place n’y préparent pas. Le système occidental non plus n’y prépare pas. Je l’ai dit, dans le domaine économique, pour ne parler que de lui, on imagine mal des capitaux aller sans sécurité appuyer les efforts de petits entrepreneurs de village (or la sécurité est essentielle dans le système occidental). L’homme qui transforme le métier à tisser traditionnel, ne travaillant que d’étroites bandes d’étoffe, pour l’employer au tissage de couvertures ou de pièces de tissus, et se lance ensuite dans la commercialisation, n’offre aux yeux des « spécialistes », qu’ils soient occidentaux ou africains, aucune perspective crédible, alors qu’il est en fait celui qui, dans l’Europe du xixe siècle, aurait peut-être transformé une région.

En guise de conclusion

40Que nous amènent à dire ces quelques trop rapides remarques ?

41D’abord ceci, qui constitue sans doute un préalable : qu’il ne s’agit pas de problèmes que nous pourrons éviter. D’ici 25 ans, 80 % de la population de la terre sera représentée par ces hommes marginalisés dont on s’entête à imaginer ce qu’ils pensent, sans jamais le leur demander. Nous ne nous en débarrasserons pas si facilement.

42D’autre part, cette fin de siècle connaîtra très probablement les problèmes alimentaires les plus graves. Or ils ne seront pas résolus à un niveau exclusivement technique mais à un niveau de développement, c’est-à-dire dans une perspective globale de réorientation qui implique totalement le système culturel. C’est ce système seul qui peut fournir des réponses : avoir des enfants ou non est un problème culturel.

43Ensuite je crois devoir répondre d’avance à une critique qu’on ne manquera pas de m’adresser, celle de l’irréalisme. Pour des raisons qui m’échappent, on est réaliste quand on reçoit les conclusions de recherches menées en laboratoire ou qu’on se plie aux règles d’un système économique que pourtant les hommes ont mis eux-mêmes en place et peuvent changer, mais on cesse de l’être quand on pose le problème comme je l’ai fait, c’est-à-dire dans une perspective qui prenne au sérieux cet homme et la société tels qu’ils sont. Pourtant, après tant de projets de développement qui sont des échecs, le sérieux des techniciens laisse rêveur et je me demande où est l’irréalisme. La recherche de systèmes nouveaux possibles est singulièrement exaltante et beaucoup moins déraisonnable qu’il semble, même si pour nous, Occidentaux, renoncer à notre vérité est une terrible ascèse.

44J’affirme aussi qu’aucun raisonnement sur la relation entre Occident et Tiers Monde n’est possible sans la prise au sérieux d’un conflit entre les cultures, qui n’ont ni les mêmes bases, ni les mêmes objectifs. Pour éclairer cette remarque, disons qu’il n’y a pas de solution amiable. Le développement n’est pas cette évolution molle et fade, in-sensée, entre la domination et l’ethnocide, vers les modèles dits modernes. Il ne viendra pas comme le résultat d’une coopération entre des hommes de bonne volonté. J’insiste sur le terme de conflit. Parler de la relation entre Occidentaux et peuples du Tiers Monde, ce n’est pas connoter des différences pittoresques et formuler de généreuses déclarations d’amitié : à cet égard le tourisme est un leurre, derrière ses sourires il y a l’affrontement de mondes qui ne peuvent que se blesser et se faire mal. Ou bien nous allons tant bien que mal continuer sur le présent chemin et nous serons responsables d’une « clochardisation » touchant les quatre cinquièmes du peuplement humain de la terre (mais je doute que cela se passe comme avec les Indiens de l’Amazonie et nous en aurons bien avant un contrecoup). Ou bien nous rendrons la parole à un monde jusqu’ici obligé de se taire et cela impliquera chez nous des changements qui sont évidemment imprévisibles, mais qui nous secoueront sérieusement.

45Restent les formes de cette attitude nouvelle que notre besoin de sécurité voudrait qu’on précise déjà. Elles sortent du cadre de cette réflexion. Je me contenterai de rappeler que dans le domaine culturel (il englobe le politique, l’économique, le social) ce sont seulement l’échec ressenti et la conviction d’une faillite qui font accéder au palier du vraiment neuf et du différent. C’est au-delà de la crise qu’il y a émergence de valeurs nouvelles. La société décidera. Pas moi. Pas nous. Elle trouvera son chemin. Bien entendu je ne crois pas à de petits développements séparés. Je ne réclame pas l’abandon de la technologie avancée au profit du bâton à fouir, du rouet et du haut fourneau de village. En fait, je réclame seulement l’abandon de notre morgue et un peu plus de simplicité dans nos rapports avec les autres. Nous devons dénoncer le totalitarisme du système occidental qui, de par sa logique même, ne peut qu’investir, envahir, s’installer. Nous devons accepter le conflit potentiel et nos échecs d’occidentaux qui sont la preuve de la diversité. Ces échecs sont des occasions de découvertes. Sans conflit y aurait-il d’ailleurs ce changement aujourd’hui nécessaire ? Je doute que sans la rencontre de l’autre dans l’affrontement, l’idée d’un réexamen global de ce qu’on est apparaisse nécessaire.

46L’approche intelligente de la relation avec le Tiers Monde, c’est donc qu’il soit enfin admis que l’erreur puisse venir d’un côté ou de l’autre. Le rôle de l’assistance technique, de la coopération au développement n’est pas le contrôle extérieur du changement, même moins lourd et plus désintéressé. Ce n’est pas non plus l’élimination, par le biais de pédagogies adaptées ressemblant à des manipulations, des obstacles qui empêchent la transmission du savoir occidental dans de bonnes conditions. C’est tout au plus la régulation du conflit, sa gestion, la prise en compte de divergences légitimes, la prise en compte du conflit avec le souci d’y jouer un rôle honnête. Ici cependant, je dois dire ma perplexité, car qui décide ? On peut avoir une excellente politique de coopération au développement au niveau des ministres et au niveau des exécutants. Mais est-ce vraiment à ce niveau que le jeu se joue ? La rencontre entre les Occidentaux et les peuples du Tiers Monde me paraît ailleurs et on ne sait pas trop où il faut remonter pour en trouver les responsables, les causes ayant des effets. L’un des défauts des gens de bonne volonté, c’est d’accepter l’interrogation des faits, mais sans les situer, sans les placer avec rigueur dans leur contexte, sans s’avouer les pourquoi et sans en tirer les conséquences, trop lourdes.

Auteur

Institut d’Etudes du Développement, Genève. Institut de Sciences Sociales Appliquées, Lyon.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search